10/06/2010

FRESQUE FANTASTIQUE

fresque a 

Peinte à la gouache sans le moindre plan ni dessin préalables, la Fresque de la Vie fait appel à la simple juxtaposition des éléments, des formes, et des couleurs, dans la spontanéité la plus totale.

Sous l'oeil d'une humanité qui va à sa perte, se déroule, indifférent au sort des êtres humains, le spectacle du Monde et de la Vie.

La fresque de la Vie, (3m80 long x 2m10 ht) je l'ai patiemment peinte de 1992 à 1996 durant mes rares heures "perdues".

fresque a

100_0851

 100_1088

Cette oeuvre reprend, en les revisitant de mémoire, les principaux éléments de ma fresque L'Alchimie de la Vie, (exécutée vers 1966 et aujourd'hui perdue) qui se caractérisait par son foisonnement de personnages et de symboles ésotériques.

100_1092

100_1099 

  

100_1119

100_1095

 1096

100_1146 

100_1113

100_1140

 100_1136

 100_1133

100_1137

Dans ses filatures fantastiques,

la  Vie tisse la trame de nos destinées...

 img212.jpg

 Pratiquer le Fantastique,

c'est suivre désespérément

le fil qui nous mène jusqu'à la mort..img194.jpg     

Un rendez-vous sur la toile ?

 100_1481.jpg

Suivez le fil...............................................................................

100_1477.jpg

 Comment, dans la toile de la Vie, démêler le vrai du faux ?

  fil.jpg

 

 

ARCHITECTURES FANTASTIQUES

Tout enfant déjà, je bâtissais des châteaux féériques habités de princesses inaccessibles, et protégés de sortilèges inviolables.  L'esprit des chevaliers avait forgé en moi son imagerie fascinante qu'alimentaient mes lectures inspirées. Ainsi je me constituai un bréviaire dans lequel il ne me restait plus qu'à puiser. Adolescent, je rêvais d'architectures et d'ambiances fantastiques, comme on en trouve par exemple dans la peinture de Desiderio Monsu, dans les gravures de Piranèse, dans le Palais idéal du facteur Cheval ou dans la tour d'Eben-Ezer à Eben-Emael, conçue et réalisée par Robert Garcet. (1912-2001)

la tour Eben-Ezer.jpg

Avec le temps, mes rêves ont peu à peu pris corps et, de simples décors pour théatre de marionnettes, au départ, se sont matérialisés en une crêche de Noël (collection  Michel Vincent) reprenant simultanément divers épisodes de la Nativité.  Puis, ce fut  la réalisation d'une mise en scène grandiose pour la fête de Pâques (collection Krippana, Manderfeld - Büllingen) qui déployait les tableaux de la Passion et de la Mort du Christ dans diverses architectures fantastiques, et recelait déjà en germes l'oeuvre qui allait lui succéder immédiatement : l'Antre du Vampire...

 

« L’Antre du Vampire » est la mise en scène de tout un décor fantastique conçu au début des années 2000 pour un public de pré-adolescents à l’occasion des premières fêtes d’Halloween qui furent célébrées en Belgique. 

 

L’Aventure débuta par un simple empilement de cageots solidarisés à l’aide de colle et de plâtre, et qui ébaucha petit à petit la silhouette massive d’un château fantastique au fur et à mesure de son agrandissement.  J’y perçai des ouvertures que je dissimulai par des tentures.  J’en garnis les murailles de hautes fenêtres murées, construisis des tours inaccessibles que je cernai de plateformes crénelées, forgeai des barreaux, et aménageai des salles.

 Il ne me restait plus qu’à peupler cette citadelle que je résolus d’entourer d’un vaste cimetière encombré de chapelles, de tombes et de croix. Lorsque je les eu façonnées dans l’argile, quelques succubes parmi les plus dévouées rejoignirent aussitôt la crypte où repose  pour l’éternité leur maître vampire, tandis que leurs compagnes se disséminèrent au coeur du cimetière, au service de leur seigneur, prêtes à séduire quiconque aurait l’imprudence de s’aventurer là…    

 La représentation pouvait commencer… !

 

18/12/2009

ART FANTASTIQUE GOTHIQUE

Art  Fantastique  Gothique

"Misérable railleur, tu veux être artiste et jamais la foi et l'amour n'ont brûlé dans ton coeur.  Aussi tes oeuvres seront-elles froides et sans vie, comme toi-même.

Comme un réprouvé, tu désespéreras dans le vide de ton âme et tu succomberas sous le poids de ton impuissance."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du diable

 

"Abdiquant  toute originalité, l'artiste se satisfait de copier ou imiter le crayon de celui-ci, la palette de celui-là, de travailler dans la manière que lui ont enseignée ses professeurs, qui eux-mêmes se bornaient à transmettre sans rien y changer un savoir acquis.  Je l'encouragerais à regarder désormais autour de lui, à peindre d'après nature, à traduire par le dessin, par la couleur, l'incessant mouvement des moeurs et des sentiments dans nos sociétés tellement plus bigarrées et diversifiées que celles où vivaient les vieux maîtres, à insuffler la vie à ses paysages, ses figures, ses portraits."

charles-robert-maturin      fatale-vengeance

 450px-Self-portrait_as_the_Allegory_of_Painting_by_Artemisia_Gentileschi.jpg

artemisia-gentileschi      autoportrait

Edgar Allan POE   

Une descente dans le Maelström   (extrait)

 ……..

"Je regardai vertigineusement,

et je vis une vaste étendue de mer,

dont la couleur d’encre me rappela tout d’abord

le tableau du géographe Nubien et sa Mer des Ténèbres.

C’était un panorama plus effroyablement désolé

qu’il n’est donné à une imagination humaine

de le concevoir. À droite et à gauche, aussi loin

que l’œil pouvait atteindre, s’allongeaient,

comme les remparts du monde,

les lignes d’une falaise horriblement noire

et surplombante, dont le caractère sombre

était puissamment renforcé par le ressac

qui montait jusque sur sa crête blanche

et lugubre, hurlant et mugissant éternellement.

 

Là, le vaste lit des eaux, sillonné et couturé

par mille courants contraires, éclatait soudainement

en convulsions frénétiques,  haletant, bouillonnant,

sifflant, pirouettant en gigantesques et innombrables

 tourbillons, et tournoyant et se ruant

tout entier vers l’est avec une rapidité qui ne se manifeste

que dans des chutes d’eau précipitées.

Au bout de quelques minutes, le tableau subit

un autre changement radical.

La surface générale devint un peu plus unie,

et les tourbillons disparurent un à un,

pendant que de prodigieuses bandes d’écume

apparurent là où je n’en avais vu aucune jusqu’alors.

Ces bandes, à la longue, s’étendirent

à une grande distance, et, se combinant entre elles,

elles adoptèrent le mouvement giratoire

des tourbillons apaisés et semblèrent former le germe

d’un vortex plus vaste.

Soudainement, celui-ci apparut

et prit une existence distincte et définie,

dans un cercle de plus d’un mille de diamètre.

Le bord du tourbillon était marqué

par une large ceinture d’écume lumineuse ;

mais pas une parcelle ne glissait

dans la gueule du terrible entonnoir,

dont l’intérieur, aussi loin que l’œil pouvait y

plonger, était fait d’un mur liquide,

poli, brillant et d’un noir de jais,

faisant avec l’horizon un angle de 45 degrés environ,

tournant sur lui-même sous l’influence d’un mouvement

étourdissant, et projetant dans les airs

une voix effrayante, moitié cri, moitié rugissement,

telle que la puissante cataracte du Niagara elle-même,

dans ses convulsions, n’en a jamais envoyé

de pareille vers le ciel.

 

Un changement singulier avait eu lieu aussi dans le ciel.

Autour de nous, dans toutes les directions,

il était toujours noir comme de la poix,

mais presque au-dessus de nous il s’était fait

une ouverture circulaire, un ciel clair,

clair comme je ne l’ai jamais vu,  d’un bleu brillant

et foncé,  et à travers ce trou resplendissait

la pleine lune avec un éclat que je ne lui avais

jamais connu. Elle éclairait toutes choses

autour de nous avec la plus grande netteté, mais,

grand Dieu ! quelle scène à éclairer !

Cela peut paraître étrange ; mais alors,

quand nous fûmes dans la gueule même de l’abîme,

je me sentis plus de sang-froid

que quand nous en approchions.

Ayant fait mon deuil de toute espérance,

 je fus délivré d’une grande partie de cette terreur

qui m’avait d’abord écrasé.

Je suppose que c’était le désespoir qui raidissait

mes nerfs."

……..

art fantastique,gothique,artistes gothiques

Edgar Allan Poe, daguerreotype

 

"Ou bien parais tel que tu es,

ou bien sois tel que tu parais"

djalâl ad dîn rûmi

mystique persan  (1207-1273)

art fantastique,gothique,artistes gothiques

Dominique Mertens         La Chute

 

 

 

 

09:57 Écrit par Dominique Mertens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art fantastique, gothique, artistes gothiques |  Facebook |