03/04/2018

La FORET GOTHIQUE

La Forêt gothique

"Oh ! Ciel !  La forêt est pleine de sang

et nos mains en sont toutes couvertes"

extrait de "Klosterheim"

roman de Thomas de Qincey

forêt gothique,charles-robert maturi,ann radcliffe,gothique,littérature gothique,esthétique,blog gothique

Dans son ouvrage, incontournable pour tout amateur de Fantastique, 

"L'Art Fantastique" (réédité aux éditions Albin Michel en 1989) 

Marcel Brion évoque la forêt fantastique en ces termes:

"La selva oscura, pleine de dangers extérieurs, représente également la forêt intérieure à l'homme, le labyrinthe des passions et des vices, dans lequel il s'égare et dont il faut qu'il sorte pour atteindre la lumière.  car la lumière ne pénètre pas plus dans la forêt que dans le labyrinthe.  ...   La forêt est l'endroit où l'on se perd, matériellement, moralement.  La région qu'il faut traverser, selon les romans de chevalerie, pour atteindre le château.  Château et forêt s'opposent ainsi, l'un signifiant sécurité, ordre humain, protection ; le formel contre l'informe, l'immuable contre le perpétuel mouvant.  Le chevalier qui s'aventure dans la fprêt  -la forêt obscure des mystiques-  afin d'arriver au château  -les châteaux de l'âme, de sainte Thérèse-  est un nouveau Thésée : il affronte les minotaures et les dragons, qu'il tuera, afin que vices et passions bestiales ne fassent plus obstacle à la marche vers la lumière"

 

"Comme l'écrivait Mircea Eliade : Il y a là déjà un symbole de la mort : la forêt, la jungle, les ténèbres, symbolisent l'au-delà, les enfers.

La forêt est un monde inhumain, d'où l'homme est exclu, où il n'est admis qu'à regret.  Les êtres et les choses, les plantes et les animaux y confondent leurs formes, leurs couleurs, leurs propriétés.  C'est un monde irrationnel, où se rassemblent, féroces et tranquilles, les éléments hostiles, un monde autre, qui ne devient accueillant que dans les clairières, aux endroits où la cognée du bûcheron a ouvert un passage pour la lumière."

 

"Inchangée depuis les origines du monde, dressant dans un colossal pullulement la foule des jeunes arbres sur les débris des troncs antiques qui se décomposent en humus aux fortes odeurs, la forêt incarne les forces élémentaires et primordiales, ce qui était à l'origine, ce qui demeure des temps disparus et ce qui survivra lorsque l'humanité aura disparu de la surface de la terre.  Elle est un être, aussi, multiforme, capable de passions, habité par une âme que l'on sent palpiter dans le frisson des branches et le craquement des troncs, et dont le souffle vient au-devant du voyageur, redoutable à l'égaré."

 

"Seuls poussent jusqu'au creux de la forêt l'ermite c'est à dire l'homme qui va se combattre lui-même, vaincre son minotaure, son dragon intérieur, et le chevalier dont la vocation est de détruire les monstres..."

 

"Il y a aussi le saint-chasseur, dont la forêt triomphe par sa propre conversion au christianisme, et qui fait apparaître aux yeux émerveillés de saint-Hubert un cerf portant une croix entre ses bois ; c'est parce qu'il s'est dompté lui-même que, contrairement à ce qui se passe d'ordinaire, le cerf triomphe du chasseur : non pas en fuyant, mais en atteignant avant lui le havre du salut, la Croix."

 

Et, enfin, ce bref passage où l'auteur évoque les liens qu'entretiennent la Mort et le Fantastique :

"L'idée de la mort ajoute, à la souffrance de la séparation du corps et de l'âme, le pressentiment du châtiment qui attend l'homme dans l'au-delà s'il a manqué aux préceptes de la religion.  Le thème fantastique de la mort est ainsi lié aux deux autres grands thèmes fantastiques, celui de la Tentation, c'est à dire de l'insidieux assaut du péché, et de la damnation qui menace le pécheur, de l'enfer."

l'homme qui vendit son âme au diable.jpg

L'Homme qui vendit son âme au diable        encre de Chine de l'auteur

"Pe-tit frère... Pe-tit frère... m'as-tu re-con-nu... re-con-nu ?  

Ou-ou-vre-moi, nous irons dans la forêt... dans la forêt..."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

forêt nuit3.jpg

"Cette vaste forêt, célèbre par les voleurs et les précipices qui s'y rencontraient, semblait encore être l'objet du courroux céleste.

Ses arbres, hauts et touffus, étaient à tout moment frappés par la foudre : on y entendait sans cesse le sifflement des vents déchaînés.  Tout, dans ce lieu sinistre, inspirait  l'horreur et l'effroi."

ducray_duminil      alexis_ou_la_maisonnette_dans_les_bois

forêt gothique

william_gilpin      exécution  (peinture)

"Il avait été si près du but, si près d'atteindre la paix et le silence des forêts éternelles."

Selma Lagerlöf       Gösta Berling

 bucheron clair 1.jpg

Ma silhouette fantomatique hante les forêts enneigées     

encre de Chine de l'auteur (version claire)

 

"Nul ne s'évade jamais tout entier du pays au-delà de la forêt..."

Fançoise-Sylvie Pauly        L'Invitée de Dracula

forêt nuit1.jpg

"Alors, dans cette sombre forêt, des images de ma vie m'apparurent."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

forêt nuit2.jpg

"D'ailleurs, monsieur, la forêt par elle-même est si joyeuse et si animée que je ne m'y sens jamais seul.  Comme je connais chaque place et chaque arbre, il me semble que chacun des arbres qui a grandi sous mes yeux et dont la cime vivante et resplendissante s'élève maintenant dans les airs me connaît et m'aime, parce que je lui ai accordé mon attention et donné mes soins.  Oui, dans le murmure et le bruissement merveilleux de la forêt, je crois réellement entendre des voix qui me parlent, des voix tout à fait particulières, et j'ai l'impression que ce langage est la louange véritable de Dieu et de sa toute-puissance, en même temps qu'une prière que la parole humaine ne pourrait jamais arriver à exprimer."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

 img108.jpg

"Il ne m'est pas possible de dire avec précision combien de temps dura ma fuite, à travers la sombre forêt, toujours poursuivi par mon double ; il me semble que cela dura des mois, sans que je prisse ni aliments ni boisson.  je ne me rappelle avec netteté qu'un seul moment, après lequel je tombai complètement inanimé.  Je venais précisément de réussir à me débarrasser de mon double, lorsqu'un clair rayon de soleil traversa la forêt, suivi d'un son charmant et gracieux.  Je distinguai une cloche de couvent qui sonnait matines.  

"tu as assassiné Aurélie."  Cette pensée me saisit, comme avec les bras glacés de la mort, et je tombai sur le sol, évanoui."

E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

  Amour de la forêt.jpg

Amour de la forêt        encre de Chine de l'auteur

 forêt gothique

 La  forêt,  lieu  de  transmutation  des  amours...

 Amour sylvestre.jpg

Amour sylvestre        encre de Chine de l'auteur

 Ne dis point qu'ici-bas le bonheur est mensonge

Mais ensemble voguons sur les eaux bleues du songe.

 Je frémis cependant car amour criminel

 Ne peut que m'attirer châtiment éternel."

 charles_robert_maturin       fatale_vengeance

 forêt gothique

  La  forêt,  lieu  de  transmutation  alchimique...

7 metaux.gif

"Il poursuivit la route qu'il avait devant lui, elle le conduisit à la partie de la forêt la plus obscure qu'il eût encore rencontrée et aboutit à un sombre réduit, cintré par une haute futaie, dont les rameaux entremêlés offraient une barrière impénétrable aux rayons du soleil et n'admettaient qu'une espèce de crépuscule mystérieux."

Ann Radcliffe       Les Mystères de la forêt

6q5x2x8.jpg

la  forêt,  lieu de transmutation  des  amours  alchimiques...

Ses yeux.jpg

Ses yeux dans la forêt gothique...

 

  Evariste-Vital_Luminais_-_Le_Pâtre_de_Kerlaz.jpg

Evariste Vital Luminais     Le Pâtre de Kerlaz

"Alors on aperçut des milliers de follets dansant en rond, voire même en procession autour des murs du châtel, et aussi à la lueur d'un éclair on entrevit les huarts avec leur grande bouche fendue, leurs dents vertes et leurs ailes de souris chauves voltiger autour du gisant, et insulter par leurs rires cruels et des huées bizarres à sa défaite malencontreuse.

Alors sortit du bois voisin berger maigre et hideux, caché dans un manteau rouge, et qui conduisait un troupeau de loups.."

ferdinand_langlé

la_dame_sans_merci

 le berger.jpg

le berger        encre de Chine de l'auteur

 moritz von schwind  1.jpg

moritz_ von_schwind

"Mais aujourd'hui, hélas, où sommes-nous égarés ?  Où la marée de la civilisation nous a-elle-portés ?  Elle s'est installée sur une terre qui n'était pas prêté pour elle et, après son passage, a laissé une nudité désolée.  Nous avons perdu nos forêts mais avons conservé leurs maraudeurs ; nous avons détruit tout ce qui était beau, mais ce qui révoltait de barbarie, nous l'avons gardé. "

Sheridan Le Fanu        Le destin de Sir robert Ardagh

 

abandonnée en forêt.jpg

abandonnée en forêt        encre de Chine de l'auteur 

forêt nuit2NB.jpg

"Au milieu du feuillage obscur,

J'ai découvert un beau fruit mûr.

Je tends vers lui mes doigts graciles.

Las, mes efforts sont inutiles !

 

J'eusse tenu pour grand plaisir

Humer son parfum à loisir

Et presser sur ma joue fiévreuse

Sa peau à la douceur soyeuse.

 

A sa fraîcheur de jouvenceau,

J'offrirais, si j'étais oiseau,

La tiède caresse d'une aile,

Et, de mes chansons, la plus belle.

 

Si j'étais la brise du soir,

Sans doute aurais-je ardent vouloir

D'effleurer sa rondeur vermeille

En murmurant mainte merveille.

 

Mais voici qu'un hideux serpent

S'approche de lui en rampant.

J'observe, effrayée, le perfide

Qui darde une langue biffide.

 

Et dans la chair du fruit, soudain,

Plongent les crochets à venin.

Depuis, sa pulpe est desséchée,

Sa peau fendillée et tachée."

Charles-Robert Maturin       Fatale vengeance

                                                                          (traduction Bernard Tissier)

bois du morvan  DaubignyREC.jpg

Daubigny        Forêt du Morvan 

"Ecoute, c'est la cloche du couvent .  Suspends le récit de ton histoire.  Ce son, que le vent amène des murs redoutables de mon château, réveille en moi l'idée chérie de ma famille.  

.....

Il n'existe pas de forêt dont l'ombrage soit assez épais pour nous cacher."

charles_robert_maturin       bertram,_ou_le_château-d'_aldobrand

clochesREC.jpg

SOUDAIN, une présence... 

forêt gothique

"Je ne me connaissais pas  La nuit dernière...  Oh !  La nuit dernière révéla un mystère terrible ...  La lune descendit, ses rayons obscurcis cachèrent le départ d'un homme qui n'est malheureusement que trop aimé !  Alors je me sentis comme anéantie ; mes yeux s'éteignirent et se désséchèrent.  N'ayant plus rien pour m'aimer, et n'aimant plus rien, je me trouvai comme seule sur la terre.  Je restai tout étonnée de ma désolation, car j'avais dédaigné le monde pour lui, et à peine pouvais-je obtenir de sa pitié un peu d'intérêt que mes devoirs m'ordonnaient de repousser !"

 "C'était la beauté dormant au sein de l'horreur."

ann_radcliffe_les_mystères_d'_udolphe

forêt gothique

accrochée_à_la_vie_par_des_ronces        encre de l'auteur

 forêt gothique

"Que celui qui veut vivre dans le désert des bois fasse provision d'abord de bons et doux souvenirs, de bonnes pensées, sinon la forêt est une demeure sinistre.  On n'y voit que lutte et meurtre."

Selma Lagerlöf       Gösta Berling

 forêt gothique,charles-robert maturi,ann radcliffe,gothique,littérature gothique,esthétique,blog gothique

 

18/03/2018

FANTASMES GOTHIQUES

MOURIR  DE  PLAISIR...   

la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

Dominique Mertens       Là-bas (encre et crayon)

"C'est elle... elle vient... je vais la revoir..."

disait en moi une voix intérieure,

et mon coeur tressaillait d'angoisse et de ravissement."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du Diable

la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

 "Rodolphe, parvenu sur le sommet de la colline qui dominait la cabane se retourna et vit Agnès encore à la porte ; elle lui souhaita par signes un bon voyage et un prompt retour.  Le chevalier se coucha sur l'herbe tendre, pour tenir conseil avec son coeur et sa raison.  Avec le premier il eut bientôt fait : rempli de l'image de la jeune fille, la posséder était son unique désir ; et il était déterminé à l'épouser.  Avec raison, le débat ne fut pas aussi court.  "Tu peux fort bien l'épouser, dit celle-ci et même ta conscience n'aura rien à te reprocher ; mais comment pourras-tu vous nourrir toi et ta femme ?  Travailleras-tu avec elle ?  - Oui, dit son coeur sans hésiter.-  Mais sais-tu travailler ?  se demanda-t-il à lui-même.  Un fardeau que tu n'as pas l'habitude de porter ne te fera-t-il pas succomber ?  Ne fera-t-il pas le tourment de tes jours ?  N'altérera-t-il pas tous tes plaisirs ?  Gouteras-tu quelque bonheur lorsque tu rentreras chez toi harassé de fatigue, dégouttant de sueur et que tu retrouveras ta femme gémissant sous le poids de sa misère ?  Lorsque tu seras forcé de lui refuser ce qu'elle désirera le plus vivement, faute d'avoir le moyen de te le procurer ?  ne voudrais-tu que jouir de ses charmes, lui ravir l'innocence, unique bien qu'elle possède et retomber encore dans cette vie criminelle dont tu n'as pu te retirer que par un miracle ?"

Sa conscience et son coeur même s'élevèrent contre cette idée ; il aimait la jeune fille comme il n'avait encore aimé.  Il voulait la rendre heureuse, être heureux avec elle, vivre et mourir dans ses bras."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

Dominique Mertens       enchaînée et dénaturée

"Ich habe ein glühend Messer"

J'ai un couteau à la lame brûlante

J'ai un couteau à la lame brûlante,
Un couteau dans ma poitrine.
Hélas ! Il s'enfonce si profond
dans toute joie et tout plaisir.
Ah, quel hôte terrible il est !
Jamais il ne se repose,
jamais il ne fait de pause,
Ni le jour, ni la nuit,
quand je voudrais dormir.
Hélas !

Quand je regarde vers le ciel,
je vois deux yeux bleus !
Hélas ! Quand je marche dans le champ doré,
je vois au loin ses cheveux blonds
flottant dans le vent !
Hélas !

Quand je me réveille d'un rêve
et que j'entends son rire argenté sonner,
Hélas !
Je voudrais être allongé sur le catafalque noir,
et jamais, jamais rouvrir les yeux !

 poème composé par Gustav Mahler

sous le nom  "Lieder eines fahrenden Gesellen"  (Chants d'un compagnon errant)

daphnis et chloé ND.jpg

Daphnis et Chloé

"Des filles belles comme les roses, sveltes comme les peupliers, voltigeaient devant ses regards et occupaient son imagination.  Sa couche lui sembla un lit d'épines, sa chambre une cellule, son château un désert."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

Franz Pforr

 "Elle était belle, elle était faite pour inspirer l'amour et le sentir.  Elle avait une taille élancée, des yeux noirs, un teint de lys, les plus longs cheveux qui flottèrent jamais sur les épaules d'une jeune fille.  Le voile qui couvrait son sein trahissait les mouvements d'un coeur trop ému et toute sa personne commandait à la fois l'amour et le respect."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

Dominique Mertens       la neige endeuillée

la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

Carl gustav Carus       Heimkher

"Jouis alors de ses charmes autant que durera l'ivresse de ton amour."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

 herbert james draper  nymphe des eaux.jpg

nymphe des eaux     herbert-james-draper

"Au moment même où il lisait leur histoire, dans cette bibliothèque silencieuse, les deux amants rugissaient comme des bêtes sous l'éternelle morsure de la flamme justicière pour n'avoir songé qu'à l'assouvissement de leurs désirs."

Julien Green     Moïra

Elle repose sur un tronc.jpg

Elle repose sur un tronc         Dominique Mertens

"Ainsi fortifiée, je pouvais, me semblait-il, reposer en paix.  Mais les rêves traversent les pierres des murs, éclairent des chambres enténébrées ou enténèbrent des chambres éclairées ; et leurs personnages, narguant tous les serruriers du monde, font leurs entrées, ou leurs sorties comme il leur plaît."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

393px-Danae_in_the_Brazen_Chamber_-_Frederick_SandysREC.jpg

Frederick Sandy     Danaë

Phasmes et fantasmes,

Ombres sans nombre...

 800px-Meyerbeer_RobertDiableCiceri contrasté.jpg

Mise en scène de Ciceri pour l'opéra de Meyerbeer "Robert le diable" 

"L'embrasser avec toute la passion

d'un désir furieux

et puis lui donner la mort, 

telle était la pensée

qui me poursuivait irrésistiblement."

E.T.A. Hoffmann       Les Elixirs du Diable

embrasement4.jpg

Embrassement et embrasement         Dominique Mertens

elle pleure.gif

chagrin-d'-amour poursuivra jusque dans la tombe...

"Etes-vous vraiment victime d'une passion effrénée ?  

Serait-il possible que... 

j'ai entendu parler de femmes vénales qui,

même à un être tel que vous, 

préfèrent un vieillard cassé et décrépit, mais cousu d'or.  

Vous ne devez pas languir pour une de leurs pareilles."

Charles Robert Maturin       Fatale vengeance

 diablerie.jpg

"Vous vous perdez dans les labyrinthes de la casuistique.  Cessez d'empoisonner votre esprit avec le remords de fautes imaginaires.  Mais je ne saurais vous laisser la consolation de penser que mes souffrances ont une cause ordinaire ou que l'on peut y porter remède.  Plût au ciel que toutes vos présomptions fussent vraies !  Car rien ne peut être  comparé à ce qui est."

Charles-Robert maturin      Fatale vengeance

la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

Dominique Mertens        Horreur sacrilège (encre et crayon)

 "J'admire la beauté partout où je la rencontre, mais seule la femme qui sait aimer pourra de moi être aimée."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 succube OstärdtenschteinREC.jpg

la succube Ostärdtenschtein           figurine créée par l'auteur,

Dominique Mertens

pour la mise en scène de L'antre du vampire

 ambiance-gothique-beaute-gothique-10-img (7).jpg

Comme morteREC.jpg

Comme morte          Dominique Mertens

"Tandis qu'elle recouvrait lentement ses esprits, Ippolito admirait sa beauté, qui ne laissait pas d'être captivante sous le masque de la mort.  Ses longs cheveux noirs, qui retombaient gracieusement sur son visage et sur sa poitrine comme les branches d'un saule sur la stèle d'une tombe, lui firent connaître qu'elle n'était point religieuse  -bien qu'il l'eût sortie d'un lieu qui, à l'évidence, était un couvent."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

Sainte-philomène gisante.jpg

sainte-philomène gisante

"Dans les cryptes du donjon j'errais nonchalamment

Insoucieux des vies qui en ces lieux se consumaient ;

"Tire les lourds verrous, ouvre, rude Geôlier !"

Il n'ose me dire non.  Les gonds tournent en grinçant.

"Nos hôtes sont logés sombrement", murmurai-je en fouillant des yeux

Le caveau dont le jour grillé montrait un ciel plus gris que bleu ;

(C'était quand l'heureux printemps riait en l'éveil de sa gloire)

"Oui, plutôt sombrement !" répliqua mon guide maussade.

Alors, Dieu pardonne ma jeunesse, et ma langue étourdie !

Taillai-je, au choc des fers glacés sur les dalles humides ;

"Enfermée par un triple mur, es-tu si fort à craindre

Que l'on doive au sol te tenir en y rivant tes chaînes ?"

 

La captive leva son visage, il était aussi doux et placide 

Que celui d'une sainte en marbre ou d'un nourrisson assoupi.

Il était si doux et si placide, il était si tendre et si clair

Le chagrin n'y pouvait creuser de ride ni d'ombre la douleur !

La  captive leva sa main et la pressa sur son front.

"On m'a frappée, répondit-elle, et je souffre à présent

Mais sans effet sont vos solides verrous et vos chaînes,

Et même en acier ils ne pourraient me retenir longtemps."

Emily Brontë        extrait du poème "Silencieuse est la Maison"

traduction de Claire Malroux

la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

Dominique Mertens       la prisonnière (encre et crayon)

Die zwei blauen Augen von meinem Schatz

"Les deux yeux bleus de ma bien-aimée"

Les deux yeux bleus de ma bien-aimée
m'ont envoyé dans le vaste monde.
Alors je dois dire adieu à cet endroit très cher.
Oh, yeux bleus ! Pourquoi m'avez-vous regardé ?
Maintenant j'ai un chagrin et une douleur éternels !

Je suis parti dans la nuit tranquille,
à travers la lande sombre.
Personne ne m'a dit adieu.
Adieu !
Mes compagnons étaient l'amour et le chagrin.

Sur la route se tenait un tilleul,
Et là pour la première fois j'ai dormi.
Sous le tilleul,
Qui faisait tomber sur moi ses fleurs comme de la neige,
Je ne savais pas ce que la vie fait,
Et tout, tout, s'est arrangé !
Tout, tout ! Amour et chagrin,
Et le monde et le rêve !

Lieder eines fahrenden Gesellen ( Chants d'un compagnon errant)

poème  composé  par Gustav Mahler 

 la beauté,esthétique,symbolisme,illustration gothique,dessin gothique,mort

 Emily Brontë

 ""Oh, atroce est le frein -intense la douleur

Quand l'oreille recommence à entendre et l'oeil à voir,

Que le pouls se remet à battre, le cerveau à penser,

L'âme à sentir la chair et la chair à sentir ses liens !

"pourtant je ne voudrais perdre ce dard, subir un moindre supplice ;

Plus le tourment déchire, plus tôt je jouirai de sa grâce ;

Et drapée des feux de l'Enfer, ou parée de l'éclat du paradis

Pourvu qu'elle annonce la Mort, la vision est divine."

Emily Brontë       poème Julian M. et A.G. Rochelle, extrait)

 

 

à   suivre...