04/01/2018

pré-gothiques, gothiques, romantiques, post-gothiques et néo-gothiques dans la tourmente

pré-gothiques,

gothiques,

romantiques,

post-gothiques

et néo-gothiques

dans la tourmente  

révolutionnaire

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"Le sang, poursuivit-il après un silence, le sang est une chose sainte ; le sang ne doit pas voir le soleil de Dieu.  Le sang est naturellement caché à la lumière et c'est un grand péché d'exposer le sang à la lumière, c'est un grand péché. Ah ! c'est un grand péché !"

                               Ivan Tourguéniev       Récits d'un chasseur

rodrigo_gutiérrez_les_derniers_instants_d'_atala.jpg

Rodriguez Guitierrez        les derniers instants d'Atala

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

john_joseph_barker_woodland_landscape.jpg

John Joseph Barker         Paysage forestier

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Cette impossibilité de durée et de longueur dans les liaisons humaines, cet oubli profond qui nous suit, cet invincible silence qui s'empare de notre tombe et s'étend de là sur notre maison, me ramènent sans cesse à la nécessité de l'isolement. Toute main est bonne pour nous donner le verre d'eau dont nous pouvons avoir besoin dans la fièvre de la mort."

                                                            François René de Chateaubriand       Mémoires d'outre-tombe

françois_rené_de_chateaubriand_rec.jpg

"C'est par la mort qu'on arrive à la présence de Dieu."

                                                                   François René de Chateaubriand

girodet_atala_au_tombeau.JPG

Girodet         Atala au tombeau

chateaubriand_rec.jpg

François René de Chateaubriand

et le château familial de Combourg

"La vie est une peste permanente.  Cette chaîne de deuil et de funérailles qui nous entortille, ne se brise point, elle s'allonge  ; nous en formerons nous-mêmes un anneau."

                                                       idem 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

Jacques Bertaux        Prise du Palais des Tuileries

combourg_château_vers_1900.jpg

 "Ces récits occupaient tout le temps du coucher de ma mère et de ma soeur : elles se mettaient au lit mourantes de peur ; je me retirais au haut de ma tourelle ; la cuisinière rentrait dans la grosse tour, et les domestiques descendaient dans leur souterrain.

La fenêtre de mon donjon s'ouvrait sur la cour intérieure ; le jour, j'avais en perspective les créneaux de la courtine opposée, où végétaient des scolopendres et croissait un prunier sauvage.  Quelques martinets qui, durant l'été, s'enfonçaient en criant dans les trous du mur, étaient  mes seuls compagnons.  La nuit, je n'apercevais qu'un petit morceau du ciel et quelques étoiles.  Lorsque la lune brillait et qu'elle s'abaissait à l'occident, j'en étais averti par ses rayons, qui venaient à mon lit au travers des carreaux losangés de la fenêtre.  Des chouettes, voletaient d'une tour à l'autre, passant et repassant entre la lune et moi, dessinaient sur mes rideaux l'ombre mobile de leurs ailes.  Relégué dans l'endroit le plus désert, à l'ouverture des galeries, je ne perdais pas un murmure des ténèbres.  Quelques fois, le vent semblait courir à pas légers ; quelques fois il laissait échapper des plaintes ; tout à coup, ma porte était ébranlée avec violence, les souterrains poussaient des mugissements, puis ces bruits expiraient pour recommencer encore."

combourg_château_5.jpg

"Aucun jour n'a suivi la nuit, aucune nuit n'a été suivie de l'aurore, qui n'ait entendu des pleurs mêlés à des vagissements douloureux, compagnons de la mort et du noir trépas."

                                                               idem

combourg_9.jpg

"Ma pensée errait ainsi à l'aventure, lorsqu'une jeune fille s'éleva du milieu des ondes, à quelque distance. Ses beaux cheveux n'étaient pas agités par le vent. Semblable à la lune argentée pendant une nuit d'hiver, elle vint à moi, douce et souriant d'aise.

Elle n'avait ni manteau de pourpre avec de riches broderies, ni souliers avec des nœuds de rubans, ni robe fastueuse de la couleur du ciel. Elle ne portait pas d'autres vêtements que sa beauté. Elle était nue, et semblait jeune. Tout me fit penser que je voyais la Vérité.

Les boucles de sa brune chevelure couvraient modestement ce qui doit être caché à tous les regards. Elles jouaient sur son corps blanc et sans tache comme des veines sombres dans une carrière d'albâtre que le voyageur aperçoit dans le lointain.

Rempli d'étonnement, je restai immobile et sans voix, émerveillé davantage à mesure que la vision approchait. Mes membres engourdis semblaient se refuser à la fuite ; mais je sentis mon trouble s'évanouir quand elle arriva auprès de moi dans toute la splendeur de sa nudité.

Je n'eus pas une seule pensée voluptueuse; je me souvenais bien que j'étais arrêté par des vœux. J'avais d'ailleurs dans ma poche une croix qui devait préserver mon âme de tout péché. Je regardai la jeune fille d'un œil aussi pur que celui d'un ange, et ne fus tourmenté d'aucune pensée diabolique.

Avec un doux maintien et une grâce divine, elle commença à parler. Les paroles de la Vérité sont l'image de son âme. Elle a toujours détesté la fausse éloquence. La douceur éclate dans tous les mots qu'elle prononce, quoiqu'elle s'efforce de ne pas faire briller ce penchant et de paraître sévère.

Elle me dit : Ma simple venue doit t'apprendre mon nom et mon caractère qu'on dédaigne ; je suis la Vérité descendue autrefois du ciel. Les mauvais riches et les courtisans me regardent comme une étrangère. J'ai vu tes plus intimes pensées, et viens t'éveiller de ton rêve."

Thomas Chatterton  (1752-1770)        Les poèmes de Rowley

Histoire de William Ganynge

naissance au gothique_111.jpg

Dominique Mertens         Naissance au Gothique (encre)

virgnité_111.jpg

Dominique Mertens        Virginité (encre)

 thomas_chatterton_rec.jpg

john_barker_thomas_chatterton_in_his_garret.jpg

John Barker Thomas         Chatterton dans sa chambre

henri_wallis_la_mort_de_chatterton.jpg

Henri Wallis        La mort de Chatterton 

(Thomas Chatterton s'est donné la mort à l'âge de 18 ans)  

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"L'argent ne représente qu'une nouvelle forme d'esclavage impersonnel à la place de l'ancien esclavage personnel."

                                           Léon Tolstoi        La Sonate à Kreutzer

 

 "Dès ce moment, j'entrevis que d'aimer et d'être aimé d'une manière qui m'était inconnue, devait être la félicité suprême. Si j'avais fait ce que font les autres hommes, j'aurais bientôt appris les peines et les plaisirs de la passion dont je portais le germe  ; mais  tout prenait en moi un caractère extraordinaire.  L'ardeur de mon imagination, ma timidité, la solitude firent qu'au lieu de me jeter au dehors, je me repliai sur moi-même ; faute d'objet réel, j'évoquai par la puissance de mes vagues désirs un fantôme qui ne me quitta plus.  Je ne sais si l'histoire du coeur humain offre un autre exemple de cette nature."

                                    François René de Chateaubriand        Mémoires d'outre-tombe

lucile_de_chateaubriand_soeur_de_françois_rené_de_chateaubriand.gif

Lucile de Chateaubriand, soeur tant adorée de François René de Chateaubriand

"Je me composai donc une femme de toutes les femmes que j'avais vues : elle avait la taille, les cheveux et le sourire de l'étrangère qui m'avait pressé contre son sein.   (.....) 

Cette charmeresse me suivait partout invisible ; je m'entretenais avec elle, comme avec un être réel ; elle variait au gré de ma folie.   (......)

Sans cesse, je retouchais ma toile ; j'enlevais un appas à ma beauté pour le remplacer par un autre.  Je changeais aussi ses parures.   (.....)  

Ma femme unique se transformait en une multitude de femmes, dans lesquelles j'idolâtrais séparément les charmes que j'avais adorés réunis."

                                                                                                    idem

dans la crypte chap10 p285rec.jpg

Dominique Mertens        Dans la crypte  (encre)       

"Au nord du château s'étendait une lande semée de pierres druidiques ; j'allais m'asseoir sur une de ces pierres au soleil couchant.  La cime dorée des bois, la splendeur de la terre, l'étoile du soir scintillant à travers les nuages de rose, me ramenaient à mes songes : j'aurais voulu jouir de ce spectacle avec l'idéal objet de mes désirs.  Je suivais en pensée l'astre du jour, je lui donnais ma beauté à conduire afin qu'il la présentât radieuse avec lui aux hommages de l'univers. "

                                                                                                     idem

pheme.jpg

La Rumeur  

claude_lorrain_coucher_de_soleil.jpg

Claude Lorrain      Coucher de soleil 

"Combien rapidement et que de fois nous changeons d'existence et de chimère !  Des amis nous quittent, d'autres leur succèdent ; nos liaisons varient : il y a toujours un temps où nous ne possédions rien de ce que nous possédons, un temps où nous n'avons rien de ce que nous eûmes.  L'homme n'a pas une seule et même vie ; il en a plusieurs mises bout à bout, et c'est sa misère."

                                                            idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

 Chateaubriand nous a légué une description minutieuse des différentes péripéties de la Révolution française dans ses "Mémoires d'outre-tombe", contexte indissociable de la littérature gothique.

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

dor_037.jpg

"En considérant l'être entier, en pesant le bien et le mal, on serait tenté de désirer tout accident qui porte à l'oubli , comme un moyen d'échapper à soi-même : un ivrogne joyeux est une créature heureuse.  Religion à part, le bonheur est de s'ignorer et d'arriver à la mort sans avoir senti la vie."

                                         François René de Chateaubriand        Mémoires d'outre-tombe

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

ci-dessous le texte-type d'une condamnation à mort

Exécuteur des jugements criminets.

Tribunal révolutionnaire.

L'exécuteur des jugements criminels ne fera faute de se rendre à la maison de justice de la Conciergerie,

pour y mettre à exécution le jugement qui condamne

xxxxx (liste des noms)xxxxx

à la peine de mort.

L'exécution aura lieu aujourd'hui, à cinq heures précises, sur la place de la Révolution de cette ville. (Paris)

L'accusateur public,  H.Q.Fouquier.

Fait au Tribunal, le trois floréal, l'an second de la République française

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Elisabeth Vigée-Lebrun     Madame Du Barry  (avant !)

"L'exécution de Madame Du Barry eut lieu sur l'actuelle place de la concorde, le 8 décembre 1793.  En hâte, Madame du Barry fit fiévreusement l'énumération de tous ses biens en espérant ainsi sauver sa vie, comme les autorités le lui auraient fait croire. On a affirmé qu'aux derniers instants le courage l'abandonna. Pourtant, elle avait montré, à plusieurs reprises, une indéniable fermeté face à la mort. La certitude d'une erreur ou d'une trahison peuvent expliquer ses sentiments de panique et de désespoir. On dut la traîner jusqu'à l'échafaud. Elle se débattait, pleurait, implorait…"

                                                                                                                               (extrait de Wikipaedia)

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Madame Du Barry (après !)

 

"Dans ces milliers de romans, qui ont inondé l'Angleterre depuis un demi-siècle, deux ont gardé leur place : Calek Williams et Le Moine. Je ne vis point Goldwin pendant ma retraite à Londres ; mais  je rencontrai deux fois Lewis .  C'était un jeune membre des Communes fort agréable, et qui avait l'air et les manières d'un Français.  Les ouvrages d'Anne Radcliffe font une espèce à part.  "

                                                                                                                                         idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique

                  Claude Lorrain      Paysage avec la tentation de Saint-Antoine

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

William Blake        illustration pour le "Paradis Perdu" de Milton

 "Enfin il entendit ce petit choc produit par l'échappement de la pendule au moment où l'heure va sonner.  Une pâleur subite et profonde se répandit sur le visage de Luizzi ; il demeura immobile, et ferma les yeux comme un homme qui va se trouver mal.  Le premier coup de deux heures résonna alors dans le silence.  Ce bruit sembla tirer Armand de son affaissement ; et, avant que le second coup fût sonné, il avait saisi une petite clochette d'argent posée sur la table et l'avait violemment agitée en prononçant ce seul mot : 

Viens  !!!

                                                       Frédéric Soulié        Les Mémoires du Diable

 

 "C'était bien l'ange déchu que la poésie a rêvé : type de beauté flétri par la douleur, altéré par la haine, dégradé par la débauche, il gardait encore, tant que son visage restait immobile, une trace endormie de son origine céleste ; mais, dès qu'il parlait, l'action de ses traits dénotait une existence où avaient passé toutes les mauvaises passions."

                                                                                                             idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

"Le nouveau venu se pencha négligemment à l'arrière et dirigea vers le foyer l'index et le pouce de sa main blanche et effilée ;  ces deux doigts s'allongèrent indéfiniment comme une paire de pincettes et prirent un charbon."

                                                                                                   idem

 

"Damnation !

Vous pouvez dire tout ce qu'il vous plaira ,
vous n'y gagnerez rien ; ce que je
ne me pardonne pas , c'est de vous
avoir écouté ici un moment... Je ne
permettrai pas que l'on arrête le cours
de ma vengeance ; si je fais grâce, ce
ne sera à la sollicitation de personne ;
je ne pardonnerais pas quand toute la
famille serait à mes pieds, et je les
ferais tous pendre , si mon pouvoir
égalait ma volonté. --- C'est fort bien,
monsieur, je vous avertis seulement,
que votre cruelle rigueur vous fera
détester de tous les hommes ; vous
pouvez vous aveugler sur votre pou-
voir et sur l'impunité ; l'opinion gé-
nérale saura bien démêler vos prati-
ques ; elle vengera une aussi cruelle
soif du sang : adieu, monsieur."

William Godwin       "Les Choses telles qu'elles sont"    ou

  "Les Aventures de Caleb Williams"  (1794)

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Le temps se passa ainsi, et, la nuit venue, j'attendis sans terreur le moment où j'allais m'échapper de ma chambre.  Seulement alors un frisson me prit ; de vagues images d'une fille séduite, qui fuit la maison paternelle, me passèrent devant les yeux comme des fantômes, pendant que je descendais l'escalier qui criait sous mes pas.  J'avais entrevu des tableaux où cela était représenté, et ils se dessinaient dans l'ombre en prenant ma figure.  Plus instruite que je ne l'étais, j'aurais peut-être reculé devant ces sombres avertissements ; mais j'avais contre moi la pureté de mon âme et l'ignorance de mes sens."

                                                                          Frédéric Soulié          Les Mémoires du Diable

 

"Et je sentais ce qu'il me disait : mon coeur bouillonnait, je frissonnais de tout mon être ; ma pensée, ma raison s'égaraient.  J'étais dans ses bras ; son haleine brûlait mon visage, ses lèvres retrouvèrent les miennes, et , quoique la nuit fût profonde, je fermais les yeux.  Je me laissais entraîner vers un crime que j'ignorais, mais qu'il me semblait que je ne devais pas voir ; je n'étais pas évanouie, mais j'étais dans les mains de Léon comme un corps inerte.  Un anéantissement douloureux du corps et de l'esprit me livrait à lui sans défense, il eût pu me tuer sans que j'en éprouvasse de douleur.  Je ne sentais plus rien ; il étreignit vainement ce corps sans âme, il chercha vainement un battement de mon coeur, il appela vainement un mot de ma bouche : je me sentais mourir, voilà tout.  Et j'étais coupable, déshonorée et flétrie que je ne savais pourquoi j'étais coupable, déshonorée et flétrie !  

Ce fut le cri de son bonheur qui m'éveilla de cet engourdissement ; je voulus le repousser et le maudire, mais ma parole demeura étouffée sous ses lèvres, et mes larmes se perdirent dans ses baisers.  J'étais à lui !  je pleurai : je venais de perdre une illusion, je venais d'apprendre ce que les hommes appellent le bonheur.  Le bonheur !  est-ce donc la profanation de l'amour ?"

                                                                                                                         idem

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Oui, quand je dirai qu'on m'a enfermée dans une tombe, loin de l'air et du sommeil, quand je donnerai les horribles  détails de cette captivité où je meurs, on me plaindra, on me devinera ; mais pourrais-je faire sentir à d'autres les horreurs d'une brutalité qui écrase et pétrit le coeur et la vie d'une malheureuse sous ses doigts insensibles ?" 

                                                                                 idem         

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"Au bord d'un lac tranquille

Je travaillais un soir à mon dernier asile.

Je creusais mon cercueil ; en moi-même absorbé

Je restai quelque temps sur ma bêche courbé.

Dans ces sombres objets, mon âme ensevelie

Aimait  à contempler le terme de la vie

Sans trouble, sans terreur, trop faible pour mes maux

D'avance je goûtais le calme des tombeaux."

Claude-Joseph Dorat   Lettre du Comte de Comminges à sa mère

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

"A présent chacun aspire à séparer sa personnalité des autres, chacun veut goûter lui-même la plénitude de la vie ; cependant, loin d’atteindre le but, tous les efforts humains n’aboutissent qu’à un suicide total, car, au lieu d’affirmer pleinement leur personnalité, ils tombent dans une solitude complète. En effet, en ce siècle, tous sont fractionnés en unités. Chacun s’isole dans son trou, s’écarte des autres, se cache, lui et son bien, s’éloigne de ses semblables et les éloigne de lui. Il amasse de la richesse tout seul, se félicite de sa puissance, de son opulence ; il ignore, l’insensé, que plus il amasse plus il s’enlise dans une impuissance fatale."

                                                  Fiodor Dostoïevski         Les Frères Karamazov

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Un Jour, être Pauvre 

(chanson de Gérard Manset)

Un jour, être pauvre, 
Détaché de tout 
Sans pleurer de rien, 

Sans rire de tout, 
Comme un enfant qui repose 
Dans la vérité des choses.
S'écarter de tout, sortir,
Se tenir debout
Comme un enfant sort du ventre et hurle,
S'écarter de tout.

Un jour, être pauvre,
Détaché du reste,
De l'autre côté du mur.
Pas le moindre geste,
Pas la moindre trace de haine,
Pas la moindre trace de fêlure, trace de brûlure,
Le moindre sentiment d'oubli.
De l'autre côté du mur,
Pas la moindre trace de fêlure, trace de brûlure,
Le calme au fond du lac.

Un jour, être pauvre
Sur un quai désert
Etre un bateau vide.
Tout le monde à terre.
Comme un enfant qui repose
Dans la vérité des choses,
S'éloigner de tout, apprendre
A tenir debout
Sur la mer immense et douce, apprendre,
A tenir debout

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Une infinie tendresse

(chanson de Catherine Ribeiro)

Brisée mais non vaincue

J'observe mes entrailles

Et mon coeur et mon corps

Partout couvert de  traces

Par nous ensanglatés

Par nous mes hommes, mes femmes

Par vous mes tant aimées

Par vous mes libertés

  Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Je suis dans l'ombre le reflet

 De vos vies sacrifiées

 Ma liberté dépend

De vous entièrement

Vos mots vos désespoirs

 Sont forces vives en moi

 Mes craintes, mes angoisses

 Vos raisons d'espérer

 Oh ! donnez-moi,  donnez-moi

 Cinq hommes désespérés

   Je connais nos faiblesses

Déclins crépusculaires

Formidables  courages

Que nos vies en  survie

Brûlons les  abattoirs

Levons nos poings  serrés

Craquelons nos  carcans

Déchaînons nos enfants

   Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 J'en ferai des montagnes

Des soleils, des brasiers

Des puissances d'amour

 Des infinies tendresses

 Des sexes gigantesques

 J'en ferai des grands fours

 Des aliénés d'amour

Des armures de  combat

 Des fous de poésies

De grandes symphonies

Nous serons là vivants

Témoignages  vivants

 D'un amour infini

D'une infinie  tendresse.

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Finir pêcheur

chanson de Gérard Manset

Un jour, finir pêcheur
Parce que ça grandit l'homme
Heureux comme ça
Pas gagner plus d'argent
Le matin, me lever
Pas connu, pas guetté
Parce que ça, ça fait mal
Ça fait mal à l'homme
La célébrité
Finir dans l'eau salée
Juste savoir compter
Vider le sablier
Puis tout oublier
Parce que ça grandit l'homme
De vivre sans parler
De vivre sans paroles
Et d'apprendre à se taire
Regarder sans rien faire
Regarder sans voir
Les enfants qui dansent

 


Au bord du miroir

Mais c'est toujours trop loin
Toujours dans le noir
Inaccessible
Pareil au coeur de la cible
Et c’est toujours trop loin

Un jour, finir quand même
Que personne s'en souvienne
L'écrive ou le dise
Vider sa valise
Brûler les journaux
Les tapis, les photos
Sans rien vouloir apprendre
Pour que les enfants sachent
Qu'on va quelque part
Quand on oublie tout
Qu'on oublie les coups
Qu'on déplie, qu'on secoue
Que la folie s'attrape
Qu'on déchire la nappe
Maladie tout à coup
Que tu portes à ton cou
Comme un collier de fleurs
De larmes et de couleurs

Un jour, finir pêcheur
Mollusque divin
Peau de parchemin
Mais c'est toujours trop loin
A portée de la main
Inaccessible
Pareil au coeur de la cible
Mais c'est toujours trop loin

Un jour, finir meilleur
Tuer le mal de l'homme
Se libérer de tout
Prendre dans la mer
Les coraux, les vipères
Et tout ça dans la main
Sans lumière et sans gaz
Et sans barbe qu'on rase

Un jour, finir pêcheur
Avaler le compteur
Regarder sans voir
Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre

Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre
Le calendrier

Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre

Gérard Manset
 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

François Richard Fleury         Valentine  de Milan attendant le retour de son époux

"Personne n'apprécie la bonté à sa juste valeur, car malheureusement, chacun y voit un reproche à son adresse."

                                                                                     Léon Tolstoi        Guerre et paix

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Gabriel Cornelius von Max          Lady Macbeth

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

"Au second acte, le décor représentait un cimetière couvert de monuments funèbres, et au milieu de la toile de fond on voyait un trou qui figurait la lune.  La nuit se fit sur la scène, au moyen d'abat-jour abaissés sur les quinquets ; les cors et les contrebasses jouèrent en sourdine, et une foule de gens, drapés de longs manteaux noirs, sortirent des coulisses.  Ils se mirent à agiter les bras comme des fous, et ils étaient en train de brandir un objet pointu qui ressemblait de loin à un poignard, lorsque d'autres hommes accoururent, en traînant de force la demoiselle en blanc."

                                                                              Léon Tolstoi           Guerre et paix 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

« Brusquement ma vie s’arrêta… Je n’avais plus de désirs.

Je savais qu’il n’y avait rien à désirer.

La vérité est que la vie était absurde.

J’étais arrivé à l’abîme et je voyais que, devant moi,

il n’y avait rien que la mort. » 

                                                                   Léon Tolstoi

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

Léon Tolstoi 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

Léon Tolstoi à Iasnaïa Poliana

 Gothique

  à  la  manière  des maîtres

du  genre

l'_éternité.png

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

Boris Christoff

" Non, il n’est pas mort, c’est impossible ! » se dit-elle. Dominant sa terreur, elle approcha de la couche funèbre, et posa ses lèvres sur la joue de son père ; mais à ce contact elle tressaillit et se rejeta en arrière : toute la tendresse qu’elle venait de ressentir s’évanouit pour faire place à un sentiment d’horreur et de crainte causé par ce qu’elle voyait devant elle. « Il n’est plus, il n’est plus, et à sa place quelque chose d’horrible, un mystère effrayant qui me glace et me repousse, murmurait la pauvre fille… Et, se cachant la figure dans les mains, elle tomba évanouie dans les bras du docteur qui l’avait suivie."                                                  Léon Tolstoi         Guerre et paix

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

Dominique Mertens        Là-bas (encre)

« Oui, j’ai souhaité sa mort, disait-elle tout haut dans son émotion. J’ai désiré voir finir cela plus vite, pour me reposer… Mais à quoi me servira ce repos, lorsqu’il ne sera plus ? »                      idem

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

 éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

 "Dans ce sombre monastère, les religieux se saluent en disant : Frère, il nous faut mourir !"

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

"Pleurez, bonnes gens,

car la vie le quitte.

Ses lèvres se sont tues ; 

Il ne répond plus.

Les lamentations funèbres !"

                                                          Modeste Moussorgski        paroles extraites

                                                                                                     de l'opéra "Boris Godounov"

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

Fédor Chaliapine, chanteur basse

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

Vera Ignatievna Moukhina        L'ouvrier et la kolkhozienne

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

"Il s'agite, il tremble, il appelle à l'aide :  

Mon Dieu, je souffre.

Ne pourrai-je donc jamais racheter mes péchés ?"

                               Modeste Moussorsgski             Boris Godounov

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

 

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

"L'amour, qu'est-ce que l'amour ? se disait-il. L'amour est la négation de la mort, l'amour c'est la vie ; tout ce que je comprends, je ne le comprends que par l'amour.  Tout est là !  L'amour, c'est Dieu, et mourir c'est le retour d'une parcelle d'amour qui est moi, à la source générale et éternelle."

                                                                           Léon Tolstoi         Guerre et paix

 éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry,léon tolstoi,blogs gothiques

Charles-Louis Muller      L' Appel des dernières victimes de la Terreur 

 

à bientôt pour de nouvelles découvertes gothiques... !

20/10/2013

AMOURS VAMPIRIQUES

AMOURS  VAMPIRIQUES

tesla2.jpg

"il profita indignement de cette occasion, imprima sans résistance des baisers sur ses joues et dévoiula sa gorge de ses mains téméraires.  Le prompt instinct de la pudeur la réveilla bientôt ; elle s'arracha de ses bras, versa des pleurs, poussa des cris et s'abandonna au plus mortel désespoir.  Rodolphe la laissa exhaler librement sa fureur : les gémissements de la douleur avaient déjà pour lui autant de charme que les sons d'une lyre mélodieuse.  L'égarement d'une femme qui, dans son délire, ne prend plus garde à son corps, le découvre et l'expose aux regards sans y songer, était devenu un spectacle délicieux pour son coeur perverti ; il en rassasia ses sens et le feu de la volupté l'embrasa de ses plus vives flammes.  Marie eut bientôt épuisé toutes ses forces et tomba sans respiration.  Elle ne put empêcher le monstre de la serrer de nouveau dans ses bras, de lui ravir ses baisers...

"Grâce !  Miséricorde !" fut tout ce que put prononcer sa voix gémissante."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 

"Non, tu vivras ; je ravirai de force ce que tu ne veux pas m'accorder.  Après t'avoir déshonorée, je te chasserai, je t'exposerai à la risée du peuple ; un héraut marchera devant toi et criera :

"La voilà, la prostituée ! La voilà !"  

christian-heinrich-spiess       le-petit-pierre

 teslavoltaspark7474.jpg

"L'embrasser avec toute la passion d'un désir furieux et puis lui donner la mort, telle était la pensée qui me poursuivait irrésistiblement."

e-t-a-hoffmann      les-elixirs-du-diable

1-286_3.jpg

dans_l'enfer_de_l'amour

Dans l'enfer de l'amour...

bobine de Tesla coul recadrée.jpg

Par pitié, mon ami.jpg

Par pitié, mon ami        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

Waterarcflybacksingle.jpg

"Nous le disons ici pour consoler toute femme chaste et prévenir toute femme légère : elle sentit profondément la perte de son innocence ; elle aurait voulu racheter de la moitié de sa vie, de sa vie toute entière l'heure unique qui, dans l'ivresse du plaisir, lui avait paru si délicieuse ; mais l'heure avait fui sans retour."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 princesse gothique à la croix ajourée.jpg

Jeune fille gothique        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

TeslaRotBreakoutTopView1000.jpg

"Mon coeur est mort à, l'amour ; je ne veux plus lui rendre aucun hommage.  J'ai senti tous ses plaisirs ; mais ses peines les ont tellement surpassées, qu'ils ne peuvent plus me séduire."

Christian  Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 

"Furieux, il s'élance vers l'échafaud et voir... le corps imprimé d'Agnès sur le sable, la tête séparée du tronc, cette tête dont les yeux ouverts à demi le pénètrent d'horreur et qui demandait vengeance !  A cette affreuse image, il perd connaissance et tombe.  Depuis une heure, Agnès n'était plus.  trois fois elle avait jeté des regards dans la foule, trois fois elle avait appelé rodolphe et elle était sortie de ce monde avec l'idée cruelle qu'il l'avait totalement oubliée, qu'il aurait pu la sauver s'il l'eût encore aimée."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 brush.jpeg

"Ils poursuivirent leur route : ils avaient déjà franchi la moitié des hautes montagnes de la Suisse, lorsqu'un de ces orages fréquents dans les pesantes soirées de l'été s'éleva derrière eux.  Ils pressèrent le pas de leurs chevaux pour arriver au gîte ; mais bientôt l'orage et la nuit les surprirent à la fois.  Enveloppés des plus épaisses ténèbres, ils s'écartèrent du chemin frayé et s'engagèrent dans la forêt.  L'éclair leur montrait par intervalles des abîmes prêts à les engloutir : ils reculaient d'épouvante et s'égaraient de plus en plus.  Enfin l'orage se dissipa et ils reprirent courage ; mais ils cherchèrent vainement leur route.

Vers minuit, ils aperçurent une lumière dans l'éloignement ; ils tâchèrent de s'en approcher.  Cette clarté partait d'un château illuminé qui s'élevait sur  un rocher au milieu de la forêt.  Ils prirent le sentier  étroit et tournoyant qui y conduisait et arrivèrent enfin à la porte : elle était fermée.  rodolphe appelle la vedette ; point de réponse.  Il ordonne de frapper ; soudain les portes s'ouvrent d'elles-mêmes.  le chevalier entre avec ses écuyers dans une cour spacieuse.  là, il attend que quelqu'un vienne lui demander son nom ; mais un morne silence régnait partout.  Déjà les cavaliers parlaient de fantômes ; plusieurs même voulaient retourner sur leurs pas ; mais, à leur grand étonnement, la porte s'était refermée derrière eux et il leur était impossible de lk'ouvrir.  Tout à coup retentit dans le lointain le son perçant d'une petite cloche ; bientôt des cloches plus fortes se firent entendre ; leur nombre allait toujours croissant : à la fin les oreilles furent assourdies de leur sonnerie bruyante ; les chevaux hérissèrent leurs crins et les cavaliers tremblants eurent peine à les contenir."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 bobine de tesla coul détailrecadré.jpg

"Nuit après nuit, je te tue dans mes rêves."

Walter Sparrow  dans le film  " Le Nombre 23"

lightning-30REC.jpg

"Désormais, un seul but peut retenir mon intérêt pendant les quelques années qui me restent à passer en ce monde : c'est d'exercer sur cette femme la vengeance dont un bras humain est encore capable, grâce à Dieu !"

 sheridan-le-fanu     carmilla

 

"Une nuit, la voix que j'avais coutume d'entendre au coeur des ténèbres fut remplacée par une autre, mélodieuse et tendre aussi bien que terrible, qui prononçait les paroles suivantes :

"Ta mère t'avertit de prendre garde à l'assassin."

Au même instant, une lumière soudaine jaillit devant mes yeux, et je vis Carmilla, debout près de mon lit, vêtue de sa chemise de nuit blanche, baignant du menton jusqu'aux pieds dans une immense tache de sang."

 eclairs1.jpg

 

"La connaissance est souvent douloureuse."

Sheridan Le Fanu        Ultor de Lacy

 orage.jpg

"A mon réveil, à la suite de ces rêves, je gardais le souvenir de m'être trouvée dans un lieu plein de ténèbres, et d'avoir conversé avec des êtres invisibles ; je me rappelais tout particulièrement une voie féminine très distincte, lente, au timbre grave, qui semblait venir de fort loin et ne manquait jamais de m'inspirer une indicible terreur solennelle.  Parfois, je sentais une main glisser lentement sur ma joue et sur mon cou.  Parfois encore, des lèvres brûlantes couvraient mon visage de baisers qui se faisaient plus appuyés et plus amoureux à mesure qu'ils atteignaient ma gorge où se fixait leur caresse.  les battements de mon coeur s'accéléraient ; je respirais plus vitte et plus profondément.  puis survenait une crise de sanglots qui me donnait une sensation d'étranglement et se transformait enfin en une convulsion effroyable au cours de laquelle je perdais l'usage de mes sens."  

 Sheridan Le Fanu      Carmilla

 

orage9.jpg

Je veux en finir avec toi.jpg

En finir avec toi        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Je fus tout étonnée de voir un très beau visage à l'expression solennelle en train de me regarder d'un côté du lit.  C'était celui d'une jeune fille agenouillée, les mains sous mon couvre-pied.  Je la contemplai avec un émerveillement ravi, et cessai de pleurnicher.  Elle me caressa de ses mains, puis s'étendit à côté de moi et m'attira contre elle en souriant.  Aussitôt, j'éprouvai un calme délicieux et je me rendormis.  Je fus réveillée par la sensation de deux aiguilles qui s'enfonçaient profondément dans ma gorge, et je poussai un cri perçant.  La jeune fille s'écarta d'un mouvement brusque, les yeux fixés sur moi, puis se laissa glisser sur le parquet, et, à ce qu'il me sembla, se cacha sous le lit."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

eclairs2.jpg

"Il y a longtemps que je t'aime,

jamais je ne t'oublierai..."

 

"Elle soupira, et ses beaux yeux noirs me lancèrent un regard passionné.  Or, à vrai dire, cette belle inconnue m'inspirait un sentiments inexplicable.  J'étais effectivement, selon ses propres termes, "attirée vers elle", mais j'éprouvais aussi une certaine répulsion à son égard.  Néanmoins, dans cet état d'âme ambigu, l'attirance l'emportait de beaucoup. Elle m'intéressait et me captivait car elle était très belle et possédait un charme indescriptible."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

eclair-4.jpg

"Il y a longtemps que je t'ai oubliée,

jamais plus je ne t'aimerai..."

 baiser vampirique.jpg

"JAMAIS PLUS..."

eclair-awalstra.jpg

"NEVER  MORE..."

 773px-Johann_Heinrich_Füssli_014.jpg

johann-heinrich-füssli       le-cauchemar

 eclair-4.jpg

"NEVER  MORE !!!   

JAMAIS  PLUS !!!"

 orage1.jpg

"Il en vint ensuite à souhaiter l'existence d'un succube, avec lequel il se plongerait  dans d'infernales amours, pour savoir ce qu'il y a au fond."

.....

"L'être mystérieux ne tarde pas à se manifester : c'est une haleine moite que le sculpteur trouve un jour à la vitre de son atelier, c'est un profil d'une beauté sombre dessiné au charbon sur un mur, c'est un souffle de femme dont il se sent effleuré pendant son sommeil.  Mais son désir reste associé aux images de sa frénésie marine : "La nuit trouvait en lui ainsi que la mer, une forte sympathie : c'étaient ses deux soeurs.  Aussi était-il désormais incapable d'aimer une autre femme qu'une brune aux yeux glauques : c'est ainsi qu'il se figurait son démon."  La formule qu'il emploie pour se donner à lui reste marquée de cette obsession : "Si tu veux de moi, ô mon beau démon, si tu as de longs cheveux noirs et de grands yeux couleur de l'onde, viens, je me donne à toi."

alphonse-esquiros     le-magicien

 

"Et puis comme la magie nous servira, ô mon amant, pour nous retrouver dans toutes les grandes sympathies du monde !  Pendant ton sommeil, je t'enverrai mes songes ; je suspendrai mon regard aux yeux des étoiles ; je cacherai dans les branches ou l'onde des fontaines des pensées d'amour, et les fontaines et les branches te les rediront au long bruit des vents et des flots ; je soufflerai sur ta coupe une magnétique haleine, et je suis sûre qu'après cela tu boiras mon âme..."

Alphonse Esquiros     Le Magicien

orage9.jpg

 "Il se dit même que ça devait être, aux clartés de la lune, un spectacle étrange que celui de ces dragons, ces hydres, ces sphinx, ces tarasques, ces hippogrigges frottant, l'un contre l'autre, avec un choc luxurieux, leurs ventres semés d'écailles." 

Alphonse esquiros      Le magicien

 orage2.jpg

 

"Mais est-il des mots pour peindre la déchéance de lucifer, l'astre du matin, qui fut précipité du gouffre de la perdition, où il demeure à jamais, chargé de chaînes de diamant et couché sur un lac de feu ?  Ma chute fut aussi radicale, aussi définitive ; j'ose même dire qu'elle fut pire, car il n'est rien de comparable aux tourments de l'être humain dans l'enfer de l'amour."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

 orage7.jpg

  succube MeistzeinbrachNBcontrasté.jpg

Succube Meistzeinbrach      figurine créée par l'auteur pour sa mise en scène

l'-antre-du-vampire

 orage8.JPG

citations gothiques,dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

    succube Füchtemborgd.jpg

Succube Füchtemborgd      figurine créée par l'auteur pour sa mise en scène

"L'Antre du vampire"

 orage4.jpg

"Mais Amour est un despote peu enclin à renoncer à ses conquêtes.  La jeune fille s'épuisait à en vouloir secouer le joug.  Ellle demeurait entièrement occupée de celui dont elle ne parvenait pas à effacer l'image. Suivait un poème du désenchantement : retombée la fièvre des sens, dissipés les rêves et les illusions, seule se faisait entendre la voix d'une âme qui pleure sur des ruines et dénonce dans une passion à son déclin la source de tous ses maux présents et futurs.  Une âme qui, consumée de langueur, sent peu à peu se refermer sur elle la froide étreinte du désespoir, qui attend dans l'angoisse l'instant où "se déchirera le cordon d'argent et se brisera la coupe d'or."  Les accents du poème n'étaient pas de ceux que dicte une quelconque infortune ; ils ressortissaient au délire visionnaire de l'amour et du remords."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

 Lamentation d'amour.jpg

Lamentation d'amour          encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

orage6.jpg

-  "Où est-elle allée ?  Je vous en supplie, poursuivez ...!  Où votre âme est-elle allée ?

- Il m'est interdit de le révéler, et d'ailleurs vous n'êtes pas de taille à supporter les secrets du royaume des ombres.  Si je vous dévoilais leurs oeuvres, ceux auxquels j'obéis, et dont je suis environné à tout moment, surgiraient devant vous dans un jaillissement d'éclairs et m'emporteraient dans la nuit."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

orage3.jpg

Amours me fait désirer

(complainte médiévale)

Amours me fait désirer 

Et aimer

Mais si folletement

Que je ne puis espérer

Ni penser

Ni imaginer nullement

Que le doux et noble visage

Qui m'éprend

Doive me donner joie,

Ainsi amour ne fait véritablement

Que je l'aie sans implorer.

Ainsi l'ai-je sans implorer.

Ainsi ai-je si durement souffert

Que poursuivre je ne puis plus longtemps

Car en mon coeur je veux cacher

Et porter 

Cet amour secrètement,

Sans requérir allégeance,

Ma vie veux finir de meilleure manière

Qu'en tourments.

Ainsi n'ai-je préoccupation vraiment

Que je l'aie sans implorer,

Mais désir fait embraser

Et douter

Cet amour si âprement

Que tout m'en fait oublier

Et que en dehors d'elle je n'ai nulle pensée,

Et à cause de cela, amoureusement,

Avec discrétion, patience, docilité, soumission,

Je languis sans joie goûter.

Ainsi j'en mourrai, si bientôt elle ne consent

Que je l'aie sans l'implorer.

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

 Pureté.jpg

Pureté       encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

"La fidélité prit naissance dans le coeur d'une femme.  Mais depuis que le doute soupçonneux s'est introduit sur la terre, les amis se sont rompus ; ceux qu'on avait séparés ne se sont retrouvés qu'avec froideur ; les mères elles-mêmes ont regardé leurs enfants avec des pensées de terreur ou de haine, et cependant l'amour n'a jamais eu d'asile plus pur que le coeur d'une femme, s'il est vrai que jamais une femme ait aimé comme moi."

Charles Robert Maturin      Bertram, ou Le Château de Saint-Aldobrand

 dans l'enfer de l'amour, bertram, maturin

 honoré_de_fragonard   illustration pour le roman 

bertram_ou_ le_château_de_saint_aldobrand

roman de charles_robert_maturin

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

"Une nuit qu'il attendait vainement le repos, et qu'il avait même éteint sa bougie, il entendit distinctement un gémissement sourd et prolongé qui troubla le silence profond et habituel du donjon."

ann_radcliffe_julia_ou_les_souterrains-du_château_de_manzini

(titre original : "a_sicilian_romance")

dans l'enfer de l'amour,bertram, anne radcliffe,maturin

"Tu es à moi !" 

bellin_de_la_liborlière       la_nuit_anglaise

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

Ensemble sous la pluie        encre de l'auteur, Dominique Mertens

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

"Tu m'appartiens !"

 dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin