28/04/2012

FANTASMES GOTHIQUES

MOURIR  DE  PLAISIR...   meurtre1 NB.jpg

Meurtre           Dominique Mertens

"C'est elle... elle vient... je vis la revoir..."

disait en moi une voix intérieure,

et mon coeur tressaillait d'angoisse et de ravissement."

E.T.A. Hoffmann      Les Elixirs du Diable

la beauté et la mortrecadré.jpg

La beauté et la mort        Dominique Mertens

"Rodolphe, parvenu sur le sommet de la colline qui dominait la cabane se retourna et vit Agnès encore à la porte ; elle lui souhaita par signes un bon voyage et un prompt retour.  Le chevalier se coucha sur l'herbe tendre, pour tenir conseil avec son coeur et sa raison.  Avec le premier il eut bientôt fait : rempli de l'image de la jeune fille, la posséder était son unique désir ; et il était déterminé à l'épouser.  Avec raison, le débat ne fut pas aussi court.  "Tu peux fort bien l'épouser, dit celle-ci et même ta conscience n'aura rien à te reprocher ; mais comment pourras-tu vous nourrir toi et ta femme ?  Travailleras-tu avec elle ?  - Oui, dit son coeur sans hésiter.-  Mais sais-tu travailler ?  se demanda-t-il à lui-même.  Un fardeau que tu n'as pas l'habitude de porter ne te fera-t-il pas succomber ?  Ne fera-t-il pas le tourment de tes jours ?  N'altérera-t-il pas tous tes plaisirs ?  Gouteras-tu quelque bonheur lorsque tu rentreras chez toi harassé de fatigue, dégouttant de sueur et que tu retrouveras ta femme gémissant sous le poids de sa misère ?  Lorsque tu seras forcé de lui refuser ce qu'elle désirera le plus vivement, faute d'avoir le moyen de te le procurer ?  ne voudrais-tu que jouir de ses charmes, lui ravir l'innocence, unique bien qu'elle possède et retomber encore dans cette vie criminelle dont tu n'as pu te retirer que par un miracle ?"

Sa conscience et son coeur même s'élevèrent contre cette idée ; il aimait la jeune fille comme il n'avait encore aimé.  Il voulait la rendre heureuse, être heureux avec elle, vivre et mourir dans ses bras."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

daphnis et chloé ND.jpg

Daphnis et Chloé

"Des filles belles comme les roses, sveltes comme les peupliers, voltigeaient devant ses regards et occupaient son imagination.  Sa couche lui sembla un lit d'épines, sa chambre une cellule, son château un désert."

Christian Heinrich Spiess     Le Petit Pierre

676px-Makart_Fuenf_Sinne.jpg

Hans Makart     Les cinq sens

"Elle était belle, elle était faite pour inspirer l'amour et le sentir.  Elle avait une taille élancée, des yeux noirs, un teint de lys, les plus longs cheveux qui flottèrent jamais sur les épaules d'une jeune fille.  Le voile qui couvrait son sein trahissait les mouvements d'un coeur trop ému et toute sa personne commandait à la fois l'amour et le respect."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

7-ExtaseNB.jpg

extase

"Jouis alors de ses charmes autant que durera l'ivresse de ton amour."

Christian Heinrich Spiess      Le Petit Pierre

 herbert james draper  nymphe des eaux.jpg

nymphe des eaux     herbert-james-draper

"Au moment même où il lisait leur histoire, dans cette bibliothèque silencieuse, les deux amants rugissaient comme des bêtes sous l'éternelle morsure de la flamme justicière pour n'avoir songé qu'à l'assouvissement de leurs désirs."

Julien Green     Moïra

Elle repose sur un tronc.jpg

Elle repose sur un tronc         Dominique Mertens

"Ainsi fortifiée, je pouvais, me semblait-il, reposer en paix.  Mais les rêves traversent les pierres des murs, éclairent des chambres enténébrées ou enténèbrent des chambres éclairées ; et leurs personnages, narguant tous les serruriers du monde, font leurs entrées, ou leurs sorties comme il leur plaît."

Sheridan Le Fanu      Carmilla

393px-Danae_in_the_Brazen_Chamber_-_Frederick_SandysREC.jpg

Frederick Sandy     Danaë

Phasmes et fantasmes,

Ombres sans nombre...

 800px-Meyerbeer_RobertDiableCiceri contrasté.jpg

Mise en scène de Ciceri pour l'opéra de Meyerbeer "Robert le diable" 

"L'embrasser avec toute la passion

d'un désir furieux

et puis lui donner la mort, 

telle était la pensée

qui me poursuivait irrésistiblement."

E.T.A. Hoffmann       Les Elixirs du Diable

embrasement4.jpg

Embrassement et embrasement         Dominique Mertens

elle pleure.gif

chagrin-d'-amour poursuivra jusque dans la tombe...

"Etes-vous vraiment victime d'une passion effrénée ?  

Serait-il possible que... 

j'ai entendu parler de femmes vénales qui,

même à un être tel que vous, 

préfèrent un vieillard cassé et décrépit, mais cousu d'or.  

Vous ne devez pas languir pour une de leurs pareilles."

Charles Robert Maturin       Fatale vengeance

 beauté gothiquemod_article44808930_4f62fc4a2e8b5.jpg

diablerie.jpg

"Vous vous perdez dans les labyrinthes de la casuistique.  Cessez d'empoisonner votre esprit avec le remords de fautes imaginaires.  Mais je ne saurais vous laisser la consolation de penser que mes souffrances ont une cause ordinaire ou que l'on peut y porter remède.  Plût au ciel que toutes vos présomptions fussent vraies !  Car rien ne peut être  comparé à ce qui est."

Charles-Robert maturin      Fatale vengeance

 

ambiance-gothique-beaute-gothique-10-img (12)femme goth rec.jpg

"J'admire la beauté partout où je la rencontre, mais seule la femme qui sait aimer pourra de moi être aimée."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

 succube OstärdtenschteinREC.jpg

la succube Ostärdtenschtein           figurine créée par l'auteur,

Dominique Mertens

pour la mise en scène de L'antre du vampire

 ambiance-gothique-beaute-gothique-10-img (7).jpg

Comme morteREC.jpg

Comme morte          Dominique Mertens

"Tandis qu'elle recouvrait lentement ses esprits, Ippolito admirait sa beauté, qui ne laissait pas d'être captivante sous le masque de la mort.  Ses longs cheveux noirs, qui retombaient gracieusement sur son visage et sur sa poitrine comme les branches d'un saule sur la stèle d'une tombe, lui firent connaître qu'elle n'était point religieuse  -bien qu'il l'eût sortie d'un lieu qui, à l'évidence, était un couvent."

Charles-Robert Maturin      Fatale vengeance

Sainte-philomène gisante.jpg

sainte-philomène gisante

 

à   suivre...

 

Les commentaires sont fermés.