20/01/2018

THEATRE GOTHIQUE

THEATRE  GOTHIQUE

jane austen,gothique,littérature gothique,ann radcliffe,fantastique,dessins gothiques,illustrations gothiques,dominique mertens

heinrich_vogtherr_le_fou 

"Le monde entier est un théâtre,

Et tous, hommes et femmes,  

n'en sont que les acteurs,

Et notre vie durant,

nous jouons plusieurs rôles."

william_shakespeare

jane austen,gothique,littérature gothique,ann radcliffe,fantastique,dessins gothiques,illustrations gothiques,dominique mertens

theatrum_mundi

"Le coeur blessé par la méchanceté des hommes, ou victime d'une oppression cruelle, peut s'élever à un degré de force extraordinaire et, pour ainsi dire, au-dessus de la Nature..."

 Regina Maria Roche     Les Enfants de l'abbaye

 regina_maria_roche_les_enfants_e_l'_abbayerec.jpg

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

 childrenoftheabbey.png

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 magica_de_spectris_et_apparitionibus_spirituREC.jpg

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche, théâtre, condition humaine,

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche, théâtre, condition humaine,

regina maria roche,théâtre,condition humaine

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"Nous, ne pleurons pas de ce que celui qui faisait nos délices s'est enfui loin de ces vautours de proie qui crient ici-bas, Il dort ou veille avec la patiente mort.

Tu ne peux planer là où maintenant il réside. (…)

Paix ! Paix ! Il n'est pas mort, il ne dort pas ! Il s'est réveillé du songe de la vie. C'est nous qui, perdus dans d'orageuses visions, guerroyons sans profit avec des fantômes et, dans un insensé délire, frappons du poignard de notre esprit des riens invulnérables. (…)

Il vit, il est éveillé c'est la Mort qui est morte, non pas lui ; ne pleurons pas sur Adonaïs.

Toi, jeune Aurore, change toute ta rosée en splendeur ; car l'esprit que tu pleures n'est point parti. Vous, cavernes, et vous, forêts, cessez de gémir. Cessez, vous, fleurs flétries et fontaines.

Et toi, Air, qui, comme un voile de deuil, as jeté ton écharpe sur la terre abandonnée, maintenant laisse-la toute nue aux joyeuses étoiles qui sourient à son désespoir !

Il ne fait plus qu'un avec la Nature ; dans toute sa musique, sa voix se fait entendre, depuis le gémissement du tonnerre, jusqu'au chant du doux oiseau nocturne ; sa présence se fait sentir et reconnaître dans les ténèbres et dans la lumière, dans l'herbe et la pierre, s'étendant partout où peut se mouvoir cette Puissance qui a absorbé son être dans le sien, cette Puissance qui gouverne le monde avec l'amour qui ne se consume à jamais, le soutient dans ses fondements, et l'embrase d'en haut."

                                                       Percy Shelley,  extrait de Adonaïs,  Élégie pour la mort de John Keats

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

réincarnation 

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

résurrection

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"La Vie est une comédie

 pour ceux qui savent réfléchir,

une tragédie pour ceux qui savent ressentir"

Horace Walpole,  auteur du Château d'Otrante

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

Horace Walpole, un des précurseurs du genre Gothique

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"Bouleversé par ces lamentables exclamations, et craignant il ne savait quoi, Manfred s'avança précipitamment. Mais, quel spectacle pour les yeux d'un père, il voyait son enfant écrasé et presque enseveli sous un gigantesque heaume, cent fois plus grand qu'aucun casque jamais fait pour un être humain, et couvert d'une quantité proportionnée de plumes noires."

                                       Horace Walpole           Le Château d'Otrante

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

ci-dessous, quelques illustrations pour  "Le Château d'Otrante"

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 "L'origine onirique du conte  ("Le Château d'Otrante") semble bien confirmer qu'il fut dicté à Walpole, tout au moins initialement, par ce qu'il y avait de plus spontané en lui. (...) Il avait rêvé, une nuit du début de juin 1764, qu'il se trouvait dans un très vieux château  -"rêve tout à fait surnaturel, quand on a comme moi la tête pleine de gothique"-   où il avait aperçu, posée sur la rampe d'un grand escalier, à l'étage supérieur, une main de géant recouverte d'un gantelet de fer.  Hanté par ce rêve, il se serait assis, dans la soirée, à sa table de travail, et se serait mis à écrire un peu au hasard, sans bien savoir ce qu'il voulait faire. "

                                     Maurice Lévy        Le Roman "gothique" anglais

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 Strawberry Hill,

 la demeure néo-gothique de Horace Walpole,

première mise en scène théâtrale

d'un nouveau genre littéraire,

le Gothique

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

vue intérieure

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

la bibliothèque

"En écrivant son histoire gothique, cette chose frénétique où le surnaturel des légendes médiévales est amplifié par le rêve, Walpole a pleinement conscience de faire oeuvre originale.  Dans la deuxième préface il souligne "la nouveauté de cette tentative", fait remarquer qu'il fraie "une route nouvelle", et se flatte d'avoir créé "un nouveau genre de roman".  Il est même effrayé, au début, par la hardiesse de son roman  -du moins il le prétend-   au point qu'il hésite d'abord à le publier.  Il ne le fera qu'après avoir pris l'avis de Gray, mais seulement anonymement."

                                              Maurice Lévy        Le roman "gothique" anglais

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"Tout se passe, en effet, comme si Walpole, dans son roman , se donnait tout ce que son " château" réel lui refusait : ses " cloîtres" ensoleillés se transforment en galeries souterraines qui s'enfoncent dans les entrailles de la terre ; ses " tours" prennent de la hauteur et de l'ampleur ; les créneaux, où siffle le vent, sont en pierre véritable...

                                     Maurice Lévy    Le Roman "gothique" anglais, 1764-1824

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"En 1764, l'auteur du   Château d'Otrante  (Horace Walpole) ne se doutait guère que l'école qu'il fondait aurait encore, deux siècles plus tard, des adeptes : dans le monde désacralisé et mécanisé d'aujourd'hui, c'est au fantastique qu'il incombe de véhiculer les symboles et les mythes dont l'homme a besoin pour vivre et       qu'il ne trouve plus ailleurs. "

Maurice Lévy       Le Roman"gothique" anglais

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

Ferdinando Galli da Bibiena

dit

Bibiena

Ferdinando Galli da Bibiena est l'auteur de trois traités d'architecture et de perspective dont L’architettura civile preparata sulla geometria e ridotta alle prospettive  (l'architecture civile préparée par la géométrie et réduite aux perspectives, publié en 1711) dans lequel il théorise la vue d'angle, moyen employé pour la première fois à Bologne par Marcantonio Chiarini en 1694, qui permet une vision de la scène théâtrale détournée de l'époque baroque où la scène du fond, construite selon un point de fuite sur un axe central permettant la continuité spatiale entre la scène feinte et la salle réelle, rendait la vue non satisfaisante pour les impératifs esthétiques en ces premières années du xviiie siècle ; ce système rendait possible la création d'un décor de fond, sur une ligne de fuite perspective, indépendante de la salle, inclinée vers elle, selon un angle variable défini par des lignes diagonales, avec au centre la vision d'un édifice en coin d'où partent les axes vers les deux points de fuite latéraux externes à la scène ; de cette manière, on réussissait à avoir une meilleure visibilité de chaque point de la salle sans avoir à construire la simulation d'un espace infini, au-delà du fond, devenu partie intégrante de la scène théâtrale.               (extrait de Wikipedia)

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 le genre littéraire Gothique,

c'est d'abord

la mise en scène d'une architecture

 regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

  sous l'influence du genial

Giovanni Battista Piranesi

Giovanni Battista Piranesi  dit Le Piranèse,  (1720-1778) est un graveur et architecte italien.  Dans ses planches gravées, il parvient à sublimer l'Antiquité. En isolant et en amplifiant les éléments architecturaux, il ajoute à ses œuvres une dimension dramatique qui reflète son idée de la dignité et de la magnificence romaines.                                                               (d'après Wikipedia)

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

remarquez la présence de ces 2 trophés et casques au pied de l'escalier

(un détail qui aurait influencé Walpole ?)

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

détail d'une des planches des Carceri

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

Theatrum Humanitatis

le théâtre de l'humanité

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 Bibiena        mise en scène

Theatrum Humanitatis

ou

le monde vu comme une scène de théâtre 

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

 Theatrum Humanitatis

ou

la Vie vue comme une représentation théâtrale

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

Theatrum Humanitatis

ou

la société du spectacle

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits

"L’aliénation du spectateur au profit de l’objet contemplé s’exprime ainsi : plus il contemple, moins il vit ; plus il accepte de se reconnaître dans les images dominantes du besoin, moins il comprend sa propre existence et son propre désir… C’est pourquoi le spectateur ne se sent chez lui nulle part, car le spectacle est partout."                       Guy Debord     La Société du spectacle  

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

"Le spectacle est le moment où la marchandise est parvenue à l’occupation totale de la vie sociale. Non seulement le rapport à la marchandise est visible, mais on ne voit plus que lui : le monde que l’on voit est son propre monde. La production économique moderne étend sa dictature extensivement et intensivement." 

                                                          Guy Debord        La Société du spectacle

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

"Une société toujours plus malade, mais toujours plus puissante, a recréé partout concrètement le monde comme environnement et décor de sa maladie, en tant que planète malade."

                                                          Guy Debord          La Planète malade

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

 "Une société qui n'est pas encore devenue homogène et qui n'est pas déterminée par elle-même, mais toujours plus par une partie d'elle-même qui se place au-dessus d'elle, qui lui est extérieure, a développé un mouvement de domination de la nature qui ne s'est pas dominé lui-même."     Guy Debord       La Planète malade                             

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde 

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

la Nature,

        sans laquelle l'être humain n'est rien

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

 regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde

absorbée par la Nature        encre de l'auteur

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

 la Nature,

 suprême chef-d'oeuvre d'architecture

regina maria roche,théâtre,condition humaine,percy shelley,spiritisme,allan kardec,esprits,bibiena,piranesi,société du spectacle,représentation du monde,arabella

 

à  suivre....

DANS SES YEUX JE VOYAIS MA VIE

DANS  SES  YEUX

JE  VOYAIS  MA  VIE 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"Il aimait ce moment où les dernières clartés s'éteignent, où les étoiles, l'une après l'autre, viennent briller dans l'espace et se réfléchir sur le miroir des eaux ; moment touchant et doux, où l'âme dilatée s'ouvre aux plus tendres sentiments, aux contemplations les plus sublimes."

Ann Radcliffe          Les Mystères d'Udolphe 

libellule2.jpg

Juste avant l'exil 

chanson de Gérard Manset


Juste avant l'exil,
On pose un dernier regard sur sa ville,
Les colliers de fleurs que les hommes enfilent
Et plus loin, sur le bord du quai,
Le secret que personne ne sait,
C'est qu'on est né ici
Et qu'on sait ce qu'on va laisser,
Alors on reste assis
Juste avant l'exil.
Ça semblait facile
De tout quitter.
On était le loup sans son collier,
L'arbre sans son espalier

Mais quand le sable a quitté le sablier,
Que le marbre et la pierre se sont brisés,
Que le chêne a fini quand même par retomber,

On se retrouve comme on est né
A nouveau dans un monde damnés,
A nouveau dans un monde damnés,
Sans rien ni personne pour nous aider.

Juste avant l'exil,
Juste avant l'exil,
Avant le dernier regard sur la ville,
Dans le bruit des trains qui défilent
Et là-bas, sur le bord du quai,
Comme la flamme d'un briquet,
Dans une main qui tremble,
Ce visage, on le connaît :
Il nous ressemble.
Juste avant l'exil,
Que cherche-t-il vers l'horizon ?
Le dessein dans la forme d'une maison
Ou peut-être la guérison 

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

           Dominique Mertens          Ma rencontre avec Adelheide           

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"Oh ! combien il serait doux de parler longtemps du bonheur de Valancourt et d'Emilie !  de dire avec quelle joie, après avoir souffert l'oppression des méchants et le mépris des faibles, ils furent enfin rendus l'un à l'autre ; avec quel plaisir ils retrouvèrent les paysages chéris de leur patrie !  Combien il serait doux de raconter comment, rentrés dans la route qui conduit  le plus sûrement   au bonheur, tendant sans cesse à la perfection de leur intelligence, ils jouirent  des douceurs d'une société éclairée, des plaisirs d'une bienfaisance active, et comment les bosquets de La Vallée redevinrent le séjour de la sagesse et le temple de la félicité domestique ! ......"

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

"..... Puisse-t-il du moins avoir été utile de démontrer que le vice peut quelquefois affliger la vertu ; mais que son pouvoir est passager, et son châtiment certain !  Tandis que la vertu froissée par l'injustice, mais appuyée sur la patience, triomphe enfin de l'infortune.

Et si la faible main qui a tracé cette histoire a pu, par ses tableaux, soulager un moment la tristesse de l'affligé, par sa morale consolante si elle a pu lui apprendre à en supporter le fardeau, ses humbles efforts n'auront pas été vains, et l'auteur aura reçu sa récompense."

(extrait de la conclusion du roman d'Ann Radcliffe, "Les Mystères d'Udolphe")

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 "Leur vie passée offrit un exemple d'épreuves bien dures et leur vie présente un modèle de vertus grandement récompensées; et ils continuèrent de mériter cette récompense.  Car leur bonheur ne se bornait pas à eux seuls, mais ils le faisaient sentir à tous les individus  qui vivaient dans la sphère de leur influence.  L'indigent et l'infortuné avaient à se louer de leur bienveillance, l'homme vertueux et éclairé, de leur amitié, et leurs enfants, d'aavoir des parents dont l'exemple imprimait dans leurs coeurs les préceptes qu'ils offraient à leur esprit."

(extrait de la conclusion du roman d'Ann Radcliffe, "Les Mystères de la forêt")

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique

 Lovis Corinth        Adam et Eve 

"Le comte et la comtesse Masérini, lord et lady Milverne, jouirent longtemps d'une félicité parfaite.  Ils eurent chacun plusieurs enfants qui devinrent l'ornement et le modèle de leur siècle.  Le temps semblait ajouter chaque jour quelque chose à leur bonheur, et le déclin de leur vie fut comme la fin d'un beau jour, où le soleil en se couchant, brille des rayons les plus purs, jusqu'à ce qu'il ait entièrement disparu de dessous l'horizon."

                                          Geoge Moore     L'Abbaye de Grasville

bonheur,ann radcliffe, george moore, gothique,fantastique

"Ah ! jamais la solitude n'a plu à des êtres trop dissipés et frivoles ; elle ne convient qu'à des coeurs purs, seuls capables d'en goûter les charmes."

                                                             Charlotte Dacre        Zofloya, ou la Maure 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore

"Ainsi, après divers incidents autant étranges que déprimants, Matilda reçut la récompense de sa persévérance, de sa force d'âme, et de sa vertueuse abnégation.  Une conscience de remplir ses nombreux devoirs assura son bonheur , aussi,  lorqu'elle écrivit la conclusion de ses aventures à sa Mère Sainte-Madeleine bien-aimée, ne dit-elle pas :  de vous, j'ai appris la résignation, et une certaine dépendance vis à vis d'un Etre qui n'abandonne jamais celui qui est vertueux.  De vous, j'ai appris à ne jamais désespérer.  De vos préceptes et de vos mises en garde, je vous suis redevable de n'avoir pris le voile, et je crois fermement que, appelée à un état supérieur, je me souviendrai toujours que les infortunés ont des suppliques à adresser aux coeurs de ceux que Dieu a bénis avec générosité, et que, grâce à vos ressources, vouées à expérimenter toutes les bénédictions de la vie, je vais ressentir comme un devoir d'étendre par des vertus vivaces, et au mieux de mes capacités, ces bénédictions à d'autres, moins chanceux que moi."

                                 Eliza Parsons          Le Château de Wolfenbach

                                                              (traduction Dominique Mertens)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore

 ქრისტე აღსდგა მკვდრეთით,
სიკვდილითა სიკვდილისა დამთრგუნველი
და საფლავების შინათა
ცხოვრების მიმნიჭებელი !

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

"Tu voudrais être aimée ?

Puisse donc ton cœur ne pas s’écarter

de son actuel cheminement !

Étant en tous points ce que tu es maintenant,

ne sois rien de ce que tu n’es pas.

Ainsi, pour le monde, tes nobles façons,

ta grâce, bien plus que de la beauté,

seront un thème sans fin de louange,

un simple devoir rendu à l'amour."

                                                                 Edgar Allan Poe

                                                                        poème            à  F.-S. O.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons       Hermia et Lysander

(Songe d'une nuit d'été)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

Dominique Mertens       Adelheide, l'héroïne de mon roman

"Ils me montraient leurs arbres, et j'étais incapable de comprendre le degré d'amour avec lequel ils les regardaient : comme s'ils parlaient avec des êtres qui leur étaient semblables.  Et vous savez, je ne me tromperai pas, peut-être, si je dis qu'ils conversaient !  Oui, ils avaient trouvé leur langue, et je suis convaincu que les arbres les comprenaient.  Ainsi  regardaient-ils toute la nature  -les animaux, qui vivaient avec eux dans la concorde, ne les attaquaient pas et les aimaient, vaincus par leur amour.  Ils me montraient les étoiles et ils me parlaient d'elles à propos de quelque chose que je n'arrivais pas à comprendre, mais je suis convaincu que, d'une façon ou d'une autre, ils communiquaient avec les étoiles du ciel, et pas seulement par la pensée, non, par je ne sais quel moyen vivant.  Oh, ces gens, ils ne s'acharnaient pas à ce que je les comprenne, ils m'aimaient même sans cela, et pourtant je savais qu'eux non plus, ils ne me comprenaient jamais, et c'est pourquoi je ne leur parlais presque pas de notre terre,.  Je me contentais d'embrasser devant eux la terre sur laquelle ils vivaient et, sans paroles, je les adorais tous, et eux, ils voyaient cela et me laissaient les adorer, sans avoir honte de mon adoration, parce qu'ils étaient eux-mêmes pleins d'amour."

                        Fiodor Dostoïevski         Le Rêve d'un homme ridicule

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

 John Simmons        Le Songe d'une nuit d'été

 

An die Freunde

             Ode à la Joie        

poème de Friedrich Schiller  (extrait)

 version française :

Ô amis, pas de ces accents !

Laissez-nous en entonner de plus agréables,

Et de plus joyeux !

Joie, belle étincelle divine,

Fille de l'assemblée des dieux,

Nous pénétrons, ivres de feu,

Ton sanctuaire céleste !

Tes charmes assemblent

Ce que, sévèrement, les coutumes divisent ;

Tous les humains deviennent frères,

lorsque se déploie ton aile douce.

Celui qui, d'un coup de maître,

a réussi

D'un ami d'être l'ami ;

Qui a fait sienne une femme accorte,

Qu'il mêle son allégresse à la nôtre !

Oui, et même celui qui ne peut appeler sienne

Qu'une seule âme sur la Terre !

Mais celui qui jamais ne l'a su,

Qu'en larmes il se retire, de cette union !

Tous les êtres boivent la joie

Aux seins de la nature ;

Tous les bons, tous les méchants,

Suivent sa trace parsemée de roses.

Elle nous a donné des baisers et la vigne ;

Un ami, éprouvé par la mort ;

La volupté fut donnée au vermisseau,

Et le Chérubin se tient devant Dieu.

Joyeux, comme ses soleils volant

À travers le somptueux dessein du ciel,

Hâtez-vous, frères, sur votre route,

Joyeux comme un héros vers la victoire.

Soyez enlacés, millions.

Ce baiser au monde entier !

Frères ! Au-dessus de la voûte étoilée

Doit habiter un père bien-aimé.

Vous vous effondrez, millions ?

Monde, as-tu pressenti le Créateur ?

Cherche-le par-delà le firmament !

C'est au-dessus des étoiles qu'il doit habiter.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John simmons      Le Songe d'une nuit d'été

version allemande :

Freude, schöner Götterfunken

Tochter aus Elysium,

Wir betreten feuertrunken,

Himmlische, dein Heiligtum !

Deine Zauber binden wieder

Was die Mode streng geteilt ;

Alle Menschen werden Brüder

Wo dein sanfter Flügel weilt.

Wem der große Wurf gelungen,

Eines Freundes Freund zu sein ;

Wer ein holdes Weib errungen,

Mische seinen Jubel ein !

Ja, wer auch nur eine Seele

Sein nennt auf dem Erdenrund!

Und wer's nie gekonnt, der stehle

Weinend sich aus diesem Bund !

Freude trinken alle Wesen

An den Brüsten der Natur ;

Alle Guten, alle Bösen

Folgen ihrer Rosenspur.

Küsse gab sie uns und Reben,

Einen Freund, geprüft im Tod ;

Wollust ward dem Wurm gegeben,

und der Cherub steht vor Gott.

Froh, wie seine Sonnen fliegen

Durch des Himmels prächt'gen Plan,

Laufet, Brüder, eure Bahn,

Freudig, wie ein Held zum Siegen.

Seid umschlungen, Millionen !

Diesen Kuß der ganzen Welt !

Brüder, über'm Sternenzelt

Muß ein lieber Vater wohnen.

Ihr stürzt nieder, Millionen ?

Ahnest du den Schöpfer, Welt ?

Such' ihn über'm Sternenzelt !

Über Sternen muß er wohnen.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons        There lies Titania

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons        Titania lying on a leaf

 

ADELHEIDE

(mélodie de Ludwig von Beethoven,

paroles de Friedrich Mathisson, 1795)

Ton ami erre seul dans le jardin nimbé de lumière

par le tamis tremblant de ses branches fleuries, Adelaide !

 

Dans le jet d'eau étincelant sur la neige des Alpes,

Dans les nuages d'or du crépuscule,

Dans le champ des étoiles,

Ton image brille, Adelheide !

 

Les feuilles tendres chuchotent dans la brise du soir,

Les cloches argentées du muguet sont le carillon de Mai,

Les vagues murmurent et les rossignols sifflent, Adelheide !

 

Un jour, ô merveille, sur ma tombe poussera 

Une fleur des cendres de mon coeur,

Et de chaque fleur pourpre brillera ton nom, Adelheide !

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach

John Simmons       Titania

"Il ne sut pas comment cela se passa, mais il se sentit soulevé par une force inconnue et jeté aux pieds de Sonia. Il pleurait et il étreignait ses genoux. Au premier moment, elle s’effraya terriblement et son visage devint mortellement pâle. Elle bondit et, toute tremblante, elle se mit à le regarder. Mais – 774 – immédiatement, à l’instant même, elle comprit tout. Un bonheur infini brilla dans ses yeux ; elle avait compris, elle n’avait plus de doute maintenant, il l’aimait, il l’aimait d’un amour sans limite et son heure était enfin venue… Ils voulaient parler, mais ils ne le pouvaient pas. Les larmes inondaient leurs yeux. Ils étaient hâves tous les deux ; mais ces visages maladifs et pâles s’auréolaient déjà du renouveau futur, de la résurrection totale à une vie nouvelle. L’amour les avait ressuscités ; le cœur de l’un contenait des sources intarissables de vie pour l’autre."

                                                  Fiodor Dostoïevski        Crime et châtiment

"Fiodor Dostoïevski, un talent cruel"

                                                                         Mikhailovski, critique

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Franck Pauwels   (connu sous le nom italianisé de Paolo Fiammingo) 

   Amori reciproco amore

"Ce que je sais, c'est que nous vivons, nous souffrons et nous mourons bêtes, sans savoir ni pourquoi ni comment.  Je sais encore que notre plus grande erreur est de trop désirer le bonheur, tandis que la vie reste indifférente à nos désirs : si nous sommes heureux, c'est par hasard ; et si nous sommes malheureux, c'est encore par hasard.  Dans cette mer pleine d'écueils qu'est la vie, notre barque est à la merci des vents, et notre adresse  ne peut éviter  que peu de choses.  Et c'est inutile d'accuser quelqu'un, ou d'accrocher son espoir à quelque chose : on est destiné au bonheur ou au malheur avant de sortir du ventre de sa mère.  Heureux est celui qui sent le moins ou qui ne sent rien, et malheureux est celui qui sent et qui veut : il n'a jamais assez."

                 Panaït Istrati       oncle Anghel - les récits d'Adrien Zograffi

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Franck Pauwels        Amori amore letheo

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Dominique Mertens       La source de la Vie (encre) 

 

Hymne à la Vie

un poème de Mère Térésa

 La vie est beauté, admire-la.

La vie est félicité, profites-en.

La vie est un rêve, réalise-le.

La vie est un défi, relève-le.

La vie est un devoir, fais-le.

La vie est un jeu, joue-le.

La vie est précieuse, soigne-la bien.

La vie est richesse, conserve-la.

La vie est amour, jouis-en.

La vie est un mystère, pénètre-le.

La vie est une promesse, tiens-la.

La vie est tristesse, dépasse-la.

La vie est un hymne, chante-le.

La vie est un combat, accepte-le.

La vie est une tragédie, lutte avec elle.

La vie est une aventure, ose-la

La vie est bonheur, mérite-le.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

Mère Térésa 

 "Premier jour dans la forêt. J’étais joyeux et las, toutes les bêtes s’approchaient de moi et me considéraient, sur les arbres à feuilles étaient posés des coléoptères et des « scarabées onctueux » se traînaient sur le chemin. Soyez les bienvenus, pensais-je. L’atmosphère de la forêt allait et venait à travers mes sens, je pleurais de tendresse et j’en étais absolument joyeux, j’étais éperdu d’actions de grâce. Toi, bonne forêt, mon foyer, paix de Dieu, je dois te dire du fond de mon cœur... Je m’arrête, me tourne dans toutes les directions et nomme en pleurant les oiseaux, les arbres, les pierres, l’herbe et les marais par leur nom, je regarde autour de moi et je les nomme en litanies. Je lève les yeux vers les montagnes et pense : Oui, me voilà ! comme si je répondais à un appel."

                                                           Knut Hamsun        Pan 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques

John Simmons       Titania se reposant

"Ne t'estimes heureux que le jour

où toutes tes joies naîtront de toi-même."

                                                                                                               Sénèque       Lettres à Lucillius 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

"Tiens, on dirait que le ciel s'assombrit !"

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Angellore        Errances pochette cd

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Ivan Aivazovsky        Jésus marchant sur l'eau

"Il y a mille ans, un moine, vêtu de noir, cheminait dans le désert, en Syrie ou en Arabie. 20 À quelques mètres de l’endroit où il passait, des pêcheurs virent un autre moine qui marchait lentement sur l’eau d’un lac. Le second moine était un mirage. Perdez de vue maintenant toutes les lois de l’optique que la légende, semble-t-il, ignore, et écoutez ce qui suit. De ce mirage en naquit un second, du second un troisième, en sorte que l’image du moine noir se transmit à l’infini d’une couche de l’atmosphère dans l’autre. On la voyait tantôt en Afrique, tantôt en Espagne, tantôt aux Indes, tantôt dans l’extrême Nord... Elle sortit enfin des limites de l’atmosphère terrestre, et, maintenant elle erre dans l’univers entier, sans pouvoir se trouver jamais dans des conditions où elle pourrait disparaître."

                                                          Anton Tchékhov      Le Moine noir

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

"Une jeune fille à l'imagination malade entendit une nuit, dans un jardin, des sons mystérieux, si beaux et si étranges, qu'elle dut les regarder comme une harmonie sacrée, incompréhensible pour nous, mortels, et qui, pour cette raison, s'en retourne aux cieux."

                                                                                  Anton Tchékhov        Le Moine noir

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

aimer  la  vie,  c'est  …

 aimer  la MUSIQUE  AFRICAINE,

pure source de bonheur

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Rokia Traoré

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Sona Jobarteh

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Toumani Sibiti Diabaté

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

Habib Koité

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

la case aux fétiches

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

Solo et Indré, une magnifique fusion de deux cultures 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

Dominique Mertens        Fétiche (encre, crayon)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

"Ils songent, tête basse… Dans la paix automnale, lorsqu’un froid et morne brouillard s’élève de terre, et se glisse dans l’âme, lorsqu’il reste planté devant les yeux comme un mur de prison et atteste à l’homme la limite de sa volonté, il est doux de penser aux larges fleuves rapides, aux rives plantureuses et abruptes, aux forêts infranchissables, aux steppes illimitées. Lentement, paisiblement, l’imagination vous retrace comment, le matin, à l’aube, alors que le carmin de l’aurore n’a pas encore quitté le ciel, un homme, pareil à une petite tache, avance sur la rive escarpée et déserte. Les sapins séculaires qui étagent leurs masses sur les deux côtés du torrent, regardent maussadement cet homme libre, et grondent sévèrement. Des racines, d’énormes pierres, des fourrés épineux lui barrent le chemin ; mais, robuste de corps, l’esprit alerte, il ne s’effraie ni des sapins, ni des pierres, ni de sa solitude, ni de l’écho bruyant qui répercute chacun de ses pas. Les centeniers se dessinent les tableaux d’une vie libre qu’ils n’ont jamais vécue. Ils se remémorent confusément les images de ce qui leur a été raconté il y a longtemps, ou, peut- être, Dieu le sait, cette représentation d’une vie libre leur est-elle venue avec la chair et le sang de leurs libres aïeux !"  

                                       Anton Tchékov       Rêves (extrait)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

            bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

aimer  la  vie,  c'est  …

aimer la musique traditionnelle Géorgienne, (ex URSS)

  source vive de bonheur

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

la musique polyphonique Géorgienne (ex URSS) tout un monde fascinant à découvrir sur You Tube

https://youtu.be/yYF_MHTfMeo

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

Envie de découvrir mon roman  ?

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

le tome 1 de mon roman est disponible aux Editions des Tourments

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

le tome 2 de mon roman est disponible aux Editions des Tourments

 editionsdestourments.fr

 

 aimer  la  vie,  c'est…  

aimer DASHIELL  HEDAYAT, 

figure emblématique des années '70/'80

et de la révolution sexuelle

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

Daniel Théron, plus connu sous les pseudonymes de Dashiell Hedayat et de Jack-Alain Léger, est un chanteur et romancier  français, né à Toulon le 05 juin 1947 et mort à Paris le 17 juillet 2013.

À la fin des années 1960, il enregistre deux albums, dont le premier, "Obsolète", qui contient la fameuse chanson  "Chrysler rose", album qui lui valu le grand prix de l'Académie Charles-Cros.  Il se consacra ensuite à l'écriture.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

un album incontournable à découvrir sur You Tube

https://youtu.be/JDimqdooGXE

Chrysler ! Chrysler rose
Elle repose sur ses jantes, abandonnée
Deux roues sont voilées
Et sa capote est déchirée
On voit le ciel à travers
Tant elle est usée
Une Chrysler, une Chrysler rose
Une Chrysler que j’ai au fond de la cour
Une Chrysler rouillée

J’ai une Chrysler tout au fond de la cour
Elle ne peut plus rouler mais c’est là
Que je fais l’amour

Il y pousse de la mousse
Des glycines mauves sur le volant
D’un doigt malhabile dans la poussière
Sur la portière
Les enfants ont écrit que Dashiell est un con…
Oui, Chrysler!
Chrysler rose, elle ne peut plus rouler
Mais quand les ressorts grincent
Quand les ressorts grincent
Les enfants de l’immeuble
Aussitôt cessent de jouer
Pour venir regarder…

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

aimer  la  vie,c'est  …

aimer ce qui nous dépasse,

et accepter ce qui doit arriver.

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

Henry Ossawa Tanner        L'Annonciation

"Ce fut un moment grand et bien faisant.  L'amour versa au coeur du mari sa joie et son courage.  Il voyait un avenir où sa femme et lui, toujours unis dans la tendresse, feraient de leur humble foyer un paradis qui pourrait servir d'exemple à toute la paroisse."

Selma Lagerlöf       Anna Svärd

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie

 Antonello da Messina       L'Annonciation

"Non, vivre très modestement, libéré d'une foule de besoins, élevé au-dessus du vain et mesquin désir d'éclabousser ses semblables, voilà le chemin du bonheur dans ce monde et de la béatitude dans l'autre."

Selma Lagerlöf       Anna Svärd

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli

 Sandro Botticelli       la madone du magnificat

"Partout la méditation et l'étude sont nécessaires au bonheur ; à la campagne, elles préviennent les langueurs d'une existence apathique et enseignent à comprendre le grand spectacle de la nature ; à la ville, elles dispensent de ces vaines distractions qui ouvrent la porte à tant de dangers."

Ann Radcliffe       Les mystères d'Udolphe

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli

 aimer  la  vie,  c'est  …

aimer les hommes et les femmes 

tels qu'ils sont, tant pour leurs qualités,

que pour leurs défauts. 

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli

Andrea Mantegna       Etude de Christ

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli

 Sandro Botticelli       Portrait de femme

aimer  la  vie,  c'est  …

garder l'espoir

quelles que soient les circonstances

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli

" Magnificat anima mea Dominum, et exsultavit spiritus meus in Deo salutari meo"

« Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

 Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !

Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

 Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

 Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,

de la promesse faite à nos pères,

en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais .

Magnificat       Cantique de la Vierge Marie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli

Le Caravage       L'Annonciation

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli

 la violoniste    (auteur présumé : blackrosedu59 )

"Quelle joie doit éprouver un mari en introduisant sa jeune femme dans une maison confortable et riche. Passer de pièce en pièce et entendre ses exclamations admiratives, la précéder de quelques pas pour ouvrir les portes de la pièce suivante et dire : « Voici qui n’est pas trop mal, je crois. » La voir voltiger comme un papillon, jouer quelques mesures au piano, courir vers un tableau, jeter ensuite un coup d’œil dans un miroir, afin de savoir s’il reflétait d’elle une image favorable, ou se précipiter à une fenêtre pour admirer l’admirable paysage. "

Selma Lagerlöf        Charlotte Löwensköld

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton

"'Qui redoute ou qui évite l'amour, n'est pas libre."

Anton Tchékov       Ma vie

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton

Léon Bonnat       Idylle

"Je m'habillai et passai dans mon atelier.  Tessie était là, assise près de la fenêtre, mais en me voyant arriver elle se leva et passa ses bras autour de mon cou pour un innocent baiser.  Elle était si fraîche et charmante que je l'embrassai à nouveau avant d'aller m'asseoir à mon chevalet.

"Hé ! Où est passée cette étude que j'avais commencée hier ?" demandai-je.

 Tessie me regarda sans rien répndre.  Je commençai à fouiller parmi mes toiles et lui dis :

"Dépêche-toi de te préparer, Tessie, il faut profiter de la lumière matinale."

Quand enfin j'abandonnai mes recherches parmi les autres toiles et décidai de regarder le reste de la pièce, je vis que Tessie était debout près du paravent, toujours habillée.

"Que se passe-'t-il , lui demandai-je.Tu ne te sens pas bien ?

- Si.

- Alors dépêche-toi.

- Vous voulez que je pose comme... comme je le faisais habituellement ?"

Alors je compris.  C'était encore une complication.  J'avais bien sûr  perdu le meilleur modèle nu que j'aie jamais vue.  Je regardai Tessie.  Son visage était écarlate.  Hélas ! Hélas ! Nous avions mangé le fruit de l'arbre de la connaissance et l'Eden et l'innocence originelle étaient perdus pour nous - je veux dire pour elle.

Robert W. Chambers        Le Signe jaune

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton

Dominique Mertens       L'Artiste et son modèle (encre et crayon)

"Le spectre du Passé n'irait pas plus loin.

"S'il est vrai, soupirait-elle, que tu vois en moi une amie, alors revenons en arrière ensemble.  Tu oublieras, ici, sous le soleil de l'été."

Je la pris dans mes bras, suppliant, caressant ; je la saisis, pâle de colère, mais elle résistait toujours.

"S'il est vrai, soupirait-elle, que tu vois en moi une amie, alors revenons en arrière ensemble." 

Le Spectre du Passé n'irait pas plus loin."

Robert W. Chambers       Le Roi en jaune

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton

Karoly Ferenczy       Le Peintre et son modèle

"_ Ainsi, dit-elle, vous êtes marié ?  Mais ne vous inquiétez pas, je n'en ferai pas  une maladie et je saurai vous arracher de mon coeur.  Il est triste seulement et amer que vous soyez  le même rien qui vaille que tous les autres hommes, que vous n'ayez besoin chez la femme ni d'esprit, ni d'intelligence et seulement d'un corps, et de beauté et de jeunesse ! ... Vous avez besoin de pureté : Reinheit ! Reinheit ! ... Elle se renversa sur le dossier du fauteuil en riant : Reinheit !

Quand elle eut fini de rire, ses yeux étaient humides de larmes."

Anton Tchékov         Trois ans

 bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton

Jules Joseph Lefèbvre       La Vérité

  bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton

Jean Hélion       Le Peintre piétiné par son modèle

    bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton,réseaux sociaux

René Magritte       Les Amants

"Mais mon compagnon m’avait déjà laissé seul et, tout à coup, ― sans savoir comment, je me trouvai sur cette nouvelle terre, baigné de la lumière d’une journée paradisiaque. J’avais pris pied, me semble-t-il bien, sur l’une des îles de l’archipel grec ou sur une côte voisine. Oh ! que tout était bien terrestre, mais comme tout brillait d’une lumière de fête ! Une mer caressante, d’une couleur smaragdine, frôlait la plage, qu’elle semblait baiser avec un amour presque conscient. De grands arbres innombrables, fleuris et parés de belles feuilles brillantes, me félicitaient, j’en suis sûr, de mon arrivée, tant leur frisselis faisait une tendre musique. L’herbe était diaprée de fleurs embaumées. Dans l’air, des oiseaux volaient par troupes, et beaucoup d’entre eux, sans montrer la moindre frayeur, venaient se poser sur mes mains, sur mes épaules en battant gentiment des ailes. Bientôt les hommes de cette terre heureuse vinrent à moi, ils m’entourèrent joyeusement et m’embrassèrent. Comme ces enfants d’un autre soleil étaient beaux ! Sur mon ancienne terre, pareille beauté était introuvable. C’est à peine si chez nos plus petits enfants on pourrait découvrir un faible reflet de cette beauté. Les yeux de ces êtres heureux brillaient d’un doux éclat. Leurs visages exprimaient la sagesse et une conscience sereine, une gaîté charmante. Leurs voix étaient pures et joyeuses comme des voix d’enfants. Dès le premier regard, je compris tout. J’étais sur une terre qui n’avait pas encore été profanée par le péché. L’humanité vivait comme la légende veut qu’aient vécu nos premiers ancêtres, dans un paradis terrestre. Et ces hommes étaient si bons que, lorsqu’ils m’emmenèrent vers leurs demeures, ils s’efforçaient, par tous les moyens, de chasser de mon être le plus léger soupçon de tristesse. Ils ne m’interrogeaient pas, mais ils semblaient savoir tout ce qui me concernait, et leur plus grand souci était de me voir redevenir vraiment heureux."

Fiodor Dostoïevski       Journal d'un écrivain

Le Rêve d'un drôle d'homme (récit fantastique)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton,réseaux sociaux

Dominique Mertens       Peintre et modèle (encre et crayon)

bonheur,ann radcliffe,gothique,fantastique,charlotte dacre,l'abbaye de grasville,zofloya ou le maure,george moore,eliza parsons,le château de wolfenbach,blogs gothiques,john simmons,dans ses yeux je voyais ma vie,sandro botticelli,edmund blair leighton,réseaux sociaux

 

 ..à suivre .....

 

16/01/2018

PASSIONS GOTHIQUES

La Passion de Raskolnikov,

héros du roman de

Dostoïevski,

"Crime et châtiment"

 

 

Ci-dessous, quelques citations, dans leur ordre de parution, extraite du roman 

"Crime et châtiment" de Fiodor Dostoïevski, et illustrées de différents tableaux (qui ne suivent pas l'ordre chronologique de la Passion du Christ) peints par James Tissot

"Et soudain, une étrange, une inattendue sensation de haine pour Sonia traversa son coeur.  Il leva la tête" et la regarda, comme s'il était étonné et effrayé par cette impression, mais il rencontra son regard anxieux et plein d'une douloureuse sollicitude : il y avait là de l'amour ; sa haine s'évanouit comme un spectre.  Ce n'était pas cela, il avait pris un sentiment pour un autre.  Cela signifiait uniquement que la minute était arrivée." 

...........

"- Qu'avez-vous ? répéta-t-elle, avec un léger mouvement de recul.

-Ce n'est rien, Sonia, n'aie pas peur... Des bêtises !  C'est ainsi, si l'on y réfléchit, bredouillaitil avec l'air inconscient d'un homme en délire.  Pourquoi suis-je venu te torturer, toi ?  ajouta-t'il soudain en la regardant.  Vraiment... pourquoi ?  Je me pose sans cesse cette question... Sonia... "

..........

"- Alors, tu ne devines pas ?  demanda-t-il soudain, avec la sensation de se précipiter du haut d'un clocher.

-  Non, souffla Sonia, d'une voix à peine audible.

-  Cherche bien. 

Lorsqu'il eut dit cela, une sensation déjà connue lui glaça l'âme ; il la regarda et, dans ses traits, il vit les traits de Lisaveta.  Il se rappelait distinctement l'expression du visage de Lisaveta, au moment où il s'approchait d'elle, la hache à la main, et où elle se reculait vers le mur, la main avancée dans un geste de protection, un effroi enfantin peint sur ses traits."

jt-loc-3.jpg

James Tissot       érection de la croix

(ces peintures de la Passion du Christ sont conservées au Brooklyn Museum de New-York)

-" Mon Dieu !   L'horrible cri avait jailli de sa poitrine.  Elle tomba sans forces sur le lit, la figure dans les oreillers.  Mais elle se releva un instant plus tard, se rapprocha de lui, lui saisit les deux mains, et, les serrant de toutes ses forces dans ses doigts minces, elle riva de nouveau son regard sur le visage de Raskolnikov.  Ce regard désespéré voulait découvrir un dernier espoir.  Mais il n'y avait pas d'espoir ; il ne restait aucun doute ;

tout était bien ainsi !" 

 Brooklyn_Museum_-_The_Death_of_Jesus_(La_mort_de_Jésus)_-_James_Tissot.jpg

 James Tissot      Jésus sur la croix

"Comme une insensée, elle se leva d'un bond et alla vers le milieu de la chambre en se tordant les mains ; mais elle revint rapidement et s'assit de nouveau à ses côtés, épaule contre épaule.  Soudain, elle frissonna comme si une idée horrible l'avait transpercée, elle poussa un cri et elle se précipita, ne sachant même pas pourquoi, à genoux devant lui.  

-  Qu'avez-vous fait là ?!  Qu'avez-vous fait contre vous-même ?!  prononça-t-elle avec désespoir et, se soulevant vivement, elle se jeta à son cou, l'entoura de ses bras et le serra de toutes ses forces." 

james_tissot_wine_given_to_jesus.jpg

James Tissot        un centurion tend à Jésus une éponge gorgée de vin

 "Raskolnikov approchait en retenant toujours davantage le pas, comme s'il hésitait à entrer ou non.  Mais il ne serait pour rien au monde retourné sur ses pas : sa décision était prise.  "Du reste, c'est indifférent ; elles ne savent encore rien, pensa-t-il, et elles sont habituées à me prendre pour un original..."  Son costume était dans un état lamentable ; tous ses vêtements étaient sales, déchirés, froissés d'avoir passé toute une nuit sous la pluie.  Son visage était tordu par la fatigue physique et la lutte qu'il s'était livrée à lui-même.  Il avait passé cette nuit seul.  Dieu sait où, mais du moins, il s'était décidé."

 james_tissot_jésus_dépouillé_des_ses_vêtements.jpg

James Tissot       Jésus est dépouillé de ses vêtements

"Ah ! te voilà enfin !  commença-t-elle d'une voix tremblante de joie.  Ne m'en veux pas, Rodia, que je te reçoive si sottement, avec des larmes aux yeux : je ris, je ne pleure pas.  Tu penses que je suis triste ?  Non, je me réjouis, et ce n'est qu'une de mes mauvaises habitudes, ces larmes qui coulent.  Depuis la mort de ton père, je pleure pour la moindre chose.  Assieds-toi, mon chéri,  tu es sans doute fatigué, comme je vois.  Oh, tu t'es sali !"

james_tissot_ésus_rencontre_sa_mère.jpg

James Tissot       Jésus rencontre sa mère 

"Je ne sais ce que tu as, Rodia, dit-elle enfin.  Je pensais tout ce temps que nous  t'ennuyions simplement, mais maintenant, je vois à tout ce qui se passe qu'un grand malheur t'attend et que c'est cela qui t'angoisse.  Je pressens cela depuis longtemps, Rodia.  Pardonne-moi d'en avoir parlé, j'y pense sans cesse et n'en dors pas la nuit.  Cette nuit ta soeur a déliré sans arrêt et elle a parlé tout le temps de toi.  J'ai entendu quelque chose, mais je n'ai rien compris.  J'ai erré toute la matinée dans la chambre comme une condamnée à mort ; j'attendais, je pressentais quelque chose, et voilà que cela arrive !  Rodia, Rodia, que vas-tu faire ?  Tu t'en vas, peut-être ?"

james_tissot_mon_âme_est_triste_à_en_mourir.jpg

James Tissot       Mon âme est triste à en mourir

"Oui, il était content, très content qu'il n'y eût là personne d'autre, qu'il fût seul avec sa mère.  Depuis le début de ces terribles événements, c'était la première fois qu'il sentait son coeur s'attendrir.  Il tomba à genoux devant elle, il lui embrassa les pieds, et tous deux pleurèrent enlacés.  Elle ne s'étonna pas cette fois-ci et ne l'interrogea pas.  Elle avait compris déjà depuis longtemps que quelque chose de terrible se passait et qu'une effrayante minute était proche pour son fils."

james_tissot_marie_madeleine_et_les_saintes_femmes_au_tombeau.jpg

James Tissot       Marie-Madeleine et les saintes femmes au tombeau

 "Rodia, mon petit, mon premier-né, disait-elle en sanglotant, tu es maintenant comme quand tu étais petit et que tu venais m'embrasser ; quand ton père vivait encore -et que nous avions du chagrin, tu nous consolais par ta seule présene ; et quand il est mort, combien de fois ne sommes-nous pas restés, comme maintenant, serrés l'un contre l'autre, à pleurer sur sa tombe ! Et si je pleure depuis si longtemps, c'est que mon coeur de mère a pressenti le malheur."

james_tissot_une_sainte_femme_essuie_le_visage_de_jésus.jpg

James Tissot       Une sainte femme essuie le visage de Jésus

"- Tu es allé chez notre mère ?  Tu lui as dit ?  s'écria Dounia épouvantée.  Est-il possible que tu te sois décidé à lui dire cela ?

- Non, je ne lui ai pas dit... explicitement ; mais elle a compris bien des choses.  Elle (t'avait entendu délirer cette nuit.  Je suis sûr qu'elle  comprend déjà à moitié.  J'ai peut-être mal fait d'y aller ?  Je ne sais même pas pourquoi j'y suis allé.  Je suis un homme bas, Dounia.

-  Tu es un homme bas, mais tu es prêt à marcher à l'expiation !  Car tu y vas !

-  Oui.  Tout de suite.  C'est pour éviter cette honte que j'ai voulu me noyer, Dounia, mais j'ai pensé, au dernier moment, que je m'étais considéré comme fort jusqu'ici, et qu'il ne fallait pas avoir peur de la honte.  C'est de l'orgueil, Dounia.

james_tissot_jésus_tombe_sous_la_croix.jpg

James Tissot       Jésus tombe sous la croix

"On me dit qu'il faut passer cette épreuve !  A quoi bon, à quoi bon, ces épreuves insensées !  A quoi bon ?  Vais-je mieux en concevoir la nécessité lorsque je serai écrasé par les souffrances, l'idiotie, lorsque je serai frappé d'impuissance sénile après vingt ans de bagne  -et à quoi me servira-t-il de vivre à ce moment ?  Pourquoi est-ce que je consens à présent à vivre ainsi ?  Oh, je savais que j'étais un lâche, lorsque j'étais près de la Neva ce matin à l'aube !"

james_tissot-jésus_chargé_de_la_croix.jpg

James Tissot       Jésus chargé de la croix

"Je suis méchant, je le vois bien, pensa-t-il, ayant honte de son geste agacé, une minute après l'avoir fait.  Mais pourquoi m'aiment-elles tant, si je n'en vaux pas la peine ?!  Oh, si j'étais seeul, si personne ne m'aimait et si je n'aimais personne !  Tout cela ne serait pas arrivé !  "

james_tissot_simon_de_cyrène_contraint_de_porter_la_croix_avec_jésus.jpg

James Tissot       Simon de Cyrène aide Jésus à porter la croix

 "Il devint profondément pensif.  "Par quel processus pourrais-je arriver finalement à m'humilier devant eux tous, à m'humilier en conscience ?  Eh bien, pourquoi pas ?  Cela doit être ainsi, de toute évidence.  Vingt ans de contrainte continuelle ne vont-ils pas m'écraser définitivement ?  L'eau ronge bien la pierre.  Et à quoi bon, à quoi bon vivre après cela, pourquoi vais-je maintenant me dénoncer lorsque je sais bien que tout se passera exactement comme il était écrit et pas autrement !"

james_tissot_les_mauvais_traitements_chez_caïphe.jpg

James Tissot        Les mauvais traitements chez Caïphe

 "Soudain, Sonia se trouva près de lui. Elle s’était approchée silencieusement et s’était assise à ses côtés. C’était tout au début de la journée : la fraîcheur du matin ne s’était pas encore adoucie. Elle était vêtue de sa pauvre vieille cape et du châle vert. Son visage portait encore les traces de la maladie : elle avait pâli et maigri. Elle lui sourit d’un sourire accueillant et heureux, mais, à son habitude, elle ne lui tendit la main que timidement. Elle faisait toujours ce geste avec timidité. Parfois, elle ne tendait même pas du tout la main, tant elle craignait de se voir repoussée. Il prenait toujours sa main avec une sorte de répugnance ; il montrait toujours du dépit de la rencontrer ; parfois, il se taisait obstinément pendant toute sa visite. Il arrivait qu’elle prenait peur et qu’elle s’en allait profondément chagrinée. Mais, à présent, leurs mains ne se séparèrent pas : il lui jeta un regard rapide, ne dit rien et baissa les yeux au sol. Ils étaient seuls ; personne ne les voyait. Le garde s’était détourné. Il ne sut pas comment cela se passa, mais il se sentit soulevé par une force inconnue et jeté aux pieds de Sonia. Il pleurait et il étreignait ses genoux. Au premier moment, elle s’effraya terriblement et son visage devint mortellement pâle. Elle bondit et, toute tremblante, elle se mit à le regarder. Mais – 774 – immédiatement, à l’instant même, elle comprit tout. Un bonheur infini brilla dans ses yeux ; elle avait compris, elle n’avait plus de doute maintenant, il l’aimait, il l’aimait d’un amour sans limite et son heure était enfin venue…"

james_tissot_la_résurrection_du_christ.jpg

James Tissot       La Résurrection du Christ

 "C'est comme si un souffle d'effroi était passé sur les visages ; tous ont compris que le temps approche."

Vassili Grossman       Vie et destin

 

09:53 Écrit par Dominique Mertens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james tissot, jésus christ, vassili grossman |  Facebook |

15/01/2018

L'AUTEL DES PASSIONS

QUI

et

QUE

sacrifierons-nous encore 

sur 

L' AUTEL  DE  NOS   PASSIONS  ?

crypteRECOL.jpg

"Puissent-ils croire et rire de leurs passions, car ce qu'ils nomment passion n'est pas la force de l'âme, mais une friction entre l'âme et le monde extérieur."

andréi_tarkovski_stalker

autel_d'église_REC.jpg

le_saint_sacrifice.jpg

 "Le Sacrifice est le seul domaine

aussi fort que celui du Mal"

André Malraux

horror.jpg

 toute passion est un ogre jamais rassasié

2973100458.7.gif

escaliers rouges.jpg

le chemin qui conduit au sacrifice

sacrifice_Juan_Valdes_Leal.jpg

juan_valdès_leal_le_sacrifice

 autel_du_saint_sacrementREC.jpg

 "Tantôt il voulait se baigner dans le sang de l'infidèle, et tantôt le charme d'un amour irrésistible subjuguait toutes ses autres affections.  La vengeance et l'honneur voulaient qu'il perçât le coeur qui l'avait trahi ; mais l'idée de cette beauté ravissante, de ses agréables sourires, de ses tendres caresses, enflammait tellement son imagination, qu'involontairement il se sentait désarmé, versait presque des larmes de regret, et déclarait malgré les apparences, que Maria lui était fidèle." 

ann_radcliffe      julia,_ou_Les_souterrains_du-château_de_mazzini

le_caravage_sacrifice_d'_isaac_attribué_à.jpg

le_caravage     le_sacrifice_d'-Abraham  (attribué à)

 

 le-.caravage-le-sacrifice-d'isaac.jpg

 le_caravage      le_sacrifice_ d'_isaac

 1598-sacrifice-isaac2.jpg

 le_caravage      le_sacrifice_d'_isaac  (détail)

 main_ouverte.jpg

 "Toute chose est en marche vers sa destruction.

Seul notre amour ignore le déclin

Il n'a ni lendemain, ni hier

En sa course

il ne s'éloigne jamais de nous,

Mais garde fidèlement son jour premier,

dernier et éternel."

john_donne      l'_anniversaire

 messe_de_guiborg_REC.jpg

 oeil.png

  la souffrance,  au coeur du sacrifice

Croix-gothiqueREC.jpg

 

 "A peu près sûr de réussir, il avait présenté son hommage à la marquise, s'en était déclaré l'amant et était bientôt parvenu à s'en faire aimer.  
zz.gif

De cette réciprocité de tendresse jusqu'aux plus précieuses faveurs de l'amour, l'intervalle était bientôt franchi, avec un caractère aussi inflammable que celui de la marquise.

zz.gif

D'abord leur intelligence fut assez soigneusement enveloppée du mystère.  Mais insensiblement ils négligèrent les précautions .  Les femmes de la marquise, puis d'autres domestiques furent au fait de l'intrigue.  Tous les lieux paraissaient  propres aux deux amants pour satisfaire leurs amoureux désirs.

zz.gif

Il fallait que le marquis eût la tête aussi fortement préoccupée, tant de ses projets que de la bonne opinion qu'il avait de la vertu de son épouse, pour n'avoir pas rencontré mille occasions de découvrir les outrages qu'il en recevait."

ann_radcliffe      julia,_ou_les_souterrains_du_château-de_mazzini

zz.gif

 

 

 

 

Croix-gothique-brune.jpg

 

les_moyens_de_la_Passion_du_Christ.jpg

"Ceux qui savent ne parlent pas.

                            Ceux qui parlent ne savent pas."             Lao-Tseu

 virgnité4REDversion-rouge.jpg

Dominique Mertens          Immobilisée

 MORDRE  LA  VIE  A  PLEINES  DENTS,  ET...

 

PASSER  UNE  NUIT  A  L'HOTEL  DES  PASSIONS...

passion_ardente.jpg

     Dominique Mertens          L'Amour est sacrifice       

 "L'absence qui, dans les âmes vulgaires, affaiblit la tendresse, lui donnait une nouvelle force dans le coeur de la sensible Julia.  Elle désirait le revoir, elle voulait être encore plus sûre de l'impression qu'elle avait produite sur lui.  Le besoin d'être seule guidait toutes ses démarches.  Dès qu'elle pouvait se dérober à tout ce qui l'environnait, alors dirigeant sa promenade vers les points les plus isolés, vers des sites mélancoliques, elle livrait son coeur aux douces espérances, aux chimères flatteuses qui consolent les faibles mortels quand ils sont encore loin du bonheur."

ann_radcliffe_julia,_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini

 château_rouge.jpg

 

 "Au moment où j'allais mettre la lettre fatale en pièces,

il se leva précipitamment de son siège, et me l'arracha des mains.

"Arrêtez !   s'écria-t-il.

De cette lettre dépend notre vengeance !"

Francis Lathom      La Cloche de minuit

 passion4.jpg

 instruments_de_la_Passion_du_ChristREC.jpg

les_instruments_de_la_passion_du_christ

 

"Tandis qu'on prenait toutes ces mesures, Julia, réfugiée dans le couvent de Saint-Augustin, tâchait de s'élever à la tranquillité qu'elle voyait régner autour d'elle.   (...)  

Qu'elle est grande la différence établie entre la vie de ces pieux cénobites, et l'existence agitée des hommes livrés au tourbillon du monde !  Que de calme d'un côté !  Quel tumulte de l'autre !"

Ann Radcliffe      Julia, ou Les souterrains du château de Mazzini

wolframvoneschenbach.jpg

horreur_sacrilègeRECOL.jpg

Dominique Mertens          Horreur sacrilège       

mainardente.jpg

"L'Homme est souvent un loup pour l'homme.

 Il l'est toujours pour la femme."

jack_london       le_peuple_de_l'_abîme

 

violence_extrêmeREC.jpg

Dominique Mertens           Violence extrême        

"J'étais parti avec quelques idées très simples, qui m'ont permis de me faire une opinion : tout ce qui améliore la vie, en renforçant sa santé morale et physique, est bon pour l'individu ; tout ce qui, au contraire, tend à la détruire, est mauvais."

jack_london        le_peuple_de-l'_abîme

violent_gameREC_1.jpg

Dominique Mertens           Violent game       

 "Mais la nature en avait autrement décidé.  A peine mes deux volumes étaient-ils copiés, que le mensonge, le vide, la légèreté, le néant de ces pauvretés sensuelles plus ou moins bien rimées m'apparut.  La pointe de feu des premières grandes passions réelles n'eut qu'à toucher et à brûler mon coeur, pour y effacer toutes ces puérilités et tous ces plagiats d'une fausse littérature.  Dès que j'aimai, je rougis de ces profanations de la poésie aux sensualités grossières.  L'amour fut pour moi le charbon de feu qui brûle, mais qui purifie les lèvres.  Je pris un jour mes deux volumes d'élégies, je les relus avec un profond mépris de moi-même, je demandai pardon à Dieu du temps que j'avais perdu à les écrire, je les jetai au brasier, je les regardai noircir et se tordre avee leur belle reliure de maroquin vert sans regret ni pitié, et je vis monter la fumée comme celle d'un sacrifice de bonne odeur à Dieu et au véritable amour.

 Alphonse de Lamartine       Méditations poétiques

 

 

à  suivre.....

14/01/2018

L' INTERNATIONALE GOTHIQUE

L' INTERNATIONALE

GOTHIQUE

ou

le Gothique  sans frontière

l'imagination

pour  seul  voyage 

jehan_georges_vibert_apothéose_aux_funérailles_de_thiers_harvfard_art_museums.jpg

Jehan Georges Vibert       Apothéose aux funérailles de Thiers

la création

pour  seul  passeport

(rien à voir avec l'appellation "Gothique international", faut-il le préciser !)  

internationale gothique,mouvement gothique

"Ne raillons pas les fous : leur folie dure plus longtemps que la nôtre... Voilà la différence."

Robert William Chambers        Le Roi vêtu de jaune

internationale gothique,mouvement gothique

Robert William Chambers       Le Roi en jaune

illustration de Earl Geier

internationale gothique,mouvement gothique

 internationale gothique,mouvement gothique

 Sur  les  traces  des  gothiques

du  monde  entier  en compagnie

de groupes  remarquables  et  cependant moins  connus...

TIARRA, un groupe gothique roumain doté d'une excellente chanteuse, Anda Pomponiu...

tiarra_band.jpg

Tiarra

anda_pomponiu.jpg

Anda Pomponiu

 ARTROSIS, un groupe gothique polonais doté, lui aussi, d'une excellente chanteuse, Magdalena "Medeah" Stupkiewicz

artrosis_band.jpg

Artrosis

medeah.jpg

Medeah

  saint_croix_gothique_3.jpg

Dominique Mertens        Sainte-Croix gothique (encre)

supplication.jpg

"... il entendit une étrange voix impersonnelle qu'il reconnut pour la sienne propre et qui insistait sur la solitude incurable de l'âme.  Nous ne pouvons pas nous donner, disait cette voix ; nous n'appartenons qu'à nous-mêmes."

                                                  James Joyce       Gens de Dublin

"Nous ne pouvons pas

nous donner ;

nous n'appartenons qu'à

nous-mêmes"

    vieux_chêne.jpg

AMOR E MORTE, un groupe de gothique symphonique bulgare à l'indéniable qualité, dont Vera Bathory est la chanteuse.

amor_e_morte_pochette_cd.jpg

Amor e Morte        pochette cd

 AGGELOS, un groupe gothique symphonique colombien, aux sonorités sud-américaines, et aux paroles empreintes de ferveur religieuse étonnantes

 aggelos_pochette_cd.jpg

Aggelos       Mantos purpureos  pochette cd

aggelos.jpg

Aggelos

SYMPHONIAN, un groupe gothique ukrainien, aux mélodies lancinantes et puissantes, dont Lana Polevnichaya est l'admirable chanteuse.

symphonian pochette cd.png

Symphonian   pochette cd

lana_polevnichiyana.jpg

Lana Polevnichaya 

SHAPE  OF  DESPAIR, un groupe gothique finlandais, qui atteint le  noir absolu, et dont la chanteuse Natalie Koskinen, est l'officiante inspirée.

shape_of_despair_pochette_cd_monotony_fields.jpg

Shape of despair   pochette cd 

natalie_koskinen_from_shape_of_despair_666.jpg

Natalie Koskinen

AVRIGUS, un groupe gothique aux hymnes envoûtants, et dont Megan Tassaker est la voix céleste. 

 avrigus_the_secret_kingdom_pochette_cd.jpg

 Avrigus     The secret kingdom  pochette cd

megan_tassaker.jpg

Megan Tassaker

 loin_de_moi_nb.jpg

 Dominique Mertens        Loin de moi (encre et crayon)

ELEND, groupe franco-autrichien aux sonorités profondément  lancinantes, et classiques, voire même mystiques, reflet d'une grande exigence. Différentes chanteuses de grand talent ont contribué à cette formation : Esteri Remond, Nathalie Barbary, et Eve Gabrielle Siskind. (à l'origine du groupe)

internationale gothique,mouvement gothique

  Elend       Suori  pochette cd

internationale gothique,mouvement gothique

Esteri Remond

internationale gothique,mouvement gothique

Nathalie Barbary

internationale gothique,mouvement gothique

Eve Gabrielle Siskind

WHERE ANGELS FALL, un groupe norvégien à la facture gothique,  symphonique, classique en constante tension, et dont Eirin Bendigtsen est la chanteuse à la voix au timbre si particulier.

internationale gothique,mouvement gothique

internationale gothique,mouvement gothique

 internationale gothique,mouvement gothique

Eiren Bendigtsen 

THE THIRD AND THE MORTAL, un nom plus que singulier pour un groupe (norvégien) qui ne l'est pas moins : une musique somptueuse, d'une rare originalité, et radicalement inventive, servie par les voix, ciselées avec amour, de deux chanteuses distillant une captivante atmosphère de sérénité et de profondeur.  

 internationale gothique,mouvement gothique

Kari Rueslatten

internationale gothique,mouvement gothique

Kirsti Huke

internationale gothique,mouvement gothique

internationale gothique,mouvement gothique

VIA MISTICA, un groupe polonais intéressant, dont la musique torturée contraste expressivement avec la voix de sa chanteuse, Katarzyna Polak Kozlowska.

internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos

internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos

RAIN FELL WITHIN, un groupe américain aux sonorités parfois jazzy, porté par les voix admirablement maîtrisées des chanteuses Laurie Ann Haus, et Dawn Desiree.

internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos

internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos

internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos

Laurie Ann Haus

internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

Dawn Desiree

NOTURNA, un groupe brésilien au romantisme échevelé, nourri à la plus pure tradition gothique européenne, et dont les deux chanteuses (Viviane Bueno et, sans doute, Laura Pataro ?) possèdent des voix puissantes qui se prêtent à de superbes envolées lyriques. 

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos

internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

Vivian Bueno

 DREAMS OF SANITY, un groupe autrichien des premiers temps du gothique, (1991) ce qui lui a valu la collaboration de différents musiciens ; des mélodies bien balancées, soutenues par la voix de Sandra Schleret (ex chanteuse du groupe Elis)

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

 DEMETHER, un groupe qui nous vient de Serbie, dont Dunja Deuric assure, de sa voix aérienne, la partie vocale en compagnie de  Agnes Meleghy.

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

Dunja Deuric

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

 Agnes Meleghy

 DIE VERBANNTEN KINDER EVAS, un groupe autrichien de haut vol, magnifié par les voix solennelles, majestueuses et grandioses des chanteuses Christina Kroustali, (à gauche de l'image) Tania Borsky, (au milieu) et Julia Lederen. (à droite) 

internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

 internationale gothique,mouvement gothique,tiarra,amor e morte,symphonian,shape of despair,avrigus,elend,where angels fall,the third and the mortal,artrosis,aggelos,noturna

Dominique Mertens       Incandescence (encre et crayon) 

 internationale gothique,mouvement gothique

 à  bientôt pour de nouvelles découvertes gothiques.....

 

...à  suivre... 

La NUIT GOTHIQUE

LA  N U I T    G O T H I Q U E

"Ah !  Que revienne l'ombre de la nuit,

Qu'elle transforme les monde des humains !

Que par lambeaux le jour sera.

A toutes ces lumières sordides,

A ces méthodes particulières,

A ces cruelles habitudes,

O nuit, viens rôder dans mon corps,

Serre-moi, viens t'abîmer en moi, 

Viens me faire oublier le jour !

Nuit, transfuge de ma déraison,

Epanouissement de mes sens,

Délivrée de toute mascarade,

Insoutenable aube à venir,

Je me dévore tant et si bien

Que le sommeil devient repos.

Pénètre-moi de ton silence,

Couvre-moi de ta plénitude.

Que l'aube devienne supportable.

Que l'aube devienne supportable."

(extraits de la chanson "La Nuit des errants"

 album "Tapages nocturnes"  de Catherine Ribeiro

avec la sublîmissime musique de Patrice Moullet

et de son groupe Alpes)

       gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

    gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme

  nuit en forêt.jpg

 etang-03.jpg

 gothique,fantastique,mysticisme     gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

la-dame-de-la-nuit version nb.jpg

     Dominique Mertens          La Dame de la nuit          

  gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

 L A  N U I T  M Y S T I Q U E

Par une nuit obscure

(texte poétique de Saint-Jean de la Croix)

Par une nuit obscure,

enflammée d'un amour plein d'ardeur,
ô l'heureuse aventure,
j'allai sans être vue,
sortant de ma maison apaisée.

Dans l'obscur et très sûre,
par l'échelle secrète, déguisée,
ô l'heureuse aventure,
dans l'obscur, en cachette,
ma maison désormais apaisée.

 Dans cette nuit heureuse,
en secret, car nul ne me voyait,
ni moi ne voyais rien,
sans autre lueur ni guide
que celle qui en mon cœur brûlait.

Celle-ci me guidait,
plus sûre que celle de midi
au lieu où m'attendait,
moi, je savais bien qui,
à un endroit où nul ne paraissait.

Ô nuit qui a conduit,
ô nuit plus aimable que l'aurore,
ô nuit qui a uni
l'ami avec l'aimée,
l'aimée en son ami transformée.

Contre mon sein fleuri
qui entier, pour lui seul, se gardait,
il resta endormi,
moi je le caressais
et l'éventail des cèdres l'éventait.

L'air venant du créneau,
quand mes doigts caressaient ses cheveux,
avec sa main légère
à mon cou me blessait,
et tenait en suspens tous mes sens.

M'oubliant, je restai 
le visage penché sur l'ami.
Tout cessa, je cédai,
délaissant mon souci,
parmi les fleurs de lis oublié.

*exégèse exhaustive sur le site

abbaye-saint-benoit.ch/saints/carmel/jeandelacroix   

 gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

  Roublev_Femme_nueREC.jpg

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens          détail de la fresque de la Vie

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

"La pensée ne livre rien de la pureté et des profondeurs de l'âme

ni de la vie du cœur, sinon les motifs qui la conduisent."

Edith Stein      La Crèche et la croix

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

       gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme        

"Les enfants du monde appellent « liberté » le fait de n'être soumis à aucune volonté étrangère, et de n'être restreints par personne dans la satisfaction de leurs désirs et de leurs inclinations. Pour ce rêve de liberté, ils se jettent dans des combats sanglants, sacrifiant leur vie et leurs biens.

Par liberté, les enfants de Dieu entendent tout autre chose : suivre sans entrave l'Esprit de Dieu ; ils savent bien que les plus grands obstacles de sont pas à l'extérieur mais en nous. Quand la raison et la volonté poussent l'homme à être son propre maître, il ne remarque pas à quel point il se laisse abuser et asservir par ses désirs naturels."

Edith Stein      La Crèche et la croix

gothique,fantastique,mysticisme

 "Arrivée au terme d'une longue et pénible carrière, le coeur flétri par les souffrances, et les yeux épuisés de larmes, mes pensées ne se tournent plus que vers le tombeau où je suis prête à descendre : pourquoi donc, trop généreuse amie, exigez-vous que je me nourrisse encore de ces douloureux souvenirs ?  Telle a été la singularité de ma destinée, qu'après m'être vue attachée à l'humanité par les liens les plus sacrés, et par les plus douces espérances, il ne restera pourtant après moi aucune trace de mon existence, si ce n'est dans la conscience épouvantée de ceux qui m'ont marquée comme une victime expiatoire des crimes réunis de mes ancêtres, car sûrement je n'ai jamais mérité par moi-même le malheur de vivre comme j'ai vécu, et de mourir comme je mourrai bientôt."

sophia-lee        le-souterrain

gothique,fantastique,mysticisme

ce lieu où la nuit gothique

 n'a ni commencement ni fin... 

gothique,fantastique,mysticisme

 "Cette retraite n'était point, proprement parlant, une caverne, car elle était divisée en plusieurs compartiments et les murs étaient visiblement construits de main d'homme.  Chaque appartement était séparé du reste par des passages qui aboutissaient à divers escaliers.  Le jour nous venait par des lucarnes de verre peint si au-dessus de notre portée que nous ne soupçonnions point qu'il y eût un monde au-delà et si obscures que les rayons du soleil étaient presque un objet nouveau pour nous, quand nous sortîmes de cette retraite."                

sophia-lee         le-souterrain (the-recess)

 gothique,fantastique,mysticisme

 sophia-lee (1750-1824)  une des précurseures-du-genre-littéraire-gothique,

(son nom est souvent associé à celui de sa soeur, Harriet Lee)

dont le roman "le souterain" est à découvrir sur Google Books

 

 

"ô monde, 

que les sentiments

qu'on puise dans tes cercles brillants

sont faux !"

 sophia-lee          le souterrain

gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens           L'Enjeu de toutes les manipulations

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens          L' Enjeu de toutes les manipulations  

 gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme    gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

cet indescriptible chaos

que nous portons en nous...

 gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

gothique,fantastique,mysticisme

et qui, tous, nous aspirera

gothique,fantastique,mysticisme

   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme   gothique,fantastique,mysticisme  gothique,fantastique,mysticisme

 

inexorablement... !

"Tu te dérobes à ma vue, et ne veux pas me voir.  tous les feux du ciel  see sont voilés.  Dans cette nuit profonde, il ne se trouve rien, sous la voûte obscure du firmament, d'aussi ténébreux que mon coeur ; ma gloire infernale m'a même quitté"

charles_robert_maturin        bertram_ou-le_château_d'_aldobrand

 gothique,fantastique,mysticisme

 Dominique Mertens           Détail de la Fresque de la Vie         

 

gothique,fantastique,mysticisme

extraits et illustration de "Julia,ou Le Château d'Aldobrand", roman d'Anne Radcliffe

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens           détail de la Fresque de la Vie

gothique,fantastique,mysticisme

 gothique,fantastique,mysticisme

extrait de "Emmeline, ou l' orpheline du château", roman de Charlotte Smith

gothique,fantastique,mysticisme

Salvator  Rosa        Paysage avec un ermite 

gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix

 gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique

                                                    Angellore        Errances (pochettte cd)                                                 

 gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique

 "Les sceptiques, les pessimistes sont des gens d'expérience qui ont payé de leur sang et de leurs souffrances leur dur savoir, leur compréhension de la guerre.  C'est là que réside leur supériorité sur les innocents aux joues roses."

Vassili Grossman       Vie et destin       

gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique

 Marcantonio Raimondi       Le Massacre des innocents

 gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique

 Vassili Grossman       Vie et destin (extrait 1)

 gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique

gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique

Vassili Grossman       Vie et destin (suite)

 gothique,fantastique,mysticisme,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

gothique,fantastique,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

Vassili Grossman       Vie et destin (suite)

 gothique,fantastique,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

Dominique Mertens       L'axe de l'univers (encre et crayon)

 gothique,fantastique,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

gothique,fantastique,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

gothique,fantastique,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

gothique,fantastique,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

 gothique,fantastique,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

 gothique,fantastique,citations gothiques,saint-jean de la croix,sophia lee,charles robert maturin,dominique mertens,blog gothique,vassili grossman

Eye of solitude       pochette cd 

 

 

 

.....à  suivre.....

 

11/01/2018

RENCONTRES GOTHIQUES

RENCONTRES  GOTHIQUES

 la grille.jpg

Dominique Mertens         La grille (encre de Chine) 

 désir.jpg

Triomphe gothique         encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 vierge sage.jpg

Vierge sage         Niklaus Manuel Deutsch        

img914.jpg

Rencontre gothique        encre de Chine de l'auteur,

Dominique Mertens

(interprétation libre d'un dessin de M.Dereau)

 img933.jpg

Dominique Mertens       Engagement (encre de Chine) 

"Je ne savais de quelle manière interpréter les propos menaçants de cet individu, car au travers du délire sous-jacent qui l'habitait pointait l'ombre inquiétante d'une sorte de sagesse.

Ainsi donc, comme le prétendait souvent mon cher ami Seward, il n'y avait finalement que peu ou pas de différence entre le fou et le sage, car tous deux, insouciants de plaire ou de déplaire, disent exactement ce qu'ils pensent, sans prêter attention aux conséquences de leurs paroles."

Françoise-Sylvie Pauly

L'invité de Dracula

 combourg2.jpg

"On prit place au repas de noces.  Après le festin, Rodolphe conduisit sa bien aimée à un appartement qu'il avait fait disposer à la hâte.  Comme ils traversaient la galerie voûtée dont les longues fenêtres gothiques recevaient les rayons de la lune, Régine, désirant contempler l'astre des amants, fut conduite par Westerbourg sur un balcon.  Là, le couple amoureux jouissait du plus charmant aspect.  C'était une nuit des plus claires et des plus ravissantes ; pas un souffle dans l'air, pas un nuage sous les cieux étincelants d'étoiles.  La nature semblait ensevelie dans un doux sommeil.  Le hibou de la tour avertissait seul nos amants que d'autres créatures veillaient encore."

Christian heinrich Spiess      Le petit Pierre

 MES.XXX03.jpg

 la visite de l'amant.jpg

Là-bas, perdu dans une forêt de mélèzes,

demeure cet homme avec lequel je veux m'entretenir...  

 img907.jpg

Le bois de mélèzes        encre de Chine de l'auteur

" J'ai   à   vous   parler..."

 img902.jpg

Dominique Mertens       Ma rencontre avec un moine de Weisemburg 

     (encre de Chine) 

l'ermite.jpg

Dominique Mertens       L' ermite de la forêt         

(encre de Chine)   

 "Illum oportet crescere, me autem minui..." 

"Il faut qu'il croisse, et que je m'efface..."

 (paroles  retranscrites sur le Retable d'Isenheim  par Mathias Grünwald)

 img918.jpg

en ce lieu vide et creux résonne encore cette plainte horrible

qu'on dirait tout droit sortie du néant le plus affreux...

img919.jpg

Dominique Mertens      la Main de gloire  (encre de chine)

niklaus manuel deutsch,main de gloire,christian heinrich spiess,le petit pierre,weisemburg,gustave doré,françoise-sylvie pauly,dracula

 Salle remplie d'hommes et de femmes

 

 

..... à  suivre.....

 

 

 

09/01/2018

EROTISME GOTHIQUE

EROTISME   GOTHIQUE

 

"Son beau visage présentait le même effrayant contraste que le décor.  Les joues arboraient de chaudes mais factices couleurs, tandis que les lèvres d'un violet pâle semblaient se flétrir au souffle corrompu qu'elles exhalaient.  Quant à la profusion inouïe de bijoux ornant la poitrine, elle jurait étrangement avec les gouttes de sueur froide, évocatrices d'une lente agonie, qui perlaient sur le front."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

l'amour est illuminationNB.jpg

Dominique Mertens       L'amour est illumination (encre de Chine)

(d'après l'oeuvre d'un artiste indéterminé)

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance,blog gothique

Dominique Mertens       L'amour est sacrifice

"Après chaque coup porté, j'observais une pause afin qu'elle ne perdit aucun des gémissements du blessé.  L'infortunée !  Elle croyait que le déchaînement de sa passion désarmerait mon bras au lieu d'exciter ma fureur.  Quand elle comprit qu'il était inutile de crier tant et plus "grâce ! grâce !  grâce ! ",  sa frénésie ne connut plus de bornes.  Livide, les vêtements en désordre, elle courut comme une folle en tous sens, répétant comme un écho les plaintes de Verdoni, maudissant les assassins que peu auparavant ele implorait à genoux : "Démons !  Démons !  N'attendez plus que je m'abaisse devant vous.  Trêve de supplications et de larmes !  Frappez !  Oh !  Comment résister à pareille barbarie !"  Verdoni émit un dernier soupir.  "Ah !  Tout est fini.  Il est mort.  Ha !  Ha !  Ha !  Je me ris de vous maintenant.  Il est mort, il est mort !"

... (suite ci-dessous)...

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 femme gisante.jpg

 

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance

 érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance,blog gothique

Dominique Mertens       C'est ici que le chemin s'efface (encre et crayon)

 ... Elle vacilla et s'effondra sur le corps.  Son coeur s'était brisé.  Je la touchai, elle était froide comme le marbre ; ses yeux étaient éteints, ses membres inertes ; son pouls avait cessé de battre.  Quand j'eus pris conscience qu'Erminia était morte, qu'elle était partie pour toujours, je ...  Non, je n'ai pas la force d'évoquer ces minutes affreuses.  Je m'élançai soudain hors de ces lieux d'abomination avec la brusquerie de qui s'efforce d'échapper à la destruction  -car partout autour de moi la destruction était à l'oeuvre."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 Bernadette Soubirous  châsse.jpg

La châsse de bernadette-soubirou à Nevers

 érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance

 la_neige_endeuillée        encre de l'auteur

 

  "Deux amantes ivres de l'ivresse des mots.

Mes mains en toi !  Tes dents plantées sur mon épaule.  Nous nous sommes aimées cette nuit-là.  Deux vampires devenus immortels. Tes cheveux d'ocre rouge roulaient telles des vagues léchées par le couchant. Nos corps l'un dans l'autre mêlés, ma belle lunaire, ma pâmée.  Mon désir de toi si longuement refoulé glissait comme une lave trop retenue dans un ventre de pierre.  Garance, tu es mon rêve depuis l'enfance.  Je te cherchais !  Je t'ai peinte (je n'avais que sept ans) dans un hangar désaffecté.  Je t'ai entourée d'un monde de féerie.  Je t'ai enfantée."

Anne-Marie Derèse       Le Sang de la chevelure

 érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance,blog gothique

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance,blog gothique

"Elle caressa son ventre et se souvint du jour où Aurélien l'avait prise.  L'avait-il prise ?  Non !  Il l'avait reçue du destin, du destin plus féroce que sage.

Il fit glisser sa robe avec une prudence sacramentelle.  Dans la pénombre du chalet, le corps de Garance brillait comme nacre, traversant l'espace de sa lumière, longue, infinie, éternelle.  La première  femme à son premier amant.  Aurélien ferma les rideaux d'un grand geste de vague et le rouge imprégna l'air d'une chaleur plus douce, plus inquiétante.  Des yeux d'ambre caressaient ce corps d'homme, cuivré, attentif.  Le désir sous la peau faisait son travail de bête soumise.

Aurélien se pencha et entreprit avec la langue une longue route charnelle, laissant sur la peau d'infatigables chemins d'escargots.  Il sut la mener au plus profond des espaces.  Elle l'appelait avec des gémissements de forêt torturée.  La foudre avait fait le reste.  Enfin, il s'était donné à Garance.

Le ciel s'était ouvert déversant des gerbes d'eau et de glace. 

Garance le reçut en elle. 

Ses plaintes  venaient du fond des âges.  Un peu de sang paraphait les draps.  Elle chassa Les marchands du temple, ceux  qui depuis toujours lient les mains des femmes.  La tête renversée dans le flot de sa chevelure, elle fut longue à revenir.  Aurélien la garda contre lui, tremblante, blessée, heureuse.  La richesse du silence, la pluie contre les vitres, le grondement qui roule vers l'horizon, le bercement, le long bercement."

Anne-Marie Derèse       Le Sang de la chevelure

 érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance,blog gothique

Dominique Mertens       Ensemble (encre de Chine)

"La gerbe rouge des cheveux glisse vers la Vive (*) telle une plante vivace.  Elle enfin ! Merci, mon Dieu !  Dans sa robe blanche, infinie, dans le sang qui coule de sa tête.  Elle dort dans le calme le plus profond, dans des rêves assouvis.  Elle dort, semblable à l'infant.  Je la regarde tel un présent venu d'ailleurs, d'un labyrinthe souterrain.  Une étoile tombée depuis tant d'années et qui erre, perdue parmi les vivants.  Je la regarde.  Elle est si jeune et si grande.  Je suis intimidée.  Je m'assieds sur une racine.  Mon silence est tel que j'en deviens invisible.  Une statue refermée sur elle-même.  Je la fixe.  Mon regard la mord, la déchire.  Je n'en serai jamais rassasiée !  Elle dort.  Son sommeil est imperturbable.  Rien ne l'atteint.  Elle sera incapable de me comprendre.  Je serai sage et calme, impassible pour ne pas l'effrayer. Je vais la peindre !  L'art excuse tout...  Accepte tout... Elle sera si étrange, si seule, absente du monde.  Elle vivra sous mes pinceaux, dans ses légendes, dans ses automnes.  Je serai celle qui peint, qui crée, qui fait surgir l'impossible.  Elle vivra sous mes paupières.

Je la rendrai éternelle !  Elle sera sur la toile, le rêve inattendu, la soie blanche, la chevelure féroce.  Elle sera si grande...  Plus grande,  encore !  Inattaquable !  Elle n'aura pas de commencement et pas de fin.

Ma main telle une bête curieuse, renifle l'herbe, avance doucement vers les cheveux.  Ma main soulève une gerbe rouge." 

(* rivière)

 Anne-Marie Derèse        Le sang de la chevelure   

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance,blog gothique

Dominique Mertens       L'Artiste et son modèle (encre et crayon)

"Garance est debout face à l'étang, ses cheveux la couvrent comme un autre monde.  Un sourd travail de reptation mord silencieusement ses reins.  La douleur est dans les yeux.  Une douleur presque douce.  Un appel. Dans sa cape de berger, grande cariatide portant le ciel, Garance est Reine.  Elle regarde son royaume.  Il y a sept ans qu'elle fut jetée sur la toile comme on lance des pièces d'or à la foule.  Elle y apparut glissante, dangereuse, inaccessible dans les flammes de sa chevelure, dans le roux des saisons mortes.  Le génie du peintre a été de la rendre absente, n'appartenant à personne.  Une invitée de passage.

 

Dans sa cape de berger, Garance  écoute monter les vagues.  Le ciel et le bois coulent de cent blessures.  Garance serre sa cape contre elle.  La douleur reviendra, sournoise, exigeante.  La même peur glisse en elle depuis le temps des algues.  Le pinceau entre les doigts, telle une arme.  Ava crée.  L'attente est crucifiante.  Sur la toile, les courbes se forment, se déforment.  Bientôt le cri de l'enfantement brisera l'attente.  Garance est dans le regard d'Ava, dans le mouvement de son poignet, la minutie des doigts.  Son ventre, ses seins sont lissés par le pinceau, ses cheveux éclatent en gerbes violentes.  Des fils rouges zèbrent la toile."

 Anne-Marie Derèse        Le sang de la chevelure 

érotisme,gothique,nebelhexë,hagalaz runedance,blog gothique,anne marie derèse

 

   

à  suivre...

04/01/2018

TRESORS MECONNUS DU GOTHIQUE

TRESORS  MECONNUS

du  gothique

charlotte_dacre_dite_rosa_matilda.jpg

Charlotte Dacre, dite Rosa Matilda

(1771?-1825)

Charlotte Dacre (1771 ou 1772 – 7 novembre 1825) est une femme de lettres anglaise, auteur de romans gothiques.

La plupart des référence que l'on fait aujourd'hui à elle le sont sous le nom de Charlotte Dacre, mais elle écrit tout d'abord sous le pseudonyme de Rosa Matilda, pour adopter ensuite ensuite un second pseudonyme afin de  désorienter ses critiques. Charlotte Dacre reçoit à sa naissance le nom de Charlotte King, et devient plus tard Mrs Byrne, après son mariage avec Nicholas Byrne.

Ses principales oeuvres sont :

  • Hours of Solitude (poèmes, 1805)
  • Confessions of the Nun of St. Omer (1805)
  • Zofloya (1806)
  • The Libertine (1807)
  • The Passions (1811)
  • George the Fourth, a Poem (1822)                  

 Charlotte Dacre réunit dans son roman tous les ingrédients du genre gothique : jalousie, vengeance, désir, corruption, perversion, cachot, visions nocturnes, victimes innocentes, meurtre, poison, bandits...

Si Zofloya dérange la critique de 1806, c’est en partie parce que son auteure y présente une femme nouvelle, en opposition avec les codes rigides de l’époque. Elle y renverse ou inverse les règles et modèles du genre (elle les dépasse peut-être même) et met pour la toute première fois en scène un personnage féminin fort et mauvais, qui exprime et assume ses désirs sexuels.

                                                                      (d'après Wikipedia)

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons,blogs gothiques

 "Les plans d'Adolphe, toujours bien combinés, manquaient rarement de réussir.  Enivrée par ses séductions, Laurina cherchait à bannir tout souvenir chagrinant, et, telle qu'un misérable attaqué d'une maladie néphrétique, court en désespéré après le secours de l'opium, elle se sauvait des remords de sa conscience , en regardant sans cesse celui qui l'avait souillée.  Autrement eut-elle pu endurer l'idée horrible de son crime ?!  Eut-elle oublié qu'elle s'était élancée du lit de mort de son époux où le sang coulait encore, pour se jeter dans  les bras de son assassin ?!  Qu'elle avait trahi son voeu solemnet, que l'âme du comte s'était arrêtée dans son vol pour l'entendre ?!  Pouvait-elle, même à l'aide des sophismes, trouver la moindre palliation à sa conduite ?"

                                                                                      (extrait 1 du roman "Zofloya...")

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

charles desains         femme asphyxiée 

- "Comment, vous hésitez, traître ?  c'est donc  Thérèse que vous aimez ?  Allez, fuyez pour jamais ma présence.

-   Eh ! quoi, Mathilde, rien ne peut-il vous appaiser ?

-  C'en est assez ... Il l'aime, je le vois, dit d'une voix sombre la Strozzi.

-  Oh !  Non, non par le ciel, je ne l'aime pas, je vous jure.

- prouvez-le moi donc, en plongeant ce poignard dans son indigne coeur, car rien autre chose ne m'appaisera, ni ne me persuadera de votre amour."      ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

Eugène Delacroix      Roméo et Juliette devant le tombeau des Capulets 

 "Stimulé de nouveau par ses caresses, et le poignard en main, le malheureux, perdu de sens, courut plonger l'arme dans le coeur d'un homme qui ne lui avait jamais fait demal... qu'il n'avait jamais vu !...

Telle  était l'influence qu'une femme avait obtenue, par ses artifices, sur les sens embrasés d'un jeune adolescent sans expérience ! et l'événement prouva que si l'amour peut conduire aux grandes actions, elle entraîne aussi quelque fois dans les crimes les plus aveugles."   ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

"Les idées les plus affreuses prirent alors possession de son esprit : les extrémités de l'horreur du crime ne lui étaient rien en comparaison de n'être point aimée d'Henriquez.  Le voir prodiguer à Lilla les marques du plus tendre attachement, lui donnait une fureur qu'elle pouvait à peine contenir ; c'était alors qu'elle sentait bien n'avoir jamais aimé le comte de Bérenza, et que le circonstances seules et la situation du moment l'avaient portée à fuir pour l'aller trouver, comme l'unique protecteur qu'elle eut à espérer."      ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

Johannes Sadeler      illustration pour  l'Ecclésiaste  (détail) 

"Ce soir-là Victoria alla se coucher, pleine de sensations délicieuses, et toutes ayant trait au malheur des autres.  Bien loin d'éprouver ce désir permis de partager le bonheur de ses semblables, elle n'en voulait voir à personne.  En nuisant à autrui, elle goûtait le plaisir féroce d'un tyran, qui, condamnant ses sujets à la torture, rit de leur agonie.  C'était la lueur brillante d'un volcan, terrible dans sa beauté, et ne menaçant que ruine."      .......

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

 "La nature, madame, étend ses droits sur tout ce qui est destiné à ses jouissances ; et ce sont nos intentions qu'elle nous ordonne de suivre.  Eh ! que deviendrait ce privilège tant vanté de l'homme sur le reste de la création, s'il cédait constamment son bonheur aux chétives représentations des pédants d'école ?  Que deviendrait-il  s'il écoutait leurs définitions verbeuses sur ce qui est bien ou mal ?  Plus des trois-quarts du genre humain a décidé la question : tout est bien, lorsqu'il s'agit de nous rendre heureux, et le mal ne consiste que dans ce qui s'y oppose.  Il faut donc détruire l'un pour jouir de l'autre ; autrement la vie n'est qu'un supplice."      ........

 

 "Elle porta ses pas vers le plus épais de la forêt, où le sombre cyprès, le plus haut pin et le peuplier élancé mêlaient leur ombrage.  au-delà, des rochers amoncelés les uns sur les autres, des montagnes inaccessibles, perçaient à travers les clairières que laissait le feuillage.  Sur le sommet de ces montagnes,  on voyait encore par-ci par-là de vieux chênes que le temps avait noircis, et qui, examinés de loin, ressemblaient à des arbrisseaux manqués par la nature.  il y avait au-dessous de ces masses colossales, des précipices dans lesquels tombaient des torrents qui gémissant continuellement dans un abîme qu'on ne pouvait voir, remplissaient la solitude environnante d'un murmure aussi triste que mystérieux.

Victoria s'arrêta un moment pour regarder autour d'elle.  L'horreur sauvage du lieu lui sembla en conformité avec son âme.  Elle se laissa aller à un enchaînement de pensées qui lui causèrent une oppression violente.  Son coeur, livré à l'anarchie, ne respirait que crime.  Elle souffrait d'avoir laissé jusqu'à ce jour une barrière entre elle et ses désirs.   _ Avec le secours du poignard, s'écriait-elle, j'aurais déjà tout fini.  Je déteste ma folle d'avoir écouté si longtemps les craintes misérables qui ont retenu ma main.-  S'excitant ainsi dans la frénésie de ses passions, elle ne réfléchissait pas que le danger menace quiconque commet ouvertement le crime.  La raison ni la prudence ne pouvaient plus se faire entendre, et l'ardeur des des pratiques du mal conduisait seule cette créature féroce."      .......

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

-  "Eh bien soit !  Oh ! la plus admirable des femme,  dit quelqu'un dont l'organe valait les meilleurs chants, car c'était celui du maure, qui se trouva tout à côté de Victoria. 

- Etre étonnant !  Je ne vous ai point entendu ; d'où venez-vous donc ?

-  Me voici, Signora, cela ne vous suffit-il pas ?

-  Comment avez-vous deviné que j'avais besoin de vous ?

_  Par sympathie, aimable dame.  Toutes vos pensées ont le pouvoir de m'attirer.  Celles qui vous occupaient en ce moment m'auraient amené du bout de l'univers.

-  Elles sont vives et hardies ; elles me prouvent que votre génie a du rapport avec le mien, et que vous méritez véritablement mes services. cette assurance est faite pour me plaire.

-  Mais, qui vous donne ce pouvoir de lire dans mes pensées ?

Zofloya se mit à rire, en la regardant d'un oeil perçant.  

-  Je les lis toutes, belle Victoria ; et ces joues colorées, ce regard errant, font preuve de ce que je dis."     ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

 -  " O maure !  Combien je te remercie ! dit Victoria en prenant sa main d'ébène et la pressant contre son coeur.

Le maure la regarda avec encore plus de feu  : ses yeux brillaient d'un éclat surnaturel.  

-  Ce coeur n'est-il pas à moi, dit-il comme transporté.  

-  il vous est attaché par la reconnaissance, bon Zofloya, lui répondit-elle, d'un air décontenancé.

-  Je dis, à moi, Victoria : puis il ajouta en riant, ne craignez rien, car je ne suis pas jaloux de votre passion pour un autre."

 Victoria était interdite ; elle leva les yeux sur le maure, mais pour les rabaisser aussitôt d'après la fierté des siens... elle voulait parler, et ne pouvait concevoir ce conflit d'émotions qui paralysaient sa langue.  La hardiesse de  Zofloya l'étonnait, mais ayant besoin de lui, elle n'osait la réprimer : victoria s'était mise en son pouvoir, et son âme abjecte et criminelle tremblait devant... un esclave !"       ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

 "il n'était pas plutôt parti , que le calme apparent dont elle avait joui, laissait renaître mille horreurs qui la rendaient folle.  Une passion emportée à l'excès, une haine des plus fortes, et la soif ardente du sang, envers ceux qui s'opposaient à ses desseins, voilà ce qui remplissait le coeur de Victoria. "      ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

 "Oui, c'est bien moi, Charlotte Dacre,

dite Rosa Matilda,

qui écrivit tout cela...!"

 charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

"Maîtresse incomparable et adorable, dit-il en posant un genou en terre, et la main sur le coeur, veuillez informer le plus soumis de vos esclaves, de ce que vous désirez de lui ; et croyez que son bonheur sera d'accomplir vos souhaits, avec toute la promptitude d'un être qui vous est entièrement dévoué."

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

Ary Scheffer     Faust et Marguerite au jardin

-  "Eh bien, eh bien, la petite Lilla ne mourra point ; mais elle sera à votre disposition, et vous pourrez lui infliger telle punition qu'il vous plaira.

-  Une punition !  dites des tourments..., les tourments les plus horribles, pour tout ce qu'elle m'a fait souffrir, prononça Victoria, l'oeil en furie, et le geste menaçant.  Mais quand, et comment me la livrerez-vous, Zofloya ?"       ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

 Jan Gossaert         Adam et Eve

"Les étoiles avaient toutes disparu.  On eut dit qu'elles avaient honte de briller devant une femme si criminelle : à leur place s'élevaient des nuages qui couvraient la face du ciel.  Le vent soufflait avec violence à travers les arbres de la forêt, et un murmure sourd partant des cavités du rocher , se répétait d'échos en échos.  Si ce spectacle était fait pour inspirer une sorte de crainte religieuse à l'âme qui se serait trouvée en contemplation pieuse de la nature, il devait, par un effet contraire, agiter et frapper d'un sombre désespoir celle qui ne cherchant que le crime, s'enfonçait dans toutes ses horreurs."      .......

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

"Victoria regarda le maure en face, pour voir si ce qu'il disait ne tenait pas de la plaisanterie, et elle fut contente de reconnaître dans ses yeux étincelants la cruauté et l'ardeur du mal dont elle-même était remplie."      ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

Gustave Doré       illustration (détail) pour Le Roland furieux, roman de l'Arioste  

"Un grand coup de tonnerre coupa cette phrase, et les échos des rochers répétèrent ce bruit terrible.  La foudre étincelait en flammes longues et tremblantes.  Victoria, tout esprit fort qu'elle était, ne put s'empêcher de frémir, car jamais elle n'avait été témoin des phénomènes de la nature, dans un orage au milieu des Alpes.  Elle se serra plus près du maure, qui, passant ses bras autour de son corps, la pressa contre son coeur."

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

"Oui, c'est bien moi, Charlotte Dacre,

dite Rosa Matilda,

qui écrivit tout cela...!"

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

"Victoria, dit l'esprit d'une voix ferme et douce, je suis ton bon génie.  Je viens t'avertir de ton danger en ce moment, parce que c'est le premier où ton âme criminelle éprouve une étincelle de repentir.  Dieu tout puissant, qui ne veut que le salut de ses créatures, me permet d'apparaître devant toi.  Ecoute-moi bien... si tu consens, dans l'abîme horrible où tu t'es plongée ; si tu consens, dis-je, à changer de conduite, en faisant une sévère pénitence de tes crimes, tu peux encore espérer miséricorde ! mais surtout, fuis Zofloya, car il te trompe... il n'est pas ce qu'il paraît."      ........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

"M'as-tu bien examiné, femme orgueilleuse ? demanda-t-il de sa voix de tonnerre ; sais-tu maintenant qui je suis ?  Je suis, non l'homme charmant, divin, qui avait captivé ton imagination, allumé le feu de tes sens, mais l'ennemi de toute la création..."

 charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

"Oui, c'est bien moi, Charlotte Dacre,

dite Rosa Matilda,

qui écrivit tout cela...!"

 "Lecteur, ne regarde pas ceci comme un simple et futile roman ; les hommes ne sauraient trop  se défier de leurs passions et de leurs faiblesses ; les progrès du vice sont graduels, imperceptibles, et l'ennemi rusé du genre humain est toujours prêt à profiter des fautes de l'espèce humaine, dont la destruction est sa gloire.  Il n'y a pas de doute que ses séductions ne l'emportent souvent ; autrement, comment rendre compte de ces crimes auxquels les hommes se laissent entraîner, et qui sont la honte de la nature ?  Ou nous devons supposer que le mal est né avec nous, (ce qui serait une insulte à la divinité) ou nous devons l'attribuer, (comme plus d'accord avec la raison) aux suggestions de l'influence infernale."

  charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

à suivre.....

 

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

Eliza  Parsons  

(1739-1811)

Eliza Parsons est une écrivaine anglaise auteure de romans gothiques dont :

- Le Château de Wolfenbach (1793)

    - Le Mystérieux avertissement (1795)

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

ci-dessous, quelques extraits 

traduction : Dominique Mertens

"Cela, la bonne femme le lui promit et, lui souhaitant un doux sommeil, elle retourna à la cuisine. 

-  Que Dieu bénisse la pauvre dame, dit-elle.  Mais pourquoi est-elle aussi faible qu'un enfant ?  Je suis sûre que vous devez provenir d'une excellente maison. 

-  Oui, répondit Albert. (c'était le nom du domestique) C'est cela, en effet, et ma pauvre Dame est usée par le chagrin et la fatigue ; j'ai bien peur qu'elle ne doive se reposer quelque temps avant qu'elle ne puisse poursuivre son voyage.

-  Bien, dit Berthe.  Elle peut rester ici aussi longtemps qu'elle le désire ; personne ne viendra la déranger durant la journée, j'en suis sûre."  .......

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

-  "Et qu'est-ce qui pourrait la perturber durant la nuit ? demanda Albert.

-  O mon bon ami, répondit-elle, personne ne dormira dans les chambres du haut.  Les personnes convenables qui y séjournèrent dernièrement ne purent se reposer tant elles entendirent d'étranger bruits, de gémissements, de cris, et de choses terribles.  Ensuite, à l'autre bout de la maison, les chambres ne sont jamais ouvertes ; on dit qu'une oeuvre sanglante y a été exécutée.  

-  Mais alors, comment se fait-il que vous et votre mari ayez le courage de vivre ici ? "   .......

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

-  "Mon cher, répliqua-t-elle, c'est pourquoi les fantômes ne descendant jamais les escaliers, et je prends bien garde de ne jamais y monter la nuit, de sorte que si Madame  reste ici, je crains fort qu'elle ne doive dormir durant la journée, ou bien avoir une chambre au rez-de-chaussée afin qu'ils ne puissent jamais y aller.  Certains d'entre eux provenaient de votre haut lignage, je vous le garantis, du genre à ne jamais mettre les pieds en cuisine.  

Albert sourit à cette idée mais, reprenant son entretien, il demanda à la femme à qui appartenait le château ? 

-  Au grand Baron, dit-elle, mais j'ai oublié son nom."     .........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

 -  "Elle s'extirpa du lit et, revêtant une robe légère, prit sa chandelle et, ouvrant la porte de l'a pièce suivante, alla jusqu'au lit.  Elle vit qu'il était enseveli sous le couchage.

-  Albert, dit-elle, n'aies pas peur, c'est ta maîtresse avec une lumière .

Il se risqua alors à se lever, et songea, mais avec tristesse, qu'elle ne pouvait s'empêcher de sourire de l'effroi dans lequel il était plongé : des gouttes de sueur coulaient de son visage.  Ses yeux vacillaient,  et il fut un moment incapable de parler. 

-  Je vous prie, Albert, dit la dame, n'avez-vous entendu aucun bruit particulier ?  

-  Des bruits ? répéta-t-il.  O mon Dieu !  Tous les fantômes se sont rassemblés ici pour me terroriser !  

-  Ici ?  Où ?  demanda-t-elle.

-  Dans cette pièce, je le crois bien, répondit-elle."       .........

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

-  "Je suis sûr qu'ils étaient dans cette salle ou dans la suivante.  il y eut une succession de  bruits de chaînes, puis vinrent des gémissements et des cris.  Mais je vous en prie, Madame,  laissez la chandelle un instant à la porte ; je vais retirer mes vêtements et descendre à la cuisine, et ne jamais plus revenir dans ces escaliers.  

-  Bien, mais, Albert, ajouta-t-elle, il me faut rester dans ma chambre.  Avez-vous plus de raisons que moi d'avoir peur ?  

-  Non, Madame, Dieu merci, jamais je n'ai fait de mal ni à un homme, ni à une femme, ni à un enfant !

-  Alors, prenez courage, Albert.  J'ai allumé la bougie et je serai  dans la pièce voisine, et laisserai ma porte ouverte.  Vous pouvez m'appeler ou descendre les escaliers si vous êtes une seconde fois alarmé.  

C'est avec quelque réticence qu'il obéit, et insista à plusieurs reprises pour que les portes restassent ouvertes."      .........

 

 à suivre .....

 

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

Karl Friedrich Kahlert

(ca 1775 - ?)  

dit aussi 

Ludwig Flammenberg   (pseudonyme)

et

Peter Teuthold (  pseudonyme connu en tant que traducteur)

auteur du roman     "Le Nécromancien, conte de la Forêt Noire"

 (à ce jour, aucun renseignement biographique n'est disponible)

 

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

ci-dessous, quelques extraits du "Nécromancien, conte de la forêt Noire" :

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

"L'ouragan qui hurlait, les grêlons qui frappaient des fenêtres, le croassement rauque du corbeau aui faisait ses adieux à l'automne, et le grincement lugubre de la girouette, se joignaient au chant funèbre du hibou solitaire."      ........

"Au cours de son voyage de retour chez lui, il discourut sans suite des endroits les plus charmants de l'Allemagne ; pourtant, il recherchait en vain le plaisir, coupé comme il l'était ducher compagnon de ses jeunes années.  A la longue, il trouva dans le cercle familial ce qu'il cherchait vainement à l'étranger.  Le plaisir que ses vieux parents ressentaient à contempler à nouveau la descendance de leur mutuel amour calmait l'inquiétude de son esprit.  La joie qui pétillait dans leurs yeux à la vue de celui qui  soutenait leurs années de déclin, teintait ses joues du rose du contentement, et remplissait son âme d'un intime.  Après dix années d'un délicieux bonheur, son vieux père mourut au cours de sa soixante deuxième année, clôturant une vie bien dépensée.  L'ange gardien de la vertu porta son âme intacte  à l'heureux foyer de la paix éternelle.  Le doux sourire d'une bonne conscience se posa encore sur ses lèvres lorsque son esprit sanctifié arriva au ciel, salué par des millions de saints anges."

                                                                                traduction : Dominique Mertens 

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure

 "La vie de Wolfe sera épargnée en raison de sa loyale confession et de l'importante aide qu'il a apportée à ses juges en mettant un terme définitif aux déprédations commises durant bon nombre d'années aux environs de la Forêt Noire.  Il fut confié à vie à la maison de correction où il aura eu toute liberté de réfléchir à sa conduite passée, et de se préparer à rencontrer ce Juge éternel qui, tôt ou tard, rattrape les méchants dans leurs viles occupations.  J'ai dès lors exécuté ma tâche aussi bien qu'il était en mon pouvoir, et je crois avec confiance que vous daignerez négliger avec bienveillance les défauts de mon récit, et garderez toujours foi en ma plus grande sincérité."

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

  

Ivan TOURGUENIEV  (1818-1883)

 auteur de plusieurs nouvelles fantastiques ou gothiques,

dont  "Clara Militch"  (voir extrait ci-dessous)

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

 

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

 Le Gothique  est l'héritier  du

Siècle des Lumières  ;

il est né dans les soubresauts de la 

Révolution  Française  

et dans les affres de 

la Terreur...

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

Petrus BOREL   (1809-1859)      

                           Gottfried Wolfgang  (extrait de la nouvelle)

 "Je me trouvais depuis quelque temps à Boulogne, et comme le jour de mon départ approchait, un matin, mon hôte m’aborde gracieusement et me présentant un rouleau de paperasses assez volumineux :

— Tenez, me dit-il, permettez-moi. Monsieur, vous offrir ceci, vous en pourrez sans doute tirer un meilleur parti que moi. Un jeune Anglais fort taciturne et fort bizarre logeait ici : il y a bien de cela deux ans… Un soir, il sortit ; on le vit se diriger vers la jetée, et depuis je n’ai plus eu de lui ni trace ni nouvelles. Ces papiers sont restés en ma possession, ainsi que tout son bagage, assez mince du reste, fort mince même… Hélas ! il passait toutes ses journées et toutes ses nuits à penser ou à écrire, le pauvre jeune homme !…

La fin si cruelle de ce jeune étranger qui comme tant d’autres avait rêvé sans doute une mort bien douce après une carrière pleine de gloire et de félicité… cette douleur si isolée, si obscure, que les flots de la mer où elle était allée s’éteindre en connaissaient seuls le secret, m’avaient touché vivement ; j’étais dans une émotion pénible ; je m’enfermai dans ma chambre, et je me pris à parcourir avec avidité, l’âme remplie de découragement, les papiers qui venaient de m’être confiés, tristes et derniers vestiges d’une intelligence qui avait succombé dans la lutter ! — perdue sans retour, anéantie !… Je me disais : au moins, s’il était possible de sauver de l’oubli quelqu’une de ces pages, ce serait une consolation pour l’ombre de cet infortuné jeune homme, qui sans doute est là errante autour de moi, me trouvant bien hardi de porter la main sur ses dépouilles !…

Au milieu d’un monceau de poésies à peine ébauchées, parmi des fragments de toute sorte, sans liaison et sans suite, mais toujours empreints d’un certain caractère de grandeur et de superstition, je ne tardai pas à découvrir un petit cahier sans date ni titre, sur lequel était écrit d’une façon presque illisible l’étrange récit qui va suivre.

Cette bizarre composition fut-elle l’ouvrage de ce pauvre inconnu ? N’était-ce simplement qu’une imitation ou une traduction qu’il avait faite de quelque morceau fantasmagorique éclos dans le cerveau vaporeux d’un Allemand, ou venu de France, et qui avait séduit son esprit malade ? Je ne sais… le hasard me l’a mis entre les mains ; comme le hasard me l’a donné, je le donne. — Que l’insensé à qui cela pourrait appartenir, le déclare ! — Et sur le champ il lui sera fait réparation.

C’était au temps de la Révolution française. Par une nuit d’orage, à cette heure qu’on est convenu communément d’appeler indue, un jeune Allemand traversait le vieux Paris et regagnait silencieusement sa demeure. Les éclairs éblouissaient ses yeux, le bruit du tonnerre, les éclats de la foudre retentissaient et trouvaient de l’écho dans les rues tortueuses de la cité décrépite… Mais souffrez, avant tout, que je vous dise quelque chose de mon jeune Saxon.

 

Gottfried Wolfgang était un jeune homme de bonne famille. Il avait étudié quelques temps à Gœttingue ; mais visionnaire et enthousiaste, il s’était livré à ces doctrines spéculatives qui ont égaré si souvent la jeunesse d’Allemagne. La vie retirée qu’il menait, son application constante et la singulière nature de ses études avaient affecté peu à peu toutes ses facultés morales et physiques. Sa santé était altérée, son imagination malade. Il avait poussé si loin ses rêveries abstraites sur les essences spirituelles, qu’il avait fini par se former, comme Svedenborg, un monde idéal gravitant autour de lui ; et il s’était persuadé, dans son égarement, qu’une influence maligne, un esprit malfaisant, planait sans cesse au-dessus de sa tête, cherchant l’occasion de le perdre. Une idée si extravagante, agissant sur son idiosyncrasie déjà très mélancolique, avait produit les plus déplorables effets. Devenu farouche et tombé dans le plus morne découragement, la maladie mentale à laquelle il était en proie, n’avait pas tardé à se trahir ; et comme le changement de lieu avait pu devoir être le remède le plus efficace dans sa cruelle situation, il avait été envoyé pour finir ses études, au milieu des splendeurs et du tourbillon de Paris.

Au moment où Wolfgang arrivait dans la capitale, les premiers troubles révolutionnaires éclataient. D’abord son esprit exalté, captivé par les théories politiques et philosophiques du temps, avait payé son tribut au délire populaire. Mais les scènes sanglantes qui avaient suivi, ayant blessé sa nature sensible, dégoûté de la société et du monde, et rendu bientôt à ses habitudes monastiques, il s’était retiré dans un petit logement solitaire, choisi dans une rue obscure, non loin de la vieille Sorbonne, au centre du quartier des étudiants. Là Wolfgang avait donné de nouveau libre cours à ses spéculations favorites. S’il quittait quelquefois sa chère cellule, c’était seulement pour aller s’enfermer pendant des journées entières, dans les grands dépôts de livres de Paris, ces catacombes des auteurs en deliquium, ces Rome souterraines de la pensée, où il fouillait avec ardeur, en quête de nourriture pour satisfaire son esprit maladif, les bouquins les plus poudreux, les grimoires les plus surannés. Notre étudiant était en quelque sorte (passez-moi cette légère absence de goût) une manière de vampire littéraire s’engraissant au charnier de la science morte et de la littérature en dissolution.

Malgré son penchant pour la retraite, Gottfried était d’un tempérament ardent et voluptueux, qui d’ordinaire n’agissait guère que sur son esprit. Il était trop réservé et trop neuf pour s’avancer avec le sexe ; mais en même temps il s’avouait admirateur passionné de la beauté. Souvent il se perdait dans des rêves infinis sur des figures ou des formes qu’il avait vues, et son imagination lui créait des idoles qu’elle ornait de perfections surpassant de beaucoup toute réalité.

Dans le temps que son esprit se trouvait dans cet état de surexcitation, il eut un songe qui l’affecta d’une manière extraordinaire. La vision lui avait représenté une femme d’une beauté transcendante, et l’impression que cette image avait faite sur lui avait été si forte, qu’il la voyait sans cesse, à toute heure, en tout lieu ; le jour, la nuit, son cerveau en était plein. Enfin il s’était passionné tellement pour cette vapeur, et cette extravagance avait duré si longtemps, qu’elle s’était changée en une de ces idées fixes que l’on confond quelquefois, chez les hommes mélancoliques, avec la folie.

Reprenons le récit que nous avons interrompu plus haut, et suivons notre jeune Allemand dans sa course nocturne. Comme il traversait la place de Grève, soudain il se trouva près de la g… Non, jamais ma plume ne saura écrire ce mot hideux… Il recula avec effroi… C’était au fort de la Terreur. Alors cet horrible instrument était en permanence et le sang le plus pur et le plus innocent ruisselait continuellement sur l’échafaud. Il avait été ce jour même employé à l’œuvre de carnage et présentait encore, dans l’attente de nouvelles victimes, à la cité endormie, son appareil lugubre et menaçant.

Wolfgang se sentait défaillir, et il se détournait en frémissant, quand il aperçut tout à coup un personnage mystérieux accroupi, pour ainsi dire, au pied de l’échafaud. Une suite de vifs éclairs rendit bientôt sa forme plus distincte aux yeux de l’étudiant : c’était une femme habillée tout de noir, paraissant appartenir à la classe supérieure. Plus d’une belle tête habituée aux douceurs de l’oreiller de duvet se posait sur la pierre dans ces temps d’affreuses vicissitudes. Elle était assise sur le plus bas degré, le corps penché en avant et la figure cachée dans son giron. Ses longues tresses épaisses pendaient jusques à terre, égouttant comme un toit de chaume, la pluie qui tombait par torrents. Devant ce monument solitaire du malheur, Wolfgang s’arrêta court : — Peut-être, se dit-il, que du rivage de l’existence où cette infortunée gît le cœur brisé, l’effroyable couteau a lancé dans l’éternité tout ce qui lui était cher au monde !… Poussé par une puissance irrésistible, il s’avance alors dans un timide embarras, et adresse à celle qui lui inspirait à la fois tant de pitié et d’intérêt quelques paroles de sympathie. Elle lève la tête et le fixe du regard d’un air égaré. Mais quel est l’étonnement de Wolfgang en reconnaissant à la lueur brillante des éclairs, la réalité dont l’ombre subjuguait depuis longtemps toutes ses facultés. La figure de l’inconnue, quoique couverte en ce moment d’une pâleur mortelle, et portant l’empreinte profonde du désespoir, était d’une ravissante beauté.

Les émotions les plus violentes et les plus diverses agitaient le cœur passionné de Wolfgang. Tremblant, il lui adresse de nouveau la parole. Il s’étonne de la voir ainsi exposée seule à une pareille heure, dans un tel lieu, en butte à la furie de l’orage, et finit par lui offrir gracieusement de la conduire en sûreté à sa famille ou à ses amis. Mais elle, avec un geste épouvantablement significatif, et d’une voix qui impressionna singulièrement son interlocuteur, répondit

— Je n’ai point d’amis sur la terre.

— Mais vous avez peut-être un asile ?

— Oui, dans la tombe !

L’âme de l’étudiant était déchirée.

— Si un simple bachelier, reprit-il avec une modeste hésitation, pouvait, sans crainte d’être mal compris, offrir son humble demeure pour abri et son bras pour protection… Je suis étranger au sol de la France et aussi bien que vous sans amis dans cette ville ; mais si ma vie peut vous être de quelque service, elle est à votre disposition et serait sacrifiée avant qu’aucun mal ou que le plus léger affront vous atteignit !

Il y avait dans la manière du jeune homme un honnête empressement qui produisit son effet. Le véritable enthousiasme possède une élégance particulière à laquelle on ne peut se méprendre. La femme de l’échafaud se confia implicitement à la protection de Gottfried.

L’orage avait perdu de son intensité, le tonnerre ne grondait plus que dans l’éloignement. Tout Paris était encore dans le repos, le grand volcan des passions humaines sommeillait pour quelques instants, afin de rassembler de nouvelles forces pour l’éruption du lendemain.

 

Nos deux héros marchèrent ensemble pendant plus d’une heure : Gottfried soutenait les pas chancelants de sa compagne, et tous deux gardaient un religieux silence. Enfin, après avoir longé les murs sombres de la Sorbonne, ils arrivèrent au bout de leur course à l’étroite et antique masure, demeure de l’étudiant. — Wolfgang l’anachorète, dans la compagnie d’une femme ! À ce spectacle extraordinaire, le vieux concierge qui s’était levé pour ouvrir resta dans un étonnement indicible.

Comme il entrait dans son logement, notre jeune Allemand rougit pour la première fois à la pensée de sa misérable apparence. Il n’avait qu’une seule chambre, assez grande à la vérité, mais encombrée de l’arsenal ordinaire de l’étudiant ; le lit occupait un réduit profond à l’une des extrémités de la pièce.

Gottfried pouvait alors contempler à loisir sa compagne. Il se sentit plus que jamais enivré de sa beauté. Son teint, d’une blancheur éblouissante, était comme relevé par une profusion de cheveux noirs comme du jais, qui flottaient négligemment sur l’ivoire de ses épaules. Ses yeux étaient grands et pleins d’éclat ; mais on remarquait dans leur expression quelque chose de hagard. Sa taille, autant que son vêtement noir permettait d’en juger, était d’une forme parfaite. L’ensemble de son extérieur était extrêmement noble et distingué, en dépit de la simplicité de sa mise. La seule chose qu’elle portât, ayant quelque apparence de luxe ou de parure, était une large bande de velours noir, une sorte de cravate, agrafée avec des diamants.

Cependant l’étudiant se trouvait quelque peu embarrassé sur le moyen d’exercer convenablement l’hospitalité avec l’être infortuné qu’il avait pris sous sa protection. Il avait bien pensé à lui abandonner sa chambre et à aller chercher pour lui-même un autre abri ; mais il était tellement fasciné ; mais son esprit et ses sens étaient sous l’empire d’un charme si puissant, qu’il ne pouvait s’arracher à sa présence. D’un autre côté, la conduite de l’inconnue contribuait à le retenir. Elle paraissait avoir oublié sa douleur et les effroyables circonstances auxquelles Wolfgang devait sa rencontre. Les attentions du jeune homme, après avoir gagné sa confiance, avaient apparemment aussi gagné son cœur.

Dans l’ivresse du moment, Wolfgang lui déclara sa passion. Il lui raconta ses rêves mystérieux ; il lui dit comment elle avait possédé son cœur avant qu’il l’eût jamais vue. Étrangement agitée à mesure qu’il parlait, elle avoua à son tour qu’elle s’était sentie portée vers lui par une impulsion tout aussi surnaturelle.

— Alors, pourquoi nous séparerions-nous ? s’écria Wolfgang au comble du délire, nos cœurs sont unis par une puissance sympathique ; aux yeux de la raison et de l’honneur ; nous ne faisons plus qu’un… Est-il besoin de formules vulgaires pour lier deux grandes âmes !…

La femme au collier noir écoutait attentivement et avec une attention toujours croissante.

— Vous n’avez ni toit ni famille, continua Wolfgang, eh bien que je sois tout pour vous, ou plutôt soyons tout l’un pour l’autre ! Voici ma main, je m’engage à vous pour toujours.

— Pour toujours ? dit-elle solennellement.

— Pour toujours, affirma Wolfgang.

L’étrangère saisit la main qu’il lui présentait.

— Donc, je suis à vous, à jamais, murmura-t-elle.

En prononçant ces derniers mots, elle laissait tomber sur son amant un long regard, plein de mélancolie et de tendresse.

 

Le lendemain matin, Gottfried sortit de bonne heure pour chercher un appartement plus spacieux et plus convenable après le changement qui venait de s’opérer dans sa condition. Il avait laissé sa fiancée paisiblement endormie. À son retour, il la trouva encore plongée dans un profond sommeil, mais sa tête pendait hors du vaste fauteuil sur lequel elle avait voulu passer la nuit, enveloppée pudiquement dans son manteau. Un de ses bras était jeté sur son front d’une façon étrange. Il lui parle, mais ne reçoit point de réponse. Il s’avance pour l’éveiller et lui faire quitter cette position incommode et dangereuse ; mais sa main était froide ; mais son pouls était nul, mais son visage était livide et contracté…   Elle était morte !!!

Éperdu, épouvanté, Gottfried pousse des cris aigus. Tout le voisinage accourt ; — la scène était déchirante…

Requis par le concierge, enfin un officier de police se présente ; mais en pénétrant dans la chambre, à la vue du cadavre il recule d’effroi…

- Grand Dieu, s’écrie-t-il, comment cette femme est-elle ici ?

— La connaissez-vous donc ? demande vivement le pauvre Gottfried.

— Si je la connaissais !… reprend l’officier. Moi !… cette femme !… Hier elle est morte sur l’échafaud !

À ces mots, plus prompt que la foudre, Wolfgang s’avance et détache la bande noire qui entourait le col si beau de son amie.

Et aussitôt se découvre à son regard la trace horrible et sanglante du fatal couteau !!!

— Horreur ! Horreur !… s’écrie-t-il, dans un accès enrayant de délire. Oh, je le vois bien, le mauvais génie a pris possession de moi, je suis perdu pour toujours. Mon ennemi a ranimé ce cadavre pour me tendre le piège cruel dans lequel je suis tombé. Affreuse déception…"

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

 Camille Bodin  (1792-1851)

(pseudonyme : Jenny BASTIDE) 

"Le Monstre"

des extraits paraîtront prochainement ici même...

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

 

 Théophile Dinocourt  (Pierre Théophile, 1791-1862)

"L'Homme des ruines"   

 

 "Les Fantômes nocturnes, ou les Terreurs des coupables, théâtre de forfaits offrant, par nouvelles historiques, des visions infernales de monstres fantastiques, d’images funestes, de lutins homicides, de spectres et d’échafauds sanglants, supplices précurseurs des scélérats"

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

William Henry Ireland (1775-1835)

"L'Abbesse"

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

"Les yeux du  Comte demeurèrent rivés sur elle ; elle s'en aperçut, rougit et baissa les yeux.  Il désirait beaucoup connaître son nom et sa famille.  Pour y parvenir, il résolut de le demander à l'un des religieux qui était près de lui . Son empressement fut bientôt repoussé : à ses côtés, un moine à la figure pâle et décharnée, enveloppée d'un capuchon,  fixait les yeux  sur lui avec attention.  Ce  visage hideux lui fit horreur.  Il détourna les yeux et contempla à nouveau Maddalena Rosa.   Leurs regards se rencontrèrent à nouveau ; elle baissa aussitôt les yeux, confuse."

jane austen,gothique,littérature gothique,ann radcliffe,fantastique,dessins gothiques,illustrations gothiques,dominique mertens,arabella,ermites,perturbator,gothic music,musique gothique,death music

Diego Velasquez        Abbesse Jeronima de la Fuente

 "Je meurs, victime de la trahison ; une main cruelle et sanguinaire a tranché le fil de mes jours.  Mon meurtrier se croit en sécurité, mais le Temps qui progresse à pas lents, emporte avec lui la vengeance."

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

 John Joseph Barker        Churchyard scene in the moonlight

 charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons

 

 CATHERINE  CUTHBERTSON  (1775? - 1842?)  est une romancière anglaise dont on sait peu de choses, si ce n'est qu'elle aurait publié certaines de ses oeuvres sous le nom de Kitty Cuthbertson.

Parmi les œuvres qu'elle nous a léguées, La Romance des Pyrénées (1803), La Forêt de Montalbano (1810), et Adélaïde ont connu un certain succès, en dépit d'un style conventionnel, et d'intrigues en tous points excessives, essentiellement basées sur des trames historiques. L'attribution à Ann Radcliffe de son roman La Vision du Château des Pyrénées  (titre alternatif de La Romance des Pyrénées)s'avère dénuée de tout fondement, les deux auteures se distinguant nettement l'une de l'autre par la richesse de leur imagination et par celle de leur écriture.

 charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons,blogs gothiques

Les Mystères d'Udolphe (Ann Radcliffe) publiés  en feuilleton

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons,blogs gothiques

charlotte dacre,rosa matilda,littérature gothique,romans gothiques,gothique anglais,littérature gothique anglaise,fantastique anglais,zofloya ou le maure,eliza parsons,blogs gothiques

Ann Radcliffe (aquatinte)

 

 

 

à suivre.....

 

 

pré-gothiques, gothiques, romantiques, post-gothiques et néo-gothiques dans la tourmente

pré-gothiques,

gothiques,

romantiques,

post-gothiques

et néo-gothiques

dans la tourmente  

révolutionnaire

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"Le sang, poursuivit-il après un silence, le sang est une chose sainte ; le sang ne doit pas voir le soleil de Dieu.  Le sang est naturellement caché à la lumière et c'est un grand péché d'exposer le sang à la lumière, c'est un grand péché. Ah ! c'est un grand péché !"

                               Ivan Tourguéniev       Récits d'un chasseur

rodrigo_gutiérrez_les_derniers_instants_d'_atala.jpg

Rodriguez Guitierrez        les derniers instants d'Atala

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

john_joseph_barker_woodland_landscape.jpg

John Joseph Barker         Paysage forestier

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Cette impossibilité de durée et de longueur dans les liaisons humaines, cet oubli profond qui nous suit, cet invincible silence qui s'empare de notre tombe et s'étend de là sur notre maison, me ramènent sans cesse à la nécessité de l'isolement. Toute main est bonne pour nous donner le verre d'eau dont nous pouvons avoir besoin dans la fièvre de la mort."

                                                            François René de Chateaubriand       Mémoires d'outre-tombe

françois_rené_de_chateaubriand_rec.jpg

"C'est par la mort qu'on arrive à la présence de Dieu."

                                                                   François René de Chateaubriand

girodet_atala_au_tombeau.JPG

Girodet         Atala au tombeau

chateaubriand_rec.jpg

François René de Chateaubriand

et le château familial de Combourg

"La vie est une peste permanente.  Cette chaîne de deuil et de funérailles qui nous entortille, ne se brise point, elle s'allonge  ; nous en formerons nous-mêmes un anneau."

                                                       idem 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

Jacques Bertaux        Prise du Palais des Tuileries

combourg_château_vers_1900.jpg

 "Ces récits occupaient tout le temps du coucher de ma mère et de ma soeur : elles se mettaient au lit mourantes de peur ; je me retirais au haut de ma tourelle ; la cuisinière rentrait dans la grosse tour, et les domestiques descendaient dans leur souterrain.

La fenêtre de mon donjon s'ouvrait sur la cour intérieure ; le jour, j'avais en perspective les créneaux de la courtine opposée, où végétaient des scolopendres et croissait un prunier sauvage.  Quelques martinets qui, durant l'été, s'enfonçaient en criant dans les trous du mur, étaient  mes seuls compagnons.  La nuit, je n'apercevais qu'un petit morceau du ciel et quelques étoiles.  Lorsque la lune brillait et qu'elle s'abaissait à l'occident, j'en étais averti par ses rayons, qui venaient à mon lit au travers des carreaux losangés de la fenêtre.  Des chouettes, voletaient d'une tour à l'autre, passant et repassant entre la lune et moi, dessinaient sur mes rideaux l'ombre mobile de leurs ailes.  Relégué dans l'endroit le plus désert, à l'ouverture des galeries, je ne perdais pas un murmure des ténèbres.  Quelques fois, le vent semblait courir à pas légers ; quelques fois il laissait échapper des plaintes ; tout à coup, ma porte était ébranlée avec violence, les souterrains poussaient des mugissements, puis ces bruits expiraient pour recommencer encore."

combourg_château_5.jpg

"Aucun jour n'a suivi la nuit, aucune nuit n'a été suivie de l'aurore, qui n'ait entendu des pleurs mêlés à des vagissements douloureux, compagnons de la mort et du noir trépas."

                                                               idem

combourg_9.jpg

"Ma pensée errait ainsi à l'aventure, lorsqu'une jeune fille s'éleva du milieu des ondes, à quelque distance. Ses beaux cheveux n'étaient pas agités par le vent. Semblable à la lune argentée pendant une nuit d'hiver, elle vint à moi, douce et souriant d'aise.

Elle n'avait ni manteau de pourpre avec de riches broderies, ni souliers avec des nœuds de rubans, ni robe fastueuse de la couleur du ciel. Elle ne portait pas d'autres vêtements que sa beauté. Elle était nue, et semblait jeune. Tout me fit penser que je voyais la Vérité.

Les boucles de sa brune chevelure couvraient modestement ce qui doit être caché à tous les regards. Elles jouaient sur son corps blanc et sans tache comme des veines sombres dans une carrière d'albâtre que le voyageur aperçoit dans le lointain.

Rempli d'étonnement, je restai immobile et sans voix, émerveillé davantage à mesure que la vision approchait. Mes membres engourdis semblaient se refuser à la fuite ; mais je sentis mon trouble s'évanouir quand elle arriva auprès de moi dans toute la splendeur de sa nudité.

Je n'eus pas une seule pensée voluptueuse; je me souvenais bien que j'étais arrêté par des vœux. J'avais d'ailleurs dans ma poche une croix qui devait préserver mon âme de tout péché. Je regardai la jeune fille d'un œil aussi pur que celui d'un ange, et ne fus tourmenté d'aucune pensée diabolique.

Avec un doux maintien et une grâce divine, elle commença à parler. Les paroles de la Vérité sont l'image de son âme. Elle a toujours détesté la fausse éloquence. La douceur éclate dans tous les mots qu'elle prononce, quoiqu'elle s'efforce de ne pas faire briller ce penchant et de paraître sévère.

Elle me dit : Ma simple venue doit t'apprendre mon nom et mon caractère qu'on dédaigne ; je suis la Vérité descendue autrefois du ciel. Les mauvais riches et les courtisans me regardent comme une étrangère. J'ai vu tes plus intimes pensées, et viens t'éveiller de ton rêve."

Thomas Chatterton  (1752-1770)        Les poèmes de Rowley

Histoire de William Ganynge

naissance au gothique_111.jpg

Dominique Mertens         Naissance au Gothique (encre)

virgnité_111.jpg

Dominique Mertens        Virginité (encre)

 thomas_chatterton_rec.jpg

john_barker_thomas_chatterton_in_his_garret.jpg

John Barker Thomas         Chatterton dans sa chambre

henri_wallis_la_mort_de_chatterton.jpg

Henri Wallis        La mort de Chatterton 

(Thomas Chatterton s'est donné la mort à l'âge de 18 ans)  

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"L'argent ne représente qu'une nouvelle forme d'esclavage impersonnel à la place de l'ancien esclavage personnel."

                                           Léon Tolstoi        La Sonate à Kreutzer

 

 "Dès ce moment, j'entrevis que d'aimer et d'être aimé d'une manière qui m'était inconnue, devait être la félicité suprême. Si j'avais fait ce que font les autres hommes, j'aurais bientôt appris les peines et les plaisirs de la passion dont je portais le germe  ; mais  tout prenait en moi un caractère extraordinaire.  L'ardeur de mon imagination, ma timidité, la solitude firent qu'au lieu de me jeter au dehors, je me repliai sur moi-même ; faute d'objet réel, j'évoquai par la puissance de mes vagues désirs un fantôme qui ne me quitta plus.  Je ne sais si l'histoire du coeur humain offre un autre exemple de cette nature."

                                    François René de Chateaubriand        Mémoires d'outre-tombe

lucile_de_chateaubriand_soeur_de_françois_rené_de_chateaubriand.gif

Lucile de Chateaubriand, soeur tant adorée de François René de Chateaubriand

"Je me composai donc une femme de toutes les femmes que j'avais vues : elle avait la taille, les cheveux et le sourire de l'étrangère qui m'avait pressé contre son sein.   (.....) 

Cette charmeresse me suivait partout invisible ; je m'entretenais avec elle, comme avec un être réel ; elle variait au gré de ma folie.   (......)

Sans cesse, je retouchais ma toile ; j'enlevais un appas à ma beauté pour le remplacer par un autre.  Je changeais aussi ses parures.   (.....)  

Ma femme unique se transformait en une multitude de femmes, dans lesquelles j'idolâtrais séparément les charmes que j'avais adorés réunis."

                                                                                                    idem

dans la crypte chap10 p285rec.jpg

Dominique Mertens        Dans la crypte  (encre)       

"Au nord du château s'étendait une lande semée de pierres druidiques ; j'allais m'asseoir sur une de ces pierres au soleil couchant.  La cime dorée des bois, la splendeur de la terre, l'étoile du soir scintillant à travers les nuages de rose, me ramenaient à mes songes : j'aurais voulu jouir de ce spectacle avec l'idéal objet de mes désirs.  Je suivais en pensée l'astre du jour, je lui donnais ma beauté à conduire afin qu'il la présentât radieuse avec lui aux hommages de l'univers. "

                                                                                                     idem

pheme.jpg

La Rumeur  

claude_lorrain_coucher_de_soleil.jpg

Claude Lorrain      Coucher de soleil 

"Combien rapidement et que de fois nous changeons d'existence et de chimère !  Des amis nous quittent, d'autres leur succèdent ; nos liaisons varient : il y a toujours un temps où nous ne possédions rien de ce que nous possédons, un temps où nous n'avons rien de ce que nous eûmes.  L'homme n'a pas une seule et même vie ; il en a plusieurs mises bout à bout, et c'est sa misère."

                                                            idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

 Chateaubriand nous a légué une description minutieuse des différentes péripéties de la Révolution française dans ses "Mémoires d'outre-tombe", contexte indissociable de la littérature gothique.

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

dor_037.jpg

"En considérant l'être entier, en pesant le bien et le mal, on serait tenté de désirer tout accident qui porte à l'oubli , comme un moyen d'échapper à soi-même : un ivrogne joyeux est une créature heureuse.  Religion à part, le bonheur est de s'ignorer et d'arriver à la mort sans avoir senti la vie."

                                         François René de Chateaubriand        Mémoires d'outre-tombe

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

ci-dessous le texte-type d'une condamnation à mort

Exécuteur des jugements criminets.

Tribunal révolutionnaire.

L'exécuteur des jugements criminels ne fera faute de se rendre à la maison de justice de la Conciergerie,

pour y mettre à exécution le jugement qui condamne

xxxxx (liste des noms)xxxxx

à la peine de mort.

L'exécution aura lieu aujourd'hui, à cinq heures précises, sur la place de la Révolution de cette ville. (Paris)

L'accusateur public,  H.Q.Fouquier.

Fait au Tribunal, le trois floréal, l'an second de la République française

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Elisabeth Vigée-Lebrun     Madame Du Barry  (avant !)

"L'exécution de Madame Du Barry eut lieu sur l'actuelle place de la concorde, le 8 décembre 1793.  En hâte, Madame du Barry fit fiévreusement l'énumération de tous ses biens en espérant ainsi sauver sa vie, comme les autorités le lui auraient fait croire. On a affirmé qu'aux derniers instants le courage l'abandonna. Pourtant, elle avait montré, à plusieurs reprises, une indéniable fermeté face à la mort. La certitude d'une erreur ou d'une trahison peuvent expliquer ses sentiments de panique et de désespoir. On dut la traîner jusqu'à l'échafaud. Elle se débattait, pleurait, implorait…"

                                                                                                                               (extrait de Wikipaedia)

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Madame Du Barry (après !)

 

"Dans ces milliers de romans, qui ont inondé l'Angleterre depuis un demi-siècle, deux ont gardé leur place : Calek Williams et Le Moine. Je ne vis point Goldwin pendant ma retraite à Londres ; mais  je rencontrai deux fois Lewis .  C'était un jeune membre des Communes fort agréable, et qui avait l'air et les manières d'un Français.  Les ouvrages d'Anne Radcliffe font une espèce à part.  "

                                                                                                                                         idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique

                  Claude Lorrain      Paysage avec la tentation de Saint-Antoine

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott

William Blake        illustration pour le "Paradis Perdu" de Milton

 "Enfin il entendit ce petit choc produit par l'échappement de la pendule au moment où l'heure va sonner.  Une pâleur subite et profonde se répandit sur le visage de Luizzi ; il demeura immobile, et ferma les yeux comme un homme qui va se trouver mal.  Le premier coup de deux heures résonna alors dans le silence.  Ce bruit sembla tirer Armand de son affaissement ; et, avant que le second coup fût sonné, il avait saisi une petite clochette d'argent posée sur la table et l'avait violemment agitée en prononçant ce seul mot : 

Viens  !!!

                                                       Frédéric Soulié        Les Mémoires du Diable

 

 "C'était bien l'ange déchu que la poésie a rêvé : type de beauté flétri par la douleur, altéré par la haine, dégradé par la débauche, il gardait encore, tant que son visage restait immobile, une trace endormie de son origine céleste ; mais, dès qu'il parlait, l'action de ses traits dénotait une existence où avaient passé toutes les mauvaises passions."

                                                                                                             idem

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

"Le nouveau venu se pencha négligemment à l'arrière et dirigea vers le foyer l'index et le pouce de sa main blanche et effilée ;  ces deux doigts s'allongèrent indéfiniment comme une paire de pincettes et prirent un charbon."

                                                                                                   idem

 

"Damnation !

Vous pouvez dire tout ce qu'il vous plaira ,
vous n'y gagnerez rien ; ce que je
ne me pardonne pas , c'est de vous
avoir écouté ici un moment... Je ne
permettrai pas que l'on arrête le cours
de ma vengeance ; si je fais grâce, ce
ne sera à la sollicitation de personne ;
je ne pardonnerais pas quand toute la
famille serait à mes pieds, et je les
ferais tous pendre , si mon pouvoir
égalait ma volonté. --- C'est fort bien,
monsieur, je vous avertis seulement,
que votre cruelle rigueur vous fera
détester de tous les hommes ; vous
pouvez vous aveugler sur votre pou-
voir et sur l'impunité ; l'opinion gé-
nérale saura bien démêler vos prati-
ques ; elle vengera une aussi cruelle
soif du sang : adieu, monsieur."

William Godwin       "Les Choses telles qu'elles sont"    ou

  "Les Aventures de Caleb Williams"  (1794)

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Le temps se passa ainsi, et, la nuit venue, j'attendis sans terreur le moment où j'allais m'échapper de ma chambre.  Seulement alors un frisson me prit ; de vagues images d'une fille séduite, qui fuit la maison paternelle, me passèrent devant les yeux comme des fantômes, pendant que je descendais l'escalier qui criait sous mes pas.  J'avais entrevu des tableaux où cela était représenté, et ils se dessinaient dans l'ombre en prenant ma figure.  Plus instruite que je ne l'étais, j'aurais peut-être reculé devant ces sombres avertissements ; mais j'avais contre moi la pureté de mon âme et l'ignorance de mes sens."

                                                                          Frédéric Soulié          Les Mémoires du Diable

 

"Et je sentais ce qu'il me disait : mon coeur bouillonnait, je frissonnais de tout mon être ; ma pensée, ma raison s'égaraient.  J'étais dans ses bras ; son haleine brûlait mon visage, ses lèvres retrouvèrent les miennes, et , quoique la nuit fût profonde, je fermais les yeux.  Je me laissais entraîner vers un crime que j'ignorais, mais qu'il me semblait que je ne devais pas voir ; je n'étais pas évanouie, mais j'étais dans les mains de Léon comme un corps inerte.  Un anéantissement douloureux du corps et de l'esprit me livrait à lui sans défense, il eût pu me tuer sans que j'en éprouvasse de douleur.  Je ne sentais plus rien ; il étreignit vainement ce corps sans âme, il chercha vainement un battement de mon coeur, il appela vainement un mot de ma bouche : je me sentais mourir, voilà tout.  Et j'étais coupable, déshonorée et flétrie que je ne savais pourquoi j'étais coupable, déshonorée et flétrie !  

Ce fut le cri de son bonheur qui m'éveilla de cet engourdissement ; je voulus le repousser et le maudire, mais ma parole demeura étouffée sous ses lèvres, et mes larmes se perdirent dans ses baisers.  J'étais à lui !  je pleurai : je venais de perdre une illusion, je venais d'apprendre ce que les hommes appellent le bonheur.  Le bonheur !  est-ce donc la profanation de l'amour ?"

                                                                                                                         idem

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 "Oui, quand je dirai qu'on m'a enfermée dans une tombe, loin de l'air et du sommeil, quand je donnerai les horribles  détails de cette captivité où je meurs, on me plaindra, on me devinera ; mais pourrais-je faire sentir à d'autres les horreurs d'une brutalité qui écrase et pétrit le coeur et la vie d'une malheureuse sous ses doigts insensibles ?" 

                                                                                 idem         

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

"Au bord d'un lac tranquille

Je travaillais un soir à mon dernier asile.

Je creusais mon cercueil ; en moi-même absorbé

Je restai quelque temps sur ma bêche courbé.

Dans ces sombres objets, mon âme ensevelie

Aimait  à contempler le terme de la vie

Sans trouble, sans terreur, trop faible pour mes maux

D'avance je goûtais le calme des tombeaux."

Claude-Joseph Dorat   Lettre du Comte de Comminges à sa mère

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

"A présent chacun aspire à séparer sa personnalité des autres, chacun veut goûter lui-même la plénitude de la vie ; cependant, loin d’atteindre le but, tous les efforts humains n’aboutissent qu’à un suicide total, car, au lieu d’affirmer pleinement leur personnalité, ils tombent dans une solitude complète. En effet, en ce siècle, tous sont fractionnés en unités. Chacun s’isole dans son trou, s’écarte des autres, se cache, lui et son bien, s’éloigne de ses semblables et les éloigne de lui. Il amasse de la richesse tout seul, se félicite de sa puissance, de son opulence ; il ignore, l’insensé, que plus il amasse plus il s’enlise dans une impuissance fatale."

                                                  Fiodor Dostoïevski         Les Frères Karamazov

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Un Jour, être Pauvre 

(chanson de Gérard Manset)

Un jour, être pauvre, 
Détaché de tout 
Sans pleurer de rien, 

Sans rire de tout, 
Comme un enfant qui repose 
Dans la vérité des choses.
S'écarter de tout, sortir,
Se tenir debout
Comme un enfant sort du ventre et hurle,
S'écarter de tout.

Un jour, être pauvre,
Détaché du reste,
De l'autre côté du mur.
Pas le moindre geste,
Pas la moindre trace de haine,
Pas la moindre trace de fêlure, trace de brûlure,
Le moindre sentiment d'oubli.
De l'autre côté du mur,
Pas la moindre trace de fêlure, trace de brûlure,
Le calme au fond du lac.

Un jour, être pauvre
Sur un quai désert
Etre un bateau vide.
Tout le monde à terre.
Comme un enfant qui repose
Dans la vérité des choses,
S'éloigner de tout, apprendre
A tenir debout
Sur la mer immense et douce, apprendre,
A tenir debout

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Une infinie tendresse

(chanson de Catherine Ribeiro)

Brisée mais non vaincue

J'observe mes entrailles

Et mon coeur et mon corps

Partout couvert de  traces

Par nous ensanglatés

Par nous mes hommes, mes femmes

Par vous mes tant aimées

Par vous mes libertés

  Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Dix hommes désespérés

 Je suis dans l'ombre le reflet

 De vos vies sacrifiées

 Ma liberté dépend

De vous entièrement

Vos mots vos désespoirs

 Sont forces vives en moi

 Mes craintes, mes angoisses

 Vos raisons d'espérer

 Oh ! donnez-moi,  donnez-moi

 Cinq hommes désespérés

   Je connais nos faiblesses

Déclins crépusculaires

Formidables  courages

Que nos vies en  survie

Brûlons les  abattoirs

Levons nos poings  serrés

Craquelons nos  carcans

Déchaînons nos enfants

   Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Oh ! donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 Donnez-moi, donnez-moi

 Deux hommes désespérés

 J'en ferai des montagnes

Des soleils, des brasiers

Des puissances d'amour

 Des infinies tendresses

 Des sexes gigantesques

 J'en ferai des grands fours

 Des aliénés d'amour

Des armures de  combat

 Des fous de poésies

De grandes symphonies

Nous serons là vivants

Témoignages  vivants

 D'un amour infini

D'une infinie  tendresse.

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams

Finir pêcheur

chanson de Gérard Manset

Un jour, finir pêcheur
Parce que ça grandit l'homme
Heureux comme ça
Pas gagner plus d'argent
Le matin, me lever
Pas connu, pas guetté
Parce que ça, ça fait mal
Ça fait mal à l'homme
La célébrité
Finir dans l'eau salée
Juste savoir compter
Vider le sablier
Puis tout oublier
Parce que ça grandit l'homme
De vivre sans parler
De vivre sans paroles
Et d'apprendre à se taire
Regarder sans rien faire
Regarder sans voir
Les enfants qui dansent

 


Au bord du miroir

Mais c'est toujours trop loin
Toujours dans le noir
Inaccessible
Pareil au coeur de la cible
Et c’est toujours trop loin

Un jour, finir quand même
Que personne s'en souvienne
L'écrive ou le dise
Vider sa valise
Brûler les journaux
Les tapis, les photos
Sans rien vouloir apprendre
Pour que les enfants sachent
Qu'on va quelque part
Quand on oublie tout
Qu'on oublie les coups
Qu'on déplie, qu'on secoue
Que la folie s'attrape
Qu'on déchire la nappe
Maladie tout à coup
Que tu portes à ton cou
Comme un collier de fleurs
De larmes et de couleurs

Un jour, finir pêcheur
Mollusque divin
Peau de parchemin
Mais c'est toujours trop loin
A portée de la main
Inaccessible
Pareil au coeur de la cible
Mais c'est toujours trop loin

Un jour, finir meilleur
Tuer le mal de l'homme
Se libérer de tout
Prendre dans la mer
Les coraux, les vipères
Et tout ça dans la main
Sans lumière et sans gaz
Et sans barbe qu'on rase

Un jour, finir pêcheur
Avaler le compteur
Regarder sans voir
Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre

Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre
Le calendrier

Le calendrier
Qui tombe en poussière
Qu'elle est loin, la terre
Qu'elle est loin, la terre

Gérard Manset
 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

François Richard Fleury         Valentine  de Milan attendant le retour de son époux

"Personne n'apprécie la bonté à sa juste valeur, car malheureusement, chacun y voit un reproche à son adresse."

                                                                                     Léon Tolstoi        Guerre et paix

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro

Gabriel Cornelius von Max          Lady Macbeth

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

"Au second acte, le décor représentait un cimetière couvert de monuments funèbres, et au milieu de la toile de fond on voyait un trou qui figurait la lune.  La nuit se fit sur la scène, au moyen d'abat-jour abaissés sur les quinquets ; les cors et les contrebasses jouèrent en sourdine, et une foule de gens, drapés de longs manteaux noirs, sortirent des coulisses.  Ils se mirent à agiter les bras comme des fous, et ils étaient en train de brandir un objet pointu qui ressemblait de loin à un poignard, lorsque d'autres hommes accoururent, en traînant de force la demoiselle en blanc."

                                                                              Léon Tolstoi           Guerre et paix 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

« Brusquement ma vie s’arrêta… Je n’avais plus de désirs.

Je savais qu’il n’y avait rien à désirer.

La vérité est que la vie était absurde.

J’étais arrivé à l’abîme et je voyais que, devant moi,

il n’y avait rien que la mort. » 

                                                                   Léon Tolstoi

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

Léon Tolstoi 

françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry

Léon Tolstoi à Iasnaïa Poliana

 Gothique

  à  la  manière  des maîtres

du  genre

l'_éternité.png

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

Boris Christoff

" Non, il n’est pas mort, c’est impossible ! » se dit-elle. Dominant sa terreur, elle approcha de la couche funèbre, et posa ses lèvres sur la joue de son père ; mais à ce contact elle tressaillit et se rejeta en arrière : toute la tendresse qu’elle venait de ressentir s’évanouit pour faire place à un sentiment d’horreur et de crainte causé par ce qu’elle voyait devant elle. « Il n’est plus, il n’est plus, et à sa place quelque chose d’horrible, un mystère effrayant qui me glace et me repousse, murmurait la pauvre fille… Et, se cachant la figure dans les mains, elle tomba évanouie dans les bras du docteur qui l’avait suivie."                                                  Léon Tolstoi         Guerre et paix

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

Dominique Mertens        Là-bas (encre)

« Oui, j’ai souhaité sa mort, disait-elle tout haut dans son émotion. J’ai désiré voir finir cela plus vite, pour me reposer… Mais à quoi me servira ce repos, lorsqu’il ne sera plus ? »                      idem

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

 éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

 "Dans ce sombre monastère, les religieux se saluent en disant : Frère, il nous faut mourir !"

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà

"Pleurez, bonnes gens,

car la vie le quitte.

Ses lèvres se sont tues ; 

Il ne répond plus.

Les lamentations funèbres !"

                                                          Modeste Moussorgski        paroles extraites

                                                                                                     de l'opéra "Boris Godounov"

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

Fédor Chaliapine, chanteur basse

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

Vera Ignatievna Moukhina        L'ouvrier et la kolkhozienne

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

"Il s'agite, il tremble, il appelle à l'aide :  

Mon Dieu, je souffre.

Ne pourrai-je donc jamais racheter mes péchés ?"

                               Modeste Moussorsgski             Boris Godounov

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

 

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

L'Enfer  est  pavé  de  bonnes  intentions

éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

"L'amour, qu'est-ce que l'amour ? se disait-il. L'amour est la négation de la mort, l'amour c'est la vie ; tout ce que je comprends, je ne le comprends que par l'amour.  Tout est là !  L'amour, c'est Dieu, et mourir c'est le retour d'une parcelle d'amour qui est moi, à la source générale et éternelle."

                                                                           Léon Tolstoi         Guerre et paix

 éternité,néant,dieu,gothique,mort,vie après la mort,au-delà,addiction au gothique,gothic addiction

 françois rené de chateaubriand,aloysius bertrand,gaspard de la nuit,mémoires d'outre-tombe,combourg,mysticisme,révolution française,la terreur,thomas chatterton,dominique mertens,romantisme noir,claude lorrain,fantastique,gothique,romans gothiques,littérature fantastique,anne radcliffe,walter scott,william godwin,caleb williams,catherine ribeiro,du barry,léon tolstoi,blogs gothiques

Charles-Louis Muller      L' Appel des dernières victimes de la Terreur 

 

à bientôt pour de nouvelles découvertes gothiques... !

03/01/2018

NAITRE AU GOTHIQUE

 

naître  au gothique

c'est naître à la vie

  gothique,fantastique,mysticisme

       Dominique Mertens          L'Oeil de Dieu donne vie aux spermatozoïdes    

(détail de La Fresque de la Vie)     

 gothique,fantastique,mysticisme

Dominique Mertens          L'Oeil-de-Dieu        

 gothique,fantastique,mysticisme

     Dominique Mertns           La Migration des spermatozoïdes        

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero 1   

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero  2     

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           In utero  3 

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Le sablier-uterus        

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 Parcourons le journal d'une gothique,

extrait du chef-d'oeuvre  de Charles-Robert Maturin,

"Fatale vengeance", publié aux éditions José Corti,

notre fournisseur attitré de Gothique.

jose-corti.fr

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  "Ce 1er avril"

"Il est minuit... tout se tait autour de moi... pas un souffle de vent, pas un murmure.  Et moi, au sein de ce repos de la nature, comment suis-je ,  Que suis-je ? ... Quel est ce trouble de mon âme que semble encore accentuer la paix qui m'entoure ?  Qui ai-je vu ?  Je n'en sais rien ; je ne veux pas prononcer son nom ; je ne veux pas penser à ce qu'il est.  Je ressens un tel bonheur !  Il n'y a place pour rien d'autre.  Mes sentiments m'appartiennent ; ils sont mon trésor secret.  La joie que je sens en moi est suave et caressante comme une belle journée de printemps.  Il n'y a personne d'aussi heureux que moi cette nuit... Sauf lui peut-être ?  Il est si beau ! ... Comment peut-on être à la fois bercée par une douce quiétude et secouée par la tempête ?  Mes esprits sont agités, mais mon âme est paisible..."                                                                                     (suite ci-dessous)

Charles-Robert Maturin        Fatale vengeance

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Naissance au gothique    

  

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           Naissance au gothique      

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          La dame sans espoir de retour        

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           La Femme est née de l'eau          

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

Viens...!!!

littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

Viens...!!!

 

Et  prends-moi...!

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

naître au gothique

c'est naître à la mort   

littérature gothique,fantastique,amour

 naître-au-gothique         encre de l'auteur

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

et

remonter le courant

de

 la Vie, cette vierge blanche

littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          Vierge blanche        

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  et  de

 la Mort, cette vierge noire

 littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens          Vierge noire          

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

        "Que j'aime à voir la décadence

de ces vieux chasteaux ruinez                                   

                    """""""""""""""                         

Contre qui les ans mutinez

Ont déployé leur insolence !

Les sorciers y ont leur sabat ;

Les démons follets s'y retirent,

Qui d'un malicieux ébat

Trompent nos sens et nous martirent ;

Là se nichent en mille trou,

Les couleuvres et les hyboux.

L'orfraye, avec ses cris funèbres,

Mortels augures des destins,

Fait rire et danser les lutins,

Dans ces leix remplis de ténèbres.

Sous un chevron de bois maudit

Y branle le squelette horrible

D'un pauvre amant qui se pendit

Pour une bergère insensible ..."

marc-antoine-de-gérard-de-saint-amant         la-solitude

du sieur de Saint-Amant

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"Les cheveux hérissez, j'entre en des resveries

De contes de sorciers, de sabaths, de furies ;

J'erre dans les enfers, je raude dans les cieux ;

L'âme de mon ayeul se présente à mes yeux ;

Ce fantôme léger, coiffé d'un vieux suaire,

Et tristement vestu d'un long drap mortuaire,

A pas affreux et lents, s'approche de mon lit ;

Mon sang en est glacé, mon visage en paslit,

De frayeur mon bonnet sur mes cheveux se dresse,

Je sens sur l'estomach un fardeau qui m'oppresse.

Je voudrais bien crier, mais je l'essaye en vain :

il me ferme la bouche avec sa froide main..."

 marc antoine de gérard de saint amant      les visions

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"... Au travers  de ce feu puant, bleuastre et sombre,

J'entrevoy cheminer la figure d'une ombre,

J'entends passer dans l'air certains gémissements,

J'avise, en me tournant, un spectre d'ossements,

Lors, jettant un grand cry qui jusqu'au ciel transperce,

Sans poux et sans couleur, je tombe à la renverse."

marc antoine de gérard de saint amant      les visions

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

malédiction !!!

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

Claudine

Guérin de Tencin 

 une des innombrables précurseures du genre littéraire gothique

 dont voici un extrait de l'adaptation de son roman  "Mémoires du Comte de Comminge " au théâtre par Baculard d'Arnaud 

sous le titre "Les Amants malheureux, ou Le Comte de Comminge" :

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 "un souterrain vaste et profond consacré aux sépultures de la trappe ; deux ailes du cloître, fort longues et à perte de vue, y viennent aboutir ; on y descend par deux escaliers de pierres grossièrement taillées et d'une vingtaine de degrés.  il n'est éclairé que d'une lampe.  au fond s'élève une grande croix, telle qu'on en voit dans nos cimetières, au bas de laquelle est adossé un sépulchre peu élevé, et formé de pierres brutes ; plusieurs têtes de mort amoncelées lient ce monument avec la croix ; c'est le tombeau du célèbre abbé de Rancé, fondateur de la Trappe.  Plus avant, du côté gauche, est une tombe qui paraît nouvellement creusée, sur les bords de laquelle sont une pioche, une pelle, etc.  Au devant  de la scène, dans un des côtés à droite, est une autre fosse.  Sur les ailes du souterrain, se distinguent de distance en distance, et à peu de hauteur de terre, une infinité de petites croix qui désignent les sépultures des religieux."

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 malédiction !!!

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

  littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

illustration de l'ouvrage de Baculard d'Arnaud,

" Le Comte de Comminges ou Les Amants malheureux"

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

"En disant ces derniers mots, le marquis sortit avec fureur de son cabinet.  Julia avait succombé à l'effroi de cette sorte de malédiction.  Ses jambes ayant cessé de la soutenir, elle était tombée à la renverse sur le parquet.  Seule et sans secours, ce ne fut qu'au bout de quelques heures qu'elle revint de son évanouissement.  Alors elle essaya de sortir de ce funeste cabinet, en s'appuyant tantôt contre un meuble, tantôt contre le mur."

anne_radcliffe       julia_ou_les_souterrains_du_château_de_mazzini

 littérature gothique,fantastique,amour

malédiction !!!

  littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 "Je m'avance, égaré, dans des plaines désertes :

De la destruction elles étaient couvertes,

Du fonds de noirs tombeaux, antiques monuments

J'entendais s'échapper de longs gémissements ;

Dans les débris épars de ces vieux mausollées,

Je voyais se traîner des ombres désollées ;

D'un lamentable écho ces champs retentissaient ;

Des monceaux de cercueils jusqu'aux cieux s'entassaient..."

Baculard d'Arnaud    

  Le Comte de Comminges ou Les Amants malheureux

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 

 

 littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

 Dominique Mertens          détail de la fresque de la Vie 

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour le roman de "emmeline_ou_l'_orpheline_du_château" 

de charlotte_turner_smith

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour

Dominique Mertens           détail de la fresque de la Vie

littérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amourlittérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour le roman "emmeline_ou_l'_orpheline_du_château" de charlotte_turner_smith

                   

        littérature gothique,fantastique,amour                                             littérature gothique,fantastique,amour                                    littérature gothique,fantastique,amour                                                           

Et maintenant,

littérature gothique,fantastique,amour

      que se déchaîne

           le souffle de l'esprit...          

"Ida Munster, sorcière accusée de meurtre et de haute trahison,  apparais !  

Nous, les secrets vengeurs de l'Eternel,

nous te citons à comparaître devant le tribunal de Dieu

endéans les trois jours !"

christiane_bénédicte-naubert        herman_of_unna    

littérature gothique,fantastique,amour

littérature gothique,fantastique,amour                                          littérature gothique,fantastique,amour                                       littérature gothique,fantastique,amour

 littérature gothique,fantastique,amour

illustration pour"le_spectre_du_château", pièce de théâtre de matthew_gregory_lewis

 littérature gothique,fantastique,amour                                                     littérature gothique,fantastique,amour                                               littérature gothique,fantastique,amour

    littérature gothique,fantastique,amour

david_teniers       scène de sabbath_des_sorcières

 

 

accoucher !  accoucher au plus vite !!

 

littérature gothique,fantastique,amour,marc antoine de gérard de saint amant,guérin de tencin,baculard d'arnaud

"Apparais...!!!"

littérature gothique,fantastique,amour

               " Apparais...!!! "                        

               

littérature gothique,fantastique,amour

                                                   

"Apparais !!!" 

                                                                                                                                                                                                                                  à suivre.....