07/05/2011

LECTURES FANTASTIQUES

1 couverture.jpg

roman paru aux éditions Gallimard  en 1952,

et réédité dans la collection L'Imaginaire en 1987

4 couverture.jpg

En marge de la littérature gothique,

écoutons ce que James HOGG

a à nous dire au sujet de

"cet être singulier et inconcevable"

...

Tandis que j'allais ainsi mon chemin, je m'aperçus qu'un jeune homme mystérieusement apparu s'avançait vers moi.  Tout occupé de ma propre contemplation, j'essayai de l'éviter ; mais il se jeta en travers de ma route, si bien qu'il ne m'était guère possible de ne pas le rencontrer ; et de plus, je sentais une sorte d'invisible puissance qui m'attirait vers lui, quelque chose qui ressemblait à la force d'un enchantement, et à quoi je ne pus résister.

...

Le jeune étranger et moi approchâmes l'un de l'autre en silence, et lentement, chacun tenant les yeux fixés sur l'autre.  Nous approchâmes jusqu'à un mètre l'un de l'autre, puis nous arrêtâmes pour nous regarder, en nous mesurant chacun des pieds à la tête.  Quelle fut ma stupeur de m'apercevoir qu'il était le même être que moi !  Les vêtements étaient les mêmes jusqu'au plus petit détail, identique était la silhouette, et l'âge apparent ; et la couleur des cheveux, et les yeux, et dans la mesure où je pouvais me fier au souvenir de mes propres traits vus dans une glace, les traits aussi étaient identiquement les mêmes.

...

Il était si habile, et il avait pour tout ce que je disais une telle déférence, que j'étais tout à fait charmé, et qu'en même temps j'éprouvais devant lui une sorte d'épouvante que je ne comprenais pas, et fus plusieurs fois saisi du désir involontaire d'échapper à sa présence par une retraite soudaine.  Mais il semblait constamment anticiper mes pensées, et ne manquait pas de me détourner de mon propos en donnant à la conversation une tournure qui m'intéressait particulièrement.

...

Nous nous séparâmes en exprimant mutuellement nos regrets, et lorsque je le quittai j'éprouvai une délivrance, et j'eus en même temps vaguement conscience que je n'allais pas en être délivré comme cela, mais qu'il serait probablement une relation qui s'attacherait à moi pour le bien ou pour le mal.

...

Mais quant à sa ressemblance avec moi, elle était tout à fait inexplicable.  Il paraissait être toujours le même en toutes choses, et cependant ce n'était pas toujours vrai ; car je remarquai plusieurs fois, lorsque nous parlions de certains théologiens et de leurs principes, que son visage prenait quelque chose de leur ressemblance ; et je fus frappé de ce que, coulant ses traits dans le moule d'autrui, il pénétrait immédiatement leurs conceptions et leurs sentiments. 

serpent enroulé autour d'un mort.jpg

Je le fixai dans les yeux, mais sans répondre, tant j'avais les sens bouleversés.

- Ne me reconnaissez-vous pas ? dit-il.  Vous m'avez l'air un peu perdu.  N'avons-nous pas eu hier, vous et moi, quelques doux entretiens d'amitié ?

- Je vous demande pardon, Monsieur, répondis-je.  Mais sûrement, si vous êtes le jeune gentilhomme avec qui j'ai passé la journée hier, vous avez comme le caméléon l'art de changer d'apparence, je ne vous aurais jamais reconnu.

- Mon aspect change avec ce que j'apprends et ce que j'éprouve, dit-il.  C'est chez moi une particularité de nature, dont je ne suis pas entièrement maître.  Si je contemple attentivement les traits de quelqu'un, les miens prennent peu à peu la même apparence et les mêmes caractères.  et qui plus est, en contemplant un visage, non seulement je pénètre sa ressemblance, mais en même temps que sa ressemblance, je pénètre ses idées aussi bien que sa manière de les ordonner, de telle sorte, voyez-vous, qu'en regardant attentivement quelqu'un j'arrive peu à peu à lui ressembler, et en arrivant à lui ressembler, je parviens à m'emparer de ses pensées les plus secrètes.

...

- De toute façon, j'ai le privilège de pouvoir ne jamais me tromper sur une personne qui m'intéresse.

...

- Je vous ai si étroitement épousé que j'ai l'impression que nous sommes identiques.  Nos essences ne font qu'une, nous sommes unis de corps et d'esprit, si bien que je suis attiré par vous comme par un aimant et que, où que vous soyiez, il me faut y être avec vous.

                                                       jeune fille fantôme.jpg

 

Les commentaires sont fermés.