20/10/2017

DANS SES YEUX JE VOYAIS MA VIE

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"Il aimait ce moment où les dernières clartés s'éteignent, où les étoiles, l'une après l'autre, viennent briller dans l'espace et se réfléchir sur le miroir des eaux ; moment touchant et doux, où l'âme dilatée s'ouvre aux plus tendres sentiments, aux contemplations les plus sublimes."

Ann Radcliffe          Les Mystères d'Udolphe 

libellule2.jpg

 

Juste avant l'exil 

chanson de Gérard Manset


Juste avant l'exil,
On pose un dernier regard sur sa ville,
Les colliers de fleurs que les hommes enfilent
Et plus loin, sur le bord du quai,
Le secret que personne ne sait,
C'est qu'on est né ici
Et qu'on sait ce qu'on va laisser,
Alors on reste assis
Juste avant l'exil.
Ça semblait facile
De tout quitter.
On était le loup sans son collier,
L'arbre sans son espalier

Mais quand le sable a quitté le sablier,
Que le marbre et la pierre se sont brisés,
Que le chêne a fini quand même par retomber,

On se retrouve comme on est né
A nouveau dans un monde damnés,
A nouveau dans un monde damnés,
Sans rien ni personne pour nous aider.

Juste avant l'exil,
Juste avant l'exil,
Avant le dernier regard sur la ville,
Dans le bruit des trains qui défilent
Et là-bas, sur le bord du quai,
Comme la flamme d'un briquet,
Dans une main qui tremble,
Ce visage, on le connaît :
Il nous ressemble.
Juste avant l'exil,
Que cherche-t-il vers l'horizon ?
Le dessein dans la forme d'une maison
Ou peut-être la guérison 

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

           Dominique Mertens          Ma rencontre avec Adelheide           

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"Oh ! combien il serait doux de parler longtemps du bonheur de Valancourt et d'Emilie !  de dire avec quelle joie, après avoir souffert l'oppression des méchants et le mépris des faibles, ils furent enfin rendus l'un à l'autre ; avec quel plaisir ils retrouvèrent les paysages chéris de leur patrie !  Combien il serait doux de raconter comment, rentrés dans la route qui conduit  le plus sûrement   au bonheur, tendant sans cesse à la perfection de leur intelligence, ils jouirent  des douceurs d'une société éclairée, des plaisirs d'une bienfaisance active, et comment les bosquets de La Vallée redevinrent le séjour de la sagesse et le temple de la félicité domestique ! ......"

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"..... Puisse-t-il du moins avoir été utile de démontrer que le vice peut quelquefois affliger la vertu ; mais que son pouvoir est passager, et son châtiment certain !  Tandis que la vertu froissée par l'injustice, mais appuyée sur la patience, triomphe enfin de l'infortune.

Et si la faible main qui a tracé cette histoire a pu, par ses tableaux, soulager un moment la tristesse de l'affligé, par sa morale consolante si elle a pu lui apprendre à en supporter le fardeau, ses humbles efforts n'auront pas été vains, et l'auteur aura reçu sa récompense."

(extrait de la conclusion du roman d'Ann Radcliffe, "Les Mystères d'Udolphe")

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 "Leur vie passée offrit un exemple d'épreuves bien dures et leur vie présente un modèle de vertus grandement récompensées; et ils continuèrent de mériter cette récompense.  Car leur bonheur ne se bornait pas à eux seuls, mais ils le faisaient sentir à tous les individus  qui vivaient dans la sphère de leur influence.  L'indigent et l'infortuné avaient à se louer de leur bienveillance, l'homme vertueux et éclairé, de leur amitié, et leurs enfants, d'aavoir des parents dont l'exemple imprimait dans leurs coeurs les préceptes qu'ils offraient à leur esprit."

(extrait de la conclusion du roman d'Ann Radcliffe, "Les Mystères de la forêt")

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 Lovis Corinth        Adam et Eve 

"Le comte et la comtesse Masérini, lord et lady Milverne, jouirent longtemps d'une félicité parfaite.  Ils eurent chacun plusieurs enfants qui devinrent l'ornement et le modèle de leur siècle.  Le temps semblait ajouter chaque jour quelque chose à leur bonheur, et le déclin de leur vie fut comme la fin d'un beau jour, où le soleil en se couchant, brille des rayons les plus purs, jusqu'à ce qu'il ait entièrement disparu de dessous l'horizon."

                                          Geoge Moore     L'Abbaye de Grasville

bonheur,ann radcliffe, george moore, gothique,fantastique

"Ah ! jamais la solitude n'a plu à des êtres trop dissipés et frivoles ; elle ne convient qu'à des coeurs purs, seuls capables d'en goûter les charmes."

                                                             Charlotte Dacre        Zofloya, ou la Maure 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore

"Ainsi, après divers incidents autant étranges que déprimants, Matilda reçut la récompense de sa persévérance, de sa force d'âme, et de sa vertueuse abnégation.  Une conscience de remplir ses nombreux devoirs assura son bonheur , aussi,  lorqu'elle écrivit la conclusion de ses aventures à sa Mère Sainte-Madeleine bien-aimée, ne dit-elle pas :  de vous, j'ai appris la résignation, et une certaine dépendance vis à vis d'un Etre qui n'abandonne jamais celui qui est vertueux.  De vous, j'ai appris à ne jamais désespérer.  De vos préceptes et de vos mises en garde, je vous suis redevable de n'avoir pris le voile, et je crois fermement que, appelée à un état supérieur, je me souviendrai toujours que les infortunés ont des suppliques à adresser aux coeurs de ceux que Dieu a bénis avec générosité, et que, grâce à vos ressources, vouées à expérimenter toutes les bénédictions de la vie, je vais ressentir comme un devoir d'étendre par des vertus vivaces, et au mieux de mes capacités, ces bénédictions à d'autres, moins chanceux que moi."

                                                                    Eliza Parsons          Le Château de Wolfenbach

                                                                                            (traduction Dominique Mertens)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore

 ქრისტე აღსდგა მკვდრეთით,
სიკვდილითა სიკვდილისა დამთრგუნველი
და საფლავების შინათა
ცხოვრების მიმნიჭებელი !

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

"Tu voudrais être aimée ?

Puisse donc ton cœur ne pas s’écarter

de son actuel cheminement !

Étant en tous points ce que tu es maintenant,

ne sois rien de ce que tu n’es pas.

Ainsi, pour le monde, tes nobles façons,

ta grâce, bien plus que de la beauté,

seront un thème sans fin de louange,

un simple devoir rendu à l'amour."

                                                                 Edgar Allan Poe

                                                                        poème            à  F.-S. O.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons       Hermia et Lysander

(Songe d'une nuit d'été)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

Dominique Mertens       Adelheide, l'héroïne de mon roman

"Ils me montraient leurs arbres, et j'étais incapable de comprendre le degré d'amour avec lequel ils les regardaient : comme s'ils parlaient avec des êtres qui leur étaient semblables.  Et vous savez, je ne me tromperai pas, peut-être, si je dis qu'ils conversaient !  Oui, ils avaient trouvé leur langue, et je suis convaincu que les arbres les comprenaient.  Ainsi  regardaient-ils toute la nature  -les animaux, qui vivaient avec eux dans la concorde, ne les attaquaient pas et les aimaient, vaincus par leur amour.  Ils me montraient les étoiles et ils me parlaient d'elles à propos de quelque chose que je n'arrivais pas à comprendre, mais je suis convaincu que, d'une façon ou d'une autre, ils communiquaient avec les étoiles du ciel, et pas seulement par la pensée, non, par je ne sais quel moyen vivant.  Oh, ces gens, ils ne s'acharnaient pas à ce que je les comprenne, ils m'aimaient même sans cela, et pourtant je savais qu'eux non plus, ils ne me comprenaient jamais, et c'est pourquoi je ne leur parlais presque pas de notre terre,.  Je me contentais d'embrasser devant eux la terre sur laquelle ils vivaient et, sans paroles, je les adorais tous, et eux, ils voyaient cela et me laissaient les adorer, sans avoir honte de mon adoration, parce qu'ils étaient eux-mêmes pleins d'amour."

                        Fiodor Dostoïevski         Le Rêve d'un homme ridicule

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

 John Simmons        Le Songe d'une nuit d'été

 

An die Freunde

             Ode à la Joie        

poème de Friedrich Schiller  (extrait)

 version française :

Ô amis, pas de ces accents !

Laissez-nous en entonner de plus agréables,

Et de plus joyeux !

Joie, belle étincelle divine,

Fille de l'assemblée des dieux,

Nous pénétrons, ivres de feu,

Ton sanctuaire céleste !

Tes charmes assemblent

Ce que, sévèrement, les coutumes divisent ;

Tous les humains deviennent frères,

lorsque se déploie ton aile douce.

Celui qui, d'un coup de maître,

a réussi

D'un ami d'être l'ami ;

Qui a fait sienne une femme accorte,

Qu'il mêle son allégresse à la nôtre !

Oui, et même celui qui ne peut appeler sienne

Qu'une seule âme sur la Terre !

Mais celui qui jamais ne l'a su,

Qu'en larmes il se retire, de cette union !

Tous les êtres boivent la joie

Aux seins de la nature ;

Tous les bons, tous les méchants,

Suivent sa trace parsemée de roses.

Elle nous a donné des baisers et la vigne ;

Un ami, éprouvé par la mort ;

La volupté fut donnée au vermisseau,

Et le Chérubin se tient devant Dieu.

Joyeux, comme ses soleils volant

À travers le somptueux dessein du ciel,

Hâtez-vous, frères, sur votre route,

Joyeux comme un héros vers la victoire.

Soyez enlacés, millions.

Ce baiser au monde entier !

Frères ! Au-dessus de la voûte étoilée

Doit habiter un père bien-aimé.

Vous vous effondrez, millions ?

Monde, as-tu pressenti le Créateur ?

Cherche-le par-delà le firmament !

C'est au-dessus des étoiles qu'il doit habiter.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John simmons      Le Songe d'une nuit d'été

version allemande :

Freude, schöner Götterfunken

Tochter aus Elysium,

Wir betreten feuertrunken,

Himmlische, dein Heiligtum !

Deine Zauber binden wieder

Was die Mode streng geteilt ;

Alle Menschen werden Brüder

Wo dein sanfter Flügel weilt.

Wem der große Wurf gelungen,

Eines Freundes Freund zu sein ;

Wer ein holdes Weib errungen,

Mische seinen Jubel ein !

Ja, wer auch nur eine Seele

Sein nennt auf dem Erdenrund!

Und wer's nie gekonnt, der stehle

Weinend sich aus diesem Bund !

Freude trinken alle Wesen

An den Brüsten der Natur ;

Alle Guten, alle Bösen

Folgen ihrer Rosenspur.

Küsse gab sie uns und Reben,

Einen Freund, geprüft im Tod ;

Wollust ward dem Wurm gegeben,

und der Cherub steht vor Gott.

Froh, wie seine Sonnen fliegen

Durch des Himmels prächt'gen Plan,

Laufet, Brüder, eure Bahn,

Freudig, wie ein Held zum Siegen.

Seid umschlungen, Millionen !

Diesen Kuß der ganzen Welt !

Brüder, über'm Sternenzelt

Muß ein lieber Vater wohnen.

Ihr stürzt nieder, Millionen ?

Ahnest du den Schöpfer, Welt ?

Such' ihn über'm Sternenzelt !

Über Sternen muß er wohnen.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons        There lies Titania

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons        Titania lying on a leaf

 

ADELHEIDE

(mélodie de Ludwig von Beethoven,

paroles de Friedrich Mathisson, 1795)

Ton ami erre seul dans le jardin nimbé de lumière

par le tamis tremblant de ses branches fleuries, Adelaide !

 

Dans le jet d'eau étincelant sur la neige des Alpes,

Dans les nuages d'or du crépuscule,

Dans le champ des étoiles,

Ton image brille, Adelheide !

 

Les feuilles tendres chuchotent dans la brise du soir,

Les cloches argentées du muguet sont le carillon de Mai,

Les vagues murmurent et les rossignols sifflent, Adelheide !

 

Un jour, ô merveille, sur ma tombe poussera 

Une fleur des cendres de mon coeur,

Et de chaque fleur pourpre brillera ton nom, Adelheide !

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons       Titania

"Il ne sut pas comment cela se passa, mais il se sentit soulevé par une force inconnue et jeté aux pieds de Sonia. Il pleurait et il étreignait ses genoux. Au premier moment, elle s’effraya terriblement et son visage devint mortellement pâle. Elle bondit et, toute tremblante, elle se mit à le regarder. Mais – 774 – immédiatement, à l’instant même, elle comprit tout. Un bonheur infini brilla dans ses yeux ; elle avait compris, elle n’avait plus de doute maintenant, il l’aimait, il l’aimait d’un amour sans limite et son heure était enfin venue… Ils voulaient parler, mais ils ne le pouvaient pas. Les larmes inondaient leurs yeux. Ils étaient hâves tous les deux ; mais ces visages maladifs et pâles s’auréolaient déjà du renouveau futur, de la résurrection totale à une vie nouvelle. L’amour les avait ressuscités ; le cœur de l’un contenait des sources intarissables de vie pour l’autre."

                                                                           Fiodor Dostoïevski        Crime et châtiment

"Fiodor Dostoïevski, un talent cruel"

                                                                                                           Mikhailovski, critique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Franck Pauwels   (connu sous le nom italianisé de Paolo Fiammingo)     Amori reciproco amore

"Ce que je sais, c'est que nous vivons, nous souffrons et nous mourons bêtes, sans savoir ni pourquoi ni comment.  Je sais encore que notre plus grande erreur est de trop désirer le bonheur, tandis que la vie reste indifférente à nos désirs : si nous sommes heureux, c'est par hasard ; et si nous sommes malheureux, c'est encore par hasard.  Dans cette mer pleine d'écueils qu'est la vie, notre barque est à la merci des vents, et notre adresse  ne peut éviter  que peu de choses.  Et c'est inutile d'accuser quelqu'un, ou d'accrocher son espoir à quelque chose : on est destiné au bonheur ou au malheur avant de sortir du ventre de sa mère.  Heureux est celui qui sent le moins ou qui ne sent rien, et malheureux est celui qui sent et qui veut : il n'a jamais assez."

                                               Panaït Istrati       oncle Anghel - les récits d'Adrien Zograffi

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Franck Pauwels        Amori amore letheo

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Dominique Mertens       La source de la Vie (encre) 

 

Hymne à la Vie

un poème de Mère Térésa

 La vie est beauté, admire-la.

La vie est félicité, profites-en.

La vie est un rêve, réalise-le.

La vie est un défi, relève-le.

La vie est un devoir, fais-le.

La vie est un jeu, joue-le.

La vie est précieuse, soigne-la bien.

La vie est richesse, conserve-la.

La vie est amour, jouis-en.

La vie est un mystère, pénètre-le.

La vie est une promesse, tiens-la.

La vie est tristesse, dépasse-la.

La vie est un hymne, chante-le.

La vie est un combat, accepte-le.

La vie est une tragédie, lutte avec elle.

La vie est une aventure, ose-la

La vie est bonheur, mérite-le.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Mère Térésa 

 "Premier jour dans la forêt. J’étais joyeux et las, toutes les bêtes s’approchaient de moi et me considéraient, sur les arbres à feuilles étaient posés des coléoptères et des « scarabées onctueux » se traînaient sur le chemin. Soyez les bienvenus, pensais-je. L’atmosphère de la forêt allait et venait à travers mes sens, je pleurais de tendresse et j’en étais absolument joyeux, j’étais éperdu d’actions de grâce. Toi, bonne forêt, mon foyer, paix de Dieu, je dois te dire du fond de mon cœur... Je m’arrête, me tourne dans toutes les directions et nomme en pleurant les oiseaux, les arbres, les pierres, l’herbe et les marais par leur nom, je regarde autour de moi et je les nomme en litanies. Je lève les yeux vers les montagnes et pense : Oui, me voilà ! comme si je répondais à un appel."

                                                           Knut Hamsun        Pan 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

John Simmons       Titania se reposant

"Ne t'estimes heureux que le jour

où toutes tes joies naîtront de toi-même."

                                                                                                               Sénèque       Lettres à Lucillius 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Angellore        Errances pochette cd

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Ivan Aivazovsky        Jésus marchant sur l'eau

"Il y a mille ans, un moine, vêtu de noir, cheminait dans le désert, en Syrie ou en Arabie. 20 À quelques mètres de l’endroit où il passait, des pêcheurs virent un autre moine qui marchait lentement sur l’eau d’un lac. Le second moine était un mirage. Perdez de vue maintenant toutes les lois de l’optique que la légende, semble-t-il, ignore, et écoutez ce qui suit. De ce mirage en naquit un second, du second un troisième, en sorte que l’image du moine noir se transmit à l’infini d’une couche de l’atmosphère dans l’autre. On la voyait tantôt en Afrique, tantôt en Espagne, tantôt aux Indes, tantôt dans l’extrême Nord... Elle sortit enfin des limites de l’atmosphère terrestre, et, maintenant elle erre dans l’univers entier, sans pouvoir se trouver jamais dans des conditions où elle pourrait disparaître."

                                                                          Anton Tchékhov      Le Moine noir

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

"Une jeune fille à l'imagination malade entendit une nuit, dans un jardin, des sons mystérieux, si beaux et si étranges, qu'elle dut les regarder comme une harmonie sacrée, incompréhensible pour nous, mortels, et qui, pour cette raison, s'en retourne aux cieux."

                                                                                                 Anton Tchékhov        Le Moine noir

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

 la MUSIQUE  AFRICAINE,

pure source de bonheur

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Rokia Traoré

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Sona Jobarteh

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Toumani Sibiti Diabaté

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Habib Koité

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

Solo et Indré, une magnifique fusion de deux cultures 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

 

 ..... à suivre .....

23/04/2016

EVOCATION D'UNE ENTITE

lune-de-sang_rec.jpg

la_tour_du_château_rouge.jpg

bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière, ann radcliffe, gothique, spiritisme, occultisme,

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 "Plongée dans cette rêverie à laquelle elle trouvait des charmes, elle n'avait pas entendu l'horloge du château sonner une heure.  Elle fut réveillée par le cri funèbre d'un oiseau de nuit qui vint se poser au milieu de quelques cyprès plantés à peu de distance de ses fenêtres.  Ce cri rauque et déchirant la fit tressaillir.  Elle ferma la croisée.  Sa lumière qui était près de finir ne jetait plus que par intervalles une faible lueur qui donnait à tous les objets une forme sombre et vacillante.  Célestine, émue, la souffla, acheva de se déshabiller, et se mit au lit."

louis_françois_marie_ bellin_de_la_liborlière      

célestine_ou_les_époux_sans_l'_être

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

duel         encre de l'auteur

 bellin de la liborlière,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 "Que s'embrase la Salamandre !

Et que l'Ondine ondule !

Que s'efface le Sylphe

Et qu'œuvre le Cobolt !"

 "Fonds en flammes, Salamandre !

Que fusionnent les flots, bruissante Ondine !

Que le Sylphe luise en un beau météore !

Incube !  Incube !  Apporte l'aide domestique !

Apparais et parachève !

 S'est-on, compère,

Sauvé de l'Enfer ?

Voici le signe alors

Devant moi se prosternent

Les cohortes noires.

 Etre réprouvé

Peux-tu déchiffrer

Le non-engendré

Et l'inexprimé

Par les cieux forgés

Par crime transpercé ?"

 

 

"Il n'y avait qu'un moment qu'elle était endormie, lorsqu'elle fut réveillée par un léger bruit qu'elle crut entendre dans sa chambre.  Son premier mouvement fut de crier, mais comme ce bruit n'avait rien d'alarmant, elle se retint et écouta.  A la faible agitation qui l'avait frappée d'abord, succéda un craquement comme celui d'os qui se disloquent.  Une clarté pâle et tremblante commença à se répandre dans l'appartement.  elle vit errer sur ses rideaux une espèce d'ombre qui tournoyait lentement, et elle entendit pousser un long soupir  à peu de distance de son lit." 

louis_françois_marie_bellin_de_la-liborlière  

                                                   célestine_ou_les_époux_sans_l'_être 

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Elle se crut encore endormie.  Elle se leva sur son séant, se frotta les yeux.  Un second soupir plus plaintif encore que le premier lui prouva qu'elle avait parfaitement l'usage de ses sens.  Elle ouvrit vivement son rideau, et aperçut vis-à-vis d'elle un fantôme d'une taille gigantesque.  Une longue simarre couleur de sang le couvrait de la tête aux pieds.  Son visage, d'une pâleur effrayante, était livide et décharné.  Ses yeux creux et enfoncés avaient une expression terrible.  Des cheveux noirs et hérissés retombaient sur son front.  Un poignard étincelait dans sa main, et sa tête était chargée d'un énorme casque d'où sortait cette lumière bleuâtre qui ne le faisait distinguer à demi que pour le rendre plus effroyable."

louis_françois_marie_bellin_de_la_liborlière   

 célestine_ou_les_époux_sans_l'_être

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

franz_simm       

(illustration colorisée du Faust de Goethe)

(Nom de l’esprit),

Où que tu sois,
Je fais appel à toi
Sur les ailes de ces mots qui se déplacent,
Quelle que soit la distance,
Traverse le temps et l’espace
Et apparais en ma présence."

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

gog_et_magog s'affrontent

 "Toi qui vécut hier,

Je t’appelle d’esprit à esprit,


Reviens de l’ombre ou de la lumière


Et manifeste-toi ici."

 bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Dieu et Déesse, Esprits Anciens,
Forces des éléments des quatre points,
Dans ce cercle sacré ne laissez entrer que le bien,
De ce cercle sacré ne laissez sortir que le bien,
Protégez-le par votre puissance,
Avec parfait amour et en parfaite confiance."

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 "Dieu et Déesse, Esprits Anciens,

Forces des éléments des quatre points,
Dans ce cercle sacré ne laissez entrer que le bien,
De ce cercle sacré ne laissez sortir que le bien,
Protégez-le par votre puissance,
Avec parfait amour et en parfaite confiance."
.

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Lilith, Je suis homme et ton humble demandeur.

Je te prie de me faire don de ta sagesse et ton amour.

 Amen, amen, amen."

bellin de la liborlière,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Le crime… et une justice éternelle !

Le crime… et un Dieu qui peut tout !

Dieu que je ne puis concevoir !

Dieu dont la puissance et les œuvres confondent

mes idées et révoltent ma raison. 

Toi à qui je n'ai pas demandé le don funeste de la Vie.

Toi qui dus prévoir mon affreuse destinée,

et qui cependant me rejetteras sur la terre.

Toi qui m'as plongé dans l'abîme où je suis,

anéantis du moins en moi le sentiment de mon existence.

Reprends-moi la pensée ; elle irrite mes maux,

elle aigrit ma fureur, et n'inspire à mon âme

 qu'un doute sacrilège et d'horribles blasphèmes."

jacques_marie_boutet_dit_monvel         les_victimes_cloîtrées

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Lorsque la mélodie fut achevée,

les fantômes crièrent de nouveau trois fois : 

 "Justice !  Vengeance !"

et traversant silencieusement des passages étroits et obliques,

ils retournèrent dans les fosses d'où ils étaient sortis.

 Les pierres s'abattirent avec grand bruit.  

Une image de la Vierge sur laquelle Mr Dabaud avait les yeux fixés

pencha la tête et  s'agita avec violence ;

les cierges s'éteignirent et une voix sépulcrale prononça :

"Souvenez-vous en !"

bellin_de_la_liborlière       la_nuit_anglaise

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Per Adonai Eloim, Adonai Jehova, Adonai Sabaoth, Metraton Ou Agla Methon, berbum pythonicum mysterium salamandrae, conventus sylvorum, antra gnomorum, daemonia Coeli God, Almonsin, Gibor, Jehosua, Evam, Zariathnatmik, Veni, veni, veni."

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 

"Elle se crut encore endormie. 

Elle se leva sur son séant, se frotta les yeux. 

Un second soupir plus plaintif encore que le premier

lui prouva qu'elle avait parfaitement l'usage de ses sens. 

Elle ouvrit vivement son rideau,

et aperçut vis-à-vis d'elle un fantôme d'une taille gigantesque. 

Une longue simarre couleur de sang

le couvrait de la tête aux pieds. 

Son visage, d'une pâleur effrayante, était livide et décharné. 

Ses yeux creux et enfoncés avaient une expression terrible. 

Des cheveux noirs et hérissés retombaient sur son front. 

Un poignard étincelait dans sa main,

et sa tête était chargée d'un énorme casque

d'où sortait cette lumière bleuâtre  

qui ne le faisait distinguer à demi

que pour le rendre plus effroyable."

louis_françois_marie_ bellin_de_la_liborlière      

célestine_ou_les_époux_sans_l'_être

 

"C'est toi, (nom de la personne à envoûter)

fils de (ou fille de) Adonay Tsebaoth,

le Seigneur des armées du ciel et de la terre,

c'est toi qui es ici présent,(e)

c'est toi que je touche"

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

"Je vous le dis encore une fois : n'invoquez aucun esprit que vous ne puissiez dominer, j'entends aucun esprit qui, à son tour, puisse invoquer quelque chose contre vous par quoi vos stratagèmes les plus puissants seraient réduits à néant.

Adressez-vous aux petits, de crainte que les grands ne veuillent pas vous répondre et ordonnent à votre place."

Howard Phillips Lovecraft          L'Affaire Charles Dexter Ward

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella

"Dies mies jeschet boene doesef douvema enitemaus"

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme

Lindenschmidt,   un des personnages centraux de mon roman

encre de l'auteur

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

                                         bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft                           

Y'AING'NGAH     AI'F     YOG-SOTHOTH

H'EE-L'GEB     SOTHOTH     F'AITHRODOG

AI'Y     UAAAH

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

 U

OG'THROD     GEB'L-EE'H     YOG-'NGAH'NG

                          ZHRO                                                   

                                                                                                                      

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabellabellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella

bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella,howard phillips lovecraft

 bellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabellabellin de la liborlière,jacques boutet de monvel,goethe,faust,ann radcliffe,gothique,spiritisme,occultisme,arabella

21/09/2014

Le CHAOS GOTHIQUE

CHAOS  GOTHIQUE

              Quand tout s'effondre autour de nous...                    chaos_1.jpg

chaos_gothique.jpg

chaos_gothique_COL.jpg

... comment ne pas perdre pied ?

chaos,gothique,chaotique

salvator-rosa       gravure

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

"Mon nom étoit écrit dans la page la plus noire et la plus funeste du livre des destinées ; il étoit accompagné d'une multitude d'arrêts terribles que j'étois condamné à subir successivement."

abbé-prévost        le_philosophe_anglais,  ou  histoire_de_mr._cleveland 

chaos,gothique,chaotique

wicca.jpg

Peut-on vraiment se raccrocher à ce que nous enseigne la vie ? 

chaos,gothique,chaotique

Self-portrait_of_Salvator_Rosa_rec.jpg

salvator_rosa      autoportrait

 chaos,gothique,chaotique

  château_d'_eltz.jpg

se frayer un chemin au travers du chaos ?

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

 sainte_cécile_catacombe_san_callistoREC.jpg

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique     

ils se consument pour l'éternité...

chaos,gothique,chaotique

       felice_ficherelli        le viol de Lucrèce      

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 "Les cheveux hérissez, j'entre en des resveries

De contes, de sorciers, de sabaths, de furies ;

J'erre dans les enfers, je raude dans les cieux ;

L'âme de mon ayeul se présente à mes yeux ;

Ce fantôme léger, coiffé d'un vieux suaire,

Et tristement vestu d'un long drap mortuaire,

A pas affreux et lents s'approche de mon lit ;

Mon sang en est glacé, mon visage en paslit,

De frayeur mon bonnet sur mes cheveux se dresse,

Je sens sur l'estomach un fardeau qui m'oppresse.

Je voudrais bien crier, mais je l'essaye en vain :

Il me ferme la bouche avec sa froide main." 

marc_antoine_de_gérard,  sieur_de_saint_amant         les_visions

chaos, gothique, chaotique,

chaos, gothique, chaotique,chaos, gothique, chaotique,chaos, gothique, chaotique,chaos, gothique, chaotique,chaos, gothique, chaotique,

 chaos, gothique, chaotique,

   "Julia tremblait en y entrant ; mais son émotion fut bien plus grande lorsqu'elle aperçut à quelque distance et à travers les arbres, un édifice ruiné : elle n'en voyait qu'une partie ; mais à mesure qu'elle en approchait, les différents corps du bâtiment se développèrent à ses yeux, et la frappèrent d'une frayeur qu'elle n'avait jamais éprouvée.  Les créneaux brisés sur lesquels serpentait le lierre, attestaient  l'ancienne splendeur de l'édifice ; mais les fenêtres dégradées, et la hauteur du gazon dans les cours, semblaient dire que depuis longtemps personne n'y avait mis le pied.  Ce lieu ne paraissait propre qu'à la violence et à la destruction, et les infortunées captives s'y crurent dévouées quand elles furent arrivées à la porte de cet affreux séjour."

Anne Radcliffe        Julia, ou Les Souterrains du château de Mazzini

 chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

errer...

chaos,gothique,chaotique

"Le château qui se dressait à ma vue, constituait un objet aussi effrayant que pittoresque.  Ses murs lourds, teintés de clair de lune d'un éclat solennel , ses vieilles tours partiellement en ruines, se dressant au milieu des nuages, donnant l'impression de jeter un regard menaçant sur les plaines alentour, ses remparts altiers envahis par le lierre, et ses portails à deux vantaux, déployés en l'honneur de son habitant imaginaire, tout cela me donne le sentiment d'une horreur pleine de tristesse révérencieuse."

                                                 mathew_gregory_lewis       the_castle-spectre

chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

"Alors il enfila le premier un passage long et étroit qui se trouvait sur la gauche.  Au bout était un escalier de quatre ou cinq marches qui descendait dans un assez vaste corridor, le long duquel on voyait plusieurs portes placées à des distances égales."

Anne Radcliffe        Julia, ou Les Souterrains du château de Mazzini

chaos,gothique,chaotique

évoluer vers quelle ultime forme de sagesse ?

 chaos,gothique,chaotique

"Ce lieu rempli de broussailles, de pierres, de décombres, de pièces de bois, semblait presque impraticable.  Une obscurité affreuse y régnait.  Il fallait cependant la traverser."

anne_radcliffe        julia_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini   (a_sicilian_romance)

chaos,gothique,chaotique

"Le profond silence du lieu était seulement ponctué par l'écho de leurs pas qui parcouraient le morne abîme des souterrains.  ils s'arrêtaient souvent pour tendre l'oreille et souvent leurs peurs leur renvoyaient les bruits lointains de leur progression.  Abandonnant les souterrains, ils pénétrèrent dans une allée qui s'étendait sur une longueur considérable, et de laquelle partaient plusieurs passages percés dans le roc.  L'un d'entre eux était barré par une porte basse  et relativement proche s'ouvrant sur une volée d'escaliers et conduisant à un passage menant sous les douves du château."

ann_radcliffe      les_châteaux_d'_athlin_et-de-dunbayne

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

   chaos,gothique,chaotique

heinrich_aldegrever          le_viol_de_lucrèce   (détails)

 chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

 violent_game       encre de l'auteur

 

Trouver sa propre voie,

en évitant de s'enliser dans

le chaos des sentiments... 

  chaos,gothique,chaotique

  chaos,gothique,chaotique

                       au fond des plus obscurs souterrains,  à l'abri des regards...                                

chaos,gothique,chaotique

 ces lieux innommables,

chaos,gothique,chaotique

au plus profond des entrailles de la terre...

 chaos,gothique,chaotique

 l'escalier_de_la_mort_du_camp_d'extermination_nazi_de_mauthausen

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

    chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

  la mort,  fruit  de  la  cruauté  des  hommes

 chaos,gothique,chaotique

 pris au piège  du chaos

qu' ils ont eux-mêmes créé

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 "... un souterrain vaste et profond consacré aux sépultures de la Trappe ; deux ailes du cloître, fort longues et à perte de vue, y viennent aboutir ; on y descend par deux escaliers de pierres grossièrement taillées et d'une vingtaine de degrés.  Il n'est éclairé que d'une lampe.  Au fond s'élève une grande croix, telle qu'on en voit dans nos cimetières, au bas de laquelle est adossé un sépulchre peu élevé, et formé de pierres brutes ; plusieurs têtes de mort amoncelées lient ce monument avec la croix ; c'est le tombeau du célèbre abbé de Rancé, fondateur de la Trappe.  plus avant, du côté gauche, est une tombe qui paraît nouvellement creusée, sur les bords de laquelle sont une pioche, une pelle, etc...  Au devant de la scène, dans un des côtés à droite, est une autre fosse.  Sur les ailes du souterrain, se distinguent de distance en distance, et à peu de hautede terre, une infinité de petites croix qui désignent les sépultures des religieux."

bacular_d'arnaud      le_comte_de_comminges_ou_les_amants_malheureux

 chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

la Terre à feu et à sang... 

qu'en restera-t-il pour nos enfants ?

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique  chaos,gothique,chaotique  chaos,gothique,chaotique

 

 "Apparais... !!!"

 

 "...et  sauve-nous  

de cet inextricable  chaos

engendré par la cupidité des hommes !!!"

chaos,gothique,chaotique

 naître_au_gothique      red version encre de l'auteur

 

chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

 chaos,gothique,chaotique

"M'importe seul le temporel

D'éternel ne me soucie point

Tant est vrai que je viens du singe."

sébastien_brant       la_nef_des_fous

du_mépris_des_joies_éternelles

 (version colorisée)

chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

 Quand nous ressaisirons-nous enfin ?!

 chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

  chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

     

Lorsqu'il sera trop tard ?

chaos,gothique,chaotique

luca_signorelli_dante_et_virgile_aux_portes_de_l'enfer  

chaos,gothique,chaotique         chaos,gothique,chaotique          chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotiquechaos,gothique,chaotique

"Lorsque je fus un peu revenue de mon désespoir, je désirai  quitter  ce monde qui ne m'avait offert que de vaines apparences de bonheur, et m'éloigner des lieux où je ne trouvais que des souvenirs propres à perpétuer mon infortune."

ann_radcliffe_julia,-ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini

 

chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique     chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

chaos,gothique,chaotique

 

 

 

10/08/2013

La FORET GOTHIQUE

La Forêt gothique

"Oh ! Ciel !  La forêt est pleine de sang

et nos mains en sont toutes couvertes"

extrait de "Klosterheim"

roman de Thomas de Qincey

l'homme qui vendit son âme au diable.jpg

L'Homme qui vendit son âme au diable        encre de Chine de l'auteur

"Pe-tit frère... Pe-tit frère... m'as-tu re-con-nu... re-con-nu ?  

Ou-ou-vre-moi, nous irons dans la forêt... dans la forêt..."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

forêt nuit3.jpg

"Cette vaste forêt, célèbre par les voleurs et les précipices qui s'y rencontraient, semblait encore être l'objet du courroux céleste.

Ses arbres, hauts et touffus, étaient à tout moment frappés par la foudre : on y entendait sans cesse le sifflement des vents déchaînés.  Tout, dans ce lieu sinistre, inspirait  l'horreur et l'effroi."

ducray_duminil      alexis_ou_la_maisonnette_dans_les_bois

forêt gothique

william_gilpin      exécution  (peinture)

 bucheron clair 1.jpg

Ma silhouette fantomatique hante les forêts enneigées     

encre de Chine de l'auteur (version claire)

 

"Nul ne s'évade jamais tout entier du pays au-delà de la forêt..."

Fançoise-Sylvie Pauly        L'Invitée de Dracula

forêt nuit1.jpg

"Alors, dans cette sombre forêt, des images de ma vie m'apparurent."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

forêt nuit2.jpg

"D'ailleurs, monsieur, la forêt par elle-même est si joyeuse et si animée que je ne m'y sens jamais seul.  Comme je connais chaque place et chaque arbre, il me semble que chacun des arbres qui a grandi sous mes yeux et dont la cime vivante et resplendissante s'élève maintenant dans les airs me connaît et m'aime, parce que je lui ai accordé mon attention et donné mes soins.  Oui, dans le murmure et le bruissement merveilleux de la forêt, je crois réellement entendre des voix qui me parlent, des voix tout à fait particulières, et j'ai l'impression que ce langage est la louange véritable de Dieu et de sa toute-puissance, en même temps qu'une prière que la parole humaine ne pourrait jamais arriver à exprimer."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

 img108.jpg

"Il ne m'est pas possible de dire avec précision combien de temps dura ma fuite, à travers la sombre forêt, toujours poursuivi par mon double ; il me semble que cela dura des mois, sans que je prisse ni aliments ni boisson.  je ne me rappelle avec netteté qu'un seul moment, après lequel je tombai complètement inanimé.  Je venais précisément de réussir à me débarrasser de mon double, lorsqu'un clair rayon de soleil traversa la forêt, suivi d'un son charmant et gracieux.  Je distinguai une cloche de couvent qui sonnait matines.  

"tu as assassiné Aurélie."  Cette pensée me saisit, comme avec les bras glacés de la mort, et je tombai sur le sol, évanoui."

E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

 

 Amour de la forêt.jpg

Amour de la forêt        encre de Chine de l'auteur

 

forêt gothique

 La  forêt,  lieu  de  transmutation  des  amours...

 Amour sylvestre.jpg

Amour sylvestre        encre de Chine de l'auteur

 Ne dis point qu'ici-bas le bonheur est mensonge

Mais ensemble voguons sur les eaux bleues du songe.

 Je frémis cependant car amour criminel

 Ne peut que m'attirer châtiment éternel."

 charles_robert_maturin       fatale_vengeance

 forêt gothique

  La  forêt,  lieu  de  transmutation  alchimique...

7 metaux.gif

"Il poursuivit la route qu'il avait devant lui, elle le conduisit à la partie de la forêt la plus obscure qu'il eût encore rencontrée et aboutit à un sombre réduit, cintré par une haute futaie, dont les rameaux entremêlés offraient une barrière impénétrable aux rayons du soleil et n'admettaient qu'une espèce de crépuscule mystérieux."

Ann Radcliffe       Les Mystères de la forêt

6q5x2x8.jpg

la  forêt,  lieu de transmutation  des  amours  alchimiques...

Ses yeux.jpg

Ses yeux dans la forêt gothique...

 

  Evariste-Vital_Luminais_-_Le_Pâtre_de_Kerlaz.jpg

Evariste Vital Luminais     Le Pâtre de Kerlaz

"Alors on aperçut des milliers de follets dansant en rond, voire même en procession autour des murs du châtel, et aussi à la lueur d'un éclair on entrevit les huarts avec leur grande bouche fendue, leurs dents vertes et leurs ailes de souris chauves voltiger autour du gisant, et insulter par leurs rires cruels et des huées bizarres à sa défaite malencontreuse.

Alors sortit du bois voisin berger maigre et hideux, caché dans un manteau rouge, et qui conduisait un troupeau de loups.."

ferdinand_langlé

la_dame_sans_merci

 le berger.jpg

le berger        encre de Chine de l'auteur

 moritz von schwind  1.jpg

moritz_ von_schwind

"Mais aujourd'hui, hélas, où sommes-nous égarés ?  Où la marée de la civilisation nous a-elle-portés ?  Elle s'est installée sur une terre qui n'était pas prêté pour elle et, après son passage, a laissé une nudité désolée.  Nous avons perdu nos forêts mais avons conservé leurs maraudeurs ; nous avons détruit tout ce qui était beau, mais ce qui révoltait de barbarie, nous l'avons gardé. "

Sheridan Le Fanu        Le destin de Sir robert Ardagh

 

abandonnée en forêt.jpg

abandonnée en forêt        encre de Chine de l'auteur 

forêt nuit2NB.jpg

"Au milieu du feuillage obscur,

J'ai découvert un beau fruit mûr.

Je tends vers lui mes doigts graciles.

Las, mes efforts sont inutiles !

 

J'eusse tenu pour grand plaisir

Humer son parfum à loisir

Et presser sur ma joue fiévreuse

Sa peau à la douceur soyeuse.

 

A sa fraîcheur de jouvenceau,

J'offrirais, si j'étais oiseau,

La tiède caresse d'une aile,

Et, de mes chansons, la plus belle.

 

Si j'étais la brise du soir,

Sans doute aurais-je ardent vouloir

D'effleurer sa rondeur vermeille

En murmurant mainte merveille.

 

Mais voici qu'un hideux serpent

S'approche de lui en rampant.

J'observe, effrayée, le perfide

Qui darde une langue biffide.

 

Et dans la chair du fruit, soudain,

Plongent les crochets à venin.

Depuis, sa pulpe est desséchée,

Sa peau fendillée et tachée."

Charles-Robert Maturin       Fatale vengeance

                                                                          (traduction Bernard Tissier)

bois du morvan  DaubignyREC.jpg

Daubigny        Forêt du Morvan 

"Ecoute, c'est la cloche du couvent .  Suspends le récit de ton histoire.  Ce son, que le vent amène des murs redoutables de mon château, réveille en moi l'idée chérie de ma famille.  

.....

Il n'existe pas de forêt dont l'ombrage soit assez épais pour nous cacher."

charles_robert_maturin       bertram,_ou_le_château-d'_aldobrand

clochesREC.jpg

SOUDAIN, une présence... 

forêt gothique

"Je ne me connaissais pas  La nuit dernière...  Oh !  La nuit dernière révéla un mystère terrible ...  La lune descendit, ses rayons obscurcis cachèrent le départ d'un homme qui n'est malheureusement que trop aimé !  Alors je me sentis comme anéantie ; mes yeux s'éteignirent et se désséchèrent.  N'ayant plus rien pour m'aimer, et n'aimant plus rien, je me trouvai comme seule sur la terre.  Je restai tout étonnée de ma désolation, car j'avais dédaigné le monde pour lui, et à peine pouvais-je obtenir de sa pitié un peu d'intérêt que mes devoirs m'ordonnaient de repousser !"

 

"C'était la beauté dormant au sein de l'horreur."

ann_radcliffe_les_mystères_d'_udolphe

forêt gothique

attachée_à_la_vie_par_de_simples_ronces        encre de l'auteur

 forêt gothique

 

01/11/2011

AUX SOURCES DU GOTHIQUE

Ann RADCLIFFE

aux sources du gothique

Ann WARD naquit à londres en 1764 dans une famille de commerçants estimés.  Elle y reçut une éducation anglicane stricte.  Toute jeune encore, elle aurait connu l'écrivaine Sophia Lee, auteure du roman pré-gothique "Le Souterrain, ou Mathilde", (1785) laquelle dirigeait une école pour jeunes filles de bonnes familles, et sa soeur, Harriet Lee, elle aussi écrivaine.  Ce serait ce roman dont tout le monde parlait alors, qui l'aurait influencée dans l'écriture de ses trois principaux romans que sont La Romance de la forêt, (1791) Les Mystères d'Udolphe, (1794) et L'Italien, ou le Confessionnal des Pénitents Noirs. 1797)

C'est dans le respect de la tradition bourgeoise et conservatrice que grandit Ann.  A l'âge de 23 ans, elle épousa William Radcliffe, un juriste propriétaire de la gazette The English Chronicle.  Ensemble, ils voyagèrent en Allemagne où ils sillonnèrent la vallée du Rhin, admirant au passage les anciennes forteresses qui émaillent son cours.

Restée sans enfants, Ann consacra son temps libre à l'écriture de ses cinq romans, de 1789 à 1797, après quoi elle mit un terme définitif à sa carrière littéraire.  A l'époque où elle les écrivit, Horace Walpole connaissait la célébrité pour son roman Le Château d'Otrante, (1764) et la vogue du gothique était en plein essor. Hélas, d'insistantes rumeurs ne tardèrent pas à circuler au sujet de l'état mental de la romancière, rumeurs qui finirent par provoquer l'exaspération de son mari au point pour celui-ci de se voir dans l'obligation d'exhiber un certificat médical attestant du parfait équilibre mental de son épouse.  

Ann Radcliffe décédera en 1823 à l'âge de 59 ans.  Son succès littéraire fut tel qu'il suscita un engouement sans précédent, engouement qui se traduisit par un florilège d'imitations souvent plus insignifiantes les unes que les autres.  

...

Reportons-nous à présent à l'érudite approche du roman Les Mystères d'Udolphe, telle que nous la livre Maurice Lévy dans sa préface du dit roman, non sans rappeler au préalable que ce dernier en a revu et corrigé la traduction originellement établie par la comtesse Louise Marie Victorine de Chastenay de Lanty en 1797.

hans burgmair  amants surpris par la mort NB.jpg

Hans Burgmaier        Amants surpris par la mort

"Il faut retenir de ces premiers romans l'essentiel de ce qu'ils ont en commun : une intrigue plus complexe à mesure que l'art de la romancière se confirme, mais toujours centrée sur des aventures qui ne font sens que lorsqu'elles sont vécues dans le cadre d'architectures médiévales : des châteaux ou des abbayes sui, en Ecosse, en Sicile ou en France sont un même décor et illustrent un symptomatique rêve labyrinthique.  Poursuites effénées, rencontres terrifiantes, découvertes macabres et autres aventures au sens propre déroutantes disent la perte d'une difficile orientation dans des sites nocturnes, toujours tragiquement traversés."

...

"L'espace narratif a toujours des murailles pour limites, comme pour enfermer ensemble héroïne et lecteur dans un univers où n'ont plus cours les codes de la vie ordinaire."

...

"Toutes les héroïnes d'ann Radcliffe font à un moment ou un autre l'expérience de l'angoisse du seuil : Emilie n'échappe pas à la règle.  Quand elle franchit le portail de la forteresse, son coeur se serre et lui viennent à l'esprit des pensées de longues souffrances et de meurtres.  Pressentiment qui se vérifie sans tarder : il y a dans une salle d'Udolphe un fauteuil de fer fixé au sol, dont les pieds et les bras sont garnis de barres et de chaînes, et au-dessus duquel pend un effrayant collier d'acier.  A toutes fins utiles et pour qu'on ne croie pas que ces instruments sont purement décoratifs, un corps ensanglanté gît dans un recoin de la pièce.  Les souffrances infligées par Montoni à sa femme, sa séquestration dans une tour du château et sa mort sont une autre preuve, s'il en était besoin, des tourments associés à l'image du château.  tout se passe comme si l'effrayante demeure était la matérialisation dans l'espace de la volonté de puissance de son infâme propriétaire... et bien sûr pèse sur des centaines de pages l'horreur incertaine de la scène initiale (ou faut-il dire primitive ?) tue par la romancière, orientant l'imaginaire vers d'innombrables supplices : qu'a bien pu voir Emilie derrière le sinistre voile noir ?  Udolphe, aperçu de l'extérieur, paraît suspendu entre deux abîmes : ses remparts prolongent la paroi abrupte du roc et ses tours donnent sur le vide qui s'ouvre à son pied. La verticalité du château continue celle de la montagne.  Des dangers analogues y guettent l'explorateur, liés à la nature du site : danger du vertige, crainte de la chute.  Chute physique et déchéance morale : l'une est souvent dans l'écriture gothique une représentation figurée de l'autre."

...

"Lourde d'un sens pudiquement tu est cette porte sans verrou intérieur qui donne sur les noirs abysses du château, sur l'en dessous des choses, du monde et de la ceinture.  Lieu de tous les dangers, c'est une chambre à coucher, où l'intimité risque à chaque instant l'outrage."

 charles-marie bouton  moine en prières dans une église gothique en ruines.jpg

Charles-marie Bouton        Moine en prières dans une église gothique en ruines

"Il y a beaucoup de non-dit dans le discours d'Ann radcliffe, des opacités, une violence le plus souvent contenue mais qui parfois éclate en descriptions sanglantes, en corps mutilés, en duels meurtriers, en séquestrations et tortures.  Troubles, textuellement parlant, sont les imaginations d'une romancière réputée pour sa pudibonderie : le texte est plein d'appétits inassouvis.  Il s'écrit simultanément sur deux faces : à l'endroit, il y a beaucoup de dignité, de decorum, de décence et d'honnêtes sentiments : rien que de très avouable.  Un côté vertu, dont on pourrait même dire que la romancière l'exhibe avec quelque ostentation.  A l'envers, il y a du désir.  Il y aurait certes quelque ridicule à faire d'Ann Radcliffe une émule ou une rivale du marquis embastillé  -elle qui, lorsqu'elle prévoit une intrusion masculine dans la chambre de son héroïne, la fait providentiellement aller au lit toute habillée... Mais il y a aussi en elle des zones d'ombre, du ténébreux, des choses tues ou qu'il faut lire entre les lignes : de l'inter-dit.  Le XVIIIè siècle voulait que le gothique empruntât à la forêt sa pénombre, en même temps que l'ogive de ses voûtes naturelles et la verticalité de ses troncs."

...

"Métaphorique obscurité : le château cache aussi bien les desseins du maître des lieux.  On ne sait jamais très exactement ce qui se passe à Udolphe : décisions floues et contradictoires concernant Emilie, allées et venues de soldats à figure patibulaire, arrivée de femmes dont le comportement dit avec une tacite véhémence la profession.  Mais que veut donc Montoni ?  Qu'attend-il exactement de celle qui est, depuis qu'il a épousé sa tante, sous sa tutelle légale ?"

...

"En fait, le seigneur d'Udolphe se comporte plus en geôlier jaloux qu'en tuteur légal.  Ou plus exactement, il se dresse, au seuil de son redoutable repaire, tel l'un de ces pères des origines écartant, l'arme à la main, la horde primitive des fils conquérants."

...

"On a souvent désigné le mystère de la chambre close imaginé par Ann Radcliffe comme étant à l'origine de maintes situations analogues du roman policier contemporain : mais a-t-on suffisamment fait remarquer que ces lieux clos sont surtout des appartements interdits ?  Mieux : des chambres à coucher qui ont un passé et une histoire, avec un lit pour principal mobilier ?"

...

"Les déambulations nocturnes de la jeune fille à la recherche de sa tante (image d'une mère de substitution, si peu digne que Mme Montoni soit de l'être) dans les entrailles d'Udolphe peuvent s'interpréter classiquement comme l'exploration du corps maternel, en quête d'une problématique origine.  N'est-il pas significatif que les demeures dont Emilie ne se lasse pas de parcourir nuitamment les couloirs et les appartements, soient toutes deux encore très fortement habitées, hantées par le souvenir des femmes à qui elles ont jadis appartenu ?"

...

"Le message est clair : toute tentative d'affranchissement ou d'émancipation conduit au crime, à la folie et au désespoir."

...

"Mais la romancière ne se contente pas de donner de ses toiles favorites des reproductions sans relief ou des chromos de mauvais goût : son art se situe bien plus haut.  Tout se passe comme si les scènes qu'elle transpose, loin d'être passivement incorporées à l'intrigue, agissaient sur le discours narratif, l'activaient, et d'une certaine manière, l'orientaient.  Les images, devenues texte, colorent et contrôlent l'écriture.  Chaque nouvelle vignette crée l'événement, impose au récit un nouveau régime.  A mesure que l'intrigue se noue et se développe, le texte se plie aux exigences de nouvelles images qui se pressent, s'enchaînent ou se superposent."

...

"Le gothique, de par sa nature, exclut la lumière."

...

"Tout l'art d'Ann Radcliffe tient dans cette écriture nocturne et dissimulatrice, qu'éclairent seules de l'intérieur, des compositions picturales qui sont des pauses, des intervalles, de brefs instants de répit."

Maurice Lévy

(extraits de la préface des Mystères d'Udolphe, éditions Gallimard)

sombre crypte gothique.jpg

 

Les Mystères d'Udolphe

roman gothique de Ann Radcliffe

 

Quelle oeuvre colossale !  Pensez donc : en édition de poche, (Gallimard, collection Folio classique) ce roman ne totalise pas moins de 800 pages d'une rare densité !  Pour une oeuvre qui fut écrite en 1794, cela représente quand même un certain exploit compte tenu de l'indéniable qualité littéraire de celle-ci.  Ann Radcliffe s'y montre sous le jour d'une écrivaine scrupuleuse, soucieuse de vraisemblance, minutieuse dans ses descriptions, fidèle dans l'étude psychologique de ses personnages, sensible, novatrice et, ce qui ne gâte rien, passionnante à lire, même si son écriture élégante date évidemment d'un autre âge et peut donc nous  sembler parfois quelque peu désuète.

Féréol de bonnemaison  Jeune femme surprise par un orage (détail)  couverture de l'édition Gallimard des Mystères d'Udolphe.jpg

Féréol de Bonnemaison     jeune femme surprise par un orage

En guiser d'introduction à ce grand roman gothique, voici un échantillon typique du style de son auteur. Vous remarquerez au passage l'usage particulier qu'elle fait de la ponctuation...

"Sa femme était retirée dans son appartement ; la langueur et l'abattement qui l'avaient accablée, et que l'arrivée des étrangers avait comme suspendue, la saisirent de nouveau, mais avec des symptômes plus fâcheux.  Le lendemain, la fièvre se déclara ; le médecin y reconnut les mêmes caractères qu'à celle dont Saint-Aubert venait d'échapper ; elle en avait reçu le poison en soignant son époux ; sa complexion trop faible n'avait pu y résister ; le mal s'était répandu dans ses veines, et l'avait jetée dans la langueur."

...

Dès le début du roman  -dont le déroulement s'avère extrêmement lent- nos esprits cartésiens sont quelque peu étonnés par la caractérisation souvent fantaisiste des paysages que traversent les héros : la Garonne y sert de liaison expresse entre la Guyenne et le Languedoc-Roussillon, la notion des distances semblant réduite à son minimum pour les besoins de l'action.  Qu'il suffise de se reporter à la description du Voyage en Espagne de Théophile Gautier pour se représenter les incroyables difficultés que comportait ce genre d'entreprise...

Mais poursuivons nos observations au fil du récit qui s'ouvre sous nos yeux : Ann Radcliffe ne craint pas de s'engager au devant de sa propre part de ténèbres, fascinée qu'elle est sans doute par l'insondable mystère du masochisme féminin.  Dans sa quête, elle apportera sa sensibilité et ses hautes exigences morales, qualités qu'elle ne manquera pas de répandre dans toute son oeuvre comme un parfum quelque peu entêtant. En voici un témoignage tout à fait exemplaire :

"Le monde, disait-il en suivant sa pensée, le monde ridiculise une passion qu'il connaît à peine ; ses mouvements, ses intérêts distraient l'esprit, dépravent les goûts, corrompent le coeur ; et l'amour ne peut exister dans un coeur quand il n'a plus la douce dignité de l'innocence.  La vertu et le goût sont presque la même chose ; la vertu, c'est le goût mis en action, et les plus délicates affections de deux coeurs forment ensemble le véritable amour.  Comment pourrait-on chercher l'amour au sein des grandes villes ?  La frivolité, l'intérêt, la dissipation, la fausseté y remplacent continuellement la simplicité, la tendresse et la franchise."

...

"Ma soeur, ajouta-t-elle gravement ; et prenant de sa main froide et humide une des mains d'Emilie, que cet attouchement fit frémir : ma soeur, prenez bien garde au premier mouvement des passions !  prenez garde au premier !  si l'on n'arrête leur course, elle est rapide ; leur force ne connaît aucun frein ; elles nous entraînent aveuglément ; elles nous mènent à des crimes que des années de prières et de pénitence n'effacent pas.  Tel est l'empire d'une passion !  Elle domine toutes les autres, elle s'empare de tous les chemins du coeur ; c'est une furie qui nous possède, et qui nous fait agir en furie, qui nous rend insensible à la pitié, à la conscience ; et quand son but est rempli, furie toujours plus impitoyable, elle nous livre, pour notre tourment, à tous ces sentiments qu'elle avait suspendus, qu'elle n'avait point étouffés, aux supplices de la compassion, du remords, du désespoir.  Nous nous éveillons comme dans un songe : un nouveau monde nous entoure, nous sommes étonnés, épouvantés, mais le forfait est commis.  les pouvoirs réunis du ciel et de la terre ne sauraient plus l'anéantir, les fantômes nous poursuivent.  Que sont les richesses, la grandeur, la santé même, auprès de l'inestimable avantage d'une conscience pure, auprès de la santé de l'âme ?  Que sont les chagrins de la pauvreté, du mépris, de la misère, près des angoisses d'une conscience affligée ?  Oh ! quel temps s'est écoulé depuis que j'ai perdu cette richesse de l'innocence !  je croyais avoir épuisé l'excès des maux, l'amour, la jalousie, le désespoir : ces peines étaient des jouissances, auprès des tourments de ma conscience.  J'ai goûté ce qu'on appelait les douceurs de la vengeance : mais qu'elles sont passagères !  Elles expirent avec leur objet.  Souvenez-vous-en, ma soeur : les passions sont le germe du vice aussi bien que de la vertu !  Tous deux en peuvent sortir, selon qu'on les gouverne.  Malheur à ceux qui n'ont jamais appris l'art si nécessaire de les régler."

catacombes ténébreuses.jpg

 

Singulier roman que celui-là, disséminant au fil des pages des principes moraux bien arrêtés, et considérant par ailleurs d'un oeil critique les choses de la religion :

"Qui donc a pu inventer les couvents ? se disait-elle.  Qui donc a pu le premier persuader à des humains de s'y rendre, et, prenant la religion pour prétexte, les éloigner de tous les objets qui l'inspirent ?  L'hommage d'un coeur reconnaissant est celui que Dieu nous demande ; et quand on voit sa gloire, n'est-on pas bien reconnaissant ?  je n'ai jamais senti tant de dévotion pendant les heures d'ennui que j'ai passées au couvent, que pendant le peu de minutes que j'ai passées ici : je regarde autour de moi, et j'adore Dieu du fond de mon coeur."

homme désignant un crâne détail.jpg

Terminons ce  bref hommage à Ann Radcliffe par ces quelques mots de Joseph Méry écrits en 1840 :

"Chaque page semble tourner avec accompagnement de ferailles ; chaque ligne est sablée avec de la poudre de tombe ; chaque lettre est un oeil éteint qui regarde le lecteur.  un homme nerveux ne peut dormir dans une chambre habitée par ces quatre volumes sulfureux ; il est obligé de les exiler, dans l'intérêt de son sommeil."

saintes supplications.jpg

 La   Cloche   de   minuit  

(the midnight bell) 

                                           roman gothique (extraits)

                                                   de

                                          Francis LATHOM   

elven1.jpg             

 "A peine avait-il fait quelques pas, que le son  éloigné d’une cloche frappa son oreille.  Il regretta beaucoup d’avoir été obligé de partir plus tard qu’il ne l’avait projeté, mais toujours résolu de poursuivre son entreprise, il accéléra le pas.

 château de Trient.jpg

Albrecht Dürer     château de Trient (aquarelle)

 Arrivé sous les murs du château, et favorisé par la lumière de la lune, il en fit le tour en cherchant des yeux la poterne.  Un instant, il crut apercevoir une lumière dans une des croisées du second étage.  Il s’arrêta, mais la lumière n’ayant pas reparu, il passa outre, persuadé que son imagination l’avait trompé.

 Il arriva enfin à la poterne ; elle était fermée !  Il la poussa d’un bras vigoureux.  Elle céda  sous ses efforts.  Il entra, fit quelques pas, tendit l’oreille et regarda tout  autour de lui ; il n’entendit que le silence, et ne vit que les ténèbres.

Il retourna alors sur ses pas, et franchit à nouveau la porte.  Là, ayant allumé sa lanterne qu’il a soin de tenir de manière à pouvoir la cacher promptement sous son large manteau, il rentra dans le château, et ferma sur lui la porte, juste comme il l’avait trouvée. 

 Il s’avança le long d’un passage voûté à l’extrémité duquel, en tournant à gauche, il trouva une porte ; il la franchit, et entra dans la grande cour du château.  Il fit encore quelques pas, puis leva sa lanterne afin de mieux voir les objets qui l’environnaient.  Tout autour de la cour, il aperçut de nombreuses colonnes de marbre, et à l’extrémité, une grande porte de fer.  En face se trouvaient quelques marches  bordées d’une rampe aux côtés de laquelle il y avait deux portes hautes et étroites.  C’est par l’une de ces portes que le comte était entré dans la cour.

 Il monta les marches.  Une longue galerie s’étendait sur la droite et sur la gauche.   Levant à nouveau sa lanterne, il porta d’abord son regard vers l’extrémité de la galerie, à droite.  Il aperçut des portes de chacun des côtés.  Cette galerie se terminait par un mur blanc.  Il obliqua à gauche.  Cette seconde galerie était plus étendue que la première.  Pendant qu’il l’examinait, il crut voir passer rapidement une silhouette cernée d’ombre.

homme au fonds d'une oubliette.jpg

Il avança lentement.  Au bout de la galerie de droite se trouvait un corridor  qui conduisait en descendant à une autre galerie fort semblable à celle qu’il venait de quitter.  Au fond de cette galerie, il découvrit soudain une porte entrouverte.  Cachant sa lanterne, il regarda au travers de cette porte.  Tout était enténébré.  Il tira sa lanterne de dessous son manteau, et entra dans une chambre magnifiquement meublée.  Rien n’indiquait qu’elle eût été récemment habitée.  Ne trouvant pas d’autre issue, il retourna dans la galerie.  Le bruit d’une porte à peu de distance attira son attention.  Il ne put pas déterminer de façon précise de quelle partie du château provenait le bruit, mais il conjectura qu’il était parti de la galerie située à droite des escaliers qui l’avaient conduit de la cour au château.  Il suivit le son.  Cette galerie se terminait elle aussi par quelques escaliers donnant sur un corridor de même longueur.

 Après avoir réfléchi un instant sur la marche à suivre, il descendit les escaliers.  Au bas de ceux-ci se trouvait une porte, comme de l’autre côté.  Il remit sa lanterne sous son manteau, et il se disposait déjà à tenter de forcer la porte, quand il entendit un long gémissement qui lui parut poussé par une personne proche de lui.  Il tourna la tête, mais n’aperçut rien.  Il commençait à croire que ses sens l’avaient trompé, et il était sur le point de poser la main sur la porte, quand il en fut empêché par un cri étouffé en provenance de l’appartement auquel menait cette porte.  Il écouta.  Par deux fois encore le même bruit se fit entendre.  Il ne douta plus qu’il ne vint de l’appartement fermé par la porte devant laquelle il se trouvait.  Le silence se fit à nouveau.  Pour la troisième fois, il se disposait à entrer quand plusieurs voix parlant ensemble et d’un ton suppliant, se firent entendre.  Son étonnement fut à son comble.  Tout à coup, les voix se modifièrent et entonnèrent un chant solennel.  Le comte reconnut un chant religieux.  Toujours inébranlable dans son dessein, il cacha à nouveau sa lanterne, ouvrit la porte, et entra.

william holman Hunt_Light_of_the_World.jpg

En face de la porte par laquelle il était entré, il y avait une autre porte, plus petite, et voûtée, d’où s’échappait une faible lumière.  En regardant autour de lui, il remarqua qu’il se trouvait dans une petite sacristie située juste derrière l’autel d’une chapelle à laquelle aboutissait la porte voûtée.  Il marcha avec précaution vers un endroit à partir duquel il put découvrir tout l’intérieur de la chapelle.  A faible distance des marches de l’autel, une figure pâle et décharnée était agenouillée auprès d’un cercueil, une croix dans la main gauche, et une discipline dans la main droite.

 Dürer le pénitent NB.jpg

Albrecht Dürer      le pénitent 

Trois moines étaient agenouillés de l’autre côté du cercueil.  C’étaient leurs voix qu’avait entendues le comte.  Ils poursuivaient leur chant.  Lorsqu’ils en eurent fini, tout trois se signèrent du signe de la croix, et commencèrent une prière dans laquelle 

ils  imploraient la miséricorde divine en faveur du pénitent.  En même temps, la figure dont l’ample vêtement noir ne permettait pas de distinguer le sexe, se leva et se fustigea les épaules avec la discipline qu’elle tenait dans la main droite.  La douleur lui arracha bientôt de sourds gémissements, comme ceux que le comte avait entendus.  Bientôt les moines firent une autre prière à laquelle se joignit le pénitent.  Après cela, ils quittèrent ensemble la chapelle par la porte faisant face à l’autel.  L’un des moines portait une lampe qui, durant leurs dévotions, était placée sur le cercueil devant lequel ils s’étaient agenouillés. 

Francisco_de_Zurbarán_  moine (détail en NB).jpg

Francisco Zurbaran    Saint Sérapion (détail)

 A la vue de cette scène, la ferme résolution du comte Byroff de débrouiller enfin le mystère qui enveloppait ce château, s’était évanouie.  La psalmodie résolument religieuse des moines, la douleur de la personne pour le salut de laquelle ceux-ci imploraient le ciel, ne l’autorisèrent pas à troubler l’impressionnante et terrible cérémonie, et quand celle-ci fut terminée, il sentit une répugnance insurmontable à se présenter devant des hommes qui auraient le droit de lui reprocher son intrusion furtive dans le château, et qui refuseraient probablement ses excuses. 

 Il perdit quelques instants à réfléchir sur le parti à prendre. Il entendit des pas dans la galerie, mais le bruit expira sur le  champs. Il ne douta pas, d’après ce que Jacques lui avait dit, que ce bruit ne fût fait par les moines en se retirant.  Le bruit d’une porte qui retentit dans tout le château le confirma dans son opinion.

 

Il se détermina à entrer dans la chapelle, et chercha à découvrir ce qu’était devenue l’apparition qu’il avait entrevue, car il croyait fermement, sans trop cependant savoir pourquoi, que celle-ci n’avait pas quitté le château.  Il ne doutait plus que cette personne ne fût, ou le comte Frédéric, ou la comtesse Anna.  Naturellement, il inclinait à croire que c’était le premier.  Cependant, les propos d’Alphonse semblaient indiquer que c’était cette dernière. 

Arrivé au fond de la chapelle, il trouva que la porte par laquelle étaient passés les moines, était fermée.  Il voulut l’ouvrir, mais elle résista à ses efforts.  A ce moment-là, une lumière frappa ses yeux.  Il cacha aussitôt sa lanterne.  La lumière s’avança, et lui permit d’apercevoir une autre porte de fer, laquelle menait à un long et étroit passage à l’extrémité duquel parut presque simultanément, portant une lampe, la silhouette qu’il avait vue dans la chapelle.  Elle ouvrit une porte en face de celle où était le comte, et la referma sur elle.  L’obscurité revint. 

Il reprit sa lanterne à la main, mais la porte par laquelle la personne était entrée, était trop éloignée  pour qu’il put en discerner  les traits à la faible lueur que procurait sa lanterne.  Il résolut néanmoins de la poursuivre, et s’il parvenait jamais à la rattraper, de s’adresser à elle. 

Après avoir traversé successivement plusieurs passages, une suite d’appartements le conduisit à une chambre et à un petit cabinet attenant.  Au fond de ce cabinet, il aperçut un escalier dérobé du pied duquel  partait la galerie à l’extrémité de laquelle s’ouvrait la porte de la chapelle.  Il se précipita de ce côté dans l’espoir d’y retrouver la porte par laquelle avait disparu l’obscure silhouette.  La muraille était de forme semi-circulaire.  Il en conclut qu’il se trouvait à présent dans une des tours qui enserrait les quatre coins du château ; mais toutes ses recherches ne purent lui faire découvrir la moindre porte en cet endroit du château.

Posant sa lanterne à même le sol, il passa et repassa la main sur toutes les parties de la muraille.  Finalement, il crut sentir une légère proéminence qui, au toucher, lui parut être un gond.  Il reprit sa lanterne afin de s’en assurer.  A son grand désespoir, il vit que la mèche de sa lampe était sur le point de se consumer.  Il se hâta donc de retourner à la galerie tant qu’il lui restait quelque lumière.  Il craignait, si elle venait à s’éteindre, qu’en cherchant son chemin dans l’obscurité, son absence ne se prolongeât jusqu’au moment où il fût impossible de la dissimuler à Lauretta dont le courage n’arriverait certes pas à surmonter cette nouvelle épreuve.  A pas précipités, il suivit le couloir qui l’avait mené à la chapelle, mais à peine arrivé dans la galerie, sa lampe expira. 

dans ses yeux.jpg

Heureusement, le jour commençait à poindre.  Il descendit sans peine jusqu’à la cour.  Il se remémora bien le chemin qu’il avait suivi, et gagna la poterne.  Mais quelle fut sa surprise en la trouvant fermée !

Il se reprocha de n’être pas sorti du château avant les moines, d’autant plus qu’il savait par le récit de Jacques que ceux-ci fermaient la porte lorsqu’ils quittaient les lieux.  Il retourna dans la cour, et essaya d’ouvrir la grande porte.  Ses efforts furent vains ! 

« Mais comment, se disait-il à lui-même, Alphonse a-t-il pu sortir d’ici après le départ des moines ? »

Cette idée lui redonna espoir de trouver une autre issue.  Après de longues et pénibles recherches, force lui fut de renoncer.  Il s’inquiétait que Lauretta ne découvrît son absence et n’en soupçonnât le motif.

château du Haut Andlau cour intérieure.jpg

 Après avoir passé ainsi deux heures en recherches stériles et en vaines lamentations, il crut entendre le bruit d’une clef tourner dans la serrure de la poterne.  Il s’arrêta pour mieux écouter et n’entendit plus rien.  Il s’imagina alors qu’il s’était trompé.  Néanmoins, il voulut s’assurer de la vérité, et courut à la porte.  Elle était ouverte !!!  Il tressaillit de joie et, franchissant le seuil de la poterne, il s’éloigna rapidement du château sans plus chercher à savoir par qui et pour quelle cause la porte avait été ouverte."

elven2.jpg

 

à suivre...