01/05/2016

Les ILLUSTRATIONS GOTHIQUES DE MON ROMAN

Vous pouvez découvrir la totalité des illustrations de mon roman

"Dans ses yeux je voyais ma mort"

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

tome I

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

tome II

 

sur le site 

https://picasaweb.google.com/wolfram.manteufel

meurtreREC.jpg

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

 gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

 gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

 gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

 gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

gothique,illustration gothique,alsace,moyen age

... et bien d'autres illustrations encore sur l'album

https://picasaweb.google.com/wolfram.manteufel 

errer dans les forêts p10 chap1rec.jpg

15/10/2013

MON LIVRE D'HEURES GOTHIQUE

Mon livre d'heures gothique

Mon livre d'heurts gothique

livre d'heures noir de Charles le Téméraire Pierpont Morgan Library de New-York 1475.jpg

Livre d'Heures noir de Charles le Téméraire (1) conservé à la Morgan Pierpont Library

L'Homme est un loup pour l'Homme

Trahison.jpg

Trahison        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Ce fut au cours d'une de mes nuits de tourmente qu'une pensée,

plus irrésistible et brutale qu'un ouragan, s'empara de mon esprit  

-la seule pensée dans laquelle, au long de toutes ces années, j'ai puisé la

volonté et la force de vivre, ainsi que la conviction d'avoir encore affaire

avec le monde des hommes."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 

"Lorsque l'hypocrisie jette ses voiles,

la trahison règne sans pudeur."

Louis-Philippe de Ségur     Pensées et maximes

TRAHIR EST LE PROPRE DE L'HOMME

 Livre d'heures noir de Charles le Téméraire (Pierpont Morgan Library  de New-York).jpg

livre-d'heures-noir de Charles le Téméraire (2)

 La Caravage   La Trahison de JudasREC.jpg

 Le Caravage      La Trahison de Judas

TRAHIR EST LE PROPRE DE L'HOMME

violence au sein du couple

Heurts        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Il y a à la vérité, dit le marquis, des esprits si faibles qu'ils sont effrayés de faire des choses qu'ils sont accoutumés de regarder comme mauvaises, quelque avantageuses qu'elles puissent être.  Ils ne se laissent jamais guider par les circonstances, mais adoptent un plan fixe de vie dont ils ne veulent jamais, sous aucune considération, se départir.  La conservation de soi-même est la première loi de la nature.  Quand un reptile nous nuit ou qu'un animal de proie nous menace, nous ne pensons qu'à l'écraser.  Quand ma vie ou ce qui est essentiel à ma vie exige le sacrifice d'un autre ou même si quelque passion invincible l'exigeait, je serais un fou d'hésiter. "

ann-radcliffe      les-mystères-de-la-forêt

 el-beso-de-judasR.jpg

le-baiser-de-judas

violence, couple, fantastique

Tu me fais horreur        encre de chine de l'auteur, Dominique Mertens

2090688808.jpg

 Quelques extraits, séparés par des images, de

"l'apprenti-sorcier"

de

Hanns Heinz Ewers

violence au sein du couple

"Frank Braun s'interposa entre l'image sainte et la jeune fille.

- C'est la Madone qui m'a appelé, fit-il, le verbe ardent.

Il arracha la chemise virginale, découvrant la chair blanche comme l'écume.  Il répéta sourdement :

- C'est la Madone qui m'envoie !                                         

 Maria_von_Morl_REC.jpg

Maria von Mörl

"La jeune fille jeta un cri et, des poings et des ongles, tenta d'échapper à l'étreinte.  Frank Braun la saisit aux hanches, la repoussa et lui renversa la tête, de la main droite.  Alors, sans qu'il sût comment, son doigt se trouva pris entre des dents solides.  Il cria de douleur, mais tordit autour de son poignet les nattes de la jeune fille.  Les dents lachèrent prise.  De la main droite il lui serra la gorge, tandis que de la gauche il lui maintenait les bras derrière le dos. 

C'est ainsi qu'il la prit."

1104193835.jpg

Violence         encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Elle ne baissa pas les paupières.  Douloureuse, sans un geste, en silence elle considérait l'étranger, son bourreau.  Ses yeux étaient rivés sur cette impitoyable main qui lui emprisonnait le bras, sur cette main, hideuse et terrible !  Pas une plainte ne tomba de ses lèvres, pas une larme de ses yeux.

Frank Braun sentit, peu à peu, la force qui guidait ses mains refluer vers son âme.  Sa poitrine en feu s'apaisa.  Une harmonie, seraine et subite, se prit à sourdre en lui.  Il parla.

Sa voix avait la douceur des musiques lointaines.  Et les mots tombaient dans l'oreille de la jeune fille qui ne pouvait s'empêcher de les écouter : mots de tendresse infinie, mots étranges et persuasifs qu'il avait dits, jadis, à d'autres femmes, et d'autres mots encore, dont la douceur l'enivrait lui-même.  Ils descendaient, pluie merveilleuse et rafraîchissante, sur le pauvre corps martyrisé.

Alors, elle pleura."

 violence au sein du couple

rené-gabriel-ojeda      jeune femme fuyant avec son enfant dans les bras

"Il la prit dans ses bras, avec mille précautions, comme un petit enfant.

- La Madone l'a voulu !  murmura-t-il.

Elle tourna la tête et le regarda.  Etait-ce bien le même homme que tout à l'heure ?  Cependant tout à l'heure...  Mais savait-elle, au juste, ce qui s'était passé tout à l'heure ?  Elle se retrouvait dans les bras d'un être nouveau.  Elle lui pressa inconsciemment le bras, puis retira sa main, effrayée du geste involontaire."

 

"Lui, continuait à parler.  Il tissait, lentement, le tendre réseau d'amour autour de l'âme de la jeune fille.  Elle ferma les yeux et sentait les pulsations du corps de Frank Braun contre sa chair, à elle.  Une chaleur infinie la pénétra.  Cet amour, débordant de caresses, amollissait sa volonté.  Elle ne se défendit plus, quand il chercha ses lèvres.  Le cauchemar s'était mué en rêve.  Elle s'abandonna."

 

violence au sein du couple

"Frank perçut, entre ses bras, l'éveil d'une vie nouvelle.  Le vainqueur savoura l'ivresse de sa victoire.  Une femme venait de naître.  Elle emprisonna la tête de Frank Braun, dans ses deux mains, l'attira à soi et la baisa fougueusement.

-  Oui, cria-t-elle, enfin, c'est la Madone qui t'a envoyé.  Je suis à toi !

Et ses étreintes se firent plus ardentes.

Elle lui prit les mains, ne se rappelant plus l'impression terrifiante qu'elle en avait ressentie quelques instants auparavant.  Elle les porta à ses lèvres, heureuse et docile.

Ils restèrent étendus, sans dormir, sans parler.  Un long frémissement de volupté les agitait.  L'amour les avait emportés dans son tourbillon..."

violence au sein du couple

L'amour est illumination         encre de chine de l'auteur,

Dominique Mertens

 violence au sein du couple

Violence         encre de l'auteur, Dominique Mertens

à suivre...

02/05/2012

AMOUR ET FANTASTIQUE

Explorer les rapports

qu'entretiennent

Amour et Fantastique.... 

Echeveau d'Amour.jpg

Echeveau d'Amour        encre de Chine de l'auteur

Les Règles de l'Amour 

1. Le prétexte de mariage n’est pas une excuse valable contre l’amour. 

2. Qui n’est pas jaloux ne peut pas aimer. 

3. Personne ne peut avoir deux liaisons à la fois.

4. Toujours l’amour doit croître ou décroître.

5. Il n’y a point de saveur à ce que l’amant obtient sans le gré de son amante.

6. L’homme ne peut aimer qu’après la puberté. 

7. A la mort de son amant, le survivant attendra deux ans.

8. Personne ne doit sans raison suffisante être privé de l’objet de son amour. 

9. Personne ne peut aimer vraiment sans être poussé par l’espoir de l’amour.

10. L'amour est toujours étranger dans la maison de l'avarice.

11. Il n'est pas bon d'aimer une femme qu'on aurait quelque honte à épouser.

12. L’amant véritable ne désire d’autres baisers que ceux de son amante.

13. Rendu public, l'amour résiste peu.

14. Une conquête facile rend l’amour sans valeur, une conquête difficile lui donne du prix.

15. Tout amant doit pâlir en présence de son amante.

16. A la vue soudaine de son amante, le coeur d’un amant doit tressaillir. 

17. Un nouvel amour fait partir l'ancien.

18. Rien que le bon caractère rend l'homme digne d'amour. 

19. Quand l'amour diminue, il diminue vite et se renforce rarement.

20. L’amoureux est toujours craintif. 

21. Vraie jalousie fait toujours croître l’amour.

22. Un soupçon sur son amante, jalousie et ardeur d’aimer augmentent. 

23. Il ne dort ni ne mange celui que passion d’amour démange. 

24. N’importe quel acte de l’amant se termine dans la pensée de son amante. 

25. L’amant véritable ne trouve rien de bien, qui à son amante ne plaise bien.

26. L’amant ne saurait rien refuser à son amante.

27. L’amant ne peut se rassasier des plaisirs de son amante.

28. La moindre présomption pousse l’amant à soupçonner le pire sur son amante. 

29. Il n’aime pas vraiment celui qui possède une trop grande luxure. 

30. L’amant véritable est toujours absorbé par l’image de son amante.

              31. Rien ne défend à une femme d’être aimée de deux hommes, ni à un homme          d’être aimé de deux femmes.

Miroir d'Amour.jpg

miroir-d'-amour        encre de Chine de l'auteur

Quelques poésies du Moyen age...

D'être avec elle

D'être avec elle tant m'étonne

Que n'ose avouer mon désir

Et quand m'en vais d'elle il me semble 

Que perds tout sens et tout savoir.

jardin-courtois-decameron-2.jpg

Joyssance vous donneray

Joyssance vous donneray,

Mon amy, et vous meneray

Là où pretend vostre esperance.

Vivante ne vous laisseray ;

Encore quant morte je seray,

L'esprit en aura souvenance.

 

Si pour moy avez du soucy,

Pour vous n'en ay pas moins aussi ;

Amour le vous doit faire entendre.

Mais s'il vous greve d'estre ainsi,

Apaisez vostre cueur transy ;

Tout vient à point qui peult attendre.

 

Temple d'Amour.jpg

temple-d'-amour        encre de Chine de l'auteur

483px-Chambre.medieval.jpg

Dont vient cela

Dont vient cela, belle, je vous supply,

Que plus à moy ne vous recommandez ?

Toujours seray de tristesse remply,

Jusques a tant qu'au vray me le mandez.

Je croy que plus d'amy ne demandez.

Ou maulvais bruyt de moy on vous revelle

ou vostre coeur a fait Amour nouvelle.

 

Si vous laissez d'Amour le train joly,

Vostre beauté prisonnrendez ;

Si pour autruy m'avez mis en oubly,

Dieu vous y doint le bien que pretendez ;

Mais si de mal en rien m'apprehendez,

Je veulx qu'autant que vous me semblez belle,

D'autant ou plus vous me soyez rebelle.

Danse d'Amour.jpg

plaisir-d'-amour-ne-dure-qu'-un-instant        encre de Chine de l'auteur

chagrin d'Amour.jpg

chagrin-d'-amour-dure-toute-une-vie        encre de Chine de l'auteur

Amour éconduit.jpg

amour-éconduit        encre de Chine de l'auteur

Tacuinum_Sanitatis-cabbage_harvest.jpg

L'Amour, la Mort et la Vie

L'Amour, la Mort et la Vie

Me tourmentent à toute heure.

De me laysser ont envye

Et veullent que j'y demeure.

Quand je veulx rire je pleure

Du feu d'Amour qui s'avive

La Vie veult que je meure

Et la Mort veult que je vive.

Citadelle d'Amour.jpg

amour-fortifié        encre de Chine de l'auteur

amour champêtre.jpg

amour-champêtre        encre de Chine de l'auteur

 amour ancillaire.jpg

amours-ancillaires        encre de Chine de l'auteur

Amour contrarié.jpg

amour-contrarié        encre de Chine de l'auteur

 l'Amour est aveugle.jpg

amour-aveugle        encre de Chine de l'auteur

 

Cet   Enfer   au   Paradis

une chanson de

Dark  Sanctuary

Je ne sais que faire de cette vie,

Dans cet Enfer au Paradis.

J'ai perdu mes ailes et ma liberté,

A cause de celle que j'ai tant aimé.

Des larmes de glace sont comme des espoirs,

Lentement ils s'effacent de ma mémoire.

J'aurais tant voulu ne jamais exister,

Ni jamais avoir cru pouvoir aimer.

J'ai tant de haine contre ceux qui ont

Créé mes peines et mes passions.

Je crie de douleur, j'ai mal et j'ai peur,

J'aimerais tant pouvoir encore la revoir.

J'ai beau crier, elle ne m'entend pas,

J'ai beau pleurer, elle ne m'aimera pas.

 

"Brièvement, il posa un baiser sur le front  de son épouse

et s'en fut, happé par cette insatiable nuit

qui n'avait semble-t-il 

d'autre but que de dévorer le peu d'espoir

qui nous restait encore."

Françoise-Sylvie Pauly

L'Invitée de Dracula, roman

 carré brodé.jpg

"Il  serait trop long de vous conter toute ma souffrance

Mais ce qui me torture avant tout,

c'est une bouche rouge dont mon coeur est meurtri jusqu'à l'amère mort.

Devant elle mon corps était baigné de sueur,

Et mon visage devenait rouge puis blème, 

Quand je rendais mes devoirs à la délicate jeune fille.

A force de soupirer et frémir,

Souvent je ne sentais plus mon propre corps,

Comme si je m'étais consumé.

Souvent m'a l'épouvante fait fuir à deux cents milles d'elle,

Et jamais je ne reprenais espoir.

Gel, pluie, neige ne m'ont pas tant glacé

Que le soleil de la bien-aimée ne pût m'enflammer.

Lorsque je suis près d'elle,

Je perds ma mesure.

Ainsi dois-je à cause d'elle aller par les chemins lointains,

En désarroi, jusqu'à ce que la grâce ait remplacé la haine.

Ah, ma tristesse serait allégresse si elle voulait bien m'aider."

Oswald von Wolkenstein

 

 

........

"Je suis à toi pour l'éternité"

 

"Rejoins-moi à jamais..."

800px-Giovanni_Lorenzo_Bernini_-_Blessed_Ludovica_Albertoni.jpg

Giovanni Lorenzo Bernini        Santa Ludovica Albertoni

 ludovica albertoni1.jpg

bernini-ecstasy-of-st-theresa.126135428_std.jpg

Giovanni Lorenzo Bernini        Extase de Sainte-Thérèse

 220px-Santa_Maria_della_Vittoria_-_6.jpg

le_bernin_extase_terese_detail2.jpg

le_bernin_extase_terese_detail1.jpg

"Rappelle-toi ce jour du plus lointain passé

Où ma voix ranima ton cadavre glacé.

Je vis un feu si beau sous ta noire prunelle

Que je te dis alors : Courtisane éternelle,

Toujours jeune et toujours soumise tu vivras,

Et les plus nobles coeurs s'éteindront dans tes bras !"

     Gérard de Nerval       L'Imagier

 

"Le soleil du matin traversait en rayons colorés les verrières du cloître.  Assis au confessionnal, j'étais plongé solitaire dans mes pensées.  Seuls les pas des frères servants qui nettoyaient l'église résonnaient sous la voûte.  Soudain, j'entendis près de moi un frôlement, et j'aperçus une dame grande et svelte, habillée d'une façon étrange,.  un voile couvrait sa figure ; elle était entrée par une porte latérale et s'approchait de moi pour se confesser.  Ses mouvements avaient une grâce indescriptible.  

Elle s'agenouilla.  Un profond soupir s'échappa de sa poitrine.  Je sentais son haleine brûlante ; avant même qu'elle parlât, j'étais sous l'emprise d'un charme étourdissant.  Comment décrire le ton tout à fait particulier de sa voix, qui pénétrait au plus profond du coeur ?  Chacune de ses paroles me saisissait l'âme, lorsqu'elle m'avoua qu'elle nourrissait un amour défendu.  Cet amour, elle le combattait en vain depuis longtemps ; il était d'autant plus coupable que des chaînes sacrées liaient à jamais l'objet de son amour.  Mais dans la folie d'un désespoir sans bornes, elle avait maudit ces chaînes.

Elle s'arrêta.  Puis, au milieu d'un flot de larmes, qui étouffaient presque ses mots, elle s'écria :

"Médard !  c'est toi, toi-même, que j'aime d'un amour indicible."

Comme saisi d'un spasme mortel, tous mes nerfs se mirent à trembler ; j'étais hors de moi ; un sentiment inconnu me déchirait la poitrine.  Je voulais la voir, la presser contre mon coeur, mourir de joie et de souffrance !  Pour une minute de cette félicité, j'étais prêt à endurer le martyre éternel de l'enfer !"

E.T.A  Hoffmann        Les Elixirs du diable

TheMonkandtheNun  cornelis van haarlem.jpg

Cornelis van Haarlem       le-moine-et-la-religieuse

"Effrayé, je m'avançai en courant ; la porte du cabinet était entrouverte.  Aurélie était agenouillée, le dos tourné vers moi, devant un tabouret sur lequel était placé un livre ouvert.  Rempli de crainte, je regardai involontairement derrière moi ; je ne vis rien et je m'écriai, dans un ravissement suprême :  "Aurélie, Aurélie !"

Elle se retourna rapidement, mais , avant qu'elle se fût levée, j'étais déjà à ses genoux et je l'avais enlacée avec force.

"Léonard !  mon bien-aimé", murmura-t-elle tout bas.

Alors fermenta et bouillonna dans mon être un désir furieux, une passion coupable et sauvage.  Elle était là inerte dans mes bras; ses cheveux dénoués tombaient en boucles épaisses sur mes épaules ; sa gorge juvénile se soulevait ; elle gémissait sourdement.  Je ne me connaissais plus moi-même.  Je la relevai ; elle parut animée d'une force nouvelle ; une ardeur inconnue brûlait dans ses yeux et elle rendait avec plus de feu mes baisers délirants."

E.T.A. Hoffmann        Les Elixirs du diable

 

"Dis seulement que tu m'aimes

et tu seras délivrée de toute détresse." 

 E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

Rappelle-toi ce jour.jpg

 rappelle-toi-ce-jour                     encre de Chine de l'auteur

"Coeur qui soupire n'a pas ce qu'il désire..."

 Commedia-017.jpg

"Diffamée, méprisée, oubliée de tous, à l'exception des généreuses soeurs de la famille de Sydnei, je résignai mes volontés à celles de Lord Arlington, et repris la route de cette abbaye, destinée, dès mon enfance, à me servir de tombeau.  La même main qui avait ruiné l'édifice de mon bonheur, avait dépouillé cette demeure de ce qui en faisait pour moi l'unique charme.  Toutes les ruines étaient abattues, et les bois épais qui nous avaient si longtemps protégés, avaient fait place à des plantations naissantes.  Je détournai les yeux de cette scène de désolation, et me renfermai dans la chambre la plus reculée et la plus obscure, résolue d'y passer le reste de ma vie à méditer et à pleurer."

Sophia Lee         Le souterrain

abbaye en ruines.jpg

 

ruines de l'abbaye dans la forêt.jpg

 

souterrains 1.jpg

 

souterrains 2.jpg

 

confusion des langues.png

gustave-doré        la-tour-de-babel

"... en vérité, on n'a pas encore appris à aimer.  Nous n'utilisons qu'une fraction infime de nos possibilités dans ce domaine.  L'amour est indivisible.  Il parle toutes les langues de Babel.  Mais, à chaque instant, nous en faisons l'économie.  Nous lésinons.  A certaines heures désespérées parce que nous y sommes acculés, nous acceptons d'aimer enfin."

pierre-mertens     "Perdre"

 

"Car s'il est vrai, comme l'a affirmé un écrivain célèbre, qu'aucune jeune fille n'a le droit de tomber amoureuse avant que le monsieur n'ait déclaré sa flamme, il serait des plus inconvenants qu'une jeune fille rêvat d'un jeune homme avant qu'on sache d'abord si le jeune homme a été le premier à rêver d'elle."

jane-austen       l'-abbaye-de-northanger

étreinte1.jpg

étreinte        encre de Chine de l'auteur

"Amour, tes jouissances sont infinies, comme tes peines !  Tu es plus amer que l'absinthe, mais le miel est moins doux que toi."

Christian Heinrich Spiess      Le petit Pierre

 

étreinte 2.jpg

étreinte          encre de Chine de l'auteur

"L'embrasser avec toute la passion d'un désir furieux

et puis lui donner la mort, telle était la pensée

qui me poursuivait irrésistiblement."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du diable

 Comme morteREC.jpg

comme-morte         encre de Chine de l'auteur

 

Amours me fait désirer

Amours me fait désirer et aimer ;

Mais si follettement 

Que je ne puis espérer

Ni penser

N'imaginer nullement

Que le doux et beau visage

Duquel je suis tombé amoureux

Me donnera joie,

A moins qu'Amour n'agisse proprement et tellement 

Que je l'obtienne sans le demander.

Guillaume de Machaut

pleurs d'amour.jpg

pleurs-d'-amour         encre de Chine de l'auteur

 kiss3.jpg

"Sur l'épaule de son amant,

elle aperçut trois cicatrices, 

trois morsures de sa bouche, 

trois témoins indiscrets 

de leur amour farouche

et posa les lèvres dessus !

Hanns Heinz Ewers      L'apprenti sorcier

 

 

 

à  suivre...

 

28/04/2012

FANTASMES GOTHIQUES

MOURIR  DE  PLAISIR...   meurtre1 NB.jpg

Meurtre           Dominique Mertens

"C'est elle... elle vient... je vis la revoir..."

disait en moi une voix intérieure,

et mon coeur tressaillait d'angoisse et de ravissement."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du Diable

la beauté et la mortrecadré.jpg

La beauté et la mort        Dominique Mertens

"Rodolphe, parvenu sur le sommet de la colline qui dominait la cabane se retourna et vit Agnès encore à la porte ; elle lui souhaita par signes un bon voyage et un prompt retour.  Le chevalier se coucha sur l'herbe tendre, pour tenir conseil avec son coeur et sa raison.  Avec le premier il eut bientôt fait : rempli de l'image de la jeune fille, la posséder était son unique désir ; et il était déterminé à l'épouser.  Avec raison, le débat ne fut pas aussi court.  "Tu peux fort bien l'épouser, dit celle-ci et même ta conscience n'aura rien à te reprocher ; mais comment pourras-tu vous nourrir toi et ta femme ?  Travailleras-tu avec elle ?  - Oui, dit son coeur sans hésiter.-  Mais sais-tu travailler ?  se demanda-t-il à lui-même.  Un fardeau que tu n'as pas l'habitude de porter ne te fera-t-il pas succomber ?  Ne fera-t-il pas le tourment de tes jours ?  N'altérera-t-il pas tous tes plaisirs ?  Gouteras-tu quelque bonheur lorsque tu rentreras chez toi harassé de fatigue, dégouttant de sueur et que tu retrouveras ta femme gémissant sous le poids de sa misère ?  Lorsque tu seras forcé de lui refuser ce qu'elle désirera le plus vivement, faute d'avoir le moyen de te le procurer ?  ne voudrais-tu que jouir de ses charmes, lui ravir l'innocence, unique bien qu'elle possède et retomber encore dans cette vie criminelle dont tu n'as pu te retirer que par un miracle ?"

Sa conscience et son coeur même s'élevèrent contre cette idée ; il aimait la jeune fille comme il n'avait encore aimé.  Il voulait la rendre heureuse, être heureux avec elle, vivre et mourir dans ses bras."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

daphnis et chloé ND.jpg

Daphnis et Chloé

"Des filles belles comme les roses, sveltes comme les peupliers, voltigeaient devant ses regards et occupaient son imagination.  Sa couche lui sembla un lit d'épines, sa chambre une cellule, son château un désert."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

676px-Makart_Fuenf_Sinne.jpg

Hans Makart     Les cinq sens

"Elle était belle, elle était faite pour inspirer l'amour et le sentir.  Elle avait une taille élancée, des yeux noirs, un teint de lys, les plus longs cheveux qui flottèrent jamais sur les épaules d'une jeune fille.  Le voile qui couvrait son sein trahissait les mouvements d'un coeur trop ému et toute sa personne commandait à la fois l'amour et le respect."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

7-ExtaseNB.jpg

extase

"Jouis alors de ses charmes autant que durera l'ivresse de ton amour."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

 herbert james draper  nymphe des eaux.jpg

nymphe des eaux     herbert-james-draper

"Au moment même où il lisait leur histoire, dans cette bibliothèque silencieuse, les deux amants rugissaient comme des bêtes sous l'éternelle morsure de la flamme justicière pour n'avoir songé qu'à l'assouvissement de leurs désirs."

Julien Green     Moïra

Elle repose sur un tronc.jpg

Elle repose sur un tronc         Dominique Mertens

"Ainsi fortifiée, je pouvais, me semblait-il, reposer en paix.  Mais les rêves traversent les pierres des murs, éclairent des chambres enténébrées ou enténèbrent des chambres éclairées ; et leurs personnages, narguant tous les serruriers du monde, font leurs entrées, ou leurs sorties comme il leur plaît."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

393px-Danae_in_the_Brazen_Chamber_-_Frederick_SandysREC.jpg

Frederick Sandy     Danaë

Phasmes et fantasmes,

Ombres sans nombre...

 800px-Meyerbeer_RobertDiableCiceri contrasté.jpg

Mise en scène de Ciceri pour l'opéra de Meyerbeer "Robert le diable" 

"L'embrasser avec toute la passion

d'un désir furieux

et puis lui donner la mort, 

telle était la pensée

qui me poursuivait irrésistiblement."

E.T.A. Hoffmann       Les Elixirs du Diable

embrasement4.jpg

Embrassement et embrasement         Dominique Mertens

elle pleure.gif

chagrin-d'-amour poursuivra jusque dans la tombe...

"Etes-vous vraiment victime d'une passion effrénée ?  

Serait-il possible que... 

j'ai entendu parler de femmes vénales qui,

même à un être tel que vous, 

préfèrent un vieillard cassé et décrépit, mais cousu d'or.  

Vous ne devez pas languir pour une de leurs pareilles."

Charles Robert Maturin       Fatale vengeance

 beauté gothiquemod_article44808930_4f62fc4a2e8b5.jpg

diablerie.jpg

"Vous vous perdez dans les labyrinthes de la casuistique.  Cessez d'empoisonner votre esprit avec le remords de fautes imaginaires.  Mais je ne saurais vous laisser la consolation de penser que mes souffrances ont une cause ordinaire ou que l'on peut y porter remède.  Plût au ciel que toutes vos présomptions fussent vraies !  Car rien ne peut être  comparé à ce qui est."

Charles-Robert maturin      Fatale vengeance

 

ambiance-gothique-beaute-gothique-10-img (12)femme goth rec.jpg

"J'admire la beauté partout où je la rencontre, mais seule la femme qui sait aimer pourra de moi être aimée."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 succube OstärdtenschteinREC.jpg

la succube Ostärdtenschtein           figurine créée par l'auteur,

Dominique Mertens

pour la mise en scène de L'antre du vampire

 ambiance-gothique-beaute-gothique-10-img (7).jpg

Comme morteREC.jpg

Comme morte          Dominique Mertens

"Tandis qu'elle recouvrait lentement ses esprits, Ippolito admirait sa beauté, qui ne laissait pas d'être captivante sous le masque de la mort.  Ses longs cheveux noirs, qui retombaient gracieusement sur son visage et sur sa poitrine comme les branches d'un saule sur la stèle d'une tombe, lui firent connaître qu'elle n'était point religieuse  -bien qu'il l'eût sortie d'un lieu qui, à l'évidence, était un couvent."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

Sainte-philomène gisante.jpg

sainte-philomène gisante

 

à   suivre...

 

18/04/2012

Le JARDIN DES SEVICES

Entrez,

entrez sans crainte

au Jardin des sévices...

 daphne1-0836.jpg

Giovanni Biliverti    Apollon et Daphné

La   Belle   est   au   jardin   d'amour

(chanson populaire française)

La Belle est au jardin d’amour
Elle y a passé la semaine
Son père l chercahe partout

Et son amant qu’en est en peine
Faut demander à ce berger
S’il l’a pas vu dedans la plaine
Berger, berger n’as-tu point vu
Passer ici la beauté même?

Comment est-elle donc vêtue
Est-ce de soie ou bien de laine?
Elle est vêtue de satin blanc
Dont la doublure est de futaine
Elle est là-bas dans ce vallon
Assise au bord d’une fontaine
Entre ses mains elle tient un oiseau
La Belle lui conte ses peines

Petit oiseau que t’es heureux
D’être entre les mains de ma Belle
Et moi qui suis son amoureux
Je ne puis pas m’approcher d’elle

Faut-il être auprès du ruisseau
Sans pouvoir boire à la fontaine?
Buvez mon cher amant buvez
Car cette eau-là est souveraine
Faut-il être auprès du rosier
Sans en pouvoir cueillir la rose?
Cueillez mon cher amant cueillez
Car c’est pour vous qu’elle est éclose

774px-Liebespaar_auf_der_Gartenbank.jpg

Le Jardin des délices

 Sévices d'amour.jpg

Dominique Mertens           Agression

Le Jardin des sévices

sorcières au bucher sculptées.jpg

Sorcières au bucher

Gentil coquelicot  

(chanson poupulaire pour enfants)

J'ai descendu dans mon jardin (bis)

Pour y cuieillir du romarin

Gentil coquelicot Mesdames, (refrain)

Gentil coquelicot nouveau.

Un rossignol vint sur ma main (bis)

Il me dit trois mots en latin.

Que les hommes ne valent rien (bis)

Et les garçons encore bien moins.

Des dames il ne me dit rien (bis)

Des demoiselles beaucoup de bien.

Tarquin et Lucrèce.jpg

Le Tintoret        Tarquin et Lucrèce

"L'Impression que je crus avoir faite sur la belle me mit tout juste dans l'état qu'elle voulait : je perdis la tête et je la suivis dès lors avec mille peines, à la faveur de l'ombre et du crépuscule, partout où je pouvais.  Toute ma vanité était de la rendre vaine de moi, et je ne parvenais pas, avec la meilleure volonté, à chasser de mon cerveau cette ivresse pour la faire pénétrer dans mon coeur."

Adelbert von Chamisso 

"L'étrange histoire de Peter Schlemihl"

 

Mon seul Amour.jpg

Dominique Mertens           Ecrit sur la pierre

"Brièvement, il posa un baiser sur le front de son épouse et s'en fut, happé par cette insatiable nuit qui n'avait semble-t-il d'autre but que de dévorer le peu d'espoir qui nous restait encore."

Françoise-Sylvie Pauly    L'Invitée de Dracula

   

"Les images que je jetais en son âme devaient, sans qu'elle s'en rendît compte, prendre un développement merveilleux, devenir plus brillantes et plus étincelantes ; apparaissant alors dans leur véritable signification, elles devaient la remplir de l'idée de jouissances inconnues, jusqu'à ce que, martyrisée et déchirée par un désir indicible, elle se jetât d'elle-même dans mes bras."

E.TA Hoffmann      Les Elixirs du Diable

 

Anna Nurmi, ex chanteuse du groupe Two Witches

"Elle aimait en femme,

faisant le sacrifice d'elle-même,

s'oubliant, se dévouant sans réserve,

occupée seulement de celui qui était sa vie

et ne se souciant pas de savoir

si elle n'allait pas elle-même à sa perte..."

Adelbert von Chamisso  

"L'étrange histoire de peter Schlemihl"

L'enlèvement d'une licorne.jpg

L'Enlèvement d'une licorne         gravure d'Albrecht Dürer

"Impossible de décrire le changement qui s'opéra alors en moi, la soif dévorante des joies du monde que j'éprouvai, le sentiment qui me faisait voir le vice sous les formes les plus séduisantes et comme le summum du bonheur qu'on puisse goûter sur terre."

E.T.A. Hoffmann     Les elixirs du Diable

10670_bg.jpg

Hans Sebald Beham    Haust du mich, so stich ich dich

 Orphée battu par les Bacchantes  gravure d'Albrecht Dürermg082.jpg

Orphée battu par les Bacchantes        gravure d'Albrecht Dürer

 Amour éconduit.jpg

    Dominique Mertens            Amour éconduit        

fr_114_341v.jpg

Prison d'Amour

 image025.jpg

Jardin d'Amour gothique,  jardin de cauchemar ?

 

 couple nb.jpg

Le couple en noir... et blanc

 Prison d'Amour.jpg

Dominique Mertens           Amoureux  gothiques         

"Au moment où la malheureuse croyait étourdiment pouvoir se jouer des enchaînements périlleux de la vie, elle était livrée au hasard, ou mieux à la destinée maligne qui conduisait ma main.  Car c'était uniquement ma force enflammée par des puissances mystérieuses qui la contraignait à prendre pour ami et allié l'homme qui ne se couvrait des apparences de l'amitié que pour la tenir prisonnière comme une ennemie et la conduire à sa perte."

E.T.A. Hoffmann       Les Elixirs du Diable

  Tintoret la mort de Lucrèce  détail.jpg

Tintioret        La Mort de Lucrèce (détail)

399px-Master_E._S’s_Feast_in_the_Garden_of_Love.jpg

Fête au Jardin d'Amour

"Car il est des jardins  -plantés par des monarques

qui un moment s'y délassèrent

avec de jeunes femmes qui à la musique

étrange  de leur rire mêlaient des fleurs.

Elles animaient ces parcs las ;

murmuraient comme souffles en les buissons,

étincelaient dans leurs fourrures et peluches,

et les ruches soyeuses de leurs robes matinales

comme un ruisseau bruissaient sur le gravier."

Rainer Maria Rilke

Le Livre de la pauvreté et de la mort

Amour fait perdre la tête.jpg

Dominique Mertens           Amour fait perdre la tête et rendre l'âme

les âmes crient.jpg

Gustave Doré   gravure pour  La divine comédie  de Dante

 

 

Amour coule de source.jpg

Dominique Mertens          Au jardin d'Amour

      

Amour dévoyé.jpg

Dominique Mertens            Amour craint  dévoiement      

 

 

Amour gothique...

1311464-Roman_de_la_Rose__amants_dans_un_lit.jpg

... au Jardin des Délices

fruit d'Amour.jpg

Dominique Mertens          Fruit de l'Amour cueilli au Jardin des délices      

 

daniel Hopfer  scène des Proverbes.jpg

Daniel Hopfer    scène tirée des Proverbes

 Aristotle and Phyllis - 1485 - Master of the Housebook.jpg

Aristote et Phyllis     le Maître du Housebook 

Daniel Hopfer.jpg

Daniel Hopfer    Gib Frid  (Trois vieilles femmes battant à mort un diable) 

 Pilori.jpg

Dominique Mertens           A quelques pas de là...        

 

 

 Au jardin d'Amour.jpg

"L'Amour sacré,

l'amour virginal,

l'amour plus fort que le tombeau

ne cherche que le dévouement

et fuit, éperdu, devant l'égoïsme du désir."

Eliphas Lévi

a0005ffb.jpg

"Vous qui par malheur dans ce lieu solitaire,

Peut-être fûtes amenés,

Sachez qu'il est des mortels sur la terre

Autant que vous infortunés."

Ann Radcliffe

Les Mystères de la forêt

souterrains nb1.jpg

"Je fus rappelée de cette mort momentanée par le soin d'une voix qui me fit désirer qu'elle eût été éternelle.  C'était la voix terrible de Williams.  De quelle horreur mon âme fut à l'instant frappée !  Quelles affreuses images s'offrirent à mes yeux, que j'ouvrais à peine !  J'osai enfin jeter en tremblant quelques regards autour de moi.  Je vis que l'on m'avait transportée dans le grand appartement du souterrain.  Ce lieu, consacré jadis  à l'innocence et à la piété, n'était plus qu'une caverne de brigands, peut-être, hélas, de meurtriers.  Ils étaient une bande nombreuse, et paraissaient prêts à exécuter au premier signal les ordres de leur féroce commandant.  Williams contemplait avec une joie maligne deux malheureuses victimes que le ciel semblait livrer à sa vengeance.  Je me crus perdue sans ressource, aussi bien que Lord Leicester qui, désarmé, et demeurant à mes côtés, les regardait d'un oeil intrépide, et recueillait son âmes en silence.  J'aperçus autour de nous divers ustensiles qui m'étaient inconnus ; je crus voir autant d'instruments de torture et de mort.  

"Dieu tout puissant, dis-je en moi-même, épargne-nous les tortures, si la mort est inévitable !"

Sophia Lee

Le Souterrain

kaethchenvonheilbronn.jpg

 "Je me trouvai dans une petite chambre carrée dont une table à moitié brisée, une chaise et un matelas composaient tout l'ameublement.  Les murailles qui avaient été revêtués de plâtre, étaient dégradées en quelques endroits, et dans d'autres, recouvertes d'une croûte verte qui me confirma dans l'opinion où j'étais de l'humidité de cette prison, car en y entrant, j'avais été saisi de froid."

 Francis Lathom     La Cloche de minuit

 la prisonnière.jpg

Dominique Mertens          La Prisonnière          

"Il n'est pas nécessaire de croire en une source surnaturelle du mal.  Les hommes sont, par eux-mêmes, capables de toutes les méchancetés." 

Joseph Conrad

Je t'en supplie, mon Dieu.jpg

Dominique Mertens           Je t'en supplie !        

"Fais ce que tu voudras, pauvre insensée !  Je remplis mon devoir.  Si tu te crois intéressée à protéger ton suborneur, à ne pas corriger un méchant par des épreuves, à ne pas le garantir de sa perte par les châtiments, suis ton inclination ; tu le peux sans obstacle.  Mais si tu veux écouter le conseil de la vieillesse et de l'expérience, fuis ce monstre qui se fait un jeu des lois les plus sacrées.  Sa conscience est chargée de l'opprobe de toutes les femmes qu'il a déshonorées, son âme est souillée de sang."

Christian Heinrich Spiess        Le Petit Pierre

rembrandt nb.jpg

 Rembrandt van Rijn         Le Philosophe

"J'exige, dit-il enfin avec emportement, j'exige une confession simple et pure de ton crime ; c'est le seul moyen de te sauver !  Cet aveu, s'il est sincère, peut seul amortir dans mon coeur la soif de vengeance."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 

63.jpg

illustration de Sc. Huyot pour "Quentin Durward" de Walter Scott

Emile_Friant_La_Douleur_1898.jpg

Emile Friant       La Douleur

"Et de cette ombre incertaine surgit peu à peu  une silhouette qui paraissait tourner le dos à la dormeuse.  C'était celle d'une femme qui, dans le plus profond silence, exprimait, autant que le pouvait son langage gestuel, la souffrance la plus extrême, en se tordant les mains, en jetant sa tête de part et d'autre, à la manière de quelqu'un que l'ultime affliction a mené à l'épuisement et qui n'en peut plus de souffrir."

Sheridan Le Fanu      Le Destin de Sir Robert Ardagh

 massacre de la Saint-barthélémy.jpg

le massacre de la Saint-Barthélémy

"Dois-je comprendre que vous avez commis un de ces actes terribles qui sont les stigmates de notre société civilisée ?  Exerçant une implacable vengeance, auriez-vous banni de ce monde l'un de vos semblables qui, à son insu peut-être, vous aurait offensé ?  L'auriez-vous envoyé devant son souverain juge avant que son temps fût accompli, sa tâche achevée, son âme absoute, son salut assuré ?  Si vous êtes l'auteur d'un crime que la société pardonne mais que la conscience réprouve, il n'y a oas lieu de perdre espoir.  Et si la justice humaine vous poursuit, alors fuyons !

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 155_vieillevoye_cain_x.jpg

Barthélémy Vieillevoye       Caïen

"Femme !  Femme !  A la fois fragile et téméraire.  Vous vous évanouissez en entendant parler de sang, et l'instant d'après vous m'incitez à le verser."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 le Titien  Viol de Lucrèceversion rougeoyante.jpg

Le Titien       Le viol de Lucrèce

 werner peiners  Europa und der Stier REC.jpg

Werner Peiners      Europa und der Stier

(ce tableau trônait dans la chambre à coucher du sinistre officier nazi Herman Göring)

"Dans le jardin de l'amour, ses mains cueillaient tous les fruits empoisonnés et elle les dégustait en riant..."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 ill roman noir.jpg

 "L'horreur du spectacle, l'ignorance de tout ce qui  concernait la façon dont ce malheur était arrivé,  et surtout le caractère extraordinaire du phénomène, avaient rendu le Prince complètement muet."

horace_walpole         le_château_d'_otrante

 ill d'un roman noir2.jpg

 "Il ne manque souvent à la cruauté, à la vengeance et au libertinage, pour commettre les plus grands crimes, que les faveurs de la fortune ; si vous voulez connaître jusqu'où ces passions peuvent aller, mettez-les dans le coeur d'un homme puissant."

sénèque       lettres_ à_ lucilius

chien_rouge_en_avant.jpg

homme_menaçant_sa_femme   gravure_de_abraham_bosse.jpg

abraham_bosse       homme_menaçant_sa_femme

homme_menaçant _sa_femme.jpg

(détail)

  ...au  nom  du  seul...  

" Tu  es  à  moi  ! "

 

 à suivre...

01/12/2011

le FANTASTIQUE ET LA DESTINEE HUMAINE

"In culpa est animus,

qui se non effugit unquam"

"Nostre mal nous tient en l'âme :

or elle ne se peut eschapper à elle mesme" 

Michel de Montaigne

"L'esprit seul est en faute, 

qui ne peut jamais échapper à lui-même"

moulin4.jpg

Et à présent, que tournent les ailes du moulin des illusions !!!

le créateur et sa créature.jpg

Façonné à son image        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens 

moulin1.jpg

Ses meules jamais ne cesseront de broyer, de broyer encore,

meules pour poudre à canon.jpg

 de toujours broyer, inlassablement...

roues dentées de moulins.jpg

"Souviens-toi que tu es poussière,

et que tu retourneras à la poussière"

 os croisés sombres.jpg

Broyer, encore et toujours, pour réduire en poussière...

poussière.jpg

img985.jpg

La fragilité de l'être         encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

moulin lanterne et rouet.jpg

Ainsi s'écoulent les grains de sable dans le sablier de la Vie...

sablier.jpg

Autant de grains de sable, autant d'âmes humaines...

220px-Tilman_riemenschneider.jpg

tilman-riemenschneider par lui-même, le visage du désenchantement

265px-Tilman_Riemenschneider_Barbara-1 sombre.jpg

Sainte Barbara, par Tilman Riemenschneider

tilman riemenschneider  Noli me tangere.jpg

"noli me tangere"  

une oeuvre de Tilman Riemenschneider

ne me touche pas...!!! " 

 Toute la lumière.jpg

Toute la lumière        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 cramoisi 1.jpg

Daniel Hopfer Les Proverbes.jpg

daniel-hopfer        illustration des Proverbes

 cramoisi 3.jpg

"Misérable railleur, tu veux être artiste et jamais la foi et l'amour n'ont brûlé dans ton coeur.  Aussi tes oeuvres seront-elles froides et sans vie, comme toi-même.  Comme un réprouvé, tu désespéreras dans le vide de ton âme et tu succomberas sous le poids de ton impuissance."

E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

 horloge droite très sombre nb.jpg

L'Horloge  

poème de Charles Baudelaire 

Horloge !  dieu sinistre, effrayant, impassible

Dont le doigt nous menace et nous dit :  Souviens-toi !

Les vibrantes douleurs dans ton coeur plein d'effroi

Se planteront bientôt comme dans une cible.

 

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon

Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;

Chaque instant te dévore un morceau du délice

A chaque homme accordé pour toute sa saison.

 

Trois mille six cents fois par heure, la seconde

Chuchote : Souviens-toi !  Rapide avec sa voix

D'insecte, maintenant dit : Je suis autrefois,

Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

 

Remember !  Souviens-toi !  Prodigue !  Esto memor !

(mon gosier de métal parle toutes les langues)

Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues

Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

 

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide

Qui gagne sans tricher, à tout coup !  C'est la loi.

Le jour décroît ; la nuit augmente ; souviens-toi !

Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

 

Tantôt sonnera l'heure où le divin hasard,

Où l'auguste vertu, ton épouse encore vierge,

Où le repentir même, (oh ! la dernière auberge !)

Où tout te dira : Meurs, vieux lâche !  Il est trop tard !

2012-04-22 11-08-47_0002.jpg

 "Lorsque l'amour, parvenu à un certain degré, dépasse toutes les bornes et touche à l'infini, il se manifeste soudain à l'objet aimé.  Bravant les obstacles, il rompt les chaînes de la bienséance, ces chaînes qui trop souvent attachent l'amant timoré aux tortures de l'incertitude pour des années entières."

Christian Heinrich Spiess       Le petit Pierre             

le fardeau de la vie.jpg

Le fardeau de la vie        encre de l'auteur, Dominique Mertens

Christopher Lee alias dracula.jpg

"Délivre-nous, saigneur !" 

 

"Les  voies  du  saigneur  sont  impénétrables..." 

paroles prononcées par Don Sculi, moine de la Congrégation des  Passionistes

ayant reçu l'inestimable don d'ubiquité

 Les_vampires.jpg

"... Eh bien, je vous l'ai dit une fois, et je vous l'ai dit deux fois

que quelqu'un devra en payer le prix.

Mais voici une chance de changer d'avis,

parce que je ne serai plus là pendant très très longtemps.

Eh bien, ce pourrait être la dernière fois..."

(extrait de "The last time", chanson mémorable des Rolling Stones

composée par M.Jagger et K.Richard)

 

avec de tels yeux,

la morsure d'une goule.jpg

VOIR

au-delà

des

apparences

divination.jpg

Divination        encre de Chine de l'auteur , Dominique Mertens

 

Le Miroir de la Vie et de la Mort

le miroir de la vie et de la mortREC.jpg

"Mondains qui faites cas des beautés d'un visage,

Sachez que les aimer ce n'est pas être sage,

Puisque le temps enfin les doit faire périr.  

Nous n'avons ici-bas chose aucune assurée.

Tout change et notre vie a si peu de durée,

Qu'en commençant à vivre, on commence à mourir."

lady Nightingale.jpg

tombeau d'Elizabeth Nightingale à Westminster Abbey,

oeuvre du sculpteur Louis-François Roubillac

jeanfrançois RoubillacREC.jpg

"Bientôt le jour va tirer le verrou.

L'ombre du soir s'avance à pas de loup ;

Il traîne au ciel un rayon de lumière,

Qui maintenant vit son heure dernière.

 

Il m'a guidé, hors des voies du salut,

Sur un chemin que je n'ai pas voulu.

Mais quand mourra la clarté inféconde

S'achèvera ma course vagabonde.

.....  .....  ....."

Maturin     Fatale vengeance

Salve Regina virgo immaculata.jpg

Salve Regina, virgo immaculata      encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

rideaux.jpg

"Dorian, Dorian, s'écria-t-elle, avant de vous connaître, jouer était toute ma vie.  Je ne respirais que pour la scène.  Tout m'y semblait réel.  J'étais un soir Rosalinde ; le soir suivant, Portia.  La joie de Béatrice était ma joie ; les douleurs de Cordelia, mes douleurs.  Ma foi était sans bornes.  Les gens vulgaires qui jouaient avec moi me semblaient des dieux.  Les décors étaient mon univers.  Je ne connaissais que des ombres et je les prenais pour la réalité.  Mais vous êtes venu, ô mon bel amour, et vous avez tiré mon âmes de sa prison.  Vous m'avez révélé la réalité vivante.  Ce soir, pour la première fois, j'ai vu nettement le vide, le contenu et le grotesque de la vaine parade où depuis si longtemps je jouais mon rôle.  Ce soir, pour la première fois, j'ai découvert que Roméo était hideux, vieux et fardé, que le clair de lune dans le jardin était truqué, que la mise en scène était vulgaire, que les paroles mises sur mes lèvres étaient mensongères, qu'elles n'étaient pas mes paroles à moi, qu'elles n'exprimaient pas ce que j'avais à dire. C'est que vous m'aviez apporté une rélité plus haute, une réalité dont l'art n'est qu'un reflet.  Vous m'aviez fait comprendre ce qu'est l'amour, le réel amour.  Mon bien-aimé, mon bien-aimé !  Prince charmant !  Prince de la Vie !  Je n'ai plus que dégoût pour les ombres.  Quel art approchera jamais de ce que vous êtes pour moi ?  Qu'ai-je à faire à présent de ces jeux de marionnettes ?

Oscar Wilde      Le Portrait de Dorian Gray

507px-The_Triumph_of_Death,_or_The_Three_Fates.jpg

Tapisserie du triomphe-de-la-mort ou des trois-destinées

giorgio_ghisi-allégorie-de-la-vie.jpg

giorgio-ghisi         allégorie-de-la-vie

destin,destinée humaine,mort,thanatos,la vie après la mort,michel de montaigne,occultisme

 une profonde réflexion sur le sujet...

à suivre...

19/06/2011

UNIVERS GOTHIQUE

RIEN

de   si   certain   que

la MORT...

rien de si certain que la mort.jpg

la Mort nous dépouille de toutes choses

la mort nous dépouille de toutes choses.jpg

NIHIL

NEANT

RIEN

L'Envie cède à la Mort seulement...

l'envie cède à la mort seulement.jpg

La Mort nous égale tous...

la mort nous égale tous.jpg

La Mort, le Néant, la négation de tout...

 

la PASSION, antichambre de la MORT

"Si la COMPASSION n'est pas un sentiment voluptueux,

comment se fait-il que

RIEN ne nous bouleverse autant que

la BEAUTE souffrante ?"

Christophe Martin WIELAND

 NIHIL

NEANT

RIEN

OISEAU  DE  MALHEUR !!!!!

corbeau noir.jpg

"Hie muost du yn..."

"C'est là qu'il te faut aller"

(inscription sur une peinture de

Hans Baldung Grien)

"Wohin denn ich ?

"Es leben die Sterblichen von Lohn und Arbeit ; wechselnd in Müh und Ruh.

Ist alles freudig, warum schläft denn nimmer nur mir in der Brust der Stachel ?"

"Où suis-je alors ?  Les mortels vivent de salaire et de travail, alternant entre fatigue et repos. 

Si tout est joie, pourquoi n'y a-il que moi à ne jamais pouvoir dormir que dans le giron de la souffrance ?"

Friedrich Hölderlin

 

oiseaux de malheur.jpg

Oiseaux de mauvaise augure         encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

Chauve-souris.jpg

Hommage à un

maître du Fantastique,

Edgar Allan Poe,

auteur du poème

The Raven / Le Corbeau

le corbeau.jpg

Le Corbeau        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 

La Complainte de la Blanche Biche         

Celles qui vont au bois, c'est la mère et la fille

La mère va chantant et la fille soupire.

Qu'a vous à soupirer ma blanche Marguerite ? 

j'ai bien trop d'ire en moi et n'ose vous le dire !

Je suis fille le jour et la nuit blanche biche.

La chasse est après moi, les barons et les princes.

Et mon frère Renaud qui est encore le pire.

Allez ma mère, allez bien promptement lui dire;

Qu'il arrête ses chiens jusqu'à demain midi.

Où sont tes chiens Renaud, et la chasse gentille ?

Ils sont dedans le bois, à courre blanche biche.

Arrête les Renaud, arrête je t'en prie !

Trois fois les a cornés, de son cornet de cuivre.

A la troisième fois, la blanche biche est prise.

Mandons le dépouilleur qu'il dépouille la biche;

Celui qui la dépouille dit :"je ne sais que dire ; 

Elle a le cheveu blond et le sein d'une fille !"

A tiré son couteau en quartiers il l'a mise.

En ont fait un dîner aux barons et aux princes.

Nous voici tous siets, hors ma soeur Marguerite.

Vous n'avez qu'à manger ; suis la première assise.

Ma tête est dans le plat, mon coeur aux chevilles.

Mon sang est répandu par toute la cuisine, 

Et sur ces noirs charbons mes pauvres os s'y grillent.

Celles qui vont au bois c'est la mère et la fille.

La mère va chantant et la fille soupire.

Qu'a vous à soupirer ma blanche Marguerite ?

J'ai bien trop d'ire en moi, et n'ose vous le dire !

blanche biche.jpg

Blanche Biche          encre de Chine de l'auteur

 illustration pour la chanson "Blanche biche" du groupe folk-rock Malicorne

 

feu02.jpg

 

Hausbuchmeister_Hochwildjagd.jpg

 Hausbuchmeister      Hochwildjagd

 "Seigneur, éloigne cette coupe de mes lèvres..."

(la Bible, paroles prononcées par le Christ au cours de sa Passion)

grunewald_madeleine.jpg

Mathias Grunewald        détail du rétable d'Issenheim

"L'amour me fait désirer

Et aimer si follement 

Que je ne puis espérer ou penser

Ou même imaginer 

Que le délicat et doux visage

Qui m'a fait succomber 

Pourrait me remplir de joie."

L'amour me fait désirer (extrait)  complainte de Guillaume de Machaut

 

MES.XX07.jpg

 "Ego te absolvo"

 Ego te absolvo.jpg

"Ego te absolvo"        encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

 main enserrant une croix.jpg

 

 ...TENTATION GOTHIQUE... 

 

 zurbaran moine yeux levés au ciel.jpg

Zurbaran       moine 

 un cavalier de l'apocalypse.jpg

 Albrecht Dürer      

les cavaliers de l'Apocalypse déferlent sur le monde où s'est répandue

la coupe de la colère divine

 l'apocalypse fléau.jpg

 Craignez, craignez Sa colère !!!

 

repentez-vous, car

la fin des Temps est proche !!!

l'ermite.jpg

L'exhortation de l'ermite      encre de Chine de l'auteur

 img881.jpg

Médiéval ?       Gothique ?  

Que de vies précieuses séparent ces deux époques,

et pourtant...

Le pas est vite franchi sur l'horloge du Temps...

horlogers.jpglivres saints.jpg

L'Heure  

Si j'avais dans ma vie une heure, une seule heure,

Où ce coeur, gémissant d'un souffle qui l'effleure,

Eût joui d'un plaisir   - si fugace fût-il -,

Pour ce furtif instant, pour cette brève joie,

Je reprendrais, moins triste et plus vaillant, ma voie,

Et, puisant de l'espoir dans ce bon souvenir,

Je dirais à mon coeur :  "Sois fort, tout va finir !"

Mais j'interroge en vain l'horreur de ma mémoire,

A chaque page, au livre amer de mon histoire,

Un mot s'épanouit comme une rouge fleur :

Malheur  - et puis Malheur !  - et puis encore Malheur !

(poème de Louis Duchosal dédié au peintre Ferdinand Hodler)

 

 

rien que les armes de WM.jpg

 

blason aigle WM.jpg

 

Wolfram Manteufel.jpg

 Wolfram Manteufel tête.jpg

Wolfram Manteufel buste début lanterne.jpg

Wolfram Manteufel dans la nuit la lanterne et plus.jpg

 Wolfram Manteufel dans la nuit avant dernier.jpg

Wolfram Manteufel dans la nuit.jpg

 

Wolfram Manteufel,

me voici...

 

tel que je me suis moi-même représenté

(encres de chine de l'auteur)

 Suivez-moi dans mes innommables pérégrinations 

 

SANG 

POUR 

SANG

Hemessen,_Jan_Sanders_van_-_Tarquin_et_Lucretia (1).jpg

Jan Sanders Hemessen        Tarquin et Lucretia

CALICE_GOTHIQUE__4b151e6c17ec9.jpg

sacrifice 1.jpg

Le sacrifice        encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

...............

Certains groupes gothiques on un sens particulier du rituel sacrificiel

 

 

 

livres saints.jpg

Médiéval ?       Gothique ?  

Que de vies précieuses séparent ces deux époques,

et pourtant...

Le pas est vite franchi sur l'horloge du Temps...

horlogers.jpg

L'Heure  

Si j'avais dans ma vie une heure, une seule heure,

Où ce coeur, gémissant d'un souffle qui l'effleure,

Eût joui d'un plaisir   - si fugace fût-il -,

Pour ce furtif instant, pour cette brève joie,

Je reprendrais, moins triste et plus vaillant, ma voie,

Et, puisant de l'espoir dans ce bon souvenir,

Je dirais à mon coeur :  "Sois fort, tout va finir !"

Mais j'interroge en vain l'horreur de ma mémoire,

A chaque page, au livre amer de mon histoire,

Un mot s'épanouit comme une rouge fleur :

Malheur  - et puis Malheur !  - et puis encore Malheur !

(poème de Louis Duchosal dédié au peintre Ferdinand Hodler)

 

merci Henri Lievens d'avoir illustré aussi admirablement les

Histoires maléfiques de Claude Seignolle (éd. Marabout)

 

rien que les armes de WM.jpg

 

blason aigle WM.jpg

 

Wolfram Manteufel.jpg

 Wolfram Manteufel tête.jpg

Wolfram Manteufel buste début lanterne.jpg

Wolfram Manteufel dans la nuit la lanterne et plus.jpg

 Wolfram Manteufel dans la nuit avant dernier.jpg

Wolfram Manteufel dans la nuit.jpg

 

Wolfram Manteufel,

me voici...

 

tel que je me suis moi-même représenté

(encres de chine de l'auteur, Dominique Mertens)

 Suivez-moi dans mes innommables pérégrinations 

Dans ses yeux.jpg

Dans ses yeux je voyais ma mort       encre de Chine de l'auteur ,

Dominique Mertens

"Mortem meam in oculis suis videbam"

"In seinen Augen sah ich meinen Tod"

créature rampante aux pieds de son maître.jpg

Amours histrioniques ?  Amours vampiriques ?   

encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

  3 succubes.jpg

 L'initiation de la succube        encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

Requeim for a vampire 077 forteressse.jpg

 ici, en ce  lieu ténébreux, siègea  le

Tribunal du Sang 

 

Belle.jpg

Portrait de femme portant une croix gothique        encre de l'auteur,

Dominique Mertens

"L'ayant trouvé inébranlable, elle le conjura

de porter sur lui une petite croix.

Cette croix, lui dit-il, a appartenu à ma défunte femme,

et comme elle a été baisée par le pape,

elle vous protégera contre le diable et les esprits."

Francis Lathom       La Cloche de minuit

à genoux, mécréants !!!

 l'ermite 2.jpg

Le prêche de l'ermite      encre de Chine de l'auteur,
dominique Mertens