21/01/2018

THEATRE GOTHIQUE

THEATRE  GOTHIQUE

jane austen,gothique,littérature gothique,ann radcliffe,fantastique,dessins gothiques,illustrations gothiques,dominique mertens

heinrich_vogtherr_le_fou 

"Le monde entier est un théâtre,

Et tous, hommes et femmes,  

n'en sont que les acteurs,

Et notre vie durant,

nous jouons plusieurs rôles."

william_shakespeare

jane austen,gothique,littérature gothique,ann radcliffe,fantastique,dessins gothiques,illustrations gothiques,dominique mertens

theatrum_mundi

"Le coeur blessé par la méchanceté des hommes, ou victime d'une oppression cruelle, peut s'élever à un degré de force extraordinaire et, pour ainsi dire, au-dessus de la Nature..."

 Regina Maria Roche     Les Enfants de l'abbaye

 regina_maria_roche_les_enfants_e_l'_abbayerec.jpg

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

 childrenoftheabbey.png

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 magica_de_spectris_et_apparitionibus_spirituREC.jpg

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche, théâtre, condition humaine,

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche, théâtre, condition humaine,

regina maria roche,théâtre,condition humaine

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"Nous, ne pleurons pas de ce que celui qui faisait nos délices s'est enfui loin de ces vautours de proie qui crient ici-bas, Il dort ou veille avec la patiente mort.

Tu ne peux planer là où maintenant il réside. (…)

Paix ! Paix ! Il n'est pas mort, il ne dort pas ! Il s'est réveillé du songe de la vie. C'est nous qui, perdus dans d'orageuses visions, guerroyons sans profit avec des fantômes et, dans un insensé délire, frappons du poignard de notre esprit des riens invulnérables. (…)

Il vit, il est éveillé c'est la Mort qui est morte, non pas lui ; ne pleurons pas sur Adonaïs.

Toi, jeune Aurore, change toute ta rosée en splendeur ; car l'esprit que tu pleures n'est point parti. Vous, cavernes, et vous, forêts, cessez de gémir. Cessez, vous, fleurs flétries et fontaines.

Et toi, Air, qui, comme un voile de deuil, as jeté ton écharpe sur la terre abandonnée, maintenant laisse-la toute nue aux joyeuses étoiles qui sourient à son désespoir !

Il ne fait plus qu'un avec la Nature ; dans toute sa musique, sa voix se fait entendre, depuis le gémissement du tonnerre, jusqu'au chant du doux oiseau nocturne ; sa présence se fait sentir et reconnaître dans les ténèbres et dans la lumière, dans l'herbe et la pierre, s'étendant partout où peut se mouvoir cette Puissance qui a absorbé son être dans le sien, cette Puissance qui gouverne le monde avec l'amour qui ne se consume à jamais, le soutient dans ses fondements, et l'embrase d'en haut."

                                                       Percy Shelley,  extrait de Adonaïs,  Élégie pour la mort de John Keats

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

réincarnation 

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

résurrection

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"La Vie est une comédie

 pour ceux qui savent réfléchir,

une tragédie pour ceux qui savent ressentir"

Horace Walpole,  auteur du Château d'Otrante

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

Horace Walpole, un des précurseurs du genre Gothique

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"Bouleversé par ces lamentables exclamations, et craignant il ne savait quoi, Manfred s'avança précipitamment. Mais, quel spectacle pour les yeux d'un père, il voyait son enfant écrasé et presque enseveli sous un gigantesque heaume, cent fois plus grand qu'aucun casque jamais fait pour un être humain, et couvert d'une quantité proportionnée de plumes noires."

                                       Horace Walpole           Le Château d'Otrante

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

ci-dessous, quelques illustrations pour  "Le Château d'Otrante"

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 "L'origine onirique du conte  ("Le Château d'Otrante") semble bien confirmer qu'il fut dicté à Walpole, tout au moins initialement, par ce qu'il y avait de plus spontané en lui. (...) Il avait rêvé, une nuit du début de juin 1764, qu'il se trouvait dans un très vieux château  -"rêve tout à fait surnaturel, quand on a comme moi la tête pleine de gothique"-   où il avait aperçu, posée sur la rampe d'un grand escalier, à l'étage supérieur, une main de géant recouverte d'un gantelet de fer.  Hanté par ce rêve, il se serait assis, dans la soirée, à sa table de travail, et se serait mis à écrire un peu au hasard, sans bien savoir ce qu'il voulait faire. "

                                     Maurice Lévy        Le Roman "gothique" anglais

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 Strawberry Hill,

 la demeure néo-gothique de Horace Walpole,

première mise en scène théâtrale

d'un nouveau genre littéraire,

le Gothique

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

vue intérieure

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

la bibliothèque

"En écrivant son histoire gothique, cette chose frénétique où le surnaturel des légendes médiévales est amplifié par le rêve, Walpole a pleinement conscience de faire oeuvre originale.  Dans la deuxième préface il souligne "la nouveauté de cette tentative", fait remarquer qu'il fraie "une route nouvelle", et se flatte d'avoir créé "un nouveau genre de roman".  Il est même effrayé, au début, par la hardiesse de son roman  -du moins il le prétend-   au point qu'il hésite d'abord à le publier.  Il ne le fera qu'après avoir pris l'avis de Gray, mais seulement anonymement."

                                              Maurice Lévy        Le roman "gothique" anglais

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"Tout se passe, en effet, comme si Walpole, dans son roman , se donnait tout ce que son " château" réel lui refusait : ses " cloîtres" ensoleillés se transforment en galeries souterraines qui s'enfoncent dans les entrailles de la terre ; ses " tours" prennent de la hauteur et de l'ampleur ; les créneaux, où siffle le vent, sont en pierre véritable...

                                     Maurice Lévy    Le Roman "gothique" anglais, 1764-1824

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"En 1764, l'auteur du   Château d'Otrante  (Horace Walpole) ne se doutait guère que l'école qu'il fondait aurait encore, deux siècles plus tard, des adeptes : dans le monde désacralisé et mécanisé d'aujourd'hui, c'est au fantastique qu'il incombe de véhiculer les symboles et les mythes dont l'homme a besoin pour vivre et       qu'il ne trouve plus ailleurs. "

Maurice Lévy       Le Roman"gothique" anglais

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

Ferdinando Galli da Bibiena

dit

Bibiena

Ferdinando Galli da Bibiena est l'auteur de trois traités d'architecture et de perspective dont L’architettura civile preparata sulla geometria e ridotta alle prospettive  (l'architecture civile préparée par la géométrie et réduite aux perspectives, publié en 1711) dans lequel il théorise la vue d'angle, moyen employé pour la première fois à Bologne par Marcantonio Chiarini en 1694, qui permet une vision de la scène théâtrale détournée de l'époque baroque où la scène du fond, construite selon un point de fuite sur un axe central permettant la continuité spatiale entre la scène feinte et la salle réelle, rendait la vue non satisfaisante pour les impératifs esthétiques en ces premières années du xviiie siècle ; ce système rendait possible la création d'un décor de fond, sur une ligne de fuite perspective, indépendante de la salle, inclinée vers elle, selon un angle variable défini par des lignes diagonales, avec au centre la vision d'un édifice en coin d'où partent les axes vers les deux points de fuite latéraux externes à la scène ; de cette manière, on réussissait à avoir une meilleure visibilité de chaque point de la salle sans avoir à construire la simulation d'un espace infini, au-delà du fond, devenu partie intégrante de la scène théâtrale.               (extrait de Wikipedia)

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 le genre littéraire Gothique,

c'est d'abord

la mise en scène d'une architecture

 regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

  sous l'influence du genial

Giovanni Battista Piranesi

Giovanni Battista Piranesi  dit Le Piranèse,  (1720-1778) est un graveur et architecte italien.  Dans ses planches gravées, il parvient à sublimer l'Antiquité. En isolant et en amplifiant les éléments architecturaux, il ajoute à ses œuvres une dimension dramatique qui reflète son idée de la dignité et de la magnificence romaines.                                                               (d'après Wikipedia)

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

remarquez la présence de ces 2 trophés et casques au pied de l'escalier

(un détail qui aurait influencé Walpole ?)

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

détail d'une des planches des Carceri

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

Theatrum Humanitatis

le théâtre de l'humanité

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 Bibiena        mise en scène

Theatrum Humanitatis

ou

le monde vu comme une scène de théâtre 

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 Theatrum Humanitatis

ou

la Vie vue comme une représentation théâtrale

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

Theatrum Humanitatis

ou

la société du spectacle

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"L’aliénation du spectateur au profit de l’objet contemplé s’exprime ainsi : plus il contemple, moins il vit ; plus il accepte de se reconnaître dans les images dominantes du besoin, moins il comprend sa propre existence et son propre désir… C’est pourquoi le spectateur ne se sent chez lui nulle part, car le spectacle est partout."                       Guy Debord     La Société du spectacle  

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

"Le spectacle est le moment où la marchandise est parvenue à l’occupation totale de la vie sociale. Non seulement le rapport à la marchandise est visible, mais on ne voit plus que lui : le monde que l’on voit est son propre monde. La production économique moderne étend sa dictature extensivement et intensivement." 

                                                          Guy Debord        La Société du spectacle

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

"Une société toujours plus malade, mais toujours plus puissante, a recréé partout concrètement le monde comme environnement et décor de sa maladie, en tant que planète malade."

                                                          Guy Debord          La Planète malade

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

 "Une société qui n'est pas encore devenue homogène et qui n'est pas déterminée par elle-même, mais toujours plus par une partie d'elle-même qui se place au-dessus d'elle, qui lui est extérieure, a développé un mouvement de domination de la nature qui ne s'est pas dominé lui-même."     Guy Debord       La Planète malade                             

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde 

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

la Nature,

        sans laquelle l'être humain n'est rien

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

 la Nature,

 suprême chef-d'oeuvre d'architecture

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

 

à  suivre....

16/01/2018

PASSIONS GOTHIQUES

La Passion de Raskolnikov,

héros du roman de

Dostoïevski,

"Crime et châtiment"

 

 

Ci-dessous, quelques citations, dans leur ordre de parution, extraite du roman 

"Crime et châtiment" de Fiodor Dostoïevski, et illustrées de différents tableaux (qui ne suivent pas l'ordre chronologique de la Passion du Christ) peints par James Tissot

"Et soudain, une étrange, une inattendue sensation de haine pour Sonia traversa son coeur.  Il leva la tête" et la regarda, comme s'il était étonné et effrayé par cette impression, mais il rencontra son regard anxieux et plein d'une douloureuse sollicitude : il y avait là de l'amour ; sa haine s'évanouit comme un spectre.  Ce n'était pas cela, il avait pris un sentiment pour un autre.  Cela signifiait uniquement que la minute était arrivée." 

...........

"- Qu'avez-vous ? répéta-t-elle, avec un léger mouvement de recul.

-Ce n'est rien, Sonia, n'aie pas peur... Des bêtises !  C'est ainsi, si l'on y réfléchit, bredouillaitil avec l'air inconscient d'un homme en délire.  Pourquoi suis-je venu te torturer, toi ?  ajouta-t'il soudain en la regardant.  Vraiment... pourquoi ?  Je me pose sans cesse cette question... Sonia... "

..........

"- Alors, tu ne devines pas ?  demanda-t-il soudain, avec la sensation de se précipiter du haut d'un clocher.

-  Non, souffla Sonia, d'une voix à peine audible.

-  Cherche bien. 

Lorsqu'il eut dit cela, une sensation déjà connue lui glaça l'âme ; il la regarda et, dans ses traits, il vit les traits de Lisaveta.  Il se rappelait distinctement l'expression du visage de Lisaveta, au moment où il s'approchait d'elle, la hache à la main, et où elle se reculait vers le mur, la main avancée dans un geste de protection, un effroi enfantin peint sur ses traits."

jt-loc-3.jpg

James Tissot       érection de la croix

(ces peintures de la Passion du Christ sont conservées au Brooklyn Museum de New-York)

-" Mon Dieu !   L'horrible cri avait jailli de sa poitrine.  Elle tomba sans forces sur le lit, la figure dans les oreillers.  Mais elle se releva un instant plus tard, se rapprocha de lui, lui saisit les deux mains, et, les serrant de toutes ses forces dans ses doigts minces, elle riva de nouveau son regard sur le visage de Raskolnikov.  Ce regard désespéré voulait découvrir un dernier espoir.  Mais il n'y avait pas d'espoir ; il ne restait aucun doute ;

tout était bien ainsi !" 

 Brooklyn_Museum_-_The_Death_of_Jesus_(La_mort_de_Jésus)_-_James_Tissot.jpg

 James Tissot      Jésus sur la croix

"Comme une insensée, elle se leva d'un bond et alla vers le milieu de la chambre en se tordant les mains ; mais elle revint rapidement et s'assit de nouveau à ses côtés, épaule contre épaule.  Soudain, elle frissonna comme si une idée horrible l'avait transpercée, elle poussa un cri et elle se précipita, ne sachant même pas pourquoi, à genoux devant lui.  

-  Qu'avez-vous fait là ?!  Qu'avez-vous fait contre vous-même ?!  prononça-t-elle avec désespoir et, se soulevant vivement, elle se jeta à son cou, l'entoura de ses bras et le serra de toutes ses forces." 

james_tissot_wine_given_to_jesus.jpg

James Tissot        un centurion tend à Jésus une éponge gorgée de vin

 "Raskolnikov approchait en retenant toujours davantage le pas, comme s'il hésitait à entrer ou non.  Mais il ne serait pour rien au monde retourné sur ses pas : sa décision était prise.  "Du reste, c'est indifférent ; elles ne savent encore rien, pensa-t-il, et elles sont habituées à me prendre pour un original..."  Son costume était dans un état lamentable ; tous ses vêtements étaient sales, déchirés, froissés d'avoir passé toute une nuit sous la pluie.  Son visage était tordu par la fatigue physique et la lutte qu'il s'était livrée à lui-même.  Il avait passé cette nuit seul.  Dieu sait où, mais du moins, il s'était décidé."

 james_tissot_jésus_dépouillé_des_ses_vêtements.jpg

James Tissot       Jésus est dépouillé de ses vêtements

"Ah ! te voilà enfin !  commença-t-elle d'une voix tremblante de joie.  Ne m'en veux pas, Rodia, que je te reçoive si sottement, avec des larmes aux yeux : je ris, je ne pleure pas.  Tu penses que je suis triste ?  Non, je me réjouis, et ce n'est qu'une de mes mauvaises habitudes, ces larmes qui coulent.  Depuis la mort de ton père, je pleure pour la moindre chose.  Assieds-toi, mon chéri,  tu es sans doute fatigué, comme je vois.  Oh, tu t'es sali !"

james_tissot_ésus_rencontre_sa_mère.jpg

James Tissot       Jésus rencontre sa mère 

"Je ne sais ce que tu as, Rodia, dit-elle enfin.  Je pensais tout ce temps que nous  t'ennuyions simplement, mais maintenant, je vois à tout ce qui se passe qu'un grand malheur t'attend et que c'est cela qui t'angoisse.  Je pressens cela depuis longtemps, Rodia.  Pardonne-moi d'en avoir parlé, j'y pense sans cesse et n'en dors pas la nuit.  Cette nuit ta soeur a déliré sans arrêt et elle a parlé tout le temps de toi.  J'ai entendu quelque chose, mais je n'ai rien compris.  J'ai erré toute la matinée dans la chambre comme une condamnée à mort ; j'attendais, je pressentais quelque chose, et voilà que cela arrive !  Rodia, Rodia, que vas-tu faire ?  Tu t'en vas, peut-être ?"

james_tissot_mon_âme_est_triste_à_en_mourir.jpg

James Tissot       Mon âme est triste à en mourir

"Oui, il était content, très content qu'il n'y eût là personne d'autre, qu'il fût seul avec sa mère.  Depuis le début de ces terribles événements, c'était la première fois qu'il sentait son coeur s'attendrir.  Il tomba à genoux devant elle, il lui embrassa les pieds, et tous deux pleurèrent enlacés.  Elle ne s'étonna pas cette fois-ci et ne l'interrogea pas.  Elle avait compris déjà depuis longtemps que quelque chose de terrible se passait et qu'une effrayante minute était proche pour son fils."

james_tissot_marie_madeleine_et_les_saintes_femmes_au_tombeau.jpg

James Tissot       Marie-Madeleine et les saintes femmes au tombeau

 "Rodia, mon petit, mon premier-né, disait-elle en sanglotant, tu es maintenant comme quand tu étais petit et que tu venais m'embrasser ; quand ton père vivait encore -et que nous avions du chagrin, tu nous consolais par ta seule présene ; et quand il est mort, combien de fois ne sommes-nous pas restés, comme maintenant, serrés l'un contre l'autre, à pleurer sur sa tombe ! Et si je pleure depuis si longtemps, c'est que mon coeur de mère a pressenti le malheur."

james_tissot_une_sainte_femme_essuie_le_visage_de_jésus.jpg

James Tissot       Une sainte femme essuie le visage de Jésus

"- Tu es allé chez notre mère ?  Tu lui as dit ?  s'écria Dounia épouvantée.  Est-il possible que tu te sois décidé à lui dire cela ?

- Non, je ne lui ai pas dit... explicitement ; mais elle a compris bien des choses.  Elle (t'avait entendu délirer cette nuit.  Je suis sûr qu'elle  comprend déjà à moitié.  J'ai peut-être mal fait d'y aller ?  Je ne sais même pas pourquoi j'y suis allé.  Je suis un homme bas, Dounia.

-  Tu es un homme bas, mais tu es prêt à marcher à l'expiation !  Car tu y vas !

-  Oui.  Tout de suite.  C'est pour éviter cette honte que j'ai voulu me noyer, Dounia, mais j'ai pensé, au dernier moment, que je m'étais considéré comme fort jusqu'ici, et qu'il ne fallait pas avoir peur de la honte.  C'est de l'orgueil, Dounia.

james_tissot_jésus_tombe_sous_la_croix.jpg

James Tissot       Jésus tombe sous la croix

"On me dit qu'il faut passer cette épreuve !  A quoi bon, à quoi bon, ces épreuves insensées !  A quoi bon ?  Vais-je mieux en concevoir la nécessité lorsque je serai écrasé par les souffrances, l'idiotie, lorsque je serai frappé d'impuissance sénile après vingt ans de bagne  -et à quoi me servira-t-il de vivre à ce moment ?  Pourquoi est-ce que je consens à présent à vivre ainsi ?  Oh, je savais que j'étais un lâche, lorsque j'étais près de la Neva ce matin à l'aube !"

james_tissot-jésus_chargé_de_la_croix.jpg

James Tissot       Jésus chargé de la croix

"Je suis méchant, je le vois bien, pensa-t-il, ayant honte de son geste agacé, une minute après l'avoir fait.  Mais pourquoi m'aiment-elles tant, si je n'en vaux pas la peine ?!  Oh, si j'étais seeul, si personne ne m'aimait et si je n'aimais personne !  Tout cela ne serait pas arrivé !  "

james_tissot_simon_de_cyrène_contraint_de_porter_la_croix_avec_jésus.jpg

James Tissot       Simon de Cyrène aide Jésus à porter la croix

 "Il devint profondément pensif.  "Par quel processus pourrais-je arriver finalement à m'humilier devant eux tous, à m'humilier en conscience ?  Eh bien, pourquoi pas ?  Cela doit être ainsi, de toute évidence.  Vingt ans de contrainte continuelle ne vont-ils pas m'écraser définitivement ?  L'eau ronge bien la pierre.  Et à quoi bon, à quoi bon vivre après cela, pourquoi vais-je maintenant me dénoncer lorsque je sais bien que tout se passera exactement comme il était écrit et pas autrement !"

james_tissot_les_mauvais_traitements_chez_caïphe.jpg

James Tissot        Les mauvais traitements chez Caïphe

 "Soudain, Sonia se trouva près de lui. Elle s’était approchée silencieusement et s’était assise à ses côtés. C’était tout au début de la journée : la fraîcheur du matin ne s’était pas encore adoucie. Elle était vêtue de sa pauvre vieille cape et du châle vert. Son visage portait encore les traces de la maladie : elle avait pâli et maigri. Elle lui sourit d’un sourire accueillant et heureux, mais, à son habitude, elle ne lui tendit la main que timidement. Elle faisait toujours ce geste avec timidité. Parfois, elle ne tendait même pas du tout la main, tant elle craignait de se voir repoussée. Il prenait toujours sa main avec une sorte de répugnance ; il montrait toujours du dépit de la rencontrer ; parfois, il se taisait obstinément pendant toute sa visite. Il arrivait qu’elle prenait peur et qu’elle s’en allait profondément chagrinée. Mais, à présent, leurs mains ne se séparèrent pas : il lui jeta un regard rapide, ne dit rien et baissa les yeux au sol. Ils étaient seuls ; personne ne les voyait. Le garde s’était détourné. Il ne sut pas comment cela se passa, mais il se sentit soulevé par une force inconnue et jeté aux pieds de Sonia. Il pleurait et il étreignait ses genoux. Au premier moment, elle s’effraya terriblement et son visage devint mortellement pâle. Elle bondit et, toute tremblante, elle se mit à le regarder. Mais – 774 – immédiatement, à l’instant même, elle comprit tout. Un bonheur infini brilla dans ses yeux ; elle avait compris, elle n’avait plus de doute maintenant, il l’aimait, il l’aimait d’un amour sans limite et son heure était enfin venue…"

james_tissot_la_résurrection_du_christ.jpg

James Tissot       La Résurrection du Christ

 "C'est comme si un souffle d'effroi était passé sur les visages ; tous ont compris que le temps approche."

Vassili Grossman       Vie et destin

 

09:53 Écrit par Dominique Mertens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james tissot, jésus christ, vassili grossman |  Facebook |

15/01/2018

L'AUTEL DES PASSIONS

QUI

et

QUE

sacrifierons-nous encore 

sur 

L' AUTEL  DE  NOS   PASSIONS  ?

crypteRECOL.jpg

"Puissent-ils croire et rire de leurs passions, car ce qu'ils nomment passion n'est pas la force de l'âme, mais une friction entre l'âme et le monde extérieur."

andréi_tarkovski_stalker

autel_d'église_REC.jpg

le_saint_sacrifice.jpg

 "Le Sacrifice est le seul domaine

aussi fort que celui du Mal"

André Malraux

horror.jpg

 toute passion est un ogre jamais rassasié

2973100458.7.gif

escaliers rouges.jpg

le chemin qui conduit au sacrifice

sacrifice_Juan_Valdes_Leal.jpg

juan_valdès_leal_le_sacrifice

 autel_du_saint_sacrementREC.jpg

 "Tantôt il voulait se baigner dans le sang de l'infidèle, et tantôt le charme d'un amour irrésistible subjuguait toutes ses autres affections.  La vengeance et l'honneur voulaient qu'il perçât le coeur qui l'avait trahi ; mais l'idée de cette beauté ravissante, de ses agréables sourires, de ses tendres caresses, enflammait tellement son imagination, qu'involontairement il se sentait désarmé, versait presque des larmes de regret, et déclarait malgré les apparences, que Maria lui était fidèle." 

ann_radcliffe      julia,_ou_Les_souterrains_du-château_de_mazzini

le_caravage_sacrifice_d'_isaac_attribué_à.jpg

le_caravage     le_sacrifice_d'-Abraham  (attribué à)

 

 le-.caravage-le-sacrifice-d'isaac.jpg

 le_caravage      le_sacrifice_ d'_isaac

 1598-sacrifice-isaac2.jpg

 le_caravage      le_sacrifice_d'_isaac  (détail)

 main_ouverte.jpg

 "Toute chose est en marche vers sa destruction.

Seul notre amour ignore le déclin

Il n'a ni lendemain, ni hier

En sa course

il ne s'éloigne jamais de nous,

Mais garde fidèlement son jour premier,

dernier et éternel."

john_donne      l'_anniversaire

 messe_de_guiborg_REC.jpg

 oeil.png

  la souffrance,  au coeur du sacrifice

Croix-gothiqueREC.jpg

 

 "A peu près sûr de réussir, il avait présenté son hommage à la marquise, s'en était déclaré l'amant et était bientôt parvenu à s'en faire aimer.  
zz.gif

De cette réciprocité de tendresse jusqu'aux plus précieuses faveurs de l'amour, l'intervalle était bientôt franchi, avec un caractère aussi inflammable que celui de la marquise.

zz.gif

D'abord leur intelligence fut assez soigneusement enveloppée du mystère.  Mais insensiblement ils négligèrent les précautions .  Les femmes de la marquise, puis d'autres domestiques furent au fait de l'intrigue.  Tous les lieux paraissaient  propres aux deux amants pour satisfaire leurs amoureux désirs.

zz.gif

Il fallait que le marquis eût la tête aussi fortement préoccupée, tant de ses projets que de la bonne opinion qu'il avait de la vertu de son épouse, pour n'avoir pas rencontré mille occasions de découvrir les outrages qu'il en recevait."

ann_radcliffe      julia,_ou_les_souterrains_du_château-de_mazzini

zz.gif

 

 

 

 

Croix-gothique-brune.jpg

 

les_moyens_de_la_Passion_du_Christ.jpg

"Ceux qui savent ne parlent pas.

                            Ceux qui parlent ne savent pas."             Lao-Tseu

 virgnité4REDversion-rouge.jpg

Dominique Mertens          Immobilisée

 MORDRE  LA  VIE  A  PLEINES  DENTS,  ET...

 

PASSER  UNE  NUIT  A  L'HOTEL  DES  PASSIONS...

passion_ardente.jpg

     Dominique Mertens          L'Amour est sacrifice       

 "L'absence qui, dans les âmes vulgaires, affaiblit la tendresse, lui donnait une nouvelle force dans le coeur de la sensible Julia.  Elle désirait le revoir, elle voulait être encore plus sûre de l'impression qu'elle avait produite sur lui.  Le besoin d'être seule guidait toutes ses démarches.  Dès qu'elle pouvait se dérober à tout ce qui l'environnait, alors dirigeant sa promenade vers les points les plus isolés, vers des sites mélancoliques, elle livrait son coeur aux douces espérances, aux chimères flatteuses qui consolent les faibles mortels quand ils sont encore loin du bonheur."

ann_radcliffe_julia,_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini

 château_rouge.jpg

 

 "Au moment où j'allais mettre la lettre fatale en pièces,

il se leva précipitamment de son siège, et me l'arracha des mains.

"Arrêtez !   s'écria-t-il.

De cette lettre dépend notre vengeance !"

Francis Lathom      La Cloche de minuit

 passion4.jpg

 instruments_de_la_Passion_du_ChristREC.jpg

les_instruments_de_la_passion_du_christ

 

"Tandis qu'on prenait toutes ces mesures, Julia, réfugiée dans le couvent de Saint-Augustin, tâchait de s'élever à la tranquillité qu'elle voyait régner autour d'elle.   (...)  

Qu'elle est grande la différence établie entre la vie de ces pieux cénobites, et l'existence agitée des hommes livrés au tourbillon du monde !  Que de calme d'un côté !  Quel tumulte de l'autre !"

Ann Radcliffe      Julia, ou Les souterrains du château de Mazzini

wolframvoneschenbach.jpg

horreur_sacrilègeRECOL.jpg

Dominique Mertens          Horreur sacrilège       

mainardente.jpg

"L'Homme est souvent un loup pour l'homme.

 Il l'est toujours pour la femme."

jack_london       le_peuple_de_l'_abîme

 

violence_extrêmeREC.jpg

Dominique Mertens           Violence extrême        

"J'étais parti avec quelques idées très simples, qui m'ont permis de me faire une opinion : tout ce qui améliore la vie, en renforçant sa santé morale et physique, est bon pour l'individu ; tout ce qui, au contraire, tend à la détruire, est mauvais."

jack_london        le_peuple_de-l'_abîme

violent_gameREC_1.jpg

Dominique Mertens           Violent game       

 "Mais la nature en avait autrement décidé.  A peine mes deux volumes étaient-ils copiés, que le mensonge, le vide, la légèreté, le néant de ces pauvretés sensuelles plus ou moins bien rimées m'apparut.  La pointe de feu des premières grandes passions réelles n'eut qu'à toucher et à brûler mon coeur, pour y effacer toutes ces puérilités et tous ces plagiats d'une fausse littérature.  Dès que j'aimai, je rougis de ces profanations de la poésie aux sensualités grossières.  L'amour fut pour moi le charbon de feu qui brûle, mais qui purifie les lèvres.  Je pris un jour mes deux volumes d'élégies, je les relus avec un profond mépris de moi-même, je demandai pardon à Dieu du temps que j'avais perdu à les écrire, je les jetai au brasier, je les regardai noircir et se tordre avee leur belle reliure de maroquin vert sans regret ni pitié, et je vis monter la fumée comme celle d'un sacrifice de bonne odeur à Dieu et au véritable amour.

 Alphonse de Lamartine       Méditations poétiques

 

 

à  suivre.....