20/09/2010

JOY DIVISION ET LA VOIE GOTHIQUE

LA VOIE  GOTHIQUE  

.............JOY  DIVISION..............

THE  GOTHIC  WAY

.....Entrez dans le rêve.....

(une chanson de Gérard Manset dont voici un extrait)

Ramenez le drap sur vos yeux et

Entrez dans le rêve

Allumer l'écran merveilleux

Quand le jour s'achève

Retrouver l'amour blessé

Au fond du tiroir où on l'avait laissé

Retrouver l'amour blessé

Découper le monde à coups de rasoir

Pour voir au coeur du fruit le noyau noir

La vie n'est pas la vie ni ce qu'on nous fait croire

la vie n'est pas la vie 

Puisque la vie n'est pas ce qu'on nous fait croire

Mieux vaut le drap du désespoir, alors

Ramener le drap sur vos yeux 

Entrez dans le rêve

Reprendre la vie des autres où on l'a laissée

Quand le jour s'achève

 handschrift.jpg

manuscrit d'une complainte de Oswald von Wolkenstein

"This is the way,

step inside !"

"Par ici, entrez !"

refrain extrait de la chanson "atrocity-exhibition" du groupe joy-division

 Emily_Dickinson_daguerreotype (.jpg

émily-dickinson,  poétesse américaine,

chantre d'une certaine 

gothic way of life

(or of death... ?) 

"Me bannir de moi-même.

Si j'avais ce talent,

Invincible serait ma situation 

A tout autre coeur.

Mais si   je m'assaille,

Quelle paix pourrais-je avoir,

Sauf à réduire ma conscience ? 

Et puisque nous sommes notre propre roi,

Comment faire, 

Sauf en abdiquant  de moi-même ?"

.....

J'aime l'air de l'agonie,

Parce que je sais que c'est vrai

On ne feint pas les convulsions,

On ne simule pas les transes.

Les yeux se glacent et c'est la mort.

Impossible de contrefaire

Les perles sur le front 

Par l'angoisse grossièrement enfilées.

Emily Dickinson

croix de cimetière.jpg

"Pourquoi donc chercher celle qui me fuit, 

et percer d'un nouveau trait  une conscience déjà blessée ?" 

francis-lathom          la-cloche-de-minuit 

 Condamné_à_la_potence_lpdp.jpg

"J'étais morte pour la Beauté, mais à peine

Etais-je installée dans la tombe

Qu'un autre, mort pour la Vérité,

Fut mis dans une fosse à côté.

Doucement il demanda pourquoi j'étais tombée.

"Pour la Beauté", répondis-je.

"Et moi, pour la Vérité, c'est tout pareil.

Nous sommes frère et soeur", dit-il.

Et ainsi, comme des parents qui se seraient retrouvés la nuit,

Nous parlions d'une tombe à l'autre

Jusqu'à ce que la mousse atteignit nos lèvres

Et recouvrit nos noms.

Emily Dickinson

regrets éternels définitifs.jpg

Regrets éternels        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

.........................................................................

 IN MEMORIAM  IAN  CURTIS

ian_curtis_control_b.jpg

ian-curtis (Manchester, 15.07.1956 - Macclesfield, 18.05.1980) 

"Voici la chambre, le commencement de tout .

Pas de beaux portraits , seulement des feuilles de papier au murs.

J'ai vu les nuits saturées de sport sanglant et vain.

Et le corps est conquis.

Où cela finira-t-il ?  Où cela finira-t-il ?

Ceux-ci sont tes amis d'enfance,

Qui t'ont incité, 

Demandé plus de preuves.

Le retrait de la douleur est difficile,

ça peut faire du bien

Si distordu et mince.

Où cela finira-t-il ?  Où cela finira-t-il ?

Voicila voiture au bord de la route.

il n'y a rien de dérangé,

Toutes les fenêtres sont fermées

Je pense que tu avais raison 

Quand nous parlions dans la chaleur

Il n'y a pas de place pour le faible, pas de place pour le faible.

Où cela finira-t-il ?  Où cela finira-t-il ?"

paroles de la chanson " Day of the Lords" composée par 

Ian Curtis, poète-chanteur-musicien du groupe emblématique 

JOY  DIVISION

Ian Curtis en scène.jpg

Ian Curtis en scène        encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Le trouble dans son regard exprime tout :

Elle a perdu tout contrôle,

Et elle s'accroche au premier venu !

Elle a perdu tout contrôle,

Et elle a trahi les secrets de son passé,

Et a dit  "j'ai de nouveau perdu tout contrôle ".

Et, à la voix qui lui dit

Quand et comment réagir,

Elle a dit "j'ai à nouveau perdu tout contrôle",

Et elle s'est retournée et m'a pris la main,

Et m'a dit "J'ai à nouveau perdu tout contrôle" !

Et c'est pourquoi, je ne le saurai ni ne le comprendrai jamais...!

Elle a dit  : "J'ai de nouveau perdu tout contrôle".

Et elle hurlait et donnait des coups de pied

Et disait "J'ai perdu tout contrôle"

Et elle s'est écroulée sur le sol.

Je pensais qu'elle allait mourir.

Elle a dit "J'ai perdu tout contrôle".

extrait de la chanson " She lost control"

lolita.jpg

"Je ne suis personne !  Et vous, qui êtes-vous ?

N'êtes-vous personne aussi ?

alors nous faisons la paire !

Silence !  In nous chasserait, vous savez !

Que c'est pénible d'être quelqu'un !

Que c'est vulgaire comme une grenouille

De dire son nom tout au long du mois de Juin

Au marais qui s'extasie !

Emily Dickinson

ian curtis1.jpg

"J'ai attendu qu'un guide vienne et me prenne par la main.

Puissent ces sensations me faire ressentir les plaisirs des hommes normaux !

Ces sensations m'ont à peine marqué pour une prochaine fois ;

J'ai l'esprit, pas les sentiments.  Je me fous de choquer  ; 

ça sera bien plus rapide ! Bouge plus vite maintenant ; ça ne sera plus à portée de mains.

Au 20è étage, descendre l'étage au second niveau, c'est presque suicidaire !

Les lumières éblouissent, les voitures se télescopent, ça devient fréquent à présent.

j'ai l'esprit, pas les sentiments ; laisse-le sortir quoiqu'il arrive.

Ca veut dire quoi pour toi, ça veut dire quoi pour moi ; nous nous rencontrerons une autre fois."

(paroles extraites de la chanson "Disorders")

 ian curtis2.jpg

"Un héritage à ce jour hors d'atteinte ;

Un jour qui sera magnifié.

Nous avons laissé derrière nous nos éternelles espérances.

Nous donnions le meilleur de nous-même.

Tous deux pareils, rendus aussi  libres l'un que l'autre.

Je t'attendais depuis toujours !

Nous nous battions pour le bien, debouts côte à côte ;

Notre amitié n'est jamais morte.

Sur les fréquences inconnues, les aigües et les basses,

Notre vision avait touché le ciel ;

Les immortels devant faire leurs preuves,

jet'avais donné ma confiance.

je t'avais donné ma confiance."

paroles extraites de la chanson "A mean to an end"

 ian curtis3.jpg

"Il n'y a pas de retour en arrière, pas de baroud d'honneur.

Coeur et âme, on va brûler !  Existence, qu'importe ?

 J'existe dans les meilleures conditions que je peux.

 Le passé fait désormais partie de mon avenir.  

Le présent est tout à fait hors de portée.

 Coeur et âme, on va brûler !" 

 ian curtis grand format.jpg

"Nul doute que tes rêves se terminent toujours ;

Ils ne décollent jamais, retombent juste.

Mais à présent je m'en fous !

J'ai perdu la volonté d'en vouloir davantage.

je n'ai pas peur, pas du tout !

Je les regarde tous s'écraser,

Et je me souviens de quand nous étions jeunes

Ceux-là avec leurs habitudes de gaspillage,

Leur sens du style et leur bon goût

De faire en sorte que tu sois bien !

Hé ! ne sais-tu pas que tu vas bien ?

Je n'ai plus peur à présent.

Je garde les yeux fixés sur la porte,

Et je me souviens de quand nous étions jeunes.

Des larmes de tristesse versées pour toi

Encore plus de bouleversements pour toi

Reflet d'un instant,

Un instant très spécial !

Oui, on a perdu notre temps !

On n'avait pas vraiment le temps

Et nous nous souvenons de quand nous étions jeunes.

Et méfiez-vous de tous les anges du Seigneur,

Et méfiez-vous de tous les juges,

Fils du hasard, faites bien attention 

A tous les gens qui ne sont pas ici !

Je n'ai plus peur à présent !"

paroles de la chanson "introspection"

Joy_Division_-_Unknown_Pleasures.jpg

Pochette de l'album "unknown-pleasures" du groupe joy-division

atrocity-exhibition (Le Musée Des Horreurs)

 "Atrocity Exhibition" est le morceau d'ouverture de "Closer" et certainement une de leurs chansons les plus dures à l'écoute, car elle fait monter un malaise insoutenable, tant par la teneur du texte que par cette mélodie à la batterie martiale et aux guitares criardes. Mélodie et paroles s'accordent très bien : on parle ici de monstruosité humaine, on a en fait un peu l'impression en écoutant cette chanson de regarder "Elephant Man" de Lynch. Sauf qu'il ne faut pas se tromper, on parle ici de souffrance humaine, de monstruosité, mais aussi de cette souffrance et de cette difformation dont on fait étalage, l'homme étant alors réduit à un animal de foire, tout comme le personnage de John Merrick dans le film de Lynch. Les hommes se délectent de ce spectacle, entrent dans l'asile aux portes grandes ouvertes et se divertissent littéralement devant les soubressauts des internés. Le leitmotif entêtant : "Par ici, entrez" (This is the way, step inside) nous fait penser à un vendeur de tickets aux foires, "Venez voir la dernière attraction... ". Voici ces pauvres diables dans l'arène, réduits à l'état d'animaux, à se battre pour quelques minutes de plus, cela devient insoutenable la nausée, puis l'horreur s'installent.

 Mais qui sont les monstres au final ? La foule, bien évidemment, qui se délecte de ce spectacle, qui devient elle-même animal, assoiffée de sang et de violence. C'est ce que Curtis appelle le massacre (mass murder) à grande échelle, et le pire c'est qu'il conclut en disant "c'est ce qui a été et qui sera" ("what was and will be"), car l'homme a toujours été pire qu'un loup pour l'homme, que l'on soit au temps des Romains ou à l'heure actuelle, car ne vous y trompez pas, ce sont nos sociétés que décrit ici Curtis, et même pas le bois d'une jungle vierge ou d'une ville en cendres ne pourra nous racheter...

(extrait du site lacoccinelle.net) 

"Asylums with doors open wide,
Les portes de l'asile sont grandes ouvertes
Where people had paid to see inside,
Les gens ont payé pour pouvoir y pénétrer et voir
For entertainment they watch his body twist
Ils se divertissent à regarder son corps se tordre
Behind his eyes he says, 'I still exist. '
Mais dans son regard on peut lire "je suis toujours vivant"

This is the way, step inside.

Par ici, entrez

In arenas he kills for a prize,
Dans les arènes il tue pour une récompense
Wins a minute to add to his life.
Il gagne une minute de plus à vivre
But the sickness is drowned by cries for more,
Mais la nausée est noyée au milieux des cris qui en veulent toujours plus
Pray to God, make it quick, watch him fall.
Priez Dieu, qu'on en finisse, regardez le dans sa chute

This is the way, step inside.
Par ici, entrez

 You'll see the horrors of a faraway place,

Vous verrez les horreurs d'un lieu lointain
Meet the architects of law face to face.
Vous retrouverez face à face avec les architectes de la loi
See mass murder on a scale you've never seen,
Assisterez au massacre à une échelle encore jamais vue
And all the ones who try hard to succeed.
Et verrez tous ceux qui luttent pour s'en sortir

 This is the way, step inside.

Par ici, entrez

And I picked on the whims of a thousand or more,

 Et j'ai suivi les caprices de milliers de personnes ou plus

Still pursuing the path that's been buried for years,
Empruntant toujours le chemin enterré depuis des années
All the dead wood from jungles and cities on fire,
Tout le bois mort provenant des jungles et des villes en feu
Can't replace or relate, can't release or repair,
Ne peut remplacer ou raconter, ne peut soulager ou réparer
Take my hand and I'll show you what was and will be.
Prend ma main que je te montre ce qui a été et ce qui sera."

Ian+Curtis+ianKC02.png

ian-curtis

passion gothique.jpg

Passion gothique          encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

"Quand la routine nous ronge,

Et que les ambitions sont au plus bas,

Et que le ressentiment nous envahit,

Mais que les émotions ne viennent pas,

Et que nous changeons nos habitudes

En prenant des voies différentes,

Alors l'amour, l'amour nous séparera à nouveau.

Pourquoi la chambre est-elle si froide ?

Tu t'es retournée de ton côté ;

Ai-je manqué de synchronisation ? 

Notre respect est si désséché,

Mais il y a encore ce désir

Que nous avons gardé tout au long de nos vies.

L'amour, l'amour nous séparera toujours.

Gémis-tu dans ton sommeil ?

Tous mes échecs sont mis à nu.

Il y a ce drôle de goût dans ma bouche

Tandis que le désespoir m'étreint.

Est-ce que quelque chose d'aussi bien 

Ne peut tout simplement plus fonctionner 

Quand l'amour, l'amour nous séparera toujours ?"

(paroles de la chanson "Love will tear us apart")

 embrasement3.jpg

étreinte             encre de Chine de l'auteur, Dominique Mertens

ian curtis on stage.jpg

ian-curtis sur scène 

"Dans la peur tous les jours, tous les soirs,

Il l'appelle bruyamment d'en haut,

Prudemment  surveillé pour une raison,

Minutieuse dévotion et amour 

Abandonné à sa propre préservation

Par les autres qui se préoccupent d'eux-mêmes.

Un aveuglement qui touche à la perfection

Mais blesse comme nulle autre chose.

Isolement, isolement, isolement.

Mère, j'ai essayé !  S'il te plaît, crois-moi :

Je fais du mieux que je peux !

j'ai honte des choses dont j'ai été institué.

j'ai honte de la personne que je suis !

Isolement, isolement, isolement.

Mais si tu pouvais voir la beauté

De ces choses que je ne pourrai jamais décrire,

Ces plaisirs, une rétive distraction, 

C'est ma seule chance de récompense.

Isolement, isolement, isolement."

(paroles de la chanson "Isolation")

Ian-Curtis-007.jpg

"Voici les jeunes hommes, le poids sur leurs épaules.

Voici les jeunes hommes ; eh bien, où sont-ils passés ?

Nous avons frappé aux portes de la chambre de l'Enfer le plus sombre.

Poussés aux limites, nous nous sommes traînés là.

Depuis les coulisses, nous avons regardé  

les scènes se rejouer,

Portraits du traumatisme et de la dégénérescence.

Les peines que nous avons endurées 

Et qui n'ont jamais cessé,

Où sont-elles passées ?  Où sont-elles passées ?

Las de vivre, maintenant notre coeur est perdu à jamais.

Impossible de remplacer la peur ou l'excitation de la poursuite.

Ces rituels ont ouvert la porte à nos errances.

Ouverte, puis refermée, puis claquée au visage.

Où sont-elles passées ?  Où sont-elles passées ?"

(paroles de la chanson "Decades")

 ian curtis 11.jpg

"Nous étions étrangers.

Nous étions étrangers depuis bien trop longtemps , 

Depuis bien trop longtemps.

Violents, violents étaient les étrangers.

Je m'affaiblis tout le temps .

J'arrive juste passer le temps,

Moi dans mon monde, et toi à côté.

Les fossés sont énormes.  Nous nous observons de chaque côté.

Nous étions étrangers depuis bien trop longtemps.

Violent, violent.  Sa main fait craquer la chaise,

Bouge en réaction, puis s'effondre de désespoir.

Piégé dans une cage, et abandonné trop tôt,

Moi dans mon monde, celui que tu connaissais

Depuis bien trop longtemps.

Nous étions étrangers, depuis bien trop longtemps."

(paroles de la chanson "I remember nothing")

ian curtis 12.jpg

"Quand les gens t'écoutent, 

Ne sais-tu pas que cela signifie beaucoup,

Car tu as travaillé si dur pour tout ce que tu as.

Tu ne peux pas te reposer sur tes lauriers maintenant,

Pas quand tu n'as rien .

Tu te retrouveras dans le caniveau, exactement là d'où tu es venu.

Quelqu'un m'a dit qu'avoir la connaissance est l'essentiel.

Nous avons tous besoin de la sécurité que l'appartenance procure.

Tu ne peux pas te dresser seul en ces moments 

Contre toutes les attentes.

Je ne veux pas agir sans classe comme tous ces autres imbéciles.

Tu nous tapes sur le dos et tu prétends que tu savais

Toutes les choses que nous allions faire.

Qu'est-ce que tu vas faire ?  

Qu'est-ce que tu vas faire quand ce sera terminé ?

Tu es livré à toi-même à présent.  Ne penses-tu pas que c'est dommage ?

Mais tu es le seul responsable pour assumer la faute.

Quand tu vas grandir et jouer la comédie, et être toi-même,

Car bientôt tu te retrouveras cloué à l'étagère.

Attape-le pendant que tu le peux, mais ne le relache jamais,

Car il y aura toujours quelqu'un

Qui viendra te poignarder dans le dos.

Qu'est-ce que tu vas faire ?

Qu'est-ce que tu vas faire quand ce sera terminé ?"

(paroles de la chanson "Novelty")

 ian curtis 13.jpg

"Assis ici depuis si longtems,

Je n'ai pas entendu l'avertissement,

Attendant la cassette pour courir.

Nous avons erré dans différentes situations,

Sachant que le temps viendrait.

Juste pour te voir déchirée,

Témoin pour ton coeur vide.

J'en ai besoin.

A travers le grillage,

Les yeux de ceux

Qui  se tiennent à l'extérieur  

La regardent à l'intérieur d'une cage 

De quelque rare créature du zoo.

Dans la main de l'un des assistants,

Elle vit le même instrument

Qu'ils avaient ce matin inséré au plus profond de son corps.

Instinctivement, elle trembla.

Pas la moindre vie dans la maison de poupées.

Pas d'amour perdu.  Pas d'amour perdu.

Tu étais en train de voir ces choses

Dans les ténèbres, non pas en apprenant,

espérant que la vérité passerait.

Pas de vie souterraine

Le gaspillage ne changeant jamais,

Souhaitant que ce jour ne soit pas perdu.

Pour ne jamais voir que tu fais ton âge.

Pour observer jusqu'à ce que la beauté fâne.

J'en ai besoin.

J'en ai besoin."

(paroles de la chanson "No love lost")

Au nom de l'amour 001.jpg

au-nom-de-l'-amour        encre de Chine de l'auteur 

"A cry for help, a hint of anaesthesia

Un appel au secours, une montée d'anesthésie,

The sound from broken homes,
Le bruit de foyers brisés,
We used to always meet here.
Nous avions l'habitude de toujours nous rencontrer ici.
As he lays asleep, she takes him in her arms,
Tandis qu'il repose assoupi, elle le prend dans ses bras,
Some things I have to do, but I don't mean you harm.
Certaines choses que je dois faire, mais je ne veux pas te faire de mal.

 A worried parent's glance, a kiss, a last goodbye,

Un regard de parents inquiets, un baiser, un dernier au revoir,
Hands him the bag she packed, the tears she tries to hide,
Elle lui donne le sac qu'elle a préparé, les larmes qu'elle essaye de cacher,
A cruel wind that bows down to our lunacy,
Un vent cruel qui souffle sur notre folie,
And leaves him standing cold here in this colony.
Et le laisse ici,figé et froid dans cette colonie.

I can't see why all these confrontations,

Je ne peux pas voir le pourquoi de toutes ces confrontations,
I can't see why all these dislocations,
Je ne peux pas voir pourquoi toutes ses dislocations,
No family life, this makes me feel uneasy,
Pas de vie familiale, ça me fait me sentir mal,
Stood alone here in this colony.
Je me suis tenu seul ici dans cette colonie.
In this colony, in this colony, in this colony, in this colony.
Dans cette colonie, dans cette colonie, dans cette colonie, dans cette colonie.

 Dear God in his wisdom took you by the hand,

 Dieu chéri dans sa sagesse t'a pris par la main,
God in his wisdom made you understand.
Dieu dans sa sagesse t'a fait comprendre.
God in his wisdom took you by the hand,
Dieu dans sa sagesse t'a pris par la main,

                                               In this colony, in this colony, in this colony

(paroles de la chanson "Colony")

 Curtis1.jpg

This is a crisis I knew had to come,

C'est une crise dont j'avais prédit la venue,

Destroying the balance I'd kept.
Détruisant l'équilibre que j'avais conservé.
Doubting, unsettling and turning around,
Doutant, dérangeant et faisant demi-tour,
Wondering what will come next.
Me demandant ce qui viendrait ensuite.
Is this the role that you wanted to live ?
Est-ce le rôle que tu voulais vivre ?
I was foolish to ask for so much.
J'étais fou d'en demander autant.
Without the protection and infancy's guard,
Sans la protection et la surveillance de l'enfance,
It all falls apart at first touch.
Tout cela s'effondre au premier contact.

Watching the reel as it comes to a close,

En regardant la bobine arriver en bout de course,
Brutally taking its time,
Brutalement prenant son temps,
People who change for no reason at all,
Des gens qui changent sans aucune raison apparente,
It's happening all of the time.
Cela arrive tout le temps.
Can I go on with this train of events ?
Puis je m'en sortir avec cette suite d'événements ?
Disturbing and purging my mind,
Dérangeant et purgeant mon esprit,
Back out of my duties, when all's said and done,
Me défilant de mes devoirs, quand tout est dit et fait,
I know that I'll lose every time.
Je sais que je perdrais à chaque fois.

Moving along in our God given ways,

Avançant dans les voies de notre Seigneur,
Safety is sat by the fire,
La sécurité est établie par le feu,
Sanctuary from these feverish smiles,
Sanctuaire de ces sourires fiévreux,
Left with a mark on the door,
Laissé avec une marque à la porte,
Is this the gift that I wanted to give ?

Est ce le cadeau que je voulais donner ?
Forgive and forget's what they teach,
Le pardon et l'oubli est ce qu'ils enseignent,
Or pass through the deserts and wastelands once more,
Ou traverse les déserts et les terres à l'abandon une fois de plus,
And watch as they drop by the beach.
Et regarde tandis qu'ils passent par la plage.

This is the crisis I knew had to come,
C'est une crise dont j'avais prédit la venue,
Destroying the balance I'd kept,
Détruisant l'équilibre que j'avais conservé,
Turning around to the next set of lives,
Me tournant vers le nouvel ordre de vies,
Wondering what will come next.
Me demandant ce qui viendra ensuite.

(paroles de la chanson "Passover")

Curtis2.jpg

Procession moves on, the shouting is over,
La procession avance, les cris sont terminés,
Praise to the glory of loved ones now gone.
Louanges à la gloire de ces êtres chers qui sont partis.
Talking aloud as they sit round their tables,
Ils parlent fort alors qu'ils sont assis autour de leurs tables,
Scattering flowers washed down by the rain.
Et dispersent les fleurs emportées par la pluie.
Stood by the gate at the foot of the garden,
Je suis resté près du portail au bout du jardin,
Watching them pass like clouds in the sky,
A les regarder passer comme passent les nuages dans le ciel,
Try to cry out in the heat of the moment,
Je tente de crier dans la chaleur du moment,
Possessed by a fury that burns from inside.
Possédé par une fureur qui me brûle de l'intérieur.

Cry like a child, though these years make me older,
Je pleure comme un enfant, bien que ces années me font vieillir,
With children my time is so wastefully spent,
Avec les enfants, je perds mon temps,
A burden to keep, though their inner communion,
Un fardeau à supporter, bien que leur communion interne,
Accept like a curse an unlucky deal.
Accepte comme une malédiction ce funeste marché.
Played by the gate at the foot of the garden,
Trompée, près du portail au bout du jardin,
My view stretches out from the fence to the wall,
Ma vue s'étend de la barrière jusqu'au mur,
No words could explain, no actions determine,
Aucun mot ne pourrait expliquer, aucune action ne pourrait déterminer,
Just watching the trees and the leaves as they fall.

Simplement regarder les arbres et les feuilles tomber. 

(paroles de la chanson "The Eternal")

Curtis3.jpg

(Commentaire de la chanson "The Eternal", repris du site lacoccinelle.net)

Curtis évoque ici la mort, les êtres qui sont partis, ou plus précisemment le cycle naturel de la vie, c'est à dire le perpétuel remplacement des êtres par d'autres, tout comme les feuilles des arbres qui tombent seront remplacées par d'autres. C'est pourquoi il commence par cette idée de mort, d'enterrement, qui rassemble les gens autour d'une immense douleur (shouting), et qui ensuite rendent hommage à ces êtres chers disparus, en les rendant en quelque sorte éternels, c'est à dire jamais oubliés.
Pourtant la vie continue, et alors que certains sont enterrés, d'autres vivent leur vie, bruyamment (talking aloud as they sit around their tables), alors qu'ils seront un jour, dispersés comme les fleurs, emportés par la pluie, c'est à dire la mort. Cette idée de cycle se voit à travers les images des nuages qui passent ou des feuilles qui tombent.
Le personnage est conscient de cette mort qui le menace, mais il est impuissant face à celle-ci et en même temps totalement révolté contre elle (il essaie de crier mais il n'y arrive pas / il est possédé par une fureur qui le brûle).
L'enfant lui, qui n'est pas conscient de cette mort qui le menace semble pour le personnage avoir accepté ce funeste marché, ce qui explique qu'il perde son temps avec eux, puisque les enfants ne se révoltent même pas. Mais l'homme dans sa révolte est aveugle, car qui peut aller contre le cours naturel des choses ? L'homme est né pour mourir et laisser la place à d'autres hommes (sa vue est trompée, il ne voit en fait rien). Pourtant il ne peut pas s'empêcher de regarder les feuilles tomber... L'homme n'est donc pas éternel, il n'est rien sur terre, mais peut être Curtis devient il éternel à travers son art qui, lui, est éternel.

  closer.jpg

Ian Curtis s'est donné la mort le 18 mai 1980 à l'âge de 23 ans