01/12/2011

le FANTASTIQUE ET LA DESTINEE HUMAINE

"In culpa est animus,

qui se non effugit unquam"

"Nostre mal nous tient en l'âme :

or elle ne se peut eschapper à elle mesme" 

Michel de Montaigne

"L'esprit seul est en faute, 

qui ne peut jamais échapper à lui-même"

moulin4.jpg

Et à présent, que tournent les ailes du moulin des illusions !!!

le créateur et sa créature.jpg

Façonné à son image        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens 

moulin1.jpg

Ses meules jamais ne cesseront de broyer, de broyer encore,

meules pour poudre à canon.jpg

 de toujours broyer, inlassablement...

roues dentées de moulins.jpg

"Souviens-toi que tu es poussière,

et que tu retourneras à la poussière"

 os croisés sombres.jpg

Broyer, encore et toujours, pour réduire en poussière...

poussière.jpg

img985.jpg

La fragilité de l'être         encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

moulin lanterne et rouet.jpg

Ainsi s'écoulent les grains de sable dans le sablier de la Vie...

sablier.jpg

Autant de grains de sable, autant d'âmes humaines...

220px-Tilman_riemenschneider.jpg

tilman-riemenschneider par lui-même, le visage du désenchantement

265px-Tilman_Riemenschneider_Barbara-1 sombre.jpg

Sainte Barbara, par Tilman Riemenschneider

tilman riemenschneider  Noli me tangere.jpg

"noli me tangere"  

une oeuvre de Tilman Riemenschneider

ne me touche pas...!!! " 

 Toute la lumière.jpg

Toute la lumière        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

 cramoisi 1.jpg

Daniel Hopfer Les Proverbes.jpg

daniel-hopfer        illustration des Proverbes

 cramoisi 3.jpg

"Misérable railleur, tu veux être artiste et jamais la foi et l'amour n'ont brûlé dans ton coeur.  Aussi tes oeuvres seront-elles froides et sans vie, comme toi-même.  Comme un réprouvé, tu désespéreras dans le vide de ton âme et tu succomberas sous le poids de ton impuissance."

E.T.A.  Hoffmann        Les Elixirs du diable

 horloge droite très sombre nb.jpg

L'Horloge  

poème de Charles Baudelaire 

Horloge !  dieu sinistre, effrayant, impassible

Dont le doigt nous menace et nous dit :  Souviens-toi !

Les vibrantes douleurs dans ton coeur plein d'effroi

Se planteront bientôt comme dans une cible.

 

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon

Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;

Chaque instant te dévore un morceau du délice

A chaque homme accordé pour toute sa saison.

 

Trois mille six cents fois par heure, la seconde

Chuchote : Souviens-toi !  Rapide avec sa voix

D'insecte, maintenant dit : Je suis autrefois,

Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

 

Remember !  Souviens-toi !  Prodigue !  Esto memor !

(mon gosier de métal parle toutes les langues)

Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues

Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

 

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide

Qui gagne sans tricher, à tout coup !  C'est la loi.

Le jour décroît ; la nuit augmente ; souviens-toi !

Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

 

Tantôt sonnera l'heure où le divin hasard,

Où l'auguste vertu, ton épouse encore vierge,

Où le repentir même, (oh ! la dernière auberge !)

Où tout te dira : Meurs, vieux lâche !  Il est trop tard !

2012-04-22 11-08-47_0002.jpg

 "Lorsque l'amour, parvenu à un certain degré, dépasse toutes les bornes et touche à l'infini, il se manifeste soudain à l'objet aimé.  Bravant les obstacles, il rompt les chaînes de la bienséance, ces chaînes qui trop souvent attachent l'amant timoré aux tortures de l'incertitude pour des années entières."

Christian Heinrich Spiess       Le petit Pierre             

le fardeau de la vie.jpg

Le fardeau de la vie        encre de l'auteur, Dominique Mertens

Christopher Lee alias dracula.jpg

"Délivre-nous, saigneur !" 

 

"Les  voies  du  saigneur  sont  impénétrables..." 

paroles prononcées par Don Sculi, moine de la Congrégation des  Passionistes

ayant reçu l'inestimable don d'ubiquité

 Les_vampires.jpg

"... Eh bien, je vous l'ai dit une fois, et je vous l'ai dit deux fois

que quelqu'un devra en payer le prix.

Mais voici une chance de changer d'avis,

parce que je ne serai plus là pendant très très longtemps.

Eh bien, ce pourrait être la dernière fois..."

(extrait de "The last time", chanson mémorable des Rolling Stones

composée par M.Jagger et K.Richard)

 

avec de tels yeux,

la morsure d'une goule.jpg

VOIR

au-delà

des

apparences

divination.jpg

Divination        encre de Chine de l'auteur , Dominique Mertens

 

Le Miroir de la Vie et de la Mort

le miroir de la vie et de la mortREC.jpg

"Mondains qui faites cas des beautés d'un visage,

Sachez que les aimer ce n'est pas être sage,

Puisque le temps enfin les doit faire périr.  

Nous n'avons ici-bas chose aucune assurée.

Tout change et notre vie a si peu de durée,

Qu'en commençant à vivre, on commence à mourir."

lady Nightingale.jpg

tombeau d'Elizabeth Nightingale à Westminster Abbey,

oeuvre du sculpteur Louis-François Roubillac

jeanfrançois RoubillacREC.jpg

"Bientôt le jour va tirer le verrou.

L'ombre du soir s'avance à pas de loup ;

Il traîne au ciel un rayon de lumière,

Qui maintenant vit son heure dernière.

 

Il m'a guidé, hors des voies du salut,

Sur un chemin que je n'ai pas voulu.

Mais quand mourra la clarté inféconde

S'achèvera ma course vagabonde.

.....  .....  ....."

Maturin     Fatale vengeance

Salve Regina virgo immaculata.jpg

Salve Regina, virgo immaculata      encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

rideaux.jpg

"Dorian, Dorian, s'écria-t-elle, avant de vous connaître, jouer était toute ma vie.  Je ne respirais que pour la scène.  Tout m'y semblait réel.  J'étais un soir Rosalinde ; le soir suivant, Portia.  La joie de Béatrice était ma joie ; les douleurs de Cordelia, mes douleurs.  Ma foi était sans bornes.  Les gens vulgaires qui jouaient avec moi me semblaient des dieux.  Les décors étaient mon univers.  Je ne connaissais que des ombres et je les prenais pour la réalité.  Mais vous êtes venu, ô mon bel amour, et vous avez tiré mon âmes de sa prison.  Vous m'avez révélé la réalité vivante.  Ce soir, pour la première fois, j'ai vu nettement le vide, le contenu et le grotesque de la vaine parade où depuis si longtemps je jouais mon rôle.  Ce soir, pour la première fois, j'ai découvert que Roméo était hideux, vieux et fardé, que le clair de lune dans le jardin était truqué, que la mise en scène était vulgaire, que les paroles mises sur mes lèvres étaient mensongères, qu'elles n'étaient pas mes paroles à moi, qu'elles n'exprimaient pas ce que j'avais à dire. C'est que vous m'aviez apporté une rélité plus haute, une réalité dont l'art n'est qu'un reflet.  Vous m'aviez fait comprendre ce qu'est l'amour, le réel amour.  Mon bien-aimé, mon bien-aimé !  Prince charmant !  Prince de la Vie !  Je n'ai plus que dégoût pour les ombres.  Quel art approchera jamais de ce que vous êtes pour moi ?  Qu'ai-je à faire à présent de ces jeux de marionnettes ?

Oscar Wilde      Le Portrait de Dorian Gray

507px-The_Triumph_of_Death,_or_The_Three_Fates.jpg

Tapisserie du triomphe-de-la-mort ou des trois-destinées

giorgio_ghisi-allégorie-de-la-vie.jpg

giorgio-ghisi         allégorie-de-la-vie

destin,destinée humaine,mort,thanatos,la vie après la mort,michel de montaigne,occultisme

 une profonde réflexion sur le sujet...

à suivre...

Les commentaires sont fermés.