18/01/2010

Un ECRIVAIN AMERICAIN PRECURSEUR DU GOTHIQUE Charles BROCKDEN BROWN

Charles Brockden Brown (1771-1810)

un auteur  américain  précurseur  du  gothique

 

"Qu'on ne nous objecte pas que les exemples d'une pareille hallucination  (voir son roman : "Wieland ou la voix mystérieuse")

sont rares ; c'est précisément le devoir d'un peintre de retracer les scènes qui, en frappant plus vivement l'imagination, gravent aussi plus profondément dans la mémoire les leçons de la morale."

                                                                            Charles Brockden Brown

Charles Brockden Brown, (1771-1810), est un romancier, journaliste, historien et éditeur américain. Il est considéré comme le premier romancier professionnel des États-Unis, et comme le premier auteur gothique américain.  Sa curiosité, la richesse de son imagination et son intérêt pour sa propre société en font une figure majeure de la littérature et de la culture américaine des XVIIIe et XIXe siècles.  Brown rédigea les quatre romans pour lesquels il est resté célèbre en l'espace de deux ans. S'il abandonna rapidement l'écriture fictionnelle au profit d'écrits historiques et politiques, il demeure un précurseur par son choix audacieux de devenir romancier à une époque où publier était pratiquement impossible en Amérique.  

Brown était le quatrième enfant d’une grande famille marchande quaker de Philadelphie. Il débuta sa vie professionnelle dans le commerce avec ses frères. Ce contexte familial, ses expériences du libre-échange, les conflits commerciaux à l'époque révolutionnaire sont capitaux pour comprendre les écrits journalistiques de Brown. Même si sa famille avait décidé pour lui qu’il serait avocat, Brown abandonna le droit en 1793 après un très court apprentissage. Ses pas le dirigèrent ensuite vers un cercle de jeunes intellectuels basés à New York, qui l’aidèrent à lancer sa carrière littéraire. Ce groupe était composé de jeunes hommes intellectuels et progressistes issus de profession libérale, qui se faisaient appeler le « Friendly Club ». 

Durant les années 1790, Brown développa ses ambitions littéraires, utilisant fréquemment sa correspondance avec des amis comme laboratoire pour des expériences narratives. Ses premières publications commencèrent à la fin des années 1780, avec The  Rhapsodist. En 1798, ses années de réflexion le menèrent à une période intense d’écriture de romans. Son roman gothique, Wieland, ou La Voix mystérieuse, date de 1798.

En 1804, il épousa Elisabeth Linn dont il eut plusieurs enfants.  

Il décéda des suites d'une longue maladie en 1810 à Philadelphie.

charles_brockden_brown_1.jpg

Ses principaux romans sont :

- Wieland, ou La Voix mystérieuse

- Ormond, ou Le Témoin invisible

- Huntly, ou Le Somnalbule

- Arthur Mervyn

- Clara Howard

- Jane Talbot

 charles brockden brown, littérature fantastique américaine, gothique,

WIELAND, ou La Voix mystérieuse

"A mesure que la soirée avança, les inquiétudes de mon père grandirent ; il vint s'asseoir selon sa coutume au milieu de la famille, mais ne prit aucune par à la conversation.  Il semblait absorbé dans ses pensées.  On lisait parfois sur son visage des marques de terreur, il regardait fixement devant lui, ses yeux étaient hagards, et les efforts de ses amis l'arrachaient à peine à ses préoccupations.  En revenant à lui-même, il ne montrait aucune surprise, mais passant la main sur son front, il se plaignait, d'une voix émue et tremblante, d'avoir la tête en feu."          ........

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

 "Une demi-heure s'était écoulée dans cette attente, lorsque ma mère jeta les yeux sur le rocher.  Tout à coup il parut éblouissant de lumière.  Une clarté partant de l'édifice illumina tout le paysage ; un rayon plus vif traversa les airs, et aussitôt on entendit un bruit violent semblable à l'explosion d'une mine.  Ma mère poussa un cri involontaire, mais les sons qui vinrent frapper ses oreilles la surprirent encore davantage : c'étaient des clameurs aigûes poussées sans interruption.  Les rayons qui se répandaient au loin s'éteignirent peu à peu, mais l'intérieur du pavillon resta éclairé.

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

"Un phénomène semblable, dans un lieu consacré à la prière, pouvait intimider le coeur le plus brave."

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

 "Une chose est vraie, dit-il avec gravité : ou j'ai entendu la voix de ma femme au bas de la montagne, ou je n'entends pas votre voix à présent."

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

"J'étais arrivé au milieu de la montagne, lorsqu'une voix  m'appela de quelque distance ; les sons en étaient clairs, distincts et puissants  Ils étaient articulés, j'ai dû le croire au  moins, par ma femme.  Sa voix n'est pas ordinairement  aussi forte ; mais je l'ai entendue quelques fois s'élever à une grande puissance.  Si mon oreille ne m'a pas été trompée, c'est bien Catherine qui m'a dit : arrête-toi, ne va pas plus loin !  Il y a du danger là-haut !"

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

"Elle éprouva une grande inquiétude en voyant le rôle inexplicable que sa voix pouvait ainsi jouer."

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

 "Avant que votre frère pût me répondre, un non ! bien articulé se fit entendre ; il ne venait ni de droite, ni de gauche, ni de devant, ni de derrière nous, mais d'en haut.  De quelque part qu'il vint, quelle bouche l'avait prononcé ?"

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

"Le bruit du timbre m'inspira une suite de réflexions douloureuses sur la mort de mon père.  Mais je ne pus les continuer longtemps, car la vibration avait à peine cessé, que j'entendis un chuchotement qui d'abord sembla partir de lèvres placées à côté de mon oreille."

.....

"Avais-je bien entendu des voix sinistres comploter ma mort, au milieu des ténèbres et à quelque pas de mon lit ?"

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

 "Quelque chose me disait que le bonheur dont nous jouissions était assis sur des bases fragiles.  La mort pouvait nous frapper.  Il n'était donné à personne de savoir si notre félicité serait bientôt anéantie, ou si nous porterions nos têtes chargées d'ans et d'honneur.  Ces idées me préoccupaient rarement ; j'évitais de réfléchir sur la destinée qui attend tous les hommes.  Mais, dans le cours de cette nuit, la vie humaine m'apparut dépouillée du prestige qui en dissimule parfois les misères ; elle m'apparut avec toutes ses incertitudes.  Je me dis alors : il faut mourir !  Tôt ou tard, nous disparaîtrons pour jamais de la surface de la terre.  Quels que soient les liens qui nous attachent à la vie, ils seront brisés.  Cette existence passagère est douloureuse pour la plupart, et ceux même que la fortune a pris sous ses ailes doivent bien peu se réjouir, puisqu'ils savent comment tout finit."

charles brockden brown,littérature fantastique américaine,gothique

 

 à  suivre.....