15/05/2016

NAITRE AU GOTHIQUE

 

naître  au gothique

c'est naître à la vie

  gothique,fantastique,mysticisme

       Dominique Mertens          L'Oeil de Dieu donne vie aux spermatozoïdes    

(détail de La Fresque de la Vie)     

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens          L'Oeil-de-Dieu        

 gothique,fantastique,mysticisme

     Dominique Mertns           La Migration des spermatozoïdes        

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero        

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero       

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero    

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Le sablier-uterus        

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 Parcourons le journal d'une gothique,

extrait du chef-d'oeuvre  de Charles-Robert Maturin,

"Fatale vengeance", publié aux éditions José Corti,

notre fournisseur attitré de Gothique.

jose-corti.fr

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  "Ce 1er avril"

"Il est minuit... tout se tait autour de moi... pas un souffle de vent, pas un murmure.  Et moi, au sein de ce repos de la nature, comment suis-je ,  Que suis-je ? ... Quel est ce trouble de mon âme que semble encore accentuer la paix qui m'entoure ?  Qui ai-je vu ?  Je n'en sais rien ; je ne veux pas prononcer son nom ; je ne veux pas penser à ce qu'il est.  Je ressens un tel bonheur !  Il n'y a place pour rien d'autre.  Mes sentiments m'appartiennent ; ils sont mon trésor secret.  La joie que je sens en moi est suave et caressante comme une belle journée de printemps.  Il n'y a personne d'aussi heureux que moi cette nuit... Sauf lui peut-être ?  Il est si beau ! ... Comment peut-on être à la fois bercée par une douce quiétude et secouée par la tempête ?  Mes esprits sont agités, mais mon âme est paisible..."                                                                                     (suite ci-dessous)

Charles-Robert Maturin        Fatale vengeance

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Naissance au gothique    

  

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           Naissance au gothique      

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          La dame sans espoir de retour        

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           La Femme est née de l'eau          

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

Viens...!!!

littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

Viens...!!!

 

Et  prends-moi...!

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

naître au gothique

c'est naître à la mort   

littérature gothique,fantastique,amour

 naître-au-gothique         encre de l'auteur

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

et

remonter le courant

de

 la Vie, cette vierge blanche

littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          Vierge blanche        

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  et  de

 la Mort, cette vierge noire

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Vierge noire          

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

        "Que j'aime à voir la décadence

de ces vieux chasteaux ruinez                                   

                    """""""""""""""                         

Contre qui les ans mutinez

Ont déployé leur insolence !

Les sorciers y ont leur sabat ;

Les démons follets s'y retirent,

Qui d'un malicieux ébat

Trompent nos sens et nous martirent ;

Là se nichent en mille trou,

Les couleuvres et les hyboux.

L'orfraye, avec ses cris funèbres,

Mortels augures des destins,

Fait rire et danser les lutins,

Dans ces leix remplis de ténèbres.

Sous un chevron de bois maudit

Y branle le squelette horrible

D'un pauvre amant qui se pendit

Pour une bergère insensible ..."

marc-antoine-de-gérard-de-saint-amant         la-solitude

du sieur de Saint-Amant

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"Les cheveux hérissez, j'entre en des resveries

De contes de sorciers, de sabaths, de furies ;

J'erre dans les enfers, je raude dans les cieux ;

L'âme de mon ayeul se présente à mes yeux ;

Ce fantôme léger, coiffé d'un vieux suaire,

Et tristement vestu d'un long drap mortuaire,

A pas affreux et lents, s'approche de mon lit ;

Mon sang en est glacé, mon visage en paslit,

De frayeur mon bonnet sur mes cheveux se dresse,

Je sens sur l'estomach un fardeau qui m'oppresse.

Je voudrais bien crier, mais je l'essaye en vain :

il me ferme la bouche avec sa froide main..."

 marc antoine de gérard de saint amant      les visions

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"... Au travers  de ce feu puant, bleuastre et sombre,

J'entrevoy cheminer la figure d'une ombre,

J'entends passer dans l'air certains gémissements,

J'avise, en me tournant, un spectre d'ossements,

Lors, jettant un grand cry qui jusqu'au ciel transperce,

Sans poux et sans couleur, je tombe à la renverse."

marc antoine de gérard de saint amant      les visions

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

malédiction !!!

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

Claudine

Guérin de Tencin 

 une des innombrables précurseures du genre littéraire gothique

 dont voici un extrait de l'adaptation de son roman  "Mémoires du Comte de Comminge " au théâtre par Baculard d'Arnaud 

sous le titre "Les Amants malheureux, ou Le Comte de Comminge" :

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 "un souterrain vaste et profond consacré aux sépultures de la trappe ; deux ailes du cloître, fort longues et à perte de vue, y viennent aboutir ; on y descend par deux escaliers de pierres grossièrement taillées et d'une vingtaine de degrés.  il n'est éclairé que d'une lampe.  au fond s'élève une grande croix, telle qu'on en voit dans nos cimetières, au bas de laquelle est adossé un sépulchre peu élevé, et formé de pierres brutes ; plusieurs têtes de mort amoncelées lient ce monument avec la croix ; c'est le tombeau du célèbre abbé de Rancé, fondateur de la Trappe.  Plus avant, du côté gauche, est une tombe qui paraît nouvellement creusée, sur les bords de laquelle sont une pioche, une pelle, etc.  Au devant  de la scène, dans un des côtés à droite, est une autre fosse.  Sur les ailes du souterrain, se distinguent de distance en distance, et à peu de hauteur de terre, une infinité de petites croix qui désignent les sépultures des religieux."

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 malédiction !!!

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

  littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

illustration de l'ouvrage de Baculard d'Arnaud,

" Le Comte de Comminges ou Les Amants malheureux"

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"En disant ces derniers mots, le marquis sortit avec fureur de son cabinet.  Julia avait succombé à l'effroi de cette sorte de malédiction.  Ses jambes ayant cessé de la soutenir, elle était tombée à la renverse sur le parquet.  Seule et sans secours, ce ne fut qu'au bout de quelques heures qu'elle revint de son évanouissement.  Alors elle essaya de sortir de ce funeste cabinet, en s'appuyant tantôt contre un meuble, tantôt contre le mur."

anne_radcliffe       julia_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini

 littérature gothique,fantastique,amour

malédiction !!!

  littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 "Je m'avance, égaré, dans des plaines désertes :

De la destruction elles étaient couvertes,

Du fonds de noirs tombeaux, antiques monuments

J'entendais s'échapper de longs gémissements ;

Dans les débris épars de ces vieux mausollées,

Je voyais se traîner des ombres désollées ;

D'un lamentable écho ces champs retentissaient ;

Des monceaux de cercueils jusqu'aux cieux s'entassaient..."

Baculard d'Arnaud    

  Le Comte de Comminges ou Les Amants malheureux

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          détail de la fresque de la Vie 

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour le roman de "emmeline_ou_l'_orpheline_du_château" 

de charlotte_turner_smith

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           détail de la fresque de la Vie

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour le roman "emmeline_ou_l'_orpheline_du_château" de charlotte_turner_smith

                   

        littérature gothique,fantastique,amour                                             littérature gothique,fantastique,amour                                    littérature gothique,fantastique,amour                                                           

Et maintenant,

littérature gothique,fantastique,amour

      que se déchaîne

           le souffle de l'esprit...          

"Ida Munster, sorcière accusée de meurtre et de haute trahison,  apparais !  

Nous, les secrets vengeurs de l'Eternel,

nous te citons à comparaître devant le tribunal de Dieu

endéans les trois jours !"

christiane_bénédicte-naubert        herman_of_unna    

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour                                          littérature gothique,fantastique,amour                                       littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour"le_spectre_du_château", pièce de théâtre de matthew_gregory_lewis

 littérature gothique,fantastique,amour                                                     littérature gothique,fantastique,amour                                               littérature gothique,fantastique,amour

    littérature gothique,fantastique,amour

david_teniers       scène de sabbath_des_sorcières

 

 

accoucher !  accoucher au plus vite !!

 

littérature gothique,fantastique,amour,marc antoine de gérard de saint amant,guérin de tencin,baculard d'arnaud

"Apparais...!!!"

littérature gothique,fantastique,amour

               " Apparais...!!! "                        

                   

littérature gothique,fantastique,amour

                                                    

"Apparais !!!" 

                                                                                                                                                                                    

                                           

 

22/09/2014

La NUIT GOTHIQUE

LA  N U I T    G O T H I Q U E

"Ah !  Que revienne l'ombre de la nuit,

Qu'elle transforme les monde des humains !

Que par lambeaux le jour sera.

A toutes ces lumières sordides,

A ces méthodes particulières,

A ces cruelles habitudes,

O nuit, viens rôder dans mon corps,

Serre-moi, viens t'abîmer en moi, 

Viens me faire oublier le jour !

Nuit, transfuge de ma déraison,

Epanouissement de mes sens,

Délivrée de toute mascarade,

Insoutenable aube à venir,

Je me dévore tant et si bien

Que le sommeil devient repos.

Pénètre-moi de ton silence,

Couvre-moi de ta plénitude.

Que l'aube devienne supportable.

Que l'aube devienne supportable."

(extraits de la chanson "La Nuit des errants"

 album "Tapages nocturnes"  de Catherine Ribeiro

avec la sublîmissime musique de Patrice Moullet

et de son groupe Alpes)

       gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

 

 

   gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme

  nuit en forêt.jpg

 etang-03.jpg

 

 

gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

la-dame-de-la-nuit version nb.jpg

     Dominique Mertens          La Dame de la nuit          

 

 gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

 L A  N U I T  M Y S T I Q U E

Par une nuit obscure

(texte poétique de Saint-Jean de la Croix)

Par une nuit obscure,

enflammée d'un amour plein d'ardeur,
ô l'heureuse aventure,
j'allai sans être vue,
sortant de ma maison apaisée.

Dans l'obscur et très sûre,
par l'échelle secrète, déguisée,
ô l'heureuse aventure,
dans l'obscur, en cachette,
ma maison désormais apaisée.

 Dans cette nuit heureuse,
en secret, car nul ne me voyait,
ni moi ne voyais rien,
sans autre lueur ni guide
que celle qui en mon cœur brûlait.

Celle-ci me guidait,
plus sûre que celle de midi
au lieu où m'attendait,
moi, je savais bien qui,
à un endroit où nul ne paraissait.

Ô nuit qui a conduit,
ô nuit plus aimable que l'aurore,
ô nuit qui a uni
l'ami avec l'aimée,
l'aimée en son ami transformée.

Contre mon sein fleuri
qui entier, pour lui seul, se gardait,
il resta endormi,
moi je le caressais
et l'éventail des cèdres l'éventait.

L'air venant du créneau,
quand mes doigts caressaient ses cheveux,
avec sa main légère
à mon cou me blessait,
et tenait en suspens tous mes sens.

M'oubliant, je restai 
le visage penché sur l'ami.
Tout cessa, je cédai,
délaissant mon souci,
parmi les fleurs de lis oublié.

*exégèse exhaustive sur le site

abbaye-saint-benoit.ch/saints/carmel/jeandelacroix   

 gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

  Roublev_Femme_nueREC.jpg

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens          détail de la fresque de la Vie

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

"La pensée ne livre rien de la pureté et des profondeurs de l'âme

ni de la vie du cœur, sinon les motifs qui la conduisent."

Edith Stein      La Crèche et la croix

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

       gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme        

"Les enfants du monde appellent « liberté » le fait de n'être soumis à aucune volonté étrangère, et de n'être restreints par personne dans la satisfaction de leurs désirs et de leurs inclinations. Pour ce rêve de liberté, ils se jettent dans des combats sanglants, sacrifiant leur vie et leurs biens.

Par liberté, les enfants de Dieu entendent tout autre chose : suivre sans entrave l'Esprit de Dieu ; ils savent bien que les plus grands obstacles de sont pas à l'extérieur mais en nous. Quand la raison et la volonté poussent l'homme à être son propre maître, il ne remarque pas à quel point il se laisse abuser et asservir par ses désirs naturels."

Edith Stein      La Crèche et la croix

gothique,fantastique,mysticisme

 "Arrivée au terme d'une longue et pénible carrière, le coeur flétri par les souffrances, et les yeux épuisés de larmes, mes pensées ne se tournent plus que vers le tombeau où je suis prête à descendre : pourquoi donc, trop généreuse amie, exigez-vous que je me nourrisse encore de ces douloureux souvenirs ?  Telle a été la singularité de ma destinée, qu'après m'être vue attachée à l'humanité par les liens les plus sacrés, et par les plus douces espérances, il ne restera pourtant après moi aucune trace de mon existence, si ce n'est dans la conscience épouvantée de ceux qui m'ont marquée comme une victime expiatoire des crimes réunis de mes ancêtres, car sûrement je n'ai jamais mérité par moi-même le malheur de vivre comme j'ai vécu, et de mourir comme je mourrai bientôt."

sophia-lee        le-souterrain

gothique,fantastique,mysticisme

ce lieu où la nuit gothique

 n'a ni commencement ni fin... 

gothique,fantastique,mysticisme

 "Cette retraite n'était point, proprement parlant, une caverne, car elle était divisée en plusieurs compartiments et les murs étaient visiblement construits de main d'homme.  Chaque appartement était séparé du reste par des passages qui aboutissaient à divers escaliers.  Le jour nous venait par des lucarnes de verre peint si au-dessus de notre portée que nous ne soupçonnions point qu'il y eût un monde au-delà et si obscures que les rayons du soleil étaient presque un objet nouveau pour nous, quand nous sortîmes de cette retraite."                

sophia-lee         le-souterrain (the-recess)

 gothique,fantastique,mysticisme

 sophia-lee (1750-1824)  une des précurseures-du-genre-littéraire-gothique,

(son nom est souvent associé à celui de sa soeur, Harriet Lee)

dont le roman "le souterain" est à découvrir sur Google Books

 

 

"ô monde, 

que les sentiments

qu'on puise dans tes cercles brillants

sont faux !"

 sophia-lee          le souterrain

gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens           L'Enjeu de toutes les manipulations

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens          L' Enjeu de toutes les manipulations  

 gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

cet indescriptible chaos

que nous portons en nous...

 gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

et qui, tous, nous aspirera

gothique,fantastique,mysticisme

   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme

 

inexorablement !

"Tu te dérobes à ma vue, et ne veux pas me voir.  tous les feux du ciel  see sont voilés.  Dans cette nuit profonde, il ne se trouve rien, sous la voûte obscure du firmament, d'aussi ténébreux que mon coeur ; ma gloire infernale m'a même quitté"

charles_robert_maturin        bertram_ou-le_château_d'_aldobrand

 gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens           Détail de la Fresque de la Vie         

 

gothique,fantastique,mysticisme

extraits et illustration de "Julia,ou Le Château d'Aldobrand", roman d'Anne Radcliffe

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens           détail de la Fresque de la Vie

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

extrait de "emmeline,-ou_l'_orpheline_du-château", roman de charlotte-smith

gothique,fantastique,mysticisme

salvator_rosa        paysage_avec_un_ermite 

gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix

 

                                                                                                     

 

 

 

 

21/09/2014

Le CHAOS GOTHIQUE

CHAOS  GOTHIQUE

              Quand tout s'effondre autour de nous...                    chaos_1.jpg

chaos_gothique.jpg

chaos_gothique_COL.jpg

... comment ne pas perdre pied ?

chaos,gothique,chaotique

salvator-rosa       gravure

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

"Mon nom étoit écrit dans la page la plus noire et la plus funeste du livre des destinées ; il étoit accompagné d'une multitude d'arrêts terribles que j'étois condamné à subir successivement."

abbé-prévost        le_philosophe_anglais,  ou  histoire_de_mr._cleveland 

chaos,gothique,chaotique

wicca.jpg

Peut-on vraiment se raccrocher à ce que nous enseigne la vie ? 

chaos,gothique,chaotique

Self-portrait_of_Salvator_Rosa_rec.jpg

salvator_rosa      autoportrait

 chaos,gothique,chaotique

  château_d'_eltz.jpg

se frayer un chemin au travers du chaos ?

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

 sainte_cécile_catacombe_san_callistoREC.jpg

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique     

ils se consument pour l'éternité...

chaos,gothique,chaotique

       felice_ficherelli        le viol de Lucrèce      

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 "Les cheveux hérissez, j'entre en des resveries

De contes, de sorciers, de sabaths, de furies ;

J'erre dans les enfers, je raude dans les cieux ;

L'âme de mon ayeul se présente à mes yeux ;

Ce fantôme léger, coiffé d'un vieux suaire,

Et tristement vestu d'un long drap mortuaire,

A pas affreux et lents s'approche de mon lit ;

Mon sang en est glacé, mon visage en paslit,

De frayeur mon bonnet sur mes cheveux se dresse,

Je sens sur l'estomach un fardeau qui m'oppresse.

Je voudrais bien crier, mais je l'essaye en vain :

Il me ferme la bouche avec sa froide main." 

marc_antoine_de_gérard,  sieur_de_saint_amant         les_visions

chaos, gothique, chaotique,

chaos, gothique, chaotique,chaos, gothique, chaotique,chaos, gothique, chaotique,chaos, gothique, chaotique,chaos, gothique, chaotique,

 chaos, gothique, chaotique,

   "Julia tremblait en y entrant ; mais son émotion fut bien plus grande lorsqu'elle aperçut à quelque distance et à travers les arbres, un édifice ruiné : elle n'en voyait qu'une partie ; mais à mesure qu'elle en approchait, les différents corps du bâtiment se développèrent à ses yeux, et la frappèrent d'une frayeur qu'elle n'avait jamais éprouvée.  Les créneaux brisés sur lesquels serpentait le lierre, attestaient  l'ancienne splendeur de l'édifice ; mais les fenêtres dégradées, et la hauteur du gazon dans les cours, semblaient dire que depuis longtemps personne n'y avait mis le pied.  Ce lieu ne paraissait propre qu'à la violence et à la destruction, et les infortunées captives s'y crurent dévouées quand elles furent arrivées à la porte de cet affreux séjour."

Anne Radcliffe        Julia, ou Les Souterrains du château de Mazzini

 chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

errer...

chaos,gothique,chaotique

"Le château qui se dressait à ma vue, constituait un objet aussi effrayant que pittoresque.  Ses murs lourds, teintés de clair de lune d'un éclat solennel , ses vieilles tours partiellement en ruines, se dressant au milieu des nuages, donnant l'impression de jeter un regard menaçant sur les plaines alentour, ses remparts altiers envahis par le lierre, et ses portails à deux vantaux, déployés en l'honneur de son habitant imaginaire, tout cela me donne le sentiment d'une horreur pleine de tristesse révérencieuse."

                                                 mathew_gregory_lewis       the_castle-spectre

chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

"Alors il enfila le premier un passage long et étroit qui se trouvait sur la gauche.  Au bout était un escalier de quatre ou cinq marches qui descendait dans un assez vaste corridor, le long duquel on voyait plusieurs portes placées à des distances égales."

Anne Radcliffe        Julia, ou Les Souterrains du château de Mazzini

chaos,gothique,chaotique

évoluer vers quelle ultime forme de sagesse ?

 chaos,gothique,chaotique

"Ce lieu rempli de broussailles, de pierres, de décombres, de pièces de bois, semblait presque impraticable.  Une obscurité affreuse y régnait.  Il fallait cependant la traverser."

anne_radcliffe        julia_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini   (a_sicilian_romance)

chaos,gothique,chaotique

"Le profond silence du lieu était seulement ponctué par l'écho de leurs pas qui parcouraient le morne abîme des souterrains.  ils s'arrêtaient souvent pour tendre l'oreille et souvent leurs peurs leur renvoyaient les bruits lointains de leur progression.  Abandonnant les souterrains, ils pénétrèrent dans une allée qui s'étendait sur une longueur considérable, et de laquelle partaient plusieurs passages percés dans le roc.  L'un d'entre eux était barré par une porte basse  et relativement proche s'ouvrant sur une volée d'escaliers et conduisant à un passage menant sous les douves du château."

ann_radcliffe      les_châteaux_d'_athlin_et-de-dunbayne

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

   chaos,gothique,chaotique

heinrich_aldegrever          le_viol_de_lucrèce   (détails)

 chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

 violent_game       encre de l'auteur

 

Trouver sa propre voie,

en évitant de s'enliser dans

le chaos des sentiments... 

  chaos,gothique,chaotique

  chaos,gothique,chaotique

                       au fond des plus obscurs souterrains,  à l'abri des regards...                                

chaos,gothique,chaotique

 ces lieux innommables,

chaos,gothique,chaotique

au plus profond des entrailles de la terre...

 chaos,gothique,chaotique

 l'escalier_de_la_mort_du_camp_d'extermination_nazi_de_mauthausen

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

    chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

  la mort,  fruit  de  la  cruauté  des  hommes

 chaos,gothique,chaotique

 pris au piège  du chaos

qu' ils ont eux-mêmes créé

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 "... un souterrain vaste et profond consacré aux sépultures de la Trappe ; deux ailes du cloître, fort longues et à perte de vue, y viennent aboutir ; on y descend par deux escaliers de pierres grossièrement taillées et d'une vingtaine de degrés.  Il n'est éclairé que d'une lampe.  Au fond s'élève une grande croix, telle qu'on en voit dans nos cimetières, au bas de laquelle est adossé un sépulchre peu élevé, et formé de pierres brutes ; plusieurs têtes de mort amoncelées lient ce monument avec la croix ; c'est le tombeau du célèbre abbé de Rancé, fondateur de la Trappe.  plus avant, du côté gauche, est une tombe qui paraît nouvellement creusée, sur les bords de laquelle sont une pioche, une pelle, etc...  Au devant de la scène, dans un des côtés à droite, est une autre fosse.  Sur les ailes du souterrain, se distinguent de distance en distance, et à peu de hautede terre, une infinité de petites croix qui désignent les sépultures des religieux."

bacular_d'arnaud      le_comte_de_comminges_ou_les_amants_malheureux

 chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

la Terre à feu et à sang... 

qu'en restera-t-il pour nos enfants ?

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique  chaos,gothique,chaotique  chaos,gothique,chaotique

 

 "Apparais... !!!"

 

 "...et  sauve-nous  

de cet inextricable  chaos

engendré par la cupidité des hommes !!!"

chaos,gothique,chaotique

 naître_au_gothique      red version encre de l'auteur

 

chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

"M'importe seul le temporel

D'éternel ne me soucie point

Tant est vrai que je viens du singe."

sébastien_brant       la_nef_des_fous

du_mépris_des_joies_éternelles

 (version colorisée)

chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

 Quand nous ressaisirons-nous enfin ?!

 chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

  chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

     

Lorsqu'il sera trop tard ?

chaos,gothique,chaotique

luca_signorelli_dante_et_virgile_aux_portes_de_l'enfer  

chaos,gothique,chaotique         chaos,gothique,chaotique          chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

"Lorsque je fus un peu revenue de mon désespoir, je désirai  quitter  ce monde qui ne m'avait offert que de vaines apparences de bonheur, et m'éloigner des lieux où je ne trouvais que des souvenirs propres à perpétuer mon infortune."

ann_radcliffe_julia,-ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini

 

chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 

 

 

19/09/2014

SOLITUDE GOTHIQUE

SOLITUDE

               DERELICTION

                                   ABANDON

G  O  T  H  I  Q  U  E

 485px-Theodor_Kittelsen_-_Fattigmannen,_1894-95_(The_Pauper)dark.jpg

Theodor Kittelsen

"Mais son coeur ne tarda pas à s'attrister : tous les êtres s'abandonnaient à la joie ; chacun trouvait un ami pour lui communiquer son bonheur ; lui seul était isolé ; il n'avait personne avec qui se réjouir, personne avec qui partager ses chagrins.  Se voir abandonné de tous ses semblables ; errer dans les régions de la nature  sans avoir un être à qui l'on puisse dire : "Mon ami !", c'est pour l'homme la plus affreuse destinée.  Pour un tel voyageur, chaque déplaisir, chaque infortune est double, parce que personne ne le plaint, parce que personne ne verse un baume charitable dans ses blessures.  Un pareil enfant du malheur ne goûte aucune joie, parce qu'il n'est attendu chez lui par personne à qui son âme réserve ses sentiments, avec qui il puisse à son retour vider la coupe du bonheur.  Celui qui n'a jamais éprouvé ce triste sort, celui qui ne fut jamais frappé de ce coup terrible ne saurait s'en former une véritable idée."

Christian heinrich Spiess     Le Petit Pierre

100_2909.JPG

"Il se livrait à de pareilles réflexions, lorsque la nuit survint et commença à cacher les mauvaises actions des hommes."

christian-heinrich-spiess      le-petit-pierre

 

"Plût à Dieu que cette nuit fût éternelle !"

Christian heinrich Spiess      Le Petit Pierre

 

"Ne désespère point, rodolphe : le temps secourable dérobe sans cesse quelque chose à la douleur humaine ; quelque grande qu'elle soit, il la diminue par degrés et bientôt elle disparaît sans laisser de trace."

Christian Heinrich Spiess     Le petit Pierre

100_2923.JPG

"tournent les ailes du vieux moulin..."

DuBroeucq gisant NB.jpg

Tout    ça    pour    ça...    !!!

Op_under_Fjeldet_toner_en_Lur  Theodor Kittelsen.jpg

NAISSANCE

RENAISSANCE

EXISTENCE

 100_2915.JPG

"Faire flèche de tout bois"

présence 1.jpg

Présence 

 

"Quelque chose rampait autour de la blanche maison, au bord du Rhin, se glissait dans le jardin, passait devant les bancs effondrés et les chaises boiteuses, satisfait, le sabbat des chats, avides d'amour... 

Quelque chose se glissait autour de la maison, grattait d'un ongle dur les murs dont le plâtre tombait en résonnant, cognait aux portes qui frémissaient doucement comme sous l'effet d'un vent léger.

Puis, la chose entrait dans la maison.  Elle montait les escaliers, se déplaçait sans bruit à travers toutes les chambres, puis s'immobilisait et regardait autour d'elle en riant silencieusement."

 hanns-heinz-ewers      mandragore

la mare au diable.jpg

la mare au diable, si chère à George Sand

"Quant à la terre, as-tu saisi le symbole, oncle ?  C'est la fécondité.  La terre, c'est la femme qui nourrit la semence qui fut déposée dans son sein ; la nourrit, la fait croître, fleurir et porter des fruits.  

Prends donc ce qui est aussi fertile que la terre elle-même.  Prends la femme."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

mary_magdalenJules Joseph Lefebvre.jpg

Jules Joseph Lefèbvre         Marie-Madeleine

 

"C'est pour toi que je me suis rendu parjure !  s'écria-t-il, que je me suis perdu d'honneur !  Et tu me payes de tant de cruauté, de tant d'ingratitude !  Femme, il faut que j'obtienne ton amour, il faut que je te possède ou que je meure...  Jamais je n'éprouverai de tourments pareils, jamais mon coeur ne fut consumé d'aussi brûlants désirs !"

Christian Heinrich Spiess      Le petit Pierre

The_Valkyrie's_Vigil Edward robert Hughes.jpg

The Valkyrie's vigil      Edward Robert Hugues

giovanni dupre  Caïen.jpg

Giovanni Dupre      Caïen

          "- Pourquoi te désespérer ?

           - Parce que je vis.

           - Ta raison s'égare.  Pouvons-nous te soulager ?

           - Oui, plongez-moi dans les vagues dont vous m'avez retiré.  

              Alors le crime sera le vôtre."

charles-robert_maturin      bertram_ou_le-château_d'_aldobrand

SEUL  AU  MONDE

  

 

EN  FINIR !!!

"D'ailleurs, après que l'on eut pris toutes ces mesures légales, que l'on eut ouvert plusieurs tombes et privé plusieurs vampires de leur vie empruntée, le village ne fut pas délivré pour autant. Mais, un jour, un gentilhomme de Moravie, de passage à Karnstein, apprit l'état des choses, et, étant expert en la matière, comme le sont beaucoup de ses compatriotes, offrit de débarasser les villageois de leur bourreau.  

Voici comment il procéda.  Un soir de pleine lune, il monta, peu après le coucher du soleil, en haut du clocher de cette chapelle, d'où il pouvait observer le cimetière au-dessous de lui.  Il resta à son poste de guet jusqu'au moment où il vit le vampire sortir de sa tombe, poser à terre le linceul dans lequel on l'avait enseveli, et se diriger vers le village pour en tourmenter les habitants.  

Le gentilhomme descendit alors du clocher, s'empara du suaire et regagna son observatoire. Quand le vampire revint et ne retrouva pas son linceul, il se mit à invectiver furieusement le Morave qu'il avait aperçu au faîte du clocher, et qui, en réponse, lui fit signe de venir chercher son bien.  Là-dessus, le vampire, ayant accepté cette invitation, commença à grimper ; mais, dès qu'il fut arrivé aux créneaux, le gentilhomme lui fendit la tête  d'un coup d'épée, puis le précipita dans le cimetière. après quoi, ayant descendu l'escalier tournant, il alla retrouver sa victime et la décapita. le lendemain, il remit les restes du vampire aux villageois qui enfoncèrent un pieu dans le coeur du monstre, puis brûlèrent la tête et le corps, selon les rites consacrés."

sheridan-le-fanu      carmilla

 438px-Femme_battant_mari_Durer_XVII_e_siecle.jpg

 "Il faut en finir...!"

 dm3.jpg

     Dominique Mertens           L'Ermite de la forêt        

DELIVRANCE  

DELIVRANCE

DELIVRANCE

 abandonnée au coeur de la forêt.jpg

Dominique Mertens           Abandonnée au coeur de la forêt       

SOLITUDE 

ENFER

GOTHIQUE 

 tombe Françoise Lanhay Robermont Liège.jpg

monument funéraire de françoise-lanhay      liège, cimetière-de-robermont

 Ange_de_la_mort contrasté.jpg

ABSENCE

NON-SENS

ESSENCE

 

 

 Orlando_Furioso  rencontre d'un ermite.jpg

La rencontre d'un ermite      illustration pour l' "Orlando furioso"

"Oh !  Que plus personne dorénavant ne me vante les mérites de la solitude, que plus personne n'ose m'affirmer qu'elle signifie enrichissement moral, connaissance de soi !  Non !  La solitude n'est que misère et vacuité.  Elle insulte à la nature, elle nie la vie, elle est le tombeau de l'âme !"

Charles-Robert Maturin       Fatale vengeance

 Larmes de vanité.jpg

Dominique Mertens           Larmes de vanité         

la-dame-sans-espoir-de-retour.jpg

      Dominique Mertens          La Dame sans espérance        

"ô monde, 

que les sentiments

qu'on puise dans tes cercles brillants

sont faux !"

sophia-lee       Mathilde  ou  le souterrain

 

"Que le tocsin sonore gronde au loin sur les abîmes.  Tout est consolation pour des malheureux dans un danger aussi extrême... Tout est possible... un nouvel espoir peut leur donner de la force, et la force peut les sauver."

charles_robert_maturin      bertram-ou_le_château_de_saint-aldobrand

486px-Self-portrait_by_Salvator_Rosa.jpg

salvator-rosa_autoportrait

"Tu viens à moi, car c'est à moi seul que le profond secret de ton coeur peut être révélé, et ton imagination se complaît encore dans ce récit comme à savourer un poison délicieux."

charles_robert_maturin       bertram_ou-le-château_d'_aldobrand

main.jpg

 Dominique Mertens           La Fresque de la Vie (détail)      

"Le ciel était couvert de nuages, la lune ne devait pas paraître ; ainsi la nuit était extrêmement obscure.  En vain essaya-t-il d'ouvrir la petite fenêtre qui lui donnait un peu d'air et de jour.  Elle était scellée, cadenassée et garnie en dehors d'énormes barreaux."

Ann Radcliffe      Julia, ou Les Souterrains du château de Mazzini

 citations gothiques,solitude,mysticisme,fantastique

 citations gothiques,solitude,mysticisme,fantastique

              Vies Monotones          

chanson de Gérard Manset     (paroles et musique)

Nous avons des vies monotones,
Rien dans le coeœur, rien dans la main.
Comme on ne dit plus rien à personne,

Personne ne nous dit plus rien.

Nous avons des vies monotones,
Des maisons vides et fermées,
Des portes lourdes et blindées
Que n'ouvriront plus jamais personne.

Mais comme il faut bien qu'on vive,
S'asseoir avec le même convive,
C'est pas le festin qu'on croyait,
Pas de fusée, pas de vin, pas de sorbet,
Y a plus qu'à tirer la nappe à soi,
Continuer chacun pour soi.

Nous avons des vies monotones,
Rien dans le coeœur, rien dans la main,
Comme on n'attend rien de personne,
On n'a plus réponse à rien.

Nous avons des vies monotones,
Entourés d'hommes et de chiens,
Ceux qui mangent dans notre main,
Ce sont ceux-là qu'on abandonne

Mais comme il faut bien qu'on vive
Ce soir avec le même convive,
C'est pas la fête qu'on croyait
Où sont les lumières qui brillaient.
Y a plus qu'à tirer la nappe à soi,
Continuer chacun pour soi.

Nous avons des vies sans mélange
Qui s'en iront de tous côtés,
Raides et droites comme une planche
Sur l'océan de pauvreté.

citations gothiques,solitude,mysticisme,fantastique

Dominique Mertens         La Chute  

                                  "On ne connait que les choses que l'on apprivoise, dit le renard.  Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître.  Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands.  Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis.  Si tu veux un ami, apprivoise-moi !"

                          Antoine de Saint-Exupéry       Le petit prince

 citations gothiques,solitude,mysticisme,fantastique    

drktorch.gifdrktorch.gif "Il faut en finir...!!!"

08/11/2013

BAISER GOTHIQUE

BAISER  GOTHIQUE

baiser bleurose.jpg

"A nouveau, il reprit ses paroles, mais elle sentit que cette fois il le faisait exprès. "Je t'aime bien, dit-il, tu as été bonne pour moi, aujourd'hui.  Bien des lèvres rouges ont embrassé les miennes et sont devenues très pâles.  Maintenant, maintenant ton tour viendrait.  Voilà pourquoi il vaut mieux que tu ne m'embrasses pas."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

kiss pink.jpg

"Il alla vers le large divan et s'y allongea ; puis il appuya sa tête sur les coussins, étendit les bras de chaque côté et ferma les yeux.

"Maintenant viens, Mandragore !"

Elle s'approcha, s'agenouilla devant lui.  Elle hésita, le regarda puis s'élança soudain vers lui, saisit sa tête et pressa ses lèvres avec passion sur les siennes.

il ne l'étreignit pas, ne bougea pas les bras.  Mais ses doigts se crispèrent sur ses poings.  Il sentit sa langue, et la légère morsure de ses dents..."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 baiser violet.jpg

"Embrasse-moi, supplia-t-il, embrasse-moi !"

Il buvait ses baisers, buvait le sang brûlant de ses lèvres, déchirées par les dents de Mandragore.  Et il s'enivrait, le sachant et le voulant, comme avec un vin mousseux, comme avec les poisons qu'il avait ramenés d'Orient..."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 kiss red.jpg

"Les lèvres de Mandragore étaient à demi ouvertes.  Avide, la pointe de sa langue se faufilait entre ses dents blanches.  Ses seins mats se soulevaient rapidement et une lueur folle brillait dans ses yeux hagards.  Soudain, elle se jeta sur lui, pressa sa bouche contre la blessure et but, but..."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

kiss1.jpg

 baiser gothique 1.jpg

Baiser gothique         Dominique Mertens

 kiss2.jpg

"Ses baisers étaient bons, caressants et tendres comme le chant d'une harpe par une nuit d'été, mais aussi sauvages, rudes et violents, comme le vent de la tempête sur la mer du Nord, brûlants comme le souffle de feu de la bouche de l'Etna, déchirants et impétueux comme le tourbillon du Maelstrôm...

Tout s'engloutit, pensa-t-elle, tout sombre.

 Puis le feu s'alluma, les flammes montèrent jusqu'au ciel.  Quand le loup, les babines sanglantes, se rua dans le sanctuaire, les tisons volèrent et brûlèrent les autels.

Elle l'étreignit, se pressant contre sa poitrine...

"Je brûle, exulta-t-elle, je me consume..."

Un à un, il arracha les vêtements de son corps.

Le soleil était haut lorsqu'elle s'éveilla.  Elle vit qu'elle était nue, mais ne se couvrit pas.  Elle tourna la tête et le vit allongé à son côté, nu comme elle.

Elle demanda : "Partiras-tu aujourd'hui ?

- Veux-tu que je parte ?

- Reste, murmura-t-elle, reste !"

 baiser couleur chair.jpg

"Lorsqu'il fut auprès d'elle, elle vit qu'il saignait.  Des gouttes tombaient de ses joues, de son cou et de son oreille gauche.  "Je t'ai mordu", murmura-t-elle.

Il acquiesça d'un signe de tête.  Alors elle se dressa, lui enlaça la nuque et, de ses lèvres brillantes, but le sang rouge."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

baiser fluo.jpg

Leurs caresses, leur tendresse et tous les mots doux étaient morts et fanés, comme les fleurs, comme le fin gazon sur lequel  la  tempête de leur amour avait roulé.  Le feu qui les avait dévorés de ses dents avides était mort de lui-même, et de ses cendres une haine terrible, implacable, naissait.

Ils se regardèrent.  Maintenant, ils savaient qu'ils étaient des ennemis mortels.

La longue ligne rouge des cuisses de Mandragore lui parut dégoûtante et odieuse.  Sa bouche était amère, comme s'il avait porté un poison à ses lèvres.  Et les morsures de ses dents, les égratinures de ses ongles devenaient douloureuses et le brûlaient...

Elle va m'empoisonner, pensa-t-il, comme elle le fit autrefois pour le docteur Petersen."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 

"Les yeux verts de Mandragore le regardaient, moqueurs, effrontés et excitants.  Il ferma les yeux, se mordit les lèvres ; ses doigts se crispèrent.  Mais elle se leva, se détourna et négligemment marcha sur lui avec mépris.

Il se leva d'un bond, se tint devant elle, croisant son regard...

Pas un mot ne sortit de ses lèvres, elle se taisait, puis elle leva le bras et le frappa au visage.  Alors, il se jeta sur elle, la secoua brutalement, la traîna à terre par les cheveux, la frappa, la piétina et lui serra violemment le cou.

Elle se défendait bien.  Ses ongles déchiraient son visage, ses morsures déchiquetaient ses bras et sa poitrine.  Et, baveuses et sanglantes, leurs lèvres se cherchèrent, se trouvèrent et se prirent dans de violentes souffrances...

Soudain il la repoussa et la jeta au loin, elle retomba sans connaissance sur le gazon."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

 

 

 

kiss4.jpg

"Sur l'épaule de son amant, elle aperçut 

Trois cicatrices, trois morsures de sa bouche,

Trois témoins indiscrets de leur amour farouche

Et posa les lèvres dessus."

Hanns Heinz Ewers      L'apprenti sorcier

kiss5.jpg

Danse macabre 2.jpg

Gage d'amour       Dominique Mertens

 kiss1.jpg

Entre moi et mon ami

(complainte médiévale)

Ensemble, mon ami et moi

En un bois près de Béthune,

Nous allâmes jouant mardi

Toute la nuit sous la lune,

Si bien que le jour se leva

Et que l'alouette chanta

Disant "Ami, allons-nous en."

Et il répondit doucement :

"Il n'est point encore jour,

Savoureuse au corps gentil,

Que m'assiste l'Amour ;

L'alouette nous a menti !"

Alors il se rapprocha de moi,

Et je ne fus pas rebelle.

Bien trois fois il m'embrassa.

Je le fis moi aussi plus d'une

Et cela ne m'ennuya pas.

Comme nous aurions voulu

Que cette nuit durât cent nuits

Et que plus jamais il n'eût à dire 

"Il n'est point encore jour !"

kiss6.jpg

baiser-gothique

 baiser de vampire.jpg

Départir  (Se séparer)

complainte médiévale

Quand je vois l'aube du jour venir

Mille choses je ne dois tant haïr

Car elle fait de moi se séparer

Mon ami que j'aime par amour.

Maintenant je ne hais rien tant que le jour,

Ami, qui me sépare de vous.

Quand je suis couchée dans mon lit,

Que je regarde à mon côté

Et n'y trouve pas mon ami,

Je m'en plains aux parfaits amoureux.

Bel ami, vous vous en irez.

Que votre personne soit recommandée à Dieu.

Par Dieu, je vous prie, ne m'oubliez pas !

Je n'aime rien tant que vous.

Maintenant, je prie tous les vrais amants

De cheminer en chantant cette chanson

Et ce en dépit des médisants,

Et des mauvais maris jaloux.

kiss6.jpg

Baiser gothique

Départir 2.jpg

Départir         Dominique Mertens

 kiss2.jpg

Lasse (Hélas !)

complainte médiévale

Hélas, pourquoi repoussai-je

Celui qui m'a tant aimée ?

Longtemps à moi il a pensé et n'y a trouvé pitié.

Hélas, si très dur coeur ai, qu'en dirai

Egarée je fus plus cruelle 

Quand je le repoussai.

J'en ferai droit à son plaisir

S'il m'en daigne ouïr.

Certes, bien me dois clamer et épuisée et malheureuse

Quand s'il n'a pas d'amour,

Mais grande douceur et rosée

Tant doucement me pria et n'y a recouvré merci.

Egarée fus quand ne l'aimais.

J'en ferai droit à son plaisir

S'il m'en daigne ouïr.

Chanson va sans délais à celui qui tant m'agrée.

Car Dieu je prie et demande qu'il vienne à moi sans retard.

En sa merci je me mettrais toute.

Puisse trouver celui qui m'agrée,

Que j'ai trop mal trahi.

J'en ferai droit à son plaisir

S'il m'en daigne ouïr.

 baiser pinky.jpg

Je vivrai liement 

complainte médiévale

Je vivrai  dans la liesse

Douce créature

Si vous saviez vraiment

Qu'en vous est tout mon souci.

Dame de maintien joli,

Plaisant, clair et pur,

Souvent me fait dire : "Aïe, moi ! !"

Le malheur que j'endure

Pour vous servir loyalement

Et soyez sûre 

Que je ne puis plus vivre ainsi

Si longtemps cela dure,

Car vous m'êtes dure

Sans merci et sans pitié,

Et ainsi vous avez mis mon coeur

En telle ardeur

Qu'il pourra certainement de mort très laide

Si pour son soulagement

Votre pitié n'est pas prochainement mûre.

pink kiss 3.jpg

...le baiser de la Mort... 

...le baiser de l'Amour...

 

kiss6.jpg

baiser-gothique

 

 kiss3.jpg

De toutes flours

complainte médiévale

Pour toute fleur et pour tout fruit

Dans mon verger il n'y avait qu'une seule rose,

Le reste était gâté et détruit

Par Fortune qui durement s'oppose

A cette douce fleur pour flétrir sa couleur et son odeur.

Mais si je la vois cueillir ou se laisser choir

Jamais ne désire avoir une autre après elle.

Mais vraiment je ne puis imaginer

Que la vertu  où ma rose est enclose,

Vienne par toi et par tes faux conduits,

Mais au contraire est droit, donc naturel. 

Aussi je suppose 

Que tu n'auras jamais la vigueur

D'amoindrir son prix et sa valeur.

Laisse-la moi, puisque nulle part en mon verger

Je ne désire avoir une autre après elle.

 161237_287421822_1340485398_H115511_Lpink.jpg

Baiser gothique

 pink kiss2.jpg

El  Arbol de las Lagrimas de Cristal

chanson du groupe

Trobar de Morte

Narran las leyendas que existía un árbol sin igual
Nacido de las lágrimas de un hada al llorar.
Sus hojas son frondosas, luminosas de cristal.
Radiaba una azul luz que permitía al alma volar.

Susurra el viento alegre una hermosa cancion al pasar
Meciendo cuidadoso prístinas lágrimas de cristal
La luna y las estrellas en éstas se reflejarán
Y el hermoso firmamento de azul se alumbrará

 

 kiss4.jpg

 

 kiss5.jpg

"Dès sa première jeunesse, elle montra une sensibilité ardente et une imagination plus ardente encore.  Son âme voleta sur les traces du bonheur idéal, et le bonheur resta pour elle inaccessible idéal : car elle aima, quand aimer ne pouvait entraîner que folie et perdition.  De ce moment pesa sur son existence un nuage épais, que les éclairs d'une passion sauvage et rebelle réussissaient parfois à percer mais jamais à dissiper.  A l'insu de tous, elle s'enfonça dans la détresse et chercha consolation dans le rêve.  Mais il est un lieu où cessent les plaintes et où s'apaisent les orages de la passion. Là, le pèlerinage mortel retrouve les chemins de l'espoir.  Là, l'esprit fatigué du monde est rendu à la quiétude.  Là, elle repose enfin auprès de son bien-aimé ; son coeur redevient poussière auprès de celui pour qui il avait battu jusqu'à se briser ; ses lèvres qu'autrefois enfiévrait le désir, se décolorent et s'étiolent contre les siennes.  Oui, elle repose enfin auprès de son bien-aimé

 Nul ne pourra maintenant les séparer, et nul ne voudra maintenant la blâmer.  Est-il en effet quelqu'un qui, songeant à ses souffrances et à sa fin, aurait la cruauté de lui reprocher ses erreurs ?"

Charles-Robert Maturin       Fatale vengeance

 kiss7.jpg

 

lady-angellyca, l'âme du groupe forever-slave

 le baiser de la Mort1.png

le-baiser-de-la-mort

 

 

"VIENS...!"

 

 

 

"... ET  DEVIENS !"

 dans ses yeux.jpg

"OUI, DEVIENS !"

 yeux hypnotiques rouges.jpg

 

23/10/2013

EROTISME GOTHIQUE

é r o t i s m e  g o t h i q u e

 

"Son beau visage présentait le même effrayant contraste que le décor.  Les joues arboraient de chaudes mais factices couleurs, tandis que les lèvres d'un violet pâle semblaient se flétrir au souffle corrompu qu'elles exhalaient.  Quant à la profusion inouïe de bijoux ornant la poitrine, elle jurait étrangement avec les gouttes de sueur froide, évocatrices d'une lente agonie, qui perlaient sur le front."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

l'amour est illuminationNB.jpg

L'amour est illumination        encre de Chine de l'auteur

(d'après l'oeuvre d'un artiste indéterminé)

"Après chaque coup porté, j'observais une pause afin qu'elle ne perdit aucun des gémissements du blessé.  L'infortunée !  Elle croyait que le déchaînement de sa passion désarmerait mon bras au lieu d'exciter ma fureur.  Quand elle comprit qu'il était inutile de crier tant et plus "grâce ! grâce !  grâce ! ",  sa frénésie ne connut plus de bornes.  Livide, les vêtements en désordre, elle courut comme une folle en tous sens, répétant comme un écho les plaintes de Verdoni, maudissant les assassins que peu auparavant ele implorait à genoux : "Démons !  Démons !  N'attendez plus que je m'abaisse devant vous.  Trêve de supplications et de larmes !  Frappez !  Oh !  Comment résister à pareille barbarie !"  Verdoni émit un dernier soupir.  "Ah !  Tout est fini.  Il est mort.  Ha !  Ha !  Ha !  Je me ris de vous maintenant.  Il est mort, il est mort !"

... (suite ci-dessous)...

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 femme gisante.jpg

 

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance

 

 ... Elle vacilla et s'effondra sur le corps.  Son coeur s'était brisé.  Je la touchai, elle était froide comme le marbre ; ses yeux étaient éteints, ses membres inertes ; son pouls avait cessé de battre.  Quand j'eus pris conscience qu'Erminia était morte, qu'elle était partie pour toujours, je ...  Non, je n'ai pas la force d'évoquer ces minutes affreuses.  Je m'élançai soudain hors de ces lieux d'abomination avec la brusquerie de qui s'efforce d'échapper à la destruction  -car partout autour de moi la destruction était à l'oeuvre."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 Bernadette Soubirous  châsse.jpg

La châsse de bernadette-soubirou à Nevers

 érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance

 la_neige_endeuillée        encre de l'auteur

  

 

à  suivre...

14:04 Écrit par Dominique Mertens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : érotisme, gothique, nebelhexë, hagalaz runedance, blog gothique |  Facebook |

20/10/2013

AMOURS VAMPIRIQUES

AMOURS  VAMPIRIQUES

tesla2.jpg

"il profita indignement de cette occasion, imprima sans résistance des baisers sur ses joues et dévoiula sa gorge de ses mains téméraires.  Le prompt instinct de la pudeur la réveilla bientôt ; elle s'arracha de ses bras, versa des pleurs, poussa des cris et s'abandonna au plus mortel désespoir.  Rodolphe la laissa exhaler librement sa fureur : les gémissements de la douleur avaient déjà pour lui autant de charme que les sons d'une lyre mélodieuse.  L'égarement d'une femme qui, dans son délire, ne prend plus garde à son corps, le découvre et l'expose aux regards sans y songer, était devenu un spectacle délicieux pour son coeur perverti ; il en rassasia ses sens et le feu de la volupté l'embrasa de ses plus vives flammes.  Marie eut bientôt épuisé toutes ses forces et tomba sans respiration.  Elle ne put empêcher le monstre de la serrer de nouveau dans ses bras, de lui ravir ses baisers...

"Grâce !  Miséricorde !" fut tout ce que put prononcer sa voix gémissante."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 

"Non, tu vivras ; je ravirai de force ce que tu ne veux pas m'accorder.  Après t'avoir déshonorée, je te chasserai, je t'exposerai à la risée du peuple ; un héraut marchera devant toi et criera :

"La voilà, la prostituée ! La voilà !"  

christian-heinrich-spiess       le-petit-pierre

 teslavoltaspark7474.jpg

"L'embrasser avec toute la passion d'un désir furieux et puis lui donner la mort, telle était la pensée qui me poursuivait irrésistiblement."

e-t-a-hoffmann      les-elixirs-du-diable

1-286_3.jpg

dans_l'enfer_de_l'amour

Dans l'enfer de l'amour...

bobine de Tesla coul recadrée.jpg

Par pitié, mon ami.jpg

Par pitié, mon ami        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

Waterarcflybacksingle.jpg

"Nous le disons ici pour consoler toute femme chaste et prévenir toute femme légère : elle sentit profondément la perte de son innocence ; elle aurait voulu racheter de la moitié de sa vie, de sa vie toute entière l'heure unique qui, dans l'ivresse du plaisir, lui avait paru si délicieuse ; mais l'heure avait fui sans retour."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 princesse gothique à la croix ajourée.jpg

Jeune fille gothique        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

TeslaRotBreakoutTopView1000.jpg

"Mon coeur est mort à, l'amour ; je ne veux plus lui rendre aucun hommage.  J'ai senti tous ses plaisirs ; mais ses peines les ont tellement surpassées, qu'ils ne peuvent plus me séduire."

Christian  Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 

"Furieux, il s'élance vers l'échafaud et voir... le corps imprimé d'Agnès sur le sable, la tête séparée du tronc, cette tête dont les yeux ouverts à demi le pénètrent d'horreur et qui demandait vengeance !  A cette affreuse image, il perd connaissance et tombe.  Depuis une heure, Agnès n'était plus.  trois fois elle avait jeté des regards dans la foule, trois fois elle avait appelé rodolphe et elle était sortie de ce monde avec l'idée cruelle qu'il l'avait totalement oubliée, qu'il aurait pu la sauver s'il l'eût encore aimée."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 brush.jpeg

"Ils poursuivirent leur route : ils avaient déjà franchi la moitié des hautes montagnes de la Suisse, lorsqu'un de ces orages fréquents dans les pesantes soirées de l'été s'éleva derrière eux.  Ils pressèrent le pas de leurs chevaux pour arriver au gîte ; mais bientôt l'orage et la nuit les surprirent à la fois.  Enveloppés des plus épaisses ténèbres, ils s'écartèrent du chemin frayé et s'engagèrent dans la forêt.  L'éclair leur montrait par intervalles des abîmes prêts à les engloutir : ils reculaient d'épouvante et s'égaraient de plus en plus.  Enfin l'orage se dissipa et ils reprirent courage ; mais ils cherchèrent vainement leur route.

Vers minuit, ils aperçurent une lumière dans l'éloignement ; ils tâchèrent de s'en approcher.  Cette clarté partait d'un château illuminé qui s'élevait sur  un rocher au milieu de la forêt.  Ils prirent le sentier  étroit et tournoyant qui y conduisait et arrivèrent enfin à la porte : elle était fermée.  rodolphe appelle la vedette ; point de réponse.  Il ordonne de frapper ; soudain les portes s'ouvrent d'elles-mêmes.  le chevalier entre avec ses écuyers dans une cour spacieuse.  là, il attend que quelqu'un vienne lui demander son nom ; mais un morne silence régnait partout.  Déjà les cavaliers parlaient de fantômes ; plusieurs même voulaient retourner sur leurs pas ; mais, à leur grand étonnement, la porte s'était refermée derrière eux et il leur était impossible de lk'ouvrir.  Tout à coup retentit dans le lointain le son perçant d'une petite cloche ; bientôt des cloches plus fortes se firent entendre ; leur nombre allait toujours croissant : à la fin les oreilles furent assourdies de leur sonnerie bruyante ; les chevaux hérissèrent leurs crins et les cavaliers tremblants eurent peine à les contenir."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 bobine de tesla coul détailrecadré.jpg

"Nuit après nuit, je te tue dans mes rêves."

Walter Sparrow  dans le film  " Le Nombre 23"

lightning-30REC.jpg

"Désormais, un seul but peut retenir mon intérêt pendant les quelques années qui me restent à passer en ce monde : c'est d'exercer sur cette femme la vengeance dont un bras humain est encore capable, grâce à Dieu !"

 sheridan-le-fanu     carmilla

 

"Une nuit, la voix que j'avais coutume d'entendre au coeur des ténèbres fut remplacée par une autre, mélodieuse et tendre aussi bien que terrible, qui prononçait les paroles suivantes :

"Ta mère t'avertit de prendre garde à l'assassin."

Au même instant, une lumière soudaine jaillit devant mes yeux, et je vis Carmilla, debout près de mon lit, vêtue de sa chemise de nuit blanche, baignant du menton jusqu'aux pieds dans une immense tache de sang."

 eclairs1.jpg

 

"La connaissance est souvent douloureuse."

Sheridan Le Fanu        Ultor de Lacy

 orage.jpg

"A mon réveil, à la suite de ces rêves, je gardais le souvenir de m'être trouvée dans un lieu plein de ténèbres, et d'avoir conversé avec des êtres invisibles ; je me rappelais tout particulièrement une voie féminine très distincte, lente, au timbre grave, qui semblait venir de fort loin et ne manquait jamais de m'inspirer une indicible terreur solennelle.  Parfois, je sentais une main glisser lentement sur ma joue et sur mon cou.  Parfois encore, des lèvres brûlantes couvraient mon visage de baisers qui se faisaient plus appuyés et plus amoureux à mesure qu'ils atteignaient ma gorge où se fixait leur caresse.  les battements de mon coeur s'accéléraient ; je respirais plus vitte et plus profondément.  puis survenait une crise de sanglots qui me donnait une sensation d'étranglement et se transformait enfin en une convulsion effroyable au cours de laquelle je perdais l'usage de mes sens."  

 Sheridan Le Fanu      Carmilla

 

orage9.jpg

Je veux en finir avec toi.jpg

En finir avec toi        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Je fus tout étonnée de voir un très beau visage à l'expression solennelle en train de me regarder d'un côté du lit.  C'était celui d'une jeune fille agenouillée, les mains sous mon couvre-pied.  Je la contemplai avec un émerveillement ravi, et cessai de pleurnicher.  Elle me caressa de ses mains, puis s'étendit à côté de moi et m'attira contre elle en souriant.  Aussitôt, j'éprouvai un calme délicieux et je me rendormis.  Je fus réveillée par la sensation de deux aiguilles qui s'enfonçaient profondément dans ma gorge, et je poussai un cri perçant.  La jeune fille s'écarta d'un mouvement brusque, les yeux fixés sur moi, puis se laissa glisser sur le parquet, et, à ce qu'il me sembla, se cacha sous le lit."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

eclairs2.jpg

"Il y a longtemps que je t'aime,

jamais je ne t'oublierai..."

 

"Elle soupira, et ses beaux yeux noirs me lancèrent un regard passionné.  Or, à vrai dire, cette belle inconnue m'inspirait un sentiments inexplicable.  J'étais effectivement, selon ses propres termes, "attirée vers elle", mais j'éprouvais aussi une certaine répulsion à son égard.  Néanmoins, dans cet état d'âme ambigu, l'attirance l'emportait de beaucoup. Elle m'intéressait et me captivait car elle était très belle et possédait un charme indescriptible."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

eclair-4.jpg

"Il y a longtemps que je t'ai oubliée,

jamais plus je ne t'aimerai..."

 baiser vampirique.jpg

"JAMAIS PLUS..."

eclair-awalstra.jpg

"NEVER  MORE..."

 773px-Johann_Heinrich_Füssli_014.jpg

johann-heinrich-füssli       le-cauchemar

 eclair-4.jpg

"NEVER  MORE !!!   

JAMAIS  PLUS !!!"

 orage1.jpg

"Il en vint ensuite à souhaiter l'existence d'un succube, avec lequel il se plongerait  dans d'infernales amours, pour savoir ce qu'il y a au fond."

.....

"L'être mystérieux ne tarde pas à se manifester : c'est une haleine moite que le sculpteur trouve un jour à la vitre de son atelier, c'est un profil d'une beauté sombre dessiné au charbon sur un mur, c'est un souffle de femme dont il se sent effleuré pendant son sommeil.  Mais son désir reste associé aux images de sa frénésie marine : "La nuit trouvait en lui ainsi que la mer, une forte sympathie : c'étaient ses deux soeurs.  Aussi était-il désormais incapable d'aimer une autre femme qu'une brune aux yeux glauques : c'est ainsi qu'il se figurait son démon."  La formule qu'il emploie pour se donner à lui reste marquée de cette obsession : "Si tu veux de moi, ô mon beau démon, si tu as de longs cheveux noirs et de grands yeux couleur de l'onde, viens, je me donne à toi."

alphonse-esquiros     le-magicien

 

"Et puis comme la magie nous servira, ô mon amant, pour nous retrouver dans toutes les grandes sympathies du monde !  Pendant ton sommeil, je t'enverrai mes songes ; je suspendrai mon regard aux yeux des étoiles ; je cacherai dans les branches ou l'onde des fontaines des pensées d'amour, et les fontaines et les branches te les rediront au long bruit des vents et des flots ; je soufflerai sur ta coupe une magnétique haleine, et je suis sûre qu'après cela tu boiras mon âme..."

Alphonse Esquiros     Le Magicien

orage9.jpg

 "Il se dit même que ça devait être, aux clartés de la lune, un spectacle étrange que celui de ces dragons, ces hydres, ces sphinx, ces tarasques, ces hippogrigges frottant, l'un contre l'autre, avec un choc luxurieux, leurs ventres semés d'écailles." 

Alphonse esquiros      Le magicien

 orage2.jpg

 

"Mais est-il des mots pour peindre la déchéance de lucifer, l'astre du matin, qui fut précipité du gouffre de la perdition, où il demeure à jamais, chargé de chaînes de diamant et couché sur un lac de feu ?  Ma chute fut aussi radicale, aussi définitive ; j'ose même dire qu'elle fut pire, car il n'est rien de comparable aux tourments de l'être humain dans l'enfer de l'amour."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

 orage7.jpg

  succube MeistzeinbrachNBcontrasté.jpg

Succube Meistzeinbrach      figurine créée par l'auteur pour sa mise en scène

l'-antre-du-vampire

 orage8.JPG

citations gothiques,dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

    succube Füchtemborgd.jpg

Succube Füchtemborgd      figurine créée par l'auteur pour sa mise en scène

"L'Antre du vampire"

 orage4.jpg

"Mais Amour est un despote peu enclin à renoncer à ses conquêtes.  La jeune fille s'épuisait à en vouloir secouer le joug.  Ellle demeurait entièrement occupée de celui dont elle ne parvenait pas à effacer l'image. Suivait un poème du désenchantement : retombée la fièvre des sens, dissipés les rêves et les illusions, seule se faisait entendre la voix d'une âme qui pleure sur des ruines et dénonce dans une passion à son déclin la source de tous ses maux présents et futurs.  Une âme qui, consumée de langueur, sent peu à peu se refermer sur elle la froide étreinte du désespoir, qui attend dans l'angoisse l'instant où "se déchirera le cordon d'argent et se brisera la coupe d'or."  Les accents du poème n'étaient pas de ceux que dicte une quelconque infortune ; ils ressortissaient au délire visionnaire de l'amour et du remords."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

 Lamentation d'amour.jpg

Lamentation d'amour          encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

orage6.jpg

-  "Où est-elle allée ?  Je vous en supplie, poursuivez ...!  Où votre âme est-elle allée ?

- Il m'est interdit de le révéler, et d'ailleurs vous n'êtes pas de taille à supporter les secrets du royaume des ombres.  Si je vous dévoilais leurs oeuvres, ceux auxquels j'obéis, et dont je suis environné à tout moment, surgiraient devant vous dans un jaillissement d'éclairs et m'emporteraient dans la nuit."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

orage3.jpg

Amours me fait désirer

(complainte médiévale)

Amours me fait désirer 

Et aimer

Mais si folletement

Que je ne puis espérer

Ni penser

Ni imaginer nullement

Que le doux et noble visage

Qui m'éprend

Doive me donner joie,

Ainsi amour ne fait véritablement

Que je l'aie sans implorer.

Ainsi l'ai-je sans implorer.

Ainsi ai-je si durement souffert

Que poursuivre je ne puis plus longtemps

Car en mon coeur je veux cacher

Et porter 

Cet amour secrètement,

Sans requérir allégeance,

Ma vie veux finir de meilleure manière

Qu'en tourments.

Ainsi n'ai-je préoccupation vraiment

Que je l'aie sans implorer,

Mais désir fait embraser

Et douter

Cet amour si âprement

Que tout m'en fait oublier

Et que en dehors d'elle je n'ai nulle pensée,

Et à cause de cela, amoureusement,

Avec discrétion, patience, docilité, soumission,

Je languis sans joie goûter.

Ainsi j'en mourrai, si bientôt elle ne consent

Que je l'aie sans l'implorer.

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

 Pureté.jpg

Pureté       encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

"La fidélité prit naissance dans le coeur d'une femme.  Mais depuis que le doute soupçonneux s'est introduit sur la terre, les amis se sont rompus ; ceux qu'on avait séparés ne se sont retrouvés qu'avec froideur ; les mères elles-mêmes ont regardé leurs enfants avec des pensées de terreur ou de haine, et cependant l'amour n'a jamais eu d'asile plus pur que le coeur d'une femme, s'il est vrai que jamais une femme ait aimé comme moi."

Charles Robert Maturin      Bertram, ou Le Château de Saint-Aldobrand

 dans l'enfer de l'amour, bertram, maturin

 honoré_de_fragonard   illustration pour le roman 

bertram_ou_ le_château_de_saint_aldobrand

roman de charles_robert_maturin

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

"Une nuit qu'il attendait vainement le repos, et qu'il avait même éteint sa bougie, il entendit distinctement un gémissement sourd et prolongé qui troubla le silence profond et habituel du donjon."

ann_radcliffe_julia_ou_les_souterrains-du_château_de_manzini

(titre original : "a_sicilian_romance")

dans l'enfer de l'amour,bertram, anne radcliffe,maturin

"Tu es à moi !" 

bellin_de_la_liborlière       la_nuit_anglaise

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

Ensemble sous la pluie        encre de l'auteur, Dominique Mertens

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

"Tu m'appartiens !"

 dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

 

 

 

 

 

15/10/2013

MON LIVRE D'HEURES GOTHIQUE

Mon livre d'heures gothique

Mon livre d'heurts gothique

livre d'heures noir de Charles le Téméraire Pierpont Morgan Library de New-York 1475.jpg

Livre d'Heures noir de Charles le Téméraire (1) conservé à la Morgan Pierpont Library

L'Homme est un loup pour l'Homme

Trahison.jpg

Trahison        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Ce fut au cours d'une de mes nuits de tourmente qu'une pensée,

plus irrésistible et brutale qu'un ouragan, s'empara de mon esprit  

-la seule pensée dans laquelle, au long de toutes ces années, j'ai puisé la

volonté et la force de vivre, ainsi que la conviction d'avoir encore affaire

avec le monde des hommes."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 

"Lorsque l'hypocrisie jette ses voiles,

la trahison règne sans pudeur."

Louis-Philippe de Ségur     Pensées et maximes

TRAHIR EST LE PROPRE DE L'HOMME

 Livre d'heures noir de Charles le Téméraire (Pierpont Morgan Library  de New-York).jpg

livre-d'heures-noir de Charles le Téméraire (2)

 La Caravage   La Trahison de JudasREC.jpg

 Le Caravage      La Trahison de Judas

TRAHIR EST LE PROPRE DE L'HOMME

violence au sein du couple

Heurts        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Il y a à la vérité, dit le marquis, des esprits si faibles qu'ils sont effrayés de faire des choses qu'ils sont accoutumés de regarder comme mauvaises, quelque avantageuses qu'elles puissent être.  Ils ne se laissent jamais guider par les circonstances, mais adoptent un plan fixe de vie dont ils ne veulent jamais, sous aucune considération, se départir.  La conservation de soi-même est la première loi de la nature.  Quand un reptile nous nuit ou qu'un animal de proie nous menace, nous ne pensons qu'à l'écraser.  Quand ma vie ou ce qui est essentiel à ma vie exige le sacrifice d'un autre ou même si quelque passion invincible l'exigeait, je serais un fou d'hésiter. "

ann-radcliffe      les-mystères-de-la-forêt

 el-beso-de-judasR.jpg

le-baiser-de-judas

violence, couple, fantastique

Tu me fais horreur        encre de chine de l'auteur, Dominique Mertens

2090688808.jpg

 Quelques extraits, séparés par des images, de

"l'apprenti-sorcier"

de

Hanns Heinz Ewers

violence au sein du couple

"Frank Braun s'interposa entre l'image sainte et la jeune fille.

- C'est la Madone qui m'a appelé, fit-il, le verbe ardent.

Il arracha la chemise virginale, découvrant la chair blanche comme l'écume.  Il répéta sourdement :

- C'est la Madone qui m'envoie !                                         

 Maria_von_Morl_REC.jpg

Maria von Mörl

"La jeune fille jeta un cri et, des poings et des ongles, tenta d'échapper à l'étreinte.  Frank Braun la saisit aux hanches, la repoussa et lui renversa la tête, de la main droite.  Alors, sans qu'il sût comment, son doigt se trouva pris entre des dents solides.  Il cria de douleur, mais tordit autour de son poignet les nattes de la jeune fille.  Les dents lachèrent prise.  De la main droite il lui serra la gorge, tandis que de la gauche il lui maintenait les bras derrière le dos. 

C'est ainsi qu'il la prit."

1104193835.jpg

Violence         encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Elle ne baissa pas les paupières.  Douloureuse, sans un geste, en silence elle considérait l'étranger, son bourreau.  Ses yeux étaient rivés sur cette impitoyable main qui lui emprisonnait le bras, sur cette main, hideuse et terrible !  Pas une plainte ne tomba de ses lèvres, pas une larme de ses yeux.

Frank Braun sentit, peu à peu, la force qui guidait ses mains refluer vers son âme.  Sa poitrine en feu s'apaisa.  Une harmonie, seraine et subite, se prit à sourdre en lui.  Il parla.

Sa voix avait la douceur des musiques lointaines.  Et les mots tombaient dans l'oreille de la jeune fille qui ne pouvait s'empêcher de les écouter : mots de tendresse infinie, mots étranges et persuasifs qu'il avait dits, jadis, à d'autres femmes, et d'autres mots encore, dont la douceur l'enivrait lui-même.  Ils descendaient, pluie merveilleuse et rafraîchissante, sur le pauvre corps martyrisé.

Alors, elle pleura."

 violence au sein du couple

rené-gabriel-ojeda      jeune femme fuyant avec son enfant dans les bras

"Il la prit dans ses bras, avec mille précautions, comme un petit enfant.

- La Madone l'a voulu !  murmura-t-il.

Elle tourna la tête et le regarda.  Etait-ce bien le même homme que tout à l'heure ?  Cependant tout à l'heure...  Mais savait-elle, au juste, ce qui s'était passé tout à l'heure ?  Elle se retrouvait dans les bras d'un être nouveau.  Elle lui pressa inconsciemment le bras, puis retira sa main, effrayée du geste involontaire."

 

"Lui, continuait à parler.  Il tissait, lentement, le tendre réseau d'amour autour de l'âme de la jeune fille.  Elle ferma les yeux et sentait les pulsations du corps de Frank Braun contre sa chair, à elle.  Une chaleur infinie la pénétra.  Cet amour, débordant de caresses, amollissait sa volonté.  Elle ne se défendit plus, quand il chercha ses lèvres.  Le cauchemar s'était mué en rêve.  Elle s'abandonna."

 

violence au sein du couple

"Frank perçut, entre ses bras, l'éveil d'une vie nouvelle.  Le vainqueur savoura l'ivresse de sa victoire.  Une femme venait de naître.  Elle emprisonna la tête de Frank Braun, dans ses deux mains, l'attira à soi et la baisa fougueusement.

-  Oui, cria-t-elle, enfin, c'est la Madone qui t'a envoyé.  Je suis à toi !

Et ses étreintes se firent plus ardentes.

Elle lui prit les mains, ne se rappelant plus l'impression terrifiante qu'elle en avait ressentie quelques instants auparavant.  Elle les porta à ses lèvres, heureuse et docile.

Ils restèrent étendus, sans dormir, sans parler.  Un long frémissement de volupté les agitait.  L'amour les avait emportés dans son tourbillon..."

violence au sein du couple

L'amour est illumination         encre de chine de l'auteur,

Dominique Mertens

 violence au sein du couple

Violence         encre de l'auteur, Dominique Mertens

à suivre...

10/08/2013

La FORET GOTHIQUE

La Forêt gothique

"Oh ! Ciel !  La forêt est pleine de sang

et nos mains en sont toutes couvertes"

extrait de "Klosterheim"

roman de Thomas de Qincey

l'homme qui vendit son âme au diable.jpg

L'Homme qui vendit son âme au diable        encre de Chine de l'auteur

"Pe-tit frère... Pe-tit frère... m'as-tu re-con-nu... re-con-nu ?  

Ou-ou-vre-moi, nous irons dans la forêt... dans la forêt..."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

forêt nuit3.jpg

"Cette vaste forêt, célèbre par les voleurs et les précipices qui s'y rencontraient, semblait encore être l'objet du courroux céleste.

Ses arbres, hauts et touffus, étaient à tout moment frappés par la foudre : on y entendait sans cesse le sifflement des vents déchaînés.  Tout, dans ce lieu sinistre, inspirait  l'horreur et l'effroi."

ducray_duminil      alexis_ou_la_maisonnette_dans_les_bois

forêt gothique

william_gilpin      exécution  (peinture)

 bucheron clair 1.jpg

Ma silhouette fantomatique hante les forêts enneigées     

encre de Chine de l'auteur (version claire)

 

"Nul ne s'évade jamais tout entier du pays au-delà de la forêt..."

Fançoise-Sylvie Pauly        L'Invitée de Dracula

forêt nuit1.jpg

"Alors, dans cette sombre forêt, des images de ma vie m'apparurent."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

forêt nuit2.jpg

"D'ailleurs, monsieur, la forêt par elle-même est si joyeuse et si animée que je ne m'y sens jamais seul.  Comme je connais chaque place et chaque arbre, il me semble que chacun des arbres qui a grandi sous mes yeux et dont la cime vivante et resplendissante s'élève maintenant dans les airs me connaît et m'aime, parce que je lui ai accordé mon attention et donné mes soins.  Oui, dans le murmure et le bruissement merveilleux de la forêt, je crois réellement entendre des voix qui me parlent, des voix tout à fait particulières, et j'ai l'impression que ce langage est la louange véritable de Dieu et de sa toute-puissance, en même temps qu'une prière que la parole humaine ne pourrait jamais arriver à exprimer."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

 img108.jpg

"Il ne m'est pas possible de dire avec précision combien de temps dura ma fuite, à travers la sombre forêt, toujours poursuivi par mon double ; il me semble que cela dura des mois, sans que je prisse ni aliments ni boisson.  je ne me rappelle avec netteté qu'un seul moment, après lequel je tombai complètement inanimé.  Je venais précisément de réussir à me débarrasser de mon double, lorsqu'un clair rayon de soleil traversa la forêt, suivi d'un son charmant et gracieux.  Je distinguai une cloche de couvent qui sonnait matines.  

"tu as assassiné Aurélie."  Cette pensée me saisit, comme avec les bras glacés de la mort, et je tombai sur le sol, évanoui."

E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

 

 Amour de la forêt.jpg

Amour de la forêt        encre de Chine de l'auteur

 

forêt gothique

 La  forêt,  lieu  de  transmutation  des  amours...

 Amour sylvestre.jpg

Amour sylvestre        encre de Chine de l'auteur

 Ne dis point qu'ici-bas le bonheur est mensonge

Mais ensemble voguons sur les eaux bleues du songe.

 Je frémis cependant car amour criminel

 Ne peut que m'attirer châtiment éternel."

 charles_robert_maturin       fatale_vengeance

 forêt gothique

  La  forêt,  lieu  de  transmutation  alchimique...

7 metaux.gif

"Il poursuivit la route qu'il avait devant lui, elle le conduisit à la partie de la forêt la plus obscure qu'il eût encore rencontrée et aboutit à un sombre réduit, cintré par une haute futaie, dont les rameaux entremêlés offraient une barrière impénétrable aux rayons du soleil et n'admettaient qu'une espèce de crépuscule mystérieux."

Ann Radcliffe       Les Mystères de la forêt

6q5x2x8.jpg

la  forêt,  lieu de transmutation  des  amours  alchimiques...

Ses yeux.jpg

Ses yeux dans la forêt gothique...

 

  Evariste-Vital_Luminais_-_Le_Pâtre_de_Kerlaz.jpg

Evariste Vital Luminais     Le Pâtre de Kerlaz

"Alors on aperçut des milliers de follets dansant en rond, voire même en procession autour des murs du châtel, et aussi à la lueur d'un éclair on entrevit les huarts avec leur grande bouche fendue, leurs dents vertes et leurs ailes de souris chauves voltiger autour du gisant, et insulter par leurs rires cruels et des huées bizarres à sa défaite malencontreuse.

Alors sortit du bois voisin berger maigre et hideux, caché dans un manteau rouge, et qui conduisait un troupeau de loups.."

ferdinand_langlé

la_dame_sans_merci

 le berger.jpg

le berger        encre de Chine de l'auteur

 moritz von schwind  1.jpg

moritz_ von_schwind

"Mais aujourd'hui, hélas, où sommes-nous égarés ?  Où la marée de la civilisation nous a-elle-portés ?  Elle s'est installée sur une terre qui n'était pas prêté pour elle et, après son passage, a laissé une nudité désolée.  Nous avons perdu nos forêts mais avons conservé leurs maraudeurs ; nous avons détruit tout ce qui était beau, mais ce qui révoltait de barbarie, nous l'avons gardé. "

Sheridan Le Fanu        Le destin de Sir robert Ardagh

 

abandonnée en forêt.jpg

abandonnée en forêt        encre de Chine de l'auteur 

forêt nuit2NB.jpg

"Au milieu du feuillage obscur,

J'ai découvert un beau fruit mûr.

Je tends vers lui mes doigts graciles.

Las, mes efforts sont inutiles !

 

J'eusse tenu pour grand plaisir

Humer son parfum à loisir

Et presser sur ma joue fiévreuse

Sa peau à la douceur soyeuse.

 

A sa fraîcheur de jouvenceau,

J'offrirais, si j'étais oiseau,

La tiède caresse d'une aile,

Et, de mes chansons, la plus belle.

 

Si j'étais la brise du soir,

Sans doute aurais-je ardent vouloir

D'effleurer sa rondeur vermeille

En murmurant mainte merveille.

 

Mais voici qu'un hideux serpent

S'approche de lui en rampant.

J'observe, effrayée, le perfide

Qui darde une langue biffide.

 

Et dans la chair du fruit, soudain,

Plongent les crochets à venin.

Depuis, sa pulpe est desséchée,

Sa peau fendillée et tachée."

Charles-Robert Maturin       Fatale vengeance

                                                                          (traduction Bernard Tissier)

bois du morvan  DaubignyREC.jpg

Daubigny        Forêt du Morvan 

"Ecoute, c'est la cloche du couvent .  Suspends le récit de ton histoire.  Ce son, que le vent amène des murs redoutables de mon château, réveille en moi l'idée chérie de ma famille.  

.....

Il n'existe pas de forêt dont l'ombrage soit assez épais pour nous cacher."

charles_robert_maturin       bertram,_ou_le_château-d'_aldobrand

clochesREC.jpg

SOUDAIN, une présence... 

forêt gothique

"Je ne me connaissais pas  La nuit dernière...  Oh !  La nuit dernière révéla un mystère terrible ...  La lune descendit, ses rayons obscurcis cachèrent le départ d'un homme qui n'est malheureusement que trop aimé !  Alors je me sentis comme anéantie ; mes yeux s'éteignirent et se désséchèrent.  N'ayant plus rien pour m'aimer, et n'aimant plus rien, je me trouvai comme seule sur la terre.  Je restai tout étonnée de ma désolation, car j'avais dédaigné le monde pour lui, et à peine pouvais-je obtenir de sa pitié un peu d'intérêt que mes devoirs m'ordonnaient de repousser !"

 

"C'était la beauté dormant au sein de l'horreur."

ann_radcliffe_les_mystères_d'_udolphe

forêt gothique

attachée_à_la_vie_par_de_simples_ronces        encre de l'auteur

 forêt gothique

 

02/05/2012

AMOUR ET FANTASTIQUE

Explorer les rapports

qu'entretiennent

Amour et Fantastique.... 

Echeveau d'Amour.jpg

Echeveau d'Amour        encre de Chine de l'auteur

Les Règles de l'Amour 

1. Le prétexte de mariage n’est pas une excuse valable contre l’amour. 

2. Qui n’est pas jaloux ne peut pas aimer. 

3. Personne ne peut avoir deux liaisons à la fois.

4. Toujours l’amour doit croître ou décroître.

5. Il n’y a point de saveur à ce que l’amant obtient sans le gré de son amante.

6. L’homme ne peut aimer qu’après la puberté. 

7. A la mort de son amant, le survivant attendra deux ans.

8. Personne ne doit sans raison suffisante être privé de l’objet de son amour. 

9. Personne ne peut aimer vraiment sans être poussé par l’espoir de l’amour.

10. L'amour est toujours étranger dans la maison de l'avarice.

11. Il n'est pas bon d'aimer une femme qu'on aurait quelque honte à épouser.

12. L’amant véritable ne désire d’autres baisers que ceux de son amante.

13. Rendu public, l'amour résiste peu.

14. Une conquête facile rend l’amour sans valeur, une conquête difficile lui donne du prix.

15. Tout amant doit pâlir en présence de son amante.

16. A la vue soudaine de son amante, le coeur d’un amant doit tressaillir. 

17. Un nouvel amour fait partir l'ancien.

18. Rien que le bon caractère rend l'homme digne d'amour. 

19. Quand l'amour diminue, il diminue vite et se renforce rarement.

20. L’amoureux est toujours craintif. 

21. Vraie jalousie fait toujours croître l’amour.

22. Un soupçon sur son amante, jalousie et ardeur d’aimer augmentent. 

23. Il ne dort ni ne mange celui que passion d’amour démange. 

24. N’importe quel acte de l’amant se termine dans la pensée de son amante. 

25. L’amant véritable ne trouve rien de bien, qui à son amante ne plaise bien.

26. L’amant ne saurait rien refuser à son amante.

27. L’amant ne peut se rassasier des plaisirs de son amante.

28. La moindre présomption pousse l’amant à soupçonner le pire sur son amante. 

29. Il n’aime pas vraiment celui qui possède une trop grande luxure. 

30. L’amant véritable est toujours absorbé par l’image de son amante.

              31. Rien ne défend à une femme d’être aimée de deux hommes, ni à un homme          d’être aimé de deux femmes.

Miroir d'Amour.jpg

miroir-d'-amour        encre de Chine de l'auteur

Quelques poésies du Moyen age...

D'être avec elle

D'être avec elle tant m'étonne

Que n'ose avouer mon désir

Et quand m'en vais d'elle il me semble 

Que perds tout sens et tout savoir.

jardin-courtois-decameron-2.jpg

Joyssance vous donneray

Joyssance vous donneray,

Mon amy, et vous meneray

Là où pretend vostre esperance.

Vivante ne vous laisseray ;

Encore quant morte je seray,

L'esprit en aura souvenance.

 

Si pour moy avez du soucy,

Pour vous n'en ay pas moins aussi ;

Amour le vous doit faire entendre.

Mais s'il vous greve d'estre ainsi,

Apaisez vostre cueur transy ;

Tout vient à point qui peult attendre.

 

Temple d'Amour.jpg

temple-d'-amour        encre de Chine de l'auteur

483px-Chambre.medieval.jpg

Dont vient cela

Dont vient cela, belle, je vous supply,

Que plus à moy ne vous recommandez ?

Toujours seray de tristesse remply,

Jusques a tant qu'au vray me le mandez.

Je croy que plus d'amy ne demandez.

Ou maulvais bruyt de moy on vous revelle

ou vostre coeur a fait Amour nouvelle.

 

Si vous laissez d'Amour le train joly,

Vostre beauté prisonnrendez ;

Si pour autruy m'avez mis en oubly,

Dieu vous y doint le bien que pretendez ;

Mais si de mal en rien m'apprehendez,

Je veulx qu'autant que vous me semblez belle,

D'autant ou plus vous me soyez rebelle.

Danse d'Amour.jpg

plaisir-d'-amour-ne-dure-qu'-un-instant        encre de Chine de l'auteur

chagrin d'Amour.jpg

chagrin-d'-amour-dure-toute-une-vie        encre de Chine de l'auteur

Amour éconduit.jpg

amour-éconduit        encre de Chine de l'auteur

Tacuinum_Sanitatis-cabbage_harvest.jpg

L'Amour, la Mort et la Vie

L'Amour, la Mort et la Vie

Me tourmentent à toute heure.

De me laysser ont envye

Et veullent que j'y demeure.

Quand je veulx rire je pleure

Du feu d'Amour qui s'avive

La Vie veult que je meure

Et la Mort veult que je vive.

Citadelle d'Amour.jpg

amour-fortifié        encre de Chine de l'auteur

amour champêtre.jpg

amour-champêtre        encre de Chine de l'auteur

 amour ancillaire.jpg

amours-ancillaires        encre de Chine de l'auteur

Amour contrarié.jpg

amour-contrarié        encre de Chine de l'auteur

 l'Amour est aveugle.jpg

amour-aveugle        encre de Chine de l'auteur

 

Cet   Enfer   au   Paradis

une chanson de

Dark  Sanctuary

Je ne sais que faire de cette vie,

Dans cet Enfer au Paradis.

J'ai perdu mes ailes et ma liberté,

A cause de celle que j'ai tant aimé.

Des larmes de glace sont comme des espoirs,

Lentement ils s'effacent de ma mémoire.

J'aurais tant voulu ne jamais exister,

Ni jamais avoir cru pouvoir aimer.

J'ai tant de haine contre ceux qui ont

Créé mes peines et mes passions.

Je crie de douleur, j'ai mal et j'ai peur,

J'aimerais tant pouvoir encore la revoir.

J'ai beau crier, elle ne m'entend pas,

J'ai beau pleurer, elle ne m'aimera pas.

 

"Brièvement, il posa un baiser sur le front  de son épouse

et s'en fut, happé par cette insatiable nuit

qui n'avait semble-t-il 

d'autre but que de dévorer le peu d'espoir

qui nous restait encore."

Françoise-Sylvie Pauly

L'Invitée de Dracula, roman

 carré brodé.jpg

"Il  serait trop long de vous conter toute ma souffrance

Mais ce qui me torture avant tout,

c'est une bouche rouge dont mon coeur est meurtri jusqu'à l'amère mort.

Devant elle mon corps était baigné de sueur,

Et mon visage devenait rouge puis blème, 

Quand je rendais mes devoirs à la délicate jeune fille.

A force de soupirer et frémir,

Souvent je ne sentais plus mon propre corps,

Comme si je m'étais consumé.

Souvent m'a l'épouvante fait fuir à deux cents milles d'elle,

Et jamais je ne reprenais espoir.

Gel, pluie, neige ne m'ont pas tant glacé

Que le soleil de la bien-aimée ne pût m'enflammer.

Lorsque je suis près d'elle,

Je perds ma mesure.

Ainsi dois-je à cause d'elle aller par les chemins lointains,

En désarroi, jusqu'à ce que la grâce ait remplacé la haine.

Ah, ma tristesse serait allégresse si elle voulait bien m'aider."

Oswald von Wolkenstein

 

 

........

"Je suis à toi pour l'éternité"

 

"Rejoins-moi à jamais..."

800px-Giovanni_Lorenzo_Bernini_-_Blessed_Ludovica_Albertoni.jpg

Giovanni Lorenzo Bernini        Santa Ludovica Albertoni

 ludovica albertoni1.jpg

bernini-ecstasy-of-st-theresa.126135428_std.jpg

Giovanni Lorenzo Bernini        Extase de Sainte-Thérèse

 220px-Santa_Maria_della_Vittoria_-_6.jpg

le_bernin_extase_terese_detail2.jpg

le_bernin_extase_terese_detail1.jpg

"Rappelle-toi ce jour du plus lointain passé

Où ma voix ranima ton cadavre glacé.

Je vis un feu si beau sous ta noire prunelle

Que je te dis alors : Courtisane éternelle,

Toujours jeune et toujours soumise tu vivras,

Et les plus nobles coeurs s'éteindront dans tes bras !"

     Gérard de Nerval       L'Imagier

 

"Le soleil du matin traversait en rayons colorés les verrières du cloître.  Assis au confessionnal, j'étais plongé solitaire dans mes pensées.  Seuls les pas des frères servants qui nettoyaient l'église résonnaient sous la voûte.  Soudain, j'entendis près de moi un frôlement, et j'aperçus une dame grande et svelte, habillée d'une façon étrange,.  un voile couvrait sa figure ; elle était entrée par une porte latérale et s'approchait de moi pour se confesser.  Ses mouvements avaient une grâce indescriptible.  

Elle s'agenouilla.  Un profond soupir s'échappa de sa poitrine.  Je sentais son haleine brûlante ; avant même qu'elle parlât, j'étais sous l'emprise d'un charme étourdissant.  Comment décrire le ton tout à fait particulier de sa voix, qui pénétrait au plus profond du coeur ?  Chacune de ses paroles me saisissait l'âme, lorsqu'elle m'avoua qu'elle nourrissait un amour défendu.  Cet amour, elle le combattait en vain depuis longtemps ; il était d'autant plus coupable que des chaînes sacrées liaient à jamais l'objet de son amour.  Mais dans la folie d'un désespoir sans bornes, elle avait maudit ces chaînes.

Elle s'arrêta.  Puis, au milieu d'un flot de larmes, qui étouffaient presque ses mots, elle s'écria :

"Médard !  c'est toi, toi-même, que j'aime d'un amour indicible."

Comme saisi d'un spasme mortel, tous mes nerfs se mirent à trembler ; j'étais hors de moi ; un sentiment inconnu me déchirait la poitrine.  Je voulais la voir, la presser contre mon coeur, mourir de joie et de souffrance !  Pour une minute de cette félicité, j'étais prêt à endurer le martyre éternel de l'enfer !"

E.T.A  Hoffmann        Les Elixirs du diable

TheMonkandtheNun  cornelis van haarlem.jpg

Cornelis van Haarlem       le-moine-et-la-religieuse

"Effrayé, je m'avançai en courant ; la porte du cabinet était entrouverte.  Aurélie était agenouillée, le dos tourné vers moi, devant un tabouret sur lequel était placé un livre ouvert.  Rempli de crainte, je regardai involontairement derrière moi ; je ne vis rien et je m'écriai, dans un ravissement suprême :  "Aurélie, Aurélie !"

Elle se retourna rapidement, mais , avant qu'elle se fût levée, j'étais déjà à ses genoux et je l'avais enlacée avec force.

"Léonard !  mon bien-aimé", murmura-t-elle tout bas.

Alors fermenta et bouillonna dans mon être un désir furieux, une passion coupable et sauvage.  Elle était là inerte dans mes bras; ses cheveux dénoués tombaient en boucles épaisses sur mes épaules ; sa gorge juvénile se soulevait ; elle gémissait sourdement.  Je ne me connaissais plus moi-même.  Je la relevai ; elle parut animée d'une force nouvelle ; une ardeur inconnue brûlait dans ses yeux et elle rendait avec plus de feu mes baisers délirants."

E.T.A. Hoffmann        Les Elixirs du diable

 

"Dis seulement que tu m'aimes

et tu seras délivrée de toute détresse." 

 E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

Rappelle-toi ce jour.jpg

 rappelle-toi-ce-jour                     encre de Chine de l'auteur

"Coeur qui soupire n'a pas ce qu'il désire..."

 Commedia-017.jpg

"Diffamée, méprisée, oubliée de tous, à l'exception des généreuses soeurs de la famille de Sydnei, je résignai mes volontés à celles de Lord Arlington, et repris la route de cette abbaye, destinée, dès mon enfance, à me servir de tombeau.  La même main qui avait ruiné l'édifice de mon bonheur, avait dépouillé cette demeure de ce qui en faisait pour moi l'unique charme.  Toutes les ruines étaient abattues, et les bois épais qui nous avaient si longtemps protégés, avaient fait place à des plantations naissantes.  Je détournai les yeux de cette scène de désolation, et me renfermai dans la chambre la plus reculée et la plus obscure, résolue d'y passer le reste de ma vie à méditer et à pleurer."

Sophia Lee         Le souterrain

abbaye en ruines.jpg

 

ruines de l'abbaye dans la forêt.jpg

 

souterrains 1.jpg

 

souterrains 2.jpg

 

confusion des langues.png

gustave-doré        la-tour-de-babel

"... en vérité, on n'a pas encore appris à aimer.  Nous n'utilisons qu'une fraction infime de nos possibilités dans ce domaine.  L'amour est indivisible.  Il parle toutes les langues de Babel.  Mais, à chaque instant, nous en faisons l'économie.  Nous lésinons.  A certaines heures désespérées parce que nous y sommes acculés, nous acceptons d'aimer enfin."

pierre-mertens     "Perdre"

 

"Car s'il est vrai, comme l'a affirmé un écrivain célèbre, qu'aucune jeune fille n'a le droit de tomber amoureuse avant que le monsieur n'ait déclaré sa flamme, il serait des plus inconvenants qu'une jeune fille rêvat d'un jeune homme avant qu'on sache d'abord si le jeune homme a été le premier à rêver d'elle."

jane-austen       l'-abbaye-de-northanger

étreinte1.jpg

étreinte        encre de Chine de l'auteur

"Amour, tes jouissances sont infinies, comme tes peines !  Tu es plus amer que l'absinthe, mais le miel est moins doux que toi."

Christian Heinrich Spiess      Le petit Pierre

 

étreinte 2.jpg

étreinte          encre de Chine de l'auteur

"L'embrasser avec toute la passion d'un désir furieux

et puis lui donner la mort, telle était la pensée

qui me poursuivait irrésistiblement."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du diable

 Comme morteREC.jpg

comme-morte         encre de Chine de l'auteur

 

Amours me fait désirer

Amours me fait désirer et aimer ;

Mais si follettement 

Que je ne puis espérer

Ni penser

N'imaginer nullement

Que le doux et beau visage

Duquel je suis tombé amoureux

Me donnera joie,

A moins qu'Amour n'agisse proprement et tellement 

Que je l'obtienne sans le demander.

Guillaume de Machaut

pleurs d'amour.jpg

pleurs-d'-amour         encre de Chine de l'auteur

 kiss3.jpg

"Sur l'épaule de son amant,

elle aperçut trois cicatrices, 

trois morsures de sa bouche, 

trois témoins indiscrets 

de leur amour farouche

et posa les lèvres dessus !

Hanns Heinz Ewers      L'apprenti sorcier

 

 

 

à  suivre...