20/10/2017

DANS SES YEUX JE VOYAIS MA VIE

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"Il aimait ce moment où les dernières clartés s'éteignent, où les étoiles, l'une après l'autre, viennent briller dans l'espace et se réfléchir sur le miroir des eaux ; moment touchant et doux, où l'âme dilatée s'ouvre aux plus tendres sentiments, aux contemplations les plus sublimes."

Ann Radcliffe          Les Mystères d'Udolphe 

libellule2.jpg

 

Juste avant l'exil 

chanson de Gérard Manset


Juste avant l'exil,
On pose un dernier regard sur sa ville,
Les colliers de fleurs que les hommes enfilent
Et plus loin, sur le bord du quai,
Le secret que personne ne sait,
C'est qu'on est né ici
Et qu'on sait ce qu'on va laisser,
Alors on reste assis
Juste avant l'exil.
Ça semblait facile
De tout quitter.
On était le loup sans son collier,
L'arbre sans son espalier

Mais quand le sable a quitté le sablier,
Que le marbre et la pierre se sont brisés,
Que le chêne a fini quand même par retomber,

On se retrouve comme on est né
A nouveau dans un monde damnés,
A nouveau dans un monde damnés,
Sans rien ni personne pour nous aider.

Juste avant l'exil,
Juste avant l'exil,
Avant le dernier regard sur la ville,
Dans le bruit des trains qui défilent
Et là-bas, sur le bord du quai,
Comme la flamme d'un briquet,
Dans une main qui tremble,
Ce visage, on le connaît :
Il nous ressemble.
Juste avant l'exil,
Que cherche-t-il vers l'horizon ?
Le dessein dans la forme d'une maison
Ou peut-être la guérison 

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

           Dominique Mertens          Ma rencontre avec Adelheide           

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"Oh ! combien il serait doux de parler longtemps du bonheur de Valancourt et d'Emilie !  de dire avec quelle joie, après avoir souffert l'oppression des méchants et le mépris des faibles, ils furent enfin rendus l'un à l'autre ; avec quel plaisir ils retrouvèrent les paysages chéris de leur patrie !  Combien il serait doux de raconter comment, rentrés dans la route qui conduit  le plus sûrement   au bonheur, tendant sans cesse à la perfection de leur intelligence, ils jouirent  des douceurs d'une société éclairée, des plaisirs d'une bienfaisance active, et comment les bosquets de La Vallée redevinrent le séjour de la sagesse et le temple de la félicité domestique ! ......"

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"..... Puisse-t-il du moins avoir été utile de démontrer que le vice peut quelquefois affliger la vertu ; mais que son pouvoir est passager, et son châtiment certain !  Tandis que la vertu froissée par l'injustice, mais appuyée sur la patience, triomphe enfin de l'infortune.

Et si la faible main qui a tracé cette histoire a pu, par ses tableaux, soulager un moment la tristesse de l'affligé, par sa morale consolante si elle a pu lui apprendre à en supporter le fardeau, ses humbles efforts n'auront pas été vains, et l'auteur aura reçu sa récompense."

(extrait de la conclusion du roman d'Ann Radcliffe, "Les Mystères d'Udolphe")

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 "Leur vie passée offrit un exemple d'épreuves bien dures et leur vie présente un modèle de vertus grandement récompensées; et ils continuèrent de mériter cette récompense.  Car leur bonheur ne se bornait pas à eux seuls, mais ils le faisaient sentir à tous les individus  qui vivaient dans la sphère de leur influence.  L'indigent et l'infortuné avaient à se louer de leur bienveillance, l'homme vertueux et éclairé, de leur amitié, et leurs enfants, d'aavoir des parents dont l'exemple imprimait dans leurs coeurs les préceptes qu'ils offraient à leur esprit."

(extrait de la conclusion du roman d'Ann Radcliffe, "Les Mystères de la forêt")

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 Lovis Corinth        Adam et Eve 

"Le comte et la comtesse Masérini, lord et lady Milverne, jouirent longtemps d'une félicité parfaite.  Ils eurent chacun plusieurs enfants qui devinrent l'ornement et le modèle de leur siècle.  Le temps semblait ajouter chaque jour quelque chose à leur bonheur, et le déclin de leur vie fut comme la fin d'un beau jour, où le soleil en se couchant, brille des rayons les plus purs, jusqu'à ce qu'il ait entièrement disparu de dessous l'horizon."

                                          Geoge Moore     L'Abbaye de Grasville

bonheur,ann radcliffe, george moore, gothique,fantastique

"Ah ! jamais la solitude n'a plu à des êtres trop dissipés et frivoles ; elle ne convient qu'à des coeurs purs, seuls capables d'en goûter les charmes."

                                                             Charlotte Dacre        Zofloya, ou la Maure 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore

"Ainsi, après divers incidents autant étranges que déprimants, Matilda reçut la récompense de sa persévérance, de sa force d'âme, et de sa vertueuse abnégation.  Une conscience de remplir ses nombreux devoirs assura son bonheur , aussi,  lorqu'elle écrivit la conclusion de ses aventures à sa Mère Sainte-Madeleine bien-aimée, ne dit-elle pas :  de vous, j'ai appris la résignation, et une certaine dépendance vis à vis d'un Etre qui n'abandonne jamais celui qui est vertueux.  De vous, j'ai appris à ne jamais désespérer.  De vos préceptes et de vos mises en garde, je vous suis redevable de n'avoir pris le voile, et je crois fermement que, appelée à un état supérieur, je me souviendrai toujours que les infortunés ont des suppliques à adresser aux coeurs de ceux que Dieu a bénis avec générosité, et que, grâce à vos ressources, vouées à expérimenter toutes les bénédictions de la vie, je vais ressentir comme un devoir d'étendre par des vertus vivaces, et au mieux de mes capacités, ces bénédictions à d'autres, moins chanceux que moi."

                                                                    Eliza Parsons          Le Château de Wolfenbach

                                                                                            (traduction Dominique Mertens)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore

 ქრისტე აღსდგა მკვდრეთით,
სიკვდილითა სიკვდილისა დამთრგუნველი
და საფლავების შინათა
ცხოვრების მიმნიჭებელი !

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

"Tu voudrais être aimée ?

Puisse donc ton cœur ne pas s’écarter

de son actuel cheminement !

Étant en tous points ce que tu es maintenant,

ne sois rien de ce que tu n’es pas.

Ainsi, pour le monde, tes nobles façons,

ta grâce, bien plus que de la beauté,

seront un thème sans fin de louange,

un simple devoir rendu à l'amour."

                                                                 Edgar Allan Poe

                                                                        poème            à  F.-S. O.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons       Hermia et Lysander

(Songe d'une nuit d'été)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

Dominique Mertens       Adelheide, l'héroïne de mon roman

"Ils me montraient leurs arbres, et j'étais incapable de comprendre le degré d'amour avec lequel ils les regardaient : comme s'ils parlaient avec des êtres qui leur étaient semblables.  Et vous savez, je ne me tromperai pas, peut-être, si je dis qu'ils conversaient !  Oui, ils avaient trouvé leur langue, et je suis convaincu que les arbres les comprenaient.  Ainsi  regardaient-ils toute la nature  -les animaux, qui vivaient avec eux dans la concorde, ne les attaquaient pas et les aimaient, vaincus par leur amour.  Ils me montraient les étoiles et ils me parlaient d'elles à propos de quelque chose que je n'arrivais pas à comprendre, mais je suis convaincu que, d'une façon ou d'une autre, ils communiquaient avec les étoiles du ciel, et pas seulement par la pensée, non, par je ne sais quel moyen vivant.  Oh, ces gens, ils ne s'acharnaient pas à ce que je les comprenne, ils m'aimaient même sans cela, et pourtant je savais qu'eux non plus, ils ne me comprenaient jamais, et c'est pourquoi je ne leur parlais presque pas de notre terre,.  Je me contentais d'embrasser devant eux la terre sur laquelle ils vivaient et, sans paroles, je les adorais tous, et eux, ils voyaient cela et me laissaient les adorer, sans avoir honte de mon adoration, parce qu'ils étaient eux-mêmes pleins d'amour."

                        Fiodor Dostoïevski         Le Rêve d'un homme ridicule

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

 John Simmons        Le Songe d'une nuit d'été

 

An die Freunde

             Ode à la Joie        

poème de Friedrich Schiller  (extrait)

 version française :

Ô amis, pas de ces accents !

Laissez-nous en entonner de plus agréables,

Et de plus joyeux !

Joie, belle étincelle divine,

Fille de l'assemblée des dieux,

Nous pénétrons, ivres de feu,

Ton sanctuaire céleste !

Tes charmes assemblent

Ce que, sévèrement, les coutumes divisent ;

Tous les humains deviennent frères,

lorsque se déploie ton aile douce.

Celui qui, d'un coup de maître,

a réussi

D'un ami d'être l'ami ;

Qui a fait sienne une femme accorte,

Qu'il mêle son allégresse à la nôtre !

Oui, et même celui qui ne peut appeler sienne

Qu'une seule âme sur la Terre !

Mais celui qui jamais ne l'a su,

Qu'en larmes il se retire, de cette union !

Tous les êtres boivent la joie

Aux seins de la nature ;

Tous les bons, tous les méchants,

Suivent sa trace parsemée de roses.

Elle nous a donné des baisers et la vigne ;

Un ami, éprouvé par la mort ;

La volupté fut donnée au vermisseau,

Et le Chérubin se tient devant Dieu.

Joyeux, comme ses soleils volant

À travers le somptueux dessein du ciel,

Hâtez-vous, frères, sur votre route,

Joyeux comme un héros vers la victoire.

Soyez enlacés, millions.

Ce baiser au monde entier !

Frères ! Au-dessus de la voûte étoilée

Doit habiter un père bien-aimé.

Vous vous effondrez, millions ?

Monde, as-tu pressenti le Créateur ?

Cherche-le par-delà le firmament !

C'est au-dessus des étoiles qu'il doit habiter.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John simmons      Le Songe d'une nuit d'été

version allemande :

Freude, schöner Götterfunken

Tochter aus Elysium,

Wir betreten feuertrunken,

Himmlische, dein Heiligtum !

Deine Zauber binden wieder

Was die Mode streng geteilt ;

Alle Menschen werden Brüder

Wo dein sanfter Flügel weilt.

Wem der große Wurf gelungen,

Eines Freundes Freund zu sein ;

Wer ein holdes Weib errungen,

Mische seinen Jubel ein !

Ja, wer auch nur eine Seele

Sein nennt auf dem Erdenrund!

Und wer's nie gekonnt, der stehle

Weinend sich aus diesem Bund !

Freude trinken alle Wesen

An den Brüsten der Natur ;

Alle Guten, alle Bösen

Folgen ihrer Rosenspur.

Küsse gab sie uns und Reben,

Einen Freund, geprüft im Tod ;

Wollust ward dem Wurm gegeben,

und der Cherub steht vor Gott.

Froh, wie seine Sonnen fliegen

Durch des Himmels prächt'gen Plan,

Laufet, Brüder, eure Bahn,

Freudig, wie ein Held zum Siegen.

Seid umschlungen, Millionen !

Diesen Kuß der ganzen Welt !

Brüder, über'm Sternenzelt

Muß ein lieber Vater wohnen.

Ihr stürzt nieder, Millionen ?

Ahnest du den Schöpfer, Welt ?

Such' ihn über'm Sternenzelt !

Über Sternen muß er wohnen.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons        There lies Titania

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons        Titania lying on a leaf

 

ADELHEIDE

(mélodie de Ludwig von Beethoven,

paroles de Friedrich Mathisson, 1795)

Ton ami erre seul dans le jardin nimbé de lumière

par le tamis tremblant de ses branches fleuries, Adelaide !

 

Dans le jet d'eau étincelant sur la neige des Alpes,

Dans les nuages d'or du crépuscule,

Dans le champ des étoiles,

Ton image brille, Adelheide !

 

Les feuilles tendres chuchotent dans la brise du soir,

Les cloches argentées du muguet sont le carillon de Mai,

Les vagues murmurent et les rossignols sifflent, Adelheide !

 

Un jour, ô merveille, sur ma tombe poussera 

Une fleur des cendres de mon coeur,

Et de chaque fleur pourpre brillera ton nom, Adelheide !

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons       Titania

"Il ne sut pas comment cela se passa, mais il se sentit soulevé par une force inconnue et jeté aux pieds de Sonia. Il pleurait et il étreignait ses genoux. Au premier moment, elle s’effraya terriblement et son visage devint mortellement pâle. Elle bondit et, toute tremblante, elle se mit à le regarder. Mais – 774 – immédiatement, à l’instant même, elle comprit tout. Un bonheur infini brilla dans ses yeux ; elle avait compris, elle n’avait plus de doute maintenant, il l’aimait, il l’aimait d’un amour sans limite et son heure était enfin venue… Ils voulaient parler, mais ils ne le pouvaient pas. Les larmes inondaient leurs yeux. Ils étaient hâves tous les deux ; mais ces visages maladifs et pâles s’auréolaient déjà du renouveau futur, de la résurrection totale à une vie nouvelle. L’amour les avait ressuscités ; le cœur de l’un contenait des sources intarissables de vie pour l’autre."

                                                                           Fiodor Dostoïevski        Crime et châtiment

"Fiodor Dostoïevski, un talent cruel"

                                                                                                           Mikhailovski, critique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Franck Pauwels   (connu sous le nom italianisé de Paolo Fiammingo)     Amori reciproco amore

"Ce que je sais, c'est que nous vivons, nous souffrons et nous mourons bêtes, sans savoir ni pourquoi ni comment.  Je sais encore que notre plus grande erreur est de trop désirer le bonheur, tandis que la vie reste indifférente à nos désirs : si nous sommes heureux, c'est par hasard ; et si nous sommes malheureux, c'est encore par hasard.  Dans cette mer pleine d'écueils qu'est la vie, notre barque est à la merci des vents, et notre adresse  ne peut éviter  que peu de choses.  Et c'est inutile d'accuser quelqu'un, ou d'accrocher son espoir à quelque chose : on est destiné au bonheur ou au malheur avant de sortir du ventre de sa mère.  Heureux est celui qui sent le moins ou qui ne sent rien, et malheureux est celui qui sent et qui veut : il n'a jamais assez."

                                               Panaït Istrati       oncle Anghel - les récits d'Adrien Zograffi

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Franck Pauwels        Amori amore letheo

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Dominique Mertens       La source de la Vie (encre) 

 

Hymne à la Vie

un poème de Mère Térésa

 La vie est beauté, admire-la.

La vie est félicité, profites-en.

La vie est un rêve, réalise-le.

La vie est un défi, relève-le.

La vie est un devoir, fais-le.

La vie est un jeu, joue-le.

La vie est précieuse, soigne-la bien.

La vie est richesse, conserve-la.

La vie est amour, jouis-en.

La vie est un mystère, pénètre-le.

La vie est une promesse, tiens-la.

La vie est tristesse, dépasse-la.

La vie est un hymne, chante-le.

La vie est un combat, accepte-le.

La vie est une tragédie, lutte avec elle.

La vie est une aventure, ose-la

La vie est bonheur, mérite-le.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Mère Térésa 

 "Premier jour dans la forêt. J’étais joyeux et las, toutes les bêtes s’approchaient de moi et me considéraient, sur les arbres à feuilles étaient posés des coléoptères et des « scarabées onctueux » se traînaient sur le chemin. Soyez les bienvenus, pensais-je. L’atmosphère de la forêt allait et venait à travers mes sens, je pleurais de tendresse et j’en étais absolument joyeux, j’étais éperdu d’actions de grâce. Toi, bonne forêt, mon foyer, paix de Dieu, je dois te dire du fond de mon cœur... Je m’arrête, me tourne dans toutes les directions et nomme en pleurant les oiseaux, les arbres, les pierres, l’herbe et les marais par leur nom, je regarde autour de moi et je les nomme en litanies. Je lève les yeux vers les montagnes et pense : Oui, me voilà ! comme si je répondais à un appel."

                                                           Knut Hamsun        Pan 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

John Simmons       Titania se reposant

"Ne t'estimes heureux que le jour

où toutes tes joies naîtront de toi-même."

                                                                                                               Sénèque       Lettres à Lucillius 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Angellore        Errances pochette cd

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Ivan Aivazovsky        Jésus marchant sur l'eau

"Il y a mille ans, un moine, vêtu de noir, cheminait dans le désert, en Syrie ou en Arabie. 20 À quelques mètres de l’endroit où il passait, des pêcheurs virent un autre moine qui marchait lentement sur l’eau d’un lac. Le second moine était un mirage. Perdez de vue maintenant toutes les lois de l’optique que la légende, semble-t-il, ignore, et écoutez ce qui suit. De ce mirage en naquit un second, du second un troisième, en sorte que l’image du moine noir se transmit à l’infini d’une couche de l’atmosphère dans l’autre. On la voyait tantôt en Afrique, tantôt en Espagne, tantôt aux Indes, tantôt dans l’extrême Nord... Elle sortit enfin des limites de l’atmosphère terrestre, et, maintenant elle erre dans l’univers entier, sans pouvoir se trouver jamais dans des conditions où elle pourrait disparaître."

                                                                          Anton Tchékhov      Le Moine noir

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

"Une jeune fille à l'imagination malade entendit une nuit, dans un jardin, des sons mystérieux, si beaux et si étranges, qu'elle dut les regarder comme une harmonie sacrée, incompréhensible pour nous, mortels, et qui, pour cette raison, s'en retourne aux cieux."

                                                                                                 Anton Tchékhov        Le Moine noir

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

 la MUSIQUE  AFRICAINE,

pure source de bonheur

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Rokia Traoré

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Sona Jobarteh

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Toumani Sibiti Diabaté

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Habib Koité

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

Solo et Indré, une magnifique fusion de deux cultures 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

 

 ..... à suivre .....

27/04/2017

Le MIROIR DU GOTHIQUE

 miroir_sombre.jpg

 

 Explorer

             les  innombrables

                                        visages

                                                   du  genre

F AN T A S T I Q U E     G O T H I Q U E

                                                    au  fil

                             des  différentes

              rubriques

du  blog  

de  mon  roman

 Dans  ses  yeux

  je  voyais  ma  mort  

 

le_miroir_ardent.jpg

 1. le miroir du gothique

2. au coeur du gothique 

3. naître au gothique

4. dans ses yeux je voyais ma vie

5. Wolfram Manteufel

6. les illustrations de mon roman

7. Dominique Mertens

8. trésors méconnus du gothique

9. évocation d'une entité

10. l'autel des passions

11. la chambre aux entités

12. exorcisme d'un gothique

 miroir_gothique_sanglant.jpg

 13. théâtre gothique

14. une vie gothique

15. la nuit gothique

16. le chaos gothique

17. solitude gothique

18. baiser gothique

19. érotisme gothique

20. amours vampiriques

21. mon livre d'heures gothique

22. la forêt gothique

miroir_vif.jpg

  23. visages du gothique

24. amour et fantastique

25. fantasmes gothiques

26. le jardin des sévices

27. cauchemars  fantastiques

28. Wolfram, un prénom qui nous unit

29. au coeur des ténèbres 

30. apocalypse gothique

31. gothique flamboyant

32. le fantastique et la destinée humaine

 miroir_terrorisant.jpg

 33. la fin du monde

34. la cour d'amour

35. sang pour sang

36. communiquer avec les morts

37. aux sourcres du gothique

38. rencontres gothiques

39. la Semois fantastique

40. univers gothique

41. mon roman gothique

42. lectures fantastiques

43. sorcières jeteuses de sorts

44. amours et fantasmes gothiques

45. chevaliers gothiques

46. musiques gothiques

 miroir_red.jpg

 47. romans gothiques

48. Joy Division et la voie gothique

49. voyages fantastiques 

50. transmutations fantastiques

51. la forêt fantastique

52. la musique à la cour du Graf Wolfgisbert von Dürkeim

53. la forêt fantastique

54. la nef des Fous

miroir_fantastique.jpg

55. une histoire de sorcellerie fantastique

56. sources fantastiques

57. fresque fantastique

58. architectures fantastiques

citations gothiques,fantastique,miroirs

 

59. l'antre du vampire

60. Jan Potocki écrivain fantastique

61. George Sand et le gothique

62. un écrivain américain fantastique Charles Brockden Brown

63. art fantastique gothique

 64. présentation de mon roman gothique

65. le prédicant gothique

 

zzzz.gifzzzz.gif

 miroir-gothique-NB.jpg

Dominique Mertens       Miroir gothique      

citations gothiques,fantastique,miroirs

 "Renoncez-vous librement et absolument,  lui demande le Démon cruel, aux  Mystères d'Udolphe, au  Moine,  à  L'Abbaye de Grasville, à  Hubert de Sevrac,  à Célestine,  aux  Souterrains de Mazzini,  au Tombeau,  à   La Forêt,  au  Confessionnal des Pénitents noirs,  en un mot, à tous les romans passés, présents et futurs, où il y aura des spectres, des ruines, des vieux châteaux, des bandits, des petites portes cachées, des poignards tachés de sang, des armoires secrètes et, surtout, une tour portant le nom duquel que ce puisse être des 4 points cardinaux ?"

Belin de la Liborlière       la_nuit_anglaise

citations gothiques,fantastique,miroirs

citations gothiques,fantastique,miroirs

citations gothiques,fantastique,miroirs

citations gothiques,fantastique,miroirs

citations gothiques,fantastique,miroirs

"  Adorable sorcière, aimes-tu les damnés ?

 Dis, connais-tu l'irrémissible ?

 Connais-tu le remords, aux traits empoisonnés,

A qui notre coeur sert de cible ?

Adorable sorcière, aimes-tu les damnés ? 

(extrait du poème "l'irréparable" de Charles Baudelaire)

citations gothiques,fantastique,miroirs

 "Tous les hommes sont fous,

Et qui n'en veut point voir, 

Doit rester seul en sa chambre,

Et casser son miroir."

  donatien-alphonse_françois_de_sade, marquis

 

"Ce monde est une comédie pour ceux qui réfléchissent, 

une tragédie pour ceux qui ressentent".

horace_walpole       lettre à Sir Horace Mann

        citations gothiques,fantastique,miroirs

     bloody mirror.jpg

 le Gothique,

une certaine vision du monde...

citations gothiques,fantastique,miroirs,le miroir du gothique

La Justice et la vengeance divine poursuivant le crime

gravure d'après une peinture de Pierre Prud'hon

.................................

ci-dessous : Auguste Préault  (1809-1879)         Le Silence

 

"La Vérité la plus avilissante

Vaut mieux qu'un exaltant mensonge "

                                                     Fiodor Dostoïevski        L'Adolescent

citations gothiques,fantastique,miroirs,le miroir du gothique

"Mentir est le propre des êtres humains.  Les animaux ne mentent pas, ils rusent.  La  plupart du temps, les êtres humains ne mentent que dans la mesure où ils peuvent justifier leurs mensonges,  ce qui leur permet d'en tirer profit  tout en restant  intimement convaincus de leur honnêteté, tout  préoccupés qu'ils sont par leur image."

 

 citations gothiques,fantastique,miroirs

tome 1

citations gothiques,fantastique,miroirs

tome 2

disponibles aux Editions des Tourments

                                      www.editionsdestourments.fr

                   

citations gothiques,fantastique,miroirs,le miroir du gothique

 citations gothiques,fantastique,miroirs,le miroir du gothique

"Qu'est-ce que le bonheur, si ce n'est l'orgueil assouvi ! Si je croyais être le meilleur et le plus puissant des hommes, je serais heureux !"

                      Mikhaïl Lermontov       Un héros de notre temps

citations gothiques,fantastique,miroirs,le miroir du gothique,blogs gothiques

"Tu causes tout mon malheur, créature abjecte et maudite,

mais, quand même une mort soudaine m'enlèverait,

la vengeance viendra te surprendre

au milieu de ton bonheur imaginaire."

                                                                         E.T.A.Hoffmann       La Femme vampire

citations gothiques,fantastique,miroirs,le miroir du gothique

Et maintenant,

puisse, grâce à ce blog,

 renaître encore, plus puissant que jamais, 

le  Gothique

des origines historiques

.....

 

 

 

15/05/2016

NAITRE AU GOTHIQUE

 

naître  au gothique

c'est naître à la vie

  gothique,fantastique,mysticisme

       Dominique Mertens          L'Oeil de Dieu donne vie aux spermatozoïdes    

(détail de La Fresque de la Vie)     

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens          L'Oeil-de-Dieu        

 gothique,fantastique,mysticisme

     Dominique Mertns           La Migration des spermatozoïdes        

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero        

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero       

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero    

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Le sablier-uterus        

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 Parcourons le journal d'une gothique,

extrait du chef-d'oeuvre  de Charles-Robert Maturin,

"Fatale vengeance", publié aux éditions José Corti,

notre fournisseur attitré de Gothique.

jose-corti.fr

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  "Ce 1er avril"

"Il est minuit... tout se tait autour de moi... pas un souffle de vent, pas un murmure.  Et moi, au sein de ce repos de la nature, comment suis-je ,  Que suis-je ? ... Quel est ce trouble de mon âme que semble encore accentuer la paix qui m'entoure ?  Qui ai-je vu ?  Je n'en sais rien ; je ne veux pas prononcer son nom ; je ne veux pas penser à ce qu'il est.  Je ressens un tel bonheur !  Il n'y a place pour rien d'autre.  Mes sentiments m'appartiennent ; ils sont mon trésor secret.  La joie que je sens en moi est suave et caressante comme une belle journée de printemps.  Il n'y a personne d'aussi heureux que moi cette nuit... Sauf lui peut-être ?  Il est si beau ! ... Comment peut-on être à la fois bercée par une douce quiétude et secouée par la tempête ?  Mes esprits sont agités, mais mon âme est paisible..."                                                                                     (suite ci-dessous)

Charles-Robert Maturin        Fatale vengeance

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Naissance au gothique    

  

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           Naissance au gothique      

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          La dame sans espoir de retour        

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           La Femme est née de l'eau          

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

Viens...!!!

littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

Viens...!!!

 

Et  prends-moi...!

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

naître au gothique

c'est naître à la mort   

littérature gothique,fantastique,amour

 naître-au-gothique         encre de l'auteur

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

et

remonter le courant

de

 la Vie, cette vierge blanche

littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          Vierge blanche        

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  et  de

 la Mort, cette vierge noire

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Vierge noire          

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

        "Que j'aime à voir la décadence

de ces vieux chasteaux ruinez                                   

                    """""""""""""""                         

Contre qui les ans mutinez

Ont déployé leur insolence !

Les sorciers y ont leur sabat ;

Les démons follets s'y retirent,

Qui d'un malicieux ébat

Trompent nos sens et nous martirent ;

Là se nichent en mille trou,

Les couleuvres et les hyboux.

L'orfraye, avec ses cris funèbres,

Mortels augures des destins,

Fait rire et danser les lutins,

Dans ces leix remplis de ténèbres.

Sous un chevron de bois maudit

Y branle le squelette horrible

D'un pauvre amant qui se pendit

Pour une bergère insensible ..."

marc-antoine-de-gérard-de-saint-amant         la-solitude

du sieur de Saint-Amant

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"Les cheveux hérissez, j'entre en des resveries

De contes de sorciers, de sabaths, de furies ;

J'erre dans les enfers, je raude dans les cieux ;

L'âme de mon ayeul se présente à mes yeux ;

Ce fantôme léger, coiffé d'un vieux suaire,

Et tristement vestu d'un long drap mortuaire,

A pas affreux et lents, s'approche de mon lit ;

Mon sang en est glacé, mon visage en paslit,

De frayeur mon bonnet sur mes cheveux se dresse,

Je sens sur l'estomach un fardeau qui m'oppresse.

Je voudrais bien crier, mais je l'essaye en vain :

il me ferme la bouche avec sa froide main..."

 marc antoine de gérard de saint amant      les visions

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"... Au travers  de ce feu puant, bleuastre et sombre,

J'entrevoy cheminer la figure d'une ombre,

J'entends passer dans l'air certains gémissements,

J'avise, en me tournant, un spectre d'ossements,

Lors, jettant un grand cry qui jusqu'au ciel transperce,

Sans poux et sans couleur, je tombe à la renverse."

marc antoine de gérard de saint amant      les visions

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

malédiction !!!

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

Claudine

Guérin de Tencin 

 une des innombrables précurseures du genre littéraire gothique

 dont voici un extrait de l'adaptation de son roman  "Mémoires du Comte de Comminge " au théâtre par Baculard d'Arnaud 

sous le titre "Les Amants malheureux, ou Le Comte de Comminge" :

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 "un souterrain vaste et profond consacré aux sépultures de la trappe ; deux ailes du cloître, fort longues et à perte de vue, y viennent aboutir ; on y descend par deux escaliers de pierres grossièrement taillées et d'une vingtaine de degrés.  il n'est éclairé que d'une lampe.  au fond s'élève une grande croix, telle qu'on en voit dans nos cimetières, au bas de laquelle est adossé un sépulchre peu élevé, et formé de pierres brutes ; plusieurs têtes de mort amoncelées lient ce monument avec la croix ; c'est le tombeau du célèbre abbé de Rancé, fondateur de la Trappe.  Plus avant, du côté gauche, est une tombe qui paraît nouvellement creusée, sur les bords de laquelle sont une pioche, une pelle, etc.  Au devant  de la scène, dans un des côtés à droite, est une autre fosse.  Sur les ailes du souterrain, se distinguent de distance en distance, et à peu de hauteur de terre, une infinité de petites croix qui désignent les sépultures des religieux."

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 malédiction !!!

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

  littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

illustration de l'ouvrage de Baculard d'Arnaud,

" Le Comte de Comminges ou Les Amants malheureux"

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"En disant ces derniers mots, le marquis sortit avec fureur de son cabinet.  Julia avait succombé à l'effroi de cette sorte de malédiction.  Ses jambes ayant cessé de la soutenir, elle était tombée à la renverse sur le parquet.  Seule et sans secours, ce ne fut qu'au bout de quelques heures qu'elle revint de son évanouissement.  Alors elle essaya de sortir de ce funeste cabinet, en s'appuyant tantôt contre un meuble, tantôt contre le mur."

anne_radcliffe       julia_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini

 littérature gothique,fantastique,amour

malédiction !!!

  littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 "Je m'avance, égaré, dans des plaines désertes :

De la destruction elles étaient couvertes,

Du fonds de noirs tombeaux, antiques monuments

J'entendais s'échapper de longs gémissements ;

Dans les débris épars de ces vieux mausollées,

Je voyais se traîner des ombres désollées ;

D'un lamentable écho ces champs retentissaient ;

Des monceaux de cercueils jusqu'aux cieux s'entassaient..."

Baculard d'Arnaud    

  Le Comte de Comminges ou Les Amants malheureux

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          détail de la fresque de la Vie 

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour le roman de "emmeline_ou_l'_orpheline_du_château" 

de charlotte_turner_smith

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           détail de la fresque de la Vie

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour le roman "emmeline_ou_l'_orpheline_du_château" de charlotte_turner_smith

                   

        littérature gothique,fantastique,amour                                             littérature gothique,fantastique,amour                                    littérature gothique,fantastique,amour                                                           

Et maintenant,

littérature gothique,fantastique,amour

      que se déchaîne

           le souffle de l'esprit...          

"Ida Munster, sorcière accusée de meurtre et de haute trahison,  apparais !  

Nous, les secrets vengeurs de l'Eternel,

nous te citons à comparaître devant le tribunal de Dieu

endéans les trois jours !"

christiane_bénédicte-naubert        herman_of_unna    

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour                                          littérature gothique,fantastique,amour                                       littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour"le_spectre_du_château", pièce de théâtre de matthew_gregory_lewis

 littérature gothique,fantastique,amour                                                     littérature gothique,fantastique,amour                                               littérature gothique,fantastique,amour

    littérature gothique,fantastique,amour

david_teniers       scène de sabbath_des_sorcières

 

 

accoucher !  accoucher au plus vite !!

 

littérature gothique,fantastique,amour,marc antoine de gérard de saint amant,guérin de tencin,baculard d'arnaud

"Apparais...!!!"

littérature gothique,fantastique,amour

               " Apparais...!!! "                        

                   

littérature gothique,fantastique,amour

                                                    

"Apparais !!!" 

                                                                                                                                                                                    

                                           

 

24/04/2016

pré-gothiques, gothiques, romantiques, post-gothiques et néo-gothiques dans la tourmente

pré-gothiques,

gothiques,

romantiques,

post-gothiques

et néo-gothiques

dans la tourmente  

révolutionnaire

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"Le sang, poursuivit-il après un silence, le sang est une chose sainte ; le sang ne doit pas voir le soleil de Dieu.  Le sang est naturellement caché à la lumière et c'est un grand péché d'exposer le sang à la lumière, c'est un grand péché. Ah ! c'est un grand péché !"

                               Ivan Tourguéniev       Récits d'un chasseur

rodrigo_gutiérrez_les_derniers_instants_d'_atala.jpg

Rodriguez Guitierrez        les derniers instants d'Atala

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

john_joseph_barker_woodland_landscape.jpg

John Joseph Barker         Paysage forestier

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Cette impossibilité de durée et de longueur dans les liaisons humaines, cet oubli profond qui nous suit, cet invincible silence qui s'empare de notre tombe et s'étend de là sur notre maison, me ramènent sans cesse à la nécessité de l'isolement. Toute main est bonne pour nous donner le verre d'eau dont nous pouvons avoir besoin dans la fièvre de la mort."

                                                            François René de Chateaubriand       Mémoires d'outre-tombe

françois_rené_de_chateaubriand_rec.jpg

"C'est par la mort qu'on arrive à la présence de Dieu."

                                                                   François René de Chateaubriand

girodet_atala_au_tombeau.JPG

Girodet         Atala au tombeau

chateaubriand_rec.jpg

François René de Chateaubriand

et le château familial de Combourg

"La vie est une peste permanente.  Cette chaîne de deuil et de funérailles qui nous entortille, ne se brise point, elle s'allonge  ; nous en formerons nous-mêmes un anneau."

                                                       idem 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

Jacques Bertaux        Prise du Palais des Tuileries

combourg_château_vers_1900.jpg

 "Ces récits occupaient tout le temps du coucher de ma mère et de ma soeur : elles se mettaient au lit mourantes de peur ; je me retirais au haut de ma tourelle ; la cuisinière rentrait dans la grosse tour, et les domestiques descendaient dans leur souterrain.

La fenêtre de mon donjon s'ouvrait sur la cour intérieure ; le jour, j'avais en perspective les créneaux de la courtine opposée, où végétaient des scolopendres et croissait un prunier sauvage.  Quelques martinets qui, durant l'été, s'enfonçaient en criant dans les trous du mur, étaient  mes seuls compagnons.  La nuit, je n'apercevais qu'un petit morceau du ciel et quelques étoiles.  Lorsque la lune brillait et qu'elle s'abaissait à l'occident, j'en étais averti par ses rayons, qui venaient à mon lit au travers des carreaux losangés de la fenêtre.  Des chouettes, voletaient d'une tour à l'autre, passant et repassant entre la lune et moi, dessinaient sur mes rideaux l'ombre mobile de leurs ailes.  Relégué dans l'endroit le plus désert, à l'ouverture des galeries, je ne perdais pas un murmure des ténèbres.  Quelques fois, le vent semblait courir à pas légers ; quelques fois il laissait échapper des plaintes ; tout à coup, ma porte était ébranlée avec violence, les souterrains poussaient des mugissements, puis ces bruits expiraient pour recommencer encore."

combourg_château_5.jpg

"Aucun jour n'a suivi la nuit, aucune nuit n'a été suivie de l'aurore, qui n'ait entendu des pleurs mêlés à des vagissements douloureux, compagnons de la mort et du noir trépas."

                                                               idem

combourg_9.jpg

"Ma pensée errait ainsi à l'aventure, lorsqu'une jeune fille s'éleva du milieu des ondes, à quelque distance. Ses beaux cheveux n'étaient pas agités par le vent. Semblable à la lune argentée pendant une nuit d'hiver, elle vint à moi, douce et souriant d'aise.

Elle n'avait ni manteau de pourpre avec de riches broderies, ni souliers avec des nœuds de rubans, ni robe fastueuse de la couleur du ciel. Elle ne portait pas d'autres vêtements que sa beauté. Elle était nue, et semblait jeune. Tout me fit penser que je voyais la Vérité.

Les boucles de sa brune chevelure couvraient modestement ce qui doit être caché à tous les regards. Elles jouaient sur son corps blanc et sans tache comme des veines sombres dans une carrière d'albâtre que le voyageur aperçoit dans le lointain.

Rempli d'étonnement, je restai immobile et sans voix, émerveillé davantage à mesure que la vision approchait. Mes membres engourdis semblaient se refuser à la fuite ; mais je sentis mon trouble s'évanouir quand elle arriva auprès de moi dans toute la splendeur de sa nudité.

Je n'eus pas une seule pensée voluptueuse; je me souvenais bien que j'étais arrêté par des vœux. J'avais d'ailleurs dans ma poche une croix qui devait préserver mon âme de tout péché. Je regardai la jeune fille d'un œil aussi pur que celui d'un ange, et ne fus tourmenté d'aucune pensée diabolique.

Avec un doux maintien et une grâce divine, elle commença à parler. Les paroles de la Vérité sont l'image de son âme. Elle a toujours détesté la fausse éloquence. La douceur éclate dans tous les mots qu'elle prononce, quoiqu'elle s'efforce de ne pas faire briller ce penchant et de paraître sévère.

Elle me dit : Ma simple venue doit t'apprendre mon nom et mon caractère qu'on dédaigne ; je suis la Vérité descendue autrefois du ciel. Les mauvais riches et les courtisans me regardent comme une étrangère. J'ai vu tes plus intimes pensées, et viens t'éveiller de ton rêve."

Thomas Chatterton  (1752-1770)        Les poèmes de Rowley

Histoire de William Ganynge

naissance au gothique_111.jpg

Dominique Mertens         Naissance au Gothique (encre)

virgnité_111.jpg

Dominique Mertens        Virginité (encre)

 thomas_chatterton_rec.jpg

john_barker_thomas_chatterton_in_his_garret.jpg

John Barker Thomas         Chatterton dans sa chambre

henri_wallis_la_mort_de_chatterton.jpg

Henri Wallis        La mort de Chatterton 

(Thomas Chatterton s'est donné la mort à l'âge de 18 ans)  

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"L'argent ne représente qu'une nouvelle forme d'esclavage impersonnel à la place de l'ancien esclavage personnel."

                                           Léon Tolstoi        La Sonate à Kreutzer

 

 "Dès ce moment, j'entrevis que d'aimer et d'être aimé d'une manière qui m'était inconnue, devait être la félicité suprême. Si j'avais fait ce que font les autres hommes, j'aurais bientôt appris les peines et les plaisirs de la passion dont je portais le germe  ; mais  tout prenait en moi un caractère extraordinaire.  L'ardeur de mon imagination, ma timidité, la solitude firent qu'au lieu de me jeter au dehors, je me repliai sur moi-même ; faute d'objet réel, j'évoquai par la puissance de mes vagues désirs un fantôme qui ne me quitta plus.  Je ne sais si l'histoire du coeur humain offre un autre exemple de cette nature."

                                    François René de Chateaubriand        Mémoires d'outre-tombe

lucile_de_chateaubriand_soeur_de_françois_rené_de_chateaubriand.gif

Lucile de Chateaubriand, soeur tant adorée de François René de Chateaubriand

"Je me composai donc une femme de toutes les femmes que j'avais vues : elle avait la taille, les cheveux et le sourire de l'étrangère qui m'avait pressé contre son sein.   (.....) 

Cette charmeresse me suivait partout invisible ; je m'entretenais avec elle, comme avec un être réel ; elle variait au gré de ma folie.   (......)

Sans cesse, je retouchais ma toile ; j'enlevais un appas à ma beauté pour le remplacer par un autre.  Je changeais aussi ses parures.   (.....)  

Ma femme unique se transformait en une multitude de femmes, dans lesquelles j'idolâtrais séparément les charmes que j'avais adorés réunis."

                                                                                                    idem

dans la crypte chap10 p285rec.jpg

Dominique Mertens        Dans la crypte  (encre)       

"Au nord du château s'étendait une lande semée de pierres druidiques ; j'allais m'asseoir sur une de ces pierres au soleil couchant.  La cime dorée des bois, la splendeur de la terre, l'étoile du soir scintillant à travers les nuages de rose, me ramenaient à mes songes : j'aurais voulu jouir de ce spectacle avec l'idéal objet de mes désirs.  Je suivais en pensée l'astre du jour, je lui donnais ma beauté à conduire afin qu'il la présentât radieuse avec lui aux hommages de l'univers. "

                                                                                                     idem

pheme.jpg

La Rumeur  

claude_lorrain_coucher_de_soleil.jpg

Claude Lorrain      Coucher de soleil 

"Combien rapidement et que de fois nous changeons d'existence et de chimère !  Des amis nous quittent, d'autres leur succèdent ; nos liaisons varient : il y a toujours un temps où nous ne possédions rien de ce que nous possédons, un temps où nous n'avons rien de ce que nous eûmes.  L'homme n'a pas une seule et même vie ; il en a plusieurs mises bout à bout, et c'est sa misère."

                                                            idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

 Chateaubriand nous a légué une description minutieuse des différentes péripéties de la Révolution française dans ses "Mémoires d'outre-tombe", contexte indissociable de la littérature gothique.

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

dor_037.jpg

"En considérant l'être entier, en pesant le bien et le mal, on serait tenté de désirer tout accident qui porte à l'oubli , comme un moyen d'échapper à soi-même : un ivrogne joyeux est une créature heureuse.  Religion à part, le bonheur est de s'ignorer et d'arriver à la mort sans avoir senti la vie."

                                         François René de Chateaubriand        Mémoires d'outre-tombe

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

ci-dessous le texte-type d'une condamnation à mort

Exécuteur des jugements criminets.

Tribunal révolutionnaire.

L'exécuteur des jugements criminels ne fera faute de se rendre à la maison de justice de la Conciergerie,

pour y mettre à exécution le jugement qui condamne

xxxxx (liste des noms)xxxxx

à la peine de mort.

L'exécution aura lieu aujourd'hui, à cinq heures précises, sur la place de la Révolution de cette ville. (Paris)

L'accusateur public,  H.Q.Fouquier.

Fait au Tribunal, le trois floréal, l'an second de la République française

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Elisabeth Vigée-Lebrun     Madame Du Barry  (avant !)

"L'exécution de Madame Du Barry eut lieu sur l'actuelle place de la concorde, le 8 décembre 1793.  En hâte, Madame du Barry fit fiévreusement l'énumération de tous ses biens en espérant ainsi sauver sa vie, comme les autorités le lui auraient fait croire. On a affirmé qu'aux derniers instants le courage l'abandonna. Pourtant, elle avait montré, à plusieurs reprises, une indéniable fermeté face à la mort. La certitude d'une erreur ou d'une trahison peuvent expliquer ses sentiments de panique et de désespoir. On dut la traîner jusqu'à l'échafaud. Elle se débattait, pleurait, implorait…"

                                                                                                                               (extrait de Wikipaedia)

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Madame Du Barry (après !)

 

"Dans ces milliers de romans, qui ont inondé l'Angleterre depuis un demi-siècle, deux ont gardé leur place : Calek Williams et Le Moine. Je ne vis point Goldwin pendant ma retraite à Londres ; mais  je rencontrai deux fois Lewis .  C'était un jeune membre des Communes fort agréable, et qui avait l'air et les manières d'un Français.  Les ouvrages d'Anne Radcliffe font une espèce à part.  "

                                                                                                                                         idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique

                  Claude Lorrain      Paysage avec la tentation de Saint-Antoine

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

William Blake        illustration pour le "Paradis Perdu" de Milton

 "Enfin il entendit ce petit choc produit par l'échappement de la pendule au moment où l'heure va sonner.  Une pâleur subite et profonde se répandit sur le visage de Luizzi ; il demeura immobile, et ferma les yeux comme un homme qui va se trouver mal.  Le premier coup de deux heures résonna alors dans le silence.  Ce bruit sembla tirer Armand de son affaissement ; et, avant que le second coup fût sonné, il avait saisi une petite clochette d'argent posée sur la table et l'avait violemment agitée en prononçant ce seul mot : 

Viens  !!!

                                                       Frédéric Soulié        Les Mémoires du Diable

 

 "C'était bien l'ange déchu que la poésie a rêvé : type de beauté flétri par la douleur, altéré par la haine, dégradé par la débauche, il gardait encore, tant que son visage restait immobile, une trace endormie de son origine céleste ; mais, dès qu'il parlait, l'action de ses traits dénotait une existence où avaient passé toutes les mauvaises passions."

                                                                                                             idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

"Le nouveau venu se pencha négligemment à l'arrière et dirigea vers le foyer l'index et le pouce de sa main blanche et effilée ;  ces deux doigts s'allongèrent indéfiniment comme une paire de pincettes et prirent un charbon."

                                                                                                   idem

 

"Damnation !

Vous pouvez dire tout ce qu'il vous plaira ,
vous n'y gagnerez rien ; ce que je
ne me pardonne pas , c'est de vous
avoir écouté ici un moment... Je ne
permettrai pas que l'on arrête le cours
de ma vengeance ; si je fais grâce, ce
ne sera à la sollicitation de personne ;
je ne pardonnerais pas quand toute la
famille serait à mes pieds, et je les
ferais tous pendre , si mon pouvoir
égalait ma volonté. --- C'est fort bien,
monsieur, je vous avertis seulement,
que votre cruelle rigueur vous fera
détester de tous les hommes ; vous
pouvez vous aveugler sur votre pou-
voir et sur l'impunité ; l'opinion gé-
nérale saura bien démêler vos prati-
ques ; elle vengera une aussi cruelle
soif du sang : adieu, monsieur."

William Godwin       "Les Choses telles qu'elles sont"    ou

  "Les Aventures de Caleb Williams"  (1794)

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Le temps se passa ainsi, et, la nuit venue, j'attendis sans terreur le moment où j'allais m'échapper de ma chambre.  Seulement alors un frisson me prit ; de vagues images d'une fille séduite, qui fuit la maison paternelle, me passèrent devant les yeux comme des fantômes, pendant que je descendais l'escalier qui criait sous mes pas.  J'avais entrevu des tableaux où cela était représenté, et ils se dessinaient dans l'ombre en prenant ma figure.  Plus instruite que je ne l'étais, j'aurais peut-être reculé devant ces sombres avertissements ; mais j'avais contre moi la pureté de mon âme et l'ignorance de mes sens."

                                                                          Frédéric Soulié          Les Mémoires du Diable

 

"Et je sentais ce qu'il me disait : mon coeur bouillonnait, je frissonnais de tout mon être ; ma pensée, ma raison s'égaraient.  J'étais dans ses bras ; son haleine brûlait mon visage, ses lèvres retrouvèrent les miennes, et , quoique la nuit fût profonde, je fermais les yeux.  Je me laissais entraîner vers un crime que j'ignorais, mais qu'il me semblait que je ne devais pas voir ; je n'étais pas évanouie, mais j'étais dans les mains de Léon comme un corps inerte.  Un anéantissement douloureux du corps et de l'esprit me livrait à lui sans défense, il eût pu me tuer sans que j'en éprouvasse de douleur.  Je ne sentais plus rien ; il étreignit vainement ce corps sans âme, il chercha vainement un battement de mon coeur, il appela vainement un mot de ma bouche : je me sentais mourir, voilà tout.  Et j'étais coupable, déshonorée et flétrie que je ne savais pourquoi j'étais coupable, déshonorée et flétrie !  

Ce fut le cri de son bonheur qui m'éveilla de cet engourdissement ; je voulus le repousser et le maudire, mais ma parole demeura étouffée sous ses lèvres, et mes larmes se perdirent dans ses baisers.  J'étais à lui !  je pleurai : je venais de perdre une illusion, je venais d'apprendre ce que les hommes appellent le bonheur.  Le bonheur !  est-ce donc la profanation de l'amour ?"

                                                                                                                         idem

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Oui, quand je dirai qu'on m'a enfermée dans une tombe, loin de l'air et du sommeil, quand je donnerai les horribles  détails de cette captivité où je meurs, on me plaindra, on me devinera ; mais pourrais-je faire sentir à d'autres les horreurs d'une brutalité qui écrase et pétrit le coeur et la vie d'une malheureuse sous ses doigts insensibles ?" 

                                                                                 idem         

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"Au bord d'un lac tranquille

Je travaillais un soir à mon dernier asile.

Je creusais mon cercueil ; en moi-même absorbé

Je restai quelque temps sur ma bêche courbé.

Dans ces sombres objets, mon âme ensevelie

Aimait  à contempler le terme de la vie

Sans trouble, sans terreur, trop faible pour mes maux

D'avance je goûtais le calme des tombeaux."

Claude-Joseph Dorat   Lettre du Comte de Comminges à sa mère

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

"A présent chacun aspire à séparer sa personnalité des autres, chacun veut goûter lui-même la plénitude de la vie ; cependant, loin d’atteindre le but, tous les efforts humains n’aboutissent qu’à un suicide total, car, au lieu d’affirmer pleinement leur personnalité, ils tombent dans une solitude complète. En effet, en ce siècle, tous sont fractionnés en unités. Chacun s’isole dans son trou, s’écarte des autres, se cache, lui et son bien, s’éloigne de ses semblables et les éloigne de lui. Il amasse de la richesse tout seul, se félicite de sa puissance, de son opulence ; il ignore, l’insensé, que plus il amasse plus il s’enlise dans une impuissance fatale."

                                                  Fiodor Dostoïevski         Les Frères Karamazov

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Un Jour, être Pauvre 

(chanson de Gérard Manset)

Un jour, être pauvre, 
Détaché de tout 
Sans pleurer de rien, 

Sans rire de tout, 
Comme un enfant qui repose 
Dans la vérité des choses.
S'écarter de tout, sortir,
Se tenir debout
Comme un enfant sort du ventre et hurle,
S'écarter de tout.

Un jour, être pauvre,
Détaché du reste,
De l'autre côté du mur.
Pas le moindre geste,
Pas la moindre trace de haine,
Pas la moindre trace de fêlure, trace de brûlure,
Le moindre sentiment d'oubli.
De l'autre côté du mur,
Pas la moindre trace de fêlure, trace de brûlure,
Le calme au fond du lac.

Un jour, être pauvre
Sur un quai désert
Etre un bateau vide.
Tout le monde à terre.
Comme un enfant qui repose
Dans la vérité des choses,
S'éloigner de tout, apprendre
A tenir debout
Sur la mer immense et douce, apprendre,
A tenir debout

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Une infinie tendresse

(chanson de Catherine Ribeiro)

Brisée mais non vaincue

J'observe mes entrailles

Et mon coeur et mon corps

Partout couvert de  traces

Par nous ensanglatés

Par nous mes hommes, mes femmes

Par vous mes tant aimées

Par vous mes libertés

  Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Je suis dans l'ombre le reflet

 De vos vies sacrifiées

 Ma liberté dépend

De vous entièrement

Vos mots vos désespoirs

 Sont forces vives en moi

 Mes craintes, mes angoisses

 Vos raisons d'espérer

 Oh ! donnez-moi,  donnez-moi

 Cinq hommes désespérés

   Je connais nos faiblesses

Déclins crépusculaires

Formidables  courages

Que nos vies en  survie

Brûlons les  abattoirs

Levons nos poings  serrés

Craquelons nos  carcans

Déchaînons nos enfants

   Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 J'en ferai des montagnes

Des soleils, des brasiers

Des puissances d'amour

 Des infinies tendresses

 Des sexes gigantesques

 J'en ferai des grands fours

 Des aliénés d'amour

Des armures de  combat

 Des fous de poésies

De grandes symphonies

Nous serons là vivants

Témoignages  vivants

 D'un amour infini

D'une infinie  tendresse.

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Finir pêcheur

chanson de Gérard Manset

Un jour, finir pêcheur
Parce que ça grandit l'homme
Heureux comme ça
Pas gagner plus d'argent
Le matin, me lever
Pas connu, pas guetté
Parce que ça, ça fait mal
Ça fait mal à l'homme
La célébrité
Finir dans l'eau salée
Juste savoir compter
Vider le sablier
Puis tout oublier
Parce que ça grandit l'homme
De vivre sans parler
De vivre sans paroles
Et d'apprendre à se taire
Regarder sans rien faire
Regarder sans voir
Les enfants qui dansent

 


Au bord du miroir

Mais c'est toujours trop loin
Toujours dans le noir
Inaccessible
Pareil au coeur de la cible
Et c’est toujours trop loin

Un jour, finir quand même
Que personne s'en souvienne
L'écrive ou le dise
Vider sa valise
Brûler les journaux
Les tapis, les photos
Sans rien vouloir apprendre
Pour que les enfants sachent
Qu'on va quelque part
Quand on oublie tout
Qu'on oublie les coups
Qu'on déplie, qu'on secoue
Que la folie s'attrape
Qu'on déchire la nappe
Maladie tout à coup
Que tu portes à ton cou
Comme un collier de fleurs
De larmes et de couleurs

Un jour, finir pêcheur
Mollusque divin
Peau de parchemin
Mais c'est toujours trop loin
A portée de la main
Inaccessible
Pareil au coeur de la cible
Mais c'est toujours trop loin

Un jour, finir meilleur
Tuer le mal de l'homme
Se libérer de tout
Prendre dans la mer
Les coraux, les vipères
Et tout ça dans la main
Sans lumière et sans gaz
Et sans barbe qu'on rase

Un jour, finir pêcheur
Avaler le compteur
Regarder sans voir
Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre

Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre
Le calendrier

Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre

Gérard Manset
 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

François Richard Fleury         Valentine  de Milan attendant le retour de son époux

"Personne n'apprécie la bonté à sa juste valeur, car malheureusement, chacun y voit un reproche à son adresse."

                                                                                     Léon Tolstoi        Guerre et paix

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Gabriel Cornelius von Max          Lady Macbeth

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

"Au second acte, le décor représentait un cimetière couvert de monuments funèbres, et au milieu de la toile de fond on voyait un trou qui figurait la lune.  La nuit se fit sur la scène, au moyen d'abat-jour abaissés sur les quinquets ; les cors et les contrebasses jouèrent en sourdine, et une foule de gens, drapés de longs manteaux noirs, sortirent des coulisses.  Ils se mirent à agiter les bras comme des fous, et ils étaient en train de brandir un objet pointu qui ressemblait de loin à un poignard, lorsque d'autres hommes accoururent, en traînant de force la demoiselle en blanc."

                                                                              Léon Tolstoi           Guerre et paix 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

« Brusquement ma vie s’arrêta… Je n’avais plus de désirs.

Je savais qu’il n’y avait rien à désirer.

La vérité est que la vie était absurde.

J’étais arrivé à l’abîme et je voyais que, devant moi,

il n’y avait rien que la mort. » 

                                                                   Léon Tolstoi

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

Léon Tolstoi 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

Léon Tolstoi à Iasnaïa Poliana

 Gothique

  à  la  manière  des maîtres

du  genre

l'_éternité.png

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

Boris Christoff

" Non, il n’est pas mort, c’est impossible ! » se dit-elle. Dominant sa terreur, elle approcha de la couche funèbre, et posa ses lèvres sur la joue de son père ; mais à ce contact elle tressaillit et se rejeta en arrière : toute la tendresse qu’elle venait de ressentir s’évanouit pour faire place à un sentiment d’horreur et de crainte causé par ce qu’elle voyait devant elle. « Il n’est plus, il n’est plus, et à sa place quelque chose d’horrible, un mystère effrayant qui me glace et me repousse, murmurait la pauvre fille… Et, se cachant la figure dans les mains, elle tomba évanouie dans les bras du docteur qui l’avait suivie."                                                  Léon Tolstoi         Guerre et paix

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

Dominique Mertens        Là-bas (encre)

« Oui, j’ai souhaité sa mort, disait-elle tout haut dans son émotion. J’ai désiré voir finir cela plus vite, pour me reposer… Mais à quoi me servira ce repos, lorsqu’il ne sera plus ? »                      idem

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

 éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

 "Dans ce sombre monastère, les religieux se saluent en disant : Frère, il nous faut mourir !"

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

"Pleurez, bonnes gens,

car la vie le quitte.

Ses lèvres se sont tues ; 

Il ne répond plus.

Les lamentations funèbres !"

                                                          Modeste Moussorgski        paroles extraites

                                                                                                     de l'opéra "Boris Godounov"

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

Fédor Chaliapine, chanteur basse

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

Vera Ignatievna Moukhina        L'ouvrier et la kolkhozienne

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

"Il s'agite, il tremble, il appelle à l'aide :  

Mon Dieu, je souffre.

Ne pourrai-je donc jamais racheter mes péchés ?"

                               Modeste Moussorsgski             Boris Godounov

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

 

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

"L'amour, qu'est-ce que l'amour ? se disait-il. L'amour est la négation de la mort, l'amour c'est la vie ; tout ce que je comprends, je ne le comprends que par l'amour.  Tout est là !  L'amour, c'est Dieu, et mourir c'est le retour d'une parcelle d'amour qui est moi, à la source générale et éternelle."

                                                                           Léon Tolstoi         Guerre et paix

 

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

 

 

20/03/2016

EXORCISME D'UN GOTHIQUE

"-Ils sont nombreux les hypocrites sur terre !

- Ils sont nombreux les masques

sous lesquels nous les croisons !

- Souvent, à notre insu,

ils sont assis à nos côtés !"

friedrich_w._murnau       herr_tartüff

raspoutine_in_yellow.jpg

raspoutine_en_jaune.jpg

"Il faut qu'un homme soit caché

pour qu'on puisse l'aimer ;

dès qu'il montre son visage,

l'amour disparaît."

                             fiodor dostoïevski       les_frères_karamazov

                                                            

désespoir_1.jpg

"Dans ses yeux il y avait du désespoir ; je n'oublierai jamais ce terrible regard.  La frayeur me saisit, moi aussi ; je vis que c'était maintenant seulement qu'elle sentait pleinement toute l'horreur de son acte."

                                                                 fiodor_dostoïevski       humiliés_et_offensés

Dostoievski.jpg

"Elle était offensée, sa blessure ne pouvait se cicatriser, et elle s'efforçait de la rouvrir par ces agissements secrets, par cette défiance envers nous tous ; elle se délectait de cette douleur, de cet égoïsme de la souffrance..."

                                        fiodor_dostoïevski       humiliés_et_offensés

la_mission_de_jacob.jpg

"- Il y a des moments où l'homme aime le crime,

proféra Aliocha d'un air pensif.

- Oui, oui, vous avez exprimé mon idée ;

 on l'aime, tous l'aiment, toujours, et non par moments.

 Savez-vous, il y a eu comme une convention générale

de mensonge à cet égard, tous mentent depuis lors.

 Ils prétendent haïr le mal et tous l'aiment en eux-mêmes."

                                    fiodor_dostoïevski        les_frères_karamazov

Grandes Chroniques de France, Bucher de Templiers.jpg

               - "Je pense qu'on doit aimer la vie par dessus tout.

               - Aimer la vie, plutôt que le sens de la vie ?

               - Certainement.   L'aimer avant de raisonner,

                 sans logique, comme tu dis ;

                 alors seulement on en comprendra le sens."                                                  fiodor_dostoïevski  les_frères_karamazov

exorcisme.jpg

"Car le fantastique me tourmente comme toi-même, aussi j'aime le réalisme terrestre.  Chez vous, tout est défini, il y a des formules, de la géométrie ; chez nous, ce n'est qu'équations indéterminées" 

                        fiodor_dostoïevski     les_frères_karamazov

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations,arabella

Chaliapin_Godunov_1912.jpg

le chanteur d'opéra fiodor_chaliapine dans le rôle de boris_godounov

fédor_chaliapine_boris_godunov.jpg

"Pour chercher la vérité, il faut être seul

et rompre avec tous ceux qui ne l'aiment pas assez."

                          boris_pasternak          le_docteur_jivago 

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations

"Tolstoï  dit que, plus l'homme se donne à la beauté,

plus il s'éloigne du bien."

Boris  Pasternak     Le Docteur Jivago

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau, tolstoï, raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations

Dirk Bouts        La Chute des damnés  (détail)

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations

Dirk Bouts      La Chute des damnés (détail)

Même en plein exorcisme, il faut éviter de léviter  !!

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations

extirper le mal

 fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations

Vade  retro  Satanas !!

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations,arabella

 "Très bien, très bien.  Mais s'il vient, couvert d'un masque hypocrite, arracher une larme à son père, et par ses douloureuses caresses obtenir son pardon, et qu'il aille aussitôt se moquer de sa faiblesse dans les bras de ses filles de joie ?"

                                                               Friedrich Schiller      Les Brigands

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations,arabella

Arrière, Satan !! 

fiodor dostoïevski,gothique,friedrich murnau,raspoutine,bela lugosi,fantastique,exorcisme,rituels,incantations,arabella

 

 

 

 

22/09/2014

La NUIT GOTHIQUE

LA  N U I T    G O T H I Q U E

"Ah !  Que revienne l'ombre de la nuit,

Qu'elle transforme les monde des humains !

Que par lambeaux le jour sera.

A toutes ces lumières sordides,

A ces méthodes particulières,

A ces cruelles habitudes,

O nuit, viens rôder dans mon corps,

Serre-moi, viens t'abîmer en moi, 

Viens me faire oublier le jour !

Nuit, transfuge de ma déraison,

Epanouissement de mes sens,

Délivrée de toute mascarade,

Insoutenable aube à venir,

Je me dévore tant et si bien

Que le sommeil devient repos.

Pénètre-moi de ton silence,

Couvre-moi de ta plénitude.

Que l'aube devienne supportable.

Que l'aube devienne supportable."

(extraits de la chanson "La Nuit des errants"

 album "Tapages nocturnes"  de Catherine Ribeiro

avec la sublîmissime musique de Patrice Moullet

et de son groupe Alpes)

       gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

 

 

   gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme

  nuit en forêt.jpg

 etang-03.jpg

 

 

gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

la-dame-de-la-nuit version nb.jpg

     Dominique Mertens          La Dame de la nuit          

 

 gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

 L A  N U I T  M Y S T I Q U E

Par une nuit obscure

(texte poétique de Saint-Jean de la Croix)

Par une nuit obscure,

enflammée d'un amour plein d'ardeur,
ô l'heureuse aventure,
j'allai sans être vue,
sortant de ma maison apaisée.

Dans l'obscur et très sûre,
par l'échelle secrète, déguisée,
ô l'heureuse aventure,
dans l'obscur, en cachette,
ma maison désormais apaisée.

 Dans cette nuit heureuse,
en secret, car nul ne me voyait,
ni moi ne voyais rien,
sans autre lueur ni guide
que celle qui en mon cœur brûlait.

Celle-ci me guidait,
plus sûre que celle de midi
au lieu où m'attendait,
moi, je savais bien qui,
à un endroit où nul ne paraissait.

Ô nuit qui a conduit,
ô nuit plus aimable que l'aurore,
ô nuit qui a uni
l'ami avec l'aimée,
l'aimée en son ami transformée.

Contre mon sein fleuri
qui entier, pour lui seul, se gardait,
il resta endormi,
moi je le caressais
et l'éventail des cèdres l'éventait.

L'air venant du créneau,
quand mes doigts caressaient ses cheveux,
avec sa main légère
à mon cou me blessait,
et tenait en suspens tous mes sens.

M'oubliant, je restai 
le visage penché sur l'ami.
Tout cessa, je cédai,
délaissant mon souci,
parmi les fleurs de lis oublié.

*exégèse exhaustive sur le site

abbaye-saint-benoit.ch/saints/carmel/jeandelacroix   

 gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

  Roublev_Femme_nueREC.jpg

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens          détail de la fresque de la Vie

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

"La pensée ne livre rien de la pureté et des profondeurs de l'âme

ni de la vie du cœur, sinon les motifs qui la conduisent."

Edith Stein      La Crèche et la croix

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

       gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme        

"Les enfants du monde appellent « liberté » le fait de n'être soumis à aucune volonté étrangère, et de n'être restreints par personne dans la satisfaction de leurs désirs et de leurs inclinations. Pour ce rêve de liberté, ils se jettent dans des combats sanglants, sacrifiant leur vie et leurs biens.

Par liberté, les enfants de Dieu entendent tout autre chose : suivre sans entrave l'Esprit de Dieu ; ils savent bien que les plus grands obstacles de sont pas à l'extérieur mais en nous. Quand la raison et la volonté poussent l'homme à être son propre maître, il ne remarque pas à quel point il se laisse abuser et asservir par ses désirs naturels."

Edith Stein      La Crèche et la croix

gothique,fantastique,mysticisme

 "Arrivée au terme d'une longue et pénible carrière, le coeur flétri par les souffrances, et les yeux épuisés de larmes, mes pensées ne se tournent plus que vers le tombeau où je suis prête à descendre : pourquoi donc, trop généreuse amie, exigez-vous que je me nourrisse encore de ces douloureux souvenirs ?  Telle a été la singularité de ma destinée, qu'après m'être vue attachée à l'humanité par les liens les plus sacrés, et par les plus douces espérances, il ne restera pourtant après moi aucune trace de mon existence, si ce n'est dans la conscience épouvantée de ceux qui m'ont marquée comme une victime expiatoire des crimes réunis de mes ancêtres, car sûrement je n'ai jamais mérité par moi-même le malheur de vivre comme j'ai vécu, et de mourir comme je mourrai bientôt."

sophia-lee        le-souterrain

gothique,fantastique,mysticisme

ce lieu où la nuit gothique

 n'a ni commencement ni fin... 

gothique,fantastique,mysticisme

 "Cette retraite n'était point, proprement parlant, une caverne, car elle était divisée en plusieurs compartiments et les murs étaient visiblement construits de main d'homme.  Chaque appartement était séparé du reste par des passages qui aboutissaient à divers escaliers.  Le jour nous venait par des lucarnes de verre peint si au-dessus de notre portée que nous ne soupçonnions point qu'il y eût un monde au-delà et si obscures que les rayons du soleil étaient presque un objet nouveau pour nous, quand nous sortîmes de cette retraite."                

sophia-lee         le-souterrain (the-recess)

 gothique,fantastique,mysticisme

 sophia-lee (1750-1824)  une des précurseures-du-genre-littéraire-gothique,

(son nom est souvent associé à celui de sa soeur, Harriet Lee)

dont le roman "le souterain" est à découvrir sur Google Books

 

 

"ô monde, 

que les sentiments

qu'on puise dans tes cercles brillants

sont faux !"

 sophia-lee          le souterrain

gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens           L'Enjeu de toutes les manipulations

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens          L' Enjeu de toutes les manipulations  

 gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

cet indescriptible chaos

que nous portons en nous...

 gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

et qui, tous, nous aspirera

gothique,fantastique,mysticisme

   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme

 

inexorablement !

"Tu te dérobes à ma vue, et ne veux pas me voir.  tous les feux du ciel  see sont voilés.  Dans cette nuit profonde, il ne se trouve rien, sous la voûte obscure du firmament, d'aussi ténébreux que mon coeur ; ma gloire infernale m'a même quitté"

charles_robert_maturin        bertram_ou-le_château_d'_aldobrand

 gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens           Détail de la Fresque de la Vie         

 

gothique,fantastique,mysticisme

extraits et illustration de "Julia,ou Le Château d'Aldobrand", roman d'Anne Radcliffe

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens           détail de la Fresque de la Vie

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

extrait de "emmeline,-ou_l'_orpheline_du-château", roman de charlotte-smith

gothique,fantastique,mysticisme

salvator_rosa        paysage_avec_un_ermite 

gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix

 

                                                                                                     

 

 

 

 

19/09/2014

SOLITUDE GOTHIQUE

SOLITUDE

               DERELICTION

                                   ABANDON

G  O  T  H  I  Q  U  E

 485px-Theodor_Kittelsen_-_Fattigmannen,_1894-95_(The_Pauper)dark.jpg

Theodor Kittelsen

"Mais son coeur ne tarda pas à s'attrister : tous les êtres s'abandonnaient à la joie ; chacun trouvait un ami pour lui communiquer son bonheur ; lui seul était isolé ; il n'avait personne avec qui se réjouir, personne avec qui partager ses chagrins.  Se voir abandonné de tous ses semblables ; errer dans les régions de la nature  sans avoir un être à qui l'on puisse dire : "Mon ami !", c'est pour l'homme la plus affreuse destinée.  Pour un tel voyageur, chaque déplaisir, chaque infortune est double, parce que personne ne le plaint, parce que personne ne verse un baume charitable dans ses blessures.  Un pareil enfant du malheur ne goûte aucune joie, parce qu'il n'est attendu chez lui par personne à qui son âme réserve ses sentiments, avec qui il puisse à son retour vider la coupe du bonheur.  Celui qui n'a jamais éprouvé ce triste sort, celui qui ne fut jamais frappé de ce coup terrible ne saurait s'en former une véritable idée."

Christian heinrich Spiess     Le Petit Pierre

100_2909.JPG

"Il se livrait à de pareilles réflexions, lorsque la nuit survint et commença à cacher les mauvaises actions des hommes."

christian-heinrich-spiess      le-petit-pierre

 

"Plût à Dieu que cette nuit fût éternelle !"

Christian heinrich Spiess      Le Petit Pierre

 

"Ne désespère point, rodolphe : le temps secourable dérobe sans cesse quelque chose à la douleur humaine ; quelque grande qu'elle soit, il la diminue par degrés et bientôt elle disparaît sans laisser de trace."

Christian Heinrich Spiess     Le petit Pierre

100_2923.JPG

"tournent les ailes du vieux moulin..."

DuBroeucq gisant NB.jpg

Tout    ça    pour    ça...    !!!

Op_under_Fjeldet_toner_en_Lur  Theodor Kittelsen.jpg

NAISSANCE

RENAISSANCE

EXISTENCE

 100_2915.JPG

"Faire flèche de tout bois"

présence 1.jpg

Présence 

 

"Quelque chose rampait autour de la blanche maison, au bord du Rhin, se glissait dans le jardin, passait devant les bancs effondrés et les chaises boiteuses, satisfait, le sabbat des chats, avides d'amour... 

Quelque chose se glissait autour de la maison, grattait d'un ongle dur les murs dont le plâtre tombait en résonnant, cognait aux portes qui frémissaient doucement comme sous l'effet d'un vent léger.

Puis, la chose entrait dans la maison.  Elle montait les escaliers, se déplaçait sans bruit à travers toutes les chambres, puis s'immobilisait et regardait autour d'elle en riant silencieusement."

 hanns-heinz-ewers      mandragore

la mare au diable.jpg

la mare au diable, si chère à George Sand

"Quant à la terre, as-tu saisi le symbole, oncle ?  C'est la fécondité.  La terre, c'est la femme qui nourrit la semence qui fut déposée dans son sein ; la nourrit, la fait croître, fleurir et porter des fruits.  

Prends donc ce qui est aussi fertile que la terre elle-même.  Prends la femme."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

mary_magdalenJules Joseph Lefebvre.jpg

Jules Joseph Lefèbvre         Marie-Madeleine

 

"C'est pour toi que je me suis rendu parjure !  s'écria-t-il, que je me suis perdu d'honneur !  Et tu me payes de tant de cruauté, de tant d'ingratitude !  Femme, il faut que j'obtienne ton amour, il faut que je te possède ou que je meure...  Jamais je n'éprouverai de tourments pareils, jamais mon coeur ne fut consumé d'aussi brûlants désirs !"

Christian Heinrich Spiess      Le petit Pierre

The_Valkyrie's_Vigil Edward robert Hughes.jpg

The Valkyrie's vigil      Edward Robert Hugues

giovanni dupre  Caïen.jpg

Giovanni Dupre      Caïen

          "- Pourquoi te désespérer ?

           - Parce que je vis.

           - Ta raison s'égare.  Pouvons-nous te soulager ?

           - Oui, plongez-moi dans les vagues dont vous m'avez retiré.  

              Alors le crime sera le vôtre."

charles-robert_maturin      bertram_ou_le-château_d'_aldobrand

SEUL  AU  MONDE

  

 

EN  FINIR !!!

"D'ailleurs, après que l'on eut pris toutes ces mesures légales, que l'on eut ouvert plusieurs tombes et privé plusieurs vampires de leur vie empruntée, le village ne fut pas délivré pour autant. Mais, un jour, un gentilhomme de Moravie, de passage à Karnstein, apprit l'état des choses, et, étant expert en la matière, comme le sont beaucoup de ses compatriotes, offrit de débarasser les villageois de leur bourreau.  

Voici comment il procéda.  Un soir de pleine lune, il monta, peu après le coucher du soleil, en haut du clocher de cette chapelle, d'où il pouvait observer le cimetière au-dessous de lui.  Il resta à son poste de guet jusqu'au moment où il vit le vampire sortir de sa tombe, poser à terre le linceul dans lequel on l'avait enseveli, et se diriger vers le village pour en tourmenter les habitants.  

Le gentilhomme descendit alors du clocher, s'empara du suaire et regagna son observatoire. Quand le vampire revint et ne retrouva pas son linceul, il se mit à invectiver furieusement le Morave qu'il avait aperçu au faîte du clocher, et qui, en réponse, lui fit signe de venir chercher son bien.  Là-dessus, le vampire, ayant accepté cette invitation, commença à grimper ; mais, dès qu'il fut arrivé aux créneaux, le gentilhomme lui fendit la tête  d'un coup d'épée, puis le précipita dans le cimetière. après quoi, ayant descendu l'escalier tournant, il alla retrouver sa victime et la décapita. le lendemain, il remit les restes du vampire aux villageois qui enfoncèrent un pieu dans le coeur du monstre, puis brûlèrent la tête et le corps, selon les rites consacrés."

sheridan-le-fanu      carmilla

 438px-Femme_battant_mari_Durer_XVII_e_siecle.jpg

 "Il faut en finir...!"

 dm3.jpg

     Dominique Mertens           L'Ermite de la forêt        

DELIVRANCE  

DELIVRANCE

DELIVRANCE

 abandonnée au coeur de la forêt.jpg

Dominique Mertens           Abandonnée au coeur de la forêt       

SOLITUDE 

ENFER

GOTHIQUE 

 tombe Françoise Lanhay Robermont Liège.jpg

monument funéraire de françoise-lanhay      liège, cimetière-de-robermont

 Ange_de_la_mort contrasté.jpg

ABSENCE

NON-SENS

ESSENCE

 

 

 Orlando_Furioso  rencontre d'un ermite.jpg

La rencontre d'un ermite      illustration pour l' "Orlando furioso"

"Oh !  Que plus personne dorénavant ne me vante les mérites de la solitude, que plus personne n'ose m'affirmer qu'elle signifie enrichissement moral, connaissance de soi !  Non !  La solitude n'est que misère et vacuité.  Elle insulte à la nature, elle nie la vie, elle est le tombeau de l'âme !"

Charles-Robert Maturin       Fatale vengeance

 Larmes de vanité.jpg

Dominique Mertens           Larmes de vanité         

la-dame-sans-espoir-de-retour.jpg

      Dominique Mertens          La Dame sans espérance        

"ô monde, 

que les sentiments

qu'on puise dans tes cercles brillants

sont faux !"

sophia-lee       Mathilde  ou  le souterrain

 

"Que le tocsin sonore gronde au loin sur les abîmes.  Tout est consolation pour des malheureux dans un danger aussi extrême... Tout est possible... un nouvel espoir peut leur donner de la force, et la force peut les sauver."

charles_robert_maturin      bertram-ou_le_château_de_saint-aldobrand

486px-Self-portrait_by_Salvator_Rosa.jpg

salvator-rosa_autoportrait

"Tu viens à moi, car c'est à moi seul que le profond secret de ton coeur peut être révélé, et ton imagination se complaît encore dans ce récit comme à savourer un poison délicieux."

charles_robert_maturin       bertram_ou-le-château_d'_aldobrand

main.jpg

 Dominique Mertens           La Fresque de la Vie (détail)      

"Le ciel était couvert de nuages, la lune ne devait pas paraître ; ainsi la nuit était extrêmement obscure.  En vain essaya-t-il d'ouvrir la petite fenêtre qui lui donnait un peu d'air et de jour.  Elle était scellée, cadenassée et garnie en dehors d'énormes barreaux."

Ann Radcliffe      Julia, ou Les Souterrains du château de Mazzini

 citations gothiques,solitude,mysticisme,fantastique

 citations gothiques,solitude,mysticisme,fantastique

              Vies Monotones          

chanson de Gérard Manset     (paroles et musique)

Nous avons des vies monotones,
Rien dans le coeœur, rien dans la main.
Comme on ne dit plus rien à personne,

Personne ne nous dit plus rien.

Nous avons des vies monotones,
Des maisons vides et fermées,
Des portes lourdes et blindées
Que n'ouvriront plus jamais personne.

Mais comme il faut bien qu'on vive,
S'asseoir avec le même convive,
C'est pas le festin qu'on croyait,
Pas de fusée, pas de vin, pas de sorbet,
Y a plus qu'à tirer la nappe à soi,
Continuer chacun pour soi.

Nous avons des vies monotones,
Rien dans le coeœur, rien dans la main,
Comme on n'attend rien de personne,
On n'a plus réponse à rien.

Nous avons des vies monotones,
Entourés d'hommes et de chiens,
Ceux qui mangent dans notre main,
Ce sont ceux-là qu'on abandonne

Mais comme il faut bien qu'on vive
Ce soir avec le même convive,
C'est pas la fête qu'on croyait
Où sont les lumières qui brillaient.
Y a plus qu'à tirer la nappe à soi,
Continuer chacun pour soi.

Nous avons des vies sans mélange
Qui s'en iront de tous côtés,
Raides et droites comme une planche
Sur l'océan de pauvreté.

citations gothiques,solitude,mysticisme,fantastique

Dominique Mertens         La Chute  

                                  "On ne connait que les choses que l'on apprivoise, dit le renard.  Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître.  Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands.  Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis.  Si tu veux un ami, apprivoise-moi !"

                          Antoine de Saint-Exupéry       Le petit prince

 citations gothiques,solitude,mysticisme,fantastique    

drktorch.gifdrktorch.gif "Il faut en finir...!!!"

08/11/2013

BAISER GOTHIQUE

BAISER  GOTHIQUE

baiser bleurose.jpg

"A nouveau, il reprit ses paroles, mais elle sentit que cette fois il le faisait exprès. "Je t'aime bien, dit-il, tu as été bonne pour moi, aujourd'hui.  Bien des lèvres rouges ont embrassé les miennes et sont devenues très pâles.  Maintenant, maintenant ton tour viendrait.  Voilà pourquoi il vaut mieux que tu ne m'embrasses pas."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

kiss pink.jpg

"Il alla vers le large divan et s'y allongea ; puis il appuya sa tête sur les coussins, étendit les bras de chaque côté et ferma les yeux.

"Maintenant viens, Mandragore !"

Elle s'approcha, s'agenouilla devant lui.  Elle hésita, le regarda puis s'élança soudain vers lui, saisit sa tête et pressa ses lèvres avec passion sur les siennes.

il ne l'étreignit pas, ne bougea pas les bras.  Mais ses doigts se crispèrent sur ses poings.  Il sentit sa langue, et la légère morsure de ses dents..."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 baiser violet.jpg

"Embrasse-moi, supplia-t-il, embrasse-moi !"

Il buvait ses baisers, buvait le sang brûlant de ses lèvres, déchirées par les dents de Mandragore.  Et il s'enivrait, le sachant et le voulant, comme avec un vin mousseux, comme avec les poisons qu'il avait ramenés d'Orient..."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 kiss red.jpg

"Les lèvres de Mandragore étaient à demi ouvertes.  Avide, la pointe de sa langue se faufilait entre ses dents blanches.  Ses seins mats se soulevaient rapidement et une lueur folle brillait dans ses yeux hagards.  Soudain, elle se jeta sur lui, pressa sa bouche contre la blessure et but, but..."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

kiss1.jpg

 baiser gothique 1.jpg

Baiser gothique         Dominique Mertens

 kiss2.jpg

"Ses baisers étaient bons, caressants et tendres comme le chant d'une harpe par une nuit d'été, mais aussi sauvages, rudes et violents, comme le vent de la tempête sur la mer du Nord, brûlants comme le souffle de feu de la bouche de l'Etna, déchirants et impétueux comme le tourbillon du Maelstrôm...

Tout s'engloutit, pensa-t-elle, tout sombre.

 Puis le feu s'alluma, les flammes montèrent jusqu'au ciel.  Quand le loup, les babines sanglantes, se rua dans le sanctuaire, les tisons volèrent et brûlèrent les autels.

Elle l'étreignit, se pressant contre sa poitrine...

"Je brûle, exulta-t-elle, je me consume..."

Un à un, il arracha les vêtements de son corps.

Le soleil était haut lorsqu'elle s'éveilla.  Elle vit qu'elle était nue, mais ne se couvrit pas.  Elle tourna la tête et le vit allongé à son côté, nu comme elle.

Elle demanda : "Partiras-tu aujourd'hui ?

- Veux-tu que je parte ?

- Reste, murmura-t-elle, reste !"

 baiser couleur chair.jpg

"Lorsqu'il fut auprès d'elle, elle vit qu'il saignait.  Des gouttes tombaient de ses joues, de son cou et de son oreille gauche.  "Je t'ai mordu", murmura-t-elle.

Il acquiesça d'un signe de tête.  Alors elle se dressa, lui enlaça la nuque et, de ses lèvres brillantes, but le sang rouge."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

baiser fluo.jpg

Leurs caresses, leur tendresse et tous les mots doux étaient morts et fanés, comme les fleurs, comme le fin gazon sur lequel  la  tempête de leur amour avait roulé.  Le feu qui les avait dévorés de ses dents avides était mort de lui-même, et de ses cendres une haine terrible, implacable, naissait.

Ils se regardèrent.  Maintenant, ils savaient qu'ils étaient des ennemis mortels.

La longue ligne rouge des cuisses de Mandragore lui parut dégoûtante et odieuse.  Sa bouche était amère, comme s'il avait porté un poison à ses lèvres.  Et les morsures de ses dents, les égratinures de ses ongles devenaient douloureuses et le brûlaient...

Elle va m'empoisonner, pensa-t-il, comme elle le fit autrefois pour le docteur Petersen."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 

"Les yeux verts de Mandragore le regardaient, moqueurs, effrontés et excitants.  Il ferma les yeux, se mordit les lèvres ; ses doigts se crispèrent.  Mais elle se leva, se détourna et négligemment marcha sur lui avec mépris.

Il se leva d'un bond, se tint devant elle, croisant son regard...

Pas un mot ne sortit de ses lèvres, elle se taisait, puis elle leva le bras et le frappa au visage.  Alors, il se jeta sur elle, la secoua brutalement, la traîna à terre par les cheveux, la frappa, la piétina et lui serra violemment le cou.

Elle se défendait bien.  Ses ongles déchiraient son visage, ses morsures déchiquetaient ses bras et sa poitrine.  Et, baveuses et sanglantes, leurs lèvres se cherchèrent, se trouvèrent et se prirent dans de violentes souffrances...

Soudain il la repoussa et la jeta au loin, elle retomba sans connaissance sur le gazon."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 

 

 

kiss4.jpg

"Sur l'épaule de son amant, elle aperçut 

Trois cicatrices, trois morsures de sa bouche,

Trois témoins indiscrets de leur amour farouche

Et posa les lèvres dessus."

Hanns Heinz Ewers      L'apprenti sorcier

kiss5.jpg

Danse macabre 2.jpg

Gage d'amour       Dominique Mertens

 kiss1.jpg

Entre moi et mon ami

(complainte médiévale)

Ensemble, mon ami et moi

En un bois près de Béthune,

Nous allâmes jouant mardi

Toute la nuit sous la lune,

Si bien que le jour se leva

Et que l'alouette chanta

Disant "Ami, allons-nous en."

Et il répondit doucement :

"Il n'est point encore jour,

Savoureuse au corps gentil,

Que m'assiste l'Amour ;

L'alouette nous a menti !"

Alors il se rapprocha de moi,

Et je ne fus pas rebelle.

Bien trois fois il m'embrassa.

Je le fis moi aussi plus d'une

Et cela ne m'ennuya pas.

Comme nous aurions voulu

Que cette nuit durât cent nuits

Et que plus jamais il n'eût à dire 

"Il n'est point encore jour !"

kiss6.jpg

baiser-gothique

 baiser de vampire.jpg

Départir  (Se séparer)

complainte médiévale

Quand je vois l'aube du jour venir

Mille choses je ne dois tant haïr

Car elle fait de moi se séparer

Mon ami que j'aime par amour.

Maintenant je ne hais rien tant que le jour,

Ami, qui me sépare de vous.

Quand je suis couchée dans mon lit,

Que je regarde à mon côté

Et n'y trouve pas mon ami,

Je m'en plains aux parfaits amoureux.

Bel ami, vous vous en irez.

Que votre personne soit recommandée à Dieu.

Par Dieu, je vous prie, ne m'oubliez pas !

Je n'aime rien tant que vous.

Maintenant, je prie tous les vrais amants

De cheminer en chantant cette chanson

Et ce en dépit des médisants,

Et des mauvais maris jaloux.

kiss6.jpg

Baiser gothique

Départir 2.jpg

Départir         Dominique Mertens

 kiss2.jpg

Lasse (Hélas !)

complainte médiévale

Hélas, pourquoi repoussai-je

Celui qui m'a tant aimée ?

Longtemps à moi il a pensé et n'y a trouvé pitié.

Hélas, si très dur coeur ai, qu'en dirai

Egarée je fus plus cruelle 

Quand je le repoussai.

J'en ferai droit à son plaisir

S'il m'en daigne ouïr.

Certes, bien me dois clamer et épuisée et malheureuse

Quand s'il n'a pas d'amour,

Mais grande douceur et rosée

Tant doucement me pria et n'y a recouvré merci.

Egarée fus quand ne l'aimais.

J'en ferai droit à son plaisir

S'il m'en daigne ouïr.

Chanson va sans délais à celui qui tant m'agrée.

Car Dieu je prie et demande qu'il vienne à moi sans retard.

En sa merci je me mettrais toute.

Puisse trouver celui qui m'agrée,

Que j'ai trop mal trahi.

J'en ferai droit à son plaisir

S'il m'en daigne ouïr.

 baiser pinky.jpg

Je vivrai liement 

complainte médiévale

Je vivrai  dans la liesse

Douce créature

Si vous saviez vraiment

Qu'en vous est tout mon souci.

Dame de maintien joli,

Plaisant, clair et pur,

Souvent me fait dire : "Aïe, moi ! !"

Le malheur que j'endure

Pour vous servir loyalement

Et soyez sûre 

Que je ne puis plus vivre ainsi

Si longtemps cela dure,

Car vous m'êtes dure

Sans merci et sans pitié,

Et ainsi vous avez mis mon coeur

En telle ardeur

Qu'il pourra certainement de mort très laide

Si pour son soulagement

Votre pitié n'est pas prochainement mûre.

pink kiss 3.jpg

...le baiser de la Mort... 

...le baiser de l'Amour...

 

kiss6.jpg

baiser-gothique

 

 kiss3.jpg

De toutes flours

complainte médiévale

Pour toute fleur et pour tout fruit

Dans mon verger il n'y avait qu'une seule rose,

Le reste était gâté et détruit

Par Fortune qui durement s'oppose

A cette douce fleur pour flétrir sa couleur et son odeur.

Mais si je la vois cueillir ou se laisser choir

Jamais ne désire avoir une autre après elle.

Mais vraiment je ne puis imaginer

Que la vertu  où ma rose est enclose,

Vienne par toi et par tes faux conduits,

Mais au contraire est droit, donc naturel. 

Aussi je suppose 

Que tu n'auras jamais la vigueur

D'amoindrir son prix et sa valeur.

Laisse-la moi, puisque nulle part en mon verger

Je ne désire avoir une autre après elle.

 161237_287421822_1340485398_H115511_Lpink.jpg

Baiser gothique

 pink kiss2.jpg

El  Arbol de las Lagrimas de Cristal

chanson du groupe

Trobar de Morte

Narran las leyendas que existía un árbol sin igual
Nacido de las lágrimas de un hada al llorar.
Sus hojas son frondosas, luminosas de cristal.
Radiaba una azul luz que permitía al alma volar.

Susurra el viento alegre una hermosa cancion al pasar
Meciendo cuidadoso prístinas lágrimas de cristal
La luna y las estrellas en éstas se reflejarán
Y el hermoso firmamento de azul se alumbrará

 

 kiss4.jpg

 

 kiss5.jpg

"Dès sa première jeunesse, elle montra une sensibilité ardente et une imagination plus ardente encore.  Son âme voleta sur les traces du bonheur idéal, et le bonheur resta pour elle inaccessible idéal : car elle aima, quand aimer ne pouvait entraîner que folie et perdition.  De ce moment pesa sur son existence un nuage épais, que les éclairs d'une passion sauvage et rebelle réussissaient parfois à percer mais jamais à dissiper.  A l'insu de tous, elle s'enfonça dans la détresse et chercha consolation dans le rêve.  Mais il est un lieu où cessent les plaintes et où s'apaisent les orages de la passion. Là, le pèlerinage mortel retrouve les chemins de l'espoir.  Là, l'esprit fatigué du monde est rendu à la quiétude.  Là, elle repose enfin auprès de son bien-aimé ; son coeur redevient poussière auprès de celui pour qui il avait battu jusqu'à se briser ; ses lèvres qu'autrefois enfiévrait le désir, se décolorent et s'étiolent contre les siennes.  Oui, elle repose enfin auprès de son bien-aimé

 Nul ne pourra maintenant les séparer, et nul ne voudra maintenant la blâmer.  Est-il en effet quelqu'un qui, songeant à ses souffrances et à sa fin, aurait la cruauté de lui reprocher ses erreurs ?"

Charles-Robert Maturin       Fatale vengeance

 kiss7.jpg

 

lady-angellyca, l'âme du groupe forever-slave

 le baiser de la Mort1.png

le-baiser-de-la-mort

 

 

"VIENS...!"

 

 

 

"... ET  DEVIENS !"

 dans ses yeux.jpg

"OUI, DEVIENS !"

 yeux hypnotiques rouges.jpg

 

02/05/2012

AMOUR ET FANTASTIQUE

Explorer les rapports

qu'entretiennent

Amour et Fantastique.... 

Echeveau d'Amour.jpg

Echeveau d'Amour        encre de Chine de l'auteur

Les Règles de l'Amour 

1. Le prétexte de mariage n’est pas une excuse valable contre l’amour. 

2. Qui n’est pas jaloux ne peut pas aimer. 

3. Personne ne peut avoir deux liaisons à la fois.

4. Toujours l’amour doit croître ou décroître.

5. Il n’y a point de saveur à ce que l’amant obtient sans le gré de son amante.

6. L’homme ne peut aimer qu’après la puberté. 

7. A la mort de son amant, le survivant attendra deux ans.

8. Personne ne doit sans raison suffisante être privé de l’objet de son amour. 

9. Personne ne peut aimer vraiment sans être poussé par l’espoir de l’amour.

10. L'amour est toujours étranger dans la maison de l'avarice.

11. Il n'est pas bon d'aimer une femme qu'on aurait quelque honte à épouser.

12. L’amant véritable ne désire d’autres baisers que ceux de son amante.

13. Rendu public, l'amour résiste peu.

14. Une conquête facile rend l’amour sans valeur, une conquête difficile lui donne du prix.

15. Tout amant doit pâlir en présence de son amante.

16. A la vue soudaine de son amante, le coeur d’un amant doit tressaillir. 

17. Un nouvel amour fait partir l'ancien.

18. Rien que le bon caractère rend l'homme digne d'amour. 

19. Quand l'amour diminue, il diminue vite et se renforce rarement.

20. L’amoureux est toujours craintif. 

21. Vraie jalousie fait toujours croître l’amour.

22. Un soupçon sur son amante, jalousie et ardeur d’aimer augmentent. 

23. Il ne dort ni ne mange celui que passion d’amour démange. 

24. N’importe quel acte de l’amant se termine dans la pensée de son amante. 

25. L’amant véritable ne trouve rien de bien, qui à son amante ne plaise bien.

26. L’amant ne saurait rien refuser à son amante.

27. L’amant ne peut se rassasier des plaisirs de son amante.

28. La moindre présomption pousse l’amant à soupçonner le pire sur son amante. 

29. Il n’aime pas vraiment celui qui possède une trop grande luxure. 

30. L’amant véritable est toujours absorbé par l’image de son amante.

              31. Rien ne défend à une femme d’être aimée de deux hommes, ni à un homme          d’être aimé de deux femmes.

Miroir d'Amour.jpg

miroir-d'-amour        encre de Chine de l'auteur

Quelques poésies du Moyen age...

D'être avec elle

D'être avec elle tant m'étonne

Que n'ose avouer mon désir

Et quand m'en vais d'elle il me semble 

Que perds tout sens et tout savoir.

jardin-courtois-decameron-2.jpg

Joyssance vous donneray

Joyssance vous donneray,

Mon amy, et vous meneray

Là où pretend vostre esperance.

Vivante ne vous laisseray ;

Encore quant morte je seray,

L'esprit en aura souvenance.

 

Si pour moy avez du soucy,

Pour vous n'en ay pas moins aussi ;

Amour le vous doit faire entendre.

Mais s'il vous greve d'estre ainsi,

Apaisez vostre cueur transy ;

Tout vient à point qui peult attendre.

 

Temple d'Amour.jpg

temple-d'-amour        encre de Chine de l'auteur

483px-Chambre.medieval.jpg

Dont vient cela

Dont vient cela, belle, je vous supply,

Que plus à moy ne vous recommandez ?

Toujours seray de tristesse remply,

Jusques a tant qu'au vray me le mandez.

Je croy que plus d'amy ne demandez.

Ou maulvais bruyt de moy on vous revelle

ou vostre coeur a fait Amour nouvelle.

 

Si vous laissez d'Amour le train joly,

Vostre beauté prisonnrendez ;

Si pour autruy m'avez mis en oubly,

Dieu vous y doint le bien que pretendez ;

Mais si de mal en rien m'apprehendez,

Je veulx qu'autant que vous me semblez belle,

D'autant ou plus vous me soyez rebelle.

Danse d'Amour.jpg

plaisir-d'-amour-ne-dure-qu'-un-instant        encre de Chine de l'auteur

chagrin d'Amour.jpg

chagrin-d'-amour-dure-toute-une-vie        encre de Chine de l'auteur

Amour éconduit.jpg

amour-éconduit        encre de Chine de l'auteur

Tacuinum_Sanitatis-cabbage_harvest.jpg

L'Amour, la Mort et la Vie

L'Amour, la Mort et la Vie

Me tourmentent à toute heure.

De me laysser ont envye

Et veullent que j'y demeure.

Quand je veulx rire je pleure

Du feu d'Amour qui s'avive

La Vie veult que je meure

Et la Mort veult que je vive.

Citadelle d'Amour.jpg

amour-fortifié        encre de Chine de l'auteur

amour champêtre.jpg

amour-champêtre        encre de Chine de l'auteur

 amour ancillaire.jpg

amours-ancillaires        encre de Chine de l'auteur

Amour contrarié.jpg

amour-contrarié        encre de Chine de l'auteur

 l'Amour est aveugle.jpg

amour-aveugle        encre de Chine de l'auteur

 

Cet   Enfer   au   Paradis

une chanson de

Dark  Sanctuary

Je ne sais que faire de cette vie,

Dans cet Enfer au Paradis.

J'ai perdu mes ailes et ma liberté,

A cause de celle que j'ai tant aimé.

Des larmes de glace sont comme des espoirs,

Lentement ils s'effacent de ma mémoire.

J'aurais tant voulu ne jamais exister,

Ni jamais avoir cru pouvoir aimer.

J'ai tant de haine contre ceux qui ont

Créé mes peines et mes passions.

Je crie de douleur, j'ai mal et j'ai peur,

J'aimerais tant pouvoir encore la revoir.

J'ai beau crier, elle ne m'entend pas,

J'ai beau pleurer, elle ne m'aimera pas.

 

"Brièvement, il posa un baiser sur le front  de son épouse

et s'en fut, happé par cette insatiable nuit

qui n'avait semble-t-il 

d'autre but que de dévorer le peu d'espoir

qui nous restait encore."

Françoise-Sylvie Pauly

L'Invitée de Dracula, roman

 carré brodé.jpg

"Il  serait trop long de vous conter toute ma souffrance

Mais ce qui me torture avant tout,

c'est une bouche rouge dont mon coeur est meurtri jusqu'à l'amère mort.

Devant elle mon corps était baigné de sueur,

Et mon visage devenait rouge puis blème, 

Quand je rendais mes devoirs à la délicate jeune fille.

A force de soupirer et frémir,

Souvent je ne sentais plus mon propre corps,

Comme si je m'étais consumé.

Souvent m'a l'épouvante fait fuir à deux cents milles d'elle,

Et jamais je ne reprenais espoir.

Gel, pluie, neige ne m'ont pas tant glacé

Que le soleil de la bien-aimée ne pût m'enflammer.

Lorsque je suis près d'elle,

Je perds ma mesure.

Ainsi dois-je à cause d'elle aller par les chemins lointains,

En désarroi, jusqu'à ce que la grâce ait remplacé la haine.

Ah, ma tristesse serait allégresse si elle voulait bien m'aider."

Oswald von Wolkenstein

 

 

........

"Je suis à toi pour l'éternité"

 

"Rejoins-moi à jamais..."

800px-Giovanni_Lorenzo_Bernini_-_Blessed_Ludovica_Albertoni.jpg

Giovanni Lorenzo Bernini        Santa Ludovica Albertoni

 ludovica albertoni1.jpg

bernini-ecstasy-of-st-theresa.126135428_std.jpg

Giovanni Lorenzo Bernini        Extase de Sainte-Thérèse

 220px-Santa_Maria_della_Vittoria_-_6.jpg

le_bernin_extase_terese_detail2.jpg

le_bernin_extase_terese_detail1.jpg

"Rappelle-toi ce jour du plus lointain passé

Où ma voix ranima ton cadavre glacé.

Je vis un feu si beau sous ta noire prunelle

Que je te dis alors : Courtisane éternelle,

Toujours jeune et toujours soumise tu vivras,

Et les plus nobles coeurs s'éteindront dans tes bras !"

     Gérard de Nerval       L'Imagier

 

"Le soleil du matin traversait en rayons colorés les verrières du cloître.  Assis au confessionnal, j'étais plongé solitaire dans mes pensées.  Seuls les pas des frères servants qui nettoyaient l'église résonnaient sous la voûte.  Soudain, j'entendis près de moi un frôlement, et j'aperçus une dame grande et svelte, habillée d'une façon étrange,.  un voile couvrait sa figure ; elle était entrée par une porte latérale et s'approchait de moi pour se confesser.  Ses mouvements avaient une grâce indescriptible.  

Elle s'agenouilla.  Un profond soupir s'échappa de sa poitrine.  Je sentais son haleine brûlante ; avant même qu'elle parlât, j'étais sous l'emprise d'un charme étourdissant.  Comment décrire le ton tout à fait particulier de sa voix, qui pénétrait au plus profond du coeur ?  Chacune de ses paroles me saisissait l'âme, lorsqu'elle m'avoua qu'elle nourrissait un amour défendu.  Cet amour, elle le combattait en vain depuis longtemps ; il était d'autant plus coupable que des chaînes sacrées liaient à jamais l'objet de son amour.  Mais dans la folie d'un désespoir sans bornes, elle avait maudit ces chaînes.

Elle s'arrêta.  Puis, au milieu d'un flot de larmes, qui étouffaient presque ses mots, elle s'écria :

"Médard !  c'est toi, toi-même, que j'aime d'un amour indicible."

Comme saisi d'un spasme mortel, tous mes nerfs se mirent à trembler ; j'étais hors de moi ; un sentiment inconnu me déchirait la poitrine.  Je voulais la voir, la presser contre mon coeur, mourir de joie et de souffrance !  Pour une minute de cette félicité, j'étais prêt à endurer le martyre éternel de l'enfer !"

E.T.A  Hoffmann        Les Elixirs du diable

TheMonkandtheNun  cornelis van haarlem.jpg

Cornelis van Haarlem       le-moine-et-la-religieuse

"Effrayé, je m'avançai en courant ; la porte du cabinet était entrouverte.  Aurélie était agenouillée, le dos tourné vers moi, devant un tabouret sur lequel était placé un livre ouvert.  Rempli de crainte, je regardai involontairement derrière moi ; je ne vis rien et je m'écriai, dans un ravissement suprême :  "Aurélie, Aurélie !"

Elle se retourna rapidement, mais , avant qu'elle se fût levée, j'étais déjà à ses genoux et je l'avais enlacée avec force.

"Léonard !  mon bien-aimé", murmura-t-elle tout bas.

Alors fermenta et bouillonna dans mon être un désir furieux, une passion coupable et sauvage.  Elle était là inerte dans mes bras; ses cheveux dénoués tombaient en boucles épaisses sur mes épaules ; sa gorge juvénile se soulevait ; elle gémissait sourdement.  Je ne me connaissais plus moi-même.  Je la relevai ; elle parut animée d'une force nouvelle ; une ardeur inconnue brûlait dans ses yeux et elle rendait avec plus de feu mes baisers délirants."

E.T.A. Hoffmann        Les Elixirs du diable

 

"Dis seulement que tu m'aimes

et tu seras délivrée de toute détresse." 

 E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

Rappelle-toi ce jour.jpg

 rappelle-toi-ce-jour                     encre de Chine de l'auteur

"Coeur qui soupire n'a pas ce qu'il désire..."

 Commedia-017.jpg

"Diffamée, méprisée, oubliée de tous, à l'exception des généreuses soeurs de la famille de Sydnei, je résignai mes volontés à celles de Lord Arlington, et repris la route de cette abbaye, destinée, dès mon enfance, à me servir de tombeau.  La même main qui avait ruiné l'édifice de mon bonheur, avait dépouillé cette demeure de ce qui en faisait pour moi l'unique charme.  Toutes les ruines étaient abattues, et les bois épais qui nous avaient si longtemps protégés, avaient fait place à des plantations naissantes.  Je détournai les yeux de cette scène de désolation, et me renfermai dans la chambre la plus reculée et la plus obscure, résolue d'y passer le reste de ma vie à méditer et à pleurer."

Sophia Lee         Le souterrain

abbaye en ruines.jpg

 

ruines de l'abbaye dans la forêt.jpg

 

souterrains 1.jpg

 

souterrains 2.jpg

 

confusion des langues.png

gustave-doré        la-tour-de-babel

"... en vérité, on n'a pas encore appris à aimer.  Nous n'utilisons qu'une fraction infime de nos possibilités dans ce domaine.  L'amour est indivisible.  Il parle toutes les langues de Babel.  Mais, à chaque instant, nous en faisons l'économie.  Nous lésinons.  A certaines heures désespérées parce que nous y sommes acculés, nous acceptons d'aimer enfin."

pierre-mertens     "Perdre"

 

"Car s'il est vrai, comme l'a affirmé un écrivain célèbre, qu'aucune jeune fille n'a le droit de tomber amoureuse avant que le monsieur n'ait déclaré sa flamme, il serait des plus inconvenants qu'une jeune fille rêvat d'un jeune homme avant qu'on sache d'abord si le jeune homme a été le premier à rêver d'elle."

jane-austen       l'-abbaye-de-northanger

étreinte1.jpg

étreinte        encre de Chine de l'auteur

"Amour, tes jouissances sont infinies, comme tes peines !  Tu es plus amer que l'absinthe, mais le miel est moins doux que toi."

Christian Heinrich Spiess      Le petit Pierre

 

étreinte 2.jpg

étreinte          encre de Chine de l'auteur

"L'embrasser avec toute la passion d'un désir furieux

et puis lui donner la mort, telle était la pensée

qui me poursuivait irrésistiblement."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du diable

 Comme morteREC.jpg

comme-morte         encre de Chine de l'auteur

 

Amours me fait désirer

Amours me fait désirer et aimer ;

Mais si follettement 

Que je ne puis espérer

Ni penser

N'imaginer nullement

Que le doux et beau visage

Duquel je suis tombé amoureux

Me donnera joie,

A moins qu'Amour n'agisse proprement et tellement 

Que je l'obtienne sans le demander.

Guillaume de Machaut

pleurs d'amour.jpg

pleurs-d'-amour         encre de Chine de l'auteur

 kiss3.jpg

"Sur l'épaule de son amant,

elle aperçut trois cicatrices, 

trois morsures de sa bouche, 

trois témoins indiscrets 

de leur amour farouche

et posa les lèvres dessus !

Hanns Heinz Ewers      L'apprenti sorcier

 

 

 

à  suivre...

 

24/12/2011

APOCALYPSE GOTHIQUE

l'_apôtre_jean_à_patmos.jpg

stuka_rec.jpg

stuka_col.jpg

"Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a confiée pour découvrir à ses serviteurs les événements qui doivent arriver bientôt et qu'il a fait connaître, en l'envoyant par son ange, à Jean, son serviteur,  qui a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ en tout ce qu'il a vu.

Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de cette prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche !  

Jean aux sept Eglises qui sont en Asie: grâce et paix vous soient données de la part de Celui qui est, qui était et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ;  c'est le Témoin fidèle, le Premier-né d'entre les morts et le Prince des rois de la terre.  A celui qui nous a aimés, qui nous a lavés de nos péchés par son sang, et qui nous a faits rois et prêtres de Dieu, son Père, à lui la gloire et la puissance des siècles des siècles ! Amen !  

Le voici qui vient sur les nuées. Tout oeil le verra, et ceux même qui l'ont percé ; et toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en le voyant. Oui. Amen!  "Je suis l'alpha et l'oméga " , dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant.

apocalypse_selon_saint_jean_recol.jpg

"Moi Jean, votre frère, qui participe avec vous, à l'affliction, à la royauté et à la patience en Jésus-Christ, j'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus.

Je fus ravi en esprit le jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix forte, comme une trompette, qui disait:

"Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Eglises qui sont en Asie: à Ephèse, à Smyrne, à Pergames, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie et à Laodicée."

Alors je me retournai pour voir quelle était la voix qui me parlait; et quand je me fus retourné, je vis sept chandeliers d'or,

et, au milieu des chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme; il était vêtu d'une longue robe, portait à la hauteur des seins une ceinture d'or  ;  sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige, et ses yeux étaient comme une flamme de feu ; ses pieds étaient semblables à de l'airain qu'on aurait embrasé dans une fournaise, et sa voix était comme la voix des grandes eaux.  Il tenait dans sa main droite sept étoiles; de sa bouche sortait un glaive aigu, à deux tranchants, et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force.

Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort; et il posa sur moi sa main droite, en disant :  " Ne crains point; je suis le Premier et le Dernier, et le Vivant; j'ai été mort, et voici que je suis vivant aux siècles des siècles ; je tiens les clefs de la mort et de l'enfer. Ecris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver ensuite, le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et les sept chandeliers d'or. Les sept étoiles sont les anges des sept Eglises, et les sept chandeliers sont sept Églises. "

l'_apôtre_jean_à_patmos.jpg

pierre_henry_compositeur.jpg

Pierre Henry, compositeur de l'Apocalypse de Jean

(musique électro-acoustique)

apocalypse_de_jean_pierre_henry.jpg

l'oeuvre magistrale de Pierre Henry, disponible sur You Tube

enfer.png

 83a09d2b792c4cb27edf9c6986e7ff5cRECOL.jpg

hindenburg_crash_1937REC.jpg

 hindenburg_dead_1937REC.jpg

 apo8.jpg

l'Apocalypse, une vertigineuse suite de gravures signées de la main d'Albrecht Dürer

iliouchines_russe_en_action_sur_berlinRECOL.jpg

1945-13_février_bombardement_de_dresdeREC.jpg

 me_262_REC.jpg

 Junkers-Ju-87_REC.jpg

Ecris à l'ange de l'Eglise d'Ephèse Voici ce que dit Celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, Celui qui marche au milieu des sept chandeliers d'or.   .....  

Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Eglises! A celui qui vaincra, je lui donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de  Dieu.   .....

Écris encore à l'ange de l'Église de Thyatire :  voici ce que dit le Fils de Dieu, Celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à l'airain.  

me262RECO.jpg

Me-262_recolor.jpg

apo9.jpg

johannes_sadeler_damnation_éternelle_version_colorisée.jpg

 Après cela, je vis, et voici qu'une porte était ouverte dans le ciel, et la première voix que j'avais entendue, comme le son d'une trompette qui me parlait, dit "Monte ici, et je te montrerai ce qui doit arriver dans la suite.    Aussitôt je fus ravi en esprit; et voici qu'un trône était dressé dans le ciel, et sur ce trône quelqu'un était assis.  Celui qui était assis avait un aspect semblable à la pierre de jaspe et de sardoine; et ce trône était entouré d'un arc-en-ciel, d'une apparence semblable à l'émeraude.    Autour du trône étaient vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, avec des couronnes d'or sur leurs têtes.  Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres; et sept lampes ardentes brûlent devant le trône: ce sont les sept Esprits de Dieu.  En face du trône, il y a comme une mer de verre semblable à du cristal; et devant le trône et autour du trône, quatre animaux remplis d'yeux devant et derrière.

 apocalypse,sainte bible,saint-jean,dûrer,seconde guerre mondiale,gothique,fantastique

 "Des villages, des villes, des peuples entiers étaient infectés et succombaient à la folie. Tous étaient dans l’inquiétude et ne se comprenaient plus entre eux ; chacun pensait que lui seul était porteur de la vérité et chacun se tourmentait à la vue de l’erreur des autres, se frappait la poitrine, versait des larmes et se tordait les bras. On ne savait plus comment juger ; on ne pouvait plus s’entendre sur le point de savoir où était le mal et où était le bien. On ne savait plus qui accuser ni qui justifier. Les gens s’entretuaient, en proie à une haine mutuelle inexplicable. Ils se rassemblaient en armées entières ; mais à peine en campagne, ces armées se disloquaient, les rangs se rompaient, les guerriers se jetaient les uns sur les autres, se taillaient en pièces, se pourfendaient, se mordaient et se dévoraient. Le tocsin sonnait sans interruption dans les villes ; on appelait, mais personne ne savait qui appelait et pour quelle raison, et tous étaient dans une grande inquiétude. Les métiers les plus ordinaires furent abandonnés parce que chacun offrait ses idées, ses réformes et que l’on ne parvenait pas à s’entendre ; l’agriculture fut délaissée. Par endroits, les gens se rassemblaient en groupes, convenaient quelque chose tous ensemble, juraient de ne pas se séparer mais immédiatement après, ils entreprenaient de faire autre chose que ce qu’ils s’étaient proposé de faire, ils se mettaient à s’accuser entre eux, se battaient et s’égorgeaient. Des incendies s’allumèrent, la famine apparut. Le fléau croissait en intensité et s’étendait de plus en plus. Tout et tous périrent. Seuls, de toute l’humanité, quelques hommes purent se sauver, c’étaient les purs, les élus, destinés à engendrer une nouvelle humanité et une nouvelle vie, à renouveler et à purifier la terre : mais personne n’avait jamais vu ces hommes, personne n’avait même entendu leur parole ni leur voix." 

                                       Fiodor Dostoïevski        Crime et châtiment

 

 

 

 

à suivre...

19/06/2011

UNIVERS GOTHIQUE

RIEN

de   si   certain   que

la MORT...

rien de si certain que la mort.jpg

la Mort nous dépouille de toutes choses

la mort nous dépouille de toutes choses.jpg

NIHIL

NEANT

RIEN

L'Envie cède à la Mort seulement...

l'envie cède à la mort seulement.jpg

La Mort nous égale tous...

la mort nous égale tous.jpg

La Mort, le Néant, la négation de tout...

 

la PASSION, antichambre de la MORT

"Si la COMPASSION n'est pas un sentiment voluptueux,

comment se fait-il que

RIEN ne nous bouleverse autant que

la BEAUTE souffrante ?"

Christophe Martin WIELAND

 NIHIL

NEANT

RIEN

OISEAU  DE  MALHEUR !!!!!

corbeau noir.jpg

"Hie muost du yn..."

"C'est là qu'il te faut aller"

(inscription sur une peinture de

Hans Baldung Grien)

"Wohin denn ich ?

"Es leben die Sterblichen von Lohn und Arbeit ; wechselnd in Müh und Ruh.

Ist alles freudig, warum schläft denn nimmer nur mir in der Brust der Stachel ?"

"Où suis-je alors ?  Les mortels vivent de salaire et de travail, alternant entre fatigue et repos. 

Si tout est joie, pourquoi n'y a-il que moi à ne jamais pouvoir dormir que dans le giron de la souffrance ?"

Friedrich Hölderlin

 

oiseaux de malheur.jpg

Oiseaux de mauvaise augure         encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

Chauve-souris.jpg

Hommage à un

maître du Fantastique,

Edgar Allan Poe,

auteur du poème

The Raven / Le Corbeau

le corbeau.jpg

Le Corbeau        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 

La Complainte de la Blanche Biche         

Celles qui vont au bois, c'est la mère et la fille

La mère va chantant et la fille soupire.

Qu'a vous à soupirer ma blanche Marguerite ? 

j'ai bien trop d'ire en moi et n'ose vous le dire !

Je suis fille le jour et la nuit blanche biche.

La chasse est après moi, les barons et les princes.

Et mon frère Renaud qui est encore le pire.

Allez ma mère, allez bien promptement lui dire;

Qu'il arrête ses chiens jusqu'à demain midi.

Où sont tes chiens Renaud, et la chasse gentille ?

Ils sont dedans le bois, à courre blanche biche.

Arrête les Renaud, arrête je t'en prie !

Trois fois les a cornés, de son cornet de cuivre.

A la troisième fois, la blanche biche est prise.

Mandons le dépouilleur qu'il dépouille la biche;

Celui qui la dépouille dit :"je ne sais que dire ; 

Elle a le cheveu blond et le sein d'une fille !"

A tiré son couteau en quartiers il l'a mise.

En ont fait un dîner aux barons et aux princes.

Nous voici tous siets, hors ma soeur Marguerite.

Vous n'avez qu'à manger ; suis la première assise.

Ma tête est dans le plat, mon coeur aux chevilles.

Mon sang est répandu par toute la cuisine, 

Et sur ces noirs charbons mes pauvres os s'y grillent.

Celles qui vont au bois c'est la mère et la fille.

La mère va chantant et la fille soupire.

Qu'a vous à soupirer ma blanche Marguerite ?

J'ai bien trop d'ire en moi, et n'ose vous le dire !

blanche biche.jpg

Blanche Biche          encre de Chine de l'auteur

 illustration pour la chanson "Blanche biche" du groupe folk-rock Malicorne

 

feu02.jpg

 

Hausbuchmeister_Hochwildjagd.jpg

 Hausbuchmeister      Hochwildjagd

 "Seigneur, éloigne cette coupe de mes lèvres..."

(la Bible, paroles prononcées par le Christ au cours de sa Passion)

grunewald_madeleine.jpg

Mathias Grunewald        détail du rétable d'Issenheim

"L'amour me fait désirer

Et aimer si follement 

Que je ne puis espérer ou penser

Ou même imaginer 

Que le délicat et doux visage

Qui m'a fait succomber 

Pourrait me remplir de joie."

L'amour me fait désirer (extrait)  complainte de Guillaume de Machaut

 

MES.XX07.jpg

 "Ego te absolvo"

 Ego te absolvo.jpg

"Ego te absolvo"        encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

 main enserrant une croix.jpg

 

 ...TENTATION GOTHIQUE... 

 

 zurbaran moine yeux levés au ciel.jpg

Zurbaran       moine 

 un cavalier de l'apocalypse.jpg

 Albrecht Dürer      

les cavaliers de l'Apocalypse déferlent sur le monde où s'est répandue

la coupe de la colère divine

 l'apocalypse fléau.jpg

 Craignez, craignez Sa colère !!!

 

repentez-vous, car

la fin des Temps est proche !!!

l'ermite.jpg

L'exhortation de l'ermite      encre de Chine de l'auteur

 img881.jpg

Médiéval ?       Gothique ?  

Que de vies précieuses séparent ces deux époques,

et pourtant...

Le pas est vite franchi sur l'horloge du Temps...

horlogers.jpglivres saints.jpg

L'Heure  

Si j'avais dans ma vie une heure, une seule heure,

Où ce coeur, gémissant d'un souffle qui l'effleure,

Eût joui d'un plaisir   - si fugace fût-il -,

Pour ce furtif instant, pour cette brève joie,

Je reprendrais, moins triste et plus vaillant, ma voie,

Et, puisant de l'espoir dans ce bon souvenir,

Je dirais à mon coeur :  "Sois fort, tout va finir !"

Mais j'interroge en vain l'horreur de ma mémoire,

A chaque page, au livre amer de mon histoire,

Un mot s'épanouit comme une rouge fleur :

Malheur  - et puis Malheur !  - et puis encore Malheur !

(poème de Louis Duchosal dédié au peintre Ferdinand Hodler)

 

 

rien que les armes de WM.jpg

 

blason aigle WM.jpg

 

Wolfram Manteufel.jpg

 Wolfram Manteufel tête.jpg

Wolfram Manteufel buste début lanterne.jpg

Wolfram Manteufel dans la nuit la lanterne et plus.jpg

 Wolfram Manteufel dans la nuit avant dernier.jpg

Wolfram Manteufel dans la nuit.jpg

 

Wolfram Manteufel,

me voici...

 

tel que je me suis moi-même représenté

(encres de chine de l'auteur)

 Suivez-moi dans mes innommables pérégrinations 

 

SANG 

POUR 

SANG

Hemessen,_Jan_Sanders_van_-_Tarquin_et_Lucretia (1).jpg

Jan Sanders Hemessen        Tarquin et Lucretia

CALICE_GOTHIQUE__4b151e6c17ec9.jpg

sacrifice 1.jpg

Le sacrifice        encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

...............

Certains groupes gothiques on un sens particulier du rituel sacrificiel

 

 

 

livres saints.jpg

Médiéval ?       Gothique ?  

Que de vies précieuses séparent ces deux époques,

et pourtant...

Le pas est vite franchi sur l'horloge du Temps...

horlogers.jpg

L'Heure  

Si j'avais dans ma vie une heure, une seule heure,

Où ce coeur, gémissant d'un souffle qui l'effleure,

Eût joui d'un plaisir   - si fugace fût-il -,

Pour ce furtif instant, pour cette brève joie,

Je reprendrais, moins triste et plus vaillant, ma voie,

Et, puisant de l'espoir dans ce bon souvenir,

Je dirais à mon coeur :  "Sois fort, tout va finir !"

Mais j'interroge en vain l'horreur de ma mémoire,

A chaque page, au livre amer de mon histoire,

Un mot s'épanouit comme une rouge fleur :

Malheur  - et puis Malheur !  - et puis encore Malheur !

(poème de Louis Duchosal dédié au peintre Ferdinand Hodler)

 

merci Henri Lievens d'avoir illustré aussi admirablement les

Histoires maléfiques de Claude Seignolle (éd. Marabout)

 

rien que les armes de WM.jpg

 

blason aigle WM.jpg

 

Wolfram Manteufel.jpg

 Wolfram Manteufel tête.jpg

Wolfram Manteufel buste début lanterne.jpg

Wolfram Manteufel dans la nuit la lanterne et plus.jpg

 Wolfram Manteufel dans la nuit avant dernier.jpg

Wolfram Manteufel dans la nuit.jpg

 

Wolfram Manteufel,

me voici...

 

tel que je me suis moi-même représenté

(encres de chine de l'auteur, Dominique Mertens)

 Suivez-moi dans mes innommables pérégrinations 

Dans ses yeux.jpg

Dans ses yeux je voyais ma mort       encre de Chine de l'auteur ,

Dominique Mertens

"Mortem meam in oculis suis videbam"

"In seinen Augen sah ich meinen Tod"

créature rampante aux pieds de son maître.jpg

Amours histrioniques ?  Amours vampiriques ?   

encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

  3 succubes.jpg

 L'initiation de la succube        encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

Requeim for a vampire 077 forteressse.jpg

 ici, en ce  lieu ténébreux, siègea  le

Tribunal du Sang 

 

Belle.jpg

Portrait de femme portant une croix gothique        encre de l'auteur,

Dominique Mertens

"L'ayant trouvé inébranlable, elle le conjura

de porter sur lui une petite croix.

Cette croix, lui dit-il, a appartenu à ma défunte femme,

et comme elle a été baisée par le pape,

elle vous protégera contre le diable et les esprits."

Francis Lathom       La Cloche de minuit

à genoux, mécréants !!!

 l'ermite 2.jpg

Le prêche de l'ermite      encre de Chine de l'auteur,
dominique Mertens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23/06/2010

SOURCES FANTASTIQUES

 

gothic_novel's_illustration.jpg

Gethsémani ou La mort de Julia  (extrait)

 Je fus dès la mamelle un homme de douleur ;

Mon cœur, au lieu de sang, ne roule que des larmes ;

ou plutôt de ces pleurs Dieu m’a ravi les charmes,

Il a pétrifié les larmes dans mon cœur.

L’amertume est mon miel, la tristesse est ma joie ;

Un instinct fraternel m’attache à tout cercueil ;

Nul chemin ne m’arrête, à moins que je n’y voie

           Quelque ruine ou quelque deuil !

 

Si je vois des champs verts qu’un ciel pur entretienne,

De doux vallons s’ouvrant pour embrasser la mer,

Je passe, et je me dis avec un rire amer :

Place pour le bonheur, hélas ! Et non la mienne !

Mon esprit n’a d’écho qu’où l’on entend gémir ;

Partout où l’on pleura mon âme a sa patrie :

Une terre de cendre et de larmes pétrie

           Est le lit où j’aime à dormir.

 

Demandez-vous pourquoi ? Je ne pourrais le dire :

De cet abîme amer je remuais les flots,

Ma bouche pour parler n’aurait que des sanglots.

Mais déchirez ce cœur, si vous voulez y lire !

La mort dans chaque fibre a plongé le couteau ;

Ses battements ne sont que lentes agonies,

Il n’est plein que de morts comme des gémonies ;

           Toute mon âme est un tombeau !

                                                                                                                                                                    Alphonse de Lamartine

hippolyte_sebron_intérieur_d'_une_abbaye_en_ruines.jpg

Hippolyte Sebron      Intérieur d'une abbaye en ruine

Enfant, je fus longtemps impressionné par cette aquarelle peinte par mon père, (une oeuvre de jeunesse ?) et qui était accrochée dans la chambre à coucher de mes parents.

cimetière 2

gothique_anglais.jpg

02/06/2010

l' ANTRE du VAMPIRE

 

 

« L’Antre du Vampire » est la mise en scène de tout un décor fantastique conçu au début des années 2000 pour un public de pré-adolescents à l’occasion des premières fêtes d’Halloween qui furent célébrées en Belgique. 

 L’Aventure débuta par un simple empilement de cageots solidarisés à l’aide de colle et de plâtre, et qui ébaucha petit à petit la silhouette massive d’un château fantastique au fur et à mesure de son agrandissement.  J’y perçai des ouvertures que je dissimulai par des tentures.  J’en garnis les murailles de hautes fenêtres murées, construisis des tours inaccessibles que je cernai de plateformes crénelées, forgeai des barreaux, et aménageai des salles.

 Il ne me restait plus qu’à peupler cette citadelle que je résolus d’entourer d’un vaste cimetière encombré de chapelles, de tombes et de croix. Lorsque je les eu façonnées dans l’argile, quelques succubes parmi les plus dévouées rejoignirent aussitôt la crypte où repose  pour l’éternité leur maître vampire, tandis que leurs compagnes se disséminèrent au coeur du cimetière, au service de leur seigneur, prêtes à séduire quiconque aurait l’imprudence de s’aventurer là…    

 La représentation pouvait commencer… !

100_1561.JPG
100_1582.JPG
100_1586.JPG
100_1561.JPG
100_1582.JPG
100_1551.JPG
 100_1555.JPG
100_1559.JPG
100_1576.JPG
 100_1575.JPG100_1565.JPG
100_1566.JPG
100_1569.JPG

...un cimetière rongé de solitude et hérissé à perte de vue de chapelles et de croix...

100_1570.JPG
944
 
938
 
 950
955
 
964
 
...des ténèbres immobiles, mais tout infestées d'immondes succubes !
 
1013
 
 974
 
 959
 
 982
 
1001
 
 100_1028
 
970
 
 970
 
971
 
1017
 
1035
 
 972
 
 1015
 
990
 
0986 
 
1037 
 
 
... et dans leurs yeux je voyais ma mort
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

31/10/2009

Au-delà du Gothique et du Fantastique

Au-delà  du  Gothique

 

“Il y a dans le coeur d'une femme qui commence à aimer

un immense besoin de souffrir."

                                                                                Charles Nodier        Smarra

la voie de la moindre résistance…

 

femme_en_souffrance_record.jpg

"La souffrance est l'unique cause

 de la conscience" 

                                                                                    Fiodor Dostoïevski

souffrance.jpg

justine_marquis_de_sade_rouge.jpg

"Il fait nuit ! ... et l'enfer va se rouvrir !"

                                                      Charles Nodier       Smarra

femme_en_souffrance_record.jpg

"Tous avaient écouté en silence le récit d'Anne Savichena, surtout les dames.  Beaucoup d'entre elles en secret voulaient du bien à Doubrovski, (un brigand notoire) voyant en lui un type de héros romanesque, principalement Marie Kirilovna, à cause de son imagination ardente nourrie des horreurs mystérieuses de (Anne) Radcliffe." 

                                                               Alexandre Pouchkine       Doubrovski

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

"Sa souffrance faisait peine à voir.  C'était le tourment d'un esprit consciencieux, indicible, torturé par une responsabilité incompréhensible concernant des vies humaines."

                                                                        Charles Dickens       Le signaleur

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

« Hé ! Vous, là-bas ! Attention ! Attention ! Pour l'amour du ciel, écartez-vous ! »

                                          Charles Dickens       Le signaleur

 gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

"Je repris ma descente et parvins au niveau de la ligne de chemin de fer ; je m'avançai alors vers lui et, en m'approchant, je constatai que c'était un homme au teint jaunâtre et qu'il avait une barbe noire et des sourcils épais. Son poste était situé dans l'un des endroits les plus solitaires et les plus lugubres que j'eusse jamais vus. De chaque côté une paroi ruisselante de pierre tailladée qui, pour tout paysage, ne laissait voir qu'une étroite bande de ciel ; la perspective à une extrémité n'était qu'une prolongation tortueuse de ce vaste cachot ; dans l'autre direction la perspective était moins étendue ; elle se terminait par un morne signal rouge et par l'entrée, plus morne encore, d'un tunnel noir dont l'architecture massive avait un aspect primitif, rébarbatif et accablant. Le soleil avait tant de peine à se glisser jusqu'à ce lieu qu'il y flottait une odeur mortelle de terre humide ; d'autre part un vent froid y soufflait si vigoureusement que je me sentis glacé tout à coup, comme si je venais de quitter le monde des vivants."

                                            Charles Dickens              Le signaleur

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

"Et alors s'écroulera la puissance factice de ceux qui ne sont forts que de leur avidité, la terre se dérobera sous leurs pas, ils ne sauront plus sur quoi s'appuyer."

                                                                                                                     Maxime Gorki       La Mère

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

 "Pour être heureux jusqu'à un certain point, il faut que nous ayons souffert  jusqu'au même point"

                                                                                                             Edgar Allan Poe

Friedrich Nietsche a dit :

"Vivre, c'est souffrir,

 et survivre, c'est trouver un sens

 à la souffrance"

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

Lovis Corinth     la déposition du corps du Christ

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

"Depuis longtemps réprouvé, il  (un ange déchu) errait dans les solitudes du monde sans trouver un asile. Et cependant les siècles succédaient aux siècles, les instants aux instants. Lui, dominant le misérable genre humain, semait le mal sans plaisir et nulle part ne rencontrait de résistance à ses habiles séductions. Aussi le mal l’ennuyait…"

                                                   Lermontov       Le Démon (extrait)

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

"Et le démon la vit !… Et à l’instant même il ressentit dans tout son être une agitation étrange. Une bienfaisante harmonie vibra dans la solitude de son âme muette, et de nouveau il put comprendre cette divine merveille d’amour de douceur et d’incomparable beauté. Longtemps il admira cette tendre image et les rêves d’un bonheur évanoui se déroulèrent encore devant lui, comme une longue chaîne ou comme les groupes d’étoiles au firmament. Cloué par une force invisible, il fit connaissance avec une nouvelle tristesse et soudain le sentiment fit résonner en lui sa puissante voix d’autrefois. Était-ce un symptôme de régénération ? au fond de son âme, il ne pouvait trouver des paroles de perfide séduction. Devait-il oublier ? Mais Dieu lui refusa l’oubli et du reste, il ne l’eût point accepté !"

                                                                    Lermontov       Le Démon (extrait)

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

"La pauvre Tamara s’est jetée sur sa couche en sanglotant, ses larmes coulent avec abondance, et son sein gonflé se soulève péniblement !… tout à coup au-dessus d’elle une voix surnaturelle se fait entendre : « Ne pleure pas enfant, ne pleure pas en vain ; tes larmes ne peuvent tomber sur ce cadavre muet comme une rosée vivifiante ; les larmes ne peuvent que ternir le regard limpide des jeunes filles et creuser leurs joues. Il est bien loin déjà ; il ne connaîtra point ta douleur et ne pourra l’apprécier ; la lumière céleste réjouit maintenant ses yeux qui n’ont plus rien de ce monde et il n’entend plus que les concerts du paradis. Que sont les rêves insignifiants de la vie, et les gémissements et les larmes d’une pauvre fille, pour un hôte des cieux ? Rien. Non ! le sort d’une créature mortelle, crois-moi, mon ange terrestre, ne vaut pas un seul instant de ta chère tristesse. À travers les océans éthérés sans gouvernail et sans voiles, les chœurs des astres brillants voguent doucement au milieu des vapeurs ; dans les espaces infinis des cieux, les groupes floconneux des nuages impalpables passent sans laisser de trace ; l’heure de la séparation, l’heure du retour, n’ont pour eux ni joie ni tristesse ; pour eux l’avenir est vide de désirs et le passé sans regret. En ce jour d’affreux malheurs souviens-toi d’eux, bannis toute pensée terrestre, et comme eux, écarte de toi tout souci : dès que la nuit enveloppera de son ombre les sommets du Caucase ; dès que sous la puissance d’une voix magique, le monde charmé se taira ; dès que la brise du soir agitera sur les rochers l’herbe fanée, que les petits oiseaux cachés sous elle sautilleront plus gaiement dans l’ombre, et que sous les branches de la vigne la fleur des nuits s’épanouira pour boire avide- -ment la rosée céleste ; dès que la lune argentée montera lentement derrière la montagne et jettera sur toi ses regards indiscrets, je volerai aussitôt vers toi, je serai ton hôte jusqu’au jour et sur tes paupières aux cils soyeux je ferai éclore des songes d’or. » 

                                                                             Lermontov       Le démon (extrait)

     

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

« O Père ! O Père ! cesse tes reproches ; ne gronde pas ta Tamara. Tu vois ses larmes ? Hélas ! ce ne sont pas les premières ! Je ne serai la femme de personne !... Dis à ceux qui demandent ma main, que mon époux repose dans la terre humide et que je ne puis donner mon cœur ! Depuis le jour où nous ensevelîmes son cadavre sanglant dans la montagne, un esprit perfide me poursuit avec une vision que je ne puis écarter et au milieu du calme des nuits, des songes tristes et étranges viennent jeter le trouble en moi. Mes pensées et mes paroles s’égarent confusément ; une flamme emplit tout mon sang ; je me dessèche et me flétris de jour en jour. O mon père ! Mon âme souffre ! Aie pitié de moi ! Livre au saint lieu ta fille déraisonnable ; là, je serai sous la protection du Sauveur et à ses pieds j’épancherai ma douleur. Ici-bas, il n’y a déjà plus de joie pour moi..... Que bientôt à l’ombre paisible des autels, une sombre cellule se referme sur moi, comme une tombe. »

                                                                        Lermontov       Le démon (extrait)

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

Giuseppe Molteni       La Signora di Monza

"Le brouillard du soir a déjà couvert de ses vapeurs légères les collines de la Géorgie, et fidèle à sa douce habitude, le démon a dirigé son vol vers le couvent. Mais bien longtemps il n’osa violer ce paisible asile de la vertu. Il y eut même un moment où il parut prêt à abandonner ses affreux projets. Il errait mélancoliquement autour des murs élevés et ses pas, plus légers que le vent, faisaient doucement frissonner les feuilles dans l’ombre. Puis il levait les yeux vers cette fenêtre, qu’illuminait l’éclat de la lampe. C’est là qu’elle attendait depuis si longtemps. Soudain, au milieu de ce silence universel, une harpe harmonieuse vibra et des chants sonores résonnèrent ; ces sons semblaient se suivre avec mesure comme coulent des pleurs. C’était une mélodie si tendre, qu’elle paraissait avoir été composée au ciel pour la terre. On aurait dit un ange descendu ici-bas mystérieusement, qui venait en visiter un autre oublié et qui lui parlait du passé, afin d’adoucir sa souffrance ! Et le démon comprit alors pour la première fois les douleurs et les agitations de l’amour. Effrayé, il veut s’éloigner ; mais ses ailes restent immobiles ! et ô prodige ! une larme roule lentement de ses yeux obscurcis !… On voit encore près de cette cellule une pierre que cette larme brûlante a traversée comme une flamme et ce n’était point une larme humaine !"

                                                                  Lermontov       Le démon (extrait)

 

 « Disparais, esprit de doute et de ténèbres ; répondit le messager des cieux : tu as assez longtemps triomphé ; mais l’heure du jugement est venue, et que la sentence divine soit bénie ! Les jours de la tentation sont passés ; en quittant son enveloppe terrestre et périssable elle a secoué à jamais les chaînes du mal. Sache-le ! Depuis longtemps nous l’attendions ! Son âme était de celles dont la vie se compose d’un court instant  de souffrances intolérables et de délices qu’on ne peut comprendre. Le Créateur les a tissées avec les cordes vivantes d’un meilleur monde ; elles ne sont point créées pour la terre et la terre n’est pas faite pour elles ; elle a expié ses doutes par d’atroces douleurs ; elle a souffert et aimé et le paradis lui est ouvert pour cet amour !"

                                                  Lermontov       Le Démon

gothique,fantastique,littérature fantastique,littérature gothique,citations

 

 

 

 

à  suivre...