01/05/2018

WOLFRAM MANTEUFEL

W  O  L  F  R  A  M

M  A  N  T  E  U  F  E  L

C'EST  MOI

Wolfram Manteufel dans la nuit.jpg

(cliquez sur les illustrations pour les agrandir)

ET  ENCORE  MOI

dominique mertens photo à Arlon.jpg

 ET  TOUJOURS  MOI

 Wolfram Manteufel buste.jpg

ET  ENCORE  TOUJOURS  MOI

Dominique Mertens profil.jpg

" C'est en sortant de soi-même

qu'on peut contempler d'un autre point de vue son propre moi,

qui apparaît alors comme un instrument

cédant à la volonté supérieure

qu'on a de poursuivre le but qu'on s'est assigné

comme le plus haut dans la vie.

Et sais-tu quelque chose de plus élevé

que d'imposer sa volonté,

que de dominer la vie dans la vie,

que de retenir arbitrairement, à son gré,

comme sous le charme d'une force magique,

tous ses phénomènes et ses joies multiples ? "

E.T.A Hoffmann     Les Elixirs du Diable

 wolfram manteufel,wolfram,manteufel

Venez, suivez-moi

et découvrez pourquoi j'ai transcrit

ce que j'ai vécu au fil des pages de 

ce manuscrit que j'ai intitulé 

"Dans ses yeux je voyais ma mort"

 

 Ivre d'Amour.jpg

Dominique Mertens       Ivre d' amour (encre de Chine)

"Ce'que je suis !  Qui saurait le dire ?  Parfois je l'ignore moi-même.  Pourtant je me comporte comme les autres hommes et j'accomplis les mêmes actes de la vie quotidienne.  Mais quand vient l'heure, quand la puissance est sur moi, alors (...) je chevauche les coursiers de la nuit, je vais de région en région tel une ombre et seul je foule aux pieds les confins de l'être."

Charles-Robert Maturin     Fatale vengeance

couple diabolique 1.jpg

"Chez moi, 

le temps est toujours à son commencement,

la souffrance toujours à venir." 

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 Hercules (détail).jpg

Hercules (détail)     gravure d'albrecht-dürer

"Je suis invisible là où il me convient et présent là où il me plaît."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

deux sorcières.jpg

"Seul, sans trouver d'issue et sans voir de clarté,

Je tâte dans la nuit ce mur, l'éternité"

Victor Hugo  

bg9.jpg

"Hi !...  Hi !...  Hi !... petit frère... petit frère...

toujours, toujours, je suis près de toi...

Je ne te lâche pas... Je ne te lâche pas..."

E.T.A. Hoffmann     Les Elixirs du Diable

 wolfram manteufel,wolfram,manteufel

"Ce n'est pas par hasard que le thème de l'amour nous ramène ici au thème du double, déjà rencontré dans Les Elixirs.  Comme tout ce qui met l'homme en présence du surnaturel, l'amour provoque un dédoublement de sa personnalité."

max-milner 

le-diable-dans-la-littérature-française

 wolfram manteufel,wolfram,manteufel

invocation-d'-un-esprit

"Une nuit, la neuvième peut-être, alors que l'horreur et l'effroi m'avaient fait perdre à demi connaissance et que j'étais étendu sur la froide dalle, j'entendis distinctement qu'on frappait sous moi à coups légers et réguliers.  Je tendis l'oreille ; les coups continuaient, cependant que, de temps en temps, un éclat de rire étrange semblait sortir du sol !  Je me relevai précipitamment et allai me jeter sur la paille ; mais le bruit persistait, coupé de rires et de gémissements.  Enfin j'entendis appeler à plusieurs reprises, doucement, tout doucement, mais d'une voix balbutiante, rauque et affreuse : "Médard !  Médard ! "  Un frisson glacial me traversa les membres.  Je pris une résolution énergique et criai : "Qui est là ?  Qui est là ?"  A présent, les rires devenaient plus éclatants, les soupirs et les gémissements redoublaient, les coups étaient plus bruyants et les rauques balbutiements plus distincts : "Médard !  Médard !"  Je me levai brusquement : "Qui que tu sois, toi qui fais ici le revenant, montre-toi devant moi, afin que je puisse te voir, ou cesse de rire et de frapper aussi follement !"  m'écriai-je dans les ténèbres épaisses.  Mais juste sous mes pieds les coups et les balbutiements se firent encore mieux entendre : "Hihihi... hihihi... Pe-tit frè-re...  Pe-tit frè-re... Mé-dard...  je suis là... suis là... ou-ou-vre-moi... ou-vre... nous i-rons dans la fo-fo-rêt... irons... forêt..."

A présent, la voix résonnait en moi comme si elle m'eût été vaguement connue ; je l'avais, du reste, déjà entendue, mais alors elle n'était pas décousue de la sorte ; elle ne bégayait pas ainsi, me semblait-il.  Effrayé, je croyais même discerner le son de ma propre voix.  Involontairement, comme si j'eusse voulu voir s'il en était réellement ainsi, je répétai l'appel : "Médard !... Médard !..."  A ce moment, les rires reprirent, mais moqueurs et furieux, et j'entendis appeler : " Pe-tit frè-re..., Pe-tit frè-re... m'as-tu re-connu... re-con-nu... re-con-nu ?  Ou-ou-vre-moi, nous irons dans la fo-forêt... dans la forêt..."

E.T.A. Hoffmann   les-élixirs-du-diable

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

mon-âme-et-son-double        encre de Chine de l'auteur

"Je me hâtai à travers la nuit obscure vers la résidence et il me semblait que quelqu'un courait à côté de moi et qu'une voix murmurait :

"Tou... touj... toujours je suis auprès de... de toi..., pe... petit frère... petit frère Médard."

En regardant autour de moi, je m'apercevais bien que ce fantôme, mon double, n'existait que dans mon imagination ; mais je ne pouvais pas me débarasser de cette effroyable vision.  Il me sembla même finalement qu'il me fallait lui parler et lui raconter que j'avais une fois de plus été très sot et que je m'étais laissé effrayer par ce fou d'Hermogène.  Sainte Rosalie allait donc bientôt être à moi, toute à moi, car c'est pour cela que j'étais moine et que j'avais été consacré.  Alors mon double se mit à rire et à soupirer, comme il le faisait d'habitude, et il balbutia :

"Alors vi... vite... vite !

-Prends patience, continuai-je.  Prends patience, mon garçon.  Tout ira bien.  Il n'y a qu'Hermogène que j'aie manqué ; il a au cou une maudite croix, comme nous deux, mais mon petit couteau agile est encore tranchant et bien effilé.  

- Hi... hi... fra... fra... frappe bien... frappe bien..."

Ainsi murmurait la voix de mon double dans le sifflement du vent matinal, qui soufflait du côté où un feu pourpre s'embrasait à l'orient."

E.T.A. Hoffmann        Les Elixirs du diable

 wolfram manteufel,wolfram,manteufel

"Un homme demi-nu, à la mine furieuse, au regard épouvantablement sauvage, portant autour de son corps les lambeaux d'un habit de capucin, se pressait à travers la foule en renversant tout sur son passage, à coups de poing.

Je reconnus mon horrible double ; mais au moment où, pressentant une chose atroce, je voulais m'élancer et me jeter au-devant de lui, le monstre délirant avait bondi par-dessus la galerie qui entourait le maître-autel.  Les nonnes s'enfuyaient en criant ; l'abbesse avait saisi aurélie et la tenait fortement dans ses bras.

"Ah !  Ah !  Ah !  cria le forcené d'une voix puissante, vous voulez me voler la princesse ?  Ah !  Ah !  Ah !  La princesse est ma petite fiancée."

Et, ce disant, il attira à lui Aurélie et lui plongea dans la poitrine jusqu'au manche le couteau qu'il brandissait dans sa main, de telle sorte que le sang jaillit en l'air comme un jet de source.

"Hi !  Hi !  Hi ! ... hi ! hi !  Maintenant, j'ai ma petite fiancée ; maintenant, j'ai pris possession de la princesse."

E.T.A. Hoffmann        Les Elixirs du diable

 wolfram manteufel,wolfram,manteufel

 "Lorsque je me réveillai, comme sortant d'un profond engourdissement, il faisait déjà nuit.  Seule la pensée de fuir, comme une bête aux abois, vivait en mon âme.  Je me levai, mais à peine eus-je fait quelques pas que, bondissant hors du fourré, un homme sauta sur mon dos et de ses bras me serra le cou.  En vain, je cherchai à m'en débarrasser : je me jetai à terre, je me frottai l'échine contre les arbres, tout était inutile.  L'homme ricanait et riait  sarcastiquement ; alors la lune brilla à travers les sapins noirs et le visage hideux, blème comme un cadavre, du moine, du prétendu Médard  -de mon double-  me regardait fixement et horriblement, comme quand il était sur la charrette.

"Hi !... Hi !... Hi !... petit frère... petit frère... toujours, toujours, je suis près de toi...  Je ne te lâche pas...  Je ne te lâche pas...  Je ne puis... cou... courir, comme toi.  Il faut que tu me por... portes...  je viens de l'écha... l'échafaud...  on a voulu me rou... rouer...  Hi !  Hi i..."

E.T.A. Hoffmann        Les Elixirs du diable

 wolfram manteufel,wolfram,manteufel

"C'est moi  qui avais parlé ainsi, mais, lorsque je me sentis séparé de mon propre moi qui était mort, je remarquai que j'étais devenu la pensée immatérielle de mon être, et bientôt je me reconnus comme étant le rouge qui nageait dans l'éther.  Je m'élançais jusqu'aux sommets éclatants des montagnes.  Je voulais entrer par la porte des nuages dorés du matin dansle château de mes pères ; mais des éclairs traversèrent, comme des serpents de feu, la voûte du ciel, et je fis précipité vers le bas, comme un nuage humide et sans couleur.

"C'est moi, moi, disait la pensée, c'est moi qui colore vos fleurs et votre sang : les fleurs et le sang sont la parure de votre noce que je prépare."

Et, en descendant toujours plus bas, j'apercevais le cadavre, avec sa plaie béante à la poitrine, d'où coulait à flots cette eau impure.  Mon souffle devait changer cette eau en sang ; mais cela ne se produisit pas : le cadavre se dressait et me regardait fixement avec des yeux vides et hideux et il hurlait, comme le vent du nord dans la profondeur des abîmes : "Pensée folle et aveugle, il n'y a pas de combat entre la lumière et le feu, mais la lumière est le baptême du feu par le rouge que tu as essayé d'empoisonner."   ...  

Ainsi parla en moi une voix intérieure et je me mis à prier.  J'entendis frapper doucement à ma porte.  je crus que quelque moine voulait me voir, mais j'entendis bientôt, avec une profonde frayeur, les rires et ricanements épouvantables du fantôme qui était mon double, et il s'écriait sarcastiquement et pour me taquiner :

"Petit frère... me voici de nouveau près de toi... la blessure saigne... la blessure saigne, rouge...  

Viens avec moi, petit frère Médard...

 Viens avec moi."

E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

 "En un sens, on ne regagne jamais qui l'on a commencé de perdre.

Mais on peut rencontrer l'autre qui se cache derrière."

pierre-mertens      "perdre"

 wolfram manteufel,wolfram,manteufel

Façonnée à son image        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 "Accablé de regrets, Rodolphe revint sur ses pas. Il traversa le pays sans projet ; mais bientôt, trompé par une nouvelle illusion, il s'enfonça dans la forêt de Spessart.  Il y avait entendu une voix qui criait et l'appelait par son nom.  Cette voix le détourna de sa route et l'attira dans un endroit sauvage.  "Tu te crois malheureux ; Agnès se croit sans secours, criait la voix du sommet d'un rocher.  Regarde-moi et juge lequel de nous est le plus abandonné, le plus misérable !"  Rodolphe leva les yeux et vit le Petit Pierre enchaîné dans les airs au-dessus du rocher escarpé."

 Christian Heinrich Spiess        Le Petit Pierre

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

 "Me dévorant des yeux, elle m'attirait vers elle, et ses lèvres brûlantes couvraient mes joues de baisers tandis qu'elle murmurait d'une voix entrecoupée : "Tu es mienne, tu seras mienne, et toi et moi  nous ne ferons qu'une à jamais !"  Après quoi, elle se rejetait en arrière sur sa chaise-longue, couvrait ses yeux de ses petites mains, et me laissait toute tremblante.

-  Sommes-nous donc apparentées ? lui demandais-je.  Que signifient tous ces transports ?  Peut-être retrouves-tu en moi l'image d'un être que tu chéris ; mais tu ne dois pas te comporter de la sorte.  Je déteste cela.  Je ne te reconnais pas, je ne me reconnais pas moi-même, quand tu prends ce visage, quand tu prononces ces paroles."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

"C'est moi qui avais parlé ainsi, mais, lorsque je me sentis séparé de mon propre moi qui était mort, je remarquai que j'étais devenu la pensée immatérielle de mon être, et bientôt je me reconnus comme étant le rouge qui nageait dans l'éther.  Je voulais entrer par la porte des nuages dorés du matin dans le château de mes pères ; mais des éclairs traversèrent, comme des serpents de feu, la voûte du ciel, et je fus précipité vers le bas, comme un nuage humide et sans couleur."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du Diable 

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

"Les morts se lèvent hors du tombeau et célèbrent l'office divin."

Ainsi parla en moi une voix intérieure et je me mis à prier. J'entendis frapper doucement à ma porte.  Je crus que quelque moine voulait me voir, mais j'entendis bientôt, avec une profonde frayeur, les rires et ricanements épouvantables du fantôme qui était mon double, et il s'écriait sarcastiquement et pour me taquiner : 

"Petit frère... me voici de nouveau près de toi... la blessure saigne... la blessure saigne, rouge...  Viens avec moi, petit frère Médard... viens avec moi."

E.T.A. Hoffmann      Les elixirs du Diable

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

"Mon double était devant mes yeux.  Non, ce n'était pas l'affreux démon immatériel du délire qui courait derrière moi et qui, comme un monstre me dévorant jusqu'au plus profond de mon être, était monté sur mes épaules ; c'était le moine fugitif et insensé qui me poursuivait et qui enfin, lorsque j'étais étendu sur le sol profondément évanoui, me prit mes vêtements et jeta sur moi le froc.  C'était lui qui était couché devant la porte du couvent et qui me ressemblait, me ressemblait de façon abominable."

E.T.A Hoffmann      Les Elixirs du Diable

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

zurbaran     saint-françois

"Tou... touj... toujours je suis auprès de ... de toi...,

pe... petit frère... petit frère Médard."

E.T.A.  Hoffmann      Les Elixirs du diable

 wolfram manteufel,wolfram,manteufel

vergara       caïn-tuant-abel

"En regardant autour de moi, je m'apercevais bien que ce fantôme, mon double, n'existait que dans mon imagination ; mais je ne pouvais pas me débarasser de cette effroyable vision.  Il me sembla même finalement qu'il me fallait lui parler et lui raconter que j'avais une fois de plus été très sot et que je m'étais laissé effrayer par ce fou d'Hermogène.  Sainte Rosalie allait donc bientôt être à moi, toute à moi, car c'est pour cela que j'étais moine et que j'avais été consacré.  Alors mon double se mit à rire et à soupirer, comme il le faisait d'habitude, et il balbutia : 

"Alors vi... vite... vite !

-  Prends patience, continuai-je.  Prends patience, mon garçon.  Tout ira bien.  Il n'y a qu'Hermogène que j'aie manqué ; il a au cou une maudite croix, comme nous deux, mais mon petit couteau agile est encore tranchant et bien affilé.  

-  Hi... hi... fra... fra... frappe bien... frappe bien..."

Ainsi murmurait la voix de mon double dans le sifflement du vent matinal, qui soufflait du côté où un feu pourpre s'embrasait à l'orient."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du diable

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

"Les jours, les nuits, les semaines s'envolèrent.  Ni l'un ni l'autre ne savait ce qu'ils accomplissaient.  Et des phénomènes singuliers se passaient maintenant, où il devenait difficile de distinguer le point où l'imaginaire et le réel étaient identiques.  Une présence flottait dans l'air : une forme s'efforçait de transparaître, de se tramer sur l'espace devenu indéfinissable. 

D'Athol vivait double, en illuminé.  Un visage doux et pâle, entrevu comme l'éclair, entre deux clins d'yeux ; un faible accord frappé au piano, tout à coup ; un baiser qui lui fermait la bouche au moment où il allait frapper, des affinités de pensées  féminines qui  s'éveillaient  en lui en réponse à ce qu'il disait, un dédoublement de lui-même tel qu'il sentait, comme en un brouillard fluide, le parfum vertigineusement doux de sa bien-aimée auprès de lui, et, la nuit, entre la veille et le sommeil, des paroles entendues très bas : tout l'avertissait.  C'était une négation de la Mort élevée, enfin, à une puissance inconnue ! "

auguste-villiers-de-l'-isle-adam      véra

 

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

 Et maintenant, sois-moi,

DOMINIQUE   MERTENS,

et suis-moi...

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

...car le temps nous est compté !!!

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

 "Quelquefois, par un suprême effort, je parviens à reculer l'instant fatal.  Quelle n'est pas alors ma joie lorsque j'entends sonner la première heure après minuit  - c'est autant de dérobé à l'ennemi !  Mais cette nuit, aucun répit ne me sera accordé.  Déjà je sens s'insinuer en moi le sommeil de la mort."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

abbaye-de-flône      châsse-de-sainte-denise

"Ma tâche est la mort, répéta-t-il.  Entreprise longtemps différée, longtemps mûrie, mais pas encore conclue.  C'est pour elle que j'ai été rappelé ; c'est à cause d'elle que j'erre depuis tant d'années, sans espérance ni repos.  J'ai voyagé seul, j'ai agi dans l'ombre : nul ne me connaissait, nul ne s'enquérait de mon nom et de mes intentions.  Mais le moment est proche qui verra l'accomplissement de ma mission.  C'est pourquoi il m'est permis de venir à vous et de vous parler."

Charles-Robert Maturin       Fatale vengeance

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

"Du miroir me vint la connaissance, du vieux miroir au cadre d'or, qui vit tant de jeux amoureux dans la grande pièce du château de San Costanzo.  De ce miroir me vint la vérité, en feuilletant le livre de cuir rouge : l'innocence est le plus doux de tous les péchés."

Hanns Heinz Ewers      Mandragore

wolfram manteufel,wolfram,manteufel

Ich wil auch mit (moi aussi je veux en être)

   gravure de hans-sebald-beham

MOI  AUSSI  JE  VEUX  EN  ETRE... !

wolfram manteufel,wolfram,manteufel,sheridan le fanu,charles robert maturin,victor hugo,max millner,christian heinrich spiess,e. t. a. hoffmann,blogs gothiques

le tome 1 de mon roman, disponible aux Editions des Tourments

wolfram manteufel,wolfram,manteufel,sheridan le fanu,charles robert maturin,victor hugo,max millner,christian heinrich spiess,e. t. a. hoffmann,blogs gothiques

le tome 2 de mon roman, disponible aux Editions des Tourments

editionsdestourments.fr

 

 

.....

AMOURS VAMPIRIQUES

AMOURS  VAMPIRIQUES

tesla2.jpg

"il profita indignement de cette occasion, imprima sans résistance des baisers sur ses joues et dévoiula sa gorge de ses mains téméraires.  Le prompt instinct de la pudeur la réveilla bientôt ; elle s'arracha de ses bras, versa des pleurs, poussa des cris et s'abandonna au plus mortel désespoir.  Rodolphe la laissa exhaler librement sa fureur : les gémissements de la douleur avaient déjà pour lui autant de charme que les sons d'une lyre mélodieuse.  L'égarement d'une femme qui, dans son délire, ne prend plus garde à son corps, le découvre et l'expose aux regards sans y songer, était devenu un spectacle délicieux pour son coeur perverti ; il en rassasia ses sens et le feu de la volupté l'embrasa de ses plus vives flammes.  Marie eut bientôt épuisé toutes ses forces et tomba sans respiration.  Elle ne put empêcher le monstre de la serrer de nouveau dans ses bras, de lui ravir ses baisers...

"Grâce !  Miséricorde !" fut tout ce que put prononcer sa voix gémissante."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 

"Non, tu vivras ; je ravirai de force ce que tu ne veux pas m'accorder.  Après t'avoir déshonorée, je te chasserai, je t'exposerai à la risée du peuple ; un héraut marchera devant toi et criera :

"La voilà, la prostituée ! La voilà !"  

christian-heinrich-spiess       le-petit-pierre

 teslavoltaspark7474.jpg

"L'embrasser avec toute la passion d'un désir furieux et puis lui donner la mort, telle était la pensée qui me poursuivait irrésistiblement."

e-t-a-hoffmann      les-elixirs-du-diable

1-286_3.jpg

dans_l'enfer_de_l'amour

Dans l'enfer de l'amour...

bobine de Tesla coul recadrée.jpg

Par pitié, mon ami.jpg

Par pitié, mon ami        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

Waterarcflybacksingle.jpg

"Nous le disons ici pour consoler toute femme chaste et prévenir toute femme légère : elle sentit profondément la perte de son innocence ; elle aurait voulu racheter de la moitié de sa vie, de sa vie toute entière l'heure unique qui, dans l'ivresse du plaisir, lui avait paru si délicieuse ; mais l'heure avait fui sans retour."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 princesse gothique à la croix ajourée.jpg

Jeune fille gothique        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

TeslaRotBreakoutTopView1000.jpg

"Mon coeur est mort à, l'amour ; je ne veux plus lui rendre aucun hommage.  J'ai senti tous ses plaisirs ; mais ses peines les ont tellement surpassées, qu'ils ne peuvent plus me séduire."

Christian  Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 

"Furieux, il s'élance vers l'échafaud et voir... le corps imprimé d'Agnès sur le sable, la tête séparée du tronc, cette tête dont les yeux ouverts à demi le pénètrent d'horreur et qui demandait vengeance !  A cette affreuse image, il perd connaissance et tombe.  Depuis une heure, Agnès n'était plus.  trois fois elle avait jeté des regards dans la foule, trois fois elle avait appelé rodolphe et elle était sortie de ce monde avec l'idée cruelle qu'il l'avait totalement oubliée, qu'il aurait pu la sauver s'il l'eût encore aimée."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 brush.jpeg

"Ils poursuivirent leur route : ils avaient déjà franchi la moitié des hautes montagnes de la Suisse, lorsqu'un de ces orages fréquents dans les pesantes soirées de l'été s'éleva derrière eux.  Ils pressèrent le pas de leurs chevaux pour arriver au gîte ; mais bientôt l'orage et la nuit les surprirent à la fois.  Enveloppés des plus épaisses ténèbres, ils s'écartèrent du chemin frayé et s'engagèrent dans la forêt.  L'éclair leur montrait par intervalles des abîmes prêts à les engloutir : ils reculaient d'épouvante et s'égaraient de plus en plus.  Enfin l'orage se dissipa et ils reprirent courage ; mais ils cherchèrent vainement leur route.

Vers minuit, ils aperçurent une lumière dans l'éloignement ; ils tâchèrent de s'en approcher.  Cette clarté partait d'un château illuminé qui s'élevait sur  un rocher au milieu de la forêt.  Ils prirent le sentier  étroit et tournoyant qui y conduisait et arrivèrent enfin à la porte : elle était fermée.  rodolphe appelle la vedette ; point de réponse.  Il ordonne de frapper ; soudain les portes s'ouvrent d'elles-mêmes.  le chevalier entre avec ses écuyers dans une cour spacieuse.  là, il attend que quelqu'un vienne lui demander son nom ; mais un morne silence régnait partout.  Déjà les cavaliers parlaient de fantômes ; plusieurs même voulaient retourner sur leurs pas ; mais, à leur grand étonnement, la porte s'était refermée derrière eux et il leur était impossible de lk'ouvrir.  Tout à coup retentit dans le lointain le son perçant d'une petite cloche ; bientôt des cloches plus fortes se firent entendre ; leur nombre allait toujours croissant : à la fin les oreilles furent assourdies de leur sonnerie bruyante ; les chevaux hérissèrent leurs crins et les cavaliers tremblants eurent peine à les contenir."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

 bobine de tesla coul détailrecadré.jpg

"Nuit après nuit, je te tue dans mes rêves."

Walter Sparrow  dans le film  " Le Nombre 23"

lightning-30REC.jpg

"Désormais, un seul but peut retenir mon intérêt pendant les quelques années qui me restent à passer en ce monde : c'est d'exercer sur cette femme la vengeance dont un bras humain est encore capable, grâce à Dieu !"

 sheridan-le-fanu     carmilla

 

"Une nuit, la voix que j'avais coutume d'entendre au coeur des ténèbres fut remplacée par une autre, mélodieuse et tendre aussi bien que terrible, qui prononçait les paroles suivantes :

"Ta mère t'avertit de prendre garde à l'assassin."

Au même instant, une lumière soudaine jaillit devant mes yeux, et je vis Carmilla, debout près de mon lit, vêtue de sa chemise de nuit blanche, baignant du menton jusqu'aux pieds dans une immense tache de sang."

 eclairs1.jpg

 

"La connaissance est souvent douloureuse."

Sheridan Le Fanu        Ultor de Lacy

 orage.jpg

"A mon réveil, à la suite de ces rêves, je gardais le souvenir de m'être trouvée dans un lieu plein de ténèbres, et d'avoir conversé avec des êtres invisibles ; je me rappelais tout particulièrement une voie féminine très distincte, lente, au timbre grave, qui semblait venir de fort loin et ne manquait jamais de m'inspirer une indicible terreur solennelle.  Parfois, je sentais une main glisser lentement sur ma joue et sur mon cou.  Parfois encore, des lèvres brûlantes couvraient mon visage de baisers qui se faisaient plus appuyés et plus amoureux à mesure qu'ils atteignaient ma gorge où se fixait leur caresse.  les battements de mon coeur s'accéléraient ; je respirais plus vitte et plus profondément.  puis survenait une crise de sanglots qui me donnait une sensation d'étranglement et se transformait enfin en une convulsion effroyable au cours de laquelle je perdais l'usage de mes sens."  

 Sheridan Le Fanu      Carmilla

 

orage9.jpg

Je veux en finir avec toi.jpg

En finir avec toi        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Je fus tout étonnée de voir un très beau visage à l'expression solennelle en train de me regarder d'un côté du lit.  C'était celui d'une jeune fille agenouillée, les mains sous mon couvre-pied.  Je la contemplai avec un émerveillement ravi, et cessai de pleurnicher.  Elle me caressa de ses mains, puis s'étendit à côté de moi et m'attira contre elle en souriant.  Aussitôt, j'éprouvai un calme délicieux et je me rendormis.  Je fus réveillée par la sensation de deux aiguilles qui s'enfonçaient profondément dans ma gorge, et je poussai un cri perçant.  La jeune fille s'écarta d'un mouvement brusque, les yeux fixés sur moi, puis se laissa glisser sur le parquet, et, à ce qu'il me sembla, se cacha sous le lit."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

eclairs2.jpg

"Il y a longtemps que je t'aime,

jamais je ne t'oublierai..."

 

"Elle soupira, et ses beaux yeux noirs me lancèrent un regard passionné.  Or, à vrai dire, cette belle inconnue m'inspirait un sentiments inexplicable.  J'étais effectivement, selon ses propres termes, "attirée vers elle", mais j'éprouvais aussi une certaine répulsion à son égard.  Néanmoins, dans cet état d'âme ambigu, l'attirance l'emportait de beaucoup. Elle m'intéressait et me captivait car elle était très belle et possédait un charme indescriptible."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

eclair-4.jpg

"Il y a longtemps que je t'ai oubliée,

jamais plus je ne t'aimerai..."

 baiser vampirique.jpg

"JAMAIS PLUS..."

eclair-awalstra.jpg

"NEVER  MORE..."

 773px-Johann_Heinrich_Füssli_014.jpg

johann-heinrich-füssli       le-cauchemar

 eclair-4.jpg

"NEVER  MORE !!!   

JAMAIS  PLUS !!!"

 orage1.jpg

"Il en vint ensuite à souhaiter l'existence d'un succube, avec lequel il se plongerait  dans d'infernales amours, pour savoir ce qu'il y a au fond."

.....

"L'être mystérieux ne tarde pas à se manifester : c'est une haleine moite que le sculpteur trouve un jour à la vitre de son atelier, c'est un profil d'une beauté sombre dessiné au charbon sur un mur, c'est un souffle de femme dont il se sent effleuré pendant son sommeil.  Mais son désir reste associé aux images de sa frénésie marine : "La nuit trouvait en lui ainsi que la mer, une forte sympathie : c'étaient ses deux soeurs.  Aussi était-il désormais incapable d'aimer une autre femme qu'une brune aux yeux glauques : c'est ainsi qu'il se figurait son démon."  La formule qu'il emploie pour se donner à lui reste marquée de cette obsession : "Si tu veux de moi, ô mon beau démon, si tu as de longs cheveux noirs et de grands yeux couleur de l'onde, viens, je me donne à toi."

alphonse-esquiros     le-magicien

 

"Et puis comme la magie nous servira, ô mon amant, pour nous retrouver dans toutes les grandes sympathies du monde !  Pendant ton sommeil, je t'enverrai mes songes ; je suspendrai mon regard aux yeux des étoiles ; je cacherai dans les branches ou l'onde des fontaines des pensées d'amour, et les fontaines et les branches te les rediront au long bruit des vents et des flots ; je soufflerai sur ta coupe une magnétique haleine, et je suis sûre qu'après cela tu boiras mon âme..."

Alphonse Esquiros     Le Magicien

orage9.jpg

 "Il se dit même que ça devait être, aux clartés de la lune, un spectacle étrange que celui de ces dragons, ces hydres, ces sphinx, ces tarasques, ces hippogrigges frottant, l'un contre l'autre, avec un choc luxurieux, leurs ventres semés d'écailles." 

Alphonse esquiros      Le magicien

 orage2.jpg

 

"Mais est-il des mots pour peindre la déchéance de lucifer, l'astre du matin, qui fut précipité du gouffre de la perdition, où il demeure à jamais, chargé de chaînes de diamant et couché sur un lac de feu ?  Ma chute fut aussi radicale, aussi définitive ; j'ose même dire qu'elle fut pire, car il n'est rien de comparable aux tourments de l'être humain dans l'enfer de l'amour."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

 orage7.jpg

  succube MeistzeinbrachNBcontrasté.jpg

Succube Meistzeinbrach      figurine créée par l'auteur pour sa mise en scène

l'-antre-du-vampire

 orage8.JPG

citations gothiques,dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

    succube Füchtemborgd.jpg

Succube Füchtemborgd      figurine créée par l'auteur pour sa mise en scène

"L'Antre du vampire"

 orage4.jpg

"Mais Amour est un despote peu enclin à renoncer à ses conquêtes.  La jeune fille s'épuisait à en vouloir secouer le joug.  Ellle demeurait entièrement occupée de celui dont elle ne parvenait pas à effacer l'image. Suivait un poème du désenchantement : retombée la fièvre des sens, dissipés les rêves et les illusions, seule se faisait entendre la voix d'une âme qui pleure sur des ruines et dénonce dans une passion à son déclin la source de tous ses maux présents et futurs.  Une âme qui, consumée de langueur, sent peu à peu se refermer sur elle la froide étreinte du désespoir, qui attend dans l'angoisse l'instant où "se déchirera le cordon d'argent et se brisera la coupe d'or."  Les accents du poème n'étaient pas de ceux que dicte une quelconque infortune ; ils ressortissaient au délire visionnaire de l'amour et du remords."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

 Lamentation d'amour.jpg

Lamentation d'amour          encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

orage6.jpg

-  "Où est-elle allée ?  Je vous en supplie, poursuivez ...!  Où votre âme est-elle allée ?

- Il m'est interdit de le révéler, et d'ailleurs vous n'êtes pas de taille à supporter les secrets du royaume des ombres.  Si je vous dévoilais leurs oeuvres, ceux auxquels j'obéis, et dont je suis environné à tout moment, surgiraient devant vous dans un jaillissement d'éclairs et m'emporteraient dans la nuit."

Charles Robert Maturin      Fatale vengeance

orage3.jpg

Amours me fait désirer

(complainte médiévale)

Amours me fait désirer 

Et aimer

Mais si folletement

Que je ne puis espérer

Ni penser

Ni imaginer nullement

Que le doux et noble visage

Qui m'éprend

Doive me donner joie,

Ainsi amour ne fait véritablement

Que je l'aie sans implorer.

Ainsi l'ai-je sans implorer.

Ainsi ai-je si durement souffert

Que poursuivre je ne puis plus longtemps

Car en mon coeur je veux cacher

Et porter 

Cet amour secrètement,

Sans requérir allégeance,

Ma vie veux finir de meilleure manière

Qu'en tourments.

Ainsi n'ai-je préoccupation vraiment

Que je l'aie sans implorer,

Mais désir fait embraser

Et douter

Cet amour si âprement

Que tout m'en fait oublier

Et que en dehors d'elle je n'ai nulle pensée,

Et à cause de cela, amoureusement,

Avec discrétion, patience, docilité, soumission,

Je languis sans joie goûter.

Ainsi j'en mourrai, si bientôt elle ne consent

Que je l'aie sans l'implorer.

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

 Pureté.jpg

Pureté       encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

"La fidélité prit naissance dans le coeur d'une femme.  Mais depuis que le doute soupçonneux s'est introduit sur la terre, les amis se sont rompus ; ceux qu'on avait séparés ne se sont retrouvés qu'avec froideur ; les mères elles-mêmes ont regardé leurs enfants avec des pensées de terreur ou de haine, et cependant l'amour n'a jamais eu d'asile plus pur que le coeur d'une femme, s'il est vrai que jamais une femme ait aimé comme moi."

Charles Robert Maturin      Bertram, ou Le Château de Saint-Aldobrand

 dans l'enfer de l'amour, bertram, maturin

 honoré_de_fragonard   illustration pour le roman 

bertram_ou_ le_château_de_saint_aldobrand

roman de charles_robert_maturin

 dans l'enfer de l'amour,bertram,maturin

"Une nuit qu'il attendait vainement le repos, et qu'il avait même éteint sa bougie, il entendit distinctement un gémissement sourd et prolongé qui troubla le silence profond et habituel du donjon."

ann_radcliffe_julia_ou_les_souterrains-du_château_de_manzini

(titre original : "a_sicilian_romance")

dans l'enfer de l'amour,bertram, anne radcliffe,maturin

"Tu es à moi !" 

bellin_de_la_liborlière       la_nuit_anglaise

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

Ensemble sous la pluie        encre de l'auteur, Dominique Mertens

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

"Tu m'appartiens !"

 dans l'enfer de l'amour,bertram,anne radcliffe,maturin

 

.....

 

 

 

Une VIE GOTHIQUE

 UNE  VIE  GOTHIQUE

forêt_luminescente.jpg

"Oui, je ris de l'humanité et du mensonge perpétuel qu'elle commet en parlant de son coeur.

Je ris des passions humaines, du vice et de la vertu, de la religion et de l'impiété, car ce n'est autre chose que le résultat des conventions locales et des situations artificielles.    (.....)

Misérables humains !  Comédiens de bonne foi, d'un ridicule amer, débitant de grands mots, et n'éprouvant rien de profond !"

charles_robert_maturin      melmoth_l'_homme_errant

 octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 mon  roman  

est  en  vente  

à  la  librairie  des

éditions des tourments

librairiedestourments.fr/livre/dans-ses-yeux-je-voyais-ma-mort/

et

editionsdestourments.fr

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

     Dominique Mertens           L'Axe de l'Univers       

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 " Qui donc est parmi nous, s'écria enfin le moine ?

Là où il mange, la nourriture devient poison ;

là où il marche, l'herbe se sèche.  Son oeil est un éclair.

Qui est-il ? "        (.....)

" Qui l'a amené ici , qui le connaît ? répétait le moine. 

Et comme personne ne lui répondait, Olavida s'adressa personnellement à chacun d'eux et chacun d'eux lui fit un signe négatif.

 Alors moi seul puis le connaître, s'écria-t-il, et je sens déjà ses marques sur moi."  (.....)

" Sa voix s'éteignit un instant, puis reprenant avec effort : 

 Je le connais et je lui ordonne de sortir, car il s'appelle le ... "

charles_robert_maturin       melmoth,_l'_homme_errant

   

 

Pourquoi teinter ainsi d'hypocrisie

nos relations humaines ?

 Le_Reniement_de_saint_Pierre_by_Gerrit_van_Honthorst.jpg

"Non, je ne connais pas cet homme !"

gerrit_van_honthorst        le_reniement_de_saint_pierre 

beuverieREC.jpg

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?  

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

(chanson de Léo Ferré - extrait)

Tout est affaire de décor

Changer de lit changer de corps

A quoi bon puisque c´est encore

Moi qui moi-même me trahis

Moi qui me traîne et m´éparpille

Et mon ombre se déshabille

Dans les bras semblables des filles

Où j´ai cru trouver un pays.

Cœur léger cœur changeant cœur lourd

Le temps de rêver est bien court

Que faut-il faire de mes jours

Que faut-il faire de mes nuits ?

autoportrait.jpg

                     Dominique Mertens          Wolfram Manteufel    

Deviens  un  autre !!!

DEVIENS  AUTRE !!!

2538599281REC.jpg

       charles_robert_maturin

Charles Robert Maturin (1782-1824)  est issu d'une famille de la bourgeoisie irlandaise protestante.  Il mena toute sa vie durant une carrière d'ecclésiastique à la paroisse de Saint-Peter de Dublin.  Il fut constamment en proie à de grandes difficultés financières, ce qui le poussa à développer sa production littéraire, laquelle fut taxée d'athéisme.

hogarth-the-four-stages-of-cruelty-in-perfection.jpg

"Il en est ainsi de la curiosité et de l'amour, qui sont certes les deux plus grands moteurs du monde, et qui colorent tous les faits, toutes les erreurs, d'une sorte de grandeur romanesque, en donnant naissance à de grandes dépenses d'énergie pour obtenir la possession d'êtres ou de choses bien souvent fort misérables, hélas !"

charles_robert-maturin       melmoth,_l'homme_errant

vierge_en_larmesREC.jpg

 les âmes anéanties pleurent sur le misérable orgueil des hommes 

 choeur_des_chantres_rouges.jpg

 "Seigneur, prends pitié !"

kyrie_eléison_partition.jpg

Requiem  pour  l'espèce  humaine...

 messe_de_requiem.jpg

"Et comme si, à cet instant même, dans mes yeux qui ressemblaient aux yeux de ma mère, il eût deviné toute une destinée de souffrance, il m'étreignit avec force contre sa poitrine et fondit en larmes."

octave_mirbeau        le_calvaire

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Dominique Mertens          L'Enfer m'étreint        

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"D'ailleurs, signor, je vous le répète : n'allez pas vous mêler des affaires

qui peuvent intéresser les Frères Noirs ou tout autre habitant de la forêt sombre ;

on ne peut jamais avoir qu'à s'en repentir !"

étienne_léon_de_lamothe_langon        le_monastère_des_frères-noirs

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 

 "Parce que les malheureux aiment à avoir des compagnons d'infortune.  Les oiseaux en cage désirent voir enfermer les autres oiseaux.  Il est possible que ce soit le désir d'une âmes corrompue, mais il est très naturel."

charles_robert_maturin       melmoth,_l'_homme_errant

 Radcliffe_Les_Mysteres_d_UdolpheRECOL.jpg

"C'était la beauté dormant au sein de l'horreur."

ann_radcliffe        les_mystères_d'_udolphe

 

carnage_à-hiroshima.jpg

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

400px-Radcliffe_Les_Mysteres_d_Udolphe_frontispice_du_tome2_rec.jpg

"Puis tout à coup ma vision s'obscurcit et une tempête éclata dans tout mon être.  Je me redressai sous l'influence d'un pouvoir plus fort que la raison, la nature reprenait son empire, ma jeunesse me criait : tu peux encore changer les rôles dans cette atroce comédie, et de victime sacrificateur.  Je puis faire rougir ma mère devant moi ; mon père demeurera confondu.  A mon tour, je puis jeter le désespoir dans l'âme de ceux qui m'entourent et leur rendre souffrance pour souffrance."

charles_robert_maturin       melmoth_l'_homme_errant

Est-ce ainsi que les hommes vivent ? 

amours4.jpg

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

 homme_menaçant_sa_femme_détail_ gravure_de_abraham_bosseRECOL.jpg

"Et comme si, à cet instant même, dans mes yeux qui ressemblaient aux yeux de ma mère, il eût deviné toute une destinée de souffrane, il m'étreignit avec force contre sa poitrine et fondit en larmes."

octave_mirbeau      le_calvaire

  octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Dominique Mertens             Crime odieux

 Tout, tout, tout au nom du seul ARGENT  !!!!

sale_argent 5.jpg

L'argent, ce sang impur qui vicie les pensées et les actes  des êtres humains...

une_voie_inextricable.jpg

un chaos de sentiments et d'actes frelatés, 

2973100458.7.gif

que le feu seul parviendrait éventuellement à purifier... en les anéantissant !

  médaille décernée par le gouvernement russe aux liquidateurs (décédés)

 de la centrale nucléaire de Tchernobyl

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Quel dommage que tant de riches qui pourraient se procurer à volonté un soleil brillant laissent flétrir leurs jours dans les brouillards de l'égoïsme!"

ann_radcliffe_les_mystères_d'_udolphe

sale_argent 6.jpg

ASSEZ  de ces  financiers

et autres spéculateurs!!!

 Ils  dénaturent  la  Vie

et transforment toutes choses,

et  jusqu'aux sentiments-mêmes,

en viles marchandises.

2973100458.7.gif

La Vie n'est ni un spectacle, ni une marchandise...

(lire à ce sujet "La Société du spectacle", ouvrage fondamental de Guy Debord)

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

      Dominique Mertens          Enchaînée et dénaturée       

 

Dénaturer, c'est déjà détruire...

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

  La mer n'est pas la mer

(extrait de la chanson de  Félix Leclerc)

une_rivière_en_travers_de_la_forêt.jpg

La mer n'est pas la mer,

C'est un gouffre sans fond       

Qui avale les garçons

Par les matins trop clairs...

L'amour n'est pas l'amour...

C'est un faux carrefour

Où les filles entrent en chantant

En ressortent en pleurant...

La vie n'est pas la vie...

Mais triste comédie

Qu'il faut vite quitter

Avant que d'y goûter...

Moi je sais un pays

Qui est bien loin d'ici

Où la mer et la vie

Et l'amour sont unis...

...Où la mer et la vie

 Et l'amour sont unis

une_rivière_en_travers_de_la_forêtREC.jpg

Sur les traces de l'infâme Montorio...

( héros du roman "fatale_vengeance",  de charles_robert_maturin ) et du tout aussi sinistre montoni... (héros du roman "les_mystères_d'_udolphe", de ann_radcliffe)

reynolds-mysteriesRECOL.jpg

red_forest.jpg

the-pythia-of-delphiRECOL.jpg

amours_rouges.jpg

... qui  va  jusqu'à  faire  de  l'amour  une  simple  marchandise...

 6929983.jpg

éviter les mauvaises rencontres

 en s'enfouissant au plus profond de soi-même

 

"  - Tu es parfois d'une naïveté incroyable !

-  Qu'est-ce qui te fait croire qu'il a des

sentiments pour moi ?

-  Il ne te touche jamais ! "

dialogue extrait du film le_village,  de m_night-shyamalan

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"L'idée de s'ensevelir dans des caves profondes et de se mettre à la merci des esprits infernaux, loin de la lumière du jour, et pour ainsi dire dans les entrailles de la terre, glaça les domestiques d'une terreur si forte que tous se refusèrent à obéir à l'ordre de leur maître."

ann_radcliffe_julia_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Mon geolier me conduisit, les yeux bandés, à travers une multitude de passages, jusqu'à ce qu'enfin nous arrivâmes à une salle de la partie méridionale du château."

julia_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini       ann_radcliffe

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

et  chercher  inlassablement  la  lumière

  afin d'accueillir l'énergie

 

 

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Dominique Mertens          Attachée à la vie par de simples ronces         

 car l'amour

est

transformation

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Le Monde tourne grâce à l'Amour.  

Chacun s'incline respectueusement devant lui."

dialogue extrait du film le_village, de m_night_shyamalan

 

  octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

amphitheatrum_sapientiae_aeternae

  "Pour arriver à tout savoir, veillez à ne posséder quoi que ce soit.  (...)  Pour arriver à être tout, veillez à n'être rien de rien,  (...)  car  pour venir du tout au tout, il faut renoncer à soi du tout au tout."

jean_de_la_croix   citant maître_eckart   ("Du détachement")

  Voici que l'été est passé

(poème d'Arseni Tarkovski , fils d'Andréi Tarkovski,  extrait du film  Stalker)

Voici que l'été est passé,

Autant dire un mirage !

Au soleil il fait bon

Mais on en voudrait davantage.

Tout ce qui devait arriver

Comme une feuille échancrée

Est tombé sur ma page,

Mais j'en voudrais davantage.

Ni le mal, ni le bien,

Rien ne s'est perdu en vain.

Tout à fait flamme claire et sage,

Mais j'en voudrais davantage.

La vie m'a accueilli sous son aile

Pour me garder et me sauver,

Et c'est vrai que j'ai évité le naufrage,

Mais j'en voudrais davantage.

Pas de feuilles brûlées,

Pas de branches brisées,

Un jour propre comme le vitrage,

 Mais j'en voudrais davantage !

 

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Qu'ai-je à craindre ?  dit-elle ;

si les âmes de ceux que nous chérissons reviennent,

ce ne peut être que par bonté."

 ann_radcliffe      les_mystères-d'_udolphe

 

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

philip_galle       le_triomphe_du_temps     

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

philip_galle       le_triomphe_de_la_mort

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

les roues du Temps, les roues de la Mort

sont-elles bien les seules à nous broyer, 

nous, pauvres humains... ?

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Quand son esprit fut remis de ce premier choc, elle comprit le danger de céder à l'indolence ; et pensant qu'une activité soutenue pourrait seule lui donner de la force, elle s'attacha scrupuleusement à bien employer toutes ses heures.  C'est bien alors qu'elle connut le prix de l'éducation qu'elle avait reçue.  En cultivant son esprit, Saint-Aubert lui avait assuré un refuge contre l'ennui et l'oisiveté, la dissipation, les brillants amusements, les distractions de la société dont sa position la séparait, ne lui étaient point nécessaires.  Mais en même temps, Saint-Aubert avait développé les touchantes qualités de son âme ; elle répandait sa bienveillance autour d'elle, et les maux qu'elle ne pouvait écarter par ses secours, elle les adoucissait par la compassion et la bonté ; en un mot, elle savait compatir aux douleurs de tous les êtres qui souffraient."

ann_radcliffe       les-mystères_d'_udolphe

 

Enfin libre !!

 octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 Oui, mais libre de quoi ?

 octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Enfin seul(e) !!

Oui, mais seul(e) avec qui ?

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

amour_désarmé

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 Sur les pas d'une héroïne gothique exemplaire,

en feuilletant le roman d'Ann Radcliffe

"Julia, ou les souterrains du château de Mazzini"

("a sicilian romance")

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 "Près de cette porte que l'on referma, le marquis fit découvrir une trappe que des broussailles et des pierres détachées de l'escalier masquaient en quelque sorte.  Le terrain étant déblayé, il ordonna encore au valet le plus proche de lever cette trappe, qui nécessairement devait conduire à quelques souterrains.  L'idée de s'ensevelir dans des caves profondes et de se mettre à la merci des esprits infernaux loin de la lumière du jour et pour ainsi dire dans les entrailles de la terre glaça les domestiques d'une terreur si forte que tous se refusèrent d'obéir à l'ordre de leur maître."

.....

octave mirbeau,citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Sur les pas d'une héroïne gothique...

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 Dominique Mertens          C'est ici que le chemin s'efface        

..... "Il n'en fallut pas davantage pour décider Julia à fuir à travers l'espace ténébreux qu'elle avait à parcourir.  Après avoir couru longtemps sans trouver le terme de cette vaste enceinte, elle s'arrêta pour respirer.  Tout était calme en ce moment, et comme elle regardait autour d'elle, la sombre obscurité du lieu porta dans son imagination les images les plus effrayantes.  Elle fut étonnée de la profondeur de cet abîme, dont elle ne découvrait qu'imparfaitement l'étendue.  Cet asile ne semblait propre qu'à servir de repaire aux brigands."

.....

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

photo extraite du film "der_turm_ des_schweigens"  de johannes_guter

..... "L'escalier, arrivé à la plus déplorable vétusté, était composé de marches rompues et de pierres toutes disjointes.  Le mur même contre lequel il était appuyé, était entamé à plusieurs endroits.  Tout donnait à craindre que le moindre poids ou la plus légère secousse n'entraînât l'escalier et le mur.  Il y avait donc au moins de l'imprudence à se hasarder au milieu de ces effrayantes ruines.   Mais le désir de fixer ses idées et d'arriver à un résultat quelconque, l'emporta sur l'imminence du péril.  Ferdinand hasarda le pied sur la première marche de l'escalier, et passant de pierre en pierre, toujours en évitant les points dégradés, il arriva à la seizième marche.   Il espère aller plus loin, mais par suite de l'ébranlement qu'il vient de donner à cet amas de pierres disjointes, les marches inférieures se rompent subitement, et il reste suspendu sur le point où il se trouve, à dix ou douze pieds de terre, ayant au-dessous de lui un monceau de pierres et de décombres qui le briseront infailliblement s'il tombe de la hauteur où il est en quelque sorte suspendu."

.....

 octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

..... "Au risque de périr, il se saisit d'une solive placée le long des marches de l'escalier ; il espère qu'elle pourra supporter le poids de son corps, et qu'en se laissant glisser tout au long, il lui sera possible de parvenir sans accident au pied des degrés.  Mais à l'instant où il avance la main pour la porter sur la pièce de bois, sa lampe lui échappe, elle s'éteint et tombe au milieu des décombres."

.....

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 ..... "Le ciel était couvert de nuages, la lune ne devait pas paraître, ainsi la nuit était extrêmement obscure.  En vain essaya-t'-il d'ouvrir la petite fenêtre qui lui donnait un peu d'air et de jour.  Elle était scellée, cadenassée et garnie en dehors d'énormes barreaux."

.....

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Des rochers semi-circulaires s'élevaient en groupe, et dans leurs formes fantastiques présentaient les attitudes de la nature les plus frappantes et les plus hardies : sa vaste magnificence élevait ici l'âme du spectateur jusqu'à l'enthousiasme  ; l'imagination ravie exerçait encore son empire sur les objets ; elle ajoutait à l'obscurité du bas, à l'horreur des cavernes, à l'aspect effrayant des rochers, au murmure des vents."

.....

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 "Elle marcha quelque temps en tâtonnant ; elle fut encore arrêtée par une autre porte qu'elle essaya également d'ouvrir.  Le désespoir doublait ses forces.  Après une assez longue résistance, la porte céda, et Julia vit un très petit appartement, éclairé par une petite fenêtre pratiquée dans la voûte.  Au milieu, dans une espèce de fauteuil à bras, était une femme pâle, défigurée, les yeux à moitié fermés."

 .....

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Dominique Mertens          Tout près d'Eux       

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Si la compassion n'est pas un sentiment voluptueux, comment se fait-il que rien ne nous bouleverse autant que la beauté souffrante ?"

christophe_martin_wieland          histoire_de_agathon

 octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 "Je ne peux vivre  plus longtemps dans cette confusion, cette incohérence...  L'amour profane m'est interdit.  Le Très-haut est ma seule nourriture, ma seule consolation.  Vers Lui j'élève mes regards.  Vers Lui montent mes prières.  Je ne puis aimer nul autre que Lui...  Mon sang  bouillonne...  Que m'arrive-t'-il ?  Je ne sais pas, je ne sais plus.  Oh !  vers où porter mes pas ?  Les journées me sont une torture.  Je voudrais trouver refuge dans les bras de Celui que j'ai offensé... Une voix résonne à mes oreilles : "Tu vis dans le péché."  Est-ce donc péché que d'aimer ?"

charles_robert-maturin        fatale_vengeance

octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Est-ce moi cette créature tombée en faute, est-ce moi cette créature échevelée, hagarde, qui s'enfonce dans des terres stériles à la poursuite d'un objet insaisissable, et qui se retournant soudain découvre avec horreur qu'elle est perdue ?"

idem

 octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 "Je ne peux plus nier l'évidence.  Oui, j'aime d'amour.  J'étais ballottée de-ci de-là dans la nuit sombre.  Un courant m'emportait sans que j'en eusse conscience.   Quand le jour a paru, je flottais à la dérive sur le vaste océan : seule, frissonnante, désemparée.  Si autrefois j'avais entendu raconter une histoire semblable à la mienne, je n'aurais pas eu de mots assez durs pour condamner les illusions et les mensonges dont se serait bercée la triste héroïne.  Moi aussi je me targuais d'une vertu qui n'avait pas encore été mise à l'épreuve.  Moi aussi je me croyais au-dessus des tentations alors que j'ignorais tout de leur puissance.  Moi aussi j'étais pure, j'étais fière.  Aujourd'hui je suis une brebis égarée dans le désert.  La servante du Seigneur s'est détournée de l'amour divin, du Guide de sa jeunesse, et s'attache aux pas d'un inconnu."

idem

 

"Il est venu à ma rencontre souriant comme un ange, brillant des mille feux de l'aurore.  L'allégresse, la beauté, la splendeur, tous les attraits et ornements de la vie, tout ce qui est capable de captiver les sens, lui faisaient cortège.  Je regardai, écoutai et succombai.  Il me tendit la coupe que j'approchai de mes lèvres tremblantes.  Je bus.  Oh !  le doux, le délicieux breuvage !  C'est ainsi qu'Amour prit possession de moi."

idem

 octave mirbeau,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

       Dominique Mertens         Confrontation des lumières       

 

"Lumières"

chanson de Gérard Manset

Mais où sont passées les lumières
Qui nous guidaient ?
Peut-être étions-nous trop fiers
Pour baisser la tête.
Le monde a tourné sans nous,
Sans nous attendre.
Les ténèbres sont partout
Couvertes de cendres.

Mais souviens-toi
Que l'on s'aimait quand même.
Nous étions si jeunes, si fiers
Et, comment le dire,
Nous avons perdu la lumière,
L'étoile qui caressait nos paupières.
Tout m'est égal.

Et quand même
On se souvient,
On se rappelle
De quelque chose
Qu'on pose près du lit,
D'une lumière
Qui brillait la nuit.

Mais où sont passées les lumières
Qui nous guidaient ?
Devenus statues de pierre,
Qu'avons nous fait ?
Les instants, comme des clous de fer
Qu'on enfonce
Et rien que le bruit de la mer
Pour seule réponse.

Souviens-toi, c'était hier,
Mais aujourd'hui,
Le lion secoue sa crinière.
Peur de la nuit,
Gratte le fond de la rivière
Où il venait boire.
Nous avons perdu la lumière.
Nous sommes dans le noir.

Mais où sont passées les lumières
Qui nous guidaient ?
Le lion secoue sa crinière
A chaque coup de fouet
Derrière les barreaux de fer,
Sans illusion.
Derrière les barreaux de fer,
De sa prison

octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 

"Est-ce ainsi que les hommes meurent ?"

chanson de Gérard Manset

                                      Depuis bien longtemps déjà,
J'ai cessé d'écrire,
Cesser de lever les yeux,
Cessé de relire.
Dans le parc, devant la grille,
Les hommes arrivent
Et juste une trace de pas
Le long des rives,
Juste une trace de pas
Le long des rives.

Depuis bien lontemps,
Je ne dirige plus les musiciens.
Depuis bien lontemps,
Laissé pendu l'habit de magicien
Dans le parc, devant la mer.
Les robes blanches,
Enfants fragiles comme du verre,
Jouent sous les branches,
Enfants fragiles comme du verre,
Jouent sous les branches...

Est-ce ainsi que les hommes meurent ?
Et leur parfum, au loin, demeure.

Depuis bien longtemps déjà,
J'ai cessé de vivre,
De toucher du bout des doigts
La tranche des livres.
Dans le parc, devant la rive,
Des bruits étranges,
Bruissements d'ailes, lumières,
Cheveux des anges,
Le bruissements des ailes, les lumières,
Les cheveux des anges...

Depuis bien lontemps déjà,
Le seul souvenir
D'une miette de vie encore
Que je respire,
Dans le parc devant l'allée,
Le vide immense.
Bruits des pas sur le gravier,
De mon enfance,
Les bruit des pas sur le gravier,
Les ombres dansent...

Est-ce ainsi que les hommes meurent ?
Et leur parfum, au loin, demeure,
Et leur parfum, au loin, demeure.

 

 catafalque.jpg

 octave mirbeau,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 

"Samuel Hall"

chanson d'Alain Bashung

J'suis parti à 15 heures trente

J'étais fatigué j'avais mal
Tu es fatigué c'est tout
Dit-elle

Acheté une livre et demie de viande hachée
Haricots en boîte plus chips
Quel besoin avais-tu d'acheter tout ca
Dit-elle

Tu ferais mieux de nous pondre un truc qui marche mon garçon
Dit-elle
Tu ferais mieux de nous pondre un truc qui marche

Allez continue comme ça
Continue comme ça

Ohé ohé

Avale me disais-je
Allez avale

Allez au diable je m'appelle Samuel Hall
Je vous déteste tous
Allez au diable je m'appelle Samuel Hall
Je vous déteste tous

Mon estomac s'est contracté oh de la mortadelle ou Dieu sait quoi
Oh Seigneur j'ai dit Oh
Tu ferais mieux de revoir tes vieux amis
Dit-elle
Tu ferais mieux de revoir tes vieux amis

Glissé le carbone plus papier dans la machine et au travail
C'est ça oui c'est ça
Dit-elle

Avale me disais-je
Allez avale

Allez au diable je m'appelle Samuel Hall
Je vous déteste tous
Allez au diable je m'appelle Samuel Hall
Je vous déteste tous

Allez continue comme ça
Continue comme ça

Ohé ohé

Continue comme ça ...

octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Toi à qui m'enchaîne une passion fatale, approche et regarde ce que tu as fait de moi.  Non, ne viens pas !  Je ne veux pas que tu me voies vautrée dans le péché.  Je ne veux pas d'un soupir   de compassion devant des souffrances qui me procurent d'atroces volupés."

idem

 octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Rien ne sert de lutter contre un sort misérable.  Renoncer à ma faute serait renoncer à la vie.  Je ne le puis ; je m'y refuse.  Mon malheur m'est cher.  De l'amour j'ai goûté les fruits amers, la solitude, les larmes.  Si cela est souffrance, alors je veux souffrir encore."

idem

octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

      Dominique Mertens          L'angelus  ou  le combat pour la vie         

octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

          Dominique Mertens            Le rond de sorcière           

 octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 fonthill_abbey

 

"Ses yeux se posent sur moi et semblent demander : "Est-ce que tu gémis ?" Et monte à ses lèvres un sourire enchanteur et caressant qui ranime mes forces défaillantes.  Lorsque la lune, déchirant la sombre masse d'un ciel d'orage, répand sur les flots tumultueux des gerbes de douce lumière, l'infortuné navigateur relève la tête et bénit l'apparition de l'astre nocturne.  C'est ainsi qu'il illumine mes ténèbres de son éclat et de sa splendeur."

idem

 octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

dossier complet 

à  découvrir sur le site

editionsdestourments.fr

octave mirbeau,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

           Dominique Mertens          Prière à la vierge             

"Je suis ébranlée par le flux et le reflux de sentiments discordants que seuls connaissent ceux qui aiment.  En société, j'ai peur à tout instant qu'un geste inconsidéré ne trahisse mon agitation au regard d'autrui.  Je reste impassible quand j'entends son nom  - mais appliqué à un autre membre de sa famille.  A l'inverse, quand il est prononcé  -serait-ce de manière négligente-  pour le désigner, lui, tout mon corps se met à trembler, mes yeux s'embuent, mon esprit ébauche un sourire triste et coupable."

idem

octave mirbeau,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

amour, quand tu nous tiens...!

octave mirbeau,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

  octave mirbeau,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

photos des  "amants_de_teruel "

  

 octave mirbeau,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

          Dominique Mertens          Meurtre dans la forêt         

 

"Si encore je me cantonnais dans une prudente expectative !  Mais non !  Je ne me fie pas au hasard.  Toutes les ruses me sont bonnes, les plus grossières comme les plus subtiles, pour imprimer à la conversation un cours qui tôt ou tard amènera son nom sur les lèvres d'un des convives.  Et quand j'y réussis, quand il est fait mention de lui, alors mon coeur se dilate.  se peut-il que jamais oeil inquisiteur n'ait lu dans mon jeu... ?"

idem

 les 12 coups de minuit sonnent,

le Gothique est sur le point de naître...

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 le Gothique est né du feu...

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

le grand incendie de Londres en 1666, peinture anonyme

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

colonne commémorative du grand incendie de Londres en 1666

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

le Gothique s'est répandu avec la révolution française, cet événement majeur qui mit le feu aux inégalités sociales

issues du Moyen Age

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

c'est en 1764 qu'Horace Walpole publia son premier

roman gothique, "Le Château d'Otrante"...

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

tandis qu'Ann Radcliffe publia ses "Mystères d'Udolphe" en 1794

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

scène de rue à Paris en 1789

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 Tu viens d'incendier la Bibliothèque ? 

- Oui. J'ai mis le feu là.
       - Mais c'est un crime inouï !
Crime commis par toi contre toi-même, infâme !
Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme !
C'est ton propre flambeau que tu viens de souffler !


 victor_hugo    extrait du recueil "L'année terrible",  

dialogue intitulé "à qui la faute ?"

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

le Gothique met le feu...

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

  octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 la prise de la Bastille, prélude à la révolution, et espoir de justice sociale 

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

à  propos  du  Tribunal  des Terres  Rouges ..... 

(voir  dans mon roman)

Le Tribunal secret ou la Sainte-Vehme.

(d'après la notice rédigée par Jean-Nicolas-Etienne de Bock accompagnant le drame historique intitulé "Le Tribunal secret", 1791)

 

L'origine des francs-comtes et des francs-juges remonte au règne de Charlemagne.  Ils prétendaient avoir été substitués aux commissaires impériaux qui allaient tous les ans, et même plus souvent, faire leur tournée dans l'empire.  Chacun pouvait leur porter ses plaintes contre les gouverneurs de provinces et autres principaux officiers, ainsi que plaider par devant eux les causes dont la décision était réservée exclusivement à l'empereur.

Ces commissaires jugeaient souverainement presque toutes les affaires et ils avaient seuls le droit d'infliger, au nom de l'empereur, des peines corporelles.  Comme ces commissaires ne pouvaient pas demeurer longtemps dans le même lieu, l'instruction des procès se faisait sommairement et de la manière suivante : on choisissait dans chaque district deux personnes d'une probité reconnue, et quelques fois davantage ; on les prenait à serment, puis on les chargeait d'examiner les crimes de ceux qui étaient accusés, et d'après leur rapport on rendait un jugement définitif.  

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Les francs-comtes et les francs-juges de Westphalie, que leur puissance et leur constitution rendirent, vers le commencement du XVè siècle, si célèbres et si redoutables qu'il s'en fallut de peu qu'on ne sévît contre eux avec la même rigueur que contre les templiers, sont aujourd'hui tellement oubliés qu'à peine l'histoire en conserve quelques traces. 

 La nature de cette commission exigeait deux sortes de procédures : l'une publique et l'autre secrète. La sorcellerie, la magie et les vols commis dans les églises, étant rangés dans la classe des crimes irrémissibles, il fallait nécessairement faire à ce sujet des informations secrètes ; de là on peut induire que si les premières séances de ce tribunal se tenaient publiquement, il y en avait ensuite d'autres où personne n'était admis.

Comme ces commissaires ne pouvaient pas demeurer longtemps dans le même lieu, l'instruction des procès se faisait sommairement et de la manière suivante : on choisissait dans chaque district deux personnes d'une probité reconnue, et quelques fois davantage ; on les prenait à serment, puis on les chargeait d'examiner les crimes de ceux qui étaient accusés, et d'après leur rapport on rendait un jugement définitif.  Nous observons qu'on avait grand soin de cacher au peuple le nom de ces jurés, afin qu'il ne s'en méfiât point.

On tenait des séances publiques en plein air, et il y avait d'autres secrètes où se traitaient les principales affaires, d'où lui est venu le nom de tribunal secret. (heimliche Acht) Le peuple ne connaissait pas les francs-juges, et ceux-ci s'étaient engagés par le serment le plus terrible à livrer père, mère, frère, sœur, ami ou parent sans exception, s'ils avaient commis quelque crime qui fût dans le cas d'être dénoncé au tribunal secret.  Les francs-juges étaient alors obligés de lui faire part de ce qu'ils avaient appris relativement à l'affaire dont il s'agissait, d'aller citer les coupables et, si la sentence l'ordonnait, de les pendre partout où ils les trouvaient. 

Les membres de ce tribunal maintenaient par là l'autorité de l'empereur, en qualité de commissaires impériaux, dans toute l'étendue de l'empire, sans s'embarrasser des droits des états chez lesquels ils exerçaient.

Les tribunaux secrets restèrent longtemps dans cet état, mais, vers la fin du XIVè siècle, on les vit tout à coup s'élever à un degré de puissance si formidable que l'Allemagne entière en fut épouvantée.  

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Lorsqu'en Bavière, en Autriche, en franconie et en Souabe, quelqu'un refusait de comparaître devant ses juges naturels, on avait aussitôt recours à un des francs-tribunaux de Westphalie où l'on rendait une sentence qui, dès qu'elle était connue de l'ordre des francs-juges, mettait en mouvement cent mille assassins qui avaient juré de n'épargner ni leurs parents, ni leurs meilleurs amis. 

Il n'y avait aucune objection à faire contre les sentences de ce trribunal.  Il fallait les exécuter sur le champ avec la dernière ponctualité et la plus parfaite obéissance.

Cela engagea presque tous ceux qui avaient de la naissance ou de la fortune à se faire agréger à cet ordre.  Chaque prince avait quelques francs-juges dans son conseil ; il en était de même parmi les magistrats des villes impériales.

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

  octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

Il était très rare qu'on pût se soustraire aux procédures de ce tribunal, car les francs-juges n'étant pas connus, épiaient le moment où un prince sortait de son palais, un gentilhomme de son château, ou un bourgeois de sa ville, pour aller pendant la nuit afficher à sa porte l'assignation qu'on lui donnait de comparaître devant le tribunal.  Si, après avoir renouvelé cette formalité par 3 fois, il ne se présentait pas, il était condamné, mais avant que de faire exécuter la sentence, on le citait encore une dernière fois, après quoi on l'abandonnait à la vengeance de cette armée invisible de francs-juges qui le poursuivaient jusqu'à ce qu'il fût mis à mort.

Le plus profond mystère accompagnait toutes leurs opérations, et l'on ignore à l'aide de quels signes les sages (c'était le nom qu'on leur donnait) se reconnaissaient entre eux. 

Quoique l'empereur fût sensé être le chef suprême de cet ordre, il était défendu de lui révéler ce qu'il s'y passait. 

L'empereur seul  avait le droit de donner une sauve-garde à ceux qui avaient été condamnés par le tribunal secret. 

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

peinture d'un artiste inconnu (johann_heinrich_füssli ?)

illustrant le thème de la malédiction cher à m_g_lewis, auteur du roman  "le_moine"

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

la persécution, un thème abondement mis en scène dans la littérature gothique...

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 la "boîte aux lettres" aux servant aux dénonciations dans la Venise de la Renaissance 

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

paru aux

editionsdestourments.fr 

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

alfred_rethel_nemesis

une version plus que sombre glanée sur le web

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

   "Entrez, entrez, beau monde !

Choisissez votre tombe,

Dans le cimetière des arlequins !

Entrez, entrez, braves gens,

Recherchez le tourment

Dans le cimetière des arlequins !

(extrait de la chanson "le cimetière des arlequins"

du groupe Ange,  paroles de christian_decamps)

octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

"Cesse de pleurer celui qui a disparu  !" 

dante_alighieri      la_divine_comédie

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula, ange, angelo bronzino, nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière

 octave mirbeau,dracula,nosferatu,vampires,jean guillou,pierre henry,alain bashung,gérard manset,illustration gothique citations gothiques,littérature gothique,romans gothiques,argent,spéculation financière,melmoth,guy debord,situationnisme,blogs gothiques