23/04/2016

EVOCATION D'UNE ENTITE

lune-de-sang_rec.jpg

la_tour_du_château_rouge.jpg

bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière, ann radcliffe, gothique, spiritisme, occultisme,

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 "Plongée dans cette rêverie à laquelle elle trouvait des charmes, elle n'avait pas entendu l'horloge du château sonner une heure.  Elle fut réveillée par le cri funèbre d'un oiseau de nuit qui vint se poser au milieu de quelques cyprès plantés à peu de distance de ses fenêtres.  Ce cri rauque et déchirant la fit tressaillir.  Elle ferma la croisée.  Sa lumière qui était près de finir ne jetait plus que par intervalles une faible lueur qui donnait à tous les objets une forme sombre et vacillante.  Célestine, émue, la souffla, acheva de se déshabiller, et se mit au lit."

louis_françois_marie_ bellin_de_la_liborlière      

célestine_ou_les_époux_sans_l'_être

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

duel         encre de l'auteur

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 "Que s'embrase la Salamandre !

Et que l'Ondine ondule !

Que s'efface le Sylphe

Et qu'œuvre le Cobolt !"

 "Fonds en flammes, Salamandre !

Que fusionnent les flots, bruissante Ondine !

Que le Sylphe luise en un beau météore !

Incube !  Incube !  Apporte l'aide domestique !

Apparais et parachève !

 S'est-on, compère,

Sauvé de l'Enfer ?

Voici le signe alors

Devant moi se prosternent

Les cohortes noires.

 Etre réprouvé

Peux-tu déchiffrer

Le non-engendré

Et l'inexprimé

Par les cieux forgés

Par crime transpercé ?"

goethe       faust

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

franz_simm         le_pacte_avec_le_diable

(illustration  colorisée du  Faust   de  Goethe)


"Il n'y avait qu'un moment qu'elle était endormie, lorsqu'elle fut réveillée par un léger bruit qu'elle crut entendre dans sa chambre.  Son premier mouvement fut de crier, mais comme ce bruit n'avait rien d'alarmant, elle se retint et écouta.  A la faible agitation qui l'avait frappée d'abord, succéda un craquement comme celui d'os qui se disloquent.  Une clarté pâle et tremblante commença à se répandre dans l'appartement.  elle vit errer sur ses rideaux une espèce d'ombre qui tournoyait lentement, et elle entendit pousser un long soupir  à peu de distance de son lit." 

louis_françois_marie_bellin_de_la-liborlière  

                                                   célestine_ou_les_époux_sans_l'_être 

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Elle se crut encore endormie.  Elle se leva sur son séant, se frotta les yeux.  Un second soupir plus plaintif encore que le premier lui prouva qu'elle avait parfaitement l'usage de ses sens.  Elle ouvrit vivement son rideau, et aperçut vis-à-vis d'elle un fantôme d'une taille gigantesque.  Une longue simarre couleur de sang le couvrait de la tête aux pieds.  Son visage, d'une pâleur effrayante, était livide et décharné.  Ses yeux creux et enfoncés avaient une expression terrible.  Des cheveux noirs et hérissés retombaient sur son front.  Un poignard étincelait dans sa main, et sa tête était chargée d'un énorme casque d'où sortait cette lumière bleuâtre qui ne le faisait distinguer à demi que pour le rendre plus effroyable."

louis_françois_marie_bellin_de_la_liborlière   

 célestine_ou_les_époux_sans_l'_être

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

franz_simm       

(illustration colorisée du Faust de Goethe)

(Nom de l’esprit),

Où que tu sois,
Je fais appel à toi
Sur les ailes de ces mots qui se déplacent,
Quelle que soit la distance,
Traverse le temps et l’espace
Et apparais en ma présence."

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

gog_et_magog s'affrontent

 "Toi qui vécut hier,

Je t’appelle d’esprit à esprit,


Reviens de l’ombre ou de la lumière


Et manifeste-toi ici."

 bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Dieu et Déesse, Esprits Anciens,
Forces des éléments des quatre points,
Dans ce cercle sacré ne laissez entrer que le bien,
De ce cercle sacré ne laissez sortir que le bien,
Protégez-le par votre puissance,
Avec parfait amour et en parfaite confiance."

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 "Dieu et Déesse, Esprits Anciens,

Forces des éléments des quatre points,
Dans ce cercle sacré ne laissez entrer que le bien,
De ce cercle sacré ne laissez sortir que le bien,
Protégez-le par votre puissance,
Avec parfait amour et en parfaite confiance."
.

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Lilith, Je suis homme et ton humble demandeur.

Je te prie de me faire don de ta sagesse et ton amour.

 Amen, amen, amen."

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Le crime… et une justice éternelle !

Le crime… et un Dieu qui peut tout !

Dieu que je ne puis concevoir !

Dieu dont la puissance et les œuvres confondent

mes idées et révoltent ma raison. 

Toi à qui je n'ai pas demandé le don funeste de la Vie.

Toi qui dus prévoir mon affreuse destinée,

et qui cependant me rejetteras sur la terre.

Toi qui m'as plongé dans l'abîme où je suis,

anéantis du moins en moi le sentiment de mon existence.

Reprends-moi la pensée ; elle irrite mes maux,

elle aigrit ma fureur, et n'inspire à mon âme

 qu'un doute sacrilège et d'horribles blasphèmes."

jacques_marie_boutet_dit_monvel         les_victimes_cloîtrées

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Lorsque la mélodie fut achevée,

les fantômes crièrent de nouveau trois fois : 

 "Justice !  Vengeance !"

et traversant silencieusement des passages étroits et obliques,

ils retournèrent dans les fosses d'où ils étaient sortis.

 Les pierres s'abattirent avec grand bruit.  

Une image de la Vierge sur laquelle Mr Dabaud avait les yeux fixés

pencha la tête et  s'agita avec violence ;

les cierges s'éteignirent et une voix sépulcrale prononça :

"Souvenez-vous en !"

bellin_de_la_liborlière       la_nuit_anglaise

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Per Adonai Eloim, Adonai Jehova, Adonai Sabaoth, Metraton Ou Agla Methon, berbum pythonicum mysterium salamandrae, conventus sylvorum, antra gnomorum, daemonia Coeli God, Almonsin, Gibor, Jehosua, Evam, Zariathnatmik, Veni, veni, veni."

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 

"Elle se crut encore endormie. 

Elle se leva sur son séant, se frotta les yeux. 

Un second soupir plus plaintif encore que le premier

lui prouva qu'elle avait parfaitement l'usage de ses sens. 

Elle ouvrit vivement son rideau,

et aperçut vis-à-vis d'elle un fantôme d'une taille gigantesque. 

Une longue simarre couleur de sang

le couvrait de la tête aux pieds. 

Son visage, d'une pâleur effrayante, était livide et décharné. 

Ses yeux creux et enfoncés avaient une expression terrible. 

Des cheveux noirs et hérissés retombaient sur son front. 

Un poignard étincelait dans sa main,

et sa tête était chargée d'un énorme casque

d'où sortait cette lumière bleuâtre  

qui ne le faisait distinguer à demi

que pour le rendre plus effroyable."

louis_françois_marie_ bellin_de_la_liborlière      

célestine_ou_les_époux_sans_l'_être

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"C'est toi, (nom de la personne à envoûter)

fils de (ou fille de) Adonay Tsebaoth,

le Seigneur des armées du ciel et de la terre,

c'est toi qui es ici présent,(e)

c'est toi que je touche"

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Je vous le dis encore une fois : n'invoquez aucun esprit que vous ne puissiez dominer, j'entends aucun esprit qui, à son tour, puisse invoquer quelque chose contre vous par quoi vos stratagèmes les plus puissants seraient réduits à néant.

Adressez-vous aux petits, de crainte que les grands ne veuillent pas vous répondre et ordonnent à votre place."

Howard Phillips Lovecraft          L'Affaire Charles Dexter Ward

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella

"Dies mies jeschet boene doesef douvema enitemaus"

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

Lindenschmidt,   un des personnages centraux de mon roman

encre de l'auteur

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

                                         bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft                           

Y'AING'NGAH     AI'F     YOG-SOTHOTH

H'EE-L'GEB     SOTHOTH     F'AITHRODOG

AI'Y     UAAAH

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

 U

OG'THROD     GEB'L-EE'H     YOG-'NGAH'NG

                          ZHRO                                                   

                                                                                       bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

                               

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabellabellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabellabellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella

31/03/2016

La CHAMBRE AUX ENTITES

vers-le-néant_rec.jpg

vers_le_néant        encre de l'auteur

*********

Regarde toutes ces tombes.  

Cent, deux cents.  

Tu n'aimes pas les morts, mon enfant ?

Je t'apprendrai à les aimer.

Tu vas me voir morte ici, 

aujourd'hui,

pendant une demie heure, parmi eux.

Voilà ce que j'aime."

Sheridan_Le_Fanu      L'Oncle_Silas

 

Thomas-de-leu-soldat-et-mort-nb.jpg

 

thomas_de_leu      la_mort_et_le soldat

******

"Allons, viens !"

toutes ces tombes_REC_.jpg

toutes_ces_tombes          encre de l'auteur

*******

"Allons, viens !

{...}  Nous en sommes tout près.  

Tu les aimeras tout comme moi.

Tu vas en voir cinq.

ah ça ira, ça ira, ça ira !

Viens, traverse, vite !

Je suis madame la Morgue.  

Mrs Deadhouse !

Je vais te présenter mes amis, 

Mr Cadavre et Mr Squelette. 

Viens, viens petite mortelle, amusons-nous."

Sheridan_Le_Fanu     L'Oncle_Silas

la_chambre_noire_ou_le_baron_grégor_film_de_roy_william_neill.jpg

    le_baron_grégor   ou  la_chambre_noire       film de roy_william_neill

d'après le roman       l'_oncle_silas  de joseph_sheridan_le_fanu

*********

"Allons, viens !"

********

 ann_radcliffe_le_tombeau_ouvrage_posthume.jpg

  la-chambre_aux_entités.jpg

 "Tout cela était dans l'ordre des choses, 

les hommes ayant été créés pour se faire souffrir

les uns les autres."

dostoïevski   l'_idiot

ann_radcliffe_l'_ermite_de_la_tombe_mystérieuse_ou_le_fantôme_du_vieux_château.jpg

 oncle-silas_405213_19210.jpg

le_baron_grégor_ou_la_chambre_noire      film de roy_william_neill

"Allons, viens !"

*******

entités,occultisme,esprits,invocations,magie noire,magie blanche,spiritisme

apparition_d'_une_entité4.jpg

assassinat_à_minuit_version_colorisée.jpg

 apparition_d'_une_entité3.jpg

ii_gothique_colorisée.jpg

apparition_d'_une_entité2.jpg

au_château_de_morfield_version_colorisée.jpg

apparition_d'_une_entité.jpg

"Tout à coup, sur l'herbe devant la maison,

se dessina une figure bizarre enveloppée de draperies grises

qui paraissaient presque blanches sous la lune."

joseph_sheridan_le_fanu        l'_oncle_silas

 "Allons, viens !"

 oncle-silas_405219_17758.jpg

"Il est là... là... devant mes yeux." goethe       faust

walpole_gothic_novel_otranto.jpg

clara_reeves_le_vieux_baron_anglais.jpg

karl_friedrich_kahlert_le_nécromancien_REC.jpg

"Allons, viens !"

apparition_d'_un_esprit_600.jpg

apparition d'un esprit         encre de l'auteur

"Allons, viens !"

 élévation.jpg

élévation       encre de l'auteur

baron_de_lamothe_langon_la_vampire_ou_la_vierge_de_hongrie_poème.jpg

(romance extraite de "La Vampire, ou la Vierge de Hongrie", voir ci-dessous)

femme_souterraine.jpg

"L'horloge du château sonna une heure du matin... Alors la figure d'Alinska se décompose, une affreuse joie contracte ses traits ; elle ôte précipitamment le gant qui cache sa main gauche, et soudain se précipite sur le lit.  Elle pose sa bouche fétide sur la bouche pure de l'enfant, et semble boire à longs traits le sang qu'elle aspire de la poitrine de cet être infortuné."     ........

(ci-contre, quelques extraits du roman du baron de Lamothe-Langon, publié en 1825,  "La Vampire, ou La Vierge de Hongrie)

dahlia's tear_butdeath_doesn't_come.jpg

"Elle vit encore, l'infortunée ! Ah !  Sauvons-la à l'horreur de sa position !"

"Ils s'approchèrent avec empressement du cercueil dans lequel Alinska était couchée ; ils la soulevèrent doucement, et sans la débarrasser de son suaire, ils la transportèrent,  avec précaution,  dans la chambre qu'elle avait occupée."      .......

corps_gisant_dans-la-crypte.jpg

baron_lamothe_langon_la_vampire-Ill_3REC.jpg

baron_lamothe_langon_la_vampire_tome_3_1.jpg

baron_lamothe_langon_la_vampire_ill_REC.jpg

baron_lamothe_langon_la_vampire_tome_3_2_à_ son_ réveil.jpg

                                                                    .........

Fitzgerald,_funeral_from_Carmilla.jpg

baron_lamothe_langon_la_vampire_tome_3_3.jpg

baron_REC.jpg

baron_lamothe_langon_la_vampire_tome_3_4.jpg

... trois blessures alors r'ouvertes s'épanchaient les flots d'un sang impur et corrompu."    (fin du roman)

la_chapelle_de_la_forêt.jpg

"Elle batailla d'abord, avec acha rnement ; puis elle en arriva par degrés au silence, au silence complet.  Ses yeux seuls écoutaient, de plus en plus attentifs et grands, grands de terreur.  Et... et, de plus, je vis poindre un sourire défiant, fermé, mauvais.  C'est avec ce sourire-là que je l'ai amenée dans ma maison.  Il est vrai qu'elle n'avait plus d'autre refuge."

                                                              Fiodor Dostoïevski        La douce

entités,occultisme,esprits,invocations,magie noire,magie blanche,spiritisme,blogs gothiques

  

à suivre....

02/05/2012

AMOUR ET FANTASTIQUE

Explorer les rapports

qu'entretiennent

Amour et Fantastique.... 

Echeveau d'Amour.jpg

Echeveau d'Amour        encre de Chine de l'auteur

Les Règles de l'Amour 

1. Le prétexte de mariage n’est pas une excuse valable contre l’amour. 

2. Qui n’est pas jaloux ne peut pas aimer. 

3. Personne ne peut avoir deux liaisons à la fois.

4. Toujours l’amour doit croître ou décroître.

5. Il n’y a point de saveur à ce que l’amant obtient sans le gré de son amante.

6. L’homme ne peut aimer qu’après la puberté. 

7. A la mort de son amant, le survivant attendra deux ans.

8. Personne ne doit sans raison suffisante être privé de l’objet de son amour. 

9. Personne ne peut aimer vraiment sans être poussé par l’espoir de l’amour.

10. L'amour est toujours étranger dans la maison de l'avarice.

11. Il n'est pas bon d'aimer une femme qu'on aurait quelque honte à épouser.

12. L’amant véritable ne désire d’autres baisers que ceux de son amante.

13. Rendu public, l'amour résiste peu.

14. Une conquête facile rend l’amour sans valeur, une conquête difficile lui donne du prix.

15. Tout amant doit pâlir en présence de son amante.

16. A la vue soudaine de son amante, le coeur d’un amant doit tressaillir. 

17. Un nouvel amour fait partir l'ancien.

18. Rien que le bon caractère rend l'homme digne d'amour. 

19. Quand l'amour diminue, il diminue vite et se renforce rarement.

20. L’amoureux est toujours craintif. 

21. Vraie jalousie fait toujours croître l’amour.

22. Un soupçon sur son amante, jalousie et ardeur d’aimer augmentent. 

23. Il ne dort ni ne mange celui que passion d’amour démange. 

24. N’importe quel acte de l’amant se termine dans la pensée de son amante. 

25. L’amant véritable ne trouve rien de bien, qui à son amante ne plaise bien.

26. L’amant ne saurait rien refuser à son amante.

27. L’amant ne peut se rassasier des plaisirs de son amante.

28. La moindre présomption pousse l’amant à soupçonner le pire sur son amante. 

29. Il n’aime pas vraiment celui qui possède une trop grande luxure. 

30. L’amant véritable est toujours absorbé par l’image de son amante.

              31. Rien ne défend à une femme d’être aimée de deux hommes, ni à un homme          d’être aimé de deux femmes.

Miroir d'Amour.jpg

miroir-d'-amour        encre de Chine de l'auteur

Quelques poésies du Moyen age...

D'être avec elle

D'être avec elle tant m'étonne

Que n'ose avouer mon désir

Et quand m'en vais d'elle il me semble 

Que perds tout sens et tout savoir.

jardin-courtois-decameron-2.jpg

Joyssance vous donneray

Joyssance vous donneray,

Mon amy, et vous meneray

Là où pretend vostre esperance.

Vivante ne vous laisseray ;

Encore quant morte je seray,

L'esprit en aura souvenance.

 

Si pour moy avez du soucy,

Pour vous n'en ay pas moins aussi ;

Amour le vous doit faire entendre.

Mais s'il vous greve d'estre ainsi,

Apaisez vostre cueur transy ;

Tout vient à point qui peult attendre.

 

Temple d'Amour.jpg

temple-d'-amour        encre de Chine de l'auteur

483px-Chambre.medieval.jpg

Dont vient cela

Dont vient cela, belle, je vous supply,

Que plus à moy ne vous recommandez ?

Toujours seray de tristesse remply,

Jusques a tant qu'au vray me le mandez.

Je croy que plus d'amy ne demandez.

Ou maulvais bruyt de moy on vous revelle

ou vostre coeur a fait Amour nouvelle.

 

Si vous laissez d'Amour le train joly,

Vostre beauté prisonnrendez ;

Si pour autruy m'avez mis en oubly,

Dieu vous y doint le bien que pretendez ;

Mais si de mal en rien m'apprehendez,

Je veulx qu'autant que vous me semblez belle,

D'autant ou plus vous me soyez rebelle.

Danse d'Amour.jpg

plaisir-d'-amour-ne-dure-qu'-un-instant        encre de Chine de l'auteur

chagrin d'Amour.jpg

chagrin-d'-amour-dure-toute-une-vie        encre de Chine de l'auteur

Amour éconduit.jpg

amour-éconduit        encre de Chine de l'auteur

Tacuinum_Sanitatis-cabbage_harvest.jpg

L'Amour, la Mort et la Vie

L'Amour, la Mort et la Vie

Me tourmentent à toute heure.

De me laysser ont envye

Et veullent que j'y demeure.

Quand je veulx rire je pleure

Du feu d'Amour qui s'avive

La Vie veult que je meure

Et la Mort veult que je vive.

Citadelle d'Amour.jpg

amour-fortifié        encre de Chine de l'auteur

amour champêtre.jpg

amour-champêtre        encre de Chine de l'auteur

 amour ancillaire.jpg

amours-ancillaires        encre de Chine de l'auteur

Amour contrarié.jpg

amour-contrarié        encre de Chine de l'auteur

 l'Amour est aveugle.jpg

amour-aveugle        encre de Chine de l'auteur

 

Cet   Enfer   au   Paradis

une chanson de

Dark  Sanctuary

Je ne sais que faire de cette vie,

Dans cet Enfer au Paradis.

J'ai perdu mes ailes et ma liberté,

A cause de celle que j'ai tant aimé.

Des larmes de glace sont comme des espoirs,

Lentement ils s'effacent de ma mémoire.

J'aurais tant voulu ne jamais exister,

Ni jamais avoir cru pouvoir aimer.

J'ai tant de haine contre ceux qui ont

Créé mes peines et mes passions.

Je crie de douleur, j'ai mal et j'ai peur,

J'aimerais tant pouvoir encore la revoir.

J'ai beau crier, elle ne m'entend pas,

J'ai beau pleurer, elle ne m'aimera pas.

 dark-sanctuary-85463.jpg

"Brièvement, il posa un baiser sur le front  de son épouse

et s'en fut, happé par cette insatiable nuit

qui n'avait semble-t-il 

d'autre but que de dévorer le peu d'espoir

qui nous restait encore."

Françoise-Sylvie Pauly

L'Invitée de Dracula, roman

 carré brodé.jpg

"Il  serait trop long de vous conter toute ma souffrance

Mais ce qui me torture avant tout,

c'est une bouche rouge dont mon coeur est meurtri jusqu'à l'amère mort.

Devant elle mon corps était baigné de sueur,

Et mon visage devenait rouge puis blème, 

Quand je rendais mes devoirs à la délicate jeune fille.

A force de soupirer et frémir,

Souvent je ne sentais plus mon propre corps,

Comme si je m'étais consumé.

Souvent m'a l'épouvante fait fuir à deux cents milles d'elle,

Et jamais je ne reprenais espoir.

Gel, pluie, neige ne m'ont pas tant glacé

Que le soleil de la bien-aimée ne pût m'enflammer.

Lorsque je suis près d'elle,

Je perds ma mesure.

Ainsi dois-je à cause d'elle aller par les chemins lointains,

En désarroi, jusqu'à ce que la grâce ait remplacé la haine.

Ah, ma tristesse serait allégresse si elle voulait bien m'aider."

Oswald von Wolkenstein

ensemble Alta Musica 2.jpg

L'ensemble Alta Musica, dirigé par Rainer Böhm, 

qui nous livre la plus magistrale interprétation

des poèmes de Oswald von Wolkenstein

........

"Je suis à toi pour l'éternité"

 74583.jpg

"Rejoins-moi à jamais..."

800px-Giovanni_Lorenzo_Bernini_-_Blessed_Ludovica_Albertoni.jpg

Giovanni Lorenzo Bernini        Santa Ludovica Albertoni

 ludovica albertoni1.jpg

bernini-ecstasy-of-st-theresa.126135428_std.jpg

Giovanni Lorenzo Bernini        Extase de Sainte-Thérèse

 220px-Santa_Maria_della_Vittoria_-_6.jpg

le_bernin_extase_terese_detail2.jpg

le_bernin_extase_terese_detail1.jpg

"Rappelle-toi ce jour du plus lointain passé

Où ma voix ranima ton cadavre glacé.

Je vis un feu si beau sous ta noire prunelle

Que je te dis alors : Courtisane éternelle,

Toujours jeune et toujours soumise tu vivras,

Et les plus nobles coeurs s'éteindront dans tes bras !"

     Gérard de Nerval       L'Imagier

Commedia-015.jpg

La divine comédie  (Dante)    gravure de Gustave Doré

"Le soleil du matin traversait en rayons colorés les verrières du cloître.  Assis au confessionnal, j'étais plongé solitaire dans mes pensées.  Seuls les pas des frères servants qui nettoyaient l'église résonnaient sous la voûte.  Soudain, j'entendis près de moi un frôlement, et j'aperçus une dame grande et svelte, habillée d'une façon étrange,.  un voile couvrait sa figure ; elle était entrée par une porte latérale et s'approchait de moi pour se confesser.  Ses mouvements avaient une grâce indescriptible.  

Elle s'agenouilla.  Un profond soupir s'échappa de sa poitrine.  Je sentais son haleine brûlante ; avant même qu'elle parlât, j'étais sous l'emprise d'un charme étourdissant.  Comment décrire le ton tout à fait particulier de sa voix, qui pénétrait au plus profond du coeur ?  Chacune de ses paroles me saisissait l'âme, lorsqu'elle m'avoua qu'elle nourrissait un amour défendu.  Cet amour, elle le combattait en vain depuis longtemps ; il était d'autant plus coupable que des chaînes sacrées liaient à jamais l'objet de son amour.  Mais dans la folie d'un désespoir sans bornes, elle avait maudit ces chaînes.

Elle s'arrêta.  Puis, au milieu d'un flot de larmes, qui étouffaient presque ses mots, elle s'écria :

"Médard !  c'est toi, toi-même, que j'aime d'un amour indicible."

Comme saisi d'un spasme mortel, tous mes nerfs se mirent à trembler ; j'étais hors de moi ; un sentiment inconnu me déchirait la poitrine.  Je voulais la voir, la presser contre mon coeur, mourir de joie et de souffrance !  Pour une minute de cette félicité, j'étais prêt à endurer le martyre éternel de l'enfer !"

E.T.A  Hoffmann        Les Elixirs du diable

TheMonkandtheNun  cornelis van haarlem.jpg

Cornelis van Haarlem       le-moine-et-la-religieuse

"Effrayé, je m'avançai en courant ; la porte du cabinet était entrouverte.  Aurélie était agenouillée, le dos tourné vers moi, devant un tabouret sur lequel était placé un livre ouvert.  Rempli de crainte, je regardai involontairement derrière moi ; je ne vis rien et je m'écriai, dans un ravissement suprême :  "Aurélie, Aurélie !"

Elle se retourna rapidement, mais , avant qu'elle se fût levée, j'étais déjà à ses genoux et je l'avais enlacée avec force.

"Léonard !  mon bien-aimé", murmura-t-elle tout bas.

Alors fermenta et bouillonna dans mon être un désir furieux, une passion coupable et sauvage.  Elle était là inerte dans mes bras; ses cheveux dénoués tombaient en boucles épaisses sur mes épaules ; sa gorge juvénile se soulevait ; elle gémissait sourdement.  Je ne me connaissais plus moi-même.  Je la relevai ; elle parut animée d'une force nouvelle ; une ardeur inconnue brûlait dans ses yeux et elle rendait avec plus de feu mes baisers délirants."

E.T.A. Hoffmann        Les Elixirs du diable

le feu de l'Amour.jpg

"Dis seulement que tu m'aimes

et tu seras délivrée de toute détresse." 

 E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

Rappelle-toi ce jour.jpg

 rappelle-toi-ce-jour                     encre de Chine de l'auteur

"Coeur qui soupire n'a pas ce qu'il désire..."

 Commedia-017.jpg

"Diffamée, méprisée, oubliée de tous, à l'exception des généreuses soeurs de la famille de Sydnei, je résignai mes volontés à celles de Lord Arlington, et repris la route de cette abbaye, destinée, dès mon enfance, à me servir de tombeau.  La même main qui avait ruiné l'édifice de mon bonheur, avait dépouillé cette demeure de ce qui en faisait pour moi l'unique charme.  Toutes les ruines étaient abattues, et les bois épais qui nous avaient si longtemps protégés, avaient fait place à des plantations naissantes.  Je détournai les yeux de cette scène de désolation, et me renfermai dans la chambre la plus reculée et la plus obscure, résolue d'y passer le reste de ma vie à méditer et à pleurer."

Sophia Lee         Le souterrain

abbaye en ruines.jpg

 

ruines de l'abbaye dans la forêt.jpg

 

souterrains 1.jpg

 

souterrains 2.jpg

 

confusion des langues.png

gustave-doré        la-tour-de-babel

"... en vérité, on n'a pas encore appris à aimer.  Nous n'utilisons qu'une fraction infime de nos possibilités dans ce domaine.  L'amour est indivisible.  Il parle toutes les langues de Babel.  Mais, à chaque instant, nous en faisons l'économie.  Nous lésinons.  A certaines heures désespérées parce que nous y sommes acculés, nous acceptons d'aimer enfin."

pierre-mertens     "Perdre"

 cradle_of_filth_art002_by_natalieshau-d2ymzq0.jpg

"Car s'il est vrai, comme l'a affirmé un écrivain célèbre, qu'aucune jeune fille n'a le droit de tomber amoureuse avant que le monsieur n'ait déclaré sa flamme, il serait des plus inconvenants qu'une jeune fille rêvat d'un jeune homme avant qu'on sache d'abord si le jeune homme a été le premier à rêver d'elle."

jane-austen       l'-abbaye-de-northanger

étreinte1.jpg

étreinte        encre de Chine de l'auteur

"Amour, tes jouissances sont infinies, comme tes peines !  Tu es plus amer que l'absinthe, mais le miel est moins doux que toi."

Christian Heinrich Spiess      Le petit Pierre

 

étreinte 2.jpg

étreinte          encre de Chine de l'auteur

"L'embrasser avec toute la passion d'un désir furieux

et puis lui donner la mort, telle était la pensée

qui me poursuivait irrésistiblement."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du diable

 Comme morteREC.jpg

comme-morte         encre de Chine de l'auteur

 

Amours me fait désirer

Amours me fait désirer et aimer ;

Mais si follettement 

Que je ne puis espérer

Ni penser

N'imaginer nullement

Que le doux et beau visage

Duquel je suis tombé amoureux

Me donnera joie,

A moins qu'Amour n'agisse proprement et tellement 

Que je l'obtienne sans le demander.

Guillaume de Machaut

pleurs d'amour.jpg

pleurs-d'-amour         encre de Chine de l'auteur

 kiss3.jpg

"Sur l'épaule de son amant,

elle aperçut trois cicatrices, 

trois morsures de sa bouche, 

trois témoins indiscrets 

de leur amour farouche

et posa les lèvres dessus !

Hanns Heinz Ewers      L'apprenti sorcier

 nox_arcana__night_of_the_wolf_by_celticirishgirl-d5gcpju.jpg

image extraite du clip de la chanson "night-of-the-wolf"

du groupe nox-arcana    

 

à  suivre...

 

15/03/2012

CAUCHEMARS FANTASTIQUES

CAUCHEMARS  FANTASTIQUES

John_Martin_Le_Pandemonium_Louvre.JPG

John Martin     Pandemonium

"Je ne puis appeler cela un cauchemar, car j'avais pleinement conscience d'être endormie.  Mais j'avais également conscience de me trouver dans ma chambre, couchée dans mon lit, comme je m'y trouvais en réalité.  Je voyais, ou croyais voir, la pièce et ses meubles tels que je les avais vus avant de fermer les yeux, à cette exception près qu'il faisait très sombre.  dans cette obscurité j'aperçus une forme vague qui contournait le pied du lit.  tout d'abord je ne pus la distinguer nettement, mais je finis par me rendre compte que c'était un animal noir comme la suie, semblable à un chat monstrueux.  il me parut avoir quatre ou cinq pieds de long, car, lorsqu'il passa sur le devant du foyer, il en couvrit toute la longueur.  il ne cessait pas d'aller et de venir avec l'agitation sinistre et souple d'un fauve en cage.  Malgré la terreur que j'éprouvais, (comme vous pouvez l'imaginer) j'étais incapable de crier.  L'horrible bête précipita son allure tandis que les ténèbres croissaient dans la chambre.  Finalement, il fit si noir que je ne distinguai plus que les yeux de l'animal.  Je le sentis bondir légèrement sur mon lit.  Les deux yeux énormes vinrent tout près de mon visage, et, soudain, j'éprouvai une très vive douleur, comme si deux aiguilles, à quelques centimètres l'une de l'autre, s'enfonçaient profondément dans ma gorge.  Je m'éveillai en hurlant.  La chambre était éclairée par la bougie qui brûlait toute la nuit, et je vis une forme féminine, debout au pied du lit, un peu sur la droite.  Elle portait une ample robe de couleur sombre, et ses cheveux dénoués recouvraient ses épaules.  Un bloc de pierre n'eût pas été plus immobile.  Je ne pouvais déceler le moindre mouvement de respiration.  Tandis que je la regardais fixement, la silhouette me parut avoir changé de place : elle se trouvait maintenant plus près de la porte.  Bientôt, elle fut tout contre ; la porte s'ouvrit, l'apparition disparut."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

 et-mourir-de-plaisir-01-g.jpg

photo extraite du film  "Et mourir de plaisir"

 Wodan's_wilde_Jagd_by_F._W._Heine.jpg

La Chasse sauvage       F.W. Heine

800px-Lord_Byron_on_his_Death-bed_c._1826par odevaereREC.jpg

"On eût dit que l'âme avait quitté ce corps sans combattre pour y demeurer."

Sheridan Le Fanu       Le Destin de Sir Robert Ardagh

succube OstärdtenschteinREC.jpg

La succube Ostärdtenschtein                                      figurine créée par l'auteur dans le cadre 

de sa mise en scène fantastique  

"L'Antre du Vampire"

"Ce soir-là, cependant, on eût dit que, du fond des ténèbres, la comtesse Véra s'efforçait adorablement de revenir dans cette chambre tout embaumée d'elle !  Elle y avait laissé tant de sa personne !  Tout ce qui avait constitué son existence l'y attirait.  Son charme y flottait ; les longues violences faites par la volonté passionnée de son époux y devaient avoir desserré les vagues liens de l'Invisible autour d'elle !...

Elle y était nécessitée.   Tout ce qu'elle aimait, c'était là.

Elle devait avoir envie de venir se sourire encore en cette glace mystérieuse où elle avait tant de fois admiré son lilial visage !  La douce morte, là-bas, avait tressailli, certes, dans ses violettes, sous les lampes éteintes ; la divine morte avait frémi, dans le caveau, toute seule, en regardant la clé d'argent jetée sur les dalles.  Elle voulait s'en venir vers lui, aussi !  Et sa volonté se perdait dans l'idée de l'encens et de l'isolement.  La Mort n'est une circonstance définitive que pour ceux qui espèrent des cieux ; mais la Mort, et les Cieux, et la Vie, pour elle, n'était-ce pas leur embrassement ?  Et le baiser solitaire de son époux attirait ses lèvres, dans l'ombre.  Et le son passé des mélodies, les paroles enivrées de jadis, les étoffes qui couvraient son corps et en gardaient le parfum, ces pierreries magiques qui la voulaient, dans leur obscure sympathie,  -et surtout l'immense et absolue impression de sa présence, opinion partagée à la fin par les choses elles-mêmes, tout l'appelait là, l'attirait là depuis si longtemps, et si insensiblement, que, guérie enfin de la dormante Mort, il ne manquait plus qu' Elle seule !"

Auguste de Villiers de l'Isle-Adam       Véra

fantome femme.png

 "Tout à coup je crus apercevoir une figure qui sortait du mur à l'une des extrémités du couloir puis s'approchait d'un pas lent et mal assuré. Sous les vêtements aux plis lâches devait se cacher une forme humaine, mais l'obscurité ne permettait pas d'en rien distinguer."

Charles-Robert Maturin

affiche du film Red State (détail).jpg

affiche du film Red State (détail)

"Il me semble que je rêve, et je cherche vainement à donner une forme

et une réalité aux ombres qui planent autour de moi."

Charles-Robert Maturin         Fatale vengeance

fantôme bleu.jpg

"Le soleil ne pénétrait jamais dans notre demeure ; nous avions besoin d'être éclairés continuellement par la lumière d'une bougie (...)  Ce lieu ténébreux est appelé Rummey Hole par les habitants du pays ; les environs sont déserts ; on en trouve l'ouverture dans le fonds d'une vallée si étroite qu'elle est remplie presque entièrement par un ruisseau qui sort du pied de la montagne à côté de l'entrée de la caverne. (...)  Le roc qui sert de voûte naturelle s'abaisse quelques fois si près de la terre, et les bords du ruisseau sont si escarpés dans ces endroits, qu'on ne saurait pénétrer plus avant sans s'exposer à un péril manifeste.  Mais le souterrain est si vaste et si exhaussé à droite et à gauche qu'on ne cesse point d'admirer la nature qui a formé, l'on ne sait pour quel usage, des salles immenses qu'on se lasse de parcourir.  La caverne se rétrécit néanmoins en certains lieux.  On y trouve des espèces de salons et de cabinets, les uns servent de communication à d'autres salles de la grandeur des premières, d'autres n'ont point de deuxième ouverture après leur entrée."

abbé_prévost     le_philosophe_anglais_ou-histoire_de_monsieur_cleveland

 

mine5.jpg

 

25/12/2011

AU COEUR DES TENEBRES GOTHIQUES

au  coeur  des  ténèbres 

gothiques

Sacred_Heart_Holy_Card.jpg

ô  choeur  des  ténèbres 

gothiques

"C'est une drôle de chose que la vie,

 ce mystérieux arrangement d'une logique sans merci

pour un dessein futile.

Le plus qu'on puisse en espérer

c'est quelque connaissance de soi-même 

-qui vient trop tard-

une moisson de regrets inextinguibles."

joseph-conrad

au-coeur-des-ténèbres

 

rad0699a (1).gif

 

"Au coeur des ténèbres gothiques

tournent les ailes du vieux moulin"

(chanson populaire gothique)

12 009.JPG

de l'art de broyer du noir....

12 010.JPG

"Accablé de regrets, Rodolphe revint sur ses pas. Il traversa le pays sans projet ; mais bientôt, trompé par une nouvelle illusion, il s'enfonça dans la forêt de Spessart.  Il y avait entendu une voix qui criait et l'appelait par son nom.  Cette voix le détourna de sa route et l'attira dans un endroit sauvage.  "Tu te crois malheureux ; Agnès se croit sans secours, criait la voix du sommet d'un rocher.  Regarde-moi et juge lequel de nous est le plus abandonné, le plus misérable !"  Rodolphe leva les yeux et vit le Petit Pierre enchaîné dans les airs au-dessus du rocher escarpé."

Christian Heinrich Spiess        Le Petit Pierre

Coeur2b.gif

haut coeur des ténèbres

gothiques

le moine.jpg

"Tout crime exige sa punition, tout péché sa pénitence.  Fais ton examen, tu verras qu'il est utile pour toi, qu'il est indispensable de t'imposer un châtiment volontaire.  Le sang, le sang de l'innocence crie vengeance sur toi, il demande expiation !  Le crime souille ta conscience, il faut qu'elle soit purifiée."

Christian Heinrich Spiess       Le Petit Pierre

 Edouard_Dantan_Phrosine_et_Mélidore_after_Prud'hon.jpg

édouard-dantan       phrosine-et-mélidore (d'après Prudhon)

"Mon coeur est mort à l'amour ; je ne veux plus lui rendre hommage.  J'ai senti tous ses plaisirs ; mais ses peines les ont tellement surpassées, qu'ils ne peuvent plus me séduire."

Christian Heinrich Spiess         Le Petit Pierre

352px-14-Jenny_Lind_som_Alice-Svenska_Teatern_8 contrasté.jpg

"What did you see there ?"

I traveled far and wide through many

different times
What did you see there?
I saw all knowledge destroyed

I traveled far and wide to prisons
of the cross
What did you see there?
The power and glory of sin
What did you see there?
The blood of Christ on their skins
I traveled far and wide through many 
different times

I traveled far and wide where
unknown martyrs died
I saw the one-sided trials
What did you see there?
I saw the tears as they cried
They had tears in their eyes!
Tears in their eyes! 

(paroles de la chanson "Wilderness" de joy-division)

 

recad.jpg

"Debout derrière la porte dont l'entrebâillement me permettait d'observer la chambre, je fis le guet jusqu'à une heure du matin environ.  alors, je vis une forme noire aux contours mal définis gravir le pied du lit et s'étendre rapidement jusqu'à la gorge de ma pauvre fille, où elle s'enfla rapidement en un instant pour devenir une grosse masse palpitante."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

Gilles_De_Rais.jpg

Après avoir répondu par un signe de tête au sourire particulièrement séduisant qu'elle m'adressa, je m'apprêtais à me lever pour lui parler lorsque le général saisit soudain la hache du bûcheron et se précipita en avant.  a sa vue, les traits de mon amie subirent une altération brutale et prirent une expression horrible, tandis qu'elle faisait un pas en arrière, dans l'attitude d'un animal apeuré.  Avant que j'eusse pu pousser un cri, le vieux soldat abattit son arme de toutes ses forces ; mais elle esquiva le coup, et saisit dans sa main minuscule le poignet de son agresseur.  L'espace d'un moment, il lutta pour se libérer ; mais enfin, ses doigts s'ouvrirent, la hache tomba sur le sol, et Carmilla disparut."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

 scène de nuit.jpg

"J'étais dans un vaste caveau faiblement éclairé par une ampoule.  Un homme au masque noir, probablement le même qui m'avait conduit là, était à côté de moi et, tout autour, sur des bancs peu élevés, étaient assis des moines dominicains.  Le rêve épouvantable que j'avais fait autrefois, dans la prison, me revint à l'esprit ; je tins pour certain que j'allais mourir au milieu des tortures ; mais je restai ferme et je priai avec ferveur dans le silence de mon être, non pour être délivré, mais pour faire une fin chrétienne.  Après quelques minutes d'un silence plein de pressentiments, l'un des moines vint à moi et me dit d'une voix sourde :

"Nous avons jugé un frère de votre ordre, Médard ; la sentence doit maintenant être exécutée.  Il attend de vous, qui êtes un saint homme, l'absolution et la suprême assistance, avant de mourir.  Allez et faites votre devoir."

L'homme masqué, qui se tenait à côté de moi, me prit sous le bras et me conduisit encore par un étroit couloir dans un petit caveau.  Là dans un coin, sur une couche de paille, était étendu un squelette blème, décharné et couvert de haillons.  L'homme masqué mit la lampte qu'il avait apportée sur la table de pierre se trouvant au milieu du caveau et il s'éloigna."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du diable

Saint-Sérapion  par Francisco_de_ZurbaránNB.jpg

francisco-zurbaran       saint-sérapion

"La Terre des ténèbres, enseigne Mani, est coupée de gouffres profonds, d'abîmes, de fosses, de fondrières, de digues, de marécages, d'étangs, de langues de terre divisées et ramifiées en longs espaces pleins d'épaisses forêts, de sources d'où, de pays en pays et de digue en digue, s'exhale une fumée ; d'où, au loin, de région en région, s'élèvent du feu et des ténèbres.  L'une de ces parties est plus haute que l'autre, l'autre plus basse.  La fumée qui en sort est le poison de la Mort.  Elle monte d'une source dont le fond est de vase trouble, recouverte de poussière, réceptacle des éléments du Feu, des lourds et sombres éléments du Vent, des éléments de l'Eau épaisse."

Ibn an Nadim     Fihrist

l'enferNB dfétail.jpg

 L'Enfer (détail)  tel qu'il apparaît dans le hortus-deliciarum

de herrade-de-landsberg (dit aussi herrade-de-hohenbourg)

 

et pourtant, 

tout cela reste sans commune mesure avec l'enfer

que certains hommes ont construit...

 

shoahnb.jpg

 

 Shoah-che-il-ricordo-sia-sempre-vivo-638x425.jpg

un enfer qui a pour nom : auschwitz

 TreblinkaNB.jpg

un enfer qui a pour nom : Treblinka

 Treblinka_Memorial_05nb.jpg

puissions-nous nous souvenir chaque jour

 treblinka2nb.jpg

des innombrables victimes de ces innommables atrocités

 Treblinka31NB.jpg

 treblinka-memorial-parkNB.jpg

et continuer à exiger réparation... 

 critique-stalker-tarkovski3.JPG

critique-stalker-tarkovski3.JPG

 critique-stalker-tarkovski3.JPG

(photos du film d'Andreï Tarkovski   "Stalker")

 Stalker_Tarkovski_Plan_28_Poste_de_garde.jpg

 Auschwitz.jpg

 20080713_1383757010_brama_birkenau.jpg

  critique-stalker-tarkovski3.JPG

 critique-stalker-tarkovski3.JPG

 critique-stalker-tarkovski3.JPG

 

à suivre... 

01/12/2011

le FANTASTIQUE ET LA DESTINEE HUMAINE

"In culpa est animus,

qui se non effugit unquam"

"Nostre mal nous tient en l'âme :

or elle ne se peut eschapper à elle mesme" 

Michel de Montaigne

"L'esprit seul est en faute, 

qui ne peut jamais échapper à lui-même"

moulin4.jpg

Et à présent, que tournent les ailes du moulin des illusions !!!

le créateur et sa créature.jpg

Façonné à son image        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens 

moulin1.jpg

Ses meules jamais ne cesseront de broyer, de broyer encore,

meules pour poudre à canon.jpg

 de toujours broyer, inlassablement...

roues dentées de moulins.jpg

"Souviens-toi que tu es poussière,

et que tu retourneras à la poussière"

 os croisés sombres.jpg

Broyer, encore et toujours, pour réduire en poussière...

poussière.jpg

img985.jpg

La fragilité de l'être         encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

moulin lanterne et rouet.jpg

Ainsi s'écoulent les grains de sable dans le sablier de la Vie...

sablier.jpg

Autant de grains de sable, autant d'âmes humaines...

220px-Tilman_riemenschneider.jpg

tilman-riemenschneider par lui-même, le visage du désenchantement

265px-Tilman_Riemenschneider_Barbara-1 sombre.jpg

Sainte Barbara, par Tilman Riemenschneider

tilman riemenschneider  Noli me tangere.jpg

"noli me tangere"  

une oeuvre de Tilman Riemenschneider

ne me touche pas...!!! " 

 Toute la lumière.jpg

Toute la lumière        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 cramoisi 1.jpg

Daniel Hopfer Les Proverbes.jpg

daniel-hopfer        illustration des Proverbes

 cramoisi 3.jpg

"Misérable railleur, tu veux être artiste et jamais la foi et l'amour n'ont brûlé dans ton coeur.  Aussi tes oeuvres seront-elles froides et sans vie, comme toi-même.  Comme un réprouvé, tu désespéreras dans le vide de ton âme et tu succomberas sous le poids de ton impuissance."

E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

 horloge droite très sombre nb.jpg

L'Horloge  

poème de Charles Baudelaire 

Horloge !  dieu sinistre, effrayant, impassible

Dont le doigt nous menace et nous dit :  Souviens-toi !

Les vibrantes douleurs dans ton coeur plein d'effroi

Se planteront bientôt comme dans une cible.

 

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon

Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;

Chaque instant te dévore un morceau du délice

A chaque homme accordé pour toute sa saison.

 

Trois mille six cents fois par heure, la seconde

Chuchote : Souviens-toi !  Rapide avec sa voix

D'insecte, maintenant dit : Je suis autrefois,

Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

 

Remember !  Souviens-toi !  Prodigue !  Esto memor !

(mon gosier de métal parle toutes les langues)

Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues

Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

 

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide

Qui gagne sans tricher, à tout coup !  C'est la loi.

Le jour décroît ; la nuit augmente ; souviens-toi !

Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

 

Tantôt sonnera l'heure où le divin hasard,

Où l'auguste vertu, ton épouse encore vierge,

Où le repentir même, (oh ! la dernière auberge !)

Où tout te dira : Meurs, vieux lâche !  Il est trop tard !

2012-04-22 11-08-47_0002.jpg

 "Lorsque l'amour, parvenu à un certain degré, dépasse toutes les bornes et touche à l'infini, il se manifeste soudain à l'objet aimé.  Bravant les obstacles, il rompt les chaînes de la bienséance, ces chaînes qui trop souvent attachent l'amant timoré aux tortures de l'incertitude pour des années entières."

Christian Heinrich Spiess       Le petit Pierre             

le fardeau de la vie.jpg

Le fardeau de la vie        encre de l'auteur, Dominique Mertens

Christopher Lee alias dracula.jpg

"Délivre-nous, saigneur !" 

Dracula 1.jpg

Christopher Lee, le saigneur de ces Dames...

"Les  voies  du  saigneur  sont  impénétrables..." 

paroles prononcées par Don Sculi, moine de la Congrégation des  Passionistes

ayant reçu l'inestimable don d'ubiquité

 Les_vampires.jpg

"... Eh bien, je vous l'ai dit une fois, et je vous l'ai dit deux fois

que quelqu'un devra en payer le prix.

Mais voici une chance de changer d'avis,

parce que je ne serai plus là pendant très très longtemps.

Eh bien, ce pourrait être la dernière fois..."

(extrait de "The last time", chanson mémorable des Rolling Stones

composée par M.Jagger et K.Richard)

le saigneur et sa Dame.jpg

avec de tels yeux,

la morsure d'une goule.jpg

VOIR

au-delà

des

apparences

divination.jpg

Divination        encre de Chine de l'auteur , Dominique Mertens

 

Le Miroir de la Vie et de la Mort

le miroir de la vie et de la mortREC.jpg

"Mondains qui faites cas des beautés d'un visage,

Sachez que les aimer ce n'est pas être sage,

Puisque le temps enfin les doit faire périr.  

Nous n'avons ici-bas chose aucune assurée.

Tout change et notre vie a si peu de durée,

Qu'en commençant à vivre, on commence à mourir."

lady Nightingale.jpg

tombeau d'Elizabeth Nightingale à Westminster Abbey,

oeuvre du sculpteur Louis-François Roubillac

jeanfrançois RoubillacREC.jpg

"Bientôt le jour va tirer le verrou.

L'ombre du soir s'avance à pas de loup ;

Il traîne au ciel un rayon de lumière,

Qui maintenant vit son heure dernière.

 

Il m'a guidé, hors des voies du salut,

Sur un chemin que je n'ai pas voulu.

Mais quand mourra la clarté inféconde

S'achèvera ma course vagabonde.

.....  .....  ....."

Maturin     Fatale vengeance

Salve Regina virgo immaculata.jpg

Salve Regina, virgo immaculata      encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

rideaux.jpg

"Dorian, Dorian, s'écria-t-elle, avant de vous connaître, jouer était toute ma vie.  Je ne respirais que pour la scène.  Tout m'y semblait réel.  J'étais un soir Rosalinde ; le soir suivant, Portia.  La joie de Béatrice était ma joie ; les douleurs de Cordelia, mes douleurs.  Ma foi était sans bornes.  Les gens vulgaires qui jouaient avec moi me semblaient des dieux.  Les décors étaient mon univers.  Je ne connaissais que des ombres et je les prenais pour la réalité.  Mais vous êtes venu, ô mon bel amour, et vous avez tiré mon âmes de sa prison.  Vous m'avez révélé la réalité vivante.  Ce soir, pour la première fois, j'ai vu nettement le vide, le contenu et le grotesque de la vaine parade où depuis si longtemps je jouais mon rôle.  Ce soir, pour la première fois, j'ai découvert que Roméo était hideux, vieux et fardé, que le clair de lune dans le jardin était truqué, que la mise en scène était vulgaire, que les paroles mises sur mes lèvres étaient mensongères, qu'elles n'étaient pas mes paroles à moi, qu'elles n'exprimaient pas ce que j'avais à dire. C'est que vous m'aviez apporté une rélité plus haute, une réalité dont l'art n'est qu'un reflet.  Vous m'aviez fait comprendre ce qu'est l'amour, le réel amour.  Mon bien-aimé, mon bien-aimé !  Prince charmant !  Prince de la Vie !  Je n'ai plus que dégoût pour les ombres.  Quel art approchera jamais de ce que vous êtes pour moi ?  Qu'ai-je à faire à présent de ces jeux de marionnettes ?

Oscar Wilde      Le Portrait de Dorian Gray

507px-The_Triumph_of_Death,_or_The_Three_Fates.jpg

Tapisserie du triomphe-de-la-mort ou des trois-destinées

giorgio_ghisi-allégorie-de-la-vie.jpg

giorgio-ghisi         allégorie-de-la-vie

destin,destinée humaine,mort,thanatos,la vie après la mort,michel de montaigne,occultisme

 une profonde réflexion sur le sujet...

à suivre...

05/11/2011

SANG POUR SANG

SANG  POUR  SANG

saint sang rouge.jpg

le-reliquaire-du-saint-sang-à-bruges

"Souvent le meurtre ensanglanta ses mains, 

souvent il se porta aux plus affreuses barbaries.  

Il ne se passa plus de jour qu'il ne pût se dire : J'ai fait bien du mal !"

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

ensanglantée2434303761_small_1.jpg

"Jeanne, qui n'aimait que Rodolphe, qui ne trouvait de bonheur que dans ses bras, jetait souvent les regards de la compassion sur ces scènes d'horreur, soulageait souvent les souffrances des malheureux et versait du baume sur leurs blessures.  Mais elle n'avait pas assez de courage pour donner des conseils salutaires à son bien-aimé et pour le ramener dans le bon chemin.  Lorsque après plusieurs jours d'absence, Rodolphe rentrait chez lui, quelques fois tout souillé de sang, il n'avait qu'à lui adresser un regard tendre, lui faire une simple caresse, pour étouffer tout sujet de mécontentement dans le coeur de son amante." 

Christian Heinrich Spiess                 Le Petit Pierre

 rivière de sang.jpg

"Qu'il meure et que son sang retombe sur toi !  Il y a là-haut un Etre qui protège l'innocent : c'est lui que j'appelle du fond de l'abîme ; c'est à lui que je m'abandonne."

Christian Heinrich Spiess        Le Petit Pierre

 simone_simons_rouge.jpg

simone-simons

 lareinedesdamnésphoto_4574396rouge.jpg

la-reine-des-damnés

"Tout crime exige sa punition, tout péché sa pénitence.  Fais ton examen, tu verras qu'il est utile pour toi, qu'il est indispensable  de t'imposer un châtiment volontaire.  Le sang, le sang de l'innocence crie vengeance sur toi, il demande expiation !  Le crime souille ta conscience, il faut qu'elle soit purifiée."

Christian Heinrich Spiess         Le Petit Pierre

 m0zz1ykm.jpg

"-  As-tu été près de mourir ?

-  Oui, très près...  à cause d'un cruel amour, d'un bien étrange amour qui aurait voulu m'ôter la vie.  L'amour exige des sacrifices, et il n'est pas de sacrifice sans effusion de sang..."

sheridan-le-fanu     carmilla

levres en sang.jpg

"Ma chérie, ton petit coeur est blessé.  ne me juge pas cruelle parce que j'obéis à l'irrésistible loi qui fait ma force et ma faiblesse.  Si ton coeur adorable est blessé, mon coeur farouche saigne en même temps que lui.  Dans le ravissement de mon humiliation sans bornes, je vis de ta vie ardente, et tu mourras, oui, tu mourras avec délices, pour te fondre en la mienne.  Je n'y puis rien : de même que je vais vers toi, de même, à ton tour, tu iras vers d'autres, et tu apprendras l'extase de cette cruauté qui est pourtant de l'amour." 

Sheridan Le Fanu      Carmilla

 coeur1.jpg

embrasement 2.jpg

étreinte         encre de chine de l'auteur, Dominique Mertens

Reine Margot.jpg

isabelle-adjani dans le film "la-reine-margot"

"C'est alors que mon attention fut attirée par un détail singulier du plancher.

- Est-ce que ces mouillures sont dues à l'humidité ?

(Michelo garda le silence)  Voyez ces longues taches brunes qui s'étendent presque jusqu'à la porte.

- C'est du sang, me dit le vieillard en frissonnant.

- Du sang !  C'est impossible !  La moitié de la pièce en est couverte.  Pour un tel résultat, il aurait fallu non pas un assassinat mais un véritable massacre.

- C'est du sang, insista Michelo, qui se leva et me suivit d'une démarche hésitante tandis que j'examinais les traces.  C'est ici qu'il a coulé : il a dû jaillir avec force pour éclabousser ainsi le mur.  Les traces finissent un peu avant la porte.

Je m'arrêtai.  des circonstances, des particularités, qui venant à ma connaissance en ordre dispersé n'avaient éveillé en moi que des soupçons ou des interrogations, firent irruption pour m'asséner la plus effroyable conviction.

- Un meurtre a été commis ici, Michelo, et vous qui savez de quel corps le sang s'est épanché, vous qui peut-être avez été témoin du crime, vous gardez un silence obstiné.  Oui, vous vous taisez, bien que peut-être vos étranges souffrances soient dues aux visites que vous rend la victime, bien que peut-êre celle-ci hante les parages, l'âme en peine, bien que peut-être son spectre ait été entrevu cette nuit même dans les passages qui conduisent à cette chambre !"

Charles-Robert Maturin     Fatale vengeance

antoine herlaut  massacre de la st barthélémyNB.jpg

antoine-héraut     le-massacre-de-la-saint-barthélémy

 intolerance-1916-02-g.jpg

...rouge sang...

nice vampire girl picture - image femme vampire zombie.jpg

 

 

12:26 Écrit par Dominique Mertens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charles-robert maturin, gothique, sang, occultisme |  Facebook |

03/11/2011

COMMUNIQUER AVEC LES MORTS

La Mort,

thème majeur du gothique

img916.jpg

désespoir        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

...

Et à propos de désespoir...

 catherineribeiro.jpg

Catherine Ribeiro,  

grande Dame du Fantastique

...

"Un jour... la Mort"

extrait d'une chanson essentielle 

(paroles et musique de Catherine Ribeiro+Alpes)

 Z.gif

 Un jour, la Mort,

Cette grande femme démoniaque,

M'invita dans sa fantastique demeure.

Depuis longtemps elle me guettait, m'épiait,

Usant de ses dons,

De ses charmes magiques,

Elle cambrait sa croupe féline,

Fermait à demi ses paupières lourdes de sommeil,

Au-delà desquelles brillaient deux yeux de guet-apens.

Le souffle court, les lèvres entrouvertes,

Elle murmurait :

"Viens chez moi, viens, viens encore !

Viens t'enrouler dans mon repos, repos, repos,

L'éternel repos..." 

Z.gif

big_17292637_0_1024-698.jpg

"Aimer la Vie autant que je l'ai haïe..."

Z.gif

succubes.jpg

éros-et-thanatos        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

         Michael_Maier_Atalanta_Fugiens_Embleme_1.jpg

michael-maier        atalanta-fugiens

Le Feu, symbole de la Vie, symbole de l'énergie sexuelle... 

 altdorfer le sommeil.jpg

albrecht-altdorfer        pyramus-mort

 damnatio et condamnatio.jpg

damnatio-et-condamnatio        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 TROBAR_legend of blood.jpg

trobar-de-morte

un groupe incontournable de la musique gothique...

 dark sanctuary.jpg

dark-sanctuary

 dame pandora   dark sanctuary.jpg

marquise-ermia et dame-pandora,

deux gentes Dames d'une musique vitale

telle que nous l'offre le fantastique groupe gothique

dark-sanctuary

un groupe français à découvrir !!!

 artesia.jpg

artesia, un groupe gothique français  fascinant...!

La mélancolie, cet état d'âme infiniment précieux

qui traverse les Temps immémoriaux..

 artesiabandeau2.jpg

 le chant.jpg

Arabella chantant une complainte du Klagebüchlein de Hartmann von Aue

       encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

Hartmann- von Aue   weingartner.jpg

Hartmann von Aue

 427px-Iwein_de Hartman von Auecpg397_78r_ret.jpg

Ywein      complainte de Hartmann von Aue

 img917.jpg

Arabella  r.i.p.        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 Altdorfer le sacrifice d'abraham.jpg

albrecht-altdorfer        le-sSacrifice-d-abraham

 Thorhild sur son tombeau.jpg

Torhild gisant sur son tombeau        encre de Chine de l'auteur, 

Dominique Mertens

...

"E s p r i t,  e s - t u   l à  ???"

C O M M U N I Q U E R     A V E C     L E S     M O R T S   ?

 poste à cadrans 1.jpg

RECEVOIR DES MESSAGES DE  L'AU-DELA ?

... --- ...

 poste à cadrans 2.jpg

... --- ...

C'est d'abord notre respect

qu'implorent de nous les morts...

le sacrilège.jpg

Le Sacrilège        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 crypte2.jpg

"Il tenait toujours ma main ; je l'entraînai, en courant à travers les herbes et les pierres, jusqu'au pied du tombeau.  Mais l'étonnement dont nous avions été saisies en l'apercevant, ne fut pas comparable au sien, lorsqu'il vit quelle était l'entrée de notre demeure.  le temps ne nous permettait pas d'explications ; il nous aida à entrer, et nous suivit ; après avoir remis la barre, nous laissâmes ma soeur, pour observer, au travers de la porte, l'approche de ceux que nous avions entendus, et je conduisis notre hôte dans la grande salle du Souterrain.  

sophia-lee        le-souterrain

 De profundis.jpg

De Profundis        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"La mort est un dialogue entre 

L'esprit et la cendre.

"Dissous-toi ", dit la mort.

L'esprit : "Madame,

j'ai une autre espérance "

La mort hésite, reprend sa plaidoirie.

L'esprit lui tourne le dos,

Ne laissant pour témoin

Qu'un manteau d'argile."

emily-dickinson

 2012-08-12 11-37-20_0369.jpg

 "A cette  même heure, heure de minuit, était réunie en quelque antre souterrain une assemblée d'êtres dont l'aspect était en parfaite et monstrueuse harmonie avec le lieu.  D'ù venaient-ils 8  à quel mystérieux appel avaient-ils répondu ?  rien ne le laissait entrevoir.  Beaucoup arboraient ces protubérances, gibbosités, difformités, dont les cauchemars et les terreurs nocturnes sont prodigues.  D'autres, non moins nombreux, étaient drapés dans une sorte de brume qui dissimulait à demi ces figures hideuses que seules les ténèbres peuvent engendrer. Tous étaient silencieux et affairés, mais à quoi s'occupaient-ils ?"

Charles-robert Maturin      Fatale vengeance

 docteur Mabuse le joueur 1.jpg

fritz-lang       image du film "docteur-mabuse-le-joueur"

"Il voyait le château plein de fantômes et de revenants.  S'ils en rencontraient un seulement, le moindre risque qu'ils couraient tous deux, était d'en être étranglés.  Il était inutile de vouloir communiquer avec les gens de l'autre monde et il n'y avait que des coups à y gagner."

anne-radcliffe       julia,- ou_les_souterrains_du_château_de-mazzini 

(a_sicilian_romance)

 

spectreRECOL.jpg

 mine2.jpg

 le_spectreCOl.jpg

"Man soll die Toten ruhen lassen...

... Man soll Sie aber auch nicht vergessen !" 

 ("On doit laisser les morts en paix...

... Mais on doit cependant aussi ne pas les oublier !")

(extrait du film  muet "der Turm des Schweigens",  "La Tour du silence", de Johannes Guter, 1925)

 machine_à_évoquer_les_esprits.jpg

  appareil servant à communiquer avec les esprits dans le jeu vidéo Nécronomicon

 la_pythie_rec.jpg

 

26/07/2010

La FORET FANTASTIQUE

Cette forêt fantastique au coeur de laquelle,

par un certain jour de l'hiver 1493,

se perdirent mes pas...

 

J'étais alors à mille lieues de soupçonner

que ce serait là le point de départ

de cette terrifiante odyssée

dont j'ai fait le récit

intitulé :

"Dans ses yeux je voyais ma mort"

forêt profonde.jpg

La Forêt de Lutzehardt

peinture originale de l'auteur, 2010

 étude 2 pour La Forêt de Lutzelhardt.jpg

étude (encre) préparatoire à La Forêt de Lutzelhardt

étude 1 pour La Forêt de Lutzelhardt.jpg

étude (encre) préparatoire à La forêt de Lutzelhardt

Mais déjà les nuages s'annoncellent,

 et la forêt va incessamment changer de visage...

100_1180.jpg

100_1595.jpg

La Nature  entière chante un hymne de louange à la Vie...

100_1593.jpg 

100_1596.jpg

Chercher à voir bien au-delà des apparences... 

Dans ce fouilli inextricable,

il me faut impérativement rechercher quelque bribe de sens...

Les quelques ébauches de mots que je parviens à grand peine à distinguer semblent être là pour m'y aider...

100_1603.jpg
Mais qu'y a-t-il donc qui se dissimule derrière tout cela ?100_1601.jpg

Quelle fantastique féerie de feuilles, de tiges, de rameaux et de branches! Tout s'épanouit et se déploie ici sous mes yeux émerveillés...

100_1604.jpg

100_1605.jpg

Mais... !!!  Quelque chose ne vient-il pas de se produire...?  

100_1592.jpg

Contempler cette merveille de la création, cela suffit-il ?

Assurément non !

Chercher à décrypter le langage unique de la Nature, interprêter ses signes, et répondre à ses muettes invites...

100_1589.jpg

100_1179.jpg

Les feuillages affolés sous la caresse du vent semblent vouloir me parler...

Mais qu'ont-ils donc à me révéler ?

100_1178.jpg

Dans cette clairière perdue au beau milieu de l'immensité de la forêt,je ressentis puissamment monter en moi l'appel à la Vie que me lançait la multitude des arbres qui, pourtant, m'apparaissaient comme tristement cloués  dans un sol,  immuable à jamais...

Indubitablement, leurs feuillages aux couleurs éclatantes m'embrasaient d'une ferveur nouvelle, comme s'ils tentaient de communiquer avec moi dans un même élan vers l'absolu...

"Tout est tellement éphémère, me dis-je, et pourtant se perpétue sans cesse comme une sorte d'irrésistible tension vers l'éternité..."

Mais dans quel dessein, tout cela...? 

100_1177.jpg

  Dans son ouvrage incontournable pour tout amateur de Fantastique, 

(L'Art Fantastique, réédité aux éditions Albin Michel en 1989) 

Marcel Brion évoque la forêt fantastique en ces termes:

"La selva oscura, pleine de dangers extérieurs, représente également la forêt intérieure à l'homme, le labyrinthe des passions et des vices, dans lequel il s'égare et dont il faut qu'il sorte pour atteindre la lumière.  car la lumière ne pénètre pas plus dans la forêt que dans le labyrinthe.  ...   La forêt est l'endroit où l'on se perd, matériellement, moralement.  La région qu'il faut traverser, selon les romans de chevalerie, pour atteindre le château.  Château et forêt s'opposent ainsi, l'un signifiant sécurité, ordre humain, protection ; le formel contre l'informe, l'immuable contre le perpétuel mouvant.  Le chevalier qui s'aventure dans la fprêt  -la forêt obscure des mystiques-  afin d'arriver au château  -les châteaux de l'âme, de sainte Thérèse-  est un nouveau Thésée : il affronte les minotaures et les dragons, qu'il tuera, afin que vices et passions bestiales ne fassent plus obstacle à la marche vers la lumière"

 

"Comme l'écrivait Mircea Eliade : Il y a là déjà un symbole de la mort : la forêt, la jungle, les ténèbres, symbolisent l'au-delà, les enfers.

La forêt est un monde inhumain, d'où l'homme est exclu, où il n'est admis qu'à regret.  Les êtres et les choses, les plantes et les animaux y confondent leurs formes, leurs couleurs, leurs propriétés.  C'est un monde irrationnel, où se rassemblent, féroces et tranquilles, les éléments hostiles, un monde autre, qui ne devient accueillant que dans les clairières, aux endroits où la cognée du bûcheron a ouvert un passage pour la lumière."

 

"Inchangée depuis les origines du monde, dressant dans un colossal pullulement la foule des jeunes arbres sur les débris des troncs antiques qui se décomposent en humus aux fortes odeurs, la forêt incarne les forces élémentaires et primordiales, ce qui était à l'origine, ce qui demeure des temps disparus et ce qui survivra lorsque l'humanité aura disparu de la surface de la terre.  Elle est un être, aussi, multiforme, capable de passions, habité par une âme que l'on sent palpiter dans le frisson des branches et le craquement des troncs, et dont le souffle vient au-devant du voyageur, redoutable à l'égaré."

 

"Seuls poussent jusqu'au creux de la forêt l'ermite c'est à dire l'homme qui va se combattre lui-même, vaincre son minotaure, son dragon intérieur, et le chevalier dont la vocation est de détruire les monstres..."

 

"Il y a aussi le saint-chasseur, dont la forêt triomphe par sa propre conversion au christianisme, et qui fait apparaître aux yeux émerveillés de saint-Hubert un cerf portant une croix entre ses bois ; c'est parce qu'il s'est dompté lui-même que, contrairement à ce qui se passe d'ordinaire, le cerf triomphe du chasseur : non pas en fuyant, mais en atteignant avant lui le havre du salut, la Croix."

 

Et, enfin, ce bref passage où l'auteur évoque les liens qu'entretiennent la Mort et le Fantastique :

"L'idée de la mort ajoute, à la souffrance de la séparation du corps et de l'âme, le pressentiment du châtiment qui attend l'homme dans l'au-delà s'il a manqué aux préceptes de la religion.  Le thème fantastique de la mort est ainsi lié aux deux autres grands thèmes fantastiques, celui de la Tentation, c'est à dire de l'incidieux assaut du péché, et de la damnation qui menace le pécheur, de l'enfer."

 

Une bien étrange présence...

perdu au coeur de la forêt,

vit

un humble ermite.

 ermite obscur.jpg

La forêt, toute entière emplie du bruissement des arbres

et des conversasions des corbeaux...

Soudain,

dans l'intimité d'une chambre obscure,

jaillissent les imprécations de quelque un pauvre humain

à l'encontre de l'un de ceux-ci...

 "Que cette parole soit le signal de notre séparation,

oiseau ou démon !  -hurlai-je en me redressant.-

Rentre dans la tempête, retourne au rivage de la nuit plutonienne ;

ne laisse pas ici une seule plume noire comme souvenir du mensonge que

ton âme a proféré ; laisse ma solitude inviolée ;

quitte ce buste au-dessus de ma porte ;

arrache ton bec de mon coeur,

et précipite ton spectre loin de ma porte.

Le corbeau dit :  "Jamais plus ! "

(extrait du poème   Le Corbeau  d'Edgar Allan Poe)

Mais que serait la forêt sans l'intrusion bouleversante

du fracas d'une puissante locomotive ?

 foret2.jpg

Dans la forêt sans heure

On abat un grand arbre.

Un vide vertical

Tremble en forme de fût

près du tronc étendu.

Cherchez, cherchez, oiseaux,

La place de vos nids

dans ce haut souvenir

Tant qu'il murmure encore.

(poème extrait du Forçat innocent

de Jules Supervielle)

bûcheron.jpg

La Rivière de sang           gouache de l'auteur  

  A chacun de nos pas, alors que nous empruntions les sentes effacées qui nous rapprochaient, Adelheide et moi, du sinistre repaire de Loewenstein, je pensais en moi-même à l'insurmontable difficulté qu'il y avait à rendre témoignage de l'émouvante -autant qu'angoissante-  beauté de la Nature : l'incroyable foisonnement des ramures, l'inextricable chaos des rochers, le fugitif moutonnement  des halliers, tout ce paysage sublîme livré à la tyrannie des vents...!

Je ne pouvais m'empêcher de songer à cette peinture admirable d'Albrecht Altdorfer que j'avais découvert un beau jour à Munich  -Coin de forêt avec saint-Georges terrassant le dragon- et à la réflexion que je m'étais faite alors : ce peintre seul avait bel et bien réussi à capter l'essence même de la forêt et de la Vie jaillissante qu'elle recellait.

 467px-Albrecht_Altdorfer_045.jpg

Coin de forêt.jpg

Coin de forêt à Falkenstein   encre de Chine de l'auteur 

 

Comment rendre les visages infiniment changeants de la Nature, et plus particulièrement ceux de la forêt ?

 

Chaque peintre, chaque écrivain, chaque artiste apporte sa propre réponse.

 

détail de la forêt.jpg

 

Toute forêt ne renferme-t-elle pas en elle le désir inavoué d'égarer et de perdre le visiteur, cet intrus ?!

 

100_1620.jpg

Le recours au noir et blanc 

-et donc le plus souvent à la gravure- 

assure un rendu et une efficacité sans pareils :

le regard, enfin libéré de toute distraction indue par le chatoiement des couleurs, acquiert cette concentration rare et pourtant tellement indispensable à la juste appréciation d'une oeuvre.

Altdorfer   Paysage avec un pin double.jpg

                                   Albrecht Altdorfer           Paysage avec pin double   (gravure)

                                                           Art Institute of Chicago

 

La forêt, lieu de toutes les malédictions !

Coin de forêt 3.jpg

Coin de forêt à Berwartstein          encre de Chine de l'auteur

La forêt, lieu de tous les sortilèges !

Coin de forêt 2.jpg

Coin de forêt à Hohenburg

img234.jpg

 Coin de forêt à Windstein         encre de Chine de l'auteur 

 

"Voyez donc !    Voyez ce qui reste des rêves de ces hommes.

Les obsessions dont ils étaient prisonniers résonnent encore en ce lieu.

Hantés par les passions les plus folles,

ces hommes sont tombés dans la voie du sang.

Hommes d'hier, hommes d'aujourd'hui, rien n'a changé."

dialogue extrait du film "Le Château de l'arraignée"

d'Akira Kurosawa, 1957

monogramme Niklaus Manuel Deutsch.jpg

monogramme de Niklaus Manuel  dit Deutsch

La forêt, terre de toutes les convergences,

espace de toutes les fécondations,

enclos sacré où se célèbrent toutes les unions,

creuset alchimique dans lequel fusionnent tous les principes.

La forêt, haut lieu du grand oeuvre...

Albrecht Dürer    Adam et Eve.jpg

Albrecht Dürer   Adam et Eve, gravure

La silhouette d'un arbre ne suffit-elle pas déjà à en deviner le tempérament, l'âme, le coeur, et même l'esprit ?

Altdorfer  Paysage avec bucheron  version NB.jpg

Albrecht Altdorfer    Paysage avec un pin et un bucheron

Sonder l'âme de la forêt, et explorer ses plus intimes arcanes...

 bingen.jpg

Coin de forêt à Bingen         encre de Chine de l'auteur 

 

Le ruissellement de l'eau sous les feuilles,

 

puis son écoulement joyeux parmi les pierres.

 

rheinfels.jpg

Coin de forêt à Rheinfels    encre de Chine de l'auteur

Retrouver aussi le même regard,

et s'immerger alors  totalement

au sein de

LEUR

forêt.

bacharach.jpg

Coin de forêt à Bacharach    encre de Chine de l'auteur

 Emprunter les mêmes gestes

qu'Albrecht Dürer et qu'Albrecht Altdorfer,

lorsqu'ils gravaient leurs plaques de cuivre

voici plus de 500 ans maintenant,

c'est comme inciser une écorce, 

et revivre les tourments même de l'arbre, et du graveur,

unis dans leur création

trifels.jpg

Coin de forêt au Trifels        encre de Chine de l'auteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03/07/2010

Une HISTOIRE DE SORCELLERIE FANTASTIQUE

                                                                                                                                 

la basilique d'Avioth  par Viollet- Le-Duc

 

J'étais bien loin de me douter où allait me mener

une banale conversation 

 100_1203

au départ d'une singulière pierre taillée

recueillie par un cultivateur du hameau

de Buzin, et dont la récente découverte

m'avait été rapportée par un de ses

proches voisins, je me lançai sur la piste d'une église

aujourd'hui totalement disparue...

   pierre 2 

pierre 1

 Un soupirail pour s'échapper ?

                                                                                                                                        soupirail

Cette cave d'une très ancienne demeure du hameau de Buzin (Condroz, Wallonie, Belgique) livrera-t-elle un jour ses terribles secrets ?   la cave 

cave de Buzin 00011

Cet âtre va-t-il enfin nous révéler tout ce dont il a été témoin ?

                      âtre Buzin 11

 

A force de sonder le passé, de fouiller les archives, d'explorer les lieux dits, j'ai été amené à m'intéresser au procès de Marie Orban, cette femme de 60 ans qui fut accusée de sorcellerie,  et exécutée en 1652 à Buzin, hameau de l'ancienne commune de Failon.  (région du Condroz, en terre wallonne, Belgique)

 

La lecture du compte-rendu de son procès (Annales de la Société archéologique de Namur, tome 11, 1870-1871, pages 393 à 462)  est à cet égard tout à fait édifiante ! 

 

Marie Orban, fille de Lambert Pirsoul (natif de Libois) et de Marie Damode (originaire du ban de Foirsé) était la veuve de Freson Orban, (dont la mère était déjà réputée sorcière) et habitait le lieu dit de La Foulerie, petit hameau retiré au cœur de la forêt en bordure du ruisseau de  la Somme, situé en contrebas et à environ 1 km du village de Failon.  La transcription de son procès nous apprend aussi incidemment que ses parents étaient réputés avoir été bannis et exilés du pays de Liège et du comté de Looz.  Les faits rapportés  s'inscrivent dans un contexte d'instabilité, puisqu'il est fait mention du passage de soldats dans des endroits tout proches : le village de Somal et le château de Chantraine. (étymologiquement : le lieu où chante le corbeau)

 

Marie Orban fut accusée de sorcellerie par la Haute Cour de Justice de Buzin-Failon, présidée par Lambert d'Anthisnes, officier représentant Messire Gérard de Luxembourg, Seigneur de Hollogne, Buzin et Failon.  L'accusation visait également Jeanne, la sœur de Marie Orban, et épouse de Jean Lowys, ainsi que Marie, épouse d'Ambroise Delvaux.

 

L'acte d'accusation entendait « obvier aux maux et châtier les délinquants, signament toutes personnes s'abusant de la loi divine et humaine, exerçant journalièrement exhanterie, sortilège, morts de personnes, bêtes, ravagement et gastement des fruits de la terre, s'adonnant au diable, et par tels enchantements travaillent à la ruine entière des bonnes personnes... »

 

Cet acte est énoncé en 30 articles au nombre desquels on relève des questions relatives à des allées et venues nocturnes et suspectes, des participations répétées à des danses avec le diable, la disparition inexplicable de l'hostie consacrée lors de la communion au cours de la messe dominicale, le fait d'avoir inexplicablement devancé d'autres paroissiennes en se rendant à la messe à Buzin, le prononcement de paroles-sortilèges à l'encontre d'une femme qui barattait son beurre, le fait d'avoir jeté des sorts et d'avoir rendus ainsi soudainement malades de tierces personnes, le fait d'avoir renversé une charrée de fumier, le fait d'avoir prononcé des maléfices et exercé tous autres sortilèges afin de faire mourir en plusieurs occasions quelque bétail, le fait d'être réputées sorcières, d'être réputées voleuses...

 

Attardons-nous un instant sur cette singulière anecdote de la sainte hostie perdue, et référons-nous au témoignage écrit qui nous en est donné :

 

« une fois estante présentée au banc de la sainte communion, Marie Orban, et lui étant présentée la sainte hostie consacrée  par le curé, et venue jusqu'à ses lèvres, fut perdue et évanouie, et étant regardé par le dit curé si elle était en sa bouche ou alentour d'elle, ne la sut voir ni apercevoir en sa dite bouche ni aux environs, et la dite sainte hostie perdue au grand étonnement du révérend prêtre et des personnes présentes au banc de communion... »

 

Le procès commence le 1er février 1652 par l'audition des 12 témoins suivants, dont l'identification se fait tantôt par leurs patronymes, tantôt par leur lieu d'habitation, voire même leur lieu de naissance  :  Marie de Sausoy, Toussaint de Ramezée, Pierre Wathelet, Wathieux Delvaux, Lambert de Pesesse, Hubert Donis, (de Maffe) Elisabeth Sienguin, François Jalet, Catherine Dosogne, (de Failon)  Marie Donis, (de Maffe) Pierre Sienguin, le curé de Buzin et de Failon, et Jean Thomas.

 

Il est à noter que c'est Elisabeth Sienguin, nièce du curé Pierre Sienguin, âgée de 17/18 ans, qui chargera le plus l'accusée Marie Orban, puisqu'elle l'accusera de pacte avec le diable et rapportera même avoir entendu la fille de Marie Orban, Catherine, déclarer qu'elle était fille de sorcière.

 

L'audition des témoins terminée en présence du mayeur (bourgmestre) de Failon, le rapport est envoyé aux échevins de Liège, lesquels ordonnent à la Cour de Justice de Buzin de « s'assurer des personnes » incriminées et de les soumettre à examen.  S'en suit une visite au domicile d'Ambroise et de Marie Delvaux, avec établissement de l'inventaire des « meubles, bestiaux et hardes »  de ceux-ci.  Puis, « par le son de la cloche, des manants de Failon sont convoqués pour saisir Marie Delvaux et Marie Orban. » 

 

Vingt deux manants répondent à l'appel.  De longs et pénibles interrogatoires peuvent à présent commencer.  Nous sommes le 11 février 1652.

 

Marie Delvaux s'en tire à bon compte en déclarant succinctement qu'elle « n'a

 

voulu rien dire ni déclarer, sinon qu'elle dit ne pas être telle que ce qu'on lui impose. »  De toute évidence, les charges qui pesaient sur elle étaient bien faibles... Quant à Marie Orban, retenue prisonnière dans les caves de la maison du Seigneur de Buzin, Messire Gérard de Luxembourg, elle confia ingénument avoir rencontré un homme  -le diable, confirme-t-elle-  qui lui fit des propositions et affirma pouvoir lui ôter toute tristesse qu'elle avait accumulé en son cœur.  La malheureuse aggrava son cas en ajoutant avoir participé aux danses (le sabbat) nocturnes à Verlée, et à Maffe, avoir été transportée dans les airs par le diable, s'être ointe d'un onguent fourni par celui-ci, et vu Marie Delvaux en compagnie de nombreux sorciers et sorcières. 

 

Mal lui en prit : après lecture de sa déposition, Marie Orban persista inexplicablement dans ses déclarations. Les interrogatoires se poursuivirent donc les 12 et 14 février 1652.

 

Marie Orban évoque alors sa mésentente avec son gendre, lequel la traitait mal, et la profonde tristesse qu'elle en éprouve.  Elle parle de la visite de cet homme vêtu de rouge, alors qu'elle filait sa quenouille au coin du feu. 

 

« Si elle voulait et croire et s'adonner à lui, qu'elle ne serait plus triste et qu'il lui donnerait de l'argent.  A quoi elle dit qu'elle ne voulut consentir et qu'elle fit le signe de la croix, et que le dit homme s'évanouit par une fenêtre. »

 

En outre, Marie Orban reconnut qu'elle consentit à son coulant (son amant)  d'aller le soir aux danses par crainte d'être battue.  Elle rapporta « que sur le soir, étant couchée à son lit, il entra comme elle croit en forme d'un chat par une fenêtre et se changea en un homme vêtu de rouge » un diable aux pieds fendus. 

 

Elle aggrava définitivement son cas en confirmant que son amant lui avait conseillé à plusieurs reprises de faire mourir des personnes. (son beau-fils, la femme de celui-ci et leurs enfants) Enfin, elle avoua qu'après les danses, elle faisait « des fosses en terre desquelles sortaient des souris en quantité... afin de gâter les grains. »

 

Manifestement éprouvée par sa détention, et par le régime qui lui était infligé, l'infortunée Marie Orban confirmera puis infirmera tour à tour ses aveux.

 

Il fut alors décidé que l'accusée serait examinée  par un docteur en médecine.  Devant les résultats de l'expertise de ce dernier, (« icelle est ven bon sens et jugement, reconnaissant y avoir en icelle plus de malice que de sotise ») la Cour décida de lui appliquer la « torture modérée », laquelle consistait en une « gêne », l'accusée étant placée durant un certain temps debout devant un feu, sans avoir ni mangé ni bu.

 

La torture produisit son effet, puisque l'accusée se rétracta sur plusieurs points, en donnant des « réponses incohérentes et ses divagations attestent de l'influence de la peur sur un cerveau déjà malade. »

 

La Cour fut dès lors confrontée au problème de la charge financière que représentait le recours au maître des œuvres, et « autre forte nécessaire pour l'extirpation des personnes sy pernicieuse que j'ai fait saisir... »

 

La torture modérée fut une nouvelle fois requise à l'encontre de la malheureuse.  Ceci se passait le 26 mars 1652. 

 

Une fois encore, hélas, « après lecture, Marie Orban persiste. »  Elle confirme en outre que le diable l'appelait Droumguine, et qu'elle appelait son amant Pruser.  Tant de familiarités ne pouvaient plus que lui être fatales...

 

Marie Orban devait perdre définitivement pied en avouant ce qui suit : 

 

« interrogée si elle n'a eu copulation charnelle avec le diable, et combien de fois et en quels lieux, elle dit que la première fois qu'elle eut trouvé le diable étant retournée à son logis et étant dans son étable, le diable s'approcha d'elle sur le soir, avec lequel elle eut copulation et recepti semen eius frigidum sicut glacies... »  Gageons que les cheveux des membres de la Haute Cour durent s'hérisser de stupeur et d'effroi, ce qu'atteste ces derniers mots de la citation, expressément énoncés en latin ! 

 

Finalement, Marie Orban capitula totalement en reconnaissant qu'à la fin, « elle renonça à Dieu, la glorieuse Vierge, sa foi, et son baptême... »  ce qui acheva de la condamner irrémédiablement à mourir étranglée puis brûlée et réduite en cendres.  L'exécuteur des hautes œuvres était un dénommé Jacques. 

 

Le curé de Buzin attesta avoir confessé la condamnée et « avoir en elle reconnu une vraie contrition et repentance. »

 

L'exécution eut lieu entre Buzin et Failon, au lieu où il existait un ancien tilleul, (Tillou, en wallon) lieu qui fut à jamais maudit.

 

Quels enseignements tirer de cette sinistre affaire ? 

 

Affirmer que tout ceci n'appartient plus qu'à un passé définitivement révolu, revient à commettre une grossière erreur.  L'histoire de l'humanité ne nous démontre-t-elle pas que l'être humain demeure ce qu'il a toujours été : une créature prompte à s'aveugler au gré de ses intérêts du moment... ! 

 

Voilà qui devait être rappelé !

 

Pour ceux qui veulent approfondir la question, je leur conseille de se référer aux chroniques du procès des sorcières de Sugny, telles que les a rapportées le docteur Delogne de Bouillon. 

la prisonnière.jpg

la prisonnière        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens   

011

 les abords de la chapelle de Verlée

                        010

le tillou de Buzin

007

la chapelle de verlée

006

la campagne de Failon

005

004

la campagne de Chantraine

003

la campagne de Buzin

002

la Foulerie, Failon

 

10/06/2010

ARCHITECTURES FANTASTIQUES

Tout enfant déjà, je bâtissais des châteaux féériques habités de princesses inaccessibles, et protégés de sortilèges inviolables.  L'esprit des chevaliers avait forgé en moi son imagerie fascinante qu'alimentaient mes lectures inspirées. Ainsi je me constituai un bréviaire dans lequel il ne me restait plus qu'à puiser. Adolescent, je rêvais d'architectures et d'ambiances fantastiques, comme on en trouve par exemple dans la peinture de Desiderio Monsu, dans les gravures de Piranèse, dans le Palais idéal du facteur Cheval ou dans la tour d'Eben-Ezer à Eben-Emael, conçue et réalisée par Robert Garcet. (1912-2001)

la tour Eben-Ezer.jpg

Avec le temps, mes rêves ont peu à peu pris corps et, de simples décors pour théatre de marionnettes, au départ, se sont matérialisés en une crêche de Noël (collection  Michel Vincent) reprenant simultanément divers épisodes de la Nativité.  Puis, ce fut  la réalisation d'une mise en scène grandiose pour la fête de Pâques (collection Krippana, Manderfeld - Büllingen) qui déployait les tableaux de la Passion et de la Mort du Christ dans diverses architectures fantastiques, et recelait déjà en germes l'oeuvre qui allait lui succéder immédiatement : l'Antre du Vampire...

 

« L’Antre du Vampire » est la mise en scène de tout un décor fantastique conçu au début des années 2000 pour un public de pré-adolescents à l’occasion des premières fêtes d’Halloween qui furent célébrées en Belgique. 

 

L’Aventure débuta par un simple empilement de cageots solidarisés à l’aide de colle et de plâtre, et qui ébaucha petit à petit la silhouette massive d’un château fantastique au fur et à mesure de son agrandissement.  J’y perçai des ouvertures que je dissimulai par des tentures.  J’en garnis les murailles de hautes fenêtres murées, construisis des tours inaccessibles que je cernai de plateformes crénelées, forgeai des barreaux, et aménageai des salles.

 Il ne me restait plus qu’à peupler cette citadelle que je résolus d’entourer d’un vaste cimetière encombré de chapelles, de tombes et de croix. Lorsque je les eu façonnées dans l’argile, quelques succubes parmi les plus dévouées rejoignirent aussitôt la crypte où repose  pour l’éternité leur maître vampire, tandis que leurs compagnes se disséminèrent au coeur du cimetière, au service de leur seigneur, prêtes à séduire quiconque aurait l’imprudence de s’aventurer là…    

 La représentation pouvait commencer… !

 

02/06/2010

l' ANTRE du VAMPIRE

 

 

« L’Antre du Vampire » est la mise en scène de tout un décor fantastique conçu au début des années 2000 pour un public de pré-adolescents à l’occasion des premières fêtes d’Halloween qui furent célébrées en Belgique. 

 L’Aventure débuta par un simple empilement de cageots solidarisés à l’aide de colle et de plâtre, et qui ébaucha petit à petit la silhouette massive d’un château fantastique au fur et à mesure de son agrandissement.  J’y perçai des ouvertures que je dissimulai par des tentures.  J’en garnis les murailles de hautes fenêtres murées, construisis des tours inaccessibles que je cernai de plateformes crénelées, forgeai des barreaux, et aménageai des salles.

 Il ne me restait plus qu’à peupler cette citadelle que je résolus d’entourer d’un vaste cimetière encombré de chapelles, de tombes et de croix. Lorsque je les eu façonnées dans l’argile, quelques succubes parmi les plus dévouées rejoignirent aussitôt la crypte où repose  pour l’éternité leur maître vampire, tandis que leurs compagnes se disséminèrent au coeur du cimetière, au service de leur seigneur, prêtes à séduire quiconque aurait l’imprudence de s’aventurer là…    

 La représentation pouvait commencer… !

100_1561.JPG
100_1582.JPG
100_1586.JPG
100_1561.JPG
100_1582.JPG
100_1551.JPG
 100_1555.JPG
100_1559.JPG
100_1576.JPG
 100_1575.JPG100_1565.JPG
100_1566.JPG
100_1569.JPG

...un cimetière rongé de solitude et hérissé à perte de vue de chapelles et de croix...

100_1570.JPG
944
 
938
 
 950
955
 
964
 
...des ténèbres immobiles, mais tout infestées d'immondes succubes !
 
1013
 
 974
 
 959
 
 982
 
1001
 
 100_1028
 
970
 
 970
 
971
 
1017
 
1035
 
 972
 
 1015
 
990
 
0986 
 
1037 
 
 
... et dans leurs yeux je voyais ma mort